Version classiqueVersion mobile

La loi de 1905 n’aura pas lieu

 | 
Jean Baubérot
, 
Dorra Mameri-Chaambi

Seconde partie. La première « guerre » des séparations républicaines

Bonus. Passage coupé

Texte intégral

1Tel un film, un livre résulte d’un montage, et plusieurs coupes et suppressions de notes ont permis d’aboutir au manuscrit final de cet ouvrage. Cependant, après avoir enlevé au début du postlude un passage qui cassait le rythme du récit, j’ai eu des regrets. En effet, ces quelques pages me paraissaient typiques de ma perspective et je ne souhaitais pas qu’elles disparaissent. J’ai alors eu l’idée d’imiter les DVD et de restituer en « Bonus » le texte coupé.

Les imaginaires collectifs et leur importance sur le processus de la Séparation

2Où en est le processus de Séparation au moment où Combes quitte le pouvoir ? Effet non voulu de sa passe d’armes avec la Commission, plus personne n’est au clair sur l’état du projet.

3Certains journalistes font plus ou moins consciemment de la désinformation. Ainsi, l’organe « méliniste » La République française prétend le 21 décembre 1904 que « personne n’a sérieusement préparé la séparation ». D’autres s’y perdent plus ou moins.

  • 1 En créant « des associations populaires constituées […] suivant les prescriptions de la loi du 1er (...)
  • 2 Se présentant comme un simple laïc, d’Haussonville assure les lecteurs de sa soumission aux évêques (...)
  • 3 Même si, dans un premier temps, la Séparation n’est pas libérale : il a toujours en tête l’exemple (...)

4L’exemple du comte d’Haussonville est particulièrement éclairant. Il veut fournir une information sérieuse aux catholiques afin qu’ils envisagent la Séparation « virilement*, […] sans lamentations et sans illusions ». Il souhaite qu’ils commencent à s’organiser, dès à présent1, pour ne pas être pris au dépourvu quand l’échéance sera venue2. Début 1905, dans une série d’articles du Figaro, il cherche à se montrer impartial et à prouver que rien de dramatique ne va se produire3.

  • 4 La précision n’a rien d’anecdotique : elle signifie que d’Haussonville pense que la plupart des lec (...)
  • 5 Critique de la presse catholique et des réactions des évêques ?

5Pour faire le point, l’académicien relate l’histoire de la Commission parlementaire. Son récit, publié le 4 janvier 1905 par ce quotidien, se révèle très instructif. « Depuis deux ans », affirme-t-il, une Commission « fonctionnait silencieusement » et se « livrait à des études plutôt académiques » dont chacun pensait qu’elles « n’aboutiraient jamais ». Néanmoins, la situation changea quand, les congrégations étant dispersées, « la majorité ministérielle n’[eut] plus rien à se mettre sous la dent en fait d’anticléricalisme ». La Commission fut alors « mise en demeure de […] servir un nouveau plat anticlérical ». Elle « a obéi » et a déposé un projet dont « M. Briand, député socialiste4, était l’auteur principal ». Ce texte créa « une certaine surprise » : lu « avec sang-froid5 », il « semblait inspiré par un certain souci de l’équité et le respect de la liberté religieuse ». En tout cas, il offrait aux catholiques un « terrain de discussion ».

  • 6 Allusion au « sacrifice d’Abraham Briand » ? La source privilégiée d’Haussonville est peut-être Cle (...)

6D’Haussonville poursuit son récit : ce projet déplut à « nos jacobins » et ceux-ci demandèrent à Combes de « parer au danger ». Ce dernier « s’est exécuté » et a saisi la Commission d’un projet divergeant sur les points « les plus importants » du premier texte. Mise dans un « embarras […] cruel », la Commission « s’est repentie » et, « malgré les protestations d’une minorité importante qui a cru (je n’ai pas très bien compris pourquoi) devoir se retirer, elle a adopté en bloc – le mot est assurément de mise ici – le projet du gouvernement ». Briand a désavoué son « enfant6 » et a accepté « de défendre devant la Chambre le projet Combes et au besoin de combattre le sien ». L’écrivain conclut que « l’on chercherait vainement, dans toute notre histoire parlementaire, un aussi bel exemple [de] docilité ministérielle ».

7Cette version du processus de Séparation donnée par une sommité de l’époque montre le risque permanent du travail de l’historien : croire que les acteurs sont correctement informés de ce qui est en train d’advenir, et interagissent en connaissance de cause. D’Haussonville fait manifestement un effort pour comprendre et opérer une « nécessaire » clarification « des faits » auprès de ses lecteurs. Il pousse l’honnêteté intellectuelle jusqu’à reconnaître qu’il n’a pas tout compris, ce qui est rare pour un éditorialiste !

