Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

IV. Jalons pour une histoire du fleurissement

19. xviiie et xixe siècles : comment les fleurs vinrent au jardin

Texte intégral

Le retour de faveur des fleurs [après la Renaissance est dû] sans doute à une séparation plus tranchée du monde religieux et du monde profane ; mais aussi au développement du marché et de la société de consommation. […] Pour l’essentiel, la culture florale est un phénomène urbain, une évolution liée à la « civilisation des mœurs » et soutenue aussi bien par les prêtres que par les fleuristes, les écrivains ou leurs éditeurs (Goody 1994 : 234).

Pour une belle nature

1Comment, depuis la Renaissance, la « culture des fleurs », et son renouveau, s’inscrit-elle dans un contexte philosophique, social et technique ? À l’aube des Lumières, avec l’apport renouvelé des sciences et des techniques, la nature acquiert une valeur fondamentale, se substituant partiellement et progressivement à l’idée de Dieu. La vision matérialiste de la nature en termes de processus physico-chimique n’empêche pas qu’elle soit promue au rang de « valeur fondatrice, à la fois sur le plan politique, éthique et esthétique » (Aurégan 1991 : 93). « Puissance organique » dans le premier xviiie siècle, la nature représente cette notion « euphorique » décrite par le philosophe Jean Ehrard, avant de devenir plus contradictoire dans le débat d’idées.

Au temps de Montesquieu, en dépit de quelques dissonances, la majorité des esprits cultivés inclinent à accorder à la nature une confiance inconditionnelle. Elle est partout, envahit tout, morale, médecine, religion, science, art et politique (Ehrard 1994 : 790).

2Le rapport de l’homme à la nature se place au centre des débats qui animent les « modernes ». Avec Diderot, dans le mythe du bon sauvage, projet pour une société qui a dénaturé l’homme, domine l’universalité de la nature humaine. Avec Rousseau, l’homme est d’abord un être sensible façonné par son milieu. La nature est modèle, toutefois soumise à la sensibilité humaine. Pour Catherine et Raphaël Larrère (1997 : 90-103), l’avènement de la pensée moderne après Rousseau augure au contraire d’une séparation entre nature et société, entre nature et moralité.

3Cet élargissement de la notion de nature aux différentes sphères de la vie scientifique et politique va de pair avec le développement de la botanique, de l’art paysager et du jardin privé. L’essor des sciences naturalistes depuis la Renaissance participe de cette vaste entreprise de réinterprétation propre au siècle des Lumières. Il est d’abord ponctué par les tentatives de classement systématique, incarnées par Linné, qui s’appuient sur « la certitude que les espèces et les genres existent réellement » (ibid. : 77-78) et sur l’idée d’un ordre global, témoin de l’harmonie divine, que révèle l’organisation sous-jacente de ces genres et espèces. Ce mouvement naturaliste se nourrit des entreprises des botanistes-explorateurs, de la découverte et de l’introduction de nombreuses espèces exotiques. Puis, pour Buffon, « l’ordre des lois de toute la nature est celui de la reproduction, non de la classification. À la définition (onto)logique du genre et de l’espèce, il substitue une définition biologique de l’espèce, par l’intrafécondité » (ibid.). Avec Buffon, la recherche des caractères constants prend peu à peu le pas sur l’étude des propriétés.

Aux mythes chrétiens, il convient désormais d’opposer d’autres mythes. D’où l’idée-force du naturalisme : diversité mais aussi unité organique, complexité et mystère, surtout inépuisable fécondité. La Nature n’est plus un Ordre, mais une Puissance, qui a en elle-même sa raison d’être (Ehrard 1994 : 247).

4Avec le naturalisme développé par Buffon, l’idée de nature s’impose dans sa puissance, subsumant celle d’une volonté divine. Comme l’explique Michel Foucault (1966 : 140-142), ce n’est que lorsque « l’Histoire devient naturelle », dès l’âge classique, que se trouvent réunies les conditions d’apparition de l’histoire naturelle, dans son entreprise de classement et de nomination.

[Auparavant,] l’histoire d’un être vivant, c’était cet être même, à l’intérieur de tout le réseau sémantique qui le reliait au monde. […] Les signes faisaient partie des choses, tandis qu’au xviie siècle, ils deviennent des modes de représentation. […] L’âge classique donne à l’histoire un tout autre sens : celui de poser pour la première fois un regard minutieux sur les choses elles-mêmes, et de transcrire ensuite ce qu’il recueille dans des mots lisses, neutralisés et fidèles. […] Ce n’est pas le désir de savoir, mais une nouvelle façon de nouer les choses à la fois au regard et au discours. Une nouvelle manière de faire l’histoire (ibid. : 142-143).

