Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

III. Jardins « au naturel »

14. Contre le jardin fleuri

Texte intégral

1La nouvelle identité jardinière s’avère sans concession pour le « jardin fleuri ». Cette attitude semble commune aux « passions ordinaires » : qu’il s’agisse des amateurs de patrimoine, de football, d’animaux familiers, etc., « chaque groupe revendique hautement d’être le représentant des vrais passionnés et dénonce inlassablement les turpitudes des autres » (Bromberger 1998 : 33). Aussi, les jardiniers ne vont plus fréquenter les jardineries, les pépinières ou les marchés locaux. Commandées par correspondance ou justifiant des déplacements importants (Bergerac, Montauban), les plantes proviennent désormais de pépinières spécialisées. Ces pépinières qui choisissent de développer les collections (arbres gros sujets, roses anciennes, iris, vivaces diverses, etc.) apparaissent dans les années 1980, dans un marché dominé par quelques grandes entreprises produisant le « tout-venant ». Au nombre d’une dizaine en France dès 1990, elles répondent à « l’appauvrissement de la palette végétale » et à une demande nouvelle suscitée notamment par les grands paysagistes naturalistes comme Gilles Clément (Bergues 1992).

2Les jardiniers « au naturel » n’utilisent plus non plus les plantes qui composent le jardin fleuri, ni ne souscrivent aux procédures qui les légitiment, comme les concours de fleurissement, ou aux aménagements de bourgs et de villes. Procédant d’un savoir élitiste empreint d’une nouvelle légitimité, le « nouveau jardin de campagne » se pose dans la différence et affiche une distinction (au sens de Bourdieu 1979). Il exprime en même temps une sensibilité renouvelée aux choses de la nature et sous-tend l’existence d’un marché à cette mesure. Cette différence se réitère sans cesse dans les discours jardiniers.

Maintenant, ce que je recherche… J’ai des pépinières un peu dans toute la France qui font des plantes qui sortent de l’ordinaire mais il faut les faire venir. Les Jardins du Morvan [pépinière spécialisée en vivaces] font des choses extraordinaires, formidables, des trucs qu’on voit pas… (Rose V.)
Les gens ne sont pas jardiniers. Ils plantent mais ils ne sont pas jardiniers, ils n’aiment pas. C’est justement ce que j’arrive à faire avec les dames et les deux messieurs du club de jardinage de Cahors, je leur ai fait mettre le doigt… Je leur ai fait visiter des jardins. Nous sommes allés en Angleterre cet été, j’ai organisé un voyage en Angleterre dans le Devon où on a vu de superbes jardins […]. On a vu des jardins de prestige, des jardins somptueux. Mais c’est des gens qui, comme moi, ont passé toute une vie dans un jardin, l’ont l’aimé et l’ont transmis aux enfants qui ont fait de même. (Gisèle B.)

  • 1 Les passionnés de botanique et les collectionneurs d’un genre s’adonnent à la recherche d’espèces (...)

3« Les plantes courantes sont faites pour les centres-bourgs et les parcs des villes. Avant, je les aimais bien, maintenant plus. » « Les plantes que je n’aime pas : les massifs de fleurs formelles, comme dans les parcs publics. » « Je n’aime pas les roses, sauf les anciennes. » Les Anglais que j’ai rencontrés ou qui ont répondu au questionnaire sont unanimes, ces fleurs qui animent le jardin fleuri ne sont pas recevables dans leur propre jardin. Elles sont antinomiques de ces plantes vivaces et de collection1 qui participent de la culture du jardinage à l’anglaise. Les critiques des deux femmes d’origine locale que nous avons rencontrées (Gisèle B. et Rose V.) sont moins nuancées. À la différence des Britanniques qui reproduisent dans le Lot leurs jardins à l’anglaise, elles sont actrices d’une transformation, qui s’affirme contre le modèle dominant. Elles ont le sentiment d’appartenir à une minorité avertie, et ce sont les plantes symboles du jardin fleuri, et leurs couleurs, qu’elles stigmatisent d’abord.

