Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

III. Jardins « au naturel »

18. Réseaux : le partage d’une passion

Texte intégral

1Le propre de ce groupe de jardiniers, c’est de participer d’un « monde » spécifique (Becker 1983 : 404), de s’y inscrire et de le revendiquer. En les opposant à d’autres types de jardins (paysan, fleuri ou de lotissement), les jardiniers confèrent aux leurs une authenticité, surtout exprimée par les végétaux. « Vrais jardins », ils sont reconnus comme tels par les associations d’amateurs de plantes et de jardins, par les divers spécialistes du jardinage (paysagistes, journalistes, pépiniéristes spécialisés, organisateurs de manifestations, etc.). Aussi les amateurs de ce type de jardins sollicitent-ils volontiers tout contact susceptible de nourrir leur passion.

2La première condition pour faire partie du réseau est de fréquenter les pépinières spécialisées. Dans la gamme de prédilection de ces jardiniers, les pépiniéristes « dignes de ce nom » proposent en effet différentes palettes de végétaux plus ou moins rares, de variétés et cultivars, d’une seule ou de quelques espèces.

Je trouve qu’il y a une éducation à faire au niveau du paysage. Et je trouve que les pépinières commencent à la faire. Pas les grandes surfaces parce que les grandes surfaces, ils vendent et ils ne vous donnent aucun renseignement. Tandis que quand on va chez un pépiniériste digne de ce nom, monsieur C. à Prayssac, monsieur H. à Montauban, monsieur L. à Bergerac, ils ne vous donnent pas n’importe quoi. Ils vous demandent ce que vous voulez en faire, comment vous voulez le faire, ils vous conseillent. C’est des gens qui connaissent leurs plantes tandis que les pépiniéristes des grandes surfaces, ils ne savent même pas le nom ! C’est pas leur problème, leur problème, c’est le passage à la caisse. (Gisèle B.)

3Le développement du marché des plantes rares et de collection, spectaculaire dans les trente dernières années, doit beaucoup aux associations d’amateurs regroupés autour de la passion d’une même plante ou d’un groupe de plantes (Dubost 1997 : 31-45). Des foules toujours plus importantes se dirigent vers les expositions de plantes rares les plus prestigieuses et premières du genre : Courson et Saint- Jean-de-Beauregard. Au cours des premières années, ces manifestations réunissaient, plusieurs jours durant, la fine fleur du jardinage, pépiniéristes spécialisés, amateurs fortunés, lecteurs avisés de la presse ad hoc, ou paysagistes de renom. Le marché s’est aujourd’hui popularisé et on ne compte plus le nombre d’événements de ce type, ni d’ailleurs celui des associations d’amateurs.

  • 1 « La mode des plantes rares ne s’expliquerait pas si l’on se limitait à son seul objet. Elle est l (...)

4Dans le Lot (et également dans le département voisin, la Dordogne), les associations, largement investies par les Anglais retraités, sont à l’origine des premières fêtes des plantes organisées sur le modèle des grandes manifestations nationales précédemment citées. La première du genre a lieu en 1992 sur le site classé de l’Abbaye- Nouvelle ( Dordogne). Bien souvent, les fêtes dédiées aux végétaux prennent pour cadre un lieu patrimonial, comme pour souligner leur authenticité réciproque, et réitérer un ensemble de valeurs esthétiques désormais dominantes1. À l’Abbaye-Nouvelle donc, le promeneur déambule parmi des collections de sauges et de Geranium, de plantes herbacées de toutes sortes, de rosiers anciens, de légumes d’autrefois, de potiches de grès et céramiques provençales, de photographies de jardins choisis. Les stands ne sont pas en très grand nombre mais tous « de premier choix », ainsi que le mentionne Rose V. que j’accompagne pour l’occasion. Son plus grand plaisir est de savoir identifier espèces, variétés et cultivars, et de se procurer telle Hosta ou telle euphorbe, « toutes ces plantes qui nous viennent des Anglais ».

5Quercy Horticultural Association présente ses activités et une exposition de photographies de jardins. Comme les autres associations d’amateurs, QHA organise des conférences mensuelles et, pendant la belle saison, des visites de jardins privés. « C’est une association pour le plaisir. Pas de complication, pas d’élitisme, seulement le plaisir du jardin. » Et si « les oiseaux de même plume volent ensemble », ainsi que plaisante son président, Clive J., pour expliquer le fort taux de population britannique, il met à profit ses nombreuses visites au pépiniériste local, producteur de roses anciennes, pour repérer et contacter de futurs adhérents. Ainsi, la pépinière peut-elle faire office de lieu de rencontre et servir à la formalisation d’un réseau d’amateurs.