8Or, le récit de l’académicien mêle l’exact et le faux, en toute bonne foi (car un récit moins erroné irait davantage dans son sens). Il croit connaître le dossier. En fait, il a surtout retenu l’incompatibilité des deux projets et titre son article « Combes contre Briand ». En revanche, il énonce des contrevérités liées à l’imaginaire qui structure sa réflexion. Il ne lui paraît pas pensable que la Commission ait, d’elle-même, élaboré un projet ; celui-ci résulte d’une injonction du Bloc, en recherche d’une nouvelle bataille anticléricale. Comment se fait-il, alors, que ce texte ne se montre pas hostile aux catholiques et que ses commanditaires le désapprouvent ? Il ne l’explique pas. L’important pour lui reste que, finalement, la Commission ait adopté « en bloc » le projet Combes – alors qu’elle a obtenu des concessions. En outre, manifestement, le comte d’Haussonville croit que tous les commissaires sont des « ministériels », d’où son incompréhension de l’attitude d’une « minorité importante » et son ignorance de la méthode de travail adoptée jusqu’à l’intervention de Combes.

  • 7 Selon lui, la Commission « fonctionnait silencieusement » et se « livrait à des études plutôt acadé (...)
  • 8 Il est monarchiste et académicien.
  • 9 Sensible au premier aspect, A. Ranc décrit d’Haussonville comme « l’âme du parti des durs à l’Acadé (...)

9En quelque sorte, l’écrivain a dans la tête une grille de lecture qui l’a conduit à trier dans les informations – et les quasi-silences7 – fournis par les journaux. Cette grille de lecture implicite croise deux univers symboliques assez différents : celui d’un catholique fervent, d’un adversaire résolu du Bloc et celui d’un laïc (c’est-à-dire non-clerc) ayant des revenus confortables, bien inséré socialement et à l’aise dans la République8, d’un homme cultivé ne raisonnant pas au premier degré, qui ne pense pas que la Séparation soit une calamité pour sa religion9.

  • 10 Et qui sont convaincus que leur interprétation est la réalité des faits, que les propos de leurs ad (...)

10Effort d’impartialité, croisement de deux univers symboliques… une interprétation plus partiale, plus erronée des événements imprègne les convictions et les discours militants de ceux dont l’univers symbolique est plus univoque10. Même dans leurs écrits polémiques, les acteurs sont en général « sincères », à leurs yeux du moins. L’ampleur des peurs ressenties de part et d’autre trouve ici un élément d’explication. Considérer l’importance symbolique, sociale et politique de ces angoisses respectives permet de prendre ses distances avec toute analyse qui suppose qu’un camp ait raison contre l’autre ou qui, connaissant la fin de l’histoire, minore le vécu des acteurs et les obstacles, presque insurmontables, pour arriver à inverser le cours des choses, dans un engrenage d’interactions de plus en plus conflictuelles.

  • 11 Dans l’entre-deux-guerres, la radio va progressivement devenir un média concurrent.
  • 12 Respectivement A. Leroy-Beaulieu et A. Fouillée, cités par Delporte 1999 : 132 sqq.

11La période qui va de la loi libérale de 1881 à la guerre de 1914-1918 constitue « l’apogée de la presse française ». En situation de monopole11, elle assure « la propagation d’idées simples, autour de thèmes le plus souvent négatifs » (antisémitisme, antimaçonnisme, anticléricalisme…), où « les lecteurs ne [retiennent] pas les détails de l’argumentation des journalistes mais [trouvent] dans l’information politique la matière de récits passionnants » (Albert 1972 : 239, 257). Des intellectuels regrettent alors le temps idéalisé d’une presse à petite diffusion, faite « par une élite pour une élite » et qui « vulgaris[ait] » des « idées » alors que maintenant « ce sont les passions qu’elle prend comme tâche de répandre »12.

12Certes, de telles plaintes ressemblent un peu aux critiques séculaires envers les jeunes qui ne respectent plus aucune règle : elles sont récurrentes. Il n’en reste pas moins que la focalisation de cet ouvrage a induit un critère drastique de sélection parmi les innombrables articles publiés ces années-là. Il est nécessaire d’être conscient de ce biais. Même en se limitant au champ politique, les affaires comme « le million des Chartreux* » ou le mystère entourant la mort de Syveton, feuilletons à rebondissements presque quotidiens, retiennent bien davantage l’attention des journalistes et, a fortiori, celle du public, que le travail de la Commission, surtout pendant la période où celui-ci s’effectue dans le calme. Dans le dossier étudié, ce sont les remous liés à la question des congrégations, au conflit avec le Saint-Siège et à l’affaire des fiches qui font l’actualité, au détriment des millions d’interactions paisibles sur un plan socioreligieux qui se déroulent au même moment dans le pays.

