Version classiqueVersion mobile

La loi de 1905 n’aura pas lieu

 | 
Jean Baubérot
, 
Dorra Mameri-Chaambi

Seconde partie. La première « guerre » des séparations républicaines

Chapitre 10. La France laïque et l’international : Protectorat des missions, « péril jaune », guerre russo-japonaise et enjeux de laïcité

Texte intégral

  • 1 Ce terme revient à plusieurs reprises dans le discours public.

1Parmi les arguments énoncés contre les « mesures anticléricales », plusieurs relèvent de la politique étrangère. La France, qualifiée de « laïque » avant même la loi de 1905, reste « la fille aînée de l’Église » à l’international. « La République a fondé en vingt-quatre ans [un] merveilleux empire […] prodigieux enrichissement de notre patrimoine national », se réjouit, le 17 décembre 1904, un haut fonctionnaire (Paléologue 1934 : 201 sqq.). Cet empire de la République, celle-ci doit l’administrer et le défendre face aux « appétits1 » d’autres pays. Dans ce but, elle appuie des missions catholiques dans ses territoires coloniaux, face à « l’Angleterre protestante », et se sert d’elles. Un des attributs de la « puissance » française consiste dans la protection des minorités chrétiennes de l’Empire ottoman, ainsi que des missions catholiques au Levant et en Extrême-Orient, notamment en Chine, où des missionnaires de toutes nationalités bénéficient d’un passeport français.

  • 2 Sur la politique de Delcassé, cf. Cabanel 2007 : 245-265.

2On connaît la fameuse phrase : « L’anticléricalisme n’est pas un article d’exportation ». Effectivement, la politique religieuse de la France dans le monde n’obéit pas aux critères qui prévalent dans l’Hexagone. Chef du Quay d’Orsay de 1898 à 1905, Delcassé assume cette ambivalence, au nom de l’intérêt national. Un abandon du Protectorat ferait le jeu de « l’étranger2 ». Ce grand écart entre politique intérieure et politique coloniale et étrangère peut-il durer indéfiniment ? L’Allemagne chercherait à tirer avantage des tensions entre la France et le Saint-Siège affirment certains ; d’autres répondent : le Protectorat nous coûte plus qu’il nous rapporte.

  • 3 Discours de Tréguier, 13 septembre 1903, cf. Combes 1904 : 365 sqq.

3Combes n’accorde guère d’intérêt au Protectorat et affirme que sa politique ne nuit en rien à la place « considérable » tenue par la France « dans le concert des peuples ». En 1903, il en donne pour preuve l’« alliance avec la Russie [qui] revêt un caractère de plus en plus prononcé de confiance et d’intimité » et permet de contenir l’Empire allemand à l’est. De plus, selon le président du Conseil, « l’horizon est entièrement à la paix »3. Début 1904, le déclenchement de la guerre russo-japonaise oppose un démenti brutal à ces propos iréniques. Ce conflit entre une vieille puissance européenne et un État asiatique émergent marque un tournant, trop oublié aujourd’hui, dans l’Histoire du monde contemporain. Il est essentiel de lui accorder de l’attention, dans la perspective d’une « histoire mondiale » de la laïcité française, car il interfère avec le débat sur le bien-fondé de l’anticléricalisme d’État et pèse sur le processus de Séparation.

La France fille aînée de l’Église et fille de la Révolution : missions religieuses et Mission laïque

  • 4 Les catholiques estiment que le Protectorat est dû à une délégation du Saint-Siège, ce que conteste (...)

4Deschanel le souligne en octobre 1904 : pendant la Révolution, la Convention elle-même n’a pas remis en cause le Protectorat issu de la capitulation de 1535, accord entre François Ier et Soliman ; bien au contraire elle a pris des mesures pour le conserver. L’ambivalence républicaine en matière de politique religieuse est une constante. Au xixe siècle, aussi bien le traité de Berlin de 1878 qu’une circulaire pontificale dix ans plus tard confirment le droit acquis, qui comprend la protection des « lieux saints » du christianisme4.

  • 5 Déjà pendant une courte période sous Ferry qui, sans le dire, renonça rapidement à les poursuivre ((...)
  • 6 Combes, au contraire, se montre favorable à des écoles publiques qui, en Algérie, respectent l’isla (...)

5De façon à la fois paradoxale et logique, la lutte anticongréganiste des ministères Waldeck-Rousseau et Combes renforce considérablement l’enseignement donné à l’étranger par des religieux français. Beaucoup d’« enseignants, du simple frère à l’intellectuel jésuite ou dominicain, […] se pressent dans les pays d’accueil ; ce sont des centaines d’écoles qui reçoivent des renforts en jeunes énergies, ou qui sont créées pour accueillir les exilés et leur permettre de trouver une clientèle et des moyens de vivre » (Cabanel 2007 : 245). Ambassadeurs et consuls se font les avocats des congréganistes auprès des gouvernements qui se succèdent depuis l’avènement de la République des républicains. Les religieux enseignant à l’étranger continuent à bénéficier de subventions publiques, même quand ils sont pourchassés en France5. La théorie de l’évolution justifie « scientifiquement » ce double jeu : les « superstitions congréganistes* » représenteraient « un degré de l’échelle » à gravir dans le progrès civilisationnel de populations africaines ou du Proche-Orient (G. Charmes, Revue politique et littéraire, 1883, I : 399)6.

  • 7 La Dépêche, 26 décembre 1902, cf. A. Thévenin (2002 : 29). Aulard préside le Comité de propagande d (...)

6Malgré tout, une initiative privée tente de modifier la situation. Elle est l’œuvre de l’inspecteur des écoles de Madagascar, Pierre Deschamps. Le 8 juin 1902, il réunit à Paris, au Musée pédagogique, « un petit groupe d’hommes et de femmes appartenant pour la plupart à l’enseignement, tous profondément républicains et presque viscéralement attachés à la cause de l’école laïque » (Thévenin 2002 : 6). Dans le cadre de la loi votée l’année précédente sur la liberté d’association, il fonde la Mission laïque française, chargée de créer, d’encadrer et/ou d’encourager des écoles laïques. Son but, selon un de ses soutiens les plus importants, Aulard, est « de détruire et de remplacer les missions de l’Église romaine », alors que la République, non seulement les subventionne, mais « n’hésite pas à envoyer des citoyens français se faire tuer pour leur permettre de continuer impunément leur œuvre7 ». D’autres ont un discours plus modéré. Mais l’adoption du terme « mission » – qui fait et fera débat au sein même de l’organisme – apparaît significative d’une volonté de rivaliser avec les congrégations religieuses. Encore plus significative est l’autonomie du mouvement par rapport à l’État laïque, alors même qu’une forte connivence existe au niveau des principes.

7En témoigne, notamment, la création par la Mission d’une école normale privée pour former les enseignants qui iront travailler dans les écoles publiques des colonies et dans les établissements créés ou soutenus par la Mission laïque française : « l’école Jules Ferry ». S’adressant à des personnes qui sont déjà institutrices ou instituteurs, cet établissement leur donne, en une année scolaire, un complément de formation. La création, en 1904, de la Revue de l’enseignement colonial. Organe des écoles laïques françaises hors de France complète le dispositif.

8Le congrès de la Ligue de l’enseignement de 1903 se tient à Tunis, et poursuit un objectif analogue : faire que la laïcité, à défaut de l’anticléricalisme, devienne un « article d’exportation ». De façon plus immédiate, il faut tenter « d’empêcher les congrégations chassées de [la] métropole de trouver une base de repli de l’autre côté de la Méditerranée ». L’optique majoritaire des ligueurs reste une « vision coloniale purement assimilationniste », alors que celle « qui aura bientôt les faveurs de la Mission laïque française [est] plus respectueuse des traditions culturelles des peuples colonisés » (Martin 2016 : 133) ; ses « dirigeants ne cessent d’affirmer qu’il faut […] “élever les hommes dans le plan de leur propre civilisation” » (Thévenin 2002 : 35). L’Humanité du 27 novembre 1904 défend une ligne analogue : « L’école laïque doit être le trait d’union entre les musulmans et nous. »

  • 8 Le Radical du 6 janvier 1905 se montre favorable à cette « œuvre novatrice » qui devra arriver à «  (...)
  • 9 Lanessan, ancien gouverneur général de l’Indochine, lutte également contre cette idée. Il consacrer (...)
  • 10 Parce qu’ils feraient du prosélytisme. À l’inverse, M. Pernot écrit dans un rapport en 1912 : « Ni (...)

9Les débuts de la Mission laïque française sont modestes ; contrairement aux espérances de ses promoteurs, la gauche républicaine s’investit peu dans cette initiative8, alors même que ses représentants combattent la perpétuation du Protectorat et le maintien de subventions aux écoles congréganistes hors de l’Hexagone. Quand Combes déclare assumer le risque que la papauté dénonce le Protectorat, la presse républicaine modérée (Le Temps, le Journal des débats) se joint aux organes de la droite (Le Soleil, L’Éclair, etc.) pour protester, voire crier à la trahison. L’Aurore du 19 septembre 1904 réplique : on ne voit pas pourquoi « la France républicaine et laïque, protégeant au-delà des mers ce qu’il lui faut combattre chez elle, devrait cacher son bonnet phrygien sous la calotte ». De même, Le Radical du 30 septembre combat la « légende menteuse », que croient « même des libres-penseurs », de missions catholiques propageant la langue française9. De plus, en Turquie, « tous les groupes religieux jouissent […] d’une liberté à peu près complète » et, pendant que la France soutient des congréganistes, qui seraient peu populaires sur place10, le commerce français en Asie Mineure chute au détriment de l’Allemagne (L’Aurore, 6 novembre).

  • 11 En 1902 et 1903, le budget de l’État pour les quelque 300 établissements des écoles congréganistes (...)

10Au Parlement, les socialistes-révolutionnaires demandent la suppression des subventions à l’enseignement congréganiste aux colonies et dans les pays étrangers. Le maintien est pourtant voté, à une forte majorité : 312 voix pour en 1902, 334 en 1903, 352 en 1904. Il est vrai que, cette dernière année, ce budget est nettement diminué et la Chambre vote également, mais à une majorité beaucoup plus courte (283 voix contre 275), une motion pour la multiplication des établissements d’enseignement laïque11.