5Dans le même temps, le paysage inventé outre-Manche par les aristocrates et propriétaires terriens acquiert une valeur de modèle. Activité agricole et esthétisme tendent à s’y confondre en un même projet, qui signe le pouvoir d’« agir à la fois sur les hommes et sur les plantes » (Thomas 1985 : 271-277).

À la fin du xviie siècle, en s’étendant à l’extérieur, de manière à donner forme, non seulement à sa propre terre, mais aussi au paysage environnant, le duc démontrait qu’il avait le pouvoir de manipuler la vie et l’environnement de mortels de moindre importance, et faisait ressortir que les avenues de pouvoir convergeaient vers lui. […] L’aristocratie a ainsi, pour planter, des motifs qui sont un mélange complexe d’affirmation sociale, de sentiment esthétique, de patriotisme et de profit à long terme (ibid. : 272).

6Allées sinueuses, « plaisantes perspectives » qui appellent le regard vers les lointains, le « jardin paysager » se doit d’éveiller les sens ; le goût de la contemplation va de pair avec celui de la peinture paysagère.

  • 1 « La nature, embellie ou entretenue par les soins des hommes, est la source du bonheur universel, c (...)

7Dès la fin du xviiie siècle, loin de l’art officiel du jardin régulier du siècle précédent, ce modèle inspire durablement les concepteurs de jardins empreints de ce nouveau regard sur la nature. En quête d’une harmonie naturelle et morale, les paysagistes Morel, Girardin ou Thouin (et jusqu’à Alphand et André) tentent de « réunir l’art et la nature imitée, l’agréable et l’utile […], dans une constante recherche de ce qui pourrait constituer une formalisation de la totalité de la nature » (Luginbühl 1989 : 62-63). René-Louis de Girardin notamment, dédiant à Rousseau le parc d’Ermenonville, est l’un des promoteurs de l’idéal paysagiste prôné par les élites de la Révolution. Yves Luginbühl (ibid. : 62-63) décrit longuement ce « système paysagiste de prospérité1 », qui repose sur un « idéal de belle campagne, riante et prospère […] assainie, cultivée pour le bonheur du peuple, [orienté vers] la recherche d’une harmonie universelle entre l’homme, le végétal, l’animal ».

8La recherche de la beauté pittoresque, annonçant le courant sensualiste et romantique, va de pair avec une conception de la nature comme totalité. À la fois ordre moral et ordre social, harmonie de la nature et harmonie sociale, le projet paysagiste porte également un idéal égalitaire, celui du bonheur pour tous. Il reste toutefois l’expression d’une élite dont les visées interventionnistes stigmatisent « le caractère non hygiénique des paysages non cultivés et en particulier des terrains marécageux. […] À cette époque où l’homme découvre “la belle ordonnance de la nature”, tout paysage qui porte encore l’apparence sauvage est donc considéré comme l’expression de la stérilité et de la pauvreté » (ibid. : 147).

L’engouement pour les fleurs et la botanique

  • 2 Jack Goody (1994 : 236) rapporte les usages des fleurs dans les fêtes religieuses ; « symboles de l (...)

9D’après La Culture des fleurs (Goody 1994 : 236), les ornements floraux datent du temps des cathédrales et des traités de botanique établis dans les monastères. Les fleurs ayant surtout un usage religieux au Moyen Âge2, ce n’est qu’à l’aube des temps modernes, en Angleterre, qu’a lieu la « révolution des jardins ».

10Dès le début de la Renaissance, plusieurs facteurs se conjuguent en faveur de la connaissance et de la culture des plantes. Au xvie siècle, les premiers jardins botaniques et herbiers préfigurent l’engouement pour la flore au xviie siècle, en Angleterre, mais aussi aux Pays-Bas. Cet engouement bénéficie de l’apport des expériences scientifiques, microscope et télescope notamment, et bien sûr de celui des explorations du Nouveau Monde et autres continents. Témoins des merveilles de la nature comme de l’aspiration à une connaissance encyclopédique (Van Sprang 1996 : 87-99), les fleurs ornementales appartiennent au phénomène culturel des « curiosités ». À la Renaissance, moment d’un bouleversement des attitudes envers l’Église s’apparentant à une « renaissance du monde profane », les fleurs participent de la nouvelle orientation naturaliste. Tandis qu’aux Pays-Bas d’abord, l’alliance est nouée entre protestantisme et capitalisme : « Le rejet des images dans les églises s’accompagnera d’un véritable envahissement de tableaux, de fleurs, et de tous les luxes possibles dans les intérieurs bourgeois » (Goody 1994 : 194).

