Version classiqueVersion mobile

La loi de 1905 n’aura pas lieu

 | 
Jean Baubérot
, 
Dorra Mameri-Chaambi

Seconde partie. La première « guerre » des séparations républicaines

Chapitre 7. La Séparation, de Briand à Combes, en passant… du côté de chez Proust

Texte intégral

1En juin 1904, La Grande Revue publie une enquête sur la Séparation. Briand y confirme que la Commission achève d’élaborer des « dispositions législatives qui […], sans violer le principe de la neutralité, » vont « permettre aux cultes de continuer à s’exercer sans interruption » dans ce nouveau régime. Rassurer les catholiques sur ce principe de base constitue toujours une préoccupation nécessaire, sans forcément atteindre le but recherché. Grâce au travail des commissaires, poursuit le rapporteur, « au lendemain de la loi, son application [n’entraînera pas] le moindre désordre ». D’ailleurs, il a eu « la grande satisfaction d’avoir convaincu » des membres de la minorité qui, au départ, se situaient parmi les plus « acharnés contradicteurs » de la grande réforme. Voilà un avant-goût du discours qu’il tiendra en 1905 lors du vote de la loi.

  • 1 C’est ce qui ressort des procès-verbaux (rédigés par G. Deville) et est confirmé par G. Grosjean da (...)
  • 2 Cette coopération durera jusqu’à la séance du 28 novembre 1904, où la discussion d’un projet de loi (...)

2En fait, quand Briand parle de la « minorité », il s’agit surtout de députés progressistes tels Henry Boucher, Camille Krantz ou encore Alexandre Lefas, dont la Commission a retenu certaines demandes (et du nationaliste modéré Georges Grosjean)1. Ces progressistes n’ont pas basculé dans le camp séparatiste mais ils ont coopéré2. D’autre part, les membres de l’Alliance libérale, à droite, n’ont pas joué l’obstruction et les trois socialistes-révolutionnaires ont été contenus. Buisson et Briand peuvent estimer avoir réussi un pari au départ vraiment très incertain.

La Commission des Trente-trois et son « rapporteur définitif »

3Ils ont tenu la barre grâce à des majorités à géométrie variable, comprenant des progressistes lors d’une séance, des socialistes-révolutionnaires à la séance suivante. La balance est-elle égale ? Allard constate avec amertume, le 17 mai 1904, que tous les amendements déposés par Dejeante, Vaillant ou lui-même ont été repoussés « par l’unanimité de la gauche et de la droite », alors qu’il a été tenu compte de remarques provenant de l’opposition « concordataire ». Mais, ce jour-là, Jaurès publie la note du Vatican et met le feu aux poudres. Faut-il effectuer de nouveaux barouds d’honneur alors que s’ouvre une opportunité ? Allard annonce que ses amis et lui-même retirent leurs prochaines propositions afin d’accélérer la rédaction du projet, bien que son contenu soit « absolument différent de celui dans lequel nous comprenons la séparation ». Le combat se déroulera devant la Chambre : dès le 27 mai le député du Var tente d’obtenir de celle-ci la « dénonciation immédiate du Concordat », et s’oppose frontalement à Briand. Et ce n’est qu’un avant-goût des combats à venir !

4Nous l’avons constaté : c’est l’expression « petit profit », et sa connivence ambiguë avec Ribot, qui ont été retenues de l’attitude de Briand lors de cette journée parlementaire. En juin 1904, il est l’objet d’attaques du courant nationaliste où Henri Rochefort l’accuse d’être désormais un « zouave pontifical* » (cf. Unger 2005 : 148), mais aussi de la gauche. Pour Clemenceau, le théoricien de la grève générale se révèle être un « opportuniste révolutionnaire », proche des modérés : il s’est, en quelque sorte, « enriboté* » (L’Aurore, 7 et 16 juin). De son côté, Buisson est accaparé par les derniers soubresauts de la bataille qu’il mène pour interdire les noviciats formant des religieux qui, théoriquement, partiront dans l’Empire colonial et à l’étranger (Le Radical, 8 juin 1904). Ce combat se déroule maintenant au Sénat, où Clemenceau, président de la Commission sur l’enseignement congréganiste, accepte la mesure. Sa véhémence contre Briand lui permet de contrebalancer son attitude accommodante.

  • 3 Jaurès se réjouit que Combes ait accepté, « pour les premiers mois de 1905, le débat nécessaire sur (...)

5Briand a beau s’époumoner, demander « deux mois » de patience, il n’est pas audible. L’injonction sociale consiste à prendre position sur la rupture immédiate des relations diplomatiques avec le Saint-Siège. Le député socialiste doit batailler sur ce terrain qui n’est pas le sien, prétendre que l’ajournement est une pure « question de tactique* » (L’Humanité 16 juin). Bref, la polémique le transforme déjà en personnage dont l’habileté prime sur les convictions. La gauche se focalise sur ses zigzags, sans prendre en compte le résultat effectif d’une mission jugée pourtant impossible. Jaurès lui-même estime que la Séparation ne sera pas réalisée à la fin de la législature. Mais, pour lui, la question sera clarifiée3 et, aux élections de 1906, « la solution bienfaisante de laïcité et de liberté » constituera le programme de la gauche républicaine (La Dépêche, 11 juin 1904).

  • 4 On retrouvera ces deux aspects dans les débats parlementaires : les membres du centre et de la droi (...)

6Ce tempo n’est pas celui de Briand. Le 6 juillet, la Commission se prononce sur les derniers articles de son avant-projet. Le compte-rendu témoigne d’une séance très irénique – peut-être plus dans le procès-verbal que dans la réalité empirique ! Pourtant, majorité et minorité se trouvent toujours dans deux univers culturels divergents, générateurs, sinon de méfiance – ce moment semble dépassé –, du moins de malentendus4. Ainsi, Lefas combat l’interdiction « d’assigner des heures spéciales ou des modes particuliers pour la célébration des obsèques ». Il y voit une atteinte à la liberté des familles de choisir le moment de l’enterrement, et à la liberté du défunt de se « faire enterrer avec une croix, un drap mortuaire ». Or Briand, lui, a en tête un précédent de 1874, resté vif dans la mémoire collective de la gauche : l’arrêté du préfet Ducros de Lyon. Celui-ci avait ordonné que les enterrements civils aient lieu à 5 heures du matin et effectuent un trajet qui contourne la ville. Ce malentendu significatif entre les deux hommes est réglé par l’ajout indiquant que l’interdiction vise seulement les autorités publiques.

  • 5 Notamment les rites de passage. Briand a bien compris que le conflit de deux France s’incarne au qu (...)

7Anticipant des oppositions possibles, Briand obtient que les économies réalisées avec la suppression du budget du culte soient affectées « au dégrèvement des petites cotes foncières ». La déduction apparaîtra sur « la feuille des contribuables ». Il s’explique : cette « disposition a un caractère politique. Nous voulons amener à voir favorablement notre réforme les gens que nous supposons les plus réfractaires parce qu’ils sentent que c’est sur eux que pèseront les charges du nouveau régime » : dans les campagnes, l’association cultuelle sera « pauvre » et les petits propriétaires « devront supporter la charge des cérémonies religieuses auxquelles ils voudront participer »5.

8À part Vaillant, qui arrive mal à se résoudre à ce que l’ex-budget des cultes ne finance pas les « retraites ouvrières », personne ne récuse la mesure. Cette absence d’opposition – le fameux chien de Sherlock Holmes ! – est révélatrice : ce qui tend à ne pas rendre la séparation impopulaire devrait, logiquement, être contré par les partisans du Concordat. Or, la discussion subséquente porte sur les ouvriers agricoles qui risquent de ne pas être concernés… sauf que huit sur dix d’entre eux possèdent aussi un peu de terrain, et elle dévie, ensuite, sur la situation de « l’ouvrier agricole », qui serait meilleure que « celle de l’ouvrier des grandes villes ». En fait – grande découverte ! – « cela dépend des régions ».

