Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

III. Jardins « au naturel »

15. Les plantes du « vrai jardin »

Texte intégral

Si tous les jardins ne ressemblent pas aux squares de village juste bons à servir d’écran au monument aux morts, c’est que d’autres sources d’inspiration sont accessibles, notamment grâce à la presse spécialisée (Servan-Schreiber 2001 : 97).

1Livres, revues, « jardins de référence » sont la principale source de l’apprentissage jardinier. Avant d’avoir le « choc » ou le « coup de foudre », les jardinières de ce groupe ont certes toujours pratiqué le jardinage, comme toutes « celles qui aiment les fleurs ». Mais l’élan jardinier (également libéré par le temps de la retraite) se transforme avec la rencontre de « vrais jardiniers ».

  • 1 Une des pionniers en matière de jardins anglais au début du xxe siècle. Disciple de William Robinso (...)
  • 2 Un des auteurs des nombreux « beaux livres » sur les jardins.

Alors que je vous explique. D’abord, j’ai eu des plantes, tout ce que je trouvais aux environs, comme à la pépinière G. : tout ce qu’il a, je l’avais. Puis tout est parti de ce bouquin ! Ça a fait tilt. […] J’ai eu ce coup de foudre quand j’ai vu ce truc-là. Gertrude Jekyll1 d’abord puis cet article de deux Anglais dans Mon jardin et ma maison. (Rose V.)
J’ai toujours lu Mon jardin et ma maison, des revues de jardinage. Puis j’ai eu un choc quand, en 1984, j’ai vu un jardin, parce que j’en avais jamais vu, de vrais jardins. Et en 1985, le mien petit à petit s’établissait. J’ai vu un vrai jardin. C’était à Paris, chez Anita Pereire2, et j’ai eu le choc. Ça m’a empêché de dormir plusieurs nuits, et j’ai dit maintenant, arrête de faire des imbécillités ! Il faut que tu t’organises ! Et puis j’ai changé. (Gisèle B.)

2« Il fallait arracher [les plantes déjà installées] pour me libérer », les termes choisis décrivent l’importance du changement. Il convenait de « se libérer » de l’ancien modèle pour endosser celui du « vrai jardin ». Les fleurs du jardin fleuri se trouvent donc délaissées au profit d’une palette végétale plus large. Comprenant certaines annuelles aux variétés soigneusement choisies, elle fait surtout la part belle aux vivaces, courantes ou rares.

  • 3 L’ouvrage Fleurs et jardins d’Anita Pereire est choisi parmi une vaste littérature parce qu’il est (...)

3La lecture du dictionnaire des fleurs de jardin d’Anita Pereire3 révèle la nouvelle grille au fondement du « vrai jardin ».

On voit très souvent dans les jardins publics le mariage de fleurs rouges avec des fleurs d’un jaune strident ; je trouve cette association choquante. Il n’y a que dans les champs, en pleine nature, que ces deux couleurs arrivent à cohabiter sans vulgarité, sans doute parce qu’elles ne sont pas plantées en masse mais en touches légères (Pereire 1988 : 27).

4Dans ce dictionnaire, comme dans les discours jardiniers, les vedettes du jardin fleuri font l’objet d’une réserve distanciée. Si on déplore à l’occasion leurs couleurs « outrageuses », voire « vulgaires et criardes » (glaïeul, aubriette) si ce n’est « douteuses » (canna) ou « s’il est parfois bon ton d’afficher une certaine condescendance » à leur égard (dahlia), la distance s’instaure davantage avec la volonté de choisir, parmi ces espèces, de nouvelles variétés aux qualités originales, ou de les inclure de manière particulière dans les massifs. Cependant, les plantes du jardin fleuri n’incitent pas à de longs développements, à l’inverse de celles du jardin paysan.

  • 4 « Les refuges intimes appelés jardins de grand-mère ou jardins de curé réunissent une profusion de (...)

