Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

III. Jardins « au naturel »

17. Une nature choisie

Texte intégral

1Les jardiniers de ce groupe revendiquent donc une proximité avec la nature, démontrée par leurs pratiques horticoles mais aussi alimentaires ou de loisirs. « On aime trop notre vie dans la nature, notre vie naturelle. » Les Anglais insistent, mais tous ont en commun un goût prononcé pour la nourriture saine, à base de produits fermiers ou biologiques, pour la marche à pied, pour des activités artistiques ou culturelles comme la peinture et la poterie. Les pratiques jardinières sont donc partie prenante d’un mode de vie qui reflète la très large sensibilité actuelle à la nature, à l’environnement et aux thèses écologistes.

2Ainsi, le paysage et la nature environnante sont-ils souvent pris en compte dans les compositions du jardin : plantes spontanées assurant le lien avec l’environnement extérieur, obtentions horticoles proches des espèces naturelles, percées et perspectives, tous ces choix paysagers indiquent la volonté de ne « pas faire de choses qui soient choquantes dans le paysage d’ici ». Pour cet entrepreneur-paysagiste, au service des particuliers, le jardin, en lien avec l’environnement, « ne doit pas dénaturer les lieux ». Une palette d’essences champêtres vient se substituer aux végétaux de pépinière, assimilés aux « jardins de Monsieur Tout-le-monde ». Aussi la clientèle du paysagiste est-elle ciblée :

J’ai des clients Mon jardin et ma maison, le haut de gamme, des gens qui veulent une recherche au niveau de leur jardin, qui ne souhaitent pas le jardin de tout le monde. Les végétaux de grande cavalerie sont déconseillés. C’est des gens qui ont beaucoup de goût, on le voit tout de suite à l’architecture de leur maison.

3Pour cet autre paysagiste, inspiré de Gilles Clément et de son « jardin en mouvement », c’est l’environnement qui fournit les clés du choix des végétaux et de leurs associations. L’esthétique est donnée par « le reflet de la plante à s’adapter au lieu » qui l’accueille. Mais ce créateur de jardins privés, qui réfute l’influence du modèle anglais, jugé trop sophistiqué et trop statique, réfute également le label de « paysagiste naturaliste ». En effet, « l’imitation servile de la nature » ne tient pas compte de l’histoire du paysage dans lequel inscrire tout jardin ; « la nature ne fait pas que des choses de goût ». Le paysagiste s’emploie ainsi à en sélectionner la part la plus « heureuse », à la retranscrire au jardin « pour le plaisir des sens ». Car c’est « la manifestation tangible de la vie », « le contrat avec la nature » qu’un jardin exprime. Sur cette nature, qu’on pourrait dire idéale, un contrôle s’exerce en permanence, pour limiter certaines espèces au profit d’autres, pour organiser les passages d’un espace à un autre selon le caractère plus ou moins sauvage donné à telle herbacée ou arbustive.

  • 1 « Ciselures superficielles de formes variées, creusées par les eaux en terrain calcaire », Petit R (...)
  • 2 Le lendemain, nous avons visité un petit jardin de ville, également créé par le paysagiste. Ici le (...)
  • 3 Compost où la matière organique est transformée par les vers de terre.