9Ces échanges, dignes du café du commerce, le montrent : on est loin du contexte qui, un an auparavant, rendait très peu probable qu’une Commission, coupée en deux parties antagonistes, dont l’absence de quelques membres lors d’une séance pouvait changer la majorité, puisse travailler de concert. La lecture du procès-verbal pourrait faire croire que l’ensemble de la Commission est favorable à la Séparation et cherche le meilleur moyen de la réaliser sans drame !

10À la fin de la séance, Deville constate que les « travaux préparatoires sont terminés ». Il propose « de nommer M. Briand rapporteur définitif et de le prier de préparer son rapport avec le texte tel qu’il résulte de nos décisions ». « Nos » : le propos se veut consensuel. Il est validé puisque Briand « est nommé rapporteur à l’unanimité » et qu’un « très bien » ponctue ses précisions sur la rédaction de son futur rapport.

11Le chemin parcouru a nécessité d’isoler la Commission de son environnement politique et médiatique. Effet non voulu de cette stratégie, aucun cheminement analogue ne s’est produit dans la classe politique, ni dans l’opinion. Sauf si « l’honneur patriotique » semble en jeu, on se trouve toujours dans un conflit frontal. Peu de gens ont intégré la dynamique de groupe qui s’est opérée à la Commission, ni son résultat tangible bien que frustrant pour les trois commissaires d’extrême gauche, qui espèrent prendre leur revanche à la Chambre, et frustrant également pour le centre et la droite, parce que la Séparation ne va plus être l’Arlésienne de la République et que les adoucissements obtenus sont, malgré tout, limités : de ce côté-là aussi la Chambre va être le théâtre de nouveaux combats. Au total, une étape indispensable a été franchie, malgré des obstacles qui paraissaient insurmontables. Ces obstacles ont été, en partie, repoussés et non anéantis. Ainsi, la cause de la Séparation est encore loin d’avoir gagné. Cependant, après des décennies de surplace, non seulement elle s’est mise en route, mais elle a franchi une étape.

Le premier projet de la Commission : la victoire de la liberté-autonomie sur la liberté-émancipation

  • 6 Il comporte quarante articles, plus deux articles bis. Ma synthèse, forcément partielle, rend compt (...)
  • 7 Cette phrase est – encore – empruntée à la loi de séparation de 1795.
  • 8 On le constate : le refus de tout financement public des cultes est indiqué avec insistance.

12En effet, le texte de la Commission est prêt6. Les deux premiers articles en énoncent les « principes ». « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions ci-après, dans l’intérêt de l’ordre public » (article 1er). « La République ne protège, ne salarie, ni ne subventionne, directement ou indirectement, sous quelque forme et pour quelque raison que ce soit, aucun culte. Elle ne reconnaît aucun ministre du culte7. Elle ne fournit, à titre gratuit, aucun local pour l’exercice d’un culte ou le logement de ses ministres » (article 2)8. La direction des Cultes et l’ambassade auprès du Vatican sont supprimées, « pour ôter tout espoir à ceux qui parlaient de reprendre les négociations avec le Saint-Siège » (Debidour 1909 : 426). Le centre et la droite n’ont pu empêcher que la rupture des relations diplomatiques, non encore réalisée, figure dans la loi.

  • 9 Le minimum de 600 F, prévu dans l’avant-projet Briand, n’est pas indiqué.
  • 10 Ce qui avalise l’interprétation républicaine.
  • 11 Le pari de Briand semble clair : en dix ans, la situation sera pacifiée. Mais cela reste un pari.
  • 12 Aux catholiques qui s’estimaient propriétaires des églises antérieures au Concordat, la gauche répl (...)

13Les ministres des ex-cultes reconnus recevront une pension viagère maximale de 1 200 F s’ils ont au moins 45 ans et effectué vingt ans de service9. Les édifices du culte antérieurs à la loi de 1802 demeurent propriété de l’État et des communes10. Après une année de transition, ceux-ci doivent les louer, pendant un minimum de dix ans, « aux associations formées pour l’exercice et l’entretien du culte » à un prix qui ne peut dépasser 10 % du revenu annuel de l’association (sans quoi la location d’une cathédrale risquerait d’être hors de prix). Un destinataire précis pendant au moins une décennie et un prix plafond sont donc imposés aux propriétaires. En contrepartie, l’association affectataire devra effectuer les grosses réparations. C’est un des trocs qui a donné le plus matière à débat. La dévolution unique et obligatoire de dix ans, à un prix raisonnable, tranche avec les projets de 1903. Mais quid de la suite11 ? D’autre part, mettre l’entretien à la charge des locataires apparaît assez paradoxal12.

  • 13 À la différence du droit commun des réunions publiques, il ne peut y avoir de débat. Le prêche est (...)

14Les « associations » – et non plus « sociétés civiles » – se formeront conformément à la loi du 1er juillet 1901, avec quelques avantages supplémentaires pour l’obtention de ressources financières. Comme dans l’avant-projet Briand, elles pourront former « des unions avec administration ou direction centrale », au niveau national (ce que certains, à gauche, vont juger très dangereux). La « police des cultes » assimile les cérémonies religieuses à des réunions publiques, tout en simplifiant les formalités à accomplir. L’interdiction de toute pression pour y assister ou pour les perturber13 donne lieu, cette fois, à des peines identiques.

15Les « processions » et « manifestations extérieures » sont possibles, sous réserve de l’autorisation du maire, malgré les demandes pressantes de garantir « dans la rue la neutralité religieuse de l’État » (Le Radical, 9 juin 1904). Enfin, des mesures renforcent la loi de 1887 sur la liberté des cimetières. Le projet sera soumis aux députés dès la fin des vacances parlementaires, avant le vote du budget et… le serpent de mer du débat sur les retraites ouvrières.

  • 14 Au « banquet démocratique » de Carcassonne, le 24 juillet 1904, le Petit Père célèbre sa victoire s (...)
  • 15 Combes n’est pas le seul en jeu. Plusieurs ministres concernés au premier chef (Delcassé, aux Affai (...)
  • 16 Ce qui est, assez souvent, une tendance de la Troisième République, mais la Séparation est un cas s (...)

16Concernant le fond comme le timing, rien n’indique un accord avec le gouvernement. Dans quelle mesure Combes a-t-il été consulté14 ? Celui-ci ne dit pas un mot dans ses Mémoires d’une quelconque concertation. Il semble que, préoccupés par les difficultés de parvenir à un accord interne, Briand et Buisson se soient dit qu’ils n’arriveraient à rien si, en plus, ils devaient prendre l’avis d’un président du Conseil fort réservé à l’égard de la Séparation. Cela signifie l’adoption d’une stratégie jouant le rapport de force avec un gouvernement divisé sur le sujet15 et imposant la primauté du législatif sur l’exécutif16. C’est aussi s’inscrire dans les pas de Jaurès qui, par la publication de la note pontificale, a mis Combes devant le fait accompli. Mais ce qui est possible pour un « scoop » l’est-il pour la réforme considérée comme la plus importante depuis la Révolution française ?

  • 17 J. Jaurès, d’ailleurs, parle de « loi de libération* » quand il s’agit de la loi anticongréganiste, (...)

