Version classiqueVersion mobile

La loi de 1905 n’aura pas lieu

 | 
Jean Baubérot
, 
Dorra Mameri-Chaambi

Seconde partie. La première « guerre » des séparations républicaines

Postlude. Le Bloc, les conflits entre laïques et la question démocratique

Texte intégral

  • 1 Le Temps, 17 décembre. Cette majorité n’aura pas à « solliciter de M. Jaurès l’aumône de son vote o (...)
  • 2 Propos d’Honoré Leygues, dans les couloirs de l’Assemblée, selon une note confidentielle du 10 déce (...)
  • 3 Sauf pour Clemenceau. Selon lui, Combes a inventé « la politique art nouveau […] du non-faire » ave (...)

1L’hiver 1904-1905, le ministère Combes se trouve dans un état critique. Malgré les mesures annoncées pour lutter contre la délation, insuffisantes et trop tardives, l’affaire des fiches a allumé le feu et celui-ci ne semble pas près de s’éteindre. Et malgré le compromis imposé à la Commission, le Petit Père a échoué à remobiliser sa majorité autour de son projet de séparation. Pour bien des parlementaires, il faut trouver le moment propice pour renverser le gouvernement. Des députés veulent agir immédiatement, car il existerait une majorité de rechange « républicaine1 » ; d’autres temporisent : « Nous voulons que Combes […] se démonétise lui-même, en ne faisant pas les réformes promises de la séparation de l’Église et de l’État, des retraites ouvrières, de la loi de deux ans et de l’impôt sur le revenu. En février [1905], rien de cela ne sera accompli, et […] nous pourrons le débarquer sans [rien] craindre de nos électeurs2. » Pour tous, la fin du Petit Père paraît proche3.

2 Celle-ci a effectivement lieu, le 18 janvier 1905, après un peu plus de deux ans et demi d’exercice du pouvoir, dans un climat de passion et de doute sensible chez les politiques comme dans l’opinion. La majorité blocarde ne court-elle pas à une défaite électorale en 1906, qui marquerait la fin de la politique suivie depuis 1899 ? Ou, au contraire, va-t-on assister à une fuite en avant ? La Séparation pourra-t-elle se réaliser ? Si oui, quelle séparation ? Non seulement l’opinion publique s’y perd mais des éditorialistes eux-mêmes se montrent perplexes. Ainsi, l’évêque de Quimper prétend que les messes ne pourront même pas avoir lieu dans « les granges* et les hangars » : il ne restera que « les forêts ou les cavernes », où les catholiques « seront traqués comme des malfaiteurs ». Réponse cinglante du Radical garantie ? Eh bien non, ce propos suscite de l’embarras : « Où diable l’évêque s’est-il renseigné ? Il nous semble bien que le projet de séparation, loin d’être si dur au clergé […] abandonne […], un certain temps, les églises au culte » (10 janvier 1905). On a connu la gauche républicaine plus au clair !

3L’affaire des fiches et les luttes politico-religieuses montrent un pays profondément divisé où deux minorités actives ne semblent plus se comprendre et se trouvent en proie à des peurs contradictoires. Comment la nation peut-elle construire un devenir commun dans un tel contexte ? Et l’historien du xxie siècle, après s’être abreuvé de documents d’époque, après avoir tenté d’aborder les problèmes d’alors sous différents angles, quel bilan peut-il faire du temps du Bloc, période charnière de l’histoire de la laïcité et de la démocratie ? Cette dernière s’est-elle trouvée réellement en grave danger, comme plusieurs acteurs l’ont craint ou l’ont dénoncé ? On connaît la boutade : « Nous étions au bord du précipice, et depuis, nous avons effectué un grand pas en avant ! » Venant après les batailles, l’historien connaît la fin de cette histoire – sinon de l’Histoire elle-même ! –, saluée maintenant comme ayant donné la plus belle loi de la Troisième République : celle du 9 décembre 1905.

4Quelles ressources laïques et démocratiques ont-elles permis de côtoyer des gouffres sans y sombrer, de prendre un autre chemin, qui ne soit pas, pour autant, un « retour en arrière » ? Plusieurs passages de cet ouvrage donnent déjà certains éléments de réponse. Les diverses représentations de la Séparation ont constitué un enjeu démocratique majeur, cela apparaît clairement à suivre le déroulement des faits et la façon dont ils ont été compris. Mais est-ce seulement sur cette question que s’est joué le sort de la démocratie en France, entre le printemps 1902 et le début de 1905 ?

Des incertitudes sur la Séparation à la chute de Combes

  • 4 « Puisque notre République célèbre sans y croire la résurrection de l’homme-Dieu », précise l’auteu (...)
  • 5 L’année utile se terminant à l’été 1905, vu les échéances électorales, estime le quotidien.

5À l’orée de 1905, ce n’est pas seulement l’organe dissident Le Rappel qui dénonce « le naufrage du programme d’Auxerre » (3 janvier 1905) et un projet de séparation « ridicule » (31 décembre 1904) ; le Jour de l’an, le quotidien « ministériel » Le Radical expose ses doutes : l’année nouvelle pourrait laisser dans l’Histoire « un souvenir particulièrement intéressant » si elle réalisait les « réformes considérables » promises. Las ! mis à part la loi des « deux ans », qui pourrait aboutir à « Pâques4 », on se dirige vers un « ajournement » de ces mesures et, en particulier, de la Séparation5.

  • 6 Cf. Baudot 2007. Cette loi sera abordée dans le tome II.

6D’ailleurs, serait-ce un mal ? Une loi de liberté* – que, malgré l’adoption par la Commission d’une partie du projet Combes, certains républicains redoutent toujours – « peut tourner au profit de l’Église. […] Pourquoi la République y pousserait-elle ? Une fois de plus elle va être dupe », écrit un « fidèle abonné » du quotidien radical, et un autre refuse toute solution à court terme, car le « remède […] encore le plus rapide » réside dans « les progrès de l’instruction […], action lente et à lointaine échéance » (Le Radical, 21 décembre). Quinet et Hugo l’affirmaient déjà au milieu du xixe siècle ! D’autres mesures de laïcisation, qui font moins de bruit, sont prises, tel le monopole municipal des pompes funèbres, souhaité depuis les années 1880 et enfin réalisé le 28 décembre 19046.

7Pourtant, si elle semble toujours impossible à établir, la Séparation est devenue « la grosse affaire du moment, celle qui prime sur toutes les autres », comme l’a écrit Le Figaro dès le 20 octobre 1904. Loin de calmer le jeu, son ajournement risque fort d’attiser les peurs des deux camps : l’Église toute-puissante, incontrôlable d’un côté ; le retour d’une Église des catacombes, la persécution des catholiques de l’autre. Et à l’exacerbation de ces peurs peut correspondre la radicalisation des luttes. On a beaucoup parlé de « guerre civile » durant ces deux ans et demi. À force d’évoquer le loup…

  • 7 Pour Le Rappel du 12 janvier 1905 et d’autres organes de presse, ce n’est pas Brisson qui a été bat (...)
  • 8 C’est ainsi que Clemenceau se désigne.

8En début d’année, les éditorialistes s’interrogent sur l’avenir, les parlementaires, eux, sont accaparés par des problèmes plus immédiats et routiniers. Les fêtes terminées, les opposants au combisme veulent prendre la présidence de l’Assemblée. Deschanel effectue un tour de piste : pourrait-il, comme en 1898, battre Brisson ? Non, cela évoquerait de trop mauvais souvenirs. La composante hétéroclite qui veut en finir avec Combes – et Jaurès7 – choisit l’ex-combiste Doumer. D’après Le Radical du 11 janvier, la réélection de Brisson « ne fait de doute pour personne ». Même l’« éternel mécontent8 », Clemenceau, écrit : le président sortant de la Chambre est « l’unique candidat des républicains », Doumer représente « l’Église et la monarchie » et il est « sûr » que les dissidents « reculeront » devant cette transgression (L’Aurore, 10 janvier 1905).

  • 9 Le surnom « Judas » pour désigner Doumer est régulièrement utilisé par L’Humanité, qui estime, le 1 (...)
  • 10 Doumer est aussitôt exclu du parti radical.

9Las ! le vote s’effectue à bulletins secrets, et « les intrigants et les traîtres » l’emportent. Le 10 janvier, ils élisent Doumer – « Judas », comme le qualifie aussitôt Jaurès dans L’Humanité du 11 janvier9 – par 265 voix contre 24010. D’après L’Aurore du même jour, certains opposants, comme Aynard, Caillaux, Denys Cochin, Ribot, ne voulant pas donner un « coup de poignard dans le dos » du « vieux républicain » Brisson, auraient voté pour lui. À l’inverse, « trente députés de la majorité » auraient, selon Le Radical (12 janvier), « commis une misérable lâcheté » en changeant de camp.

  • 11 Un député a même réclamé une démarche auprès de Combes pour lui demander de partir, et la GRS a déc (...)

10Le message de ce vote est clair : Combes doit partir. D’ailleurs, les diverses composantes de la majorité se réunissent séparément le 11 janvier, et seuls les socialistes parlementaires et, après débat, la Gauche radicale soutiennent le président du Conseil. Dans les rangs de la Gauche radicale-socialiste (GRS), les partisans de l’appui prédominent, sans obtenir l’unanimité11. Les groupes de l’extrême gauche radicale-socialiste et de l’Union démocratique ne décident rien. Le Bloc se défait.

  • 12 Selon Jaurès, ce serait catastrophique, car la seule indication dont disposerait le président Loube (...)
  • 13 Cependant, certains reprochent à Combes de se « glorifier » d’avoir fermé des établissements scolai (...)

11Combes va-t-il quitter le pouvoir sur une défaite ? Ce serait mal le connaître12. Il tire son dernier coup d’archet, le 14 janvier, dans une séance parlementaire de dix heures où il fait preuve d’« endurance et [de] bonne humeur » (Le Radical, 16 janvier), tout en affirmant le « profond écœurement » que lui inspirent ses opposants. « Je suis fier du service que j’ai rendu à la République », déclare-t-il, bravache, indiquant que 14 000 établissements congréganistes ont été fermés13 : « C’est un des actes les plus considérables accomplis depuis un siècle. » Son objectif principal aurait donc été atteint.

12Le discours de Combes, interminable, tient en deux points : « ce qu’il a accompli » et « ce qu’il faut continuer à faire ». En effet, Combes « trace un programme de travail pour le premier semestre [de 1905], on se moque ouvertement de lui. On rit. On applaudit ironiquement. Il parle de débats à entamer à Pâques, on crie : “Et à la Trinité ?”, “Et le 1er avril, qu’est-ce qu’on fera ?” C’est un calvaire » (Merle 1995 : 390 sqq.).

  • 14 A. Ranc, Le Radical, 16 janvier 1905 ; il précise que des « amis » de Clemenceau le disent prêt à « (...)

13Un « calvaire » sans être un échec : le « programme » de réformes – toujours les mêmes ! – obtient 380 voix contre seulement 55, soit une « majorité considérable » de républicains, rejoints par des « nationalistes, [des] démagogues césariens, [des] habiles » (Jaurès, L’Humanité, 16 janvier). Les « déclarations » du gouvernement, en revanche, recueillent une adhésion extrêmement ténue : 287 voix contre 281. Une fois encore, en votant, les sept députés-ministres sauvent Combes, tandis que la presse évoque des noms de successeurs possibles : Millerand, Poincaré, persona grata à l’Élysée, et aussi le « grand dévoreur de ministères, […] l’ogre Clemenceau [qui] pourrait bien manger Doumer, Deschanel et autres petits poucets14 ».