La France, « puissance catholique », et les événements de Chine

11Revenons un peu en arrière. Dans le dernier tiers du xixe siècle, la Chine a représenté un enjeu majeur dans la politique étrangère française. Dès les années 1860, l’application des « traités inégaux » et la « politique de la canonnière » avaient permis aux puissances européennes de créer des légations à Pékin et de mettre la Chine sous leur influence, de diverses manières : « concessions dans les villes ouvertes, privilèges d’exterritorialité pour les étrangers, franchises accordées aux marchandises occidentales, contrôle sur le système des douanes » (Gallas 2013 : 5)… Les missionnaires chrétiens, présents depuis le xviiie siècle, étaient devenus plus nombreux, profitant de la percée des pays occidentaux.

  • 12 Cependant les Européens privent en partie le Japon de sa victoire et laissent la Russie devenir maî (...)

12En 1884-1885, une guerre franco-chinoise a accompagné la pénétration française au Tonkin et la France a obtenu des avantages économiques dans le Sud-Ouest chinois. Dix ans plus tard, la défaite de la Chine face à l’armée japonaise prouve l’émergence d’une nouvelle puissance sur le sol asiatique, qui effectue des « emprunts » à l’Occident sans renoncer à sa souveraineté mais, au contraire, dans le but de l’accroître12. Doublement humiliés par ces interventions européenne et japonaise, des Chinois luttent pour la renaissance de leur pays et pour le débarrasser de la tutelle étrangère.

13Au tournant du siècle, à l’exception de l’Allemagne, qui protège toutes les missions de son pays et s’en sert à des fins politiques, les puissances européennes s’en remettent à la France pour défendre les missionnaires catholiques. D’ailleurs, plus des deux tiers d’entre eux sont de nationalité française (notamment des jésuites et des lazaristes, qui complètent les prêtres de la Mission étrangère de Paris). Le 15 mars 1899, l’évêque de Pékin, Mgr Favier, obtient du gouvernement chinois, grâce à l’appui du ministre plénipotentiaire de la République française, un décret impérial qui assimile « en rang et en dignité » les quarante-six évêques institués en Chine par le Saint-Siège à « des vice-rois et des gouverneurs » (in Cordier 1902 : 469 sqq.). Le Protectorat s’applique en Chine et, quelques années plus tard, sous le gouvernement Combes, Chaumié, ministre de l’Instruction publique, prendra dans ce cadre une décision comme « tuteur légal des missions catholiques anglaises » (Le Temps, 2 novembre 1903).

14Ces interventions, cette manière de considérer « l’Empire du Milieu comme une proie bonne à prendre et à dépecer » (Debidour 1909 : 275), voire les projets de « partage de la Chine », induisent des violences populaires contre les étrangers et contre les missionnaires en particulier. C’est la révolte des Boxeurs (ou Boxers). Dans ce contexte, le gouvernement de Défense républicaine poursuit la politique procatholique de ses prédécesseurs. Le 24 novembre 1899, le ministre des Affaires étrangères, Delcassé, affirme devant la Chambre : « Presque tous les attentats ou violences contre les missionnaires […] ont été réparés ou punis […] avec une promptitude qui atteste en même temps que le zèle de notre ministre à Pékin, tout le poids de notre influence morale » dans l’empire du Milieu.

  • 13 Gohier publie, en 1901, une brochure, dont le long titre est éloquent : La Guerre de Chine : Dieu l (...)

15En 1900, la révolte des Boxeurs se généralise ; quelques centaines de soldats occidentaux pénètrent dans Pékin, en juin, pour protéger les légations étrangères. C’est insuffisant : début juillet, les nouvelles qui parviennent font état de tueries. Selon Urbain Gohier, cette « colère » a « surtout été provoquée par les excès des missionnaires », agents de discorde et de corruption : « vingt sectes protestantes et vingt congrégations catholiques rivales, concevant leur divinité et professant leurs superstitions de quarante manières différentes […] veulent imposer le christianisme à quatre cents millions d’hommes qui pratiquent la philosophie la plus simple, la plus antique et peut-être la plus humaine du monde ». Le publiciste met également en cause la « féroce avidité des Européens ». Le résultat est dramatique : « On doute qu’il reste encore des étrangers vivants à Pékin » (L’Aurore, 4 juillet 1900)13.

16En fait si. Une armée de plusieurs dizaines de milliers d’hommes provenant de nations occidentales (dont la France et l’Allemagne) et du Japon délivrent les personnes restées prisonnières, et occupent la capitale à partir du 14 août. Certains organes de presse s’inquiètent du rôle joué par l’Empire germanique « devenu colonisateur ». La coalition se livre à de nombreux actes de pillage, elle massacre par milliers les Chinois soupçonnés d’être des Boxeurs qui, de leur côté, incendient les églises et massacrent aussi des milliers des quelque 700 000 chrétiens chinois accusés de complicité avec l’étranger.

17La presse de gauche cite des lettres de soldats qui témoignent (sans forcément les dénoncer) des tueries et des incendies de villages par l’armée française, ainsi que des liens entre cette dernière et les missionnaires, qui participeraient à certains pillages. « Nos glorieux militaires […] obligent la population chinoise à faire maigre pendant la “semaine sainte” des catholiques », dénonce L’Aurore du 12 juin 1901. Le quotidien conclut : « Bandits et calotins se complètent. » Pour Le Temps du 3 juillet 1901, à l’inverse, la « barbarie » chinoise prouve « l’évidente légitimité de l’action européenne » et Le Figaro du lendemain se félicite de l’attitude de l’armée, mais aussi, fait rare pour ce quotidien, de l’action du gouvernement : les soldats « ont été vraiment les dignes champions de notre civilisation » et « la France n’a pas oublié quels devoirs elle tenait des traités pour la protection de la chrétienté ».

18À la Chambre, l’extrême gauche interpelle le gouvernement. Sembat s’indigne de « cette joie lugubre du massacre » qui s’est « étendue sur toutes les troupes européennes », tandis que, dans son intervention, Viviani « s’est opiniâtré [sic] sur la question des missionnaires », selon Le Figaro du 2 juillet. Waldeck-Rousseau reconnaît des « exactions isolées » qui, affirme-t-il, ont été punies par des conseils de guerre. En même temps, il déclare que le seul cas dans l’Histoire où l’on a voulu instaurer des tribunaux pour juger les soldats qui faisaient face à l’ennemi a été la ville de Carthage, « dont il ne reste plus de trace sur le sable ».

  • 14 Datée du 29 juin, la lettre est cependant publiée après la fin de la session parlementaire (Le Figa (...)

19Sur une possible contradiction entre la lutte anticongréganiste en France et la protection des missionnaires en Chine, le chef du gouvernement affirme qu’il applique « strictement » la loi française et défend, « sans distinction aucune, tous [les] nationaux » qui respectent « les lois du pays où ils se trouvent ». Le centre et la droite l’applaudissent chaleureusement. Fait significatif : au même moment, Léon XIII publie une lettre de protestation contre les mesures anticongréganistes14 et le Saint-Siège exprime à l’ambassadeur de France « toute sa reconnaissance pour les mesures efficaces prises par la France en faveur des missions catholiques » en Chine (Le Figaro, 4 juillet 1901). Combes appliquera ensuite une politique analogue et quand une émeute éclatera à Shanghai le 3 avril 1903, s’en prenant à l’église de Tsang-Kalen située face au consulat de France, la « force armée » française interviendra pour défendre les religieux (Le Temps, 24 mai 1903).

Le « péril jaune », danger « civilisationnel »

  • 15 « Ces têtes de cons de chimagots, ils te dégoûtent », écrit l’un d’eux (L’Aurore, 12 juin 1901).
  • 16 Ils « n’en reviennent pas. Habitués à l’égorgement facile des nègres sans armes, ils s’indignent de (...)

20Dans son discours, Sembat s’insurge : l’Europe a forcé les Chinois à « s’empoisonner avec l’opium » ; il demande : « Que ferions-nous si une nation se prétendant plus civilisée que nous voulait nous imposer la consommation obligatoire de l’absinthe ? » Par les mots « se prétendant plus civilisée », le député socialiste met en cause une évidence sociale : la croyance en la supériorité intellectuelle et morale de l’Occident, qui engendre le mépris envers les Asiatiques. Celui-ci s’exprime dans des lettres de soldats15. Il se manifeste également par l’étonnement de certains chefs des armées européennes devant la résistance des Chinois16. La surprise va être beaucoup plus grande lors la guerre russo-japonaise, qui aura lieu au moment où s’accélérera le processus qui conduit à la Séparation et lors de l’élaboration de la loi elle-même. Nous allons le voir : il existe, sur « la laïcité, de curieux chassés-croisés entre la France et le Japon » (Date 2015 : 238).

  • 17 Président du groupe de l’extrême gauche radicale-socialiste à l’Assemblée nationale, F. Dubief esti (...)

21Bien que s’estimant supérieur, « l’homme blanc » se sent menacé et le thème du « péril jaune » se décline de plusieurs manières. Il s’agit, d’abord, d’un danger économique (invasion du marché par des produits à faible coût provenant des « pays jaunes ») et social (risque, en conséquence, d’un abaissement des salaires). Rares sont ceux qui, comme Sembat le 3 juillet 1900 à la Chambre, rendent responsable de cette crainte le « manufacturier européen » qui irait « acheter à bas prix le travail chinois pour faire concurrence au travail français » et qui, quand les Chinois se révoltent, déclarerait : « L’honneur de la patrie est en jeu. Allez vous faire tuer pour assurer la baisse des salaires en Europe. » Ensuite, le « péril jaune » présente un danger militaire (l’Indochine, perçue comme un des plus beaux fleurons de l’Empire colonial français, pourrait être attaquée par le Japon ou la Chine17) et démographique (augmentation de la population asiatique en Europe). On se représente un « monde jaune […] tombant sur les Blancs ». C’est « une digue qui se rompt, un flot jaunâtre recouvrant tout à coup notre civilisation toute blanche » (Aubert 1906 : viii).

