Version classiqueVersion mobile

La loi de 1905 n’aura pas lieu

 | 
Jean Baubérot
, 
Dorra Mameri-Chaambi

Seconde partie. La première « guerre » des séparations républicaines

Chapitre 8. De la Séparation-Arlésienne à la Séparation-Pénélope

Texte intégral

1Au nom du gouvernement, le président du Conseil avalise le projet de la Commission et souhaite le rendre plus « bienveillant ». Avec cette caution, la Séparation quitte son rôle d’Arlésienne de la République et les séparatistes ont le vent en poupe. Nous n’en avons pas fini, pourtant, avec les métaphores qui signalent des difficultés. Le Temps estime, le 21 octobre 1904, que la Séparation est devenue « la triste Cendrillon du programme ministériel » ; son carrosse s’est transformé en citrouille.

  • 1 Qui comparait, dans L’Aurore du 18 septembre, la Séparation à « la toile de Pénélope ».

2Peu après, Pressensé reprend une formule de Clemenceau1 : la Séparation est une moderne Pénélope. Cette femme « défaisait chaque nuit sa tapisserie pour la remettre chaque matin sur le métier ». Le député ne voudrait pas croire que les membres d’une partie de la majorité aient pour le Concordat « la fidélité conjugale inviolable » qu’avait pour Ulysse ce « modèle des épouses », mais, « c’est eux-mêmes qui [lui] ont donné des raisons » d’effectuer cette comparaison (L’Humanité, 27 octobre 1904). En fait, la question « pour ou contre la Séparation ? » se double maintenant d’une seconde, implicite depuis 1902 : quelle séparation ? Et Briand doit effectivement accomplir un « travail de Pénélope » pour tisser sa toile séparatiste comme l’indique aussi Le Rappel du 14 novembre.

3 En effet, le 29 octobre 1904, devant la Commission, Combes précise enfin, les « modifications » qu’il souhaite apporter à son texte. En fait il s’agit d’un véritable contre-projet, qui, selon Clemenceau, est si mauvais qu’il ne pourra jamais être adopté par la Chambre (L’Aurore, 2 novembre). Décidément, on ne prend pas du tout le chemin de séparer, en 1905, les Églises et l’État ! Que s’est-il passé, durant ces deux mois, pour rendre irréalisable la « grande réforme » qui semblait, enfin, sur les rails ?

Combes (et Briand !), des séparatistes bien trop conciliants

  • 2 « Il a employé, vis-à-vis du Pape, de l’Église et de Dieu même, un langage odieux et vraiment révol (...)
  • 3 Cf. Clemenceau, « La politique du gagne-petit », L’Aurore, 29 mai 1904. Mais Briand, qui ne cite pa (...)
  • 4 Face à Clemenceau, Briand défend le principe de la location des églises. Cependant, dès le 17 novem (...)
  • 5 Dans L’Aurore du 18 août 1904, Clemenceau a prétendu que Combes projetait la « folie » de mettre «  (...)

4Si, sans surprise, la presse d’opposition a désavoué le discours d’Auxerre2, Briand, satisfait du propos, règle ses comptes avec Clemenceau dans L’Humanité du 6 septembre. Le député socialiste s’estime justifié, malgré les accusations du Tigre3, « d’avoir, dans une circonstance difficile […] fait […] crédit [au Petit Père]. Maintenant il n’est plus possible d’équivoquer*. […] C’est bien à la séparation qu’il va »… ce dont doutait fortement le rédacteur en chef de L’Aurore. Briand réfute ceux qui prêtaient à Combes « l’intention de laisser aux Églises la totalité du budget des cultes » et « la disposition gratuite et indéfinie des édifices religieux »4. Si lui-même n’a pas cru à de tels « racontars », de « bons républicains […] attendaient avec anxiété le discours d’Auxerre » (là encore, Clemenceau est visé5). Or, Combes a pris clairement parti pour la Séparation et a proposé des « concessions raisonnables », et « tous les républicains ne demanderont pas mieux que de les accorder » !

  • 6 Mots mis entre guillemets par Clemenceau.
  • 7 Combes invoquait aussi « la souveraineté incontestée de l’État » et ces mots, dans sa bouche, avaie (...)
  • 8 Citation déformée : Combes parlait « d’une bienveillance envers les personnes qui désarme les défia (...)

5Clemenceau ne se démonte pas. Il déforme le propos de Briand et fait comme si ce dernier avait écrit qu’il attendait lui-même « avec anxiété6 » le discours d’Auxerre et se trouve maintenant rassuré. Ne pouvant croire à une telle « naïveté », il y voit « un joli trait d’habileté expédié en flèche à M. Combes [par le rapporteur] pour suprême notification ». Le Tigre, pour sa part, n’a pas de mots assez durs envers le Petit Père. Celui-ci a parlé de « “concession raisonnable” ! » : qui exigerait une « concession déraisonnable ? »7 ; il veut « “désarmer les défiances” de l’Église8 » : doit-on comprendre que « quand il expulsait les moines […] il “désarmait leurs défiances” » ? Ou est-il en train d’inventer « une politique qui serait la négation de tout ce qu’il a fait » ? Ultime reproche : Combes veut donner « “un simple conseil” » à la Commission, alors qu’il lui revient de « fournir des indications décisives ». On avait cru comprendre que Clemenceau craignait les « concessions » annoncées par Combes. Or, in fine, il lui demande de s’imposer face à la Commission (L’Aurore, 9 septembre).

  • 9 Y compris la demande faite à Combes de supplanter Briand.
  • 10 Peut-être en réaction aux propos que Le Matin attribue à Combes le 3 septembre (cf. note 16 de ce c (...)
  • 11 Ce député radical succédera à Clemenceau à la direction politique de L’Aurore.

6Ces critiques pourraient paraître contradictoires et ne provenir que d’un brillant franc-tireur, éternellement bougon. Or, elles ne sont pas isolées9. Bien sûr, La Lanterne du 6 septembre dénonce la « bienveillance* » de Combes, « en faveur des ratichons fanatiques et malfaisants ». Mais, plus important, Le Radical adopte une ligne presque identique : le jour même du discours10 (4 septembre), Lacroix prône une séparation stricte, combat décisif contre « la papauté [qui] se prépare à grouper derrière elle toutes les forces réactionnaires et à les mener à la bataille ». Le discours connu, Arthur Ranc11 manifeste une forte méfiance : « Élargir le projet Briand [a déclaré Combes] ! Je le trouve suffisamment large. […] Prenons garde que cette formule “l’Église libre dans l’État libre*” ne cache une réalité : l’Église riche, armée, puissante, en face de l’État désarmé ! » (Le Radical, 5 septembre).

  • 12 Cet enthousiasme est tempéré par le constat – rare à gauche – que la première séparation n’a pas ét (...)
  • 13 Le thème de la Séparation comme invention française est mis en avant pour faire accepter des « conc (...)

7La perspective dominante affichée par le quotidien est nuancée par Hector Depasse. Très préoccupé par la guerre russo-japonaise, l’ancien ministre de l’Instruction publique craint que malgré leur séparation légale, « les deux amants […] ne reviennent tristement au même lit où ils ont couché ensemble pendant mille ans », et que les querelles recommencent. Selon lui, « le divorce est institué pour la paix [et] la liberté » (Le Radical, 9 septembre). En fait, il a du mal à croire à « cette chance inouïe » : la France serait-elle devenue le « pays des miracles » ? Aucune « révolution » n’est comparable12 à ce qui se prépare et cela vaut bien quelques « concessions13 » (Le Radical, 13 septembre 1904).

  • 14 Ce qui a laissé des traces : dans L’Humanité (18, 19 octobre), Briand et Jaurès doivent donner des (...)
  • 15 Viviani et Briand partagent la location d’une villa à Enghien.

8À cette opinion conciliante d’un radical s’oppose un point de vue socialiste plus intransigeant. Ainsi, René Viviani se méfie de Combes, dont les concessions doivent être « précisées », et semble louer le projet de Briand (« rigoureux » sur l’essentiel, il tient compte de « la nécessité des contingences »), mais il prévoit un débat parlementaire « âpre et difficile » où « les mains fermes » qui tiendront le projet de loi ne devront pas « faiblir » devant les intrigues de Ribot et Poincaré, qui tenteront d’obtenir « des amendements » dénaturant la réforme. Face aux partisans d’un « libéralisme résigné, […] l’ardente et juste colère de la démocratie » avertira « l’ennemi » de ne pas chercher à « aller trop loin » (L’Humanité, 8 septembre 1904). Or c’est Briand qui s’est montré sensible au chant de la sirène Ribot le 27 mai14 et Poincaré qui a réagi positivement au projet du rapporteur. L’avertissement de Viviani vise Briand ; il est donné dans des termes particulièrement virulents si l’on songe que les deux hommes sont des amis15.

Briand face aux peurs catholiques : le clergé pourra dire la messe sans éprouver de gêne

  • 16 Le Matin du 3 septembre 1904, sous la plume de F. Mouthon, a affirmé dans le cadre d’une interview (...)
  • 17 Le 27 mai 1904, Briand a indiqué à la Chambre que le texte de la Commission pourrait « laisser à dé (...)

9Clemenceau a truqué sa citation de Briand. A-t-il totalement tort pour autant ? Sans doute pas. Il n’est pas exclu que ce dernier craigne que le président du Conseil, pour s’attribuer la paternité de la Séparation et séduire les ministres réticents, détruise le fragile équilibre du projet des « Trente-trois »16, et opère des modifications inacceptables pour la gauche du Bloc. De plus, si Briand n’est pas opposé à certains changements17, effectuer dès à présent des concessions conduirait à ne plus rien avoir à négocier lors des débats parlementaires. Sans compter que des modifications retarderaient le dépôt du projet.

  • 18 Et, quel qu’en soit le contenu, un projet porté par Combes ne peut être qu’inacceptable.

10L’enquête du Figaro a montré que quelques voix autorisées du catholicisme entrouvraient une porte, le discours d’Auxerre risque de la refermer : si même le « diable » incarné qu’est Combes trouve le projet Briand – que presque personne n’a lu ! – pas assez libéral, il devient hors de question d’apparaître plus royaliste que le roi18 ! Et comme à gauche les réactions ont manqué d’enthousiasme, le rapporteur doit se battre sur deux fronts et arriver à vaincre les peurs (effectives et politiquement instrumentalisées) des partisans de deux France. Dans deux éditoriaux, il précise son projet.