14Au Conseil des ministres du 18 janvier, l’ordre du jour consiste en un point unique : la démission du gouvernement. Combes affirme au chef de l’État que son ministère cède « à des intrigues » et non « à un changement de la majorité ». La séance finie, il lui remet, sous pli cacheté, sa lettre de démission (une phrase), accompagnée d’un « factum de quatre grandes pages » dont le président Loubet prend connaissance à son retour à l’Élysée, se montrant « vivement irrité » et par le procédé et par le contenu selon Abel Combarieu (1932 : 298 sqq., 18 janvier 1905).

  • 15 Le directeur du Radical, A. Maujan, réclame « un ministère de détente au niveau des personnes » qui (...)

15« Exposé à être mis en minorité […] à l’occasion d’un incident de séance [parlementaire] étranger à la politique du Gouvernement », le Petit Père se déclare obligé de « renoncer à poursuivre la réalisation de réformes […], qui ont reçu en toutes circonstances l’approbation explicite de la majorité républicaine des deux Chambres » et il se retire « au lendemain d’un vote qui a consacré formellement […] la politique et le programme du ministère [qu’il a eu] l’honneur de présider ». Ce texte, publié dans divers quotidiens, veut signifier au président que le futur gouvernement doit continuer la politique de « réformes15 ». De fait, la Chambre, en dissociant le programme du soutien au gouvernement, a donné son appui aux mesures annoncées. Cependant les députés qui les ont votées s’accordent « à reconnaître l’impossibilité de [les] réaliser [toutes] avant la fin de la législature : il faudra élaguer, faire un choix » (S. Lacroix, Le Radical, 22 janvier).

Combes, la Séparation et le gallicanisme

16Qui s’étonnera que Clemenceau ricane ? À ceux qui glorifient Combes d’avoir rendu la Séparation « inévitable », le Tigre répond : effectivement, « la séparation de l’Église et de l’État est comme faite – le plus difficile (qui consiste à ne pas la faire) ayant été exécuté par Combes », et ce sera pour le Petit Père un « titre éternel à l’admiration de la postérité » de « n’avoir point fait la séparation » (L’Aurore, 20 janvier). L’intéressé, en revanche, dans son ultime discours de président du Conseil, estime avoir accompli son devoir, « quelque destinée d’ailleurs que l’Histoire réserve à mon nom et à ma mémoire », ce qui le montre dubitatif sur le souvenir qu’il laissera aux Français. Ce souvenir oscillera entre excès d’honneurs (Combes « père de la Séparation ») et indignité (le « sectaire uniquement obsédé par les moines »).

17Comment esquisser un bilan plus nuancé ? En reconnaissant qu’aussi bien Clemenceau que ses contradicteurs ont raison : Combes n’a pas « fait » la Séparation ; pourtant, malgré son discours de janvier 1903, où il la refuse pour des raisons de fond, il l’a rapidement rendue inévitable. S’est-il laissé emporter par les événements, se montrant incapable de les maîtriser ? A-t-il changé son fusil d’épaule ? Les nombreuses piques du Tigre voudraient le faire croire, mais ces propos fleurent bon la polémique.

  • 16 A. Aulard (1904 : 157), qui précise, page suivante : « nous-mêmes [républicains libres-penseurs], t (...)
  • 17 Cf. notamment G. Weill (1925 : 2), qui estime que « l’idée laïque » s’est construite à la fois en c (...)

18La politique du Petit Père fait preuve de continuité, si on l’analyse dans le cadre d’une tradition séculaire imprégnant les « mœurs », les « habitudes » et les « lois » françaises : « le gallicanisme16 », ou plutôt les gallicanismes, en reprenant la typologie classique qui en est faite17. De ses années de séminariste, puis de son double doctorat en théologie, Combes a conservé le tempérament du « gallicanisme ecclésiastique », ce dont ses adversaires se moquent régulièrement ; ensuite, président de la Commission sénatoriale sur les congrégations, il a adopté l’optique du « gallicanisme parlementaire » ; enfin, devenu président du Conseil, il y a ajouté les prérogatives du « gallicanisme royal ».

  • 18 Veto qui, affirmait-on, avait eu un rôle prédominant pour empêcher l’élection du cardinal Rampolla (...)

19Ce dernier gallicanisme, en particulier, est-il encore d’époque ? Fin 1904, Pie X menace de « peines canoniques les plus sévères » les cardinaux qui tenteraient d’opposer, dans un conclave, le veto d’un État « contre un candidat à la tiare »18. Et L’Aurore, en livrant cette information, commente : voilà « un pas de fait dans la voie de la séparation » (24 décembre). Le Vatican cherche à diminuer l’influence des États à son égard et, par là même, s’intègre dans une certaine modernité politique.

20Or, dans le contexte même des « libertés modernes », la querelle du Nobis nominavit comme le refus d’autoriser les évêques à répondre à une convocation pontificale, quelle que soit leur validité juridique, semblent appartenir au passé. Clemenceau, peu suspect de complaisance à l’égard du Saint-Siège, le reconnaît volontiers. En revanche, même si elle a ses propres raisons, l’intervention du pape contre la visite de Loubet au roi d’Italie ne pouvait qu’être quasi unanimement condamnée par l’Assemblée nationale. Toutes ces actions, que Combes ou Pie X en soit l’auteur principal, et leurs interactions ont, effectivement, conduit à la Séparation. Reste à savoir, encore et toujours, à quelle séparation.

  • 19 Pour Brunetière, qui écrit en 1901, il existe une continuité dans la politique religieuse de la Fra (...)

21Une séparation dont Combes se montre de plus en plus partisan est, de fait, une séparation entre l’Église catholique et Rome. Là est la « philosophie » qui sous-tend son projet de loi. Cette sorte de séparation sera forcément relative : là encore, on n’est plus au xvie siècle et la crainte que Ferdinand Brunetière exprimait en 1901 de voir les républicains constituer une « Église nationale » sur le modèle du « Dieu anglais » (Brunetière 1907 : 26719) est, comme beaucoup d’autres inquiétudes d’alors, décalée par rapport aux contraintes que l’avènement de la démocratie fait peser sur l’esprit anticlérical.

22Néanmoins, le projet Combes constitue un exemple type de néo-gallicanisme. En bonne logique, c’est cette perspective qui prend en compte les peurs républicaines. C’est pourquoi son échec n’a rien d’évident et Briand doit composer. Pourtant, si Jaurès n’attaque pas le projet Combes, l’influent Buisson et le redoutable Clemenceau montent au créneau : cette séparation-là n’est pas la Séparation et, le Petit Père parti, Briand va pouvoir rebondir. Jamais la loi de 1905 n’aurait pu être votée si Combes (soutenu par Jaurès) était resté au pouvoir.

L’échec ressenti de la politique anticléricale du Bloc

23Combes ne pouvait envisager la « loi de liberté* » que Briand appelait de ses vœux. Pourtant, paradoxalement, il l’a facilitée par l’« échec » ressenti de sa politique anticléricale. La mémoire collective a surtout retenu le combat offensif, voire, ont affirmé certains, « persécuteur ». Or, sur le moment, un désenchantement amer prédomine dans les milieux de gauche. In fine, les succès du Petit Père semblent beaucoup plus apparents que réels ; il est loin de réaliser l’idéal de ceux qui le soutiennent : la « laïcité intégrale* ».

  • 20 Une laïcité plus « complète » aurait affaibli les lycées publics face aux établissements catholique (...)

24Un exemple : dans le secondaire, la « laïcité [est] mitigée » et, à la rentrée des classes de 1904, comme les années précédentes, les professeurs des lycées de garçons parisiens reçoivent une « invitation officielle » à venir assister à « la messe dite du Saint-Esprit ». L’Administration fait signer « une feuille de présence » – donc exerce une pression. Le travail du professeur consiste à former un « esprit sain » et non à prier « le Saint-Esprit », ironise Le Radical (2 octobre 1904)20. Pour sa part, le Grand Orient propose de remplacer cette messe par une « fête des droits de l’homme » (cf. Nourrisson 1904 : 156).

  • 21 Du moins officiellement, car certains instituteurs continuent de conduire leurs élèves au catéchism (...)
  • 22 Créés dans les années 1880, ces lycées n’ont pas les « traditions » des lycées publics de garçons. (...)

25Clemenceau raille également cette situation qui contrasterait avec la laïcité du primaire21 et celle des lycées de jeunes filles22 : « C’est le dicton renversé. Il ne serait pas besoin d’un Dieu pour le peuple […] tandis que les gens cossus peuvent se payer une Providence. […] “Il faut un Dieu pour les femmes” disait-on autrefois. [Avec] Combes, les hommes seuls seraient dignes de cette faveur » (L’Aurore, 7 octobre). Une enquête sur « le cléricalisme dans [les] lycées et collèges » donne des « résultats stupéfiants » : Combes a réduit le nombre de prières quotidiennes sans les supprimer et il a refusé de « renoncer au maigre du vendredi, […] menu d’intolérance », dont les « estomacs libres-penseurs* [doivent] s’accommoder » (L’Aurore, 16 octobre).

26Ces griefs et la demande d’aller plus en avant dans la laïcisation sont récurrents depuis l’arrivée du Bloc au pouvoir. L’influent quotidien La Dépêche (de Toulouse) en offre un exemple significatif : « Quand bien même elle félicitait [Combes] de réparer les insuffisances de Waldeck-Rousseau, écrit Henri Lerner, elle n’allait cesser de le taxer de modérantisme en lui reprochant une certaine timidité dans l’action » (Lerner 1978, II : 591). Cette « position de surenchère » se manifeste aussi par l’accusation de « mollesse […] devant la tâche d’épuration de l’Armée et de la Magistrature qu’elle jugeait […] indispensable » (ibid. : 592). Quitte à ce que son directeur, Arthur Huc, en novembre 1904, condamne « durement » le procédé de fichage par la franc-maçonnerie – dont il est membre (ibid. : 598). Il est moins difficile d’être éditorialiste que gouvernant !

27Ensuite, journalistes et éditorialistes remarquent que les « avancées » de la politique anticléricale sont souvent suivies de « recul » : « Les liquidations [des biens congréganistes] s’opèrent de façon scandaleuse au détriment de l’État », note Clemenceau dans L’Aurore du 7 septembre 1904. Plus de mille cinq cents personnes, dont les ascendants, voire elles-mêmes, ont effectué des legs ou des dons à des congrégations dissoutes, réclament leur dû. Les lois de 1901 et 1904 prévoient ce « droit de revendication » et les tribunaux en tiennent compte. « L’État, bon prince, n’apparaît qu’à défaut de tout autre possesseur. » Il va être « dépouillé et n’en sera pas moins accusé d’avoir spolié ces pauvres congrégations » (Le Radical, 20 octobre). Adieu donc le fameux « milliard des congrégations* », dénoncé par Waldeck-Rousseau, et avec lequel la gauche comptait financer les retraites ouvrières, voire augmenter substantiellement le traitement des instituteurs (La Dépêche, 26 janvier 1903).

  • 23 L’auteur de l’article (M. Vuillaume) reprend-il ironiquement à son compte le vocabulaire catholique (...)
  • 24 Allusion à l’empereur romain Dioclétien (244-311), instigateur d’une persécution particulièrement s (...)

28D’ailleurs, cette même rentrée scolaire 1904 montre que les congrégations sont loin d’être « anéanties ». Dès le vote de la loi du 7 juillet 1904, Aulard a jugé celle-ci « incohérente, inefficace, inapplicable » (cf. Le Siècle, 9 juillet 1904). Le 3 octobre, le quotidien Le Radical fait chorus : au début du ministère Combes, « c’était le bon temps. La persécution23, sans être par trop dioclétienne24, s’affirmait cependant par[-]ci, par[-] là. [Puis] elle s’est faite plus douce, et il est aujourd’hui […] des accommodements ». Les congréganistes ont opéré des « sécularisations en masse […] sujettes à caution ».