  • 3 Au Moyen Âge, dès le xiie siècle, où Jack Goody (1994 : 181) situe la première « renaissance floral (...)

11Dès la fin du xvie siècle, le jardin de bulbes et de rhizomes en provenance des pays du Levant et de Constantinople supplante, avec l’exotisme qui en fait le succès, le jardin « bouquetier », dont les fleurs sont destinées aux couronnes et guirlandes3. Le jardin compartimenté, entre jardin aromatique et jardin bouquetier, s’est lui-même substitué au jardin d’aromates, de simples, de légumes et de fleurs mêlés.

  • 4 200 espèces de plantes cultivées en 1500, 18 000 en 1839 (Thomas 1985 : 295). Voir aussi Goody (199 (...)

12C’est d’abord aux Pays-Bas, dès la fin du xvie siècle, que sont acclimatés, par le cercle des pharmaciens et apothicaires, les tulipes, jacinthes, lis, anémones, fritillaires, renoncules dans les premiers jardins de fleurs ornementales. En 1630, aux Pays-Bas, au moment de la « tulipomanie », spéculation sans précédent qui voit se faire et défaire les fortunes, le travail de sélection, essentiellement sur les couleurs, a d’ores et déjà produit plus de cinq cents variétés (Van Sprang 1996 : 109). La passion botanique s’exprime dans la multiplication des expériences sur les variétés « exotiques », les premiers « fleuristes », botanistes ou amateurs fortunés, s’employant à perfectionner les nouvelles variétés (tulipes, oreilles-d’ours, œillets des fleuristes, anémones et renoncules). Le xviie siècle voit se développer en Angleterre les sociétés de fleuristes et les expositions florales, comme les premières pépinières commerciales4

13L’engouement pour les fleurs semble en France plus tardif. Avec le goût du savoir qui marque le siècle des Lumières, celui de la botanique se traduit par « un succès mondain important dans la seconde moitié du siècle » (Velut 1993 : 12). Au xviiie siècle, le savoir des médecins-botanistes se transforme en un savoir délibérément naturaliste, enrichi par de nombreuses flores locales et exotiques. De nombreuses techniques culturales (modifications de la couleur, du port, sélection des fleurs doubles, croisements, etc.) visent à l’amélioration des espèces acclimatées, pour « favoriser les fleurs répondant à des schémas mentaux et esthétiques ; les amateurs de fleurs sont sensibles à la netteté, à la précision et à la pureté dans les formes comme dans la coloration » (ibid. : 64-68). Introduction d’espèces exotiques, volonté de connaître et de classer, ces éléments marquent l’histoire du goût pour la botanique, qui ira croissant au xixe siècle.

14Cette nouvelle passion procède également de la création des jardins botaniques dont le Jardin du roi (aujourd’hui Jardin des plantes, à Paris), après ceux de Montpellier (1593) et de Strasbourg, représente le plus bel exemple. Créé en 1640, il devient sous l’intendance de Buffon (en 1739, avec les frères Jussieu, botanistes, et Thouin, jardinier en chef) « un jardin botanique d’essai, ouvert à toutes les espèces », remarquable par ses quelque six mille espèces, dont nombre de plantes exotiques et d’ornement. Ainsi le goût pour les fleurs et pour la botanique se diffuse-t-il dans « la société de cour », par les enseignements de botanique dispensés au Jardin du roi, par les nombreux livres de fleurs, flores, vélins et florilèges, par la vogue exotique lancée par les explorateurs naturalistes enfin. Sur le modèle du Jardin du roi, l’acclimatation des plantes exotiques devient bientôt l’objet du travail nouvellement spécialisé des « jardiniers-fleuristes ». Selon Michel Cointat, président de la Société nationale d’horticulture de France (Jardins de France, 2000 : 3), « à la fin du xviiie siècle, les maraîchers, courtiliers, préauliers, fleuristes ne formaient qu’une seule corporation. L’intérêt pour les fleurs, plantes exotiques essentiellement, ne concerne alors que les botanistes passionnés. La vogue des fleurs nouvelles venant des quatre coins du monde était surnommée par dérision la “fleuromanie” ».

  • 5 Jean de La Quintinie, Instruction pour les jardins fruitiers et potagers, 2 tomes, Paris, Compagnie (...)