4En 1994, le paysagiste organisait dans le Quercy cette visite de jardins pour les membres du club Mon jardin et ma maison, auxquels je m’étais agrégée. Au programme, ce « jardin naturel » qu’il a créé autour de la résidence secondaire de notables parisiens, et qui fut honoré par un article abondamment illustré dans le même mensuel. Remblais stabilisés, lapiaz1 débarrassés de leur argile rouge, mélange terreux installé pour l’ensemencement, citerne construite pour alimenter la piscine, « emmarchement » creusé dans le rocher naturel de façon à relier la maison et la grange, les travaux sont assurément lourds pour que la demeure quercinoise « se fonde dans la nature ». Un choix d’essences locales et de variétés horticoles « proches des essences locales » (viorne, acacia doré, cornouiller) doit « organiser le passage du plus au moins naturel », « du sauvage au domestique ». Une touche « traditionnelle »2 vient compléter la palette, avec ses rosiers anciens (« Dorothy Perkins »), ses plantes réputées l’être (clématite montana tetrarosa, glycine, chèvrefeuille) ou ses aromatiques. « Le salon d’été » veut également évoquer tradition et nature, avec ses jarres et ses potiches anciennes emplies de fleurs séchées, ses fauteuils de fer volontairement exempts de peinture. Ailleurs, dans un autre jardin ce jour-là, on admire la teinte des volets « choisie la plus proche des mousses » et la journée se conclut par l’affirmation d’une préférence pour ces lieux « où l’on ne voit pas la main de l’homme ». Le geste discret de celui-ci doit d’ailleurs intégrer des savoir-faire écologiques : plantations de légumineuses « pour synthétiser le gaz organique qui fait se développer les graminées », de pâquerettes pour l’apport azoté, amendement organique à partir de « lombricompost3 », etc. Le respect de ces règles concrètes – une évidence pour tout le groupe – renvoie aux nombreuses expériences de restauration des écosystèmes par le génie écologique ou de gestion différenciée prônée au sein des services Espaces verts urbains.

5Les végétaux, plus encore que les éléments du décor, renvoient à l’idée que l’on se fait de la nature. Ce ne sont plus les fleurs mais les feuillages, herbacées, arbustes, arbres, qui la portent. Dans cette résidence secondaire comme chez Gisèle B., le prétexte en est le surcroît de travail occasionné par les vivaces ou le caractère éphémère de leur fleurissement. Mais, au fond, on suspecte volontiers les fleurs de fournir une image artificielle tandis que les feuillages s’avèrent davantage en harmonie avec la nature. « Les feuillages augmentés d’une touche de couleur » assurent sans conteste une connivence avec le paysage environnant.

  • 4 Durant ces dernières décennies, de nombreuses analyses explorent ces nouveaux rapports à l’espace (...)

6Aménager des perspectives, « ouvrir pour que le regard progresse dans le bois », les préoccupations jardinières aménagent une place au paysage d’ensemble. Mais tout comme la nature au jardin s’avère soigneusement choisie et maîtrisée, le paysage alentour se doit d’offrir une certaine image, celle d’une nature sereine, discrètement marquée par l’intervention humaine. Ainsi les pratiques agricoles traditionnelles qui accordent une large part au bricolage peuvent-elles être jugées débordantes et être particulièrement incriminées. Elles peuvent en effet entrer en concurrence avec cette vision du beau paysage que le goût légitime appelle de ses vœux. Ce qui n’est pas sans rappeler les recommandations – pas de bâtiments ou d’outils agricoles trop visibles, pas de cultures inadaptées au milieu, ni de « fautes de goût » dans la restauration – instruites par les institutions aujourd’hui impliquées dans la gestion de l’espace4.

Je suis embêtée par ce voisin imbécile, c’est n’importe quoi. C’est une horreur, je ne comprends pas comment on permet aux gens de saccager un paysage pareil, je ne comprends pas, qu’il n’y ait pas d’organismes qui viennent réglementer tout ça, c’est une pollution visuelle. Il y en a partout, là, là et là ! Du matériel, partout ! C’est la panique ! Le purin coule tout le long de la route. Des canalites à la place des tuiles. Alors moi, j’ai mis des arbres pour me cacher de tout ça. J’y arriverai ! Je vais mettre d’autres trucs pour me camoufler, je passe mon temps à ça. (Gisèle B.)

7La mise en ordre de l’espace et ses conflits d’appropriation sont donc en jeu ici, qui révèlent un profond antagonisme dans la vision des lieux et, plus largement, dans les manières d’être au monde.

Et voilà. Le jardin. Les senteurs du jardin. Ça, c’est une merveille, c’est beau, ça sent bon et ça camoufle les horreurs ! Mais là, je me sens pas chez moi… Des volets de récupération, il faut le faire ! Je vais vous dire, pour lui, je ne suis pas paysan et je n’ai rien à faire ici. Et moi je suis encerclée. (Gisèle B.)