5La référence aux « jardins de village », « jardins de curé », « jardins campagnards », « jardins villageois », « jardins d’autrefois » est à ce point récurrente qu’elle semble fournir l’un des repères du nouveau jardin4. Mais les qualificatifs qui soulignent les propriétés des plantes traduisent une certaine représentation de la campagne et de ses villages. « Charmantes », « aimables », « à l’aspect bon enfant », « gracieuses », « attendrissantes », « rustiques », « sans histoires », « sans prétention », « simples », « sans souci », « braves », « populaires », telles sont les qualités conférées aux villageoises, aux campagnardes et hôtes des presbytères, livrant une image très précise d’un rural idyllique. Ainsi, par exemple, de l’Ageratum, on souligne « l’aspect bon enfant qui nous charme tant dans les jardins de curé », de la rose trémière, dont « on admire le charme et la grâce dans tous les jardins anciens ». Quant à la pâquerette (Bellis perennis), « si attendrissante avec ses pompons roses ou rouges, on ne peut rester insensible à son charme sans façon ». On admire encore « la grâce toute simple » de l’astrance, « qui lui a fait prendre naturellement le chemin des jardins d’ornement ». Médiatisé par la représentation des plantes, l’imaginaire urbain idéalise une certaine ruralité, sans toutefois s’y projeter entièrement. Chargées du « charme des campagnes » comme de sa prétendue simplicité, de telles vivaces n’inspirent néanmoins jamais – exception faite de l’arum – « l’élégance », « l’allure » ou le « sublime » qui dépeignent invariablement les autres élues, celles de la palette des plantes « sauvages ». Car la vertu de ces plantes destinées aux « jardins naturels » est bien « d’avoir gardé le charme des plantes sauvages » ou « l’élégance et l’harmonie des fleurs de chemins » (ail décoratif, aunée, lychnis).

6Les plantes naturelles dotées des plus hautes qualités se signalent également par leur rareté. Objet d’une pratique distinctive ou expression d’une attitude de collectionneur, ces végétaux de « jardins raffinés » souvent difficiles à trouver (Haberlea, Maurandia…) ou à cultiver (fumeterre, Romneya) n’ont plus beaucoup à voir avec les fleurs « simples », « bon enfant » des jardins paysans ou des jardins de curé. Les multiples variétés et cultivars d’une même espèce (pavot, primevère, Reseda par exemple) permettent d’opposer des fleurs « populaires » ou « familières » à celles, « sophistiquées », « élaborées » ou « délicates » des jardins véritablement ornementaux. S’il s’agit d’un ouvrage grand public, les jardiniers visés relèvent toutefois d’un public choisi, identifié par l’auteur comme celui des amateurs, des connaisseurs, voire des collectionneurs. Mais il suffit qu’une plante soit « peu courante dans les catalogues » (Podophyllum, Dichelostemma), « fort peu connue » ou « peu répandue » (nérine, Houstonia), « originale » (Phacelia), « hors du commun » (armoise) pour que son adoption marque le ralliement au groupe prestigieux des « vrais jardiniers ».

7Ainsi dit-on de l’armoise qu’elle représente « un des musts des beaux jardins de demain… Avec quelques touffes d’armoise disséminées dans vos massifs, vous vous classerez immédiatement dans le club des connaisseurs les plus sélects ». Ou encore de l’Haberlea : « Le plus difficile sera pour vous de dénicher les plants de cette merveille venue des Balkans. Peut-être vous faudra-t-il adhérer à une association d’amateurs de plantes de rocaille mais cela en vaut la peine car vous découvrirez ainsi un des joyaux de la flore européenne. »

8Dans des jardins dits raffinés, délicats ou sophistiqués, au sommet de la hiérarchie des plantes, trônent ces « bijoux », « joyaux », « perles de collection » ou « merveilles » pour lesquels on ferait des « folies » (Anacyclus, Dierama, Haberlea, fumeterre, Rhodohypoxis).

9L’amour de la nature et de la botanique s’élabore dans une intense sophistication tandis qu’il veut se nourrir, à l’image de ces plantes paysannes revalorisées, de simplicité. Souvent réitérée, la référence au jardin naturel à l’anglaise émaille les descriptions des plantes « sauvages » les plus importantes. Qu’il s’agisse de la fétuque, de la nivéole, du fenouil, du Limnanthes, de la némophile, du sceau-de- Salomon ou du séneçon, on déplore toujours la rareté de ces végétaux presque sauvages dans les jardins français tandis que « nos voisins anglais en raffolent ».

10Assimilées à la nature, les plantes semblent pourtant conviées à fournir un « spectacle », spectacle de la nature à peine perturbé par son artificielle reproduction. La majesté prêtée à certains végétaux de grande taille (rhubarbes d’ornement, Gunnera, Rodgersia, Bocconia) rend spectaculaires les « coins de jardins sauvages » ou les « jardins magnifiques ». Au-delà, les idées de décor, d’événement, de point de mire, déjà induites par le terme de « jardin ornemental », jusqu’à celle de « choc visuel », parcourent les descriptions des plantes du dictionnaire. Ainsi, on peut apprécier l’étrangeté de certaines plantes (Lysichiton, lotier, Podophyllum) ou l’exotisme du Datura ou du ricin. Plus sollicité que les autres sens, le regard s’attarde souvent sur l’ »allure », la « prestance » et l’ »élégance » des plantes (arum, hellébore, Hosta, lychnis, lin, sagittaire, Sisyrinchium, lys, sceau-de-Salomon), attributs qui ne sont pas sans « classer » le jardin et son jardinier. D’autres plantes (mauve, Omphalodes) sont « ravissantes » et non plus « charmantes » comme celles des jardins campagnards. La beauté demeure l’argument principal qui confère au jardin sa superbe. Mais place est faite également à des plantes de débutants ou de jardiniers du dimanche (ou de résidences secondaires) toutefois différenciés des amateurs et possesseurs de « vrais jardins ». C’est sur ces références diverses que sont dispensés les conseils pour des plantes « remarquables », non une espèce en son entier mais toujours certaines de ses variétés ou hybrides.