Quand dans la suite on voulut avoir beaucoup de Fleurs, on commença d’en faire des Jardins particuliers… ; et comme il n’était pas possible qu’un seul jardinier pût en même temps vaquer à la culture d’un grand nombre de Fruits, de Légumes, de Fleurs, d’Arbrisseaux, etc., il fallut en même temps établir une seconde classe de Jardiniers pour soulager ceux de la première ; tels jardiniers furent vulgairement nommés Fleuristes à la différence des autres qu’on nommait seulement Jardiniers5.

15Il faut encore souligner l’importance du nouveau marché avec l’Orient dès le xviie siècle. Étoffes fleuries, faïences et papiers peints connaissent un succès qui n’est pas sans effet sur « la transformation de la représentation des fleurs », ni sur le développement d’une industrie de l’imitation. D’ailleurs, « le développement d’une industrie cotonnière jouera un rôle décisif dans l’avènement de la production industrielle de masse » (Goody 1994 : 245). À partir de 1780, la production de fleurs comme celle de décors fleuris répercutent ces nouvelles conditions du marché.

  • 6 Le fleurissement participe du processus de civilisation décrit par Norbert Elias, qualifié par l’au (...)

16C’est dans le deuxième xviiie siècle que les fleurs se trouvent à profusion, non seulement dans les jardins de la « société de cour »6 et de l’élite bourgeoise, mais aussi dans les intérieurs où objets et tissus rivalisent de motifs fleuris. Ce renouveau conjoint donc plusieurs phénomènes : le développement d’un savoir encyclopédique et d’un intérêt pour la nature et la botanique, l’ouverture à un espace plus vaste et la mode des végétaux exotiques qui en procède, enfin l’essor d’une bourgeoisie en passe de devenir dominante, avec ses nouvelles valeurs de progrès et de travail, signes d’une nouvelle « civilisation des mœurs ».

La sensibilité aux miasmes

17L’idée de progrès, qui connaît son apogée au xixe siècle, émerge dans le second xviiie siècle. À la suite de Buffon qui, le premier, pense possibles les changements d’une espèce d’une génération l’autre selon sa forme et sa vitalité, l’heure est à « la volonté de perfectionnement », à l’« espoir d’une progression » de l’espèce humaine (Vigarello 1993 : 160-162) :

La bourgeoisie dont les valeurs dominent au xviiie siècle s’affirme toujours plus par cette recherche de forces physiques : celles, immédiates, de la santé, celles, plus différées d’un renforcement des générations à venir. Les nouvelles valeurs sanitaires s’affrontent aux valeurs traditionnelles du sang : la certitude de la postérité contre la certitude de la descendance.

18Les promenades de santé, la consommation de végétaux ou les nouvelles pratiques éducatives en faveur de l’exercice physique expriment un nouveau rapport à la nature comme la volonté de dépassement et de performances appliquée au corps. Alain Corbin (1982 : 90) décrit « ces nouveaux rites d’hygiène corporelle », où poudres florales et parfums délicats contrent des odeurs corporelles devenues importunes. Les fleurs n’échappent pas à ce nouvel engouement : « Les élégantes se parent de chèvre-feuille et de fleurs des champs. »

19La sensibilité aux miasmes suscite les théories de l’aérothérapie à la fin du xviiie siècle, comme un goût prononcé, dans l’élite bourgeoise, pour le plein air, les promenades bienfaisantes et la montagne. Le naturel s’identifie peu à peu au vital et au salubre.

Le jardin et la montagne, antithèses des lieux putrides, se parent de vertus salvatrices. […] Au cœur de leur solitude parfumée, le voyageur ne vient pas seulement chercher le repos ou le plaisir sensuel. La fuite loin de la foule putride autorise l’espoir de la réminiscence, avive le narcissisme, laisse présager le sentiment de l’accord universel, favorise les épanchements de l’amoureux solitaire (ibid. : 100).

20Dès 1760, sous l’impulsion de la chimie pneumatique, la perception de l’air en terme de « laboratoire de décomposition », potentiellement pathogène, en appelle à une théorie des miasmes qui ne va cesser de s’amplifier jusqu’à Pasteur. « Au bonheur de laisser glisser le regard sur le paysage construit des jardins anglais ou sur les épures de la cité idéale, répond, au xviiie siècle, l’horreur de respirer les miasmes de la ville » (ibid. : 7-71). La « révolution olfactive » intervient au milieu du xviiie siècle, portant les prémices d’un « État hygiéniste ».