  • 25 En général, les tribunaux estiment que les congrégations ne sont pas reconstituées, même si les anc (...)
  • 26 Une circulaire n’a pas force de loi. Elle est de l’ordre de l’administratif, non du juridique.

29Et même « sincères », ces sécularisations permettent « de reformer, sous les apparences d’une trompeuse laïcité, la grande armée de l’enseignement clérical ». Le nombre des élèves inscrits dans les écoles laïques n’a pas augmenté de façon significative. Sont en cause le refus gouvernemental de faire droit à la demande de loges maçonniques d’un projet de loi « interdisant l’enseignement à tout [ex-]congréganiste avant un délai de cinq ans depuis sa rentrée dans la vie civile » (cf. Nourrisson 1904 : 245) et la « faiblesse de la magistrature25 », qui n’applique pas la circulaire de Waldeck-Rousseau interdisant la « sécularisation sur place26 » (Le Radical, 3 octobre 1904).

Le paradoxe des conséquences : Combes artisan de l’école libre

  • 27 Selon le Journal des débats du 27 septembre, dont la source serait un « jurisconsulte libéral ». Pa (...)

30Effectivement, entre novembre 1903 et août 1904, trente-huit arrêts de la Cour de cassation auraient validé des « sécularisations sur place », sans compter quarante-huit arrêts de cours d’appel rendus dans le même sens27. « La très rapide transformation de l’école congréganiste en école libre [s’est faite] au prix de pertes réduites », constate André Lanfrey (1995 : 48). En outre, ces nouvelles écoles font preuve de vitalité. En septembre 1904, elles se réunissent en congrès à Lyon pour préciser leur stratégie : développer des associations de « pères de famille » grâce à la loi de 1901, répressive sur les congrégations mais libérale pour toutes les autres formes d’associations.

  • 28 La création de coopératives est une idée alors très en vogue.

31Deux cents groupements sont déjà actifs afin de « veiller à la marche de l’école [libre], la soutenir et, si elle est menacée, la défendre ». Le congrès de Lyon décide de les multiplier ; « soutenue par un mouvement d’opinion » et… d’« électeurs », chaque école libre devient alors une sorte de « coopérative28 », où une « triple fonction » s’accomplit « en toute indépendance » : « au prêtre, l’âme » des élèves par le catéchisme – on n’est pas à l’école laïque ! –, « aux maîtres [laïcs ou prêtres], l’esprit – aux pères de famille l’administration de l’école », ce qui a également l’avantage d’opérer « par surcroît, […] l’éducation des parents » (Journal des débats, 23 septembre), c’est-à-dire de leur donner une formation politico-religieuse… orientée.

32Au moment où Combes quitte le pouvoir, l’affaire semble donc entendue pour Le Radical : quand les « maîtres congréganistes » et les « sœurs en blanche cornette » disparaissent, s’ouvrent, aux lieux mêmes où ils exerçaient, « d’innombrables écoles […] dirigées par le même personnel clérical. […] L’habit seul [est] changé », estime Maxime Vuillaume. Résultat : « le péril grandit tous les jours » et, « dans quelques années, la France entière sera couverte d’écoles cléricales » (13 janvier 1905). Malgré l’ensemble des mesures prises, malgré ce que beaucoup de catholiques et de républicains modérés ressentent comme des « spoliations », les peurs de la gauche républicaine sont toujours vives, voire ne font qu’augmenter.

33Dans l’édition du Radical de la veille, Lacroix cite le dirigeant de la Jeunesse laïque, Georges Béret : « M. Combes et le Bloc ont totalement échoué. […] Nous nous sommes donné les inconvénients d’une persécution apparente*, sans en tirer avantage. » Et, après cette citation, Lacroix commente, complètement découragé : « Si c’est avec les mêmes procédés et pour arriver à un résultat analogue qu’on se prépare à entreprendre la séparation des Églises et de l’État, grand merci ! Alors, nous ne nous donnerions pas seulement […] les inconvénients d’une persécution apparente, sans en tirer avantage ; nous en tirerions des difficultés peut-être insurmontables. »

34Il y a là une impressionnante illustration des notions wébériennes de « paradoxe des conséquences » et d’« effets non voulus » : les écoles congréganistes étaient relativement impopulaires, y compris dans certains milieux catholiques. Waldeck-Rousseau, puis Combes et ceux qui ont mené avec lui la lutte contre les congrégations enseignantes (Buisson, Clemenceau, Jaurès, etc.), ont indirectement favorisé le développement d’un enseignement libre avec un encadrement progressif par des enseignants laïcs et une participation des « pères de famille » – et des mères aussi ! – à la vie de l’école. Cet enseignement privé catholique s’est assez rapidement révélé plus efficace et mieux intégré dans les débats conflictuels qui sont le lot de tout pays démocratique que ne l’était, au tournant du siècle, l’enseignement congréganiste.

  • 29 Cf. dans le prélude le constat – amer – de J. de Narfon.
  • 30 Cf. le tome III.

35Les mesures du Bloc ont, en fait, changé la donne du conflit scolaire en rendant plus forts les « adversaires » de l’école publique laïque. Faute d’avoir obtenu la « persécution » qu’ils souhaitaient, lors de la réalisation de la Séparation29, les catholiques intransigeants relanceront, en 1907-1909, la « querelle des deux écoles » en s’appuyant sur les « pères de famille ». Le conflit frontal de deux France étant apaisé par les lois de séparation adoptées de 1905 à 1908, l’antagonisme entre école publique et école libre prendra alors l’allure d’un conflit substitutif30.

  • 31 Dans ce cas précis, les dispositions libérales de la loi de 1901 sur les associations. Cela aurait (...)
  • 32 Archives J. Ferry à la bibliothèque de Saint-Dié, cf. Baubérot 1997 : 49.

36L’anticléricalisme combiste montre le dilemme par excellence de la démocratie : quand celle-ci prend des mesures autoritaires contre ses « ennemis », ces derniers sortent – de force – par la porte, mais rentrent aussitôt par une des fenêtres ouvertes grâce à d’autres dispositions31. Un résultat analogue s’était déjà produit sous Ferry : les décrets des 29 et 30 mars 1880 contre les Jésuites et les congrégations non autorisées conduisirent des religieux à diriger en sous-main des écoles qu’ils administraient officiellement auparavant. Le cabinet du ministre conclut de l’enquête effectuée par les inspecteurs d’académie : « Nulle part, rien n’a été changé32. »

  • 33 Qui est donc ce « on » anonyme qui présentait au président de la Ligue des droits de l’homme les me (...)

37Faut-il alors fermer fenêtre sur fenêtre, barricader la démocratie, au risque de la détruire ? Ferry n’en fit rien et se contenta d’une victoire apparente. Le Bloc, lui, se trouva entraîné dans un engrenage où il prenait, reconnaîtra un de ses ténors, Pressensé, en 1910, « toute une série de mesures dérogatoires à la liberté ». Dans une quasi-confession, le dirigeant de la Ligue des droits de l’homme affirmera : « Je n’étais pas très fier […] quand j’étais amené à voter constamment ces lois qu’on me présentait comme indispensables pour le salut de la République ; […] je marchais par discipline33 » (cité par Naquet 2014 : 167).

38Pressensé expliquera s’être montré un partisan du monopole de l’État enseignant avant de changer d’avis, vu le péril qu’aurait encouru la démocratie avec son instauration, bien que toujours préoccupé « très vivement [par le] danger que peut présenter l’assaut […] de l’Église et de la congrégation » (ibid.). La démocratie républicaine est ressentie, en France, comme perpétuellement fragile (cf. Weydert 1998 ; Laurentin 2015). Elle se trouve donc questionnée de façon récurrente. À étudier les documents de l’époque, c’est le débat public au sein de la gauche laïque sur le monopole qui, à ce moment-là, a constitué l’enjeu décisif pour le devenir de la démocratie en France.

Les « deux jeunesses » de Waldeck-Rousseau, justification du monopole de l’État laïque enseignant

  • 34 Des convents du Grand Orient de France avaient déjà demandé de telles mesures. Une des raisons du m (...)

39Reprenons : au point de départ était l’affaire Dreyfus, ou plus exactement le « péril » qu’elle a fini par représenter pour la République, puisque les gouvernements de Défense républicaine et du Bloc ont été soutenus par d’anciens dreyfusards et d’anciens antidreyfusards. En fait, c’est le court-circuit Ralliement -Esprit nouveau - affaire Dreyfus qui a généré la suite des événements. Tout un courant « républicain » veut en finir avec la laïcité « à la Ferry », dont les accommodements ne sont plus de saison. Ainsi, le congrès du parti radical, en 1903, vote une motion demandant, en substance, « que le ministre de l’Instruction publique mette fin à la récitation du catéchisme et des prières dans les écoles et les lycées de la République ; que le ministre fasse enlever dans ces mêmes établissements tous les crucifix et les emblèmes religieux » (Le Radical, 13 octobre 1903)34. On pourrait écrire, ironiquement, que si la loi de 1905 n’a pas été appliquée, sauf par les minorités protestante et juive, elle a permis de rendre incongrue – à défaut d’y mettre totalement fin –, la non-application, dans certains endroits, de la loi de 1882 laïcisant l’école publique !

  • 35 Et cet engrenage importe plus que les dénégations de Waldeck-Rousseau au Sénat le 27 juin 1903, con (...)

40Waldeck-Rousseau prend d’abord des mesures ciblées, puis, en interaction avec ce qu’en sociologie on appelle un « mouvement social », il élargit sa politique et dénonce un péril global, pour la République et la France : la puissance des congrégations. Leurs activités enseignantes détruisent « l’unité morale* » du pays. On en revient aux affrontements idéologiques qui ont, notamment, marqué la célébration du centenaire de la Révolution. La Croix de Troyes et de l’Aube résumait alors ainsi la situation : « À la fin de cette année, les deux France sont en présence l’une de l’autre, se préparant à un combat décisif, il faut que l’une ou l’autre disparaisse » (1er janvier 1890). Certes ces propos, comme ceux que prononce Waldeck-Rousseau, font partie du réel discursif et non de l’empirie ; mais cette réalité-là constitue un aspect agissant du social. Le chef du gouvernement – quoi qu’il ait indiqué au Saint-Siège pour le rassurer – a déclenché un engrenage où, au bout du compte, la seule lutte efficace contre le « péril » dénoncé consiste en l’instauration du monopole de l’État laïque sur l’enseignement35, allant au-delà des projets de Combes.

  • 36 Cf. « l’annotateur » in Waldeck-Rousseau 1901 : 38.
  • 37 À partir du 16 janvier 1900, sous son nom et sous le pseudonyme de Pierre et Paul, Huc fait campagn (...)

41Soutenir pareille thèse heurte non seulement la mémoire « républicaine » collective, qui tend à opposer le « bon » Waldeck-Rousseau au « mauvais » Combes, mais aussi certains juristes ou historiens. Ceux-ci démontrent facilement une différence entre les politiques suivies. Certes, mais ces spécialistes oublient à quel point les mots ont du pouvoir, surtout quand ils arrivent à produire des lieux communs, pivots de croyances collectives. Or, le passage du discours de Toulouse du 28 octobre 1900 qui « fit l’objet de commentaires de toute la presse française36 » et marqua durablement l’opinion publique paraphrase un plaidoyer du directeur de La Dépêche, Arthur Huc, en faveur du monopole de l’État laïque enseignant37.

  • 38 L’ouvrage paraît en mars.