– Le rouge est agressif. Je n’aime pas au jardin, à la grande rigueur, ce serait acceptable devant la maison. Non, c’est pas beau, à la limite rouge rubis, ou carmin, mais pas vermillon. Les géraniums [Pelargonium], c’est pas mon… Ça fait tellement longtemps qu’on les voit. Surfinias et autres.
– Ce rouge est tranchant par rapport aux autres couleurs.
– Ah oui ! Et puis ces mélanges… Le rouge qui tire vers le bordeaux d’accord, mais cette espèce de rouge vermillon ! Ouh là là ! Cette espèce de rouge… (Rose V.)
– Vous n’avez pas eu votre période géranium [Pelargonium], à un moment donné ?
– J’ai été rose et encore. Pelargonium jamais. Geranium oui, géranium vivace oui mais Pelargonium non. J’ai deux pots mais pas de rouges. Ou alors si, un rouge très ancien, vieux rouge, mais pas le rouge corail, jaunasse. Ou blanc, blanc, on peut marier avec tout. (Gisèle B.)

4Les annuelles aux couleurs vives n’existent que dans leur opposition aux vivaces. Couleurs, qualité du fleurissement, soins exigés : l’antagonisme entre les deux mouvances de sensibilité et de pratiques se concrétise dans le rapport à la plante. Le Pelargonium, qui ne prête plus, cette fois, à confusion avec le « géranium », est le plus décrié. Plante typique du jardin fleuri, le Pelargonium devient symbole du mauvais goût. D’autant plus que les Geranium, vivaces eux, font l’objet d’un véritable culte dans les jardins « au naturel ». Et l’identification savante des deux plantes marque la distance qui se creuse entre les deux savoirs jardiniers.

C’est les vivaces ! Moi, les annuelles… Moi mon jardin, il change sans arrêt tous les mois, je veux pas quelque chose d’immuable tout l’été […]. Les Pelargonium et autres annuelles, non, ça reste toujours… Moi j’aime faire le tour du jardin : tiens aujourd’hui, elle s’ouvre. Celle-là elle est fanée, il faut attendre l’an prochain pour la revoir et voilà. Moi, un fleurissement qui dure tout l’été, toujours pareil, moi, non. […] Ce genre de fleurissement à la tout va… (Rose V.)

5Le fleurissement à base d’annuelles est étroitement associé au concours des maisons fleuries. À cet égard, la position de Mme B. est sans ambiguïté :

– Et le concours des maisons fleuries ?
– Ouh ! Quelle horreur, ça ! Jamais ! Jamais ce truc-là ! Jamais ! Ça ! Jamais ! Ça dégueule, c’est laid. Bah ! J’aime pas ça ! C’est pas mon genre de jardinage ! C’est pas ce que j’aime dans le jardinage ! D’ailleurs, vous remarquerez, j’ai pas, très peu de rouge, il n’y a que le rouge de l’automne, autrement pas de rouge, un rosier ou deux. Mais c’est tout. Mais les gens, il leur faut du rouge pour que ça se voie… Je trouve qu’il y a une éducation à faire au niveau du paysage.

  • 2 Les paysagistes interrogés, tous deux âgés d’une quarantaine d’années, ont des parcours atypiques. (...)

6Cette critique très vive du fleurissement d’été, consacré par les concours, est partagée par les pépiniéristes et paysagistes inscrits dans cette même orientation. Ainsi, les deux concepteurs lotois de jardins privés « naturels » que j’ai interrogés2 s’attachent à « apprendre aux gens à utiliser des végétaux nouveaux » ou encore établissent leurs critiques sur un mode distancié : « Il vaut mieux quelque chose de mauvais goût que rien du tout », « Ces fleurs sont souvent écœurantes mais ça plaît ».

  • 3 En 1992, des personnes d’une commune voisine « viennent la chercher » pour qu’elle exerce sa compé (...)