  • 7 « L’évidence fonctionnelle, l’insularité des édifices et la symétrie, qui répond, elle aussi, à un (...)

21Aérer, drainer, ventiler, obturer, désentasser, désinfecter : la décennie 1750 marque le début d’une durable « toilette topographique et sociale de la ville » (ibid.). La ventilation et le drainage s’opposent tout particulièrement à la menace putride. Ces principes s’imposent à l’architecture des Lumières7, tandis que « les lieux d’entassement des hommes focalisent l’attention des hygiénistes. Ici s’élabore une stratégie de désodorisation des corps et de l’espace qui, un demi-siècle plus tard, sera transposée à la maison du paysan et au logis de l’ouvrier » (ibid. : 123).

22En effet, le xixe siècle concentre sur la ville ses efforts d’assainissement spatial et social tandis que la culture bourgeoise s’affirme et exalte ses valeurs. « Décrotter le pauvre équivaut à l’assagir, convaincre le bourgeois de se laver, c’est le préparer à l’exercice des vertus de sa classe » (ibid. : 208). Avec Le Miasme et la jonquille, Alain Corbin fait davantage que reconstruire la genèse de la sensibilité olfactive moderne, il dresse l’état d’une politique de l’ordre, au principe d’un projet de civilisation. De même, Georges Vigarello (1993 : 120) souligne « la vigilance aux faiblesses morales susceptibles d’inverser le progrès. L’État hygiéniste et régénérateur s’impose à chacun comme de l’extérieur, prouvant dans la santé collective l’occasion d’une visée commune ». Dans ce contexte, le rapport à la nature change : il s’agit moins d’imiter la belle nature que de prouver la capacité humaine d’organiser et d’agir en fonction de valeurs nouvelles, celles de progrès, de santé, de travail et d’utilité sociale.

La bonne conscience collective du demi-siècle [du premier xviiie siècle] a son foyer dans un groupe social bien défini. Qu’elle irradie à partir de là et s’étende à toute la société pensante, c’est bien le signe de l’idéologie d’une classe en expansion. Naguère alibi de l’épicurisme aristocratique, la Nature est confisquée par la bourgeoisie marchande. […] L’équilibre qui la caractérise reflète la montée de valeurs nouvelles : le travail et l’utilité sociale. […] Les bourgeois conquérants du xixe siècle sauront inventer une idéologie à la mesure de leur puissance et de leurs ambitions. L’idée de Progrès, un progrès nécessaire et continu, sera d’abord la traduction de leur dynamisme (Ehrard 1994 : 794).

Une nouvelle esthétique du jardin

  • 8 Appartenant à une lignée de botanistes célèbres, Gabriel Thouin, né en 1747, influencera le princip (...)

23Au cours du xixe siècle, la place des fleurs se précise dans les jardins (« antithèses des lieux putrides », Corbin 1982 : 224) à destination de la bourgeoisie. Les architectes concepteurs, nouvellement mandatés pour intervenir sur de petits espaces, s’y appliquent à fabriquer des « scènes riantes » où fleurs et parterres, sur le modèle proposé par Gabriel Thouin8, occupent une place majeure : propreté extrême, élégance et ordre rapprochent davantage le jardin de l’appartement que d’une imitation de la nature. Le jardin devient « plutôt une galerie d’objets naturels bien disposés » (Bailly 1828, cité par Corbin 1982 : 224).

24Le nouveau succès pour les parterres et jardins fleuris fait écho à celui du « langage des fleurs » tout au long du siècle. Selon Jack Goody (1994 : 267-294), ce « mode de communication », qui associe dans les bouquets telle variété à tel sentiment, se trouve guidé davantage par la recherche des rimes que par des affinités entre fleurs et pensées :

La connaissance qu’il véhicule ne correspond à aucune donnée d’expérience, ni au registre symbolique d’aucun autre champ littéraire, ni encore moins au savoir « objectif » des traités de botanique. C’est un langage presque entièrement construit en marge de toute référence extérieure, un système de connaissance en état d’apesanteur.

25Cependant, jouant sur des registres scientifiques, pédagogiques ou moraux, les nombreux ouvrages à l’origine du « langage des fleurs » participent, conjointement au développement du goût pour la botanique et à celui du marché des végétaux d’agrément, à « l’épanouissement d’une culture florale dans les grandes villes du xixe siècle ».