22La presse à large diffusion (Le Petit Journal, Le Petit Parisien, L’Illustration, etc.) met en scène ce « péril » et marque l’opinion par des caricatures. Le Temps, qui se veut un quotidien de référence, dresse un portrait assez effrayant des Japonais : lors de leurs manifestations contre la Russie, ils ont des « rictus monstrueux », des « hurlements sauvages ». C’est « un vent de folie » (26 juin 1904). En fait, ces gens « n’ont jamais connu ni l’amour, ni la bonté, ni la pitié, ni les joies idéales, ni les espoirs suprêmes, qu’ils soient divins ou artistiques » (ibid., 2 juillet). Le « petit “Jap” n’a d’un enfant que les instincts pervers, le mensonge, la cruauté et l’insolence, […] le manque de raisonnement ». Pour le reste, c’est un vieillard, « l’affreux petit vieillard jaune au sourire sournois » (ibid., 7 juillet). Conclusion : il faut souhaiter pour le bien de « l’humanité et la civilisation que les peuples européens fassent tous leurs efforts pour […] permettre à la race blanche de garder sa suprématie dans tout l’Extrême-Orient » (ibid., 26 novembre 1904).

23Lors de la guerre russo-japonaise, dans des milieux catholiques, on trouve l’idée que la Russie défend « la civilisation chrétienne » contre des « païens ». À Port-Arthur brille « la croix du Sauveur », constate M. Paléologue (1934) qui, personnellement, s’en tient à des considérations de realpolitik. Selon Étienne Lamy, catholique républicain, Léon XIII aurait d’ailleurs été un des artisans de l’alliance franco-russe (Le Correspondant, 10 septembre 1903). Mais, puisque l’Empire russe est maintenant l’allié d’une république anticléricale, affirmer que « les Russes combattent pour tous les Blancs » (Villetard de Laguérie 1905 : 331) apparaît comme un argument de portée plus générale.

24« La presse anglaise », écrit le correspondant à Londres du Figaro le 19 février 1904, « constate le mouvement d’opinion en France hostile à la race jaune mais elle affecte de ne pas [le] prendre au sérieux […]. L’Angleterre, unanime là-dessus, se refuse à envisager le péril jaune qu’elle croit encore très lointain » et elle a fait alliance défensive avec le Japon. Pourtant, il s’agirait bien selon Le Temps du 24 juin 1904 d’une « guerre des races », où l’Empire nippon représente « un véritable danger pour l’humanité » (ibid., 7 juillet). Néanmoins, la presse française n’est pas unanime : « Des défenseurs de la laïcité républicaine, pourfendeurs assidus du cléricalisme et souvent des athées notoires », qui ont critiqué les exactions commises en Chine, se découvrent des « affinités » avec les Japonais (Beillevaire 2000 : 214). Nous allons voir pourquoi mais, d’abord, examinons la position dominante.

25L’idée d’une inégalité civilisationnelle fondamentale est une vision partagée par une partie de la gauche. Henri Turot, dans le quotidien socialiste La Petite République, affirme : « Malgré la répugnance que nous inspire le régime de tyrannie dont souffre le peuple russe, nous sommes loin de faire des vœux pour le triomphe des armées japonaises », car ses « répercussions seraient singulièrement périlleuses pour les progrès de la civilisation » (cité par Pinon 1906 : 225).

  • 18 Guyot fait allusion à l’alliance du Japon avec l’Angleterre.
  • 19 Pourtant, dans un ouvrage paru en 1904, Péril jaune et Japon, l’écrivain-journaliste A. de Croze ci (...)

26Dans Le Siècle, Jules Cornély considère le Japon comme « un peuple enfant » qui dispose de « jouets-colosses » (des cuirassés) et « veut voir comment on s’en sert » ; c’est un « gosse à qui on a acheté un chemin de fer ; il faut absolument qu’il [le] fasse marcher » (8 février 1904). Yves Guyot insiste, lui, sur la petite taille des Japonais, qui ont besoin d’un « escabeau » pour que leur œil se trouve au même niveau que celui « d’un Européen de taille ordinaire ». L’ancien ministre craint « que les Japonais se soient sentis trop grandis18 et qu’ils aient oublié […] qu’ils ont toujours besoin d’un escabeau » pour parvenir à un degré de civilisation comparable à celui de l’Europe (ibid., même date)19.

27Après les premiers succès des troupes japonaises, même à L’Aurore – où, comme Matthieu Séguéla (2014) l’a montré, Clemenceau est japonophile –, Alexandre Ular répète les lieux communs : les Japonais ont emprunté de l’Occident « un verni extérieur de civilisation » et la « conviction que la force prime tout ». Forts de leurs succès, « ils s’imaginent qu’ils marchent à la tête des grandes puissances » et se comportent en « enfants gâtés des familles de parvenus » (8 août 1904).

28À droite, les propos sont encore plus rudes. Pour Le Gaulois du 15 septembre 1904 « la lutte entre le monde Jaune et le monde Blanc » ne saurait être comparée aux « invasions des Barbares sous lesquelles a sombré l’Empire romain. Les Barbares étaient des peuples plus neufs, et par conséquent de plus d’avenir » que les Japonais, qui représentent des « pourritures de civilisation destinées à rester […] des civilisations abolies », et ne sont que les « véhicules d’un fléau épouvantable et prochain ».

Le Japon : illustration et mise en cause d’un darwinisme social racialiste

29Les divergences de positions ne recoupent pas complètement le conflit de deux France. Carole Reynaud Paligot a montré que les théories raciales n’ont pas été l’apanage d’un seul nationalisme de droite. Il existe un « paradigme racial républicain » qui partage un « socle commun » avec lui, tout en prenant ses distances avec l’idée de « race pure » (Reynaud Paligot 2006 : 93). Une représentation du monde a classifié les humains en termes racialisants. Dans des milieux savants, ce « paradigme » se construit pour l’essentiel des années 1860 aux années 1880, où s’impose un darwinisme social. Il commence à être réfuté au début du xxe siècle (Bernardini 1997 : 297 sqq.). Mais sa vulgarisation continue et il reste socialement prégnant pendant la période du Bloc des gauches.

  • 20 Si on intègre l’ensemble des dépenses consacrées à la protection des missions et des catholiques au (...)

30Pour certains anticléricaux, les catholiques militants et même les congréganistes, si opposés soient-ils aux « valeurs modernes », sont tout de même… des « Blancs » et des Français, même si on les accuse d’être inféodés à une puissance étrangère (le Saint-Siège). C’est une des raisons qui incitent la France laïque à protéger leurs missions et à consacrer au Protectorat un budget dont les subventions aux congrégations ne sont qu’une faible partie20. L’attitude de l’ancien gambettiste Eugène Étienne, qui dirige le groupe parlementaire de l’Union démocratique, est significative. Ce fervent partisan de la Russie préside la Mission laïque française. Cela ne l’empêche pas de prendre ouvertement parti en faveur de l’amendement qui maintient les noviciats destinés à former le personnel congréganiste qui enseignera hors de la métropole (cf. Thévenin 2002 : 39).

  • 21 Cf. Lalouette 1997 : 251.

31Si les républicains ne souhaitent plus subir la domination des congrégations, celle-ci fait moins peur à beaucoup d’entre eux que celle – éventuelle – des « Jaunes ». Le docteur Gaétan Delaunay a beau affirmer que les religieux présentent un déficit de 50 cm3 de leur capacité crânienne par rapport à la norme française21, cette affirmation « scientifique » reste une croyance marginale, beaucoup moins répandue que celle de « l’inégalité des races », dont Charles Richet – dreyfusard, pacifiste, libre-penseur, futur Prix Nobel (en 1913) et « farouchement darwinien » (Bernardini 1997 : 191) – est un théoricien écouté.

32Selon ce savant de gauche, « un crâne japonais se reconnaît à distance », et « la supériorité de la race blanche est d’une absolue évidence » (Séguéla 2014 : 183). Il développe trois arguments. D’abord, même un Européen de classe modeste ferait preuve d’une « vertueuse indignation » si son fils voulait épouser une « Mme Chrysanthème », « petit animal de luxe, élégant et docile ». Ensuite, d’Homère à Goethe, « le monde évolue guidé par les Blancs » : les « Jaunes » ne sont que « d’habiles imitateurs ». Enfin, « la science a prouvé » qu’il existe plus de « différences » entre « le singe et l’homme de race blanche » qu’entre le singe et les « autres races humaines ». La domination des « Jaunes » serait donc « un retour à l’animalité ». Et le physiologiste de conclure : les individus « de race jaune » sont « nos frères inférieurs » (La Revue, 15 mars 1904 : 133 sqq.). La déroute russe ne le fera pas changer d’avis : la suprématie militaire est « compatible avec une civilisation très fruste » (Séguéla 2014 : 183).

  • 22 « Prognathe » : avoir les maxillaires proéminents.
  • 23 Pour A. France, Ch. Richet considère les Japonais comme des « singes ». Ce n’est pas tout à fait le (...)
  • 24 Le type « brachycéphale » signifierait un crâne arrondi, presque aussi large que long.
  • 25 On a là un exemple de la réfutation de « l’indice céphalique », mais certains la partagent sans rem (...)

33Cette représentation rencontre des détracteurs. Pour l’anarchiste Élisée Reclus, la guerre russo-japonaise oppose, en réalité, des « civilisés » blancs et jaunes (Citti 2005 : 182). Après les succès japonais – et, significativement, lors d’un meeting également consacré à la Séparation – Anatole France se moque du physiologiste : « En vain le docteur Charles Richet leur présenta, un squelette à la main, qu’étant prognathes22 et n’ayant pas les muscles du mollet assez développés, ils [les soldats japonais] se trouvaient dans l’obligation de fuir dans les arbres23 devant les Russes qui sont brachycéphales24 et, comme tels, éminemment civilisateurs. [Votre victoire, leur dit-il, ] ce serait exactement comme si les singes nous battaient. [Mais les Japonais] ne voulurent rien entendre25. »

  • 26 Discours intégralement publié dans L’Humanité, 28 novembre 1904.

34L’écrivain renverse la perspective dominante : « Nous découvrons le péril jaune. Il y a bien longtemps que les Asiatiques connaissent le péril blanc. […] Le péril blanc a créé le péril jaune. Ce sont de ces enchaînements qui donnent à la vieille Nécessité qui mène le monde une apparence de Justice divine. […] Nous avons enseigné aux Japonais le régime capitaliste et la guerre. Ils nous effraient parce qu’ils deviennent semblables à nous. Et vraiment, c’est assez horrible. » Pourtant « la grande valeur humaine c’est l’homme lui-même. […] L’exploitation complète du globe terrestre exige le travail combiné des hommes blancs, jaunes et noirs ». Selon Anatole France, et la Séparation et la guerre russo-japonaise ne peuvent trouver une solution que dans l’instauration du socialisme26.