7Depuis 1994, cette position critique est partagée sans réserve par Rose V. La manière dont elle a changé de références – entre 1990 et 1994 – semble toutefois éclairer certains aspects de la relation jardinière. Son jardin a été primé successivement en 1991 (4e prix, catégorie « Jardin visible de la voie publique »), 1992 (2e prix) et 1993 (prix d’honneur). En 1992, au moment des premiers entretiens, elle est désireuse de concourir à nouveau, de façon à obtenir un premier prix. Parfois contradictoires, ses motivations font valoir une quête de reconnaissance, de ses pratiques aussi bien que du travail effectué. On notera l’importance de cette dernière valeur, posée comme méritante3.

Des géraniums, des pétunias, j’ai rien contre les fleurs annuelles mais ce n’est pas le travail des vivaces. Un jardin d’annuelles, il suffit de couper les fleurs fanées pour mettre en valeur. Ça n’a rien de comparable par rapport au travail que représentent les vivaces. […] Mais je leur ai dit (aux membres du jury en 1993) : vous ne regardez pas le travail qui se fait.

8Le besoin de partage se fait à la fois désir de reconnaissance sociale et désir de contact :

  • 4 Fondée en 1827, la Société d’horticulture de France, reconnue d’utilité publique depuis 1855, réun (...)

Je suis membre de la Société d’horticulture de France4 mais tout est à Paris là-haut. C’est intéressant, j’ai choisi les sections plantes vivaces et les roses. Ils m’envoient tout. Par courrier mais je ne renouvellerai pas, c’est dommage parce qu’il y a des articles très intéressants sur leur revue Jardins de France. Mais j’aimerais le contact.
J’ai obtenu ce que je voulais d’aller à Cahors [être lauréate du concours] parce que moi, c’est mon jardin, même s’ils ne viennent pas le photographier, même si je fais pas le concours, il est toujours comme ça. Nickel, moi… Bon, j’en ai fait plus quand ils sont venus. Mais c’est pour avoir le contact.
Et j’ai trouvé des dames [d’autres lauréates rencontrées à la remise des prix], d’abord j’irai les voir. Mais si c’est pour trouver des géraniums, bon moi… Je vais voir, je vais voir. Et puis moi ça m’intéresserait, et puis faire des échanges : moi, j’en balance des pleines brouettes tous les ans. Voilà, bon, on verra bien.

9La jardinière veut partager une passion, celle des vivaces, pourtant, elle n’ignore ni les orientations ni les caractéristiques du concours : « Si c’est pour trouver des géraniums… »

À Cahors, ils nous ont dit que cette année, ils voulaient battre l’Alsace, le président l’a dit à la remise des prix du concours au conseil général…
J’ai gagné un prix (en 1991), ça représente 250 francs (38 euros) d’achat à la pépinière G. : je vais aller chercher des géraniums, des pétunias…, contrainte et forcée…, pour un fleurissement… Eux ne regardent pas du moment que c’est fleuri. Ils ne recherchent pas la variété.

10C’est donc en connaissance de cause que Rose V. se réinscrit au concours en 1992. Elle en aura à ce point intériorisé les normes qu’elle engage une véritable lutte contre elle-même pour le fleurissement de son jardin. D’abord, « il faut qu’au mois de juin, ce soit fleuri le plus possible ». Dès le mois d’avril, elle met en œuvre une série de stratégies dans l’organisation de ses plantations, déplaçant les vivaces, rajoutant des pots enterrés.

J’ai modifié, il y avait des pervenches, j’aime bien parce que l’hiver ça reste vert, mais je vais y mettre des verveines pour le fleurissement. Voilà… déjà un travail que j’ai fait pour refaire le concours. Je vais grouper tout un tas de… Voilà des silènes pendula, mais elles seront passées alors à la place, je mettrai des géraniums [pélargonium] et des pétunias, peut-être je ferai un mélange de géraniums et de pétunias bordeaux et blanc.