11Briand cherche à rassurer le centre et la droite, tout en faisant mine de polémiquer contre « leurs critiques » pour ne pas s’aliéner la gauche (L’Humanité, 17 septembre). Certains craignent que la Séparation rende « impossible […] l’exercice normal de la religion ». Or la loi ne visera nullement « la disparition des croyances » : en démocratie, c’est la « propagande » – mot neutre à l’époque – qui peut faire changer les opinions. En réponse au courrier de lecteurs espérant des fermetures d’églises, l’éditorialiste du Radical, Lacroix, confirme d’ailleurs le propos du député socialiste : la loi devra tolérer « l’exploitation de la crédulité publique » par « l’Église » et sa « liberté nous imposera […] d’organiser sur une vaste échelle la propagande de la libre-pensée […]. C’est seulement le jour où, par la raison et par la science, nous aurons émancipé les cerveaux, que nous pourrons nous vanter d’avoir, pour de bon, écrasé l’infâme […] » (20 septembre 1904).

  • 19 Reprenant, sans le dire, la proposition de loi Réveillaud.
  • 20 Rappelons que les édifices sont propriété publique.

12Dans son article, Briand va plus loin. Le projet prévoit que le prix de location des églises (pendant dix ans) « ne pourra pas dépasser le dixième du revenu annuel moyen de l’association locataire », sans préciser de seuil minimal. Il envisage donc maintenant un prix de location annuel « d’un franc19 », car « le loyer n’est exigé que pour le principe20 » (L’Humanité, 17 septembre).

13Enfin Briand justifie l’existence d’une « police des cultes », même si la Commission a adouci celle que prévoyait Pressensé. Le rapporteur affirme que des « catholiques militants » souhaitent la Séparation, car ils n’ont « jamais renoncé à l’espoir » de se servir de l’Église pour effectuer « une restauration monarchique ». Cette attitude rend nécessaire l’interdiction de « prêches politiques ». Mais, ajoute-t-il aussitôt, « quelle gêne en éprouvera [le clergé] pour réciter ses prières, dire sa messe, prononcer ses sermons […] ? » (Ibid.).

  • 21 L’article, signé Franc, a significativement pour titre « Énigme nationale », considérant que l’atti (...)

14La Croix du 9 septembre 1904, au contraire, dénonce l’« absurdité » de « distinguer le catholicisme pur et simple […] se bornant à la “pratique religieuse”, et l’ultramontanisme », catholicisme politique : « la religion saisit l’homme tout entier dans sa vie privée et dans sa vie publique ». Cependant, le quotidien catholique reconnaît (et déplore) que beaucoup de ses coreligionnaires, « par peur de paraître cléricaux, refusent obstinément de mêler la question religieuse à la question politique »21. Or, c’est précisément sur ces catholiques-là que compte Briand pour marginaliser les adversaires irréductibles de la Séparation, élargir les frontières de la France laïque et atteindre son objectif, grâce à une stratégie de « sang-froid ».

15À l’automne 1904, les catholiques républicains peuvent-ils soutenir son projet ? Cela semble difficile au vu des informations-déformations fournies par certains organes de presse. Un exemple : le Journal des débats affirme que les « amis » de Briand se sont indignés de sa « générosité » apparente. En fait, le rapporteur « est plus malin qu’ils ne l’ont cru » : son projet prévoit de sévir contre des « infractions » que pourrait commettre l’Église catholique. En conséquence, non seulement il faudra trouver des « maisons quelconques » ou des « granges* » pour y célébrer la messe, mais il n’y aura aucune garantie de pouvoir le faire, car « la permission de l’autorité municipale » sera nécessaire même pour de telles cérémonies. C’est ainsi qu’il faut « comprendre la générosité du projet de M. Briand » (21 septembre). Autrement dit, le quotidien centriste veut faire croire que le rapporteur souhaite interdire toute messe. Dans ce contexte, calmer les peurs catholiques est aussi difficile que remplir le tonneau des Danaïdes !

Briand face aux peurs républicaines : la « République se doit […] de traiter l’Église d’une façon libérale et juste »

16En même temps, Briand doit réussir à calmer les « inquiétudes républicaines » qui portent sur les aspects libéraux du projet. L’autorisation d’unions nationales d’associations cultuelles suscite en particulier la frayeur de la gauche. Ranc s’en fait le porte-parole : « Cette direction centrale, aussi bien politique que religieuse, sera […] aux gages des ennemis de la République » (Le Radical, 12 septembre). Briand reconnaît l’existence d’un « danger » : « Le large droit d’association qui est laissé à l’Église catholique pourrait par l’abus qui en serait fait, se retourner contre les libertés républicaines » et devenir « un instrument de guerre contre la République » (L’Humanité, 20 septembre). La veille, d’ailleurs, le quotidien Le Soleil a publié un article très offensif où il se réjouit de la possibilité d’une fédération d’associations : « On marchera vers un but commun, sous une direction commune », et le succès sera assuré.

17Pourtant Briand, qui est régulièrement accusé d’être surtout « habile », considère cette « liberté » comme une affaire de principe : « Il n’était pas possible, dans une œuvre sincère et loyale*, de refuser aux associations cultuelles la faculté de s’organiser selon des formations qui tiennent aux règles essentielles de l’Église et à sa constitution même. C’eût été faire un obstacle à l’exercice de la religion et, par là, porter la plus grave atteinte à la liberté de conscience » (L’Humanité, 20 septembre).

  • 22 Pour reprendre l’expression de Cl. Nicolet (1982), que j’interprète ainsi : « l’idée » qui prédomin (...)

18Briand utilise les termes qu’il emploiera lors du conflit interrépublicain sur l’article 4 et ses propos contiennent, en germe, ce futur dissensus. En effet, relier « la liberté de conscience » au respect des « règles essentielles de l’Église et à sa constitution » n’est en rien consensuel dans « l’idée républicaine22 ». La conception du rapporteur implique que l’État garantisse les « libertés particulières » dont jouissent non seulement les « individus » mais aussi les « groupements » : la « République se doit à elle-même de traiter l’Église d’une façon libérale et juste » (L’Humanité, 30 septembre).

  • 23 Briand prend l’exemple du père Soulange-Bodin, curé d’une « paroisse pauvre », celle de Plaisance à (...)
  • 24 Il s’agit donc de déplacer les frontières du conflit de deux France, au profit de la « France laïqu (...)
  • 25 Le Journal des débats du 1er octobre met également en avant ces deux exigences, pour donner à l’Éta (...)

19La fidélité que la République doit à ses propres principes conduit donc Briand à accorder à ses adversaires des libertés qui risqueront de mettre en péril les libertés des républicains. Comment y parer ? Outre que, point essentiel, cette fidélité même va élargir le cercle de ceux qui accepteront la future loi23 et isolera ses adversaires, les rendant moins forts24, il est possible de prendre quelques « précautions ». D’abord, le projet rend impossible de « constituer une caisse noire par l’accumulation illimitée des capitaux ». Les associations disposeront d’une réserve équivalente à leurs besoins annuels. C’est suffisant pour ne pas vivre dans la précarité, mais cela « fait obstacle à la mainmorte ». Ensuite, les mesures de « police des cultes », sans être liberticides, feront hésiter les cléricaux à « partir en guerre contre la Gueuse » (L’Humanité, 30 septembre)25.

20Ce mois de septembre, les libres-penseurs se réunissent dans un congrès international à Rome. Dès l’ouverture, un grand défilé prend symboliquement possession de la « Ville sainte » et, « au passage des congressistes français, la foule crie “e viva Combes” », comme elle l’a fait lors de la visite du président Loubet. Elle chante alternativement La Marseillaise et L’Internationale (Le Radical, 22 septembre). Buisson, Hubbard et Dumont sont là. Briand, présent au congrès de 1902, a jugé prudent de s’abstenir.

  • 26 Buisson insiste toujours sur le fait que la libre-pensée est avant tout une « méthode* ». Pour d’au (...)
  • 27 Cité par Le Radical, 25 septembre 1904.

21Buisson domine les débats. Selon sa motion, votée à l’unanimité, « la méthode26 » de la libre-pensée consiste dans « le libre-examen », rejette « toute croyance imposée » et substitue un « idéal humain » (« le vrai avec la science, le bien avec la morale, le beau avec l’art ») à l’idéal religieux. La libre-pensée doit « assurer l’émancipation du prolétariat universel » en le libérant du « pouvoir abusif de l’autorité en matière religieuse, du privilège en matière politique et du capital en matière économique ». Il faut, également, réaliser « la laïcité absolue* de l’État27 ». Avec enthousiasme, Paris est choisi comme lieu du prochain congrès, qui se tiendra, fait inhabituel, dès l’année suivante (donc en septembre 1905) : si la Séparation est déjà réalisée, on la célébrera, si elle n’est pas encore votée, on la revendiquera…

Le congrès radical de Toulouse : une conception de la Séparation…

  • 28 Pour l’ensemble des citations du congrès de Toulouse, cf. PRRRS 1904.

22Les appréhensions de la gauche républicaine sont-elles calmées ? Pas du tout. Au congrès radical de Toulouse (7-9 octobre 1904), Buisson est à la peine28. Dès le début de son propos, il demande à ses auditeurs « un peu de calme », une « certaine maîtrise » d’eux-mêmes et les conjure de ne pas manifester leurs « approbations » et « improbations » avant la fin de son rapport. Il fait tout, en fait, pour disqualifier à l’avance un rejet du texte de la Commission. Celui-ci résulte, souligne-t-il, de « débats techniques minutieusement approfondis », il comporte « plus de quarante articles » dont aucun n’est « inutile », et ceux qui s’opposeraient au projet devraient « répondre point par point à toutes les questions juridiques » que soulève chacun d’entre eux.

23Un tel avertissement devrait suffire. Ce n’est pas le cas. L’ancien adjoint de Ferry insiste lourdement : « Si par malheur, entraînés par le désir de trop bien faire, nous voulions aller jusqu’à la rédaction des articles mêmes de cette loi si difficile et si compliquée, […] nous sommes certains d’abord de nous diviser, ensuite de nous perdre dans l’infini détail ; […] par quel miracle arriverions-nous […] à un texte qui, étreignant les contours variés et mouvants de la réalité, réponde à tous les besoins, prévoie tous les cas et résolve toutes les difficultés ? »

  • 29 Nous avons déjà constaté que ce discours tranche avec les références à des modèles étrangers.