  • 13 Les citations qui suivent, y compris dans le début du prochain paragraphe, proviennent de Cl. Langl (...)

13La focalisation de l’attention sociale sur les affrontements en Bretagne à l’été 1902 et sur les heurts de mai-juin 1903 en constitue un exemple frappant : le jugement des historiens est à l’opposé du ressenti des acteurs. En effet, si certaines situations ont été conflictuelles, la majorité des dispersions des congréganistes et de la tenue des processions catholiques n’a pas donné lieu à des incidents. Cette réalité empirique massive a constitué la face immergée, non socialement visible de l’iceberg. Lagrée (2002) le constate, sur le plan synchronique, et un autre historien, Claude Langlois13, montre l’établissement progressif, de 1802 à 1914, après des siècles de « guerres de religion », « d’une certaine paix religieuse » où les « règles nouvelles de “marquage” des différences […] n’outrepassent pas les limites acceptables d’un vivre-ensemble ». Au moment où la Grande Guerre commence, « aucune personnalité chrétienne ne [figure] sur le fameux carnet B qui [contient] la liste des suspects à arrêter au début du conflit ».

  • 14 En 2005, lors du centenaire de la loi, nombre d’historiens acceptèrent d’intervenir dans les classe (...)

14Un processus de « pacification » s’est donc opéré « sans bruit ». Il a engendré « l’impression paradoxale qu’au contraire, la violence est là, plus forte que jamais parce que justement elle peut quotidiennement s’exprimer par la presse et notamment par la caricature, parce que [des] affrontements localisés [demeurent] ». Cependant, de la violence physique, on est passé (de façon dominante) « à un autre registre de violence, politiquement intégrée, contenue et ritualisée le plus souvent ». Ce sera d’ailleurs le cas de la crise des inventaires* en 1906, comme le montre un troisième historien, Jérôme Grévy (2005 : 205) : « L’acte administratif [de l’inventaire] fut vécu comme une liturgie sacrificielle. […] Indéniablement, la ritualisation de la résistance fut un facteur de régulation de la violence », qui néanmoins exista en quelques endroits, et dont photographies et caricatures majorent de beaucoup le souvenir14.

  • 15 Nous avons vu que cette construction du calme pouvait être détruite par l’intervention d’un acteur (...)
  • 16 Sans parler des biais, déjà mentionnés, introduits par les grilles de lectures implicites.

15Le chien qui n’aboie pas n’intéresse personne – à part Sherlock ! –, alors même que le non-événement est un construit social qui, à moyen et long termes, peut constituer un élément essentiel de l’émergence d’un fait historique important. Ainsi, l’événement structurant pour la laïcité en France que constitue la loi de 1905 n’aurait jamais existé sans le travail de la Commission entre juin 1903 et novembre 1904. Le staff et les autres commissaires ont construit du calme15 dans un environnement où le piquant, le bruit et la fureur, bref le spectaculaire – déjà ! –, constituait l’essentiel des informations livrées au public, figurants et acteurs16.

16Malgré ce tri, chacun reçoit, néanmoins, des matériaux qui excèdent sa capacité de mémorisation ; il effectue donc de nouveaux choix selon des critères analogues, auxquels s’ajoutent des intérêts propres. Mais ce qui reste est encore beaucoup trop pesant pour la mémoire collective, saturée de données multiples. Elle doit donc effectuer une troisième sélection, retenant ce qui est socialement perçu comme « mémorable » et que différents locuteurs répètent indéfiniment. Le faux stéréotype de « l’école gratuite, laïque et obligatoire » appartient à cette construction historico-sociale d’évidences fallacieuses. La culture n’est pas seulement « ce qui reste quand on a tout oublié », c’est un ensemble de biais et de connivences dont nous sommes plus ou moins prisonniers. Si l’optique démocratique libérale comporte des risques, l’optique de l’émancipation possède un côté illusoire : chacun croit que c’est l’autre qui doit être émancipé, libéré, alors que lui-même serait déjà délivré de « l’obscurantisme ».

  • 17 Citton 2014a et 2014b.
  • 18 Cf. ibid.

17L’« attention » comme denrée rare, objet de sollicitations multiples qui cherchent à la « capter », est devenue un sujet d’études universitaires depuis les années 1990 dans les pays anglo-saxons qui pourrait être appliqué à la France du début du xxe siècle, et qui se révèle encore plus manifeste à l’ère du multimédia, de la société de l’écran. Ce sont les aspects économiques (et, par contrecoup, écologiques17) qui sont principalement analysés : la captation de l’attention apparaît comme un « nouvel horizon du capitalisme », l’attention est « à l’âge de la financiarisation »18. Outre que, déjà, la presse du tournant du xixe et du xxe siècle a besoin de capitaux, les aspects socio-symboliques possèdent leur cohérence propre.