11Une des règles du concours est que le jardin soit « visible de la voie publique ». Rose V. fleurit donc surtout l’espace central du jardin, le bassin, qu’on découvre depuis le portail ajouré. Mais le devant de la maison s’orne également de plusieurs pots d’annuelles rouges, à l’image des plantes de seuil dans les jardins fleuris. En effet, et c’est la troisième contrainte que la jardinière s’impose, il s’agit d’utiliser les fleurs symboles du concours : géraniums, pétunias, impatiens. En juillet, lors d’une de nos promenades habituelles dans le jardin, mention est faite de toutes les espèces vivaces en pleine floraison lors du récent passage du jury.

Là des Pentstemon… il est splendide, c’est pareil je vais le dédoubler, pour en mettre une touffe là-bas, pareil, que ça se voie. C’était fleuri quand… ils sont venus. Là, des Choisya, il en restait quelques-uns quand ils sont venus mais ça n’a pas été pris en photo.

12Ces remarques interviennent souvent lors de la présentation du jardin, et soulignent l’importance de la participation au concours. Mais mon interlocutrice s’irrite : « Oh ! Ce rouge ! Mon Dieu, je ne l’ai pas eu fait que… Rouge rubis ou carmin mais pas vermillon… Oh, cette espèce de rouge… » Les « géraniums », qu’elle désigne volontiers par leur véritable nom de Pelargonium, s’avèrent intolérables au jardin. De même d’autres plantes spécifiques du jardin fleuri (bégonias, verveines…) voisinent-elles mal avec les vivaces.

Là aussi, j’ai ajouté tout ça. Ah là là ! Ces bégonias, mais c’est ridicule ! Et ça n’a pas été pris en photo ; c’est comme les verveines, bon, c’est joli, mais moi l’hiver j’aimais bien mes pervenches. Bon, je regrette pas mais je vais avoir un espace tout vide. Là bas, j’avais taillé mes hélianthèmes ; bon ça leur a fait du bien parce qu’elles sont belles, mais j’avais mis des pots de pélargonium, je les ai mis ailleurs, il faut que je rebouche ces trous. C’est pas fait pour…
– Tous les ans, je fais des transformations, ça les fleurs, c’est tous les ans, et puis avec cette histoire de mois de juin, ça me perturbe. Parce qu’il faut qu’au mois de juin, ça soit fleuri le plus possible, et puis c’est pas dit que je le retente l’année prochaine, j’en sais rien.
– C’est une contrainte ?
– Ah oui ! Pas pour la question d’entretien mais pour le fleurissement et puis alors qu’il y ait que des vivaces et pas ces espèces de… potées.
– Si ça vous fait pas plaisir…
– Ah non ! Pas du tout, c’est pour ça, mon mari, il en avait marre, il m’a dit, vivement qu’on te donne le prix et qu’après ce soit fini !

13Rose V. obtient le deuxième prix du cmf (catégorie 1, « Jardins visibles de la voie publique ») en 1992 mais la visite de jardins primés la décourage de se présenter à nouveau. Pourtant, en 1993, un prix d’honneur vient la gratifier. Le jury du concours, venu visiter le jardin de sa voisine, décide en effet de son inscription. « Tout ce que j’ai en trop se retrouve en face » : Rose aura, en fait, contribué largement à la réalisation de ce jardin voisin qui obtiendra le premier prix en 1993. À l’occasion du passage du jury, elle ne manque pas de signifier un point de vue désormais établi :

Je leur ai dit : c’est pas ce genre de jardin que vous recherchez. « Mais si, mais si ! C’est ça qu’on voudrait. » Je leur dis : « J’ai été les voir les jardins qui avaient le premier prix. J’ai été voir des jardins : si c’est ce genre qu’ils veulent, je me retire. » Des « géraniums » sous un appentis dont on voyait bien que tout ça était sorti pour leur passage. Ce genre de fleurissement à la tout-va. […] J’ai compris. Mais je leur ai dit : Vous regardez pas le travail qui se fait. »

14À propos des concours, cette histoire reste exemplaire du tournant qui se dessine et qui se répercute autant sur les pratiques de culture que sur les critères de la compétition. Et cela vaut aussi bien à l’échelle locale que, on le verra, à l’échelle nationale. Modalités des concours, statut des jardiniers et des plantes, tous les aspects concernant les jardins fleuris suscitent la critique. Le fleurissement des villes n’est pas d’ailleurs sans provoquer le même type d’appréciation critique.