17Quelles que soient les insatisfactions qu’il suscite, le projet a le grand mérite d’exister. Globalement, il met en avant une conception de la liberté qui n’est plus l’équivalent de « l’émancipation » républicaine (obligatoire). Le « libre exercice des cultes » est devenu un point central. Marginalisant le trio des socialistes-révolutionnaires, profitant de l’absence des radicaux, le tandem Buisson – Briand a fait prédominer la liberté-autonomie sur la liberté-affranchissement17. Dans le champ qualitatif, où s’opposaient deux représentations divergentes de la liberté, la conception libérale l’a emporté. Reste des évaluations quantitatives : quelles garanties sont données à la liberté-autonomie pour qu’elle soit effective (et non en trompe l’œil) ? Quelles limitations raisonnables lui apporter pour que la liberté des uns ne se réalise pas au détriment de la liberté des autres, et tienne compte des nécessités d’un ordre public démocratique ?

  • 18 Dans son Histoire socialiste de la Révolution française, citée par Candar & Duclert (2014 : 279). S (...)
  • 19 Même en tenant compte du genre littéraire de ce type de document, qui, en général, adoucit la teneu (...)

18La minorité socialiste-révolutionnaire a dû, temporairement, renoncer à ses exigences de libération à l’égard de la religion. Elle aurait pu, pourtant, s’appuyer sur des propos de Jaurès qui, en 1901, souhaitait « non seulement la laïcité complète de l’État, mais la disparition de l’Église même et du christianisme18 ». Mais ce dernier cautionne Briand. Et, de son côté, une partie de la minorité du centre et de la droite a abandonné son rôle de défenseur à tout prix du Concordat. La capacité du couple Briand – Buisson à créer un état d’esprit collectif des « Trente-trois » s’est révélée être une réussite. Les séances ont permis de convaincre les uns et les autres de la complexité du dossier. Sans doute le travail commun a-t-il également engendré certaines relations d’estime, voire de cordialité, au-delà des divergences de positions. C’est en tout cas ce qui semble ressortir des comptes-rendus des séances19.

La rupture des relations diplomatiques…

  • 20 Si, au début du xxe siècle, la captation de l’attention n’est pas encore devenue l’enjeu économique (...)
  • 21 Debidour affirme tenir de Dumay lui-même, qui avait lu les missives, qu’elles ne contenaient pas la (...)

19Si la Commission estime avoir « bouclé » son projet, ce résultat reste socialement méconnu. L’attention20 se focalise sur un feuilleton à rebondissements concernant deux évêques « dévoués à la cause républicaine [qui essuient] le mépris des éléments de droite de leurs diocèses et [font] l’objet de commentaires salaces, dépassant de loin les limites de la routine propre aux scandales épiscopaux » (Larkin 2004 : 145). L’évêque de Laval, Mgr Geay, se voit reprocher une liaison avec une prieure carmélite. La preuve en serait des lettres « d’un mysticisme un peu tendre » (Debidour 1909 : 405)21. Le secrétaire d’État de Pie X, Merry del Val, lui enjoint de venir s’expliquer (sans se concerter avec le gouvernement, comme le réclament les articles organiques). Il en est de même de Mgr Le Nordez, évêque de Dijon, accusé d’avoir profité d’une visite dans la capitale pour passer des nuits endiablées avec des actrices et, plus grave, d’être franc-maçon (ce qui n’est nullement prouvé). Des séminaristes refusent d’être ordonnés par ce dernier prélat.

  • 22 Finalement, ils se rendront effectivement au Vatican, ce qui sera considéré par la gauche républica (...)
  • 23 Certains dirigeants du Bloc espéraient soit la démission de Merry del Val, soit sa révocation par P (...)

20Pour Combes, la destitution (ou la démission forcée) d’un évêque nécessite une décision gouvernementale. Or, après diverses péripéties, les deux évêques sont sommés de se rendre au Vatican, dans un délai de quinze jours, sous peine de suspense (9 et 10 juillet 1904)22. Le Petit Père le leur interdit, et fait remettre à Merry del Val23 une double note lui demandant de se rétracter, faute de quoi les relations seraient rompues (23 juillet). Le 26, le prélat déclare que si le gouvernement français prenait des « mesures d’hostilité non justifiables », il en porterait l’entière responsabilité. Le 28, cependant, Clemenceau affirme, dans L’Aurore, tenir de source sûre qu’« un grand effort est fait, tant à Paris qu’à Rome, pour arrêter le conflit » : « tout semble en voie d’arrangement ».

  • 24 La première citation provient du Gaulois (30 juillet), la seconde de La Croix (31 juillet).

21Cette information est fausse. Le 29 juillet, Le Nordez se rend à Rome. Le Conseil des ministres est convoqué pour le lendemain. À son issue, Combes se refuse à toute déclaration par « convenance diplomatique ». Le message est clair, c’est la rupture : « Combes s’est incliné devant les injonctions de M. Jaurès », il a cédé à « la Maçonnerie » prétend l’opposition24, tandis que Clemenceau, comblé, s’agenouille presque en écrivant : « Soyez remercié de tant de grâce, ô Saint Père » : « notre gratitude restera toujours en deçà des services rendus » (L’Aurore, 30 juillet). De fait, une note confidentielle a informé le prélat romain que le gouvernement a « décidé de mettre fin à des relations officielles qui, par la volonté du Saint-Siège se [trouvent] être sans objet ». Le 31 juillet, le personnel de l’ambassade de France part et le cardinal Lorenzelli reçoit l’ordre de quitter Paris.

  • 25 Cité par G. Candar et J. Lalouette in Jaurès 2015 : 91.

22Certains croient que rien de définitif n’est arrivé. Le 3 août, le Times écrit : « It seems not improbable that the conflict between Church and State in France will ultimately end in a new form of compromise25. » Il peut se fonder sur les commentaires du Temps, qui prend « la chose au sérieux » sans « la prendre au tragique » (31 juillet), et du Journal des débats du même jour pour qui « [l]a rupture n’est pas absolument irrévocable » : en Belgique et en Autriche une crise analogue a été suivie de « la reprise des relations ».

23Ce scénario semble improbable… tant que Combes reste au pouvoir. Précisément, Le Radical du 30 juillet craint que des « intrigues » disloquent la majorité à la rentrée parlementaire et provoquent la chute du gouvernement. Combes, espère le quotidien, s’orientera vers une séparation sans « représailles » et, s’il n’est pas suivi sur le chemin séparatiste, « les électeurs se chargeront d’y mettre [bon] ordre » (aux élections de 1906).

  • 26 Cependant, Clemenceau a indiqué : « si nous avons la loi pour nous, la curie romaine n’en a pas moi (...)
  • 27 Il s’agit, en effet, d’une réglementation des articles organiques.
  • 28 Pour le Journal des débats du 31 juillet, « la Cour de Rome a commis des maladresses et, […] quelqu (...)
  • 29 Le ministère des Affaires étrangères effectue, à la hâte, une traduction pour que le Conseil des mi (...)

24La « responsabilité » de la rupture est, de façon prévisible, attribuée au Saint-Siège par la gauche26 et au gouvernement par ses opposants. Cependant, à la surprise des uns et des autres, Le Temps approuve ce dernier : « Le Saint-Siège est coupable » de s’affranchir « des obligations que tous les gouvernements français ont […] considéré que le concordat imposait aux papes, et que tous les papes ont admis[es], du moins dans la pratique »27. L’attitude du pape « déconcerte », fait « supposer […] un désir obscur […] de couper les ponts » (1er août)28. En outre, « détail choquant », la réponse à l’ultimatum gouvernemental, longue de vingt-huit pages, « a été rédigée en italien » qui n’est ni la langue de la France, ni celle de « l’Église » (31 juillet)29.