26Quant à la mode du style anglais ou irrégulier, elle se diffuse largement en Europe au xixe siècle et nombre de jardins sont transformés en parcs paysagers, exprimant l’influence du projet paysagiste de prospérité issu des Lumières. Selon Olivier Rialland (2000 : 78), « le pic de la création des parcs et jardins paysagers intervient entre 1840 et 1870 ». Parfois définis comme « agricoles et paysagers », ces parcs sont « expression du développement agricole » et d’une volonté de mise en paysage du territoire en son entier (ibid. : 79). Par ailleurs, ils font écho à l’implication de leurs propriétaires dans les sociétés savantes (agricoles et horticoles). Sous l’influence de multiples facteurs (transformations de l’économie agricole et démembrement des grands domaines, étiolement de l’intérêt pour l’art des jardins au profit de nouveaux horizons, touristiques notamment), « le projet paysagiste perd son caractère global au cours du xixe siècle, avec la fin du romantisme, l’émergence du pouvoir libéral et le développement des classes bourgeoises » (ibid. : 84).

27C’est avec le Second Empire que s’observe un véritable tournant dans la manière d’envisager les jardins et le paysage. À partir du deuxième xixe siècle, la culture des fleurs connaît un essor qui ne faiblira plus.

Jusqu’au milieu du xixe siècle, l’art des jardins reste figé, en attendant une prise de conscience politique déterminante. À mesure que s’affiche l’emprise de la bourgeoisie sur la vie politique et économique de la nation, on observe dans chaque grande ville des aménagements de quartiers prisés par les élites en quête d’air pur et de desserrement urbain (Nourry 1997 : 35).

28L’histoire de la création des grands parcs urbains, décrite par Louis-Michel Nourry, est inséparable de l’avènement d’un pouvoir qui instaure durablement « une esthétique de l’apparence » empreinte des principes hygiénistes comme de l’idéologie bourgeoise. Napoléon III met en œuvre de grandes opérations d’urbanisme qui vont servir de modèles à la majorité des interventions sur l’espace public des grandes villes françaises.

Décidée par décrets, la politique urbaine est défendue au nom du fonctionnalisme, de l’hygiène et de l’embellissement des villes. […] L’émergence des jardins publics est significative de l’emprise de la politique sur la définition d’un style de vie. Le jardin public traduit l’émergence de la sensibilité bourgeoise par une nature domestiquée. Par sa création, son aménagement et les pratiques admises, le parc urbain renvoie au respect de l’ordre social fondé sur la propriété (ibid. : 14 ; 36).

29À la différence des grands parcs paysagers du xviiie siècle, les parcs des villes sont désormais des « équipements urbains » (Mosser & Teyssot 1990 : 13) dont l’objectif est de nature morale et hygiéniste, tandis qu’ils « exploitent le triomphe de la technique, entendue comme l’exploitation de ce vaste réservoir d’énergie qu’est la nature » (ibid.).

  • 9 Né en 1817, ingénieur de formation, il est le collaborateur le plus direct d’Haussmann de 1854 à 18 (...)

30« Soucieux de faire de la France une nation moderne, Napoléon III engage le préfet Haussmann, pour ériger la capitale, enseigne du progrès, en modèle » (ibid. : 38). Ce dernier crée un corps de fonctionnaires municipaux : à la tête du service des promenades et plantations, Adolphe Alphand9, secondé par l’horticulteur Barillet-Deschamps, aménage les bois de Boulogne et de Vincennes, le parc des Buttes- Chaumont, en autant de massifs d’arbres, de pelouses vallonnées, de corbeilles de fleurs et de plantes vertes. La référence à l’architecture rurale suisse, largement utilisée, connaîtra un sort durable. Mais dans l’aménagement de Paris, outre la création de larges allées plantées pour aérer la ville, place est faite à la multiplication des squares, en vue de l’éducation et de la moralisation des populations modestes.

  • 10 Né à Bourges en 1840 dans une famille d’horticulteurs, il entre dans les services d’Alphand à l’âge (...)
  • 11 « L’architecture des jardins devient l’ordonnatrice du spectacle de la bourgeoisie urbaine : le par (...)

31Si, dès Napoléon Ier, le « projet paysagiste » se trouve en partie détourné au service du pouvoir, c’est sous le Second Empire que s’établit la rupture avec la conception totalisante de la nature qui inspirait l’idéal paysagiste des Lumières : avec Édouard André10, le paysagiste doit se séparer de l’agronomie pour se consacrer à l’art des jardins (Luginbühl 1989 : 217). Les réalisations du Second Empire dépassent les conceptions pittoresques et romantiques exprimées par le jardin paysager pour y adjoindre les fonctions de jardin de plantes et de jardin de divertissement. La beauté naturelle s’efface au profit de l’aspect fonctionnel des parcs urbains et d’une esthétique qui fait sienne la dimension de représentation11.