24Buisson effectue d’aussi fortes mises en garde, car il affronte une assistance en bonne part hostile. À Toulouse, « chacun avait en poche sa petite solution » sur la Séparation, écrit Le Radical du 9 octobre, et, à l’évidence, les diverses séparations des uns et des autres n’épousent pas la perspective de la Commission (« organiser la liberté »). C’est pourquoi Buisson réclame « d’aborder ce problème sans passion et sans fièvre » et, reprenant l’expression de Briand à la Chambre le 27 mai 1904, exige du « sang-froid » devant des « questions complexes ». C’est dans ce contexte, où le projet de séparation élaboré n’est guère approuvé, qu’il exalte, pour donner du cœur au ventre des congressistes, la Séparation contenue dans les prémices de la Révolution française, que la Seconde République n’a pu qu’entrevoir et que la Troisième peut traduire en réalités, résultat donc « sans chauvinisme » du génie français29.

  • 30 Une unanimité qui n’existe pas. On l’a vu, des radicaux de choc (comme L. Thézard) soutiennent le m (...)

25Profitant de son incontestable notoriété, Buisson a prononcé un discours d’intimidation. Pourtant, si la motion qu’il propose « se prononce à l’unanimité en faveur de la séparation des Églises et de l’État30. Et sans arrêter aucun texte législatif […], accepte comme base de discussion le projet Briand… », une « réserve » importante est faite. En effet, la motion continue ainsi : « […] sous réserve qu’au lieu d’ajourner la solution au terme d’une période de dix ans, la loi réglera dès à présent […] les conditions d’usage des édifices cultuels, en prenant simplement des mesures provisoires » pour prévenir « l’interruption forcée du culte, par […] le refus des seuls locaux disponibles à cet effet ».

26Une « triple salve d’applaudissements ; acclamations et bravos répétés et prolongés » ; des cris « Vive Buisson ! Vive la République ! » saluent cette présentation de la motion qui clôt le discours. Le président de séance en profite pour affirmer que ces « longues acclamations » prouvent qu’il n’y a pas lieu de débattre… et la motion est considérée comme adoptée à l’unanimité, exemple, parmi d’autres, du type de démocratie qui prévaut aux congrès de partis politiques. Le staff a bouclé, à l’avance, le déroulement des choses.

  • 31 Les cris « Vive Buisson ! » sont d’une extrême ambiguïté : Buisson est-il applaudi comme président (...)
  • 32 Cité par le Journal des débats, 12 octobre 1904.

27Reste le paradoxe d’un discours où le président de la Commission parlementaire prétend imposer silence à toute critique du projet que celle-ci a élaboré, pour, in fine, se déjuger et faire adopter une modification capitale31. Buisson expliquera ainsi son étrange comportement : s’il n’avait pas accepté « cette réserve essentielle », le Congrès aurait refusé « d’adhérer au projet Briand »32. Un compromis a dû être effectué en coulisses entre la direction du parti et lui-même, par-dessus les têtes des congressistes moyens, jugés trop sensibles aux inflations idéologiques des rhéteurs.

… radicalement différente du projet Briand

28Briand minimise, en la déformant, ladite « réserve » : « Il n’y a […], par diocèse, qu’une cathédrale, et par paroisse qu’une église employée à l’exercice du culte. » Il conclut : l’« accord [sera] facile » (L’Humanité, 11 octobre). Comme après Auxerre, le rapporteur adopte la « méthode Coué » : l’essentiel, pour lui, était la prise de position de Combes en faveur de la Séparation, maintenant il pense que l’opinion publique retiendra surtout la prise en considération de son projet par le congrès, nouvelle étape essentielle pour pouvoir le présenter à la Chambre.

  • 33 C’est elle qui est visée. On ne peut, cependant, exclure des décisions analogues envers les cultes (...)
  • 34 Ou un quart des églises – par exemple –, dans une grande ville. Et la motion implique, en fait, qu’ (...)
  • 35 Cf. Poulat 1988 : 59-88. Le sociologue estime que l’enquête est faite de manière acceptable, mais i (...)
  • 36 Il n’est pas indispensable, en effet, pour assurer l’exercice du culte, que les cathédrales soient (...)

29En fait, la divergence est fondamentale puisque la motion supprime l’obligation de louer les édifices religieux pendant dix ans aux associations cultuelles. Dans des bourgs, dans les villes, il existe plusieurs églises (voire chapelles) propriétés communales. Le conseil municipal peut estimer qu’il maintient l’exercice du culte en gardant dévolus à l’Église catholique33 un ou deux édifices religieux34… et en donnant à tous les autres édifices une affectation « profane ». Le faible taux de pratique, dans plusieurs régions, justifierait cette mesure. Ainsi, après enquête, Le Briard affirme que des cantons de la Seine-et-Marne, qui regroupent 107 911 habitants, compteraient environ 2 600 pratiquants réguliers35. Sans « persécution », selon le point de vue adopté par le congrès du parti radical, nombre d’églises – et de cathédrales36 – pourraient donc être désaffectées, et le lien entre l’église-édifice et l’Église-organisation rompu. On en revient aux propositions Pressensé et Hubbard, en pire puisque leurs projets obligeaient de louer tous les édifices religieux aux Églises pendant cinq ans, du moins aux heures habituelles des offices, sans tenir compte du taux de participation des « fidèles ».

  • 37 Le « projet Briand » est considéré comme un projet « socialiste » et non comme le résultat du trava (...)
  • 38 Nous retrouverons cette accusation (cf. le tome II). L’argumentation suppose que les socialistes pr (...)
  • 39 Clemenceau craint aussi une « vaste association populaire » catholique : les échauffourées qui se s (...)

30La motion du congrès qui accepte le projet Briand comme base de discussion est donc un leurre. Pourquoi alors le forcing discursif de Buisson ? Ce dernier a craint une mise en cause globale. Ainsi, la possibilité d’une union nationale des associations cultuelles passe mal. Selon des congressistes, les socialistes37 souhaiteraient « la constitution du monde entier en un immense syndicat » ; par analogie ils projetteraient « de voir l’Église se transformer en une grande association fédérative »38. Mais le parti radical n’étant pas « collectiviste », il n’a pas à permettre un regroupement aussi dangereux. Il doit seulement, afin que l’exercice du culte continue d’être assuré, admettre que de « petites associations » cultuelles puissent être aidées par des associations voisines plus riches. « Il pourra se constituer des [unions d’]associations diocésaines, et c’est tout », écrit le député Maujan, directeur du Radical (7 octobre)39. Ce point de vue semble partagé et Buisson a voulu prévenir cette autre « réserve » en adoptant un ton péremptoire.

31D’autres désaccords existent. Ainsi, pour Le Radical (25 septembre et 4 octobre), il faudra aussi « laïciser le calendrier », en y enlevant les fêtes chrétiennes ; la possibilité d’autoriser les processions, également, ne plaît pas à tout le monde : le congrès radical de 1902 avait fait de leur suppression une caractéristique de la Séparation et la suite des événements montrera que beaucoup de radicaux n’ont pas changé d’avis.

  • 40 L’auteur dénonce « la trahison des fonctionnaires » qui accordent « des faveurs et des distinctions (...)

32Une autre motion du congrès de Toulouse souhaite que « le personnel des administrations publiques soit virilement* épuré », pour pouvoir être imprégné « de l’esprit démocratique », avoir « dans le sang […] les principes essentiels de la République ». Il faut, en effet, « laïciser définitivement l’État » afin d’opérer la Séparation (Gustave Rivet, Le Radical, 15 octobre 190440).

  • 41 Clemenceau estime également que « le projet Briand fait trop de concessions à l’Église », mais il s (...)
  • 42 Selon Le Temps du 21 octobre Combes déclare le « Rapport Briand, tantôt […] trop rude, […] tantôt [ (...)

33L’accord de principe pour garantir le « libre exercice des cultes » (article 1er du projet) recouvre donc des interprétations divergentes41. Les partisans de la Séparation n’en ont toujours pas la même conception, loin s’en faut. Comment la réaliser si, outre les réticences de certains ministres, Combes affirme vouloir « élargir » le projet Briand, alors que son parti souhaite le « durcir »42 ?

La Gauche radicale et l’Union démocratique mettent la Séparation « en crise »

  • 43 Cf. L’Aurore, 17 septembre 1904.
  • 44 Ainsi le 18 novembre 1904, L’Univers israélite (qui représente les « principes conservateurs du Jud (...)
  • 45 « Rouvier, touché du doigt de la Providence, tomba malade soudainement au jour précis où la questio (...)

34Les vacances parlementaires durent jusqu’au 17 octobre et il sera reproché à Combes de ne pas avoir convoqué le Parlement dans la foulée du discours d’Auxerre. Le chef du gouvernement n’a pas précisé ses intentions, laissant Briand désemparé selon L’Aurore du 2 octobre. Le Lyon républicain croit connaître son projet : le clergé actuel resterait dans le cadre concordataire et le projet Briand, « avec de légères modifications », serait appliqué aux nouveaux ministres du culte. Ainsi le budget des cultes s’éteindrait très progressivement43. Ces rumeurs sont prises très au sérieux44 mais le président du Conseil reste muet à leur propos. Pour sa part, le Conseil des ministres ne met le sujet à son ordre du jour que le 16 octobre, et finalement il ne l’aborde même pas : Rouvier est – diplomatiquement45 ? – malade et Chaumié… parti, opportunément, à Tombouctou. Du Journal des débats à L’Aurore, les sarcasmes fusent !

35Ces six semaines d’immobilisme favorisent ceux qui souhaitent l’ajournement. Des milieux réservés ou hostiles à la Séparation réclament qu’« une mesure qui changerait aussi considérablement nos lois et irait à l’encontre de nos traditions et de nos mœurs » ne soit pas prise sans l’aval du suffrage (dit) universel ; or, la question n’étant pas d’actualité lors des élections de 1902, elle doit être tranchée par les citoyens, au moment des législatives de 1906. A-t-on « peur de l’opinion du pays ? » s’insurge Le Temps du 21 septembre.

  • 46 Le propos est excessif, si l’on s’en tient au discours d’Auxerre. Pourtant, la suite va montrer que (...)
  • 47 Opportunément, un projet de discours que Waldeck-Rousseau se proposait de prononcer au Sénat, prena (...)