  • 27 D’après l’auteur anonyme de l’article, le cerveau des petits Européens (de 9 à 14 ans) aurait un po (...)
  • 28 Et loin d’avoir seulement « l’esprit d’imitation », les Japonais auraient également « l’esprit d’in (...)

35Anatole France prend ses distances avec l’argumentaire racialiste. D’autres l’inversent : il existerait une « infériorité » des Européens sur les Japonais quant au « rapport entre la taille et le développement du cerveau27 ». Ces derniers sont « petits » mais, dans leur corps, le cerveau occupe « une place considérable » ; de là proviennent « les aptitudes merveilleuses de cette race au progrès intellectuel, économique et politique » (L’Aurore, 15 juillet 1904)28.

Un conflit à résonance mondiale, contexte de l’établissement de la laïcité française

  • 29 On trouvera le récit de cette guerre, avec de nombreuses illustrations de l’époque, in B. Crochet e (...)
  • 30 L’Humanité publie deux articles par jour : celui qui donne les informations sur le déroulement de l (...)
  • 31 Lors des premiers succès japonais, Le Petit Parisien écrit que cette nouvelle « est accueillie dans (...)

36La guerre russo-japonaise constitue « le premier conflit qui ait mobilisé l’attention du monde entier29 » (Beillevaire 2000 : 186) et les quotidiens français, en publiant chaque jour des articles30, y consacrent plus de place qu’aux questions politico-religieuses. Ce fait s’explique par trois raisons principales. D’abord, cette guerre survient au moment où l’Occident domine le monde : il occupe la majeure partie de l’Afrique, se montre très influent au Proche-Orient, en Asie et dans le Pacifique. Les défaites russes provoquent donc la « stupeur occidentale » (Rousseau 2005 : 29) et les journalistes tentent d’expliquer l’inexplicable à « l’opinion publique31 ».

37Ensuite, dans ce but, la presse, premier medium de communication de masse, envoie des correspondants sur le terrain (l’écrivain Jack London est l’un d’eux). Profitant de l’invention de la télégraphie sans fil, ceux-ci tiennent l’opinion publique informée presque en temps réel. Photographies et dessins complètent leurs reportages, attirent l’attention des lecteurs. L’issue des combats apparaît comme un enjeu majeur de « civilisation » pour certains ; d’autres insistent surtout sur l’ampleur des massacres : « Les ruines s’accumulent des deux côtés ; le sang coule à flots ; c’est un carnage comme on n’en avait encore jamais vu ; les plus récentes inventions d’explosifs font disparaître les hommes par milliers en quelques minutes » (Le Radical, 15 septembre 1904).

38Enfin, cette « grande guerre » – l’expression est de Jaurès – risque de dégénérer en conflit international. « Le monde vit dans l’anxiété d’une guerre générale. » Jusqu’à présent, le « risque » en a été « contenu », mais que se passerait-il si la Chine basculait ou si un « navire neutre » était arraisonné, se demande Lacroix dans Le Radical, du 6 septembre 1904 ? Quelques semaines plus tard, une escadre russe traversant la mer du Nord croise sur le Dogger Bank des chalutiers anglais et, de fausses informations s’ajoutant à un usage intempestif de la vodka, prend « ces innocents bateaux pour une embuscade de torpilleurs japonais, et [ouvre] aussitôt le feu », coulant l’un d’entre eux et en endommageant d’autres, avant de poursuivre sa route (Paléologue 1934 : 141 sqq., 23 octobre 1904). Une « conflagration redoutable » en Europe se trouve « évitée » de justesse (La Petite République, 31 octobre 1904). Mais l’opinion publique britannique se déchaîne et il faut une médiation française pour créer une commission d’enquête après des semaines de tension.

39Et ce n’est peut-être que partie remise : une « humiliation » de la Russie en Extrême-Orient pourrait la pousser « dans une guerre européenne » pour « restaurer son prestige ». Elle attaquerait l’Allemagne, ce qui entraînerait la France et peut-être même le Royaume-Uni dans son camp, tandis que, de son côté, l’Empire germanique entraînerait l’Autriche-Hongrie et peut-être l’Italie à ses côtés (Le Radical, 8 janvier 1905). La France est donc concernée au premier chef par cette guerre en apparence si lointaine.

  • 32 Cependant, Le Figaro du 7 juin 1904 signale l’échec d’une tentative d’un nouvel emprunt russe : bie (...)

40Depuis les années 1890, le pacte franco-russe constitue une réplique à la Triplice (Allemagne, Autriche-Hongrie, Italie). La France y trouve son intérêt : la Russie occupant la Pologne, cet accord oblige l’Allemagne à maintenir des troupes substantielles sur ses frontières de l’est. La Russie, de son côté, a besoin de l’appui de l’Hexagone pour effectuer des emprunts sur les marchés financiers européens. Au début du xxe siècle, la France est son principal créditeur. Encouragés par la presse – parfois rétribuée pour sa propagande –, de petits rentiers, citadins et surtout ruraux, achètent des « emprunts russes32 ». Encore le 5 février 1904, au moment où la guerre « n’est plus évitable », le ministre des Finances, Rouvier, affirme aux banquiers que la paix est sauvée, « d’où [la] persistance de la hausse à la Bourse » (Paléologue 1934 : 22, 6 février 1904).

41Le politique cautionne, en effet, l’alliance – pourtant – « contre nature » entre une république démocratique et un empire autocratique. Dès 1901, L’Aurore avait qualifié le tsar d’« égorgeur de toutes les Russies » et prévenu les Français : il « vous a pris de l’argent qu’il ne vous remboursera jamais ». De plus, à supposer qu’« en cas de guerre contre l’Allemagne » une coalition franco-russe l’emporte, une telle « victoire » serait un « malheur pour […] le pays de lumière, de liberté et de progrès qu’est et que sera toujours la France », pour « le peuple russe », et enfin pour la cause de la liberté dans « toutes les nations européennes » (ibid., 9 juillet 1901).

  • 33 Le constat est donc fait par les contemporains.
  • 34 Partis de la Baltique, les navires de la IIe escadre russe font escale en différents points de l’Em (...)
  • 35 Le MAE est bien conscient de « l’énorme danger des opérations clandestines » dont la France se rend (...)
  • 36 Il propose un troc à l’ambassadeur d’Allemagne, le prince H. von Radolin : le « retour » de l’Alsac (...)

42Pourtant, parvenu au pouvoir, le Bloc des gauches ne remet pas en cause cette alliance, vitale pour maintenir l’équilibre des forces. Jaurès, après le déclenchement des hostilités russo-japonaises, demande de la « détendre ». Or Combes se sépare « ostensiblement […] du porte-parole du socialisme parlementaire » en affirmant qu’elle demeure la « base immuable » de sa politique étrangère (Pinon 1906 : 227)33. Officiellement la France reste neutre dans la guerre entre Russes et Japonais. En fait, elle aide son allié, prenant le risque, à l’automne 1904, d’héberger – soi-disant « clandestinement » – sa flotte dans les colonies34, et elle s’inquiète35 : le combisme, en privilégiant un ennemi intérieur, le « cléricalisme », présuppose qu’une union nationale face à un danger extérieur n’est nullement nécessaire. Le jeu politique va devenir très compliqué si, à l’attisement des divisions internes, s’ajoute la perception d’un « péril » externe. C’est pourquoi d’ailleurs, doublant son ministre Delcassé, Combes recherche une paix stable avec l’Allemagne, réglant avec elle la question de l’Alsace-Lorraine36.

  • 37 Si la Commission travaille dans le calme, et si l’avant-projet Briand a été publié (mais sans faire (...)
  • 38 Combarieu 1932 : 271 (9 février 1904).
  • 39 Les pays « civilisés » se déclarant officiellement la guerre avant de la faire. Cependant, des pers (...)

43Or, l’affrontement russo-japonais commence au moment même où la lutte contre les congrégations atteint son apogée et où les différents projets de séparation troublent une frange du pays jusqu’alors peu concernée par le combat contre les moines, ou même hostile à ses derniers37. Dès le 1er janvier 1904, le ministère des Affaires étrangères note des « préparatifs militaires de la Russie en Extrême-Orient » et, trois semaines plus tard, l’existence d’un « plan de concentration [russe] en vue d’une guerre contre le Japon » (Paléologue 1934 : 1, 1er janvier 1904 et 6, 23 janvier). Cependant, ce dernier pays déclenche les hostilités le 8 février, sans déclaration de guerre préalable. « La presse qualifie [cette attitude] d’“acte de folie” » (Le Temps), de « coup de main brutal » (La Patrie)38, d’attitude de « sauvage » (Le Siècle)39. Dès le départ, et jusqu’à la mise en discussion de la loi de séparation au Parlement, cette guerre donne des arguments aux adversaires du combat anticongréganiste et aux adversaires de l’idée de Séparation, ou du moins à ceux qui pensent qu’il n’est pas opportun de l’effectuer à ce moment-là.

44Ainsi, dès le 19 février, Le Figaro estime que le gouvernement devrait s’occuper de « choses plus sérieuses » que la lutte anticléricale « au moment où Port-Arthur [est] bombardé ». Au même moment, l’évêque de Nancy, Mgr Turinaz, qui s’affirme « Français de la frontière », proteste solennellement contre l’interdiction faite aux soldats de fréquenter les cercles militaires confessionnels ; du coup ils ne peuvent plus qu’aller dans des « maisons de perdition » où ils contractent des maladies. S’ensuit l’affaiblissement de l’armée « à l’heure où les événements de l’Extrême-Orient vont peut-être jeter la France dans la plus formidable lutte » (cf. Lecanuet 1930 : 536).

