Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

IV. Jalons pour une histoire du fleurissement

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 « La culture des fleurs vient d’en haut ou d’ailleurs, pour s’étendre ensuite, en particulier dans (...)

1L’étude historique et patrimoniale des parcs et jardins, et de l’architecture, privilégie le champ du savoir savant et académique. Et la protection des sites et des monuments s’applique d’abord à ceux qui sont marqués du sceau du savoir légitime (Chiva & Dubost 1990 : 9-39). Le même mouvement, quoique plus récent, concerne les parcs et jardins dits historiques, avec différentes opérations d’inventaire, d’études et de protection. Quant aux formes vernaculaires de l’espace domestique extérieur, elles ne suscitent qu’un intérêt mineur, que la rareté des sources ne justifie qu’en partie. Les jardins « ordinaires » s’inscrivent pourtant dans cette histoire des parcs et jardins ; « jardins fleuris » et « jardins au naturel » participent de celle du fleurissement. Si ce dernier terme n’advient que tardivement, dans les années 1950, la fabrication d’un espace réservé aux fleurs d’ornement comme l’observance d’usages qui leur sont associés apparaissent pourtant en France dès le xvie siècle. Jack Goody (1994 : 234-236) a souligné ce moment décisif qui, en Europe occidentale, annonce « le retour de faveur des fleurs » dans la culture urbaine et élitaire. Quant aux « jardins paysans » qui participent aussi d’une histoire globale faite de contacts et d’échanges, ils hériteraient d’une culture des fleurs dont l’influence religieuse s’enracine dans le haut Moyen Âge1.

2Une histoire du fleurissement permettrait d’éclairer l’évolution de cette place de choix accordée à la fleur dans les jardins. Pour comprendre la présence simultanée de diverses manières de faire, pour resituer les pratiques jardinières dans un contexte historique et social, le fleurissement doit s’inscrire dans un cadre très large, en insistant sur le xixe siècle où il se constitue en véritable fait de société. Sans en faire l’étude exhaustive, il s’agit d’en fournir les principaux repères, et de jalonner l’histoire d’une « culture des fleurs » devenue générale.

3« La culture des fleurs » aurait une origine non seulement urbaine, mais élitaire, impliquant d’abord la société de cour puis, plus massivement, la bourgeoisie (d’après les historiens, notamment Corbin 1982 et Nourry 1997). C’est au xixe siècle que s’affirme une tradition horticole française dont l’influence semble toujours aujourd’hui visible dans l’aménagement des jardins, tant publics que privés. D’après Louis-Michel Nourry, à la création de grands parcs urbains correspond celle d’une mise en scène horticole savante (mosaïculture florale, tracés courbes sur pelouse). Quant à la diffusion de ce modèle, elle est à relier au développement de métiers spécialisés (pépiniéristes, jardiniers) ainsi qu’à l’élaboration, dès le xixe siècle, d’une palette végétale toujours plus diversifiée et de nouveaux savoir-faire.

  • 2 Le terme de paysagiste, qui désignait le peintre de paysage, ne remplace ceux d’architecte-paysagi (...)

4Diffusion de normes esthétiques et hygiénistes issues de la culture paysagiste2 savante et de la bourgeoisie urbaine, incidence de professions en train de se structurer et d’investir un marché, naissance d’un nouveau secteur économique amené à se développer : le tourisme, plusieurs registres auront concouru au fleurissement de la France du xxe siècle.

Notes

1 « La culture des fleurs vient d’en haut ou d’ailleurs, pour s’étendre ensuite, en particulier dans les zones rurales où, à l’époque du haut Moyen Âge par exemple, le peuple des fidèles, auquel l’Église concédait peu de rituels “acceptables”, avait accueilli les fleurs à bras ouverts. » Jack Goody (1984 : 236) situe la première « renaissance florale » au xiie siècle (voir infra).

2 Le terme de paysagiste, qui désignait le peintre de paysage, ne remplace ceux d’architecte-paysagiste ou architecte des jardins, usuels au xixe siècle où cette profession commence à s’organiser, qu’après la dernière guerre (Dubost 1994 : 113-115).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search