  • 30 Selon l’expression de La Petite République.

25Le devenir du Protectorat français sur les catholiques « dans le Levant et dans les pays jaunes30 » préoccupe beaucoup la presse. Le Figaro s’alarme de la perte d’une protection des catholiques au moment où « l’effervescence développée dans le Céleste Empire par la guerre russo-japonaise fait redouter de nouveaux attentats » contre les missionnaires (30 juillet). La Petite République du 1er août dénonce à l’avance l’éventuel transfert par la papauté du Protectorat à l’empereur Guillaume. Cela prouverait que le politique l’emporte sur le spirituel : un « réprouvé » serait chargé du « salut des âmes » ! Pour L’Aurore du même jour, de toute façon, cette fonction « n’est plus qu’un mot vide de sens », car les « grandes puissances » prennent en main la protection de leurs nationaux catholiques dans les pays où ils risquent d’être lésés. Débarrassée de cette charge, la France réalisera une économie de « quarante-cinq millions de francs », somme supérieure au budget des cultes (L’Aurore, 6 août) dont la reconduction, année après année, n’a jusqu’alors guère suscité de débat.

L’enquête d’Henri Charriaut, dans Le Figaro… et l’ouverture de certains catholiques

26La Séparation gagnerait-elle à la rupture des relations diplomatiques ? Pour Le Temps du 31 juillet le conflit donnerait plutôt raison à ses opposants : « avec le concordat, le gouvernement français est armé contre les empiètements de Rome, […] avec la séparation, il ne le serait plus ». Cependant, il ne s’agit que d’un tir à un seul coup et, pour la plupart des journaux, le risque (ou la chance) de réaliser la « grande réforme » commence à devenir une possibilité : le Concordat ne peut durablement fonctionner dans un vide diplomatique, soit on se sépare, soit on engage de nouveaux pourparlers.

  • 31 Il s’agit d’une enquête par entretiens, mais des lettres seront aussi envoyées au quotidien.
  • 32 La comparaison entre les entretiens du Figaro et l’ouvrage montre que des passages ont été enlevés (...)

27Briand, après l’avoir toiletté, a déposé le 30 juillet à la Chambre le projet des « Trente-trois », toujours sans faire la une de la presse : la rupture avec le Saint-Siège a complètement éclipsé ce dépôt, tout en confirmant sa pertinence. D’ailleurs, le quotidien Le Figaro charge alors son collaborateur Henri Charriaut d’effectuer une vaste enquête31 sur la Séparation auprès de « personnes autorisées ». Début 1905, le journaliste prétendra regrouper ses résultats dans un livre. Or, l’enquête et l’ouvrage comportent de notables différences : les appréciations du texte de la Commission ont souvent disparu, elles ne paraissent plus d’actualité32 (Charriaut 1905).

  • 33 Culte « dont l’infaillibilité ministérielle serait le dogme fondamental, où Émile Combes serait le (...)
  • 34 À l’exception de Jaurès dans La Dépêche de Toulouse, cf. ci-après.

28Pour nous, elles sont d’autant plus précieuses à connaître, bien que tous les répondants n’aient pas forcément lu le projet des commissaires. L’ancien directeur des Cultes, Flourens, le qualifie d’ailleurs d’« œuvre confuse et touffue » et, pour lui, la Séparation sera « la fondation d’un culte nouveau* » (Le Figaro, 19 août)33. La duchesse d’Uzès trouve le projet d’un « tel imbroglio qu’il faudrait un volume de commentaires pour le tirer au clair » (23 septembre). Effectivement : aucun travail de synthèse des grandes lignes du texte ni de réflexion éditoriale sur ses enjeux34 n’a été entrepris. Les dissidents, qui veulent une séparation dans la liberté, mettent dans le même sac Briand (dont ils ont surtout retenu l’expression « petit profit ») et Combes : « à la rentrée parlementaire, la séparation ne sera toujours pas à l’ordre du jour » (Le Rappel, 1er août).

  • 35 En réponse à l’enquête, A. de Mun se montre moins excessif, mais estime que le projet Briand est «  (...)

29À droite, certains font comme si la Commission n’existait pas ; ainsi L’Écho de Paris du 29 juillet prétend que l’on prépare la Séparation sans se soucier que cette question demande « peut-être un peu d’études et de réflexion ». Le comte de Mun, lui, résume le projet des commissaires par quatre dispositions : suppression du budget des cultes ; églises vendues au plus offrant ; croix démolies dans tous les lieux publics ; prêtres soumis à des « lois de police » telles qu’ils seront mis en prison « toutes les fois qu’ils seront dénoncés » (La Croix, 3 août)35. Dans L’Humanité du 13 août, Briand s’insurge contre cette « mauvaise foi » : trois des quatre affirmations sont mensongères et Mun se garde bien de préciser « que la République dreyfusarde, enjuivée ou protestante selon les cas, se dispose à régler de manière identique le sort des curés, des pasteurs et des rabbins ».

  • 36 Certains affirmaient que F. Desmons, dignitaire de la franc-maçonnerie, avait favorisé sa nominatio (...)

30L’archevêque de Rouen, Mgr Fuzet36, un modéré pourtant, énonce une antienne identique à celle de Mun : il s’agit de « nous ramener au lendemain de la Terreur, à la législation religieuse de la Convention et du Directoire, à une liberté savamment restreinte, humiliée et précaire » (Le Figaro, 10 août). Cette position en est restée à la situation du printemps 1903. D’ailleurs, certaines réponses à l’enquête rejettent, en bloc, « le projet Pressensé ou la proposition Briand » (Georges Noblemaire, 4 septembre), ou visent globalement une séparation qui réduira à un « modeste minimum » la liberté de « l’Église » pour porter à « un maximum les peines dont ils [nos gouvernants] menacent par dix fois ses ministres » (abbé Soulange-Bodin, 8 août).

  • 37 La possibilité d’unions d’associations cultuelles, que le projet de loi Combes supprimera, lui para (...)

31D’autres catholiques se montrent plus informés… et ouverts à un débat, qui sera aussi un combat. Vicaire général de l’archevêché de Paris, l’abbé Odelin est ferme dans la condamnation de principe (c’est « la guerre […] à toutes les religions ») mais beaucoup plus nuancé sur le « projet Briand lui-même : il sera discuté […] article par article. […] La Commission a déjà fait des modifications. Nous avons lieu de croire qu’il y en aura d’autres ». Et la loi de 1901 permettra de sauvegarder « toutes nos œuvres catholiques ». Odelin prévoit « d’instituer une caisse autonome dans chaque diocèse », et une solidarité interdiocésaine pour secourir les « diocèses pauvres »37. À une « dame âgée » qui le supplie de garder « le secret » sur ce que fera l’Église catholique, il réplique : « Nous n’avons rien à cacher. Nous ferons hautement et légalement ce que nous ferons »… et, les « âmes chrétiennes assoupies » vont se réveiller (4 août). Pour cet ecclésiastique, sans cesser de désapprouver le principe de Séparation, l’Église catholique appliquera la loi.

32Une semaine plus tard, le cardinal Labouré, archevêque de Rennes, approuve : « la séparation sera votée, mais avec des modifications au projet » actuel. Dans cette « crise profonde », le « salut » est dans « l’union des catholiques » et dans l’adoption des mesures envisagées par Odelin, dont le propos « est excellemment bien pensé » (12 août). Cette partie de la réponse du vicaire général et la réaction du prélat disparaîtront de l’ouvrage censé publier l’enquête. Entre-temps un raidissement (dû au projet Combes ?) s’est produit dans l’Église catholique et les propos conciliants de certains clercs sont censurés.