36D’autres voix demandent un référendum, car dans les élections les sujets sont mêlés et les « catholiques républicains » préfèrent, « le plus souvent, un républicain libre-penseur à un conservateur qui s’engagerait à défendre l’Église » (Le Gaulois, 14 septembre). Cette procédure nécessiterait une révision constitutionnelle, ce qui prendrait du temps. La question serait sans doute : « Voulez-vous la Séparation, oui ou non ? » Mais laquelle ? « La séparation selon M. Ribot n’est pas du tout la séparation selon M. Combes, laquelle diffère absolument de la séparation selon M. Briand46, pour ne pas parler d’un certain nombre d’autres », remarque Clemenceau dans L’Aurore du 18 septembre. Donc les Chambres devraient quand même élaborer un projet. Bref, « l’eau, longtemps encore peut couler sous les ponts que M. Combes a promis de couper » (Le Temps, 21 octobre)47.

  • 48 Ch. Dupuy avait mis en garde contre un engrenage de « voies violentes » qui obligerait ensuite, par (...)
  • 49 Faute d’une décision politique, la Commission du budget propose que la somme de 42 384 933 F soit a (...)

37Les 21 et 22 octobre l’opposition interpelle le gouvernement sur la rupture avec le Saint-Siège. Combes défend sa politique. La fermeture de l’ambassade est définitive ; une reprise des négociations serait une humiliation dont il ne veut être « ni dupe ni complice ». Et il ajoute la phrase restée célèbre : « Ira à Canossa qui voudra ; ni mon âge ni mes goûts ne me permettent d’entreprendre ce voyage. » Il réplique ainsi à l’ancien président du Conseil Charles Dupuy48. Ses déclarations sont approuvées par 325 voix contre 287. Mais, contrairement à ce que certains veulent alors faire croire, il ne s’est pas prononcé sur la Séparation. L’essentiel des débats parlementaires de l’automne doit être consacré à l’impôt sur le revenu et au budget49. La Délégation des gauches a accepté le calendrier ministériel et, seulement après l’examen de l’impôt sur le revenu et des retraites ouvrières, la « grande réforme » politico-religieuse pourra être débattue, au début de 1905.

  • 50 Dès le discours d’Auxerre, Clemenceau avait affirmé l’urgence d’un débat parlementaire et proposé d (...)

38Ce planning est extrêmement optimiste et des retards sont très probables. Buisson voudrait pourtant un vote de la loi avant Pâques, ce qui supposerait qu’en fait les députés examinent, le matin, la Séparation et, l’après-midi, les retraites ouvrières50. Au deuxième trimestre, le Sénat débattrait à son tour et le projet (avec les modifications sénatoriales) serait examiné en seconde lecture par les députés. Si l’accord advenait, la loi paraîtrait au Journal officiel « au cours du second semestre de 1905 », car… ensuite, il sera trop tard : des élections sénatoriales auront lieu au début 1906 et les législatives les suivront quatre mois après (Le Radical, 26 octobre).

39Buisson ne se fait guère « d’illusions » : il faudrait « un miracle* » pour que son plan se réalise ! Il risque fort de n’être « que rêve et chimère ». Il propose alors, dans le même article du Radical, un plan B : un « texte voté par la Chambre et en passe de l’être par le Sénat » en 1905, permettant de montrer l’année suivante aux électeurs, le projet de « loi à la main, que la séparation ce n’est pas la guerre, c’est la paix, […] la liberté pour tous sous […] la garantie de la souveraineté nationale ».

  • 51 Buisson résume fort bien le discours dominant chez les catholiques, également présent chez certains (...)

40Mais, même ce plan B, Buisson ne saurait « l’espérer » et, pour lui, « l’échéance de 1906 » se fera donc dans des conditions les « plus favorables [possible] à la réaction » : le Bloc aura « lassé le pays de discours séparationistes » sans s’être montré capable de « passer des paroles aux actes ». Un « pathétique tableau » évoquera « les églises fermées, le culte aboli, les catholiques obligés d’aller se cacher dans quelque grange pour entendre la messe, les enfants sans baptême, les malades sans consolations religieuses, les morts mis en terre sans une parole pieuse » ; bref, « le chaos, l’anarchie, la guerre civile, la persécution, le triomphe du matérialisme, l’irréligion officielle et obligatoire »51.

41D’après Buisson, les « républicains avancés » se battront « en vain contre ce fantôme », sans pouvoir faire comprendre aux Français que la Séparation est « l’organisation rationnelle de la liberté des cultes ». Le pays ne prendra donc pas « la décision héroïque d’abandonner un régime auquel tout le monde est accoutumé et accommodé » ; il élira des « républicains de tout repos » et la gauche se sera montrée incapable d’écrire cette « page d’histoire » (Le Radical, 26 octobre).

  • 52 Les républicains modérés, eux, avaient coutume de dire que la Séparation serait une « aventure ».
  • 53 Lors des nouveaux accommodements consentis par Briand, après les refus successifs du pape, Clemence (...)

42Briand voudrait un calendrier encore plus serré que celui de Buisson : vote du projet par les députés fin janvier, puis par le Sénat « avant les vacances de Pâques ». En effet, pour lui, il doit y avoir « une assez longue période pour […] faire victorieusement […] la démonstration que la neutralité confessionnelle de l’État n’est pas incompatible avec la liberté des cultes » avant qu’arrive l’échéance électorale (L’Humanité, 28 octobre). Le rapporteur de la Commission confirme le propos pessimiste de son président : si nous continuons ainsi, « ce serait la faillite du parti républicain devant l’opinion, le triomphe de la réaction cléricale, la République humiliée aux pieds du pape ». Un statu quo jusqu’aux élections livrerait « la République à la pire des aventures52. Autant vaudrait-il la mener tout de suite à Canossa53 » – critique indirecte de Combes ! – (L’Humanité, 28 octobre).

  • 54 Dans un article du Radical, 25 septembre 1904.
  • 55 L’éditorial de Buisson dans Le Radical (26 octobre) s’intitule : « Le péril de la séparation ».
  • 56 Dont les membres n’avaient pas participé au vote de nomination des membres de la Commission.
  • 57 Combes trouve Sarrien médiocre et Clemenceau l’appellera : « Ça, rien ! »

43Qu’est-il arrivé pour que les deux hommes se montrent aussi alarmistes… et que Ranc, « vieux jacobin » selon sa propre expression54, approuve « l’article lumineux de Buisson » qui vient d’être cité, s’insurgeant contre ce qui va advenir : « Une véritable folie » (Le Radical, 28 octobre) ? Buisson met en cause une « puérile susceptibilité » sur la paternité du projet qui fait courir un grave « péril55 ». Le groupe parlementaire de la Gauche radicale56, sans se concerter avec le reste de la majorité lors de la réunion de la Délégation des gauches, a demandé le dépôt d’un projet de loi gouvernemental et a mandaté son chef, Ferdinand Sarrien57, pour obtenir toutes affaires cessantes une entrevue avec Combes. Lors de la rencontre, le président du Conseil lui aurait rappelé la décision de la Délégation des gauches – présidée par le même Sarrien ! – et affirmé que « le gouvernement n’avait pas de projet » mais apporterait « certaines modifications » (« de détail » selon Le Radical du 21 octobre) au projet Briand.

44Déçue, la Gauche radicale persiste et signe : « une question de cette gravité » ne peut avoir pour base qu’un projet du gouvernement et il faut en « hâter » la discussion. Son attitude provoque un soutien tactique du Journal des débats, qui affirme comprendre très bien que ce groupe ne veuille pas d’« un projet de loi sorti on ne sait d’où par un phénomène de génération spontanée, et M. Briand en a été nommé rapporteur » (21 octobre). Belle désinformation !

  • 58 La rivalité entre socialistes et radicaux pour être considérés comme les auteurs du « couronnement (...)

45Jaurès s’indigne : pour la « seule raison » qu’un socialiste est rapporteur58, la Gauche radicale demande « un projet nouveau [qui] ne peut avoir d’autre effet que de retarder ou de compromettre » la Séparation. Le député de Carmaux menace : si de « misérables calculs » la faisaient « ajourner indéfiniment », les socialistes « dénonceraient au pays républicain la triste manœuvre d’avortement » lors des élections (L’Humanité, 21 octobre). Le même jour, le directeur du Radical, Maujan, tente de calmer le jeu en rappelant que dix radicaux – neuf radicaux-socialistes et un radical, en fait – siégeaient dans la Commission. Il fait valoir un principe de réalité : « Ni la formule radicale ni la formule socialiste » de la Séparation ne sera adoptée, car pour obtenir un vote majoritaire il faudra passer sous les fourches Caudines de l’Union démocratique, arbitre du jeu. Reste que l’on est à un an et demi des élections et, qu’au-delà du timing, les rivalités électorales s’attisent.

46Or le groupe parlementaire de l’Union démocratique a voté une motion très ambiguë. Sans se prononcer « sur le fond de la question », il affirme que, si une motion est déposée à la Chambre, il faudra la renvoyer à la « Commission spéciale chargée d’examiner les projets de M. Briand et de Pressensé ». Les députés de l’Union démocratique n’ignorent pas que le travail de la Commission a abouti au « projet Briand », qui rend obsolètes les différentes propositions de loi. Pourquoi alors citer explicitement l’épouvantail du texte de Pressensé, sinon précisément parce qu’il s’agit d’un épouvantail… et qu’ils ne sont guère partisans de la Séparation ?

  • 59 A. Debidour (1909 : 437), qui précise qu’il s’agit d’« embarrasser » Combes.
  • 60 Dont le contenu espéré n’est pas le même que celui visé par la Gauche radicale.

47D’ailleurs, l’Union démocratique dévoile vite son jeu : « Non sans malice59 », le 24 octobre, elle mandate à son tour Eugène Étienne, son président, pour rencontrer Combes et lui demander « de saisir la Chambre d’un projet spécial60 ». La réunion a été marquée par une longue intervention de Barthou, poids lourd politique, où il a affirmé la nécessité d’avoir reçu mandat du suffrage (dit) universel pour opérer la Séparation. Autrement dit, il prône son « renvoi aux calendes électorales », peste Ranc qui voudrait que l’on avance enfin, tout en souhaitant, comme nombre de radicaux, l’interdiction d’une union nationale qui serait un « État religieux […] contre l’État laïque » (Le Radical, 28 octobre). Comment s’accorder rapidement sur un projet commun dans un tel contexte ? L’évocation, par Pressensé, de la toile de Pénélope prend tout son sens.

Coup de théâtre : le « dandy61 » Deschanel prononce un discours… très Briand

  • 61 Guiral & Thuillier 1980 : 92.
  • 62 F. Engerand qui, quand il interviendra, proposera une « révision loyale » du Concordat.