45Le haut fonctionnaire chargé des « affaires réservées » au ministère des Affaires étrangères, Maurice Paléologue, regrette un mois après le début de la guerre, le 8 mars 1904, qu’au moment où « les gouvernants de tous les pays se demandent avec anxiété si quelque flammèche, venue de là-bas ne risque pas de propager l’incendie sur d’autres parties du monde, notre président du Conseil […] ne pense qu’à fermer les couvents, […] à déchaîner les passions de l’anticléricalisme, à détruire l’unité de la conscience nationale ». Pour lui, « le plus triste » est que « l’esprit public » semble d’accord avec « une aussi basse entreprise » (Paléologue 1934 : 33).

  • 40 C’est faux : une motion du congrès a réclamé un arbitrage international pour mettre fin à la guerre (...)

46La critique de la politique combiste au nom des dangers induits par la guerre russo-japonaise devient récurrente après le discours d’Auxerre et lors du congrès radical de Toulouse ; le quotidien Le Temps s’insurge : la Séparation a été la préoccupation dominante des débats, il n’y a pas eu « d’autres sujets de réflexion en un temps où la lutte entre les nations [prend] une intensité chaque jour croissante. L’Orient, l’Extrême-Orient, la mise en présence de la race blanche et de la race jaune réveillée de son sommeil, l’avenir de la civilisation, l’évolution économique, tout cela laisse nos radicaux indifférents. […] L’anticléricalisme suffit à leurs besoins intellectuels40 » (9 octobre 1904). Même antienne chez Édouard Lockroy, vice-président de la Chambre, devenu dissident : la politique du Bloc « est tapageuse et inefficace. Elle hypnotise le pays sur une seule question […] au moment où la situation extérieure [est] si pleine de périls avec la guerre déchaînée en Extrême-Orient. […] C’est à ce moment si grave que des hommes inconscients viennent prêcher la division entre les républicains » (cf. Le Temps, 1er novembre 1904).

Le Japon, exemple pour une gauche républicaine anticléricale

  • 41 L’ensemble de l’Orient suscite de tels rêves : P. Loti en est un bon exemple.

47Le Japon s’est « occidentalisé » depuis la révolution Meiji de 1868. Il a effectué une rapide « modernisation » de ses institutions… Outre le « japonisme » de milieux intellectuels (les Goncourt, etc.) et artistiques (Monet, etc.), ce pays est surtout connu, en France, de par sa participation aux quatre Expositions universelles, ces « Olympiades du progrès » tenues à Paris en 1867, 1878, 1889 et 1900. Il fait « peur » et suscite aussi, ce n’est pas contradictoire, des impressions « de rêve exotique, d’attraction et de fascination41 » (Pommier-Guth 2004 : 68 sqq.).

  • 42 Significativement intitulé « L’enseignement laïque au Japon », cet article signé J.-J. Geste est im (...)

48À la croyance en l’hétérogénéité des « races », qui considère que la modernisation japonaise ne change pas le fond des choses, se mêle et/ou s’oppose la croyance en la toute-puissance de l’éducation… laïque. Citant le comte Kabayama, ministre japonais de l’Instruction publique, un journaliste de L’Aurore affirme le 24 février 1904 que le Japon a réalisé, en 1899, « la laïcisation complète de l’enseignement public et privé ». En luttant contre les écoles congréganistes, « Combes et Buisson […] ne sont que de pâles imitateurs ». Conclusion ironique : « Le voilà bien le péril jaune42. »

  • 43 Archives J. Ferry, bibliothèque de Saint-Dié. Le Japon est le seul pays non occidental intégré à l’ (...)
  • 44 Allusion au lieu commun des années 1870, en France : « c’est l’instituteur prussien qui a gagné la (...)

49L’enseignement scolaire japonais peut servir d’exemple à la France. Déjà, en 1879, quand la République des républicains s’instaurait et que Ferry se demandait comment imposer l’obligation de l’instruction sans porter atteinte à la liberté de conscience, il avait diligenté une enquête auprès des pays qui avaient déjà établi cette obligation, y compris, fait notable, auprès du Japon43. Dans L’Aurore, le défenseur de Dreyfus, Georges Picquart, écrit : « Les troupes exécutent à la guerre ce qu’on leur a appris en temps de paix. » Il compare la « tactique russe » à celle des Français au début de la guerre de 1870, et insiste sur la forte proportion d’illettrés dans l’armée du tsar et le « faible niveau d’instruction » de ses officiers. En définitive, pour lui, « les succès remportés par les Nippons, dans la guerre actuelle, sont une victoire du maître d’école japonais sur le pope russe » (4 septembre 1904)44. D’ailleurs, même pour le correspondant du Petit Journal, Raoul Villetard de Laguérie, « les Japonais ont lu dans les livres européens que le maître d’école allemand a été le véritable vainqueur de la guerre de 1870 »… et ils en ont tiré profit (Villetard de Laguérie 1905 : 75). La France sait donc ce qui lui reste à faire !

  • 45 M. Séguéla (2014 : 177) donne, entre autres, l’exemple d’un billet sur la médecine militaire publié (...)
  • 46 A. Naquet était l’auteur de la proposition de loi sur le divorce de 1884. Accusé de « déchristianis (...)

50Le Japon constitue donc une sorte de modèle pour certains républicains « dont l’ardeur compense le petit nombre ». On les trouve dans les « organisations les plus actives de la gauche laïque » (Beillevaire 2000 : 206). « L’Aurore publie des entrefilets non signés sur le Japon qui sont presque tous à l’avantage du belligérant asiatique45. » Dans les Annales de la jeunesse laïque (mars 1904 : 301), Alfred Naquet, ancien sénateur dont ses détracteurs soulignent qu’il est « israélite, socialiste, internationaliste et “père du divorce46” » (Pinon 1906 : 225), estime qu’« aucun homme de progrès ne saurait hésiter entre les deux adversaires », car « le triomphe du Japon sera celui de la civilisation et le triomphe de la Russie celui de la barbarie ». L’argumentaire civilisationnel est retourné.

  • 47 Lors de son procès en novembre 1901 à Auxerre, Briand « fait plus que [le] défendre, il s’associe » (...)
  • 48 L’article déjà cité de J.-J. Geste (L’Aurore, 24 février 1904) reprend le même thème : les Japonais (...)

51Dans la Revue de l’enseignement primaire, le socialiste Gustave Hervé, révoqué de son poste de professeur pour antimilitarisme (son avocat n’est autre que Briand47), précise les choses ; il voit dans le Japon l’exemple à suivre d’un pays libre-penseur : « Il n’y a peut-être pas au monde un peuple aussi peu religieux [ni], à coup sûr, une classe dirigeante qui fasse aussi ouvertement profession de rationalisme et d’athéisme. Ce n’est pas au Japon qu’on persécute les missionnaires catholiques ou protestants : on se contente de leur rire au nez » (7 février 1904 ; cf. Beillevaire 2000 : 215)48.

  • 49 Chantre d’une histoire pacifiste (1903), G. Hervé publiera après la Grande Guerre, « en mea culpa » (...)

52Hervé perçoit deux camps opposés dans « l’opinion publique française ». D’une part, « tous les cléricaux, tous les nationalistes, tous les conservateurs » favorables au « régime du Knout » russe, pour qui la religion constitue « le rempart de la morale et de l’ordre social » ; de l’autre, « tous les anticléricaux, tous les démocrates, tous les socialistes […] sauf de rares exceptions », qui se rangeraient désormais au côté du Japon. Entre ces deux minorités, « la grande masse » reste favorable à la Russie mais comprend de plus en plus que « ses journaux favoris […] veulent lui faire prendre des vessies pour des lanternes, des désastres russes pour des revers japonais » (ibid., 2 octobre 1904 ; cf. Beillevaire 2000 : 211). Cette prise de conscience de l’opinion publique va, d’après lui, affaiblir le parti clérical et nationaliste, favoriser les anticléricaux, les laïques et les pacifistes49.

53Le collaborateur de la Revue des Deux Mondes René Pinon (1906 : 227), s’insurge : le problème n’est pas « que M. Hervé professe de telles opinions » mais qu’elles « servent de leading article à une Revue que lisent un grand nombre d’instituteurs dont l’esprit critique est en général insuffisamment armé et qui sont les éducateurs des enfants du peuple ». De même, le politiste André Chéradame s’inquiète : « Sous l’influence trop prépondérante [d’]hommes comme MM. Hervé et Jaurès, […] un nombre considérable d’instituteurs sont pénétrés à un degré inouï par les doctrines antimilitaristes », à l’heure où, pourtant, le « péril jaune a cessé d’être une chimère » (1906 : 350 sqq., 390).

  • 50 Cf. Baubérot 2004a.

54Pourtant, Hervé n’est pas le seul à trouver des analogies entre le combat de la France anticléricale et celui du Japon moderne. Plusieurs voyageurs français reviennent d’un séjour au Japon avec la conviction que les habitants de ce pays sont réfractaires aux spéculations religieuses. C’est le cas notamment d’un professeur au lycée Janson-de-Sailly de Paris, le poète et écrivain André Bellessort (1902), de l’artiste peintre Félix Régamey (1904), et de l’orientaliste Georges Weulersse. Ce dernier estime que « les Japonais ont avec nous des affinités révolutionnaires » et il ajoute : « Le Japon a passé brusquement de la féodalité à la semi-démocratie, et de la religion féodale et patriarcale à la laïcité. Le problème pour le Japon d’aujourd’hui est de fonder, sans blesser les sentiments traditionnels et au contraire en les y ralliant, une morale laïque » (Weulersse 1904 : 347 sqq.)50.

  • 51 Certes, au Japon, « les classes éclairées [sont] livrées au scepticisme et à l’indifférence », mais (...)

55L’opinion de certains adversaires de la Séparation est identique à celle des voyageurs pour aboutir, naturellement, à la conclusion inverse : selon Albert de Mun, au Japon les « vieilles croyances » s’effondrent, le shintoïsme et le bouddhisme sont en « ruine ». Ce pays s’empare, « en les perfectionnant, des moyens de destruction matérielle » et, également, de « tous les éléments de désorganisation morale ». Dans son combat antiséparatiste, le fougueux député estime que le Japon constitue un contre-modèle et il ambitionne, pour sa « vieille patrie, d’autres destinées » (Le Figaro, 23 mars 1905). En revanche, les catholiques ralliés de l’Action libérale se veulent plus impartiaux51.