6De conférences en pépinières, de visites de jardins privés en marchés aux plantes, le petit monde des amateurs finit par se connaître et se reconnaître. Ainsi, l’association La Salicaire organise en 1994 une bourse d’échange dans le jardin de Gisèle B., à laquelle sont conviés les membres de QHA. Tout autant que le choix des plantes de jardin, les pratiques de jardinage évoluent au gré de ces rencontres.

Je trouve que les associations obligent les pépiniéristes à faire un effort. Je fais partie de La Salicaire, il y a des Anglais, il y a des associations qui marchent, beaucoup d’Anglais sont là qui nous amènent vers autre chose, eux aussi, ils font notre éducation. (Gisèle B.)
Ce pépiniériste m’a dit qu’il avait mis ces euphorbes rimania dans les hélianthèmes, que c’est splendide, que ça allait avoir une vogue ! (Rose V.)

7Les amateurs sont très conscients de la formation de leur réseau au fil des rencontres, et ne sont pas toujours disposés à faire une place aux néophytes ou autres tenants des jardins fleuris.

– J’ai fait visiter mon jardin à La Salicaire puisqu’on tourne autour des jardins des adhérents. Deux fois par an, on fait des bourses aux plantes et ça se fait dans les jardins des adhérents. L’an dernier, ça s’est fait chez nous. J’avais ouvert mon jardin. J’avais ouvert mon jardin à un pique-nique avec les Anglais. Puis au groupe de Mon jardin et ma maison.
Et on m’a demandé, au syndicat d’initiative, si je voulais faire visiter, j’ai dit non. Je veux bien faire visiter mon jardin à des gens qui aiment le jardin. Qui m’écriront, à qui je téléphonerai, avec qui je sentirai si oui ou non c’est du pipeau, si c’est pour se promener ou c’est vraiment une passion commune. L’autre jour, j’ai reçu un coup de téléphone de Mme P., une dame qui avait paru dans Mon jardin et ma maison de février 93 et qui m’avait été envoyée par une dame que j’avais connue à la SNHF [Société nationale d’horticulture de France]. Mais je partais à Cannes. Mais celle-là, quand elle reviendra, je lui ferai faire le tour des jardins que je connais, parce que je sais que nous sommes sur la même longueur d’onde. On pourra parler pendant trois ou quatre heures de jardinage sans se lasser.
C’est ça le problème, vous comprenez, quand on partage une même passion, c’est très facile. Mais si c’est pour faire les « malignou » : « Ah oui, c’est pas mal, gna-gna. » Je préfère qu’on me dise : « Vous auriez pu mettre ça ou ça pour telle et telle raison », je préfère. Maintenant, je n’ai pas un jardin extraordinaire, j’ai un jardin et j’aime bien.
– Avec le syndicat d’initiative, c’était pour recevoir des touristes ?
– Non, non, non, j’en veux pas ! Il y a les Journées du patrimoine, mais là, vous avez n’importe qui, qui vient. Par curiosité, non par intérêt. Pour regarder comme ça. Non, moi, j’ouvre mon jardin à des gens qui aiment.
– Pour le conseil ?
– Non, pour échanger. Le conseil, il faut être capable. Bon, il y a les grandes lignes, ce que je fais avec mes jardinières [au club de jardinage cadurcien]. Je vous dis, on est sur la même longueur d’onde. Les personnes qui aiment, on est sur la même longueur d’onde. Que j’explique bien : on est pareilles ! (Gisèle B.)

8Ce n’est pas Rose V. qui saurait la démentir, elle qui « rêve de rencontrer des gens qui ne sont que pour les jardins. Parce qu’on sait de quoi on parle. C’est une vraie religion ! ».

  • 2 « Physostegia virginiana existe en rose dans l’espèce type, chez « Rose Bouquet » et « Vivid », un (...)

9Ces rencontres d’amateurs, si elles renouent avec le principe paysan de l’échange tout en suivant des modalités bien différentes, ne se passent pas d’un rapport individualisé au végétal. Ce rapport aux plantes est celui-là même qui doit être partagé. Et plus que par le don de la bouture, la communication se fait autour du nom de la plante. Il faut pouvoir nommer, en latin de surcroît, et décliner espèce, variété, cultivar. Lors du week-end organisé par le club Mon jardin et ma maison, on peut entendre : « Ici, Rosa rubifolia ; là, rosier “Primprenelle” » ou « voici Iris sisyrinchium, à ne pas confondre avec Iris striatum », ou encore « Doronicum austriacum est très élégant, columnae est plus pointu ». Le nom du cultivar se substitue éventuellement à la variété botanique, et la variété à l’espèce, pour marquer la familiarité avec le végétal2, ou tout au moins, l’individualiser. Nommer, c’est instituer la plante comme sujet : « C’est le Montpellier [érable]. »

10« Bien sûr que c’est “Clair-Matin” ! » Certaines plantes, comme ce rosier ancien, semblent si évidentes que leur reconnaissance entérine l’entrée dans le club des amateurs éclairés. Le nom des plantes sert de ralliement entre les hommes, et il y a sans doute quelque chose d’incantatoire à vouloir prononcer ou lancer à l’autre le nom latin d’un végétal. Davantage que sur des commentaires avisés, la communication entre amateurs repose sur ce thème essentiel qu’est la connaissance savante des végétaux.