11Au-delà des caractéristiques de telle variété ou de tel cultivar, les suggestions pour associer les plantes, créer les massifs du « plus bel effet » ou installer des « jardinières » originales occupent une large place. Un tel manuel propose un modèle horticole, dans lequel se retrouvent à des degrés divers nos jardins « au naturel ».

Extraits du dictionnaire Fleurs et jardins d’Anita Pereire
Astrancia Astrance. « L’Astrancia major fait partie des plantes anciennes que l’on voyait naguère dans les jardins de curé. […] À l’instar d’autres plantes indigènes, comme la bourrache, la primevère officinale, la narcisse des poètes, sa grâce toute simple lui a fait prendre naturellement le chemin des jardins d’ornement. »
Aubrieta Aubriète. « Il est difficile d’imaginer une rocaille fleurie sans Aubrieta deltoidea. Certains jardiniers leur reprochent même d’être vulgaires et criardes. Si cela est parfois exact pour les plantes issues de semis, dont les couleurs manquent de subtilité, on ne peut pas en dire autant des variétés sélectionnées qui nous offrent les plus beaux violets et les plus beaux bleus. »
Canna Canna. « Est-ce parce qu’on les voit trop souvent orner des corbeilles dans les parcs, avec des accords de couleurs parfois douteux, qu’il faut jeter la pierre aux cannas ? »
Centaurea Centaurée. « La plus célèbre des six cents espèces, le bleuet (Centaurea cyanus) amène dans nos jardins le charme de la campagne. »
Convalleria Muguet. « Formant avec les ancolies, les pivoines et les perceneige des massifs bon enfant et sans problème. »
Corydalis Fumeterre. « Si le jaune est presque une mauvaise herbe, son cousin du Cachemire est un bijou que s’arrachent les collectionneurs et sa culture est loin d’être une partie de plaisir. »
Cypripedium Sabot-de-Vénus. « Les sabots-de-Vénus signent les jardins raffinés. »
Dianthus Œillet. « Un jardin sans œillets est un jardin sans poésie ni mystère tandis qu’une simple bordure d’œillets mignardise au pied de quelques pivoines ou de rosiers anciens suffit à évoquer les jardins d’autrefois. »
Diascia Diascia. « De plus en plus souvent proposées par les pépiniéristes spécialisés en plantes vivaces, les diascias font merveille dans les rocailles et les pavages. »
Eremerus Erémérus. « Superbe, voici sans doute l’une des plantes les plus étonnantes de l’été. Associez-la aux digitales, aux delphiniums et à la berce du Caucase et vous aurez une plate-bande plus qu’imposante ! »
Foeniculum Fenouil. « Très rarement utilisé chez nous alors qu’il est souvent présent chez nos voisins anglais, le fenouil a plus d’un atout : une belle prestance donnée par sa silhouette élancée. »
Gladiolus Glaïeul. « Les glaïeuls et leurs longues hampes de fleurs colorées, souvent un peu outrageusement, sont connus de tous. S’ils sont superbes en bouquets, on ne peut pas en dire autant dans les jardins où leur silhouette étriquée a besoin du voisinage de plantes à feuillage volumineux pour ne pas paraître déplacée. […] Et surtout n’oubliez pas les charmants glaïeuls de printemps, qui paraissent échappés de nos campagnes et ont su conserver une grâce toute naturelle. »
Helleborus Hellébore. « Plantes promises à un grand avenir, les héllébores conjuguent la beauté des fleurs et la prestance de la silhouette. Ce sont des plantes très rustiques que l’on peut utiliser aussi bien dans les coins de jardin un peu sauvages comme dans les massifs les plus élaborés. »
Hemerocallis Hémérocalle. « Les Américains en raffolent et leur consacrent même des revues spécialisées, en France, malgré leur étonnante rusticité, on les emploie trop peu. Pourtant, […] elles ont bien du charme. »
Inula Aunée. « Si vous êtes amateur de fleurs sauvages, l’Inula ensifolia est faite pour vous. Elle a conservé l’élégance et l’harmonie des fleurs des chemins. »
Latyrus Pois de senteur. « Irremplaçables pois de senteur qui font des bouquets si touchants ! N’oubliez pas qu’ils sont charmants aussi dans les massifs. »
Leucojum Nivéole. « Peu répandus dans les jardins, les nivéoles, surnommés aussi flocons de neige par nos amis anglais, enchantent le printemps par leur silhouette gracieuse. […] Ce sont des plantes merveilleuses pour les endroits sauvages. »
Lilium Lis. « Il suffit de quelques lis pour donner à un coin de jardin une touche de raffinement bienvenue. »
Lychnis Lychnis. « Vaste tribu que celle des lychnis. Elle contient des plantes encore peu éloignées de leur aspect sauvage, d’où un côté nature qui nous séduit lorsque nous désirons accentuer le caractère rustique d’une scène. Les lychnis accompagnent très élégamment les rosiers anciens et les plantes aromatiques. »
Macleaya Bocconia. « Son époque de gloire se situe en 1900 ! Elle est cependant séduisante pour orner les coins sauvages du jardin. […] Plantez-la en compagnie de vos rodgersias, de vos gunnéras ou des grandes berces du Caucase, votre jardin deviendra spectaculaire rapidement. »
Maconopsis Pavot de l’Himalaya. « Sublimes, ces fleurs sont la coqueluche des amateurs assez fortunés pour tenter leur culture. »
Papaver Pavot. « Les pavots sont à leur aise aussi bien dans les jardins très sophistiqués que dans les jardins de curé. »
Paradisea Lis de Saint-Bruno. « Elles figurent parmi l’aristocratie des plantes de rocaille. »
Reseda Réséda. « Le réséda odorant, aux épis dorés, est un familier de nos jardins. Moins connu, le R. alba mérite qu’on lui accorde plus d’attention car il est beaucoup plus spectaculaire. […] En compagnie des campanules, des rosiers anciens et des delphiniums, il peut composer des scènes ravissantes. »