Du japonisme ardent de Clemenceau au pacifisme plutôt japonophile de Jaurès et de ses amis

56Bien que n’ayant jamais voyagé au Japon, l’anticlérical et collectionneur d’objets japonais Clemenceau rejoint le point de vue des voyageurs. Il admire ce pays dont, affirme-t-il, « l’impiété » contraste avec la « pieuse Russie » ; en conséquence, « les Japonais ayant débarrassé la Providence du soin de leurs affaires, bien longtemps avant nous [Français], l’expérience était belle d’un conflit des divinités chrétiennes de la “civilisation” contre des “sauvages” sans Dieu ». Mais la « Divinité du pape-tsar » n’a pas réussi à « précipiter toute la flotte nipponne au plus profond abîme de la mer ».

  • 52 L’article est intitulé « Kouropatkine ou Oyama ». La comparaison entre la guerre russo-japonaise et (...)

57Pour le Tigre, il s’agit aussi d’une défaite du « Dieu de notre pape romain […] [c]ar tous ces dieux cousinent ensemble. […] Si la victoire des armes russes avait valeur de preuve pour le christianisme, il semble qu’en bonne logique, la défaite du tsar-pape » atteint le christianisme dans son ensemble. « Où en serait la France si elle avait suivi son alliée [dans la] soumission mystique ? » (L’Aurore, 16 octobre 1904). Un lien étroit est établi entre la guerre russo-japonaise et les événements français, la critique de la religion et la modernité victorieuse. D’ailleurs Clemenceau met Combes devant un « choix » décisif : ou il se contente de gloser sur la Séparation, et il est semblable au général russe Kouropatkine ; « ou il se reconnaît le chef de la bataille » séparatiste et il sera victorieux comme Iwao Oyama (ibid., 17 octobre)52.

58Il existe donc bien, comme l’affirme Gustave Hervé, un courant favorable au Japon dans la gauche laïque. Cependant la dichotomie que celui-ci opère entre partisans et adversaires du Japon doit être relativisée, même si, étant donné l’opinion dominante prorusse, tous ceux qui ne la partagent pas sont considérés comme japonophiles. Ainsi Dubief, qui craint « l’orgueil » du Japon si celui-ci est « vainqueur » de la Russie (Revue politique et littéraire, 29 octobre 1904 : 517), se trouve néanmoins accusé « d’avoir fait des vœux pour le succès des armes japonaises » (L’Humanité, 27 novembre 1904). Mais, en fait, certains qui, à gauche, préfèrent le Japon à la Russie, sont avant tout favorables à la paix. Le pacifisme apparaît comme projaponais.

  • 53 En fait, il s’agit de la France et de l’Angleterre – plutôt « allié[e]s des deux belligérants » rec (...)
  • 54 Clemenceau se montre défavorable à la campagne de Lanessan en faveur d’un arbitrage, car, souvent, (...)

59Une exception : Lanessan n’est pas considéré comme japonophile. Il se défend, en tout cas, d’être « un ennemi de la Russie » ; il met néanmoins en cause la manipulation de l’opinion : « Au début de la guerre, […] croire à l’écrasement des Japonais […] était un article de foi patriotique. » En conséquence, « beaucoup de gens confondent la nouvelle et le fait lui-même » : ils « sont convaincus que si les journaux anglais n’avaient pas annoncé le passage du Yalou, les Japonais ne l’auraient jamais franchi ». L’ancien ministre regrette que la Russie s’acharne à poursuivre « une politique d’absorption de peuples et de territoires » tout en étant impuissante « à gouverner […] ceux qu’elle contient déjà ». Il est dangereux pour la France de la « laisser s’épuiser » (Le Siècle, 6 juillet 1904). Lanessan fait campagne pour mettre fin à la guerre par une « médiation des puissances neutres53 » : il faut absolument éviter un « prolongement indéfini » de ce conflit, où « jamais encore n’avaient [été] mises en usage des armes aussi meurtrières », et qui fait « courir au monde le risque d’une déflagration » générale (Le Matin, 12 septembre 1904)54.

  • 55 On trouvera une synthèse de son point de vue sur l’Extrême-Orient in Candar 2011.
  • 56 La totalité du discours est publiée par L’Humanité du 19 août 1904.

60Au congrès socialiste d’Amsterdam, les représentants du Japon et de la Russie (Katayama et Plekhanov) sont élus conjointement vice-présidents du congrès et dénoncent « la guerre honteuse, faite pour le plus grand bonheur des capitalistes ». Le discours de Jaurès le montre plutôt favorable au Japon55 : « En face du prétendu péril jaune, nous n’avons pas gardé entre le tsarisme russe et le capitalisme japonais, cette facile neutralité […]. Nous avons […] salué […] l’éveil du Japon à la vie et à la lumière » et lutté pour « relâcher les liens trop étroits qui enchaînaient notre pays à la Russie »56.

  • 57 13 février 1904 ; cf. Candar 2018 : 240.
  • 58 Fin 1904, quand une victoire du Japon paraît plausible à certains, le « péril » d’une Chine sous in (...)
  • 59 Jaurès fait allusion aux prétentions japonaises sur la Corée.

61Dès le déclenchement de la guerre russo-japonaise, au congrès du Parti socialiste français, à Saint-Étienne, le leader socialiste a insisté sur le fait que les Asiatiques ont « droit à la sécurité, droit à la dignité, droit à la vie57 ». À l’Assemblée nationale, lors de la séance du 10 novembre 1904, il revient sur le thème du « péril jaune » : « Il se peut, en effet, qu’il y ait quelque péril. Je crois qu’on le grossit et qu’avant que le Japon ait pu […] organiser la Chine58, bien des années s’écouleront. » Par ailleurs, « s’il était vrai que l’Asie coalisée pût devenir un jour un péril pour l’Europe, ce serait une raison décisive de faire tomber à l’intérieur de l’Europe même les rivalités, les défaillances et les convoitises. […] Il ne faut pas violenter l’Asie, il faut créer une Europe », et reconnaître qu’il existe, en Extrême-Orient, « des nationalités qui ont le droit de s’organiser » et d’avoir « les moyens [d’une] nécessaire expansion et [d’un] développement modéré »59.

  • 60 Tout comme il faut effectuer la Séparation pour pouvoir se consacrer aux réformes sociales.
  • 61 Effectivement, favorable à la guerre lors de ses débuts, la population russe se montre de plus en p (...)

62Jaurès inverse l’argumentation de ceux qui arguent de la guerre russo-japonaise pour différer la Séparation : afin de réaliser « l’œuvre immense […] de paix internationale », il faut enlever « à l’Église la puissance politique que lui confère le Concordat en laïcisant pleinement » les services publics (L’Humanité, 26 septembre 1904)60. Il ne faut pas, surtout, que la « France [soit] vassalisée » et se trouve liée « à la politique de conquêtes et d’aventures d’un tsarisme débile ». C’est un devoir pour la République « de reconnaître le droit à la vie de ce peuple japonais », et « toute l’humanité civilisée » doit s’unir pour « détester cette guerre abominable » (ibid., 16 octobre 1904). Pourtant, certains socialistes remarquent que « souvent la guerre a été une force de progrès et de révolution61 » ; le député du Tarn admet que ce peut être le cas, mais il souligne qu’existe aussi « le risque de déchaîner […], par des contrecoups toujours possibles, les forces de réaction » et conclut : « aujourd’hui, la cause de la Révolution est liée à la cause de la paix » (ibid., 21 novembre).

63Les amis de Jaurès se situent sur une ligne analogue. Viviani plaint « les victimes » de « cette guerre atroce » : les soldats russes, « instruments de tyrannie rapace des Romanoff », et les soldats japonais, « instruments du nationalisme aveugle et envahissant », même si, dans ce conflit, « le Japon a prouvé qu’il est une grande nation », au contraire de la Russie, en proie à un « anéantissement progressif » (L’Humanité, 15 septembre 1904). Pressensé fustige une « effroyable consommation d’hommes » contre laquelle proteste « notre humanité commune » et s’inquiète des « germes de conflits futurs, […] de complications insolubles » que va générer ce « grand incendie » (ibid., 25 septembre 1904). Le 12 février 1905, le trio socialiste Briand – Jaurès – Pressensé figurera parmi les organisateurs de la « manifestation pacifiste » du Trocadéro. Rompant avec les organismes officiels qui vont en aide aux seuls blessés russes, celle-ci soutiendra toutes les victimes de la guerre russo-japonaise (Bancquart 2005 : 302 ; Le Gratier 2005 : 290 sqq.).

La guerre russo-japonaise accompagne la marche française vers la Séparation

  • 62 Cet historien perçoit bien les connexions entre la guerre russo-japonaise et la Séparation en Franc (...)

64À plusieurs moments, des événements marquants de cette guerre et le processus français de Séparation s’entrecroisent. La visite du président Loubet au roi d’Italie (24 avril – 29 avril 1904) se situe lors de la première grande défaite russe en Mandchourie (bataille du Yalou, 25 avril – 1er mai). Les historiens actuels ne font guère le rapprochement, mais Debidour écrit : au printemps 1904, le conflit « entre la Russie et le Japon immobilisait pour longtemps […] la seule grande puissance qui fût […] notre alliée et […] le voyage de Loubet [en Italie] devenait un acte de patriotisme et une obligation nationale » pour affaiblir la Triplice (Debidour 1909 : 395 sqq.)62. Le 28 mai les membres du Parti socialiste français organisent un grand meeting au Cirque d’Hiver. Devant une foule évaluée à plus de 6 000 personnes, Jaurès parle de la Séparation et Pressensé de la guerre russo-japonaise : attention, en cas de défaite russe, de ne pas être entraîné vers une guerre, sous prétexte de porter secours « à notre alliée malheureuse » (L’Humanité, 29 mai 1904).

65Les deux réalités s’entremêlent. La rupture des relations diplomatiques entre Paris et le Saint-Siège se produit le 30 juillet 1904, jour où commence le siège de Port-Arthur ; onze jours plus tard l’escadre russe du Pacifique est détruite par la flotte japonaise à Vladivostok. En Mandchourie, une nouvelle défaite russe (bataille de Cha-Ho) et une contre-offensive ratée induisent une « guerre de position » qui dure jusqu’à la fin de l’année… pendant que Combes s’affirme favorable à la Séparation… et met en délicatesse le projet de la Commission.