11Ce savoir devient évidemment nécessaire pour qui, comme Rose V., attend dans son jardin un effet précis de telle plante ou veut y installer des variétés plus ou moins rares :

Je veux savoir le nom. Je cherche tant que je n’ai pas trouvé, je ne sais pas pourquoi, il faut que je mette un nom sur la fleur. Les autres, ça ne leur fait rien. […] [à moi :] « Tu noteras le nom, au cas où tu voudrais en commander. »
– À Cahors [au club de jardinage], je leur oblige à apprendre bien le nom des végétaux, de manière à ce qu’elles plantent bien des choses bien décrites. Si elles commencent à recaler dans les noms, on est foutu !
– C’est important, les noms ?
– C’est important parce que, quand on parle d’une chose, on parle d’une seule chose. C’est pas important pour autre chose, les familles, tout ça. Mais c’est important pour spécifier ce que l’on veut, où l’on veut, quand on veut, comment ça pousse. Deux plantes portant le nom de cotonéaster, un salicifolius, un dammeri, ça n’a rien à voir ! Bon alors ! (Gisèle B.)

12Le nom sert à individualiser la plante et il sert à circonscrire le réseau. Le paysagiste qui encadrait le groupe lotois Mon jardin et ma maison l’explicite, soulignant la valeur affective rattachée au fait de nommer.

Nommer c’est connaître, c’est très important : d’un ensemble informel, rendre l’individu, c’est comme ça que les fleurs vivent. Pour les plantes d’ornement, l’individualisation est précieuse. Une plante rare a ses qualités particulières. Le nom évite les confusions. Les vrais amateurs vont vers les pépinières spécialisées. C’est tout à fait différent des jardineries où les plantes ne sont plus chargées d’émotion.

  • 3 À moins que ce mode jardinier ne soit à même de générer une sociabilité propre. Ainsi, le jardin d (...)

13Groupe de savoir, qui communique autour de ce savoir, amateurs et praticiens de jardins ornementaux ont en commun cette passion exclusive, qui ne les autorise que peu ou pas à échanger avec d’autres types de jardiniers3. Ainsi, le réseau des amateurs fait office de territoire, il s’est substitué à un espace localisé à l’intérieur duquel se déroulent les échanges. L’échelle départementale et régionale sert désormais de cadre aux activités des associations mais c’est de loin en loin que les gens se rassemblent désormais. Le propre du réseau est de n’avoir plus de contraintes géographiques, et les visites d’achats ou de découvertes prennent volontiers pour cadre l’Hexagone ou l’Europe. Selon le paysagiste parisien Gilles Clément, « véritable figure de gourou dans le monde du jardinage » ( Jones 2000 : 12), qui médiatise le concept de « jardin planétaire » (Clément 1999), l’échelle pertinente est désormais celle de la Terre. Particulièrement attentifs aux causes écologiques et patrimoniales, les jardiniers « naturels » d’aujourd’hui ouvrent leurs portails sur le monde, tout en ne renouant que timidement avec le cercle d’échange de voisinage.

Les jardiniers participent aux échanges de savoir, de plantes et de ressources au niveau mondial, partageant l’intérêt général pour une gestion plus sage de notre planète menacée. L’engouement pour le tourisme vert allant croissant, des professionnels créent des sites publics originaux où le visiteur peut faire l’expérience des nouvelles relations entre perspectives locales et planétaires ( Jones 2000 : 6).

  • 4 « Le jardin privé présente désormais un intérêt légitime pour les paysagistes professionnels » (ap (...)

14Inspirée du modèle anglais puis d’une tradition naturaliste savante dont le redéploiement procède des associations d’amateurs, la « renaissance du jardin » se définit par la volonté de « renouer avec la nature ». Puis, toujours selon Louisa Jones, « la communication s’est améliorée entre professionnels et amateurs4 », dotant le jardin d’une nouvelle légitimité. Mais la « nouvelle passion nationale » se rattache au cadre plus large de la valorisation de l’environnement, décliné par les thèmes de recréation de la nature, y compris urbaine, de la protection « d’un paysage rural considéré comme un jardin paysager vivant », de la diversité des terroirs, du développement à la fois des techniques de l’écologie, des productions de qualité, des conservatoires de végétaux, du tourisme vert.

15Si les jardiniers se disent volontiers naturalistes, leur attention ne se concentre pas seulement sur le maintien de la biodiversité. Nature et vie sauvage, nature et « nostalgie du bon vieux temps » des jardins de grands-mères, passion des plantes, les jardins naturels se veulent aussi des œuvres d’art. « L’art de vivre à la campagne » est cette nouvelle utopie que le jardin a charge de porter.