  • 38 Le jugement du début (« antilibéral ») est un propos convenu, obligatoire pour être crédible à l’ég (...)

33Pour le comte d’Haussonville, le projet Briand, si « antilibéral qu’il soit, prévoit cependant […] la création d’associations laïques […] pour subvenir aux besoins du culte et pouvant se fédérer entre elles ». Le résultat sera positif : « affranchis des entraves du Concordat, nos évêques pourront se réunir […]. Ainsi l’Église de France, revenant à ses origines populaires, faisant appel au concours des plus humbles, tirant exclusivement ses ressources des fidèles […] pourra connaître des jours [d’épreuve], qui ne seront pas non plus sans gloire », écrit-il le 22 août38. L’ouvrage de Charriaut reproduit cette opinion – un laïc peut tenir des propos devenus incongrus chez des clercs haut placés – sans, cependant, aller jusqu’à reconnaître que Briand est « capable d’une certaine hauteur de vue » : ce jugement de Goyau dans Le Figaro du 27 août ne figure plus dans le livre.

34Les condamnations du travail de la Commission ne sont pas, elles, objet de coupes. Brunetière affirme qu’il s’agit d’« un projet, non de séparation mais de proscription » (Le Figaro, 7 août) ; Denys Cochin insiste sur les conséquences internationales d’une « politique chimérique » où « la France jacobine se met […] en dehors du monde chrétien » (2 septembre). Et si l’épiscopat s’est peu manifesté en août, Charriaut reçoit plusieurs lettres après le discours de Combes à Auxerre, le 4 septembre 1904. Selon le journaliste, elles montrent « deux camps bien tranchés » sur la « tactique à suivre » : « les uns, timides et prudents […], se tiennent dans l’expectative. Les autres, pleins de courage, se prononcent pour l’action immédiate […] et, dès à présent, s’organisent ouvertement pour ne pas être pris à l’improviste » par la future loi (9 septembre). Il est donc évident, pour le journaliste, qu’elle sera mise en application.

  • 39 Le thème des messes qui s’effectueront dans des « granges » est, alors, récurrent dans les milieux (...)

35Des autorités catholiques, comme le cardinal Lécot, archevêque de Bordeaux, évoquent une « persécution » régénératrice : les messes se tiendront dans une « grange abandonnée39 », peut-être que « le sang coulera », mais « la France a besoin de ce spectacle pour s’éclairer ». Grâce au retour de « temps héroïques […], l’énergie actuellement impuissante des évêques et des prêtres [provoquera] de fières revanches, où se retrouveront à la fois la paix de l’Église et les gloires de la France » (9 septembre). Au-delà de l’emphase, ce propos indique l’espoir qu’un bien naîtra de l’excès du mal. Une stratégie intransigeante peut donc avoir toute sa pertinence.

36L’année précédente, un autre journaliste, Narfon, avait interviewé certains évêques : mis à part Mgr Le Camus, évêque de La Rochelle, ils avaient campé sur la défense du Concordat et renvoyé à ce que leur indiquerait le pape si la situation évoluait (cf. Narfon 1912 : 40 sqq.). Or, lors d’une audience, à la mi-août 1904, Pie X aurait déclaré : « Les catholiques ne doivent pas combattre la République mais y entrer, et ainsi ils obtiendront leur part de liberté en se plaçant sur le terrain constitutionnel. […] Nous ne leur enverrons […] aucune encyclique ou document de ce genre » (Le Figaro, 20 août). Le Saint-Père semble vouloir se tenir en dehors de l’affaire ; du moins peut-on le croire.

Les réponses de « la France laïque » et son silence sur le « projet Briand »

  • 40 « Culte païen », « pompe du paganisme » : athée, Lanessan est d’origine protestante.

37Les républicains libres-penseurs qui répondent à l’enquête de Charriaut font silence sur le « projet Briand » – ils ne l’ont pas lu ou ne souhaitent pas l’approuver –, et traitent de la Séparation en général. Leurs réponses ne peuvent qu’inquiéter le lectorat conservateur, et souvent catholique, du Figaro. Ainsi, Lanessan attend de la « suppression du budget des cultes, […] à bref délai, une déchéance profonde de la religion […]. Le peuple de France n’est plus assez croyant pour faire de grand sacrifice à sa foi » : le catholicisme l’a trop habitué au « culte païen des vierges et des saints, aux cérémonies pompeuses […] pour qu’il soit possible de supprimer ce luxe sans porter une atteinte grave à sa religiosité ». Il conclut : « par respect pour la liberté de conscience, la République doit opérer la séparation d’une façon très libérale ». Mais « la frivolité des femmes [sic], […] fleur de [la] clientèle » des églises, fera que les femmes « les déserteront rapidement lorsqu’elles n’y trouveront plus la pompe du paganisme » (Le Figaro, 9 août)40.

38Voilà de quoi conforter ceux – et celles ! – qui pensent que le « libéralisme » de certains projets n’est qu’un leurre. En fait, Lanessan est cohérent : il pense que toute mesure coercitive sera contre-productive : « ni la prison ni le bourreau n’ont jamais pu détruire […] la liberté. Les juifs et les hérésies ont résisté à l’Inquisition, […] aux dragonnades de Louis XIV, […] de même que les catholiques […] aux persécutions […] d’Henry VIII » (Le Siècle, 10 juillet 1904). Or, de toute façon, pour lui, sans le Concordat l’Église catholique s’effondrera, tel un château de cartes.

  • 41 Même si des catholiques affirment « impossible » la réussite de « schismes » : cf. l’abbé Lescœur, (...)

39Autre ancien ministre, Yves Guyot défend aussi une optique libérale susceptible d’inquiéter des catholiques pratiquants. Ce libre-penseur, partisan résolu de « la concurrence religieuse », prône la solution qu’il avait proposée à la Chambre dès 1886 : l’État redonne à chaque commune la somme correspondant à celle qui est prélevée pour le budget des cultes. Curés et desservants devront passer un « traité » avec les conseils municipaux. Et si « une commune préfère […] un pasteur protestant, un prêtre dissident, elle sera libre de le choisir », ou bien elle pourra « consacrer son annuité à des dépenses qu’elle jugera plus utiles » (Le Figaro, 18 août). Voilà de quoi alimenter l’accusation de favoriser des « schismes » ou des cérémonies « profanes » dans les églises, crainte récurrente du discours catholique41.

  • 42 Même si H. Charriaut (1905 : 2) prétend être « resté neutre dans la discussion », il tient compte, (...)
  • 43 Sur H. Loyson, cf. Zuber 1998.
  • 44 Y. Guyot écrit : « Libre-penseur, je reconnais que les libres-penseurs ne sont qu’une minorité. Il (...)

40Charriaut publie également, non sans précaution42, la réponse d’un ex-prêtre, Hyacinthe Loyson, qui a fondé une Église indépendante43. Se situant dans le stéréotype du déclin des « nations catholiques* », ce dernier affirme : « Heureux les peuples qui ont “mangé du Pape*” […]. Ils sont les premiers peuples du monde, tandis que les peuples qui se sont laissé manger par le pape […] sont tombés politiquement, religieusement dans le triste état où nous les voyons. » Moralité : si la France veut achever de « se relever », elle doit « s’affranchir de cette néfaste servitude à l’égard d’un pouvoir étranger44 » (Le Figaro, 12 août).