48Pourtant, s’il faut se méfier des surprises concoctées par ses amis, on peut recevoir le soutien inattendu d’un adversaire. C’est ce qui arrive lors des interpellations parlementaires du 21 octobre, où, en dernière minute, le progressiste Paul Deschanel fait sa « rentrée politique » en s’inscrivant dans la liste des intervenants. Des « murmures de satisfaction […] unanimes [fusent] sur tous les bancs de l’opposition » quand on l’apprend (L’Humanité, 22 octobre), et un député conservateur62 qui devait prendre la parole lui cède volontiers sa place.

  • 63 T. Billard (1991 : 118) relate cette élection de 1898, où la gauche était vent debout contre Descha (...)
  • 64 Le président de séance – et de la Chambre – étant… H. Brisson.
  • 65 Ce qui, selon Le Temps (23 octobre), aurait dû le conduire à déposer la motion suivante : « La Cham (...)
  • 66 Ce qu’il deviendra, effectivement, en 1920. Mais on sait qu’il devra démissionner au bout de huit m (...)

49L’ancien président de la Chambre, élu en juin 1898 contre Brisson63, provoque la stupéfaction en plaidant pour la Séparation64. Bien sûr, il lance des piques au gouvernement : « Sous la Restauration et sous [le Second] Empire, un fonctionnaire, pour être bien vu, devait remplir ses devoirs religieux ; aujourd’hui, pour être bien vu, il est obligé de ne pas les remplir. Ici et là l’abus est égal. » Il met, d’autre part, trois conditions à la réforme : d’abord, « un gouvernement très énergique […] supérieur aux passions qui l’entourent, incapable de céder sur ce qu’il aura une fois fixé65 ! » ; ensuite, « que la séparation de l’Église et de l’État ne sépare pas de la République un grand nombre de Français. […] Nous leur devons […] la liberté de conscience [et] la liberté du culte » ; enfin, « que, sur aucun point du monde, les intérêts français […] n’aient à souffrir de l’ordre nouveau. [Le] Protectorat […] est aussi une affaire politique, une affaire laïque ». L’important n’est pas dans ces réserves, c’est que l’académicien, en qui certains voient un futur président de la République66, adopte une position nettement séparatiste.

50L’orateur effectue un vaste panorama historique où il met, face à face, deux « lois » d’ordre scientifique : la première, à « l’évidence », est « la séparation toujours croissante du spirituel et du temporel. […] Ainsi, dans les sociétés […] les êtres, à mesure qu’ils se perfectionnent acquièrent des organes toujours plus nombreux » ; mais, seconde loi, « un corps menacé dans ses organes de défense et de lutte résiste, et cette résistance est, depuis la Réforme et la Révolution, l’histoire de l’Église catholique ». Ce conflit déchire la France et le Concordat l’a perpétué puisque Bonaparte a considéré les articles organiques comme « sa mise en œuvre » alors que le pape y voyait « une violation ». Aucun des régimes successifs du xixe siècle n’a pu surmonter ce dissensus originel. L’antienne des adversaires républicains de la Séparation, le Concordat nous a « donné cent ans de paix religieuse », est donc clairement réfutée.

  • 67 Cette « guerre » ne serait donc pas seulement due aux positions des gouvernements Waldeck et Combes (...)
  • 68 Pour Deschanel, la séparation existe déjà dans certains pays. Il cite explicitement « la République (...)

51Ces dernières décennies, continue Paul Deschanel, les changements intervenus ont aggravé le désaccord : « Au lieu du monarque absolu ou du soldat tout-puissant, des Assemblées parlementaires issues du suffrage universel » ; « au lieu d’une Église décentralisée et constituée en monarchie constitutionnelle, une Église centralisée et constituée en monarchie absolue ». Nous assistons, « depuis cinq ans, [à une] sorte de guerre civile morale [où] les fils de la même patrie s’entredéchirent67 ». Ce « conflit [des] deux lois », les peuples où « le pouvoir civil et le pouvoir religieux […] sont séparés […] ne le connaissent [pas] »68. « Croire insolubles » les problèmes liés à la Séparation « serait croire la France incapable de suivre l’évolution de l’histoire. […] Entre la séparation violente agressive et le maintien du Concordat, il y a place […] pour une séparation dans la raison et dans la justice ». Briand n’aurait pas dit mieux.

  • 69 Dans L’Aurore du 23 octobre, Clemenceau tance Pelletan pour avoir « [caressé] de son crin mollissan (...)
  • 70 Le centre et la droite (et même une partie de la gauche) ayant applaudi les critiques adressées à C (...)

52Quand il redescend de la tribune, Camille Pelletan, le plus séparatiste des ministres, se jette dans ses bras en une accolade chaleureuse69. La gauche et l’extrême gauche l’ont applaudi70 ; Le Siècle, organe dissident, qualifie son discours d’« événement de la plus haute importance » (23 octobre). Jaurès jubile : l’ex-président de la Chambre « a proclamé la faillite définitive du Concordat », il a « servi et hâté la grande œuvre de laïcité ». Peu importent ses critiques, car le ministère est désormais renforcé : ses soutiens, « qui craignaient, en votant tout de suite la séparation, de devancer de trop loin l’opinion, n’auront plus […] d’autres inquiétudes que de ne pas la suivre assez vite ». Quant aux conditions émises, « toute la gauche est d’accord » : le Protectorat « peut s’exercer sous forme laïque » et la France « s’entretenir » avec le pape sans le reconnaître comme une « puissance » (L’Humanité, 22 octobre).

  • 71 « Il reste à souhaiter […] que l’histoire prochaine […] nous laisse autre chose que l’amer souvenir (...)

53En revanche, l’opposition au Bloc fait le gros dos : Le Temps s’irrite de la critique « souvent excessive du Concordat » (23 octobre) et le Journal des débats du même jour affirme : « Nous admirons le discours de M. Deschanel [mais] il ne nous convainc pas. » Le Figaro du 22 octobre loue le « magnifique discours », tout en dénonçant son aspect « chimérique71 ». Mun, quant à lui, se déchaîne : contrairement à ce qu’a prétendu l’ancien président de la Chambre, « il n’y a pas séparation et séparation ». C’est l’« An III » – c’est-à-dire la séparation de 1795 – « que nous promet la […] collaboration de M. Combes et de M. Briand ». Cette séance marque « une étape nouvelle […] dans la course à l’abîme ». Et le comte déclare « aux catholiques […] : Préparez-vous à souffrir, et surtout à combattre ! » (Le Gaulois, 31 octobre 1904).

La revanche de Combes… met Briand à terre

  • 72 La Commission aurait pu commencer par là et c’était le souhait de la minorité, qui savait que Combe (...)
  • 73 Briand l’annonce dès le 28 dans L’Humanité. Est-il au courant de son contenu ? Il semble le découvr (...)
  • 74 Or É. Loubet était très réservé à l’égard de la Séparation, et son épouse franchement opposée.

54La gauche séparatiste aurait donc matière à se réjouir si une fraction du Bloc ne faisait pas pression sur le président du Conseil pour enterrer le projet Briand, séparatistes durs et antiséparatistes s’unissant dans ce but. Le 29 octobre, la Commission auditionne enfin Combes72. Au lieu des « quelques modifications » annoncées, le président du Conseil présente un véritable « contre-projet73 », tout en en récusant le terme – un projet ministériel nécessiterait la signature du président de la République74 – et en refusant de distribuer son texte aux commissaires abasourdis. Devant leurs demandes insistantes, il finira par le leur donner à la fin de la séance. Le document sera publié par la presse dès le lendemain.

55Ce projet de vingt-cinq articles, se substituant aux quarante-deux de celui de la Commission, semble venir de nulle part. Selon le témoignage de Combarieu, le texte aurait été rédigé, en une semaine, par « M. Bard, conseiller à la Cour de cassation, et M. Chapsal, directeur au Ministère du Commerce ». Il aurait été présenté en Conseil des ministres le 28 octobre comme effectuant « quelques amendements au rapport Briand » (Combarieu 1932 : 291, 28 octobre 1904) !

56Le fonds Émile Combes des archives de la Charente-Maritime (13J22) montre que l’affaire est plus complexe. Dès août, un adjoint de Dumay, directeur des Cultes, rédige à la demande de Combes un « projet aussi court que possible », fondé sur la certitude « que les congrégations et notamment celle des Jésuites, qui poussent le pape à la Séparation, se disposent à en profiter et à accaparer le service paroissial ». Ce texte de dix articles enlève notamment les dispositions de police des cultes qui, dans le « projet Briand », adoucissaient les articles du Code pénal réprimant « les délits commis par les ministres des cultes dans l’exercice de leur ministère ».

  • 75 Qui sera abordé à nouveau dans le tome II.

57Le 10 octobre 1904, le ministre du Commerce, Georges Trouillot, fait parvenir à Combes un autre projet (sans doute celui dont parle Combarieu) de vingt et un articles, qu’il a abondamment annoté. S’y ajoute, le 13 octobre, une longue note critique (14 pages) du « projet sorti des mains de la commission », rédigée par le « chef du Secrétariat particulier » du ministre de la Justice. Cet ensemble75 donne le document du 29 octobre.

  • 76 Sauf exception, ils sont en trompe l’œil.

58Lors de son audition, Combes, après avoir retracé à sa manière l’histoire du Concordat et indiqué les raisons du « divorce » – réduisant ainsi le temps de la discussion –, propose de supprimer certains articles du projet Briand, car comme les plaisanteries « les lois les plus courtes sont encore les meilleures », et d’en modifier d’autres pour le rendre « plus acceptable ». Pour cela, il a mis en œuvre, affirme-t-il, « le principe de bienveillance* » afin de prévenir les « inquiétudes […] qui pourraient se manifester dans le pays ». C’est un remake d’Auxerre… sauf que les suppressions et modifications (à part quelques points, sur lesquels il insiste76) sont l’inverse de ces propos doucereux.

  • 77 La mention est immédiatement réintroduite, sans difficulté, et elle se trouve dans le texte du proj (...)

59C’est la revanche du 27 mai, car Briand ne sait pas, ou ne veut pas, s’opposer à Combes. Il tombe à pieds joints dans un piège : l’article mentionnant que l’État est propriétaire des édifices religieux antérieurs au Concordat des départements et des communes est supprimé. Combes estime la jurisprudence suffisante. Pour le rapporteur – et Lefas, théoriquement concordataire ! –, le débat à la Chambre se fera alors « dans des conditions plus dangereuses » et « ce sera matière à procès ». D’ailleurs les changements introduits par Combes aboutissent à « faire attribution de propriété à l’État » de biens « constitués uniquement par les libéralités ou dons des fidèles », ce qui est « contradictoire » et constitue, en outre, une spoliation. On comprend cette réaction, mais elle monopolise presque le temps du débat77. Or cette suppression est une ruse et non une contradiction : l’ensemble du projet combiste renforce le pouvoir de l’État au détriment des communes, considérées par la jurisprudence comme les propriétaires de la grande majorité des biens cultuels.