Désormais, les jardiniers français n’imitent plus les modèles étrangers comme ces mixed-borders anglaises dont la presse horticole a tant parlé dans les années 1970 et 1980. Le jardin n’est plus simplement un décor raffiné, une pièce extérieure ou un passe-temps agréable. Il est devenu un lieu où l’on apprend à renouer des liens avec la nature, à accueillir la vie sauvage et à préserver la biodiversité, redécouvrir les senteurs, les textures et les saveurs du monde vivant, à allier économie et beauté, à raconter une histoire, inventer des symboles personnels et faire preuve de créativité artistique. Pour beaucoup, le jardin représente la quintessence de l’art de vivre à la campagne » (ibid. : 9).

16Les manières de fleurir révèlent attitudes culturelles et choix économiques, représentation de soi et dialogue avec l’autre, traitement de la nature enfin, qui, s’il semble individuel, relève toutefois de contextes sociohistoriques prcis. Avec ses nombreux paramètres, le fleurissement des abords de la maison requiert plusieurs niveaux de lecture.

17Le mode paysan donne l’image d’une continuité entre le travail et l’habitation, le travail et le loisir, et aussi entre les genres et les règnes (les humains, les végétaux et les animaux domestiques). Continuité, également, entre les espaces (intérieurs et extérieurs), de la maison jusqu’au village. Davantage que d’un métier, les fleurs sont l’expression d’une culture paysanne, au devenir toutefois incertain. Dans le jardin fleuri, « rouge à lèvres » d’une maison corps sous responsabilité féminine, les fleurs entrent en représentation. La rupture est consommée entre jardin et exploitation agricole. Les univers du travail et du loisir se disjoignent, les espaces de l’intérieur et de ses abords se cloisonnent, les liens entre la maisonnée et le village se relâchent. Mais si « les fleurs qui jettent » renforcent la place de la maison, elles engagent toujours une relation sensible. Elles marquent également l’agrégation à la société globale, à ses valeurs de mise en ordre et de confort et révèlent la tendance à la surenchère du fleurissement public et la dépendance à l’égard des marchandises horticoles. C’est contre cette manière que s’établit le jardin « au naturel ». Le goût pour la nature s’y affirme, ainsi qu’une volonté de faire lien avec l’espace environnant. Le territoire devient celui du réseau des spécialistes, qui décline la nouvelle approche, urbaine, de la campagne.

18Ces types jardiniers ont une histoire, ils se sont succédé ; mais ils coexistent et offrent aujourd’hui une sorte de patchwork, un résumé complexe, une photographie composite de différentes strates historiques et idéologiques. En arrière-plan se dessine une série de transformations sociales : l’importante évolution de l’agriculture depuis les années 1950, l’avènement d’une société dite de croissance, la recomposition des campagnes et du lien social, l’engouement général pour le jardin, la montée d’une conscience écologique et d’un désir exacerbé de campagne, de patrimoine et de nature.

19Cette typologie invite ainsi à une mise en perspective diachronique. Tandis que l’esthétique des « jardins paysans » exprime avant tout une culture faite de bricolage et d’échange, celle des « jardins fleuris » et « au naturel », désolidarisée de l’activité de leurs propriétaires, s’inscrit dans une histoire du fleurissement et de ses concours qui commence au xixe siècle. C’est cette histoire qu’il faut désormais étudier, pour comprendre comment s’élabore, non seulement une esthétique ordinaire, mais tout autant, une manière de voir et d’être au monde, largement induite par les mouvements de la société dans son ensemble.

Notes

1 « La mode des plantes rares ne s’expliquerait pas si l’on se limitait à son seul objet. Elle est liée à des tendances plus larges : quête d’identité locale, culte du patrimoine, idéologie du retour à la nature » (Dubost 1994 : 45).

2 « Physostegia virginiana existe en rose dans l’espèce type, chez « Rose Bouquet » et « Vivid », un peu plus petit, ainsi qu’en blanc chez « Alba » » (Pereire 1998 : 237).

3 À moins que ce mode jardinier ne soit à même de générer une sociabilité propre. Ainsi, le jardin de Polygonum de Liliana Motta – artiste parisienne –, dans la Sarthe, connaît un succès tel que le village de Saint-Paul-le-Gaultier qui l’accueille adopte à son tour « les mauvaises herbes » (fleurissement municipal, bourse aux plantes, parcours botanique) (Maine libre, 23-05-1999).

4 « Le jardin privé présente désormais un intérêt légitime pour les paysagistes professionnels » (après Burle Marx, Lassus, Richert, Brun et Pena, et bien sûr « le gourou dans le monde du jardinage » : Gilles Clément).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search