42Qu’on en juge. Selon Huc se perpétue « cet anachronisme de la France coupée en deux, avec le parti de la Révolution d’un côté et d’un autre côté le parti de la contre-Révolution. [En effet] nous avons laissé usurper pour une part la direction intellectuelle et morale des jeunes générations françaises et dresser, devant la jeune France du progrès et de l’avenir, une jeune France élevée dans le culte des principes rétrogrades, dans la négation même du présent. Demain, ces deux générations seront aux prises » ; or « ces divisions détestables » menacent « notre unité morale ». « […] Hélas ! oui, il y a en France, deux France, ou du moins deux générations grandissant côte à côte, qui demain, n’auront ni le même cœur, ni le même cerveau, ni les mêmes passions, ni le même idéal » (Huc 1900 : 7 sqq., 1338).

  • 39 Propos typique de l’anticléricalisme d’État : la « question cléricale » prévaut sur la « question s (...)

43Pour Waldeck-Rousseau, « dans ce pays dont l’unité morale a fait, à travers les siècles, la force et la grandeur, deux jeunesses, moins séparées encore par leur condition sociale que par l’éducation qu’elles reçoivent39, grandissent sans se connaître, jusqu’au jour où elles se rencontreront si dissemblables qu’elles risquent de ne plus se comprendre. Peu à peu se préparent ainsi deux sociétés différentes – l’une de plus en plus démocratique, emportée par le large courant de la Révolution, et l’autre, de plus en plus imbue de doctrines qu’on pouvait croire ne pas avoir survécu au grand mouvement du dix-huitième siècle – et destinées un jour à se heurter » (Waldeck-Rousseau 1901 : 41).

  • 40 Selon H. Lerner (1978, II : 574 sqq.), Huc joue un rôle « consultatif dans la préparation du voyage (...)
  • 41 Selon Huc, comme il n’existe pratiquement pas d’enseignement libre laïque, « la lutte est circonscr (...)

44Au minimum, le président du Conseil a sous les yeux l’ouvrage d’Arthur Huc quand il rédige son discours, et il se l’approprie40. Or ce livre veut démontrer que la lutte contre les congrégations sera toujours insuffisante, aussi rigoureuse soit-elle, et qu’il faut établir le monopole : l’« Église » dans son ensemble doit être totalement mise « hors de l’école41 », car « l’Église entière est complice de la Congrégation. […] Elle la couvre ».

  • 42 Cette optique est congruente avec le refus de constitutionnaliser les droits de l’homme : la démocr (...)
  • 43 Le glissement est significatif : s’il n’existe pas de « vérité absolue », certaines « vérités admis (...)

45Selon Huc, la liberté de l’enseignement est une « duperie », une « contrefaçon de la liberté », et l’Église ne l’a obtenue que pour enseigner une « doctrine d’où la liberté est absente ». Si le « père de famille » possède des droits, ceux-ci sont légitimement limités par l’État, issu du « suffrage universel » et dépositaire des droits de l’enfant et de la nation. En instaurant le monopole, explique le directeur de La Dépêche, l’État laïque ne prétendra pas posséder la « vérité absolue », il enseignera « les vérités humaines les mieux établies », grâce à la raison, à la science et, surtout, au « sens commun », et il appliquera la loi démocratique « qui soumet les minorités à la volonté du plus grand nombre »42. Il s’agira de « vérités admises, et pour tout dire, orthodoxes43 » (Huc 1900 : 56 sqq.). La formule « les deux jeunesses » est le concentré de cet argumentaire.

  • 44 Séance du Sénat du 22 juin 1903. Conjointement, L. Thézard défend le Concordat.

46En la faisant sienne, en en devenant l’auteur aux yeux du public, Waldeck-Rousseau la rend politiquement hégémonique. Très logiquement, elle va constituer l’étendard des partisans du monopole. Lors du débat sur l’abrogation de la « loi Falloux », le rapporteur de la Commission sénatoriale, Léopold Thézard, critique le projet du ministre Chaumié en ces termes : il ne saurait atteindre « le germe fatal de division dans la jeunesse française, qu’un demi-siècle a fait constamment grandir44 ». Tout le monde comprend l’allusion à Waldeck-Rousseau, invoquée contre le gouvernement de Combes, jugé trop timoré ! Antienne identique au congrès du parti radical de Marseille : le rapporteur Lintilhac cite, cette fois explicitement, Waldeck-Rousseau à deux reprises, pour affirmer qu’il existe « deux France […] parce qu’il y a deux éducations », « deux jeunesses [qui] ont pu s’élever et s’aigrir l’une contre l’autre » (PRRRS 1903 : 137 et 145), et que seul le « monopole intégral* » pourra les réunir.

Clemenceau contre les deux jeunesses : quel « concile de pions* »… nous dictera la vérité ?

  • 45 Cf. Clemenceau 1903-1904. Dans ce discours, Clemenceau attaque vigoureusement les congrégations, à (...)

47L’hégémonie de la formule waldeckienne légitimant la nécessité d’instaurer le monopole oblige à oser la réfuter si l’on veut défendre la liberté de l’enseignement. Il faut avoir la carrure de Clemenceau pour s’y risquer. Revenons à son discours du 17 novembre 190345 : « Oh ! je le sais, on nous dit que ce régime [c’est-à-dire l’existence d’un enseignement libre] est plein de danger à cause des deux jeunesses. […] Je prétends qu’il y a bien autre chose que les deux jeunesses. Il y a constamment deux sociétés, l’ancienne société théocratique d’autorité, et la société démocratique qui ne peut vivre que par la liberté. » Or, si on relit le propos de Waldeck-Rousseau, ce dernier affirme également que l’existence de deux socialisations divergentes aboutit, pour les uns, à être partisans d’une société démocratique et, pour les autres, à adopter des doctrines qui rappellent l’Ancien Régime. Les deux hommes ne sont-ils pas en accord ?

48Pourtant le sénateur du Var prend ses distances : « Il y a bien autre chose que les deux jeunesses. » Que veut-il dire exactement ? Ce propos allusif signifie que le thème des « deux jeunesses » cautionne, en fait, « deux sociétés » au contenu opposé mais au fonctionnement autoritaire analogue, deux sœurs ennemies qui se ressemblent. Contrairement à celles de Waldeck-Rousseau et de ses émules, les « deux sociétés » de Clemenceau sont dissemblables dans leur manière d’être. Ce dernier l’avait indiqué explicitement en polémiquant avec Huc : « Quand l’Église, montrant au fidèle la porte de l’école laïque lui crie : “N’entre pas”, notre réponse doit être, non de fermer la porte de l’école confessionnelle en matière de représailles, mais d’ouvrir à tous venants l’accès de tous les enseignements pour que la raison mûrie puisse juger en connaissance de cause » (La Dépêche, 2 décembre 1902). C’est ce que Clemenceau qualifie de « liberté dans la diversité » dans son discours de sénateur.

  • 46 Clemenceau l’emporte effectivement par 198 voix contre 69.
  • 47 Au congrès du PRRRS (1903 : 182), F. Buisson avait demandé de ne pas « transformer ce Congrès en Co (...)

49Au Sénat, le Tigre « porte un coup décisif46 » (Capéran 1935 : 107) à la formule des « jeunesses ennemies » en inventant une expression qui deviendra presque aussi célèbre : « Quel concile de pions* sera chargé de donner la formule infaillible d’un jour ? » Cette saillie sur le « concile de pions » provoque des « rires approbatifs sur un grand nombre de bancs » selon le procès-verbal paru au Journal officiel. Certains considèrent le débat démocratique comme l’affrontement d’argumentaires rationnels. En fait, dès cette époque, il faut trouver la bonne formule qui marquera les esprits47 !

  • 48 Ce n’est pas l’avis d’É. Bourgeois (1902 : 270) qui pense que le « régime de l’autorisation » perme (...)
  • 49 C’est-à-dire, qui symbolisèrent la liberté quand ils furent jetés dans le cirque.
  • 50 Autrement dit, après le catholicisme d’État de l’Ancien Régime, il y aurait une libre-pensée d’État (...)

50Clemenceau veut prouver qu’un décret d’autorisation, c’est-à-dire pour lui un monopole déguisé48, entraînerait « l’État laïque » dans un rapport mimétique avec « l’Église romaine ». Le sénateur demande à ses collègues s’ils savent pourquoi « les chrétiens qui furent une liberté dans le cirque49 » en sont venus « à traduire le précepte : “Aimez-vous les uns les autres” […] par des massacres, par des bûchers ? » Sa réponse est claire : « Ils ont été victimes de la même illusion que vous : ils ont voulu être l’État50. »

51Fidèle à ses habitudes, le Tigre ne fait pas dans la demi-mesure : « Je repousse l’omnipotence de l’État laïque parce que j’y vois une tyrannie. […] Oui ! nous avons guillotiné le roi, vive l’État roi ! Nous avons détrôné le pape, vive l’État pape ! Nous chassons Dieu, comme disent ces messieurs de la droite, vive l’État Dieu ! Messieurs, je ne suis pas de cette monarchie, je ne suis pas de ce pontificat. » Et Clemenceau insiste sur la faillibilité humaine : « Vous rêvez l’État idéal ! Cet État […] vous le faites aussi beau qu’il peut vous plaire ; mais nous sommes ici des hommes faibles, changeants, aux prises avec la réalité. […] Le peuple est faillible* aussi ; nous n’avons pas remplacé le pape par le peuple, et nous sommes tous faillibles. »

  • 51 Séance du Sénat du 30 octobre 1902, in Clemenceau (1903). On trouvera des échos de ce débat in J.-N (...)
  • 52 « État faillible* », « vérités changeantes » : ces formules veulent opposer l’esprit laïque à la do (...)
  • 53 Cependant, à quel moment éclate le conflit entre la République et la liberté ? Pour une minorité de (...)

52Avec moins d’écho social, le sénateur du Var avait déjà prononcé l’année précédente un premier plaidoyer en faveur de la liberté51, liée intrinsèquement à ce caractère « faillible52 », où il réfutait la possibilité républicaine et laïque de « vérités orthodoxes » : « Au nom de quoi pourrions-nous imposer une vérité ? Où la prendrions-nous ? […] nous qui ne possédons que des aspects changeants de vérités et d’erreurs, nous pour qui le vrai d’aujourd’hui n’est pas toujours le vrai d’hier et pas davantage le vrai de demain […]. Je vous le déclare nettement […] : s’il pouvait y avoir un conflit entre la République et la liberté, c’est la République qui aurait tort et c’est à la liberté que je donnerais raison53. » À l’inverse, Huc terminait son livre par une mise en garde : « Ou bien la République tuera la prétendue liberté d’enseignement, ou bien la prétendue liberté d’enseignement tuera la République » (Huc 1900 : 347).

Buisson : monopoliser la liberté conduit à l’abolir

  • 54 Problème qu’affrontent historiquement aussi bien la République française que la République américai (...)
  • 55 Libre-pensée, Ligue de l’enseignement, Commissions de la Chambre sur les congrégations puis sur la (...)

53C’est l’argument mille fois invoqué du « salut de la République », qui justifie à l’époque la radicalisation de l’anticléricalisme et que Pressensé estimera fallacieux dix ans plus tard : les républicains vont enfin arriver, en instaurant le monopole, à mettre la République hors de danger et à lui permettre de former efficacement des citoyens républicains54. Or, les deux personnalités politiques majeures qui contestent avec vigueur le projet Combes de séparation, Buisson et Clemenceau55, sont également celles qui s’opposent, avec le plus de force, au monopole de l’enseignement. Ce n’est pas par hasard. Farouches adversaires des congrégations, les deux hommes estiment pourtant qu’on atteint, avec le monopole de l’État laïque, un point de bascule où le combat pour la liberté – telle qu’ils la conçoivent – se transforme en atteinte à la liberté.