  • 78 Théoriquement les deux articles formant le titre 1er (« Principes ») ne figurent plus, mais l’artic (...)

60Apparaissant dépassé par l’ampleur des changements effectués, Briand reste muet à propos de modifications très importantes : Combes, rejoint par Vallé, ministre de la Justice, en cours de séance, supprime l’article 1er (liberté de conscience, libre exercice des cultes)78 ; il maintient en place la direction des Cultes ; il déclare : « Nous étendons [sic] le droit des associations de s’unir à tout le département », ce qui signifie la suppression des unions nationales, conformément au souhait d’un grand nombre de radicaux. D’autre part, il rend possible, pour certains bâtiments cultuels, « une désaffectation déguisée » (selon l’expression d’Amédée Reille), ce qui fait en partie droit à la « réserve » du congrès radical. Enfin, il interdit les processions et renforce fortement les mesures de police des cultes. Tout cela sans provoquer la protestation du rapporteur ; celui-ci laisse ferrailler la minorité et Grosjean s’exclamer : « C’est incroyable. » Buisson non plus n’intervient pas. De fait, Combes, les congressistes de Toulouse et les parlementaires de la Gauche radicale sont sur la même ligne : Briand a fait adopter par la Commission un projet dangereux pour la République, par les libertés qu’il donne à « l’Église ».

61L’Humanité reconnaît que « les innovations [du] gouvernement renforcent les dispositions limitatives de la Commission » et commente : à la sortie de séance, les « commissaires de droite [étaient] en proie à une vive agitation qui se traduisait par des remarques déplaisantes […] sur le sectarisme du président du Conseil » (30 octobre). C’est occulter le fait que les « observations » de Combes visent à détruire plus de quinze mois de travail effectué, précisément, pour que la Commission ne soit pas coupée en deux parties antagonistes. Certes, Briand ne pouvait pas s’opposer sur tout. Mais entre combat frontal et passivité, il existe une marge. Or « l’habileté » du rapporteur était déjà louée ou critiquée. Pourtant, cet après-midi-là, son talent habituel lui a fait défaut. Le conflit feutré est désormais patent et le résultat du premier round est, incontestablement, Combes 1 / Briand 0.

Zorro Jaurès est arrivé… et le gouvernement Combes sauvé d’extrême justesse

  • 79 Selon une note confidentielle écrite le 27 octobre au soir pour le cabinet (AN F/7/12553). Les diff (...)
  • 80 Ce qui est effectivement le cas pour Jaurès et un moyen de pression pour neutraliser Briand.

62Il était très difficile pour Briand de critiquer Combes ; en effet ce dernier se trouve en fort mauvaise posture au Parlement. Selon des rumeurs persistantes « Combes lui-même s’avoue perdu et […] vient d’en faire la confidence à MM. Jaurès et Briand79 », ce qui est sans doute une façon de les inciter à le soutenir80. Paradoxalement, une partie de ceux-là mêmes qui l’ont incité, avec insistance, à reprendre la main sont en train de quitter le navire ministériel.

  • 81 À partir du 20 octobre, la « rumeur […] de révélations fracassantes » à la Chambre alerte l’opinion (...)
  • 82 Le rédacteur en chef de ce quotidien plutôt « ministériel », l’ex-capitaine Humbert (un proche de C (...)
  • 83 Ce député a acheté des documents au secrétaire adjoint du Grand Orient de France, J.-B. Bidegin.

63La veille, un débat encore plus houleux qu’à l’ordinaire a eu lieu à la Chambre. Le Journal des débats du 30 octobre décrit ainsi ce « spectacle comique » : « Les hurlements, les mugissements, les sifflements et même les gémissements […] faisaient un concert […] extravagant. » À la suite des révélations81 parues dans les quotidiens Le Matin82 et Le Figaro, le député nationaliste Jean Guyot de Villeneuve lit des « documents [dits] authentiques » accablants. Ils montrent l’existence d’un « système de délation », organisé au ministère de la Guerre grâce à des renseignements fournis en grande partie par des francs-maçons, contre les officiers soupçonnés d’être catholiques et/ou peu républicains83. Les avancements et les honneurs écartent ceux qui vont à la messe et d’autres, tel ce colonel de pompiers qui, selon la fiche qui lui est consacrée, « déplore amèrement » de ne pouvoir le faire « parce qu’il n’a pas le courage de ses opinions ».

  • 84 Dans ses dossiers politiques (13J24, archives départementales de la Charente-Maritime), Combes gard (...)

64Tout en condamnant de tels procédés, si ceux-ci ont effectivement eu lieu, Combes répond qu’il se « félicite […] d’avoir commencé une épuration nécessaire » dans l’armée84. En revanche, Barthou s’insurge contre des « faits abominables [qui] n’auront d’autres effets que de perdre l’armée et la République », et Millerand qualifie ces pratiques d’« abjectes ». La majorité est désorientée, « la bataille paraît perdue. Il ne s’élève plus des bancs des gauches qu’un bourdonnement d’intrigues ». Alors « le citoyen Jaurès monte à la tribune » et « jamais son éloquence ne fut plus ardente », écrit… L’Humanité (29 octobre).

  • 85 Bien qu’alliée de la Russie, la France est officiellement neutre dans le conflit et L’Humanité du 3 (...)

65Le tribun socialiste serait-il un nouveau Zorro ? En tout cas, « le grand et vaillant Jaurès » (La Petite République, même date) sait que la meilleure défense est l’attaque. Semant le doute sur la véracité des documents cités, évitant de se prononcer sur le fond de l’affaire, il dénonce avec force la « manœuvre de séance » qui pousse « la majorité républicaine […] à se renier elle-même ». « La vérité » est que, depuis quatre ans, le général André, ministre de la Guerre, a « courageusement » entrepris « de reconstituer dans l’armée l’esprit républicain ». Une « intrigue » tente « d’ouvrir une crise gouvernementale » au profit « de la réaction cléricale », des antidreyfusards, des nationalistes, d’« une caste militaire », au moment précis où l’on va « résoudre, suivant la loi de la Révolution, les rapports de l’Église et de l’État » et où le « gouvernement a su maintenir la paix » (allusion à la guerre russo-japonaise85).

  • 86 J. Lalouette in Jaurès 2015 : 106, note 1. Elle donne comme circonstance atténuante que Jaurès « ne (...)

66Jaurès n’a pas tort de dénoncer le moment choisi, qui ne doit rien au hasard. Néanmoins, quand Zorro retourne des situations désespérées, il vient au secours de « justes causes ». L’affaire des fiches est un cas beaucoup plus douteux et, malgré les dires du leader socialiste, le but de la « manœuvre » n’est pas d’instaurer le « chaos », de se livrer à « des aventures » où « les républicains » deviendraient la proie « des factieux ». Beaucoup plus prosaïquement, il s’agit d’en revenir à la pratique de législatures précédentes où alternaient des gouvernements du « parti républicain » de sensibilités différentes. Comme Clemenceau, le député de Carmaux possède l’art de l’inflation idéologique. Mais a-t-il utilisé son talent à bon escient ? Lalouette « éprouve quelque gêne86 » à lire ce qu’il écrit dans La Dépêche du 2 novembre sur sa propre intervention : les « quelques renseignements » donnés par la franc-maçonnerie au ministère de la Guerre ont failli faire tomber « le parti républicain […] dans le piège le plus grossier » ; sous-entendu : heureusement que j’étais là !

67« Est-il dupe ou complice ? » se demande Le Petit Journal (29 octobre). En tout cas, Jaurès s’est trouvé pris dans un dilemme : prendre clairement ses distances avec des pratiques indues aurait été dans la continuité du Jaurès dreyfusard. Mais l’opposition républicaine (radicaux dissidents, progressistes, etc.) ne cessait de dénoncer sa trop grande influence sur le ministère et elle souhaitait, en se débarrassant de Combes, mettre fin à son influence politique.

Briand, moderne Sisyphe

68Au final, la Chambre se détermine sur une motion déposée par Maujan. Un début de phrase est voté à main levée : « la Chambre blâmant, s’ils sont reconnus exacts, les procédés inadmissibles signalés à la tribune… ». La suite passe d’extrême justesse (278 voix contre 274) : « … et convaincue que le ministre de la Guerre donnera dans ce cas, les sanctions nécessaires, et repoussant toute addition, passe à l’ordre du jour ». Parmi les députés de gauche, Barthou, Doumer, Lanessan, Millerand ont voté contre ; Dejeante, Étienne et Sarrien se sont abstenus.

69Dans un tel contexte, l’inertie de Briand se comprend mieux, même si elle nuit au but qu’il veut atteindre. Peut-il apparaître comme faisant cause commune avec ceux que Jaurès vient de dénoncer comme les complices d’un complot antirépublicain ? Résultat : sa stratégie, qui consistait à dissocier le plus possible le travail de la Commission des embarras du gouvernement et des polémiques de la Chambre, est mise en échec et son œuvre atteinte. Il n’a pas su concilier l’inconciliable : défendre le travail de la Commission (dont le projet reprend, pour l’essentiel, son propre avant-projet) sans s’opposer frontalement à Combes. Soit il s’est montré un peu naïf de croire que le Petit Père n’allait pas profiter de la situation, soit il espère secrètement sa chute prochaine.

  • 87 De même pour la possibilité de subvention pour les grosses réparations. Or celles-ci et l’entretien (...)

70Les mesures de « bienveillance » du texte de Combes consistent essentiellement, outre une période de transition de deux ans où les bâtiments religieux resteraient à la disposition gratuite des cultes, en de meilleures pensions pour les ex-ministres des cultes reconnus (article 4 de son projet)… ce qui favorise le maintien du pouvoir de l’État87 : ces personnes perdraient leurs allocations si elles dérogeaient aux mesures drastiques de police des cultes. Or ces dernières menacent d’amende et de prison, « en termes vagues et dont il eût été facile d’abuser » (Debidour 1909 : 439), tout ministre du culte qui se rendrait coupable d’actes « pouvant compromettre l’honneur des citoyens […] » (article 17). La mise en route de poursuites judiciaires avant même tout jugement correctionnel suffira pour fermer ou confisquer tout édifice religieux (article 20).