  • 5 « Vers la fin du xviiie, un nombre croissant de personnes se mirent à trouver que l’ascendant de l (...)

8Nos jardiniers s’attachent donc à une vision harmonieuse de la nature. De la conformité de leurs réalisations à cette vision procède le sentiment esthétique. « Je veux que ça soit esthétique, que ça ne soit pas artificiel, à savoir ne pas mettre des plantes qui dans notre Causse seraient complètement incongrues. » De même, ils sont de fervents partisans de la gestion écologique et en appliquent les principes : ils évitent produits toxiques et arrosages intempestifs, fabriquent leurs composts, utilisent le purin d’ortie, etc. Les Anglais du Lot partagent ce goût pour l’intégration paysagère de leur jardin et revendiquent l’aspect naturel du jardin, la primauté de la feuille sur la fleur. Mais ils mettent également l’accent sur les compositions : mixed-borders et massifs, pergolas et treilles, « bois aménagés ». Assurant le passage entre sauvage et domestique, les bois aménagés hébergent certaines plantes spontanées tels la pulmonaire, le sceau-de-Salomon ou diverses espèces de fougères (Dryopteris notamment) à côté de cultivars plus ou moins rares, azalées kurume ou Hosta, helxines ou saxifrages. La nature du jardin est d’être un « jardin de la nature », pour paraphraser le titre de l’ouvrage de Keith Thomas (1985). En Angleterre en effet, la culture des fleurs et la possession d’un jardin comportent, dès la fin du xviiie siècle, « un attrait répandu dans toutes les couches de la société », auquel correspond « l’inévitable recherche de la satisfaction des émotions au-delà de la barrière du jardin, dans la nature sauvage elle-même » (ibid. : 312-313). Le goût des plantes sauvages, affirmé par les artistes et les botanistes à partir du xviie siècle, se généralise surtout au xixe siècle (ibid. : 350-355), tandis que s’affirme l’opposition entre ces choix esthétiques et le monde moderne qui se dessine5.

9Aujourd’hui, avec la généralisation des préoccupations écologistes et des désirs urbains en faveur de la campagne, la « mode du jardin anglais » aura fait office de précurseur, même si, aux mixed-borders impressionnistes savamment orchestrés selon les préceptes de Gertrude Gekyll, semblent vouloir succéder des espaces dits naturels ou sauvages ou encore authentiques. Impulsée par le secteur associatif lui-même, qui est issu des traditionnelles sociétés horticoles, relayée par la presse comme par les « vrais jardiniers », la mode actuelle répond à ce nouveau sentiment de la nature que ne manquent pas d’exploiter les filières commerciales à l’affût de tout nouveau débouché.

Notes

1 « Ciselures superficielles de formes variées, creusées par les eaux en terrain calcaire », Petit Robert.

2 Le lendemain, nous avons visité un petit jardin de ville, également créé par le paysagiste. Ici le choix est quelque peu différent. Mixed-border et plantes anciennes sont à l’honneur pour ce lieu jugé « charmant », « délicieux », « poétique » aux dires du groupe de visiteurs.

3 Compost où la matière organique est transformée par les vers de terre.

4 Durant ces dernières décennies, de nombreuses analyses explorent ces nouveaux rapports à l’espace rural, au patrimoine et au paysage – et notamment le rôle des organismes d’inventaire, de protection et de mise en valeur. Citons entre autres Paysage au pluriel (1995), Au bonheur des campagnes (1996), Cultiver la nature (1996), Vives campagnes (2000).

5 « Vers la fin du xviiie, un nombre croissant de personnes se mirent à trouver que l’ascendant de l’homme sur la nature répugnait de plus en plus à leur sensibilité morale et esthétique. […] Au début de l’époque moderne, étaient progressivement apparues des attitudes à l’égard du monde de la nature qui étaient pour l’essentiel incompatibles avec la voie dans laquelle se dirigeait la société anglaise » (Thomas 1985 : 390).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search