  • 56 Équivalence significative de la part de quelqu’un attaqué par ses amis radicaux comme « féministe »

54Revenons au discours de Buisson prononcé au congrès radical de Marseille en 1903. Il affirme : « Le premier devoir d’une République est de faire des républicains, et […] on ne fait pas un républicain comme on fait un catholique. Pour faire un catholique, il suffit de lui imposer la vérité toute faite : la voilà, il n’a plus qu’à l’avaler […]. Pour faire un républicain, il faut prendre l’être humain si petit et si humble qu’il soit, un enfant, un adolescent, une jeune fille56 […] et lui donner l’idée qu’il faut penser par lui-même, qu’il ne doit ni foi ni obéissance à personne, que c’est à lui de chercher la vérité et non pas de la recevoir d’un maître […] quel qu’il soit, temporel ou spirituel. […] Croire, c’est ce qu’il y a de plus facile, et penser, ce qu’il y a de plus difficile au monde » (cf. PRRRS 1903 : 178).

  • 57 À la suite de la laïcisation de l’école publique, les écoles protestantes ont progressivement fermé (...)
  • 58 C’est la thèse défendue, dans La Dépêche, par « Pierre et Paul » (alias Huc), partisan d’un monopol (...)
  • 59 Cf. « l’enseignement libre : une concurrence nécessaire », discours de Ferry au Sénat le 23 mai 188 (...)

55Ce propos semble paradoxal : les écoles libres confessionnelles57 ne font-elles pas, précisément, « des catholiques », n’apprennent-elles pas « à croire » ? Et n’est-ce pas la vocation même de l’école laïque de former à l’esprit critique, de présenter la « diversité » des opinions, d’apprendre à « penser » ? Qu’a-t-elle besoin de se voir concurrencée par son contraire58 ? Mais, comme Ferry59 dont il a été le principal collaborateur, Buisson estime que monopoliser la liberté de penser aboutit à abolir cette liberté, car « si vous voulez un esprit libre, qui peut s’en charger sinon un autre esprit libre ? [et] l’État n’a pas le droit d’intervenir pour se substituer à l’initiative des individus. Il n’intervient que comme garant responsable de la liberté de tous » (PRRRS 1903 : 181).

  • 60 Milès 1904, cité par Lanfrey 2003 : 20.
  • 61 Les « monopolistes », tel Huc (1900 : 26 sqq.), estiment que l’enfant est une « proie […] sur laque (...)
  • 62 Ce constat d’historiens actuels était, bien sûr, réfuté à l’époque par une accumulation d’exemples (...)

56Le paradoxe n’est donc pas dans le discours, mais dans la réalité empirique : la réalisation effective de la liberté de penser implique d’inclure son contraire. Son contraire en partie supposé d’ailleurs, car des adversaires catholiques de l’école congréganiste affirment que cette dernière suscite, chez certains, « un insupportable dégoût vite transformé en une répulsion invincible vis-à-vis de ce qui, de près ou de loin, touche à la religion60 » : l’élève n’est pas forcément un réceptacle passif, malgré ce qu’affirment les partisans du monopole61 ; d’autre part la nécessité commune de préparer au baccalauréat induit un relatif rapprochement des programmes entre les deux formes d’enseignement secondaire62.

  • 63 S. Berstein (1980 : 51) note que les trois principaux opposants au monopole de ce congrès (F. Buiss (...)
  • 64 Buisson parle d’un « monopole laïque » qui ne serait pas un « monopole étatique », et il fait adopt (...)
  • 65 En ceci que, par le système d’autorisation préalable, il maintiendrait un enseignement privé « indi (...)
  • 66 Ce à quoi Clemenceau réplique : « l’autorité […] ne peut être que la garantie de la liberté de chac (...)

57Nous l’avons vu, Buisson est minoritaire, mais il n’est pas le seul à contester le vote des congressistes63. À un niveau empirique, d’ailleurs, la frontière semble ténue entre les partisans d’une liberté d’enseigner – limitée par l’exclusion des congrégations et le contrôle qu’aurait instauré le projet Chaumié64 – et les partisans d’un monopole souple65 qui s’incarne dans le contre-projet sénatorial. Mais, suivant que l’on se situe d’un côté ou de l’autre de la frontière, on tient deux discours opposés, l’un défendant la liberté, y compris dans ses risques et ses périls, l’autre proclamant la nécessité de l’autorité66 pour pouvoir faire face à toutes les atteintes possibles et imaginables contre la liberté : il faut colmater à l’avance « la petite fissure* par où l’Église rentrera dans le vaisseau de la démocratie », sinon cette « petite fissure […] va bientôt devenir la crevasse par où la République peut périr » (Henry Bérenger, in PRRRS 1903 : 194 sqq.).

  • 67 Le monopole de l’enseignement primaire et secondaire est voté par acclamations. Un amendement visan (...)

58Veiller à ce que ne subsiste aucune « fissure » induit un « terrible engrenage » (Clemenceau 1903-1904 : 21). Le congrès radical vote le monopole de l’État dans les trois degrés de l’enseignement67, provoquant de vives réactions au sein de ce que Thibaudet (1927) appellera la « République des professeurs ». Ainsi Aulard, partisan d’une « transaction » entre les deux options pour le primaire et le secondaire, affirme qu’« aucun accord [n’est] possible » s’agissant d’étudiants qui ont au moins 18 ans et, pour la plupart, sont majeurs. Certes, « l’influence des Facultés catholiques [est] dangereuse ». Mais la liberté de l’enseignement supérieur constitue « une des raisons d’être de la République » : sans elle « il n’y a pas de liberté » (L’Action, 19 octobre 1903). C’est donc, là encore, fixer une frontière au-delà de laquelle un républicain se doit de rester ferme sur le « principe de liberté », quel que soit le « danger » encouru par la République. Briand fait de même pour la Séparation.

  • 68 Bouglé 1915 : 101-144 (conférence « Pour et contre le monopole de l’enseignement », prononcée à l’h (...)

59Clemenceau avait récusé le « rêve » d’un « État idéal », Célestin Bouglé, philosophe et sociologue, décrypte, en amont « d’idées principes* », d’autres idées « de derrière la tête » qu’il nomme les « idées passions* ». L’« idée principe » des partisans du monopole consiste à refuser le « droit d’endoctriner des bambins », à affirmer que « l’État démocratique sera le moins autoritaire, le moins dogmatique des maîtres ». Cependant estime l’universitaire, dans les faits, l’État « c’est un parti au pouvoir, c’est un syndicat d’hommes » animés d’« idées passions » qui n’auront « rien de plus pressé que de faire à leurs semblables […] ce qu’ils ne voudraient pas qu’on leur fît à eux-mêmes »68.

  • 69 Il affirme attacher de l’importance « aux contrecoups possibles » de ses propres principes et ne pa (...)

60Dans cette optique, le monopole peut se révéler un boomerang : au convent du Grand Orient de France de 1902, certains francs-maçons font remarquer que réserver le droit d’enseigner à l’État « pourrait se retourner contre la libre-pensée avec l’arrivée au pouvoir d’une majorité rétrograde » (cf. Nourrisson 1904 : 157). Cet argument d’intérêt bien compris, présent également chez Bouglé69, implique d’admettre, comme le sociologue, que l’État n’est guère « impartial ». L’enseignement primaire laïque « souffre déjà, selon ce dernier, de l’inquiète et incessante pression des politiciens […] dans l’atmosphère de la cuisine électorale ».

« Un pur trouve toujours un plus pur qui l’épure » (Ernest Picard)

  • 70 Selon Bouglé qui réplique : « dans une démocratie, il n’y a plus de crime de lèse-majesté ».

61Il existe donc, dans cette optique, un lieu où s’effectue le partage des eaux entre République et liberté. Les partisans du monopole estiment au contraire que ce type de discours fait le jeu des adversaires du régime et constitue, à la limite, un « crime de lèse-majesté démocratique70 ». Pour eux, liberté et République constituent toujours un seul et même combat. Dans cette perspective, si le monopole intégral est nécessaire, au bout du compte, il risque de se révéler insuffisant.

  • 71 On notera, bien sûr, qu’ici la « vérité » est « virile », donc genrée.

62Le monopole intégral est nécessaire : pour le vainqueur du congrès de Marseille, Lintilhac, « la liberté de l’enseignement supérieur […] est la plus dangereuse de toutes ». Si les élèves « emmagasinent mécaniquement le grain des choses », l’âge étudiant, « au sortir de l’adolescence », constitue « l’heure sacrée où l’esprit vierge doit se fiancer à la vérité ». Impossible donc de proclamer « la liberté de la mésalliance avec l’erreur », car si quelques-uns parviendront « à la virilité* du vrai par les âpres sentiers de la raison », une grande majorité d’entre eux « s’effémineront* dans les sentimentalités du néo-catholicisme ». Il faut donc « aider la cité idéale, celle que veut bâtir notre République, à se bâtir en hommes71 (salves d’applaudissements) » (PRRRS 1903 : 147).

  • 72 Clemenceau (1903-1904 : 34) réplique dans le débat au Sénat : « C’est pour éviter ce sourire […] qu (...)
  • 73 Cité par A. Prost (1968 : 216 sqq.) comme des propos particulièrement significatifs.

63Nécessaire, ce monopole intégral sera-t-il suffisant ? Eugène Lintilhac affirme que l’État « doit vouloir dans la tête et dans le cœur de ceux qui enseignent, et non seulement dans leur bouche », un état d’esprit républicain. En effet, « qui n’a pas cet esprit peut tenir un langage à peu près irréprochable en apparence [et] déformer à son gré cette cire molle qu’est la tête du disciple. Il suffit d’un hochement de tête énigmatique ou d’un sourire* à la cantonade72 […]. Et c’est bien le cas de dire qu’ici le ton fait la chanson ». Un enseignant qui serait un « clérical latent* [peut] inspirer [aux élèves] un esprit réactionnaire, tout en commentant, d’un air bénin, la lettre des droits de l’homme et du citoyen »73.

  • 74 Selon l’article 21 de la loi Falloux, « l’inspection des écoles libres […] ne peut porter sur l’ens (...)
  • 75 A. Delpech, à ce même congrès, a nommément cité des lycées publics de Paris et de province où sévir (...)

64Le professeur en Sorbonne conclut que, quelle que soit l’importance du contrôle de l’État, celui-ci restera défectueux74. Il estime que les « cléricaux latents » se sont infiltrés en « bon nombre jusque dans l’Université »75. L’enseignement public est donc menacé de l’intérieur et le monopole ne sera jamais qu’une demi-mesure. D’autres garanties se révéleront indispensables. Mais comment arriver à réprimer hochement de tête ou sourire ? À défaut de pouvoir le faire se pose, depuis Waldeck-Rousseau, la question de laisser ou non d’anciens élèves des écoles congréganistes enseigner à l’école publique. D’où les projets d’une obligation d’un « stage scolaire » à l’école laïque, voire, pour certains, d’une exclusion de l’enseignement public de celles et ceux dont l’esprit aurait été déformé par les congrégations.

65« Mais pourquoi s’arrêter en si bonne voie », fait mine de se demander Le Temps au début du combisme (18 septembre 1902) : on pourrait exiger également « que le père, la mère, les grands-pères et les grands-mères, les bisaïeuls et trisaïeuls des candidats aux fonctions d’enseignement aient été élevés par des laïcs » ! Et, juste avant la chute de Combes, ces questions se trouvant toujours en débat, Lanessan remarque que, même avec un corps enseignant sûr et une « uniformité absolue des programmes et des livres », le problème resterait entier. En effet, « qui empêchera le père de famille d’enseigner à son fils ce qu’il lui plaira ? » Qui mettra « la mère dans l’impossibilité d’inculquer » à ses enfants « toutes les croyances dont son esprit est plein » ? L’issue logique consisterait à reprendre une idée de Platon et à enlever « les enfants à leur père et mère le jour de leur naissance » (Le Siècle, 10 janvier 1905).