  • 63 La résistance héroïque de l’armée Russe a fait illusion. G. Leroux écrit dans Le Matin du 30 novemb (...)
  • 64 Sans effectuer une telle comparaison, S. Lacroix, dans Le Radical du 5 janvier 1905, estime que cet (...)

66Alors que les grandes manœuvres s’organisent pour chasser Combes du pouvoir, l’année 1905 commence par le coup de tonnerre de la reddition russe à Port-Arthur (2 janvier)63. Clemenceau estime que l’Histoire est à un tournant… et légitime l’œuvre de Combes : « L’homme blanc se voit arrêté par l’homme jaune dans son mouvement de conquête sans fin. [Les Russes sont] prématurément vieillis dans un fétichisme des rites analogue à celui où l’Église catholique nous entraîne64. […] Pour l’édification de nos nationalistes […], monarchistes ou partisans de la dictature soi-disant républicaine, qui […] ont souvent cherché des leçons […] dans l’exemple de l’autocratie russe, il nous sera permis, […] d’opposer le succès d’un gouvernement de liberté qui a su relever la France des désastres du despotisme […] » (L’Aurore, 4 janvier 1905).

67Fait que chacun ignore, Delcassé est « effrayé » : l’escadre russe est arrivée très discrètement, le 29 décembre, à Madagascar, son objectif étant d’aller « délivrer » Port-Arthur. Avec la chute de la citadelle, la France risque de « recevoir, d’un jour à l’autre, un ultimatum du Japon » (Paléologue 1934 : 216, 2 janvier 1905). L’opinion publique, accaparée par la lutte entre combistes et anticombistes, tomberait des nues et désavouerait la politique menée.

  • 65 La construction du Transsibérien jusqu’à Vladivostok a induit des peurs croisées : pour les Japonai (...)

68« Événement [à la] portée incalculable », la chute de Port-Arthur, « quelque paradoxale que cette opinion apparaisse », est une victoire « plus précieuse encore pour la cause de la liberté russe que pour les Japonais eux-mêmes », écrit L’Humanité (3 janvier 1905). Elle est, effectivement, suivie d’un autre événement, qui en est partiellement le contrecoup : le « Dimanche rouge » de Saint-Pétersbourg (22 janvier), où une manifestation se solde par des milliers de morts et de blessés. La démission de Combes (18 janvier) s’intercale entre ces deux épisodes majeurs. La révolution russe de 1905 est déclenchée : des soviets de cheminots sont créés sur les lignes du Transsibérien qui transporte les troupes russes au front65. Jaurès les soutient tandis que Briand et ses conseillers écrivent le rapport de la Commission parlementaire.

69Briand, dans ce rapport, estime que le Japon marche vers la Séparation : « Le Ministère des cultes a été supprimé […]. L’égalité et la liberté des divers cultes (bouddhiste, shintoïste et chrétien) ont été proclamées. La séparation complète des Églises et de l’État compte de nombreux partisans et une fraction du Parlement japonais s’est prononcée en faveur de cette réforme il y a cinq ans » (Briand 1905 : 219 sq.). Le Japon ferait donc partie des pays qui, comme la France, vont séparer religion et État.

70Ce rapport est déposé au moment de la bataille de Moukden, perdue par les Russes (19 février – 10 mars). Or, « c’est surtout après la chute de Port-Arthur, suivie bientôt par [le] désastre de Moukden, que cette impuissance [russe], aggravée par l’anarchisme révolutionnaire […], éclata aux yeux de tous », indique Debidour (1909 : 472) dans son chapitre… consacré à la loi de 1905.

71La première révolution russe et l’apparition de soviets raniment, chez certains républicains anticléricaux, la peur du « péril collectiviste ». Or le combisme est fondé sur une union interclassiste percevant la « menace cléricale » comme le « danger » principal : l’ensemble de la gauche et tous les « républicains sincères » doivent s’unir pour y faire face. Certains n’ont jamais épousé cette perspective avec enthousiasme. La guerre et ses répercussions en Russie elle-même aggravent la crainte d’une séparation qui accentuerait le conflit politico-religieux franco-français, rendant la France incapable de faire face aux menaces extérieures.

Notes

1 Ce terme revient à plusieurs reprises dans le discours public.

2 Sur la politique de Delcassé, cf. Cabanel 2007 : 245-265.

3 Discours de Tréguier, 13 septembre 1903, cf. Combes 1904 : 365 sqq.

4 Les catholiques estiment que le Protectorat est dû à une délégation du Saint-Siège, ce que contestent les républicains (J.-L. de Lanessan [1907 : 21] parle d’un simple « encouragement »).

5 Déjà pendant une courte période sous Ferry qui, sans le dire, renonça rapidement à les poursuivre (cf. Archives Ferry à la bibliothèque de Saint-Dié).

6 Combes, au contraire, se montre favorable à des écoles publiques qui, en Algérie, respectent l’islam et le Coran, alors que d’autres républicains prônent une politique assimilationniste.

7 La Dépêche, 26 décembre 1902, cf. A. Thévenin (2002 : 29). Aulard préside le Comité de propagande de la Mission laïque française, fondé début 1904.

8 Le Radical du 6 janvier 1905 se montre favorable à cette « œuvre novatrice » qui devra arriver à « remplacer en Orient, en Extrême-Orient, l’enseignement congréganiste » et, « au Maroc, aura bientôt une admirable tâche à remplir ». Mais ce quotidien fait également état de « critiques » à son encontre, dans les milieux républicains, critiques « qui n’auraient rien perdu à être plus douces, plus bienveillantes ». Malheureusement, il n’en dit pas plus.

9 Lanessan, ancien gouverneur général de l’Indochine, lutte également contre cette idée. Il consacrera plusieurs articles, puis un ouvrage, à la dénonciation des « Missions et leur Protectorat » (Lanessan 1907).

10 Parce qu’ils feraient du prosélytisme. À l’inverse, M. Pernot écrit dans un rapport en 1912 : « Ni la mission laïque ne fait une propagande antireligieuse en Orient, ni les congrégations n’y font une propagande catholique, voilà la règle très générale » (cf. Cabanel 2007 : 240).

11 En 1902 et 1903, le budget de l’État pour les quelque 300 établissements des écoles congréganistes hors de France, qui scolarisent autour de 100 000 élèves, s’élève à environ 800 000 F. À cela s’ajoutent, outre quelques subventions de l’Alliance française, d’importants dons privés. En 1904 la subvention votée pour ces écoles congréganistes est réduite à 490 000 F, et les écoles laïques, qui scolarisent environ 2 000 élèves, reçoivent 107 000 F (Le Temps, 27 novembre 1904). S’il s’agit effectivement d’une aide à leur développement, la société civile « laïque » ne se mobilise pas beaucoup pour permettre à ces écoles de se multiplier : le nombre d’adhérents à la Mission laïque française ne dépasse guère, début 1904, les 3 000 membres, à la déception de ses animateurs.

12 Cependant les Européens privent en partie le Japon de sa victoire et laissent la Russie devenir maîtresse du jeu. En 1903, un collaborateur de la Revue politique et littéraire, B. de Zenzinoff, dénonce le risque de guerre induit par « les empiétements continuels des Russes », leur « activité fébrile […] pour fortifier Port-Arthur et les autres ports du Pacifique » et la surdité de l’Europe, peu « disposée à prendre en compte les doléances du Japon » (29 août : 262 sqq.).

13 Gohier publie, en 1901, une brochure, dont le long titre est éloquent : La Guerre de Chine : Dieu le veut ! Assassinats, incendies, viols et pillages commis et racontés par des officiers français aux ordres des missionnaires. Les crimes du prêtre et du soldat.

14 Datée du 29 juin, la lettre est cependant publiée après la fin de la session parlementaire (Le Figaro, 7 juillet 1901).

15 « Ces têtes de cons de chimagots, ils te dégoûtent », écrit l’un d’eux (L’Aurore, 12 juin 1901).

16 Ils « n’en reviennent pas. Habitués à l’égorgement facile des nègres sans armes, ils s’indignent de ne pas pouvoir encore piller, violer, massacrer les jaunes » impunément, dénonce U. Gohier (L’Aurore, 4 juillet 1900).

17 Président du groupe de l’extrême gauche radicale-socialiste à l’Assemblée nationale, F. Dubief estime que, « si la Russie est victorieuse [de la guerre russo-japonaise], le Japon, dans son impatience d’une revanche à prendre [risque] de se tourner vers les riches contrées du Tonkin » (Revue politique et littéraire, 29 octobre 1904 : 517). Et, « si la Russie succombe », la Chine peut franchir « notre frontière terrestre » indochinoise, en même temps que « le Japon s’efforcerait de débarquer sur nos côtes ». Un plan, attribué au général Kodama, est publié en feuilleton par L’Écho de Paris au début de 1905. Le Temps du 12 janvier 1905 affirme, en même temps, qu’il s’agit d’un document « apocryphe » et que celui-ci donne, avec une « émouvante précision », les « ambitions [que] pourrait avoir » le Japon sur « nos établissements d’Indochine ». C’est faux, mais c’est à prendre en considération !

18 Guyot fait allusion à l’alliance du Japon avec l’Angleterre.

19 Pourtant, dans un ouvrage paru en 1904, Péril jaune et Japon, l’écrivain-journaliste A. de Croze cite J. Cornély et Y. Guyot parmi ceux qui font preuve « d’impartialité intellectuelle » (cf. Séguéla 2014 : 184).

20 Si on intègre l’ensemble des dépenses consacrées à la protection des missions et des catholiques au Levant et en Chine, certains, à gauche, l’évaluent à 45 millions, somme un peu supérieure au budget des cultes.

21 Cf. Lalouette 1997 : 251.

22 « Prognathe » : avoir les maxillaires proéminents.

23 Pour A. France, Ch. Richet considère les Japonais comme des « singes ». Ce n’est pas tout à fait le cas, mais cela renvoie à des métaphores de l’époque, partagées par Le Temps qui fustige la « tête grimaçante de singe satisfait » du coursier japonais (26 juin 1904).