41Ce n’est pas l’opinion du radical Léopold Thézard, rapporteur au Sénat du projet de suppression de la « loi Falloux ». Selon lui, pour la majorité des Français, « les formes de la religion sont tout au moins une tradition respectable ». Il en conclut que « le budget des cultes est une prime d’assurance que nous payons pour obtenir un apaisement tout au moins relatif ». Ce budget ne permet « pas toujours d’une façon parfaite » d’exiger du clergé catholique de se cantonner au « domaine religieux ». Mais la Séparation ferait le jeu des catholiques « les plus ardents, les plus violents » (24 août). Thézard est soit concordataire, soit partisan de la politique des étapes, et l’étape à réaliser, c’est d’abord le monopole de l’enseignement.

  • 45 Donc Maret le met sur le même plan que les diverses propositions de loi, alors qu’il émane d’une Co (...)

42Le projet de la Commission n’est donc pas défendu par la gauche, excepté mollement par le radical dissident Maret, qui le juge « le moins mauvais de tous45 » et l’accepte comme « base », tout en souhaitant « l’améliorer dans le sens de la vraie liberté » (Le Figaro, 23 septembre). Plus fermement, le progressiste Raymond Poincaré rend hommage à « l’intéressant rapport de M. Briand », mais il ajoute que ses « vues d’avenir » doivent donner lieu à un « débat préparatoire », à soumettre au « suffrage universel » lors des élections de 1906 (20 août).

Un certain Marcel Proust et l’orgasme esthétique de l’assistance aux messes

  • 46 On sait que le premier tome d’À la recherche du temps perdu, refusé par Gallimard, est publié en 19 (...)
  • 47 Son long article dans Le Figaro du 16 août 1904 ne figure pas dans l’ouvrage de Charriaut et n’a do (...)
  • 48 Nous l’avons vu, le délai obligatoire d’affectation était en fait de dix ans (après une année de tr (...)

43Marcel Proust, pas encore célèbre46, s’inquiète d’une possible « mort des Cathédrales47 ». Il trouve « le projet Briand […] beaucoup moins mauvais que tous les autres », et son auteur « tout à fait supérieur » aux autres hommes politiques. Pourtant, il n’a pas lu le texte, car il croit qu’« au bout de cinq ans les églises […] seront souvent désaffectées », transformées en musées ou en casinos48. Il proteste, « d’un point de vue profane »… contre ce risque de profanation.

44L’écrivain se projette dans un futur où, « monuments devenus inintelligibles, mais restés admirables, d’une croyance oubliée, subsistent les cathédrales muettes et désaffectées ». Des « savants » reconstituent les « cérémonies » anciennes et des « artistes », grâce à leurs conseils, essayent de « refaire, pour une heure, le théâtre du drame mystérieux qui s’y déroulait, au milieu des chants et des parfums ». Le gouvernement « soucieux du passé artistique de la France » subventionne « une tentative aussi magnifique », tout comme il donne des aides publiques au théâtre d’Orange, à l’Opéra-Comique, etc. Grâce au travail de ces savants, au talent de ces artistes, de temps à autre, « les sculptures et les vitraux reprennent leur sens, une odeur mystérieuse flotte de nouveau dans le temple, un drame sacré s’y joue, la cathédrale se remet à chanter ».

45Des « caravanes de snobs » se précipitent et assistent à ce spectacle comme ils vont à Bayreuth ou à Orange. Ils veulent « goûter l’œuvre d’art dans le cadre même qui a été construit pour elle ». Malgré tout, ils ne peuvent s’empêcher de penser : « Hélas ! Combien ces fêtes devaient être plus belles quand c’était des prêtres qui célébraient des offices non pour donner aux lettrés une idée de ces cérémonies, mais parce qu’ils avaient […] la même foi que les artistes qui sculptèrent le jugement dernier au tympan du porche, ou peignirent la vie des saints aux vitraux de l’abside. Combien l’œuvre tout entière devait parler plus haut, plus juste quand un peuple répondait à la voix du prêtre, se courbait à genoux quand tintait la sonnette de l’élévation […] parce qu’eux aussi, comme le prêtre, comme le sculpteur croyaient. Mais, hélas ! ces choses sont aussi loin de nous que le pieux enthousiasme du peuple grec aux représentations du théâtre et nos “reconstitutions” ne peuvent en donner une idée. »

  • 49 Les républicains reprochent, eux, au catholicisme d’avoir un esprit « moyenâgeux » ou d’avoir évolu (...)

46Cette projection dans un avenir où la « religion catholique » aurait disparu permet à l’écrivain, a contrario, de se réjouir en affirmant qu’elle n’a pratiquement pas « changé depuis le grand siècle où les cathédrales furent construites49 ». Il est donc possible de venir à un office où « [c]e sont les ministres mêmes du culte qui officient, non dans une pensée d’esthétique, mais par foi, et d’autant plus esthétiquement ». Quant aux « figurants », ils « ne pourraient être souhaités plus vivants et plus sincères, puisque c’est le peuple qui prend la peine de figurer pour nous, sans s’en douter ». En conséquence, « les cathédrales ne sont pas seulement les plus beaux monuments de notre art, mais les seuls qui soient restés en rapport avec le but pour lequel ils furent construits ».

  • 50 Ainsi, Proust partage l’idée que, même préservées de la désaffectation, cathédrales et églises ne s (...)

47Même si une cathédrale (ou « toutes les belles églises ») se trouvait protégée de « désaffectations scandaleuses », en tant que « monument historique », sans vie cultuelle50, elle ne serait plus « qu’un musée ». L’écrivain lutterait-il contre une réduction du « cultuel » à un « culturel » patrimonial ? Son raisonnement se révèle plus ambivalent, voire paradoxal : c’est précisément parce que les cérémonies qui s’y déroulent ne sont pas simulées et que prêtres et assistants croient à ce qu’ils font que ces personnes sont de grands artistes sans le savoir, que la messe est le plus beau, le plus émouvant des spectacles. Aujourd’hui, la visite « culturelle » des cathédrales s’effectue, en général, à des heures différentes des offices. Avec l’écrivain, nous sommes invités à y venir quand ceux-ci ont lieu, non pour y participer, mais pour éprouver une sorte d’orgasme esthétique.

  • 51 Jean, VI, 55, d’après Proust. Il s’agit en fait du verset 53 : « Si vous ne mangez pas la chair du (...)

48Seule la réalité vécue du symbolique donne une plénitude à sa représentation. Selon Proust, les paroles « si profondes » attribuées au Christ – « Excepté si l’on continue à manger la chair du fils de l’homme et à boire son sang, il n’y a plus de vie en nous51 » – peuvent constituer « un axiome d’esthétique* et d’architecture ». Dans cette optique, si le « sacrifice de la messe » n’est plus « célébré dans les églises, il n’y aura plus de vie en elles ». En effet, « [l]a liturgie catholique ne fait qu’un avec l’architecture et la sculpture de nos cathédrales, car les unes comme les autres dérivent du même symbolisme ».

  • 52 Selon toute vraisemblance, il s’agit de la thèse d’É. Male sur L’art religieux au xiiie siècle en F (...)
  • 53 Rational des divins offices ou raisons mystiques et historiques de la liturgie catholique, ouvrage (...)

49Grâce à un « livre admirable » de l’historien de l’art Émile Male52, l’écrivain cite un évêque du xiiie siècle, Guillaume Durand53, donnant la signification « liturgique et historique » d’offices extraordinaires et de simples messes. Il commente : « jusqu’au moindre geste du prêtre, jusqu’à l’étole qu’il revêt, […] à la musique qui se fait entendre alors dans l’immense vaisseau », tout possède une signification symbolique qui concourt à ce que « jamais spectacle comparable […] ne fût offert aux regards et à l’intelligence de l’homme » ; « une représentation de Wagner est peu de choses auprès de la célébration de la grande messe de la cathédrale de Chartres ».