Le sentiment de la beauté n’est plus à la genèse du dessin, il cède au savoir-faire des pratiques codifiées officiellement. L’esthétisme qui s’en dégage est conventionnel, inclus dans les principes architecturaux qui président au nouvel urbanisme de la capitale. […] Le talent et le goût attribuent au jardin ses caractères artistiques : la mise en scène crée le spectacle auquel le promeneur doit être éduqué (Nourry 1997 : 44).

  • 12 Cette esthétique de l’apparence, reflet d’une idéologie positive du progrès, s’observe également au (...)

32Avec ce nouveau modèle influencé par l’hygiénisme, il s’agit de définir un cadre de vie digne de la nouvelle société, de fonder un idéal esthétique pour une nouvelle civilisation. L’artiste est convoqué pour embellir et favoriser l’apparence aussi bien que l’image12. Les végétaux y sont tout particulièrement mis à contribution : utilisation massive d’espèces exotiques, création de parterres floraux et de corbeilles, etc.

La mosaïculture et ses corbeilles

33Une ornementation florale nouvelle, issue du développement de l’horticulture et du savoir-faire des jardiniers municipaux, se généralisera dans les parcs urbains à partir des années 1860, jusqu’à devenir en France une « décoration conventionnelle » (Nourry 1997 : 53). La mosaïculture, propre à la France et à la Belgique, est inspirée du carpet bedding anglais – plantation par planches, au moment de la floraison, d’une seule variété de même couleur – qui procède de la mode du parterre de fleurs à repiquer. À ces savoir-faire se rapportent le travail des sélectionneurs entre les années 1820 et 1840 en Angleterre, l’apparition sur le marché de variétés naines des principaux groupes de fleurs semi-vivaces à repiquer mais également les premières publications de périodiques horticoles.

Dans les années 1850, les grandes catégories de plantes à repiquer ont été stabilisées : pélargoniums, pétunias, verveines, calcéolaires, toutes des variétés semi-vivaces traitées comme des plantes annuelles pour des raisons horticoles. Dans les années 1870, les bégonias tubéreux viennent s’ajouter à la liste (Van Sprang 1996 : 156-171).

34Pour les jardiniers municipaux français, la pratique de la mosaïculture fournit l’occasion d’accéder au rang de décorateur et de faire valoir leurs fonctions. Ils ajoutent à cette liste de plantes les espèces hivernales à feuillage décoratif conservées dans les serres. Les compositions dessinées par les plantes où se succèdent festons et pendentifs évoluent souvent en figures géométriques et zoomorphiques, révélant un savoir-faire jardinier qui ne va cesser de se transmettre et de s’enrichir.

Un travail de patience et répétitif consiste à réduire, couper, asservir les végétaux ; la réussite passe par l’obtention des couleurs primaires et d’un aspect uniforme, le dessin géométrique doit pallier à la monotonie engendrée. […] La nécessité de planifier et de programmer l’obtention de plants et leur mise en scène satisfait les nouveaux services municipaux soucieux de gestion et de définition d’objectifs à atteindre. Le résultat est visible, évaluable : la mosaïculture satisfait à ce besoin de rationalisation des moyens d’expression (Nourry 1997 : 54).

35Ce mode, qui valorise la géométrie des parterres et la décoration à partir de quelques espèces choisies, est appelé à se pérenniser au xxe siècle dans les pratiques d’aménagement de l’espace urbain comme dans les jardins privés. La mosaïculture, toujours prisée par les jardiniers publics contemporains, fait également des émules dans les jardins fleuris, où les corbeilles de plantes annuelles estivales rappellent singulièrement le fleurissement des parcs urbains du xixe siècle.