18L’attention, comme la peur, ne doit pas être réduite à ses – indéniables – composantes politiques et économiques. La peur se relie à l’aspect imprévisible de l’avenir, l’attention et sa « captation » sont dues au fait, non seulement que la réalité empirique est infinie, mais aussi qu’il est empiriquement impossible de percevoir dans la vie courante, en totalité, une réalité déterminée. C’est la métaphore d’Husserl : on voit trois faces du cube, alors que l’on sait qu’il y en a six. Sauf que, souvent, on confond le connaître et le voir, et on affirme péremptoirement que le cube ne possède que trois faces. Le savoir, la démarche scientifique se distancie donc, à ses risques et périls, de l’expérience commune, de ce que constatent les acteurs qui sont sur le « terrain »… Et c’est pourquoi l’historien et le sociologue doivent s’intéresser, en priorité, aux angles morts des représentations sociales.

Notes

1 En créant « des associations populaires constituées […] suivant les prescriptions de la loi du 1er juillet 1901 […] encore mal connue, en particulier des catholiques » : ceux-ci « savent à peine les ressources que cette loi met à leur disposition » (Le Figaro, 9 janvier 1905).

2 Se présentant comme un simple laïc, d’Haussonville assure les lecteurs de sa soumission aux évêques, tout en leur donnant un coup de patte : quand ils sortiront de leur « sommeil apparent », il rentrera, alors, « docilement dans le rang ». En attendant, il donne la marche à suivre (Le Figaro, 4 janvier).

3 Même si, dans un premier temps, la Séparation n’est pas libérale : il a toujours en tête l’exemple de Genève qu’il a indiqué en réponse à l’enquête d’H. Charriaut (cf. chapitre 6).

4 La précision n’a rien d’anecdotique : elle signifie que d’Haussonville pense que la plupart des lecteurs du Figaro ne savent pas qui est « M. Briand ».

5 Critique de la presse catholique et des réactions des évêques ?

6 Allusion au « sacrifice d’Abraham Briand » ? La source privilégiée d’Haussonville est peut-être Clemenceau, l’éditorialiste qui commente le plus régulièrement la situation.

7 Selon lui, la Commission « fonctionnait silencieusement » et se « livrait à des études plutôt académiques » : en général, la presse a publié des procès-verbaux succincts des séances qui indiquaient les articles votés sans les commenter ni en débattre. Ont-ils été seulement lus ? L’impression retenue, en tout cas, est que la Commission effectuait un travail sans grande importance.

8 Il est monarchiste et académicien.

9 Sensible au premier aspect, A. Ranc décrit d’Haussonville comme « l’âme du parti des durs à l’Académie » et le « confident du duc d’Orléans », prétendant à la royauté (Le Radical, 9 janvier 1905) ; sensible au second, La Gazette de France lui reproche son attitude, le trouve « flasque » (7 janvier).

10 Et qui sont convaincus que leur interprétation est la réalité des faits, que les propos de leurs adversaires ou « ennemis » sont de mauvaise foi, voire résultent d’un « complot » ultramontain ou maçonnique.

11 Dans l’entre-deux-guerres, la radio va progressivement devenir un média concurrent.

12 Respectivement A. Leroy-Beaulieu et A. Fouillée, cités par Delporte 1999 : 132 sqq.

13 Les citations qui suivent, y compris dans le début du prochain paragraphe, proviennent de Cl. Langlois (1998). Il remarque que, malgré tout, la loi de 1904 créait une « législation d’exception » (mais nous avons vu pourquoi elle fut inefficace, voire, dans la perspective de ses auteurs, relativement contre-productive).

14 En 2005, lors du centenaire de la loi, nombre d’historiens acceptèrent d’intervenir dans les classes des lycées et collèges. Ils expliquèrent que la loi de 1905 avait – globalement – permis de pacifier le conflit de deux France. Souvent, ils se heurtèrent à l’incrédulité des élèves et eurent de la peine à en comprendre la raison. En fait, dans les manuels scolaires, même quand le texte était analogue à leurs propos, la séparation était illustrée par une photographie ou une caricature montrant un vif affrontement lors d’un inventaire.

15 Nous avons vu que cette construction du calme pouvait être détruite par l’intervention d’un acteur extérieur. Cependant, l’action collective qui avait produit du calme n’a pas été totalement abolie et, tant bien que mal, le travail de la Commission a pu continuer, sans retrouver toutefois le consensus antérieur.

16 Sans parler des biais, déjà mentionnés, introduits par les grilles de lectures implicites.

17 Citton 2014a et 2014b.

18 Cf. ibid.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search