  • 88 Plus exactement, il a ratifié un ajout de G. Trouillot au projet de vingt et un articles qui lui a (...)

71Pour les dévolutions onéreuses pendant dix ans des édifices religieux et autres bâtiments, les préfets (et le Conseil d’État) seront juges des « besoins » des associations et celles-ci en rendront compte en fin de période. Les biens non reconnus utiles « seront concédés à un autre culte ou affectés à un service public » (articles 3 et 5)… et, Combes ne l’a pas caché à la Commission, « [l]e nombre des immeubles affectés au culte diminuera rapidement ». La perspective d’une désaffectation de nombre d’églises revient donc à l’ordre du jour, ainsi que le voulait le congrès radical. Comme les unions d’associations cultuelles ne seront que départementales (article 7), le préfet pourra les surveiller facilement. Le maintien de la direction des Cultes (article 24) est alors nécessaire pour coordonner les diverses interventions de l’État auprès des Églises théoriquement séparées. Or Combes, ayant un sens de l’humour très personnel, a ajouté « […] et garantie de leur libre exercice » au titre « Police des cultes » du projet de la Commission88.

  • 89 Ce qui est sa propre position mais ne correspond pas réellement au texte. De plus, en parlant de «  (...)

72Clemenceau sonne la charge : le texte capte « le mot » de Séparation pour mieux s’éloigner de sa « réalité », écrit-il le 2 novembre dans L’Aurore. Au contraire, Maujan, répercutant l’opinion de nombreux adeptes du radicalisme, approuve Combes d’être « très dur en matière de police », de limiter les unions à la « fédération diocésaine89 » et d’interdire les processions (Le Radical, 4 novembre). Beaucoup d’auteurs font comme si le projet Combes était lié à la personnalité propre du président du Conseil. Il n’en est rien : il représente tout un courant d’opinion de la gauche républicaine. Si la mise en application de la Séparation ressemble à la toile de Pénélope, Briand pourrait également être comparé à Sisyphe, voyant régulièrement son rocher redescendre de la montagne.

Notes

1 Qui comparait, dans L’Aurore du 18 septembre, la Séparation à « la toile de Pénélope ».

2 « Il a employé, vis-à-vis du Pape, de l’Église et de Dieu même, un langage odieux et vraiment révoltant », écrit La Croix, le 6 septembre. Les journaux conservateurs et/ou catholiques de province ne sont pas en reste. Le Courrier de la Vienne et des Deux-Sèvres dénonce la « violence et [la] grossièreté du discours » et ajoute : « on y rencontre […] cette misérable hypocrisie maçonnique sous laquelle nos gouvernants présentent au public tous leurs projets de haine et de destruction » (cf. Bouquet 2004 : 59). Même le Journal des débats (6 septembre) est très sévère : « Personne n’est plus partisan que nous de la République laïque [mais] sous prétexte de laïcité » on prépare « une guerre de religion ».

3 Cf. Clemenceau, « La politique du gagne-petit », L’Aurore, 29 mai 1904. Mais Briand, qui ne cite pas explicitement Clemenceau, ne dit rien du principal reproche que lui adresse ce dernier : sa connivence avec Ribot.

4 Face à Clemenceau, Briand défend le principe de la location des églises. Cependant, dès le 17 novembre dans L’Humanité, il assouplit sa position : le prix de la location annuelle peut n’être qu’un franc (cf. ci-après). La loi de 1905 supprimera le budget des cultes – les pensions seront prélevées sur un autre budget – mais accordera la dévolution gratuite, sans limitation dans le temps, des édifices religieux considérés comme propriété publique.

5 Dans L’Aurore du 18 août 1904, Clemenceau a prétendu que Combes projetait la « folie » de mettre « quinze ans » à supprimer le budget des cultes.

6 Mots mis entre guillemets par Clemenceau.

7 Combes invoquait aussi « la souveraineté incontestée de l’État » et ces mots, dans sa bouche, avaient une signification stricte. Clemenceau n’en dit rien.

8 Citation déformée : Combes parlait « d’une bienveillance envers les personnes qui désarme les défiances ».

9 Y compris la demande faite à Combes de supplanter Briand.

10 Peut-être en réaction aux propos que Le Matin attribue à Combes le 3 septembre (cf. note 16 de ce chapitre) ; sans doute également face au « projet Briand » dont Lacroix fait comme s’il en ignorait l’existence (« comment cette séparation s’opérera-t-elle ? […] Quel sera le régime des Églises après la séparation ? Quelles défenses l’État conservera-t-il contre ses attaques ? »).

11 Ce député radical succédera à Clemenceau à la direction politique de L’Aurore.

12 Cet enthousiasme est tempéré par le constat – rare à gauche – que la première séparation n’a pas été réussie et qu’un échec de la seconde amènerait « à dire adieu à la liberté pour toujours » (Le Radical, 9 septembre).

13 Le thème de la Séparation comme invention française est mis en avant pour faire accepter des « concessions » (cf. chapitre 6).

14 Ce qui a laissé des traces : dans L’Humanité (18, 19 octobre), Briand et Jaurès doivent donner des gages en mentionnant négativement Ribot.

15 Viviani et Briand partagent la location d’une villa à Enghien.

16 Le Matin du 3 septembre 1904, sous la plume de F. Mouthon, a affirmé dans le cadre d’une interview de Combes sur ses rapports avec Waldeck que le président du Conseil prépare « un divorce rationnel, élégant [sic] et courtois […] plus généreux et plus large » que le projet de la Commission, avec une phase de transition où les « Églises répudiées » garderaient « la jouissance des édifices et du budget » afin qu’elles aient le temps de se « créer une vie autonome ». Et Mouthon de conclure : « le président […] ne cache pas sa fierté morale, de corriger […] les rapports contre nature du pape et de la République ».

17 Le 27 mai 1904, Briand a indiqué à la Chambre que le texte de la Commission pourrait « laisser à désirer ».

18 Et, quel qu’en soit le contenu, un projet porté par Combes ne peut être qu’inacceptable.

19 Reprenant, sans le dire, la proposition de loi Réveillaud.

20 Rappelons que les édifices sont propriété publique.

21 L’article, signé Franc, a significativement pour titre « Énigme nationale », considérant que l’attitude des catholiques français est, sur ce point, bien différente de celle des catholiques belges et allemands.

22 Pour reprendre l’expression de Cl. Nicolet (1982), que j’interprète ainsi : « l’idée » qui prédomine, à un moment donné, dans les différentes représentations de la République.

23 Briand prend l’exemple du père Soulange-Bodin, curé d’une « paroisse pauvre », celle de Plaisance à Paris, qui, adversaire de la Séparation, met déjà en œuvre l’application de la future loi : « en quelques semaines, il a groupé un nombre de cotisants suffisant pour assurer le bon fonctionnement administratif et financier de son église » et a invité ses collègues à créer des « Sociétés paroissiales » fonctionnant sur le même modèle (L’Humanité, 28 septembre). Selon ce prêtre, « la persécution est salutaire. […] Le sacrifice consenti pour conserver le culte le fera aimer et apprécier davantage ». Il permettra aussi de distinguer les vrais catholiques de leurs « faux frères » qui mangent « effrontément à deux râteliers » (cf. Chaptal 1926 : 124).

24 Il s’agit donc de déplacer les frontières du conflit de deux France, au profit de la « France laïque ». Cet objectif est essentiel dans la stratégie de Briand.

25 Le Journal des débats du 1er octobre met également en avant ces deux exigences, pour donner à l’État « les garanties essentielles dont il a besoin en face d’un corps aussi puissant, aussi fortement constitué que l’Église catholique », sans mentionner qu’elles existent dans le projet Briand.

26 Buisson insiste toujours sur le fait que la libre-pensée est avant tout une « méthode* ». Pour d’autres libres-penseurs elle est, au contraire, un contenu antireligieux. Cf., par exemple, le débat entre Buisson et Aulard sur la question : « Voulons-nous détruire la religion ? » (L’Action, 16, 21, 22 et 30 août 1903).

27 Cité par Le Radical, 25 septembre 1904.

28 Pour l’ensemble des citations du congrès de Toulouse, cf. PRRRS 1904.

29 Nous avons déjà constaté que ce discours tranche avec les références à des modèles étrangers.

30 Une unanimité qui n’existe pas. On l’a vu, des radicaux de choc (comme L. Thézard) soutiennent le maintien du Concordat, et le contenu du projet de la Commission ne peut que faire douter certains. Le rapport de L. Bonnet, au nom du Comité exécutif, menace d’exclusion ceux qui ne se conformeraient pas aux « décisions catégoriques » du parti (effectivement il y en a eu quelques-unes).

31 Les cris « Vive Buisson ! » sont d’une extrême ambiguïté : Buisson est-il applaudi comme président de la Commission ou parce qu’il a accepté qu’en fait le congrès ne ratifie pas son projet ?

32 Cité par le Journal des débats, 12 octobre 1904.

33 C’est elle qui est visée. On ne peut, cependant, exclure des décisions analogues envers les cultes protestants dans les villes où il existe plusieurs temples, soit par hostilité envers le protestantisme, soit pour montrer que les différentes religions sont traitées sur un pied d’égalité. Quelques villes, dont en premier lieu Paris, ont également plus d’une synagogue.

34 Ou un quart des églises – par exemple –, dans une grande ville. Et la motion implique, en fait, qu’il s’agit d’une dévolution provisoire, pour ne pas interrompre l’exercice du culte, le temps de trouver de nouveaux locaux.

35 Cf. Poulat 1988 : 59-88. Le sociologue estime que l’enquête est faite de manière acceptable, mais il note que, de façon occasionnelle, pour les baptêmes, mariages, enterrements et quelques grandes fêtes, l’assistance à la messe devait être nettement plus nombreuse.

36 Il n’est pas indispensable, en effet, pour assurer l’exercice du culte, que les cathédrales soient dévolues à l’Église catholique. D’autres églises peuvent être considérées comme suffisantes.

37 Le « projet Briand » est considéré comme un projet « socialiste » et non comme le résultat du travail d’une commission regroupant des parlementaires de sensibilités diverses.

38 Nous retrouverons cette accusation (cf. le tome II). L’argumentation suppose que les socialistes prônent une identique liberté collective aux plans politique, économique et au plan religieux. C’est loin d’être unanimement le cas.