– Mon Dieu ! Vous avez vu ce qu’il nous a fait devant la mairie ! Mais c’est l’horreur ! Bon, ça ne me plaît pas, maintenant, c’est nul, nul ! Vous êtes bien de mon avis quand même ! Vous passerez devant la mairie et vous verrez.
– Le responsable du CAUE dit que les gens s’inspirent, les gens regardent beaucoup ce qui est fait en ville.
– [Elle applaudit.] Voilà le problème ! Voilà le problème ! Ça dégueule, c’est moche ! Les couleurs, on ne les respecte pas. Moi j’ai envie d’écrire au maire, j’en ai comme ça ! Ça influence évidemment. Bon, ça influence, il y a peut-être un côté positif en ce sens que les gens vont regarder, ils vont copier, puis s’ils y prennent goût, ils feront un pas eux-mêmes vers autre chose. Ça ne peut être bien que dans ce sens ! Mais je connais un monsieur, qui fait des gariottes, des gloriettes, des bêtises de ce genre, qui était venu me voir : « Il faudrait que je dise au jardinier de la ville de venir ici. » Ah non, non, non ! Je lui ai offert des bouquins, il sait faire pousser les plantes mais il n’a aucun goût esthétique. En ce moment sur la place, ils nous ont mis une petite carriole bleue avec les roues jaunes… De là, des tonneaux dont des couchés, qui dégueulent des chrysanthèmes, plus un cèdre « kéké », une petite gariotte avec des bols de plastique, mais c’est une horreur ! Une horreur ! Devant la mairie ! Mais il faut aller le voir, il faut le photographier, ça vaut la peine, dans le musée des horreurs, ça a la place de choix ! Et quand j’entends des gens qui disent « c’est joli » mais je les tuerais ! J’ai des instincts assassins ! Vous vous rendez compte comment on défigure une ville ! Il est pas foutu de faire l’harmonie des couleurs, il ferait déjà ça, ça serait déjà bien !

Notes

1 Les passionnés de botanique et les collectionneurs d’un genre s’adonnent à la recherche d’espèces rares.

2 Les paysagistes interrogés, tous deux âgés d’une quarantaine d’années, ont des parcours atypiques. L’un deux est autodidacte. Après avoir effectué plusieurs métiers dans l’agriculture, ce néo-rural d’origine urbaine apprend la botanique et le jardinage, s’inspire des créateurs de renom comme Gilles Clément, avant de s’installer à son compte comme paysagiste. Largement reconnu au niveau local, il réalise nombre de compositions publiques et privées, parmi lesquelles ces réalisations visitées lors du séjour organisé par le club « Mon jardin et ma maison ». Néo-rural également, l’autre paysagiste est en fait entrepreneur de jardins. Il a obtenu un BTS d’horticulture et occupé ses premiers emplois dans la région parisienne. Il réalise exclusivement des jardins privés, qu’il conçoit et aménage. Tous deux se démarquent vivement des autres entreprises locales de jardinage.

3 En 1992, des personnes d’une commune voisine « viennent la chercher » pour qu’elle exerce sa compétence dans le cadre de la préparation et du déroulement d’un concours communal. Un jardin de vivaces insuffisamment travaillé sera déclassé tandis qu’on lui confère une certaine valeur esthétique. Bien sûr, ce fut néanmoins un autre jardin de vivaces qui obtint la plus haute distinction.

4 Fondée en 1827, la Société d’horticulture de France, reconnue d’utilité publique depuis 1855, réunit aujourd’hui plus de 300 000 adhérents, directement ou à travers des sociétés locales ou départementales. Association 1901, son objet est « de promouvoir l’horticulture, de servir de trait d’union entre amateurs et professionnels, de participer à l’amélioration et à la diffusion des connaissances horticoles, et de représenter l’art du jardinage en général ». (Prospectus de présentation de la SNHF, voir infra.)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search