50Mais le spécialiste de John Ruskin sait bien ce que lui aurait répliqué cet auteur : « Jamais vous ne pourrez vous enchanter des formes de l’architecture si vous n’êtes pas en sympathie avec les pensées d’où elles sortirent. » Contre son maître, il invoque le Renan de la Double Prière ainsi que Flaubert, et pense que « la cathédrale, dans son intensité, peut aussi bien donner asile au lettré qu’au croyant, au vague rêveur qu’à l’archéologue ; ce qui importe c’est qu’elle reste vivante ». Et il use d’un ultime argument : les donateurs qui ont contribué « à la décoration de la cathédrale voulurent y conserver à jamais une place ». Pas seulement les princes, mais le peuple : « Ô vous tous, de vos vitraux de Chartres, de Tours, de Bourges, de Sens, d’Auxerre, de Troyes, de Clermont-Ferrand, de Toulouse, tonneliers, pelletiers, épiciers, pèlerins, laboureurs, armuriers, tisserands, tailleurs de pierre, bouchers, vanniers, cordonniers, changeurs, ô vous, grande démocratie silencieuse, fidèles obstinés à entendre l’office, non pas dématérialisés mais plus beaux qu’aux jours de votre vie, dans la gloire de ciel et de sang du précieux vitrage, – vous n’entendrez plus la messe que vous vous étiez assurée en donnant pour l’édification de l’église le plus clair de vos deniers. Les morts ne gouvernent plus les vivants […]. Et les vivants oublieux cessent de remplir les vœux des morts. »

« Que M. Proust se rassure » : les cathédrales vivront

  • 54 Ce n’était pas assuré par le projet Briand en effet, mais ce sera inclus dans la loi de 1905.

51En conclusion, Proust veut obtenir du gouvernement « que le culte soit perpétuellement célébré dans les cathédrales54 » et qu’on accepte « de subventionner l’Église catholique pour l’entretien d’un culte qui importe […] à la conservation du plus noble art français ». Il espère « [soulever] contre le projet Briand nombre de députés, même anticléricaux ».

  • 55 Union pour l’action morale, libre entretien du 29 janvier 1905 (UAM 1905, fasc. 5 : 220). Même aprè (...)

52Ce plaidoyer suscite des réactions. Tenant du spiritualisme républicain, Paul Desjardins partage « ce regret d’artiste » sur la disparition « des pompes du culte ancien ». Néanmoins, il précise qu’« il n’y a pas à craindre que les édifices empreints d’un caractère d’art ou d’une majesté d’histoire soient plus maltraités après la désaffectation qu’ils ne le furent par le mauvais goût du clergé55 ».

  • 56 Des tensions de cet ordre ont eu lieu quand, après Vatican II, des prêtres ont voulu des lieux de c (...)

53On retrouve, de façon plus offensive, ce dernier argument chez Paul Grunebaum-Ballin (1905 : 271-274) : la « langue élégante » de l’écrivain, affirme-t-il, a oublié de nous parler « des statues […] venues en droite ligne du quartier Saint-Sulpice et introduites dans les antiques cathédrales qu’elles auraient toutes envahies si l’État n’y avait point pris garde ». Le juriste cite l’exemple d’un des « chefs-d’œuvre de l’architecture du moyen-âge », l’église Saint-Ouen à Rouen, « déshonorée [sic] » par la mise en place de « statues modernes », que le conseil de fabrique a dû finalement enlever grâce à la vigilance de l’administration des Beaux-Arts56. Céder « la propriété de tous les édifices du culte […] aux associations de fidèles » ferait que « l’État laïque » n’aurait plus le pouvoir d’interdire « l’installation, même à perpétuelle demeure, de statues modernes dans les églises classées comme monuments artistiques ».

54Le collaborateur de Briand conteste, en outre, le lieu commun de la désaffectation : « Que M. Proust se rassure : la vie des cathédrales n’est point menacée. Pendant longtemps encore les cérémonies du culte y seront célébrées, et sans doute avec pompe, grâce à la générosité des fidèles. » C’est, indirectement, signifier que leur destin dépendra de la ferveur religieuse et non de mesures politiques. C’est aussi ne pas exclure la possibilité que, par manque de dévotion, le culte puisse un jour cesser d’y être célébré. Dans une telle conjoncture « ces chefs-d’œuvre ne “mourraient” point pour cela », car c’est un « paradoxe que de vouloir lier irrévocablement [leur] beauté [à leur] destination ». Grunebaum-Ballin compare les belles églises à un « vase finement ciselé [qui] réjouit encore l’œil de l’artiste, quand le parfum, dont il avait la garde, s’est depuis de longs jours évaporé ». La République les conservera donc « avec des soins attentifs […] à titre de monuments artistiques ».

  • 57 UAM 1905, fasc. 5 : 219-226, interventions de la séance du 29 janvier 1905.

55Cette joute est significative de craintes qui précèdent l’élaboration de la loi. Le précédent révolutionnaire reste présent dans les mémoires. Des mémoires catholiques : Leroy-Beaulieu cite une « vieille gravure » qui représente l’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet, à Paris, avec cette inscription : « Dans ce monument, produit de la superstition du passé, et jadis repaire de la paresse, fleurit aujourd’hui l’utile art de la menuiserie. » Il commente « nos ancêtres n’ont pas élevé ces monuments pour la menuiserie mais pour la prière ». Dans des mémoires laïques : Aulard n’a nullement renoncé à la pratique de la première séparation où « plusieurs cultes furent célébrés à Notre-Dame [de Paris] » ; le « culte décadaire », celui des « théophilanthropes », des « catholiques non papistes », et « les papistes » effectuaient une « cérémonie de la réconciliation de l’église » qui leur permettait de célébrer la messe. Comme d’autres libres-penseurs, il peine à comprendre pourquoi le catholique sera « blessé dans sa conscience s’il y a cohabitation dans l’église* »57. Exprimé de façon originale, le problème soulevé par Proust a une portée générale.

Jaurès : le projet Briand acclimatera la Séparation… et, après, on instaurera le monopole

56Avant même la rupture des relations diplomatiques avec le Saint-Siège, Jaurès plaide la cause séparatiste auprès des « républicains [qui] hésitent ». À l’argumentation habituelle, reprise de façon récurrente (le pays n’est « pas prêt » ; ne plus exercer de « discipline gouvernementale » sur le clergé serait dangereux), s’ajoute en effet maintenant l’idée « que Rome aujourd’hui désire la séparation » – son « ton provocant » le prouverait –, ce qui constituerait une raison supplémentaire de l’ajourner.

  • 58 On trouvera l’intégralité du discours in Jaurès 2009 : 648 sqq.
  • 59 Selon Jaurès, le « culte nouveau* » est le socialisme.

57Dans La Dépêche du 21 juillet 190458, le leader socialiste répond à ces arguments. D’abord, écrit-il, « l’éducation laïque de la conscience française a fait de grands progrès » et le « pays républicain » ne verra pas, dans la séparation, un « essai de persécution* » ; ensuite, le clergé vivra « de subventions de fidèles dont beaucoup, s’ils restent attachés à leur ancien culte59, répugneraient cependant à une campagne systématique contre la République et ses lois » ; enfin, « les exigences et les insolences du Vatican n’auront plus de limites [si] la France républicaine […] laisse entendre à un pape agressif qu’elle redoute » la Séparation.

58Jaurès assure donc le « service après-vente » du « projet dont, précise-t-il, notre ami Briand est le rapporteur » : « discuté avec dignité, appliqué sans faiblesse et sans vexation, [il] ne tardera pas à acclimater en France le régime de la séparation, aussi favorable à la sincérité de la vie religieuse qu’à la liberté républicaine et au droit de l’État laïque ».