36Mais à la diffusion de ce modèle à la fin du siècle dernier répond une mode plus naturaliste, portée notamment par les anglais William Robinson et Gertrude Jekyll (voir supra). Elle réhabilite l’usage de plantes vivaces dans les « cottage gardens » et, avec une poétique du coloris pictural, revendique l’appartenance à l’art. Désormais, « deux écoles se côtoieront, l’une d’influence anglaise prisée par les propriétaires privés, l’autre plus académique, enseignée et vulgarisée auprès des jardiniers municipaux » (ibid. : 52). En effet, malgré la complexité des situations et leurs influences multiples, on peut voir ces tendances se décliner tout au long du xxe siècle. Ainsi nos jardins « fleuris » et « au naturel » peuvent-ils bénéficier quelque peu de cet éclairage. Car, d’une part, le développement d’une culture des jardiniers des villes n’a certainement pas été sans influence sur le savoir-faire d’habitants confrontés au fleurissement municipal. D’autre part, on se souvient d’un jardin « au naturel » qui reste inspiré du « jardin de cottage » anglais, ou de l’importance de ce dernier dans les associations d’amateurs. Mais, pour tisser l’histoire du fleurissement, il faut aussi suivre d’autres trames historiques, ainsi celle qui, sous l’influence du tourisme naissant, aura un effet durable sur l’aspect des campagnes et de leurs bourgs.

Notes

1 « La nature, embellie ou entretenue par les soins des hommes, est la source du bonheur universel, c’est-à- dire, en premier lieu, de la richesse, de la jouissance et du bonheur social » (Luginbühl 1989 : 98).

2 Jack Goody (1994 : 236) rapporte les usages des fleurs dans les fêtes religieuses ; « symboles de la Bonté », elles visaient à faire « saisir le sens de la doctrine chrétienne » : fête des roses pour la Pentecôte, cueillette du buis pour les Rameaux, genêts pour Pâques, fleurs de mai pour le mois de Marie, guirlandes pour la Fête-Dieu, la Saint-Barnabé, houx pour Noël, etc.

3 Au Moyen Âge, dès le xiie siècle, où Jack Goody (1994 : 181) situe la première « renaissance florale », et jusqu’au xvie siècle, les guirlandes étaient portées pour les cérémonies, religieuses ou non, par les représentants de la noblesse ou de l’autorité. Mais elles ornaient également les têtes des vainqueurs dans les fêtes populaires, ou encore portaient des messages d’amour.

4 200 espèces de plantes cultivées en 1500, 18 000 en 1839 (Thomas 1985 : 295). Voir aussi Goody (1994 : 210).

5 Jean de La Quintinie, Instruction pour les jardins fruitiers et potagers, 2 tomes, Paris, Compagnie des libraires, 1715. Introduction, extrait cité par Yves- Marie Allain (1997 : 207).

6 Le fleurissement participe du processus de civilisation décrit par Norbert Elias, qualifié par l’autocontrôle et la rationalisation des mœurs. « Par l’étiquette, la société de cour procède à son autoreprésentation, chacun se distinguant de l’autre, tous ensemble se distinguant de personnes étrangères au groupe, chacun et tous ensemble s’administrant la preuve de la valeur absolue de leur existence » (Elias 1985 : 97).

7 « L’évidence fonctionnelle, l’insularité des édifices et la symétrie, qui répond, elle aussi, à un impératif hygiéniste, assurent, outre la salubrité, la lisibilité immédiate de la ville et le bonheur visuel du spectateur » (Corbin 1982 : 117).

8 Appartenant à une lignée de botanistes célèbres, Gabriel Thouin, né en 1747, influencera le principal courant paysagiste du xixe siècle (Bühlher, Barillet- Deschamps, André).

9 Né en 1817, ingénieur de formation, il est le collaborateur le plus direct d’Haussmann de 1854 à 1870. On lui doit, outre les nouveaux « embellissements » de Paris, un traité intitulé Les Promenades de Paris.

10 Né à Bourges en 1840 dans une famille d’horticulteurs, il entre dans les services d’Alphand à l’âge de vingt ans, attaché aux plantations et parcs publics. Il reste célèbre essentiellement pour son traité paru en 1879 (L’Art des jardins. Traité pour la composition de parcs et jardins), dans lequel il défend notamment le style mixte, mélange des styles paysager et régulier. Associé au mouvement horticole – il écrit dans les catalogues de la maison Vilmorin-Andrieux –, il préconise la décoration florale, les corbeilles de fleurs, l’harmonie et le contraste des couleurs (Baridon 1998 : 1037-1079).

11 « L’architecture des jardins devient l’ordonnatrice du spectacle de la bourgeoisie urbaine : le parc fournit le décor des promenades dominicales savamment orchestrées et le rituel quotidien des bonnes d’enfants » (Nourry 1997 : 216).

12 Cette esthétique de l’apparence, reflet d’une idéologie positive du progrès, s’observe également au sujet des animaux de concours, dans le cadre des comices agricoles instaurés sous le Second Empire (Lizet 1989).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search