  • 76 Ce sont eux, et non les enfants des bourgeois des villes, qui doivent être l’objet d’une « émancipa (...)

66Sans aller jusqu’à cette extrémité, « l’unique solution » selon le directeur de La Dépêche, Huc, consiste, écrit-il dès 1900, à compléter l’instauration du monopole par un « système tutorial* » où les internes, nombreux parmi les élèves des campagnes76, seront mis en pension « chez de bons citoyens » qui « devront les former aux vertus républicaines ». Un jour ou l’autre, « ce système s’imposera. L’État ne saurait, en effet, souffrir qu’une éducation, donnée en marge de ses écoles, contrarie [son] enseignement » (Huc 1900 : 341). À l’optique selon laquelle, à un certain moment, quel que soit le « danger », la liberté l’emporte, s’oppose une autre perspective : celle où « les nécessités de la défense républicaine » impliquent de dresser toujours plus haut un « mur sans fissure […] entre la société laïque, qui veut vivre […] et la cléricale, qui veut la faire mourir » (E. Lintilhac, in PRRRS 1903 : 149). On retrouve la métaphore de la « fissure » et de la nécessité, sans fin, de son colmatage.

Où Péguy « prophétise », à tort, une République totalitaire

  • 77 « Aux yeux de Péguy, Jaurès n’était autre que l’inspirateur du mal, l’agent actif à peine dissimulé (...)
  • 78 Cabanel (2005b : 91) remarque, cependant : « une lecture anachronique […] bute sur le petit père [… (...)
  • 79 Cf. la réédition – en fait en 1906, après la Séparation – du célèbre manuel de lecture, de morale e (...)

67Lors du centenaire de la loi de 1905, Patrice Cabanel (2005b : 84-95) a posé une « énigme » fort intéressante : pourquoi, en étalant « librement, à longueur de pages, sa haine des dirigeants français, [en] parlant à tort de Combes-Jaurès77, Péguy réussit à décrire, avec une précision prophétique extraordinaire, et trente ans avant son épanouissement, le totalitarisme soviétique » ? Pourtant, écrit l’historien, « nul n’en disconviendra. […] la France de Combes [n’a] rien à voir avec l’URSS de Staline78 […] en dépit des fiches, des fermetures d’écoles, des […] réécritures laïques de certains manuels79, des lois contre les congrégations, des exils de milliers de Françaises et de Français parce qu’ils étaient religieux. […] Le Combes de Péguy est une invention […] injuste, dont l’auteur est bien le contemporain de Jarry et d’Ubu roi ». On peut admirer une virtuosité de l’universitaire dans l’ambivalence : la liste dressée s’inscrit en tension avec le début et la fin du propos cité.

  • 80 Ch. Péguy, 1988, Œuvres en prose complètes, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », II : 11 sqq., c (...)

68Péguy dénonce la « tyrannie molle » du « radical-popularisme* » et « d’immenses mouvements démagogiques […] redoutables […] par tout ce qu’ils ont de vaseux, de fangeux, de boueux, par un perpétuel danger d’enlisement politique et social ». Il affirme que la République, « par peur et par fascination du césarisme en épaulettes », est, alors, « infailliblement [tombée] dans le césarisme en veston » et a ainsi permis à l’« ambitieux » Combes d’exercer « impunément […] un césarisme impitoyable […], pourvu qu’il ne soit pas bel homme, […] qu’il porte mal même les tenues civiles, surtout qu’il ne sache pas monter à cheval ». Et l’écrivain de conclure : la « popularité du genre dit petit père » se révèle « la plus dangereuse pour la réalité de la République »80. Décidément, quel que soit le point de vue où l’on se place, la République court les plus graves « dangers » !

  • 81 Les motions d’encouragement et de félicitation qui lui sont adressées en 1904 (Baal 1977) contraste (...)

69À l’accusation péguyste d’un Combes « césarien » et « populairement laid » s’ajoute le peu d’enthousiasme de milieux radicaux eux-mêmes ; ainsi « pour La Dépêche, Combes ne fut jamais qu’un brave homme sans génie, assez médiocre au demeurant » (Lerner 1978, II : 591), avis largement partagé. Ces jugements décrivent, à leur insu, une réalité – empirie et représentation – née d’une interaction sociale. Figure du diable pour ses ennemis, Combes est perçu avec condescendance (« brave homme sans génie »), voire avec mépris (« laid », « médiocre »), par la majorité des élites républicaines. Qu’elles soient pro- ou anticombistes, il ne leur semble pas normal que ce petit notable de province puisse être le président du Conseil d’un long ministère. Or, pour cette même raison, toute une partie du pays se reconnaît en lui, estime, grâce à lui, être – enfin ! – au pouvoir. C’est pourquoi, malgré tout ce qui lui est imputé, à tort ou à raison, malgré les résultats mitigés de sa politique – les fameuses « réformes » toujours à venir –, le Petit Père garde, jusqu’au bout, une grande popularité dans ce qui sera appelé ensuite « la France profonde81 ».

70Est-il « césarien » pour autant ? Pas vraiment et ce n’est pas de son côté que se situe le risque d’un néoboulangisme. Un témoignage du secrétaire général de la présidence de la République, Abel Combarieu, n’a guère retenu l’attention. Il est pourtant significatif : Théophile Delcassé confie en février 1903 à la présidence, « son dégoût croissant pour le Parlement […] livré aux plus bas appétits [et pour] le ministère [Combes] composé en majorité de fanatiques ou d’imbéciles ». Le ministre des Affaires étrangères suggère, en conséquence, de « changer cela violemment, légalement ou non », en s’assurant « de la neutralité bienveillante de l’armée ». Il s’agirait de « fermer les parlottes du Palais-Bourbon et du Luxembourg », de « remettre l’administration à des ministres » seulement responsables « devant le président de la République ». Lui-même est « usé par un travail excessif » mais « il ne se déroberait pas à une proposition directe du Président » Loubet. Quel bel esprit de sacrifice ! C’était, commente Combarieu (1932 : 228 sqq.), « le programme de Déroulède sans Déroulède ».

71En juillet 1904, Delcassé revient à la charge et veut « provoquer une crise ». Selon Combarieu, Loubet répond que cette entreprise serait vouée à l’échec et explique au – toujours – ministre qu’« ayant pour soi tous les royalistes et les droitiers, on aurait contre soi […] presque tous les républicains […] embrigadés pour défendre la laïcité, la liberté, […] la République contre l’hydre de la réaction ». Bref, « le Président ne veut pas courir d’aventure ni sortir du rôle […] qui le place au-dessus des partis […]. Il est parlementaire, tandis que Delcassé ne l’est pas » (ibid. : 286 sqq.). Le chef du Quai d’Orsay évolue dans un univers aristocratique, et son chargé des « Affaires réservées », Maurice Paléologue, décrit dans son Journal les nombreux contacts avec les députés de droite (parfois médiateurs dans le conflit avec le Saint-Siège) et, surtout, les dîners chez la comtesse de Castellane, la baronne de Courcel ou le grand-duc Paul, etc. Delcassé et lui-même y rencontrent des princes étrangers, la noblesse et la haute bourgeoisie française (cf. Paléologue 1934). Dans ces soirées, l’ethos démocratique ne prédomine pas vraiment !

  • 82 Ce dont Combes semble ne s’être jamais rendu compte : « J’avais dans Delcassé [homme de] nature dro (...)
  • 83 En vingt ans, on est passé de 6 000 à 2 000 candidats, alors qu’une progression était escomptée.

72À la légende noire du combisme, il est donc possible d’opposer que le risque de « césarisme » s’est plutôt trouvé du côté d’un ministre imposé au Petit Père, et qui le détestait82. De son côté, le récit épique des « hussards noirs » comporte tout autant des aspects légendaires, et la critique politique du combisme n’est pas sans réalité. À Buisson et Aulard qui s’inquiètent de la pénurie de candidats aux fonctions d’instituteurs de l’école publique83 et en cherchent les raisons, ces derniers se plaignent non seulement d’« un métier terriblement fatigant », souffrant d’une « insuffisance des traitements », mais surtout d’une « influence néfaste de la politique » (La Dépêche, 16 janvier 1903).

73Un « hussard noir » demande : « Pensez-vous que cette espèce de servitude morale* sous laquelle nous sommes tenus soit encourageante pour ceux qui voudraient entrer dans l’enseignement ? » (La Dépêche, 26 janvier 1903). La Troisième République – et pas seulement Combes ! – s’est bien gardée de modifier le régime de Napoléon III attribuant la nomination des instituteurs aux préfets. Quant à l’enseignement du second degré, il existe, selon Aulard, « une tendance générale […] à détruire chez les professeurs l’esprit d’initiative, à uniformiser toute leur activité, à régenter et à réglementer leur zèle de manière à en faire de l’obéissance » (L’Aurore, 4 décembre 1903). Voilà de quoi mettre en question la nostalgie récurrente du temps glorieux des « hussards noirs » et s’interroger sur les résultats « émancipateurs » qu’aurait eus l’instauration du monopole : s’en prendre à la liberté de l’autre est toujours plus facile que « balayer devant sa porte ».

  • 84 En l’occurrence, ici, le « cléricalisme ».

74Globalement, on peut en revenir à la question de Cabanel. Celui-ci affirme ne pas pouvoir résoudre l’énigme qu’il a posée. La « prescience » de Péguy concernant le totalitarisme à venir, en observant la politique du Bloc, serait-elle due à sa « méchanceté inventive » et sa « haine monomaniaque » ? Ou, au contraire, pourrait-on déceler « la présence indéniable, dans le combisme […], du germe des grandes maladies qui allaient frapper la démocratie au xxe siècle, le populisme, l’ostracisme maccarthyste, le totalitarisme socialiste » ? « Un peu des deux sans doute », conclut-il, tout en se méfiant de « ces démocrates insoupçonnables qui se laissent aveugler par l’ennemi extérieur84 et ne voient pas naître en leur flanc un péril intérieur » (Cabanel 2005b : 92). La seconde réponse l’emporte donc implicitement dans sa balance. Il me semble possible de l’accepter, en ajoutant deux correctifs importants.

  • 85 Suivant qu’il s’agit des congrégations ou du monopole.
  • 86 Ainsi que Pressensé, comme il le reconnaîtra lui-même.

75Le premier consiste à penser que le « germe », si germe il y a, ne naît pas avec le combisme. Il lui est antérieur et il le dépasse. Si la formulation est datée, l’analyse de Bouglé sur les « idées passions » qui se cachent derrière les « idées principes » garde sa validité. Et quand les principes sont absolutisés, le combat contre les « ennemis de la liberté » risque vite d’être également une lutte contre les « amis de la liberté ». Cela a déjà été indiqué : il existe, alors, une tension permanente entre un républicanisme absolu et un républicanisme libéral et démocratique. Certains penchent d’un côté (Lintilhac et d’autres radicaux, Viviani), d’autres personnalités de l’autre (Bouglé, Goblet, Monod, certains « dissidents » et Briand lui-même). Buisson et Clemenceau se montrent ambivalents85, rejoints sur le monopole par Aulard, et le Jaurès de cette période apparaît particulièrement ambigu86, tout comme Combes qui applique et limite à la fois un républicanisme autoritaire.

  • 87 L’expression est de C. Bouglé (1915 : 133).
  • 88 Péguy écrira que la séparation « avait abouti à un premier programme sérieux de liberté mutuelle or (...)