39 Clemenceau craint aussi une « vaste association populaire » catholique : les échauffourées qui se sont produites en Bretagne pendant l’été 1902 montrent déjà ce « qu’il est permis d’attendre d’une organisation […] des troupes de l’Église ». En même temps, il précise que la liberté d’association, comme celle de la presse et la liberté de réunion, est un des acquis de la République (L’Aurore, 26 septembre).

40 L’auteur dénonce « la trahison des fonctionnaires » qui accordent « des faveurs et des distinctions à des adversaires de la République » (Le Radical, 1er octobre). On est tout à fait dans une optique combiste.

41 Clemenceau estime également que « le projet Briand fait trop de concessions à l’Église », mais il se dit « disposé à [en] payer provisoirement » (je souligne) le prix si cela permet le « vote immédiat de la loi » (L’Aurore, 10 octobre). Il n’est pas seul à tenir ce genre de propos qui peut inquiéter nombre de catholiques.

42 Selon Le Temps du 21 octobre Combes déclare le « Rapport Briand, tantôt […] trop rude, […] tantôt […] d’une faiblesse excessive » et affirme alors « qu’il l’amendera […] dans le sens de la rigueur ».

43 Cf. L’Aurore, 17 septembre 1904.

44 Ainsi le 18 novembre 1904, L’Univers israélite (qui représente les « principes conservateurs du Judaïsme », selon son sous-titre) ne comprend pas pourquoi on ne trouve pas « la moindre trace » de cette séparation progressive « par voie d’extinction » dans le projet de loi d’É. Combes, déposé à la Chambre le 10 novembre.

45 « Rouvier, touché du doigt de la Providence, tomba malade soudainement au jour précis où la question venait à l’ordre du jour du Conseil », écrit Clemenceau dans L’Aurore, le 1er novembre. On sait que le Tigre est mauvaise langue, mais ce qu’il écrit peut néanmoins être exact.

46 Le propos est excessif, si l’on s’en tient au discours d’Auxerre. Pourtant, la suite va montrer que le diagnostic était juste.

47 Opportunément, un projet de discours que Waldeck-Rousseau se proposait de prononcer au Sénat, prenant parti pour le maintien du Concordat, est publié dans divers organes de presse (Revue politique et parlementaire, Le Figaro, Journal des débats…).

48 Ch. Dupuy avait mis en garde contre un engrenage de « voies violentes » qui obligerait ensuite, par réaction, à faire, « comme de puissants empereurs, le voyage de Canossa. […] Je ne veux pas […] que la République aille à Canossa. […] Je sais trop dans quel état elle en reviendrait » (cf. Le Temps, 21 septembre 1904).

49 Faute d’une décision politique, la Commission du budget propose que la somme de 42 384 933 F soit allouée pour le budget des cultes, soit « seulement » 10 000 F de diminution par rapport à 1904 (le budget prévisionnel total est de 3 603 541 667 F, en augmentation d’un peu plus de 1 %). Ce montant est voté le 24 novembre, malgré la demande des nationalistes et des socialistes-révolutionnaires de le supprimer. Le 25, en revanche, les crédits de l’ambassade auprès du Vatican ne sont pas reconduits.

50 Dès le discours d’Auxerre, Clemenceau avait affirmé l’urgence d’un débat parlementaire et proposé de « mener parallèlement [à l’automne] la discussion financière et la discussion religieuse » (L’Aurore, 8 septembre).

51 Buisson résume fort bien le discours dominant chez les catholiques, également présent chez certains « républicains modérés ».

52 Les républicains modérés, eux, avaient coutume de dire que la Séparation serait une « aventure ».

53 Lors des nouveaux accommodements consentis par Briand, après les refus successifs du pape, Clemenceau accusera Briand de mener la République « à Canossa » (cf. tome III).

54 Dans un article du Radical, 25 septembre 1904.

55 L’éditorial de Buisson dans Le Radical (26 octobre) s’intitule : « Le péril de la séparation ».

56 Dont les membres n’avaient pas participé au vote de nomination des membres de la Commission.

57 Combes trouve Sarrien médiocre et Clemenceau l’appellera : « Ça, rien ! »

58 La rivalité entre socialistes et radicaux pour être considérés comme les auteurs du « couronnement de l’œuvre législative de la Troisième République » (F. Buisson, Le Radical, 26 octobre) est mise en avant par les différents acteurs. Mais une seconde raison a joué : comme le congrès de Toulouse, la Gauche radicale trouve le projet Briand trop libéral et, selon Le Temps du 21 octobre, lors de leur entrevue, Combes aurait promis à Sarrien qu’il amenderait le projet « dans le sens de la rigueur ». De fait un texte allant dans ce sens est en préparation.

59 A. Debidour (1909 : 437), qui précise qu’il s’agit d’« embarrasser » Combes.

60 Dont le contenu espéré n’est pas le même que celui visé par la Gauche radicale.

61 Guiral & Thuillier 1980 : 92.

62 F. Engerand qui, quand il interviendra, proposera une « révision loyale » du Concordat.

63 T. Billard (1991 : 118) relate cette élection de 1898, où la gauche était vent debout contre Deschanel, qui avait finalement été élu par une coalition comprenant, outre la mouvance progressiste, « des députés qui si[é]g[eai]ent à l’extrême droite, d’autres qui si[é] g[eai]ent sur les bancs des ralliés et aussi quelques-uns qui avoisin[ai]ent l’extrême gauche ». Deschanel sera pourtant réélu jusqu’en janvier 1902 et, à nouveau, président de la Chambre à partir de 1912.

64 Le président de séance – et de la Chambre – étant… H. Brisson.

65 Ce qui, selon Le Temps (23 octobre), aurait dû le conduire à déposer la motion suivante : « La Chambre, convaincue de la nécessité de faire la séparation, mais refusant pour cette œuvre nécessaire sa confiance au gouvernement, passe à l’ordre du jour. »

66 Ce qu’il deviendra, effectivement, en 1920. Mais on sait qu’il devra démissionner au bout de huit mois, étant atteint de troubles mentaux.

67 Cette « guerre » ne serait donc pas seulement due aux positions des gouvernements Waldeck et Combes comme le soutenaient le centre et la droite.

68 Pour Deschanel, la séparation existe déjà dans certains pays. Il cite explicitement « la République du Brésil ».

69 Dans L’Aurore du 23 octobre, Clemenceau tance Pelletan pour avoir « [caressé] de son crin mollissant le croc parfumé d’une moustache ennemie ». Deschanel et lui s’étaient affrontés en duel lors de l’affaire de Panama.

70 Le centre et la droite (et même une partie de la gauche) ayant applaudi les critiques adressées à Combes. Sa péroraison est saluée par tous les bancs de l’Assemblée.

71 « Il reste à souhaiter […] que l’histoire prochaine […] nous laisse autre chose que l’amer souvenir d’un magnifique discours. »

72 La Commission aurait pu commencer par là et c’était le souhait de la minorité, qui savait que Combes voulait, de fait, le maintien du Concordat. Mais, pour cette raison, la majorité avait refusé de le faire. Elle propose au Petit Père de le recevoir, en juillet, quand son projet est prêt, mais Combes fait alors traîner les choses.

73 Briand l’annonce dès le 28 dans L’Humanité. Est-il au courant de son contenu ? Il semble le découvrir à la séance de la Commission le 29.

74 Or É. Loubet était très réservé à l’égard de la Séparation, et son épouse franchement opposée.

75 Qui sera abordé à nouveau dans le tome II.

76 Sauf exception, ils sont en trompe l’œil.

77 La mention est immédiatement réintroduite, sans difficulté, et elle se trouve dans le texte du projet Combes publié dès le lendemain, dimanche 30 octobre 1904, par divers journaux tels Le Gaulois, L’Aurore et L’Humanité, qui l’indique explicitement.

78 Théoriquement les deux articles formant le titre 1er (« Principes ») ne figurent plus, mais l’article 1er du texte de Combes, en déclarant supprimées « toutes dépenses publiques pour l’exercice ou l’entretien d’un culte », correspond en partie à l’article 2 de la Commission.

79 Selon une note confidentielle écrite le 27 octobre au soir pour le cabinet (AN F/7/12553). Les différentes « ruses » de Combes (notamment qu’il ait fait croire, pendant plusieurs semaines, qu’il rendrait le projet Briand plus libéral) empêchent de prendre cette « confidence » au premier degré.

80 Ce qui est effectivement le cas pour Jaurès et un moyen de pression pour neutraliser Briand.

81 À partir du 20 octobre, la « rumeur […] de révélations fracassantes » à la Chambre alerte l’opinion publique « sur l’importance de l’interpellation du 28 octobre » (Vindé 1989 : 114).

82 Le rédacteur en chef de ce quotidien plutôt « ministériel », l’ex-capitaine Humbert (un proche de C. Pelletan), avait été muté en province en août 1902 par le ministre André « à la suite d’une critique contre le système des fiches » (Boniface 2012 : 309).

83 Ce député a acheté des documents au secrétaire adjoint du Grand Orient de France, J.-B. Bidegin.

84 Dans ses dossiers politiques (13J24, archives départementales de la Charente-Maritime), Combes garde précieusement des fiches datant de 1900, prouvant que le système de délation a bien été mis en place sous le gouvernement Waldeck-Rousseau… quand Millerand était ministre. D’autre part, il annote une brochure de Mgr Delamaire, Le Franc-Maçon, voilà l’ennemi (1903), qui incite les catholiques à dénoncer des francs-maçons.

85 Bien qu’alliée de la Russie, la France est officiellement neutre dans le conflit et L’Humanité du 30 octobre insiste sur « l’intervention opportune et sage de la France » qui a permis de calmer un début de conflit anglo-russe en mer Baltique.

86 J. Lalouette in Jaurès 2015 : 106, note 1. Elle donne comme circonstance atténuante que Jaurès « ne devait pas […] disposer de toutes les informations nécessaires sur cette affaire ». Or, il campera ensuite sur la même position et affirmera à différentes reprises que le système des fiches « était chose naturelle et inévitable » (La Dépêche, 15 décembre).

87 De même pour la possibilité de subvention pour les grosses réparations. Or celles-ci et l’entretien des bâtiments seront obligatoires pour conserver le droit à la dévolution.

88 Plus exactement, il a ratifié un ajout de G. Trouillot au projet de vingt et un articles qui lui a été transmis le 10 octobre.

89 Ce qui est sa propre position mais ne correspond pas réellement au texte. De plus, en parlant de « fédération diocésaine », Maujan fait comme si la loi ne concernait que le catholicisme.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search