24 Le type « brachycéphale » signifierait un crâne arrondi, presque aussi large que long.

25 On a là un exemple de la réfutation de « l’indice céphalique », mais certains la partagent sans remettre pour autant en cause l’inégalité des races humaines, car il existe chez les peuples européens des populations prognathes et d’autres brachycéphales : ainsi L. Manouvrier, titulaire d’une chaire d’anthropologie physiologique, qui réfute en 1900, à la demande du socialiste G. Rouanet, une théorie qui, « en opposant [entre elles] des nations européennes, exacerbe les nationalismes » (Reynaud Paligot 2006 : 101).

26 Discours intégralement publié dans L’Humanité, 28 novembre 1904.

27 D’après l’auteur anonyme de l’article, le cerveau des petits Européens (de 9 à 14 ans) aurait un poids supérieur à celui des Japonais du même âge (1 350 g contre 1 250) mais le cerveau des Japonais de sexe masculin se développerait jusqu’à l’âge « de quarante à cinquante ans ».

28 Et loin d’avoir seulement « l’esprit d’imitation », les Japonais auraient également « l’esprit d’invention » ; la preuve en est qu’ils ont déposé 1 024 brevets en 1903.

29 On trouvera le récit de cette guerre, avec de nombreuses illustrations de l’époque, in B. Crochet et G. Piouffre (2010).

30 L’Humanité publie deux articles par jour : celui qui donne les informations sur le déroulement de la guerre est accompagné d’un autre consacré aux « dernières nouvelles » du front. D’autre part, les articles du quotidien à fort tirage Le Petit Parisien ont souvent pour titre « La guerre », sans autre précision.

31 Lors des premiers succès japonais, Le Petit Parisien écrit que cette nouvelle « est accueillie dans les milieux compétents avec une incrédulité absolue » (31 juillet 1904). Cependant, dès février 1904, l’attaché militaire français à Londres remet au ministère des Affaires étrangères (MAE) « un rapport qui est d’un mauvais augure » pour la Russie. On y lit notamment que « la flotte russe […] pourrait finir comme l’escadre espagnole de l’amiral Cervera, à Santiago de Cuba » (cf. Paléologue 1934 : 24 sqq., 13 février 1904).

32 Cependant, Le Figaro du 7 juin 1904 signale l’échec d’une tentative d’un nouvel emprunt russe : bien que la grande majorité de la presse prédise, à ce moment-là, la victoire finale de la Russie, les paysans français sont des gens prudents !

33 Le constat est donc fait par les contemporains.

34 Partis de la Baltique, les navires de la IIe escadre russe font escale en différents points de l’Empire colonial français : Sénégal, Gabon, Madagascar. Des manifestations de protestation ont lieu devant la légation française à Tokyo.

35 Le MAE est bien conscient de « l’énorme danger des opérations clandestines » dont la France se rend « complice » (Paléologue 1934 : 151, 31 octobre 1904). Les Français ont tenté, en vain, de persuader les Russes de passer par le cap Horn.

36 Il propose un troc à l’ambassadeur d’Allemagne, le prince H. von Radolin : le « retour » de l’Alsace-Lorraine à la France en échange soit de Madagascar, soit du Tonkin (cf. Combes 1956 : 218-223). Le Journal de M. Paléologue (1934) montre que le MAE n’était pas au courant.

37 Si la Commission travaille dans le calme, et si l’avant-projet Briand a été publié (mais sans faire ce qu’on appellerait aujourd’hui le buzz), l’opinion publique en est restée à la logique des projets Pressensé et Hubbard.

38 Combarieu 1932 : 271 (9 février 1904).

39 Les pays « civilisés » se déclarant officiellement la guerre avant de la faire. Cependant, des personnalités de la gauche républicaine, comme Clemenceau (cf. Séguéla 2014) et Jaurès (cf. notamment L’Humanité, 16 et 17 octobre 1904), estimeront que la Russie et l’attitude des puissances européennes en 1895, en privant le Japon des gains de sa victoire contre la Chine, sont responsables de la guerre.

40 C’est faux : une motion du congrès a réclamé un arbitrage international pour mettre fin à la guerre russo-japonaise et des préoccupations économiques et sociales ont eu droit de cité, les radicaux ne voulant pas laisser ce terrain aux seuls socialistes.

41 L’ensemble de l’Orient suscite de tels rêves : P. Loti en est un bon exemple.

42 Significativement intitulé « L’enseignement laïque au Japon », cet article signé J.-J. Geste est immédiatement suivi par un autre de G. Clemenceau sur « La suppression des congrégations enseignantes ».

43 Archives J. Ferry, bibliothèque de Saint-Dié. Le Japon est le seul pays non occidental intégré à l’enquête, car c’est le seul où l’instruction primaire est déjà obligatoire.

44 Allusion au lieu commun des années 1870, en France : « c’est l’instituteur prussien qui a gagné la guerre contre notre pays ».

45 M. Séguéla (2014 : 177) donne, entre autres, l’exemple d’un billet sur la médecine militaire publié le 16 octobre 1904, qui commence ainsi : « Décidément, ces petits Japonais sont excellents en toutes choses. »

46 A. Naquet était l’auteur de la proposition de loi sur le divorce de 1884. Accusé de « déchristianiser la France », il fut l’objet d’une campagne antisémite (cf. Ronsin 1992 : 269).

47 Lors de son procès en novembre 1901 à Auxerre, Briand « fait plus que [le] défendre, il s’associe » à sa cause (Heuré 1997 : 39).

48 L’article déjà cité de J.-J. Geste (L’Aurore, 24 février 1904) reprend le même thème : les Japonais « ne se gênent pas pour le discuter, le combattre et le railler [le christianisme]. Ils ne témoignèrent pas à l’égard des missionnaires des sentiments d’intolérance […] mais ils accueillirent leurs efforts avec une indifférence sceptique et une dédaigneuse pitié ».

49 Chantre d’une histoire pacifiste (1903), G. Hervé publiera après la Grande Guerre, « en mea culpa », un livre d’optique très nationaliste destiné aux instituteurs, pour qu’ils cessent de « parler avec mépris de l’Église […] et des rois » (1930 : 10).

50 Cf. Baubérot 2004a.

51 Certes, au Japon, « les classes éclairées [sont] livrées au scepticisme et à l’indifférence », mais « en fait, les religions sont libres », y compris le christianisme qui ne compte « qu’un petit nombre d’adeptes » (ALP 1905 : 77).

52 L’article est intitulé « Kouropatkine ou Oyama ». La comparaison entre la guerre russo-japonaise et la situation française est souvent faite. Ainsi, Le Soleil du 19 septembre 1904 mentionne la résistance des Russes à Port-Arthur, qu’il espère victorieuse, comme exemple à suivre pour s’opposer à Combes qui vient, à Auxerre, de prendre parti pour la Séparation. Un mois plus tard, Le Radical du 19 octobre décrit ainsi la rentrée de la Chambre : « Droitiers et nationalistes déclaraient […] que le président du Conseil succomberait dans le grand débat engagé sur le terrain de la politique religieuse. […] Les forces gouvernementales déjà divisées sur cette grave question ne tiendraient pas au furieux assaut des Oyama de l’opposition. » De son côté, Jaurès, dans l’affaire des fiches, collectionne les défaites « comme Kouropatkine » selon Le Rappel du 10 novembre 1904.

53 En fait, il s’agit de la France et de l’Angleterre – plutôt « allié[e]s des deux belligérants » reconnaît-il –, ou à défaut des États-Unis et de l’Allemagne.

54 Clemenceau se montre défavorable à la campagne de Lanessan en faveur d’un arbitrage, car, souvent, une « intervention européenne » se révèle une « duperie » : en 1895, l’Europe dépouilla le Japon des territoires qu’il avait conquis sur la Chine et cela constitue la « cause principale de la présente guerre ». D’autre part, ce n’est pas l’intérêt de la France que l’Allemagne « puisse se poser en arbitre du monde » (L’Aurore, 17 septembre 1904). Jaurès est également défavorable à toute intervention ou médiation. Il faut « créer […] une nécessité morale de paix » par une pression du socialisme international, aidé de « toutes les volontés bonnes » (L’Humanité, 16 octobre).

55 On trouvera une synthèse de son point de vue sur l’Extrême-Orient in Candar 2011.

56 La totalité du discours est publiée par L’Humanité du 19 août 1904.

57 13 février 1904 ; cf. Candar 2018 : 240.

58 Fin 1904, quand une victoire du Japon paraît plausible à certains, le « péril » d’une Chine sous influence japonaise et s’autonomisant à l’égard des puissances européennes devient un thème discursif important.

59 Jaurès fait allusion aux prétentions japonaises sur la Corée.

60 Tout comme il faut effectuer la Séparation pour pouvoir se consacrer aux réformes sociales.

61 Effectivement, favorable à la guerre lors de ses débuts, la population russe se montre de plus en plus hostile et la propagande socialiste progresse dans l’armée du tsar.

62 Cet historien perçoit bien les connexions entre la guerre russo-japonaise et la Séparation en France. Ensuite, le lien n’a plus été fait, peut-être parce que la Séparation a – trop – été envisagée dans une perspective d’« histoire religieuse ».

63 La résistance héroïque de l’armée Russe a fait illusion. G. Leroux écrit dans Le Matin du 30 novembre 1904 : « La Russie devait être battue, elle ne saurait plus l’être. Port-Arthur a sauvé la Russie. » Il prévoit une offensive prochaine de l’armée du tsar et ajoute : les Japonais « ne reculeront qu’après les plus sanglants […] combats. Tout de même, il faudra bien qu’ils reculent. […] Le gouvernement russe est sûr de la victoire ». Le 3 janvier 1905, le quotidien, obligé de constater la défaite russe, écrit, sous la plume de S. Lauzenne : « Ces deux peuples […] donnent au monde […] une grande leçon. […] Et si la loi inexorable de la destinée veut que […] il y ait toujours des vainqueurs et des vaincus, elle ne peut empêcher que la bravoure soit égale. »

64 Sans effectuer une telle comparaison, S. Lacroix, dans Le Radical du 5 janvier 1905, estime que cette défaite est celle d’un pays où les neuf dixièmes de la population sont « dominé[s] par les popes ».

65 La construction du Transsibérien jusqu’à Vladivostok a induit des peurs croisées : pour les Japonais, elle crée la menace d’un transport rapide de troupes russes ; pour certains Européens, elle permettra aux « Jaunes » d’arriver facilement jusqu’en Europe.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search