12Les discours jardiniers ne sauraient démentir les descriptions d’Anita Pereire. Tout au moins ceux des deux jardinières puisque cet auteur compte parmi les « vrais jardiniers » qui auront su les inspirer. Quant à Clive J., il se situe lui-même parmi les collectionneurs, ce qui le place un peu au-delà du contenu de Fleurs et jardins.

13Ils ont tous appris à connaître les végétaux de jardin, leurs variétés et cultivars. Ils sont devenus spécialistes, chacun à leur manière. Accentuer le côté naturel du jardin tout en faisant le choix d’essences ornementales, accumuler les plantes rares ou nombre de variétés, jouer sur le lien avec le paysage, adopter les techniques de l’écologie, ces options sont hiérarchisées différemment d’un jardinier l’autre. Elles ne sont pas en contradiction, mais plutôt fabriquent, ou initient ces nouveaux jardins que les années 1990 auront portés au sommet des pratiques jardinières.

Notes

1 Une des pionniers en matière de jardins anglais au début du xxe siècle. Disciple de William Robinson, grande spécialiste des mixed-borders, de leur mariage de feuillages et de couleurs, initiatrice du parterre monochrome, « elle fut la figure tutélaire des jardins de cottage » (Baridon 1998 : 1097-1098).

2 Un des auteurs des nombreux « beaux livres » sur les jardins.

3 L’ouvrage Fleurs et jardins d’Anita Pereire est choisi parmi une vaste littérature parce qu’il est donné comme une des références essentielles de Rose V. et Gisèle B.

4 « Les refuges intimes appelés jardins de grand-mère ou jardins de curé réunissent une profusion de fruits, aromates, légumes et fleurs dans un foisonnement à la fois naturel et artistique » (Jones 2000 : 5). « Liés aux souvenirs d’enfance ou au bon vieux temps, ces jardins semblent être des fragments de l’âge d’or, évoquant à la fois la terre à la fois nourricière et sacrée » (ibid. : 15). Nourri de nostalgie et de souvenirs d’enfance, ce genre haut en couleur plaît beaucoup aux esprits créatifs et offre à l’avenir un modèle tout aussi riche en expressivité qu’en charme et en productivité » (ibid. : 5). Les « jardins de grand-mère » ou « jardin de curé » en viennent même à représenter un nouveau modèle de jardinage, repris par des paysagistes de renom (Camille Muller par exemple, « paysagiste préféré des gens de la mode et des artistes avant-gardistes ») (ibid. : 35).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search