76Le second complément explicite ce qui vient d’être écrit : pendant la période qui va de juin 1902 à janvier 1905, « l’aveuglement » dont parle Cabanel est loin d’avoir été total. D’abord, Combes n’a été qu’à moitié « combiste », au sens qu’a pris ce terme. Ensuite, avec beaucoup de retournements de situation, d’équivoques, de mélanges de « bonnes » et de « mauvaises » raisons, le « péril intérieur » (l’intransigeantisme républicain) a été combattu. Briand, Buisson et Clemenceau, et d’autres ont arrêté l’engrenage, se sont écartés de la « pente glissante87 ». Ainsi, Péguy lui-même est « enthousiasmé » (Laichter 1985 : 82) par l’intervention de Clemenceau du 17 novembre 1903 et il la publie dans les Cahiers de la quinzaine sous le titre « Discours pour la liberté ». Au moment où Combes quitte le pouvoir, les résistances au monopole ont fait que la « loi Falloux » n’a même pas pu être abrogée. D’autre part, même malmené, le travail de la Commission de Séparation n’est pas à terre88. L’engrenage du conflit de deux France a amené la République au bord du précipice, mais peut-être lui fallait-il faire cette expérience pour que certains aient le « courage » de prendre garde de ne pas l’y faire tomber.

  • 89 Ministre le plus modéré du cabinet Combes, Rouvier est un gambettiste très lié aux milieux d’affair (...)

77Un recentrage s’opère au moment où Combes quitte le pouvoir : de préférence au séparatiste Clemenceau, pourtant sur la ligne de départ, Loubet choisit Rouvier89 comme président du Conseil. Quand celui-ci prononce sa déclaration ministérielle, s’il fait – naturellement ! – référence aux « réformes » dont l’invocation est devenue incontournable, il ne met la Séparation qu’en quatrième position. Or, l’impression générale est qu’il faudra « trier » dans les changements promis. L’avenir de la Séparation serait-il compromis ?

78(À suivre !)

Notes

1 Le Temps, 17 décembre. Cette majorité n’aura pas à « solliciter de M. Jaurès l’aumône de son vote ou celle de ses conseils ». L’argument est récurrent : la contestation porterait moins sur Combes et le parti radical que sur l’influence indue de Jaurès.

2 Propos d’Honoré Leygues, dans les couloirs de l’Assemblée, selon une note confidentielle du 10 décembre (AN, F/7/12553, « Cabinet Combes »). Le Petit Père appréciait « la prodigieuse fécondité des couloirs en rumeurs de tout genre » (cf. Combes 1956 : 89).

3 Sauf pour Clemenceau. Selon lui, Combes a inventé « la politique art nouveau […] du non-faire » avec pour « seul objectif […] durer ». On atteindra « Pâques » sans rien faire. Après, l’échéance électorale primera. Or, à ce moment-là, « il sera bon d’être l’ami de M. Combes. Qu’importera la faillite des réformes si le “petit père”, qui tiendra mieux que jamais tous les députés dans sa main, leur prodigue les bienfaits de la manne administrative […] » (L’Aurore, 15 décembre 1904). Mais c’est peut-être une manière de se positionner comme un successeur éventuel.

4 « Puisque notre République célèbre sans y croire la résurrection de l’homme-Dieu », précise l’auteur de l’article, S. Lacroix.

5 L’année utile se terminant à l’été 1905, vu les échéances électorales, estime le quotidien.

6 Cf. Baudot 2007. Cette loi sera abordée dans le tome II.

7 Pour Le Rappel du 12 janvier 1905 et d’autres organes de presse, ce n’est pas Brisson qui a été battu, mais Combes et Jaurès ; Clemenceau fait chorus : la « stratégie de M. Combes et de Jaurès » a « conduit tout droit à l’élection de M. Doumer » : Jaurès n’a laissé aux républicains que « le choix entre M. Combes et M. Combes ». Chaque fois, il le sauvait par un « éloquent discours », or « la politique de terreur a fait son temps » (L’Aurore, 12 janvier).

8 C’est ainsi que Clemenceau se désigne.

9 Le surnom « Judas » pour désigner Doumer est régulièrement utilisé par L’Humanité, qui estime, le 15 janvier, que le nouveau président de la Chambre « prend au fauteuil des poses de roi nègre ».

10 Doumer est aussitôt exclu du parti radical.

11 Un député a même réclamé une démarche auprès de Combes pour lui demander de partir, et la GRS a décidé de se retirer momentanément de la Délégation des gauches.

12 Selon Jaurès, ce serait catastrophique, car la seule indication dont disposerait le président Loubet pour appeler au pouvoir un nouveau président du Conseil serait l’élection de Doumer, due à une « coalition immorale » qui n’est que « ténèbres et tromperie » (L’Humanité, 11 janvier 1905).

13 Cependant, certains reprochent à Combes de se « glorifier » d’avoir fermé des établissements scolaires congréganistes qui se sont rouverts ensuite (cf. S. Lacroix, Le Radical, 13 janvier 1905). À noter que le jour même de sa démission la fermeture de 1 200 établissements paraît au JO.

14 A. Ranc, Le Radical, 16 janvier 1905 ; il précise que des « amis » de Clemenceau le disent prêt à « assumer […] une situation difficile ».

15 Le directeur du Radical, A. Maujan, réclame « un ministère de détente au niveau des personnes » qui ne soit pas « un ministère de recul » (21 janvier 1905). Propos significatifs.

16 A. Aulard (1904 : 157), qui précise, page suivante : « nous-mêmes [républicains libres-penseurs], tout “avancés” que nous sommes, nous agissons encore trop souvent comme si nous étions gallicans, comme si nous voulions […] forcer les curés à être […] des curés démocrates, comme si nous voulions ramener la religion catholique à sa pureté première ». Or, le gallicanisme « n’est-ce pas la négation de l’État laïque ? » Sur le gallicanisme et la laïcité, cf. Baubérot 2015.

17 Cf. notamment G. Weill (1925 : 2), qui estime que « l’idée laïque » s’est construite à la fois en continuité et en rupture avec ces gallicanismes.

18 Veto qui, affirmait-on, avait eu un rôle prédominant pour empêcher l’élection du cardinal Rampolla en 1903.

19 Pour Brunetière, qui écrit en 1901, il existe une continuité dans la politique religieuse de la France, de Louis XIV révoquant l’Édit de Nantes à Waldeck-Rousseau faisant voter la loi de 1901, en passant par Robespierre et Bonaparte : la volonté de bâtir une « Église nationale », une « religion d’État », c’est-à-dire « une religion dont l’État soit le maître » et qui établisse « l’unité morale » du pays, à la manière de la religion civile rousseauiste (Brunetière 1907 : 243-279). Au contraire, la Séparation libérerait l’Église, c’est pourquoi il se dit « persuadé que la République n’en voudrait pas ! Elle en aurait trop peur » (ibid. : 252). Le projet Combes correspond aux craintes de Brunetière ; la loi de 1905 les démentira et l’académicien demandera au pape de l’accepter (cf. le tome II).

20 Une laïcité plus « complète » aurait affaibli les lycées publics face aux établissements catholiques. C’est un des nombreux points qui « plaidait » en faveur du monopole.

21 Du moins officiellement, car certains instituteurs continuent de conduire leurs élèves au catéchisme, tous les crucifix n’ont pas été enlevés des salles de classe, parfois même une prière commence et termine la journée scolaire.

22 Créés dans les années 1880, ces lycées n’ont pas les « traditions » des lycées publics de garçons. De plus, dans l’optique du darwinisme social, une cérémonie religieuse paraît moins « dangereuse » pour les jeunes hommes, dont le cerveau présente des « lobes frontaux » (où se trouve « l’organe des opérations intellectuelles ») « prédominants », que pour les jeunes femmes, chez qui « ce sont les lobes occipitaux [ « où la physiologie localise les centres émotifs et sensibles »] qui sont les plus développés » (Varigny 1893 : 145).

23 L’auteur de l’article (M. Vuillaume) reprend-il ironiquement à son compte le vocabulaire catholique ou le fait-il sien ?

24 Allusion à l’empereur romain Dioclétien (244-311), instigateur d’une persécution particulièrement sanglante du christianisme.

25 En général, les tribunaux estiment que les congrégations ne sont pas reconstituées, même si les anciens congréganistes prennent leurs repas ensemble, dès lors qu’ils n’habitent plus sous le même toit. D’autre part, un opuscule indique aux congréganistes comment se séculariser avec l’accord de leur hiérarchie, donne des conseils juridiques et précise les pièces à produire au tribunal.

26 Une circulaire n’a pas force de loi. Elle est de l’ordre de l’administratif, non du juridique.

27 Selon le Journal des débats du 27 septembre, dont la source serait un « jurisconsulte libéral ». Par ailleurs, des jurisconsultes catholiques se rendent à Rome à la mi-octobre. Pie X les remercie de « défendre […] la propriété des religieux qui ont en eux des auxiliaires précieux » (Le Figaro, 16 octobre 1904).

28 La création de coopératives est une idée alors très en vogue.

29 Cf. dans le prélude le constat – amer – de J. de Narfon.

30 Cf. le tome III.

31 Dans ce cas précis, les dispositions libérales de la loi de 1901 sur les associations. Cela aurait joué également face au projet Combes de séparation.

32 Archives J. Ferry à la bibliothèque de Saint-Dié, cf. Baubérot 1997 : 49.

33 Qui est donc ce « on » anonyme qui présentait au président de la Ligue des droits de l’homme les mesures à prendre comme nécessaires au « salut de la République » ? Combes – mais il a eu parfois tendance à le trouver trop modéré ? Jaurès – mais il en a été le compagnon ? Ne peut-on pas inclure, dans ce « on », Pressensé lui-même, un des acteurs d’une croyance collective largement dominante dans le Bloc des gauches ?

34 Des convents du Grand Orient de France avaient déjà demandé de telles mesures. Une des raisons du maintien de ces pratiques, dans certaines régions, consiste à vouloir garder à l’école publique des élèves que des « pères de famille » catholiques risqueraient d’envoyer à l’école congréganiste. En cas de monopole, un tel « risque » n’existerait plus.

35 Et cet engrenage importe plus que les dénégations de Waldeck-Rousseau au Sénat le 27 juin 1903, construisant sa légende dorée.

36 Cf. « l’annotateur » in Waldeck-Rousseau 1901 : 38.

37 À partir du 16 janvier 1900, sous son nom et sous le pseudonyme de Pierre et Paul, Huc fait campagne de façon récurrente dans La Dépêche pour le monopole : la liberté de l’enseignement est une « fausse liberté », incompatible avec la République. Il écrit, le 28 mars 1902 : « Nous ne supprimons pas la liberté de l’enseignement, nous la nions. » Mais Huc publie aussi dans son journal le point de vue contradictoire de Clemenceau : même un « monopole libertaire […] se retournera […] quoi qu’il puisse faire, contre la liberté » (2 décembre 1902). Sur cette controverse, cf. Torres 2002 : 148 sqq.

38 L’ouvrage paraît en mars.

39 Propos typique de l’anticléricalisme d’État : la « question cléricale » prévaut sur la « question sociale ».

40 Selon H. Lerner (1978, II : 574 sqq.), Huc joue un rôle « consultatif dans la préparation du voyage présidentiel » et le directeur de La Dépêche affirmera ensuite, non sans raison, « que les phrases sur les deux France étaient sorties de sa plume […] avant même de sortir de la bouche de Waldeck-Rousseau ». Cependant, peut-être Huc s’est-il lui-même inspiré de P. Challemel-Lacour (1897 : 122) qui, dans un débat sur le monopole en 1874, avait insisté sur le risque de voir « deux classes d’esprit [qui] vivant sur le même sol et se rencontrant accidentellement […] en vinssent à ne plus se comprendre ».

41 Selon Huc, comme il n’existe pratiquement pas d’enseignement libre laïque, « la lutte est circonscrite entre la prétention de l’Église et le droit de l’État ». Au contraire, des adversaires du monopole remarquent que celui-ci risque d’entraîner l’interdiction d’écoles libres laïques, telles l’École alsacienne, l’école Boulle et quelques autres écoles professionnelles.

42 Cette optique est congruente avec le refus de constitutionnaliser les droits de l’homme : la démocratie serait uniquement la volonté majoritaire, et non une tension entre cette volonté et les droits de chaque individu.

43 Le glissement est significatif : s’il n’existe pas de « vérité absolue », certaines « vérités admises, […] orthodoxes » peuvent être socialement obligatoires.

44 Séance du Sénat du 22 juin 1903. Conjointement, L. Thézard défend le Concordat.

45 Cf. Clemenceau 1903-1904. Dans ce discours, Clemenceau attaque vigoureusement les congrégations, à la fois par conviction et parce qu’il va mêler son vote à celui du centre et de la droite. On trouvera une analyse philosophique de ce discours in C. Coutel (2018).

46 Clemenceau l’emporte effectivement par 198 voix contre 69.

47 Au congrès du PRRRS (1903 : 182), F. Buisson avait demandé de ne pas « transformer ce Congrès en Concile ». Clemenceau transforme l’idée de Buisson en formule… et ramasse la mise. À moins que les deux hommes se soient inspirés de l’expression « concile de philosophes » utilisée par Pressensé contre Combes (cf. premier chapitre) ?

48 Ce n’est pas l’avis d’É. Bourgeois (1902 : 270) qui pense que le « régime de l’autorisation » permettrait de supprimer la liberté d’enseignement sans tomber dans « les excès du monopole ».

49 C’est-à-dire, qui symbolisèrent la liberté quand ils furent jetés dans le cirque.

50 Autrement dit, après le catholicisme d’État de l’Ancien Régime, il y aurait une libre-pensée d’État. C’est également l’enjeu des débats sur la Séparation.

51 Séance du Sénat du 30 octobre 1902, in Clemenceau (1903). On trouvera des échos de ce débat in J.-N. Jeanneney (2002 : 120) et M. Winock (2014 : 362 sqq.).

52 « État faillible* », « vérités changeantes » : ces formules veulent opposer l’esprit laïque à la doctrine catholique. Le concile Vatican I, en 1870, avait en effet proclamé l’infaillibilité du pape (dans certaines circonstances). Pour Clemenceau, le monopole instaurerait « un catholicisme civil, laïque, avec un clergé universitaire », il « condui[rai]t à l’obligation d’avoir un dogme ».

53 Cependant, à quel moment éclate le conflit entre la République et la liberté ? Pour une minorité de républicains de gauche et pour les républicains du centre et de droite, la mise des congrégations hors du droit commun associatif met déjà République et liberté dans une relation conflictuelle.

54 Problème qu’affrontent historiquement aussi bien la République française que la République américaine, et qui est constitutif de la religion civile (cf. Bellah & Hammond 1980).

55 Libre-pensée, Ligue de l’enseignement, Commissions de la Chambre sur les congrégations puis sur la Séparation… Buisson, outre son autorité morale, cumule les présidences, et Clemenceau, par sa redoutable éloquence, « [vaut] tout un groupe [parlementaire] » à lui seul (Capéran 1935 : 104).

56 Équivalence significative de la part de quelqu’un attaqué par ses amis radicaux comme « féministe ».

57 À la suite de la laïcisation de l’école publique, les écoles protestantes ont progressivement fermé (les protestants se mobilisant alors dans la création de colonies de vacances).

58 C’est la thèse défendue, dans La Dépêche, par « Pierre et Paul » (alias Huc), partisan d’un monopole « libéral-libertaire* ».

59 Cf. « l’enseignement libre : une concurrence nécessaire », discours de Ferry au Sénat le 23 mai 1882, in O. Rudelle (1996 : 456-463). La mémoire collective retient de Ferry les décrets de mars 1880. En fait, ils furent inefficaces et Ferry refusa de prendre des mesures plus contraignantes qui l’auraient conduit vers le monopole.

60 Milès 1904, cité par Lanfrey 2003 : 20.

61 Les « monopolistes », tel Huc (1900 : 26 sqq.), estiment que l’enfant est une « proie […] sur laquelle on peut faire main-basse » ; pour un Voltaire ou un Robespierre « qui se libèrent [par] la vigueur de leur caractère, combien gardent l’empreinte initiale, sont incapables de s’affranchir » de l’enseignement qu’ils reçoivent ?

62 Ce constat d’historiens actuels était, bien sûr, réfuté à l’époque par une accumulation d’exemples inverses (cf., notamment, Huc 1900). Cependant, la réalité empirique étant inépuisable, la simple accumulation d’exemples n’aboutit jamais, à elle seule, à une analyse d’ordre scientifique. Exemple limite : les innombrables exemples de « perfidie sémite » dont Drumont (1886) émaille sa France juive (pour un décryptage de sa stratégie, cf. Baubérot & Zuber 2000 : 246 sqq.).

63 S. Berstein (1980 : 51) note que les trois principaux opposants au monopole de ce congrès (F. Buisson, G. Hubbard et L. Le Foyer) sont francs-maçons. D’autres maçons présents y sont, en revanche, favorables (Ch. Debierre, F. Dubief…) et le convent de 1902, qui, comme les précédents, a pris position pour le monopole, « press[e] les parlementaires maçons d’obtenir son adoption par la voie légale le plus tôt possible » (Chevallier 1975 : 77).

64 Buisson parle d’un « monopole laïque » qui ne serait pas un « monopole étatique », et il fait adopter « de justesse […] au terme d’une discussion acharnée » cette optique dite « transactionnelle » au congrès de la Ligue de l’enseignement, tenu du 25 au 28 septembre 1902 (cf. Martin 2016 : 132 sqq.).

65 En ceci que, par le système d’autorisation préalable, il maintiendrait un enseignement privé « indispensable dans l’insuffisance actuelle des locaux et du personnel scolaire », écrit A. Louvel, qui ajoute cependant qu’un tel enseignement « disparaîtra quand les maisons d’État seront assez vastes et les professeurs publics assez nombreux [et] que sa concurrence deviendra dangereuse ou seulement véritable » (Revue politique et littéraire, 7 novembre 1903 : 580).

66 Ce à quoi Clemenceau réplique : « l’autorité […] ne peut être que la garantie de la liberté de chacun » (1903-1904 : 7) ; c’est la même perspective que celle de Buisson.

67 Le monopole de l’enseignement primaire et secondaire est voté par acclamations. Un amendement visant à supprimer la mention du « supérieur »« n’est pas adopté » (sans autre précision). Cf. PRRRS 1903 : 199.

68 Bouglé 1915 : 101-144 (conférence « Pour et contre le monopole de l’enseignement », prononcée à l’hiver 1903-1904).

69 Il affirme attacher de l’importance « aux contrecoups possibles » de ses propres principes et ne pas vouloir « avoir tressé de [ses] mains, la corde » qu’éventuellement on lui « passera au cou ».

70 Selon Bouglé qui réplique : « dans une démocratie, il n’y a plus de crime de lèse-majesté ».

71 On notera, bien sûr, qu’ici la « vérité » est « virile », donc genrée.

72 Clemenceau (1903-1904 : 34) réplique dans le débat au Sénat : « C’est pour éviter ce sourire […] que vous démolissez de vos mains l’édifice de la liberté que vos pères avaient construit au prix de tant de sacrifices ! »

73 Cité par A. Prost (1968 : 216 sqq.) comme des propos particulièrement significatifs.

74 Selon l’article 21 de la loi Falloux, « l’inspection des écoles libres […] ne peut porter sur l’enseignement que pour vérifier s’il n’est pas contraire à la morale, à la Constitution et aux lois ». Malgré ce « que » limitatif, cette vérification peut donner à l’État, s’il en a la volonté politique, un pouvoir de contrôle étendu. Dans les faits, selon A. Aulard, seul « le baccalauréat constitue un moyen indirect, mais efficace, d’inspecter l’enseignement libre, d’en saisir les résultats et les tendances » (1904 : 289). Mais, pour beaucoup, c’est insuffisant et il faut remplacer le « contrôle fictif » par « une inspection réelle […]. Or c’est précisément ce mode d’inspection minutieuse sur les livres, les cahiers et les devoirs qu’organise […] l’article 11 du projet Chaumié » (A. Louvel, Revue politique et littéraire, 7 novembre 1903 : 580).

75 A. Delpech, à ce même congrès, a nommément cité des lycées publics de Paris et de province où séviraient des « cléricaux », professeurs et élèves. Pouvaient être qualifiés ainsi non seulement des catholiques pratiquants, mais également des tenants de doctrines spiritualistes.

76 Ce sont eux, et non les enfants des bourgeois des villes, qui doivent être l’objet d’une « émancipation ».

77 « Aux yeux de Péguy, Jaurès n’était autre que l’inspirateur du mal, l’agent actif à peine dissimulé du “combisme” dont il aurait inventé la formule politique », écrit Chr. Prochasson (2018 : 337 sq.).

78 Cabanel (2005b : 91) remarque, cependant : « une lecture anachronique […] bute sur le petit père […], surnom d’un autre ancien séminariste, Joseph Staline, “petit père des peuples” ».

79 Cf. la réédition – en fait en 1906, après la Séparation – du célèbre manuel de lecture, de morale et d’instruction civique Le Tour de la France… de G. Bruno (1877), qui supprime toute référence à Dieu (très présent dans l’édition originelle). Ainsi, l’interjection « Mon Dieu » devient « Hélas ! » ou « Quelle joie ! » suivant les paragraphes, et les deux enfants, arrivés à Paris, ne pénètrent plus dans la cathédrale Notre-Dame afin de « prier Dieu pour la grandeur de la France » (Bruno 1877 : 285). Ces changements sont restés dans la mémoire collective comme le symbole du « sectarisme » de cette époque. Il faut préciser, néanmoins, que beaucoup d’écoles publiques continuent de diffuser les versions antérieures et qu’ensuite les rééditions « sans Dieu » et les rééditions « avec Dieu » coexisteront (cf. Ozouf & Ozouf 1984).

80 Ch. Péguy, 1988, Œuvres en prose complètes, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », II : 11 sqq., cité par P. Cabanel (2005b : 89), qui précise qu’il ne s’agit que d’« un extrait du torrent anticombiste chez Péguy ».

81 Les motions d’encouragement et de félicitation qui lui sont adressées en 1904 (Baal 1977) contrastent avec la montée progressive des oppositions à la Chambre (Millerand, Doumer…) et la prise de distance d’éditorialistes (Clemenceau, par ailleurs sénateur…).

82 Ce dont Combes semble ne s’être jamais rendu compte : « J’avais dans Delcassé [homme de] nature droite, un collègue absolument digne de ma sympathie et de ma confiance, qui n’a rien dit, ni rien fait d’important sans s’être assuré au préalable l’assentiment de son président », écrit-il dans ses Mémoires en 1907 (Combes 1956 : 217).

83 En vingt ans, on est passé de 6 000 à 2 000 candidats, alors qu’une progression était escomptée.

84 En l’occurrence, ici, le « cléricalisme ».

85 Suivant qu’il s’agit des congrégations ou du monopole.

86 Ainsi que Pressensé, comme il le reconnaîtra lui-même.

87 L’expression est de C. Bouglé (1915 : 133).

88 Péguy écrira que la séparation « avait abouti à un premier programme sérieux de liberté mutuelle organisée ; en un mot qu’elle n’avait point été combiste ; mais beaucoup plus républicaine » (cf. Leroy 2005 : 345).

89 Ministre le plus modéré du cabinet Combes, Rouvier est un gambettiste très lié aux milieux d’affaires et s’est montré très réservé à l’égard de la Séparation.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search