  • 60 À distance de l’interprétation qu’en donnent G. Candar et J. Lalouette (in Jaurès 2015 : 73), c’est (...)

59Reste un obstacle de taille : l’abandon de la « politique des étapes » suivant laquelle le monopole scolaire précède la Séparation. Le député du Tarn rassure : « il faudra aller jusqu’au monopole laïque de l’enseignement » et la Séparation constituera une étape vers son adoption60 : elle « affaiblira l’école cléricale qui ne pourra plus appeler à elle toutes les ressources catholiques sollicitées désormais par les besoins du culte et qui ne s’appuiera plus sur la puissance officielle d’un clergé d’État ». Pour le lectorat de La Dépêche, quotidien favorable au monopole, cette précision est importante : l’idée du monopole demeure, simplement la Séparation devient prioritaire.

  • 61 Cet ancien professeur à la Sorbonne est « un des prêtres les plus répandus et les plus écoutés du d (...)

60D’ailleurs, dans l’autre camp, certains pensent aussi que le monopole constitue l’enjeu final. Ainsi, l’abbé Lescœur61 écrit que « le projet de nous chasser de nos temples […] ne serait rien si on ne touchait pas à l’enseignement. […] le monopole, voilà ce contre quoi il faut lutter de toutes nos forces. Si nous perdons l’enseignement, nous perdons tout, tout » (Le Figaro, 5 août 1904). Des messes dans les granges*, soit ; mais au moins qu’un enseignement catholique puisse subsister !

  • 62 À noter le terme « Église » au singulier, récurrent chez Jaurès.
  • 63 Ce passage est resté célèbre et l’essentiel en est souvent cité.
  • 64 On trouvera l’intégralité du discours in Jaurès 2009 : 649 sqq.
  • 65 Que Combes prétendait également faire voter avant un débat sur le projet Briand.

61Au moment où commence le congrès socialiste d’Amsterdam, Jaurès s’en prend de nouveau à ceux qui commettraient « la pire des fautes » en ajournant la Séparation. Son argumentation se fait résolument sociale : « Il est temps que ce grand mais obsédant problème des rapports de l’Église et de l’État62 soit enfin résolu pour que la démocratie républicaine puisse se donner tout entière à l’œuvre immense et difficile de réforme sociale et de solidarité humaine que le prolétariat exige […] et que la République doit mener à bien par la concentration de toutes ses énergies et de toutes ses pensées63. » Ironie de la situation : Jaurès, ne pouvant paraître moins à gauche que Combes, ratifie son calendrier : d’abord, discuter « la loi des retraites ouvrières » et, ensuite, « ouvrir le débat sur la séparation » (La Dépêche, 15 août 1904)64. Au moment des élections de 1906, ni les retraites ouvrières, ni même l’impôt sur le revenu65 n’auront été adoptés. La République a ses nouvelles Arlésiennes…

Guesde contre Jaurès : « le paradis terrestre du collectivisme » remplacera celui des religions

  • 66 Si Combes tente, de son point de vue, un équilibre entre l’écoute des revendications et le maintien (...)

62Jaurès et Briand se rendent ensemble à Amsterdam. Ils savent qu’ils sont dans une position difficile. L’année précédente, à Dresde, la social-démocratie allemande a pris position contre toute participation aux « gouvernements bourgeois » et les guesdistes, peu satisfaits des maigres résultats du gouvernement Combes en matière sociale66, menacent d’en faire autant.

  • 67 Cité par Suarez 1938, I : 461.

63Au congrès, Briand défend la « grève générale » : elle constitue « un moyen que le prolétariat aurait le plus grand tort d’abandonner »67, en croyant que seul le Grand Soir changera les choses. Mais sa motion est nettement battue : 34 contre 8. Pour Briand, les socialistes allemands font preuve de duplicité : intransigeants sur les principes, ils ne votent pas moins dans le sens de leur gouvernement quand, selon eux, l’intérêt national allemand est en jeu.

64Dans son discours, intégralement reproduit dans L’Humanité du 19 août 1904, Jaurès assume la politique du Parti socialiste français : elle a « aidé à sauver la République » des « deux périls qui la menacent […], le cléricalisme et le césarisme ». Jaurès sait bien que dans des pays monarchiques l’instauration de la République n’est pas l’objectif primordial du prolétariat. Cependant, le régime républicain revêt « historiquement une signification de progrès et de liberté » en France et, de façon générale, il se révèle « la forme logique et suprême de la démocratie ».

  • 68 Cf. ci-après son interview au journal Neue Freie Presse.

65Le leader du Parti socialiste français poursuit : au congrès de Paris, en 1900, Rosa Luxemburg estimait que la politique religieuse menée par Waldeck-Rousseau constituait le maximum de « l’anticléricalisme bourgeois ». Elle a eu tort. Combes est allé plus loin dans le domaine scolaire, et vient de prendre position pour la Séparation68. Certes, il n’est pas sûr que « toute la majorité [gouvernementale] suivra », mais « si elle le suit, ce sera un pas décisif pour nous » et sinon, nous aurons « le bénéfice moral et politique de n’avoir pris en rien la responsabilité de cet ajournement ».

  • 69 C’est l’idée qui vient à Ch. Benoist quand Jaurès lui présente « le fameux Aristide Briand » et… en (...)

66Jaurès affirme ne rencontrer à ce congrès que « paroles de doute, de blâme, de critique, de désaffection ». Dans cette conjoncture, il pourrait valoriser le fait qu’un socialiste porte le projet de séparation, et maximaliser ses chances de réussite. Or il ne prononce pas le nom de Briand et se montre prudent. Doute sincère, « jalousie inconsciente » à l’égard de son second69 qui, en lui restant fidèle, est en train de se faire son propre nom, et surtout dissensus avec le parti socialiste de France : ces trois raisons peuvent expliquer son attitude.

  • 70 À noter l’équivalence mise entre laïcité et déchristianisation.
  • 71 Cf. Morizet 1904 : 402. Guesde conclut : « Voilà l’abîme entre votre conception et la nôtre. »

67Guesde, en effet, prend directement à partie le député du Tarn. La République que « vous avez sauvée », dit-il, est « bourgeoise en bloc », elle ne peut assurer « l’affranchissement du prolétariat ». « Et la laïcité ? », poursuit-il, « Vous croyez que par la séparation de l’Église et de l’État vous aurez déchristianisé le peuple français70 ? On n’émancipe pas les cerveaux en régime capitaliste ; c’est vouloir blanchir un nègre [sic]. […] Le paradis terrestre de la société collectiviste ou communiste seul remplacera l’ancien paradis des religions ! […] Vous faites surgir votre socialisme de la république, alors que […] c’est le pays qui arrivera le premier à l’évolution capitaliste intégrale qui passera le premier au régime collectiviste71. »

68La motion de Dresde est largement ratifiée par le congrès (25 voix contre 5 et 12 abstentions) et un amendement, qui aurait laissé une marge de manœuvre aux « socialistes de gouvernement », se trouve rejeté de justesse (21/21). Candar et Duclert concluent, pourtant, à une « défaite victorieuse de Jaurès » (2014 : 293). En effet, son adversaire, August Bebel, lui sauve la mise en faisant adopter un texte souhaitant l’unité des socialistes dans chaque pays, à partir des principes établis par les différents congrès (donc pas exclusivement celui d’Amsterdam).

69Effectivement, l’unification du socialisme français taraude le député du Tarn. Quand même, le désaveu est net : juste avant de partir pour Amsterdam, Jaurès estimait qu’« imposer ou conseiller la même tactique socialiste pour la Russie ou pour la France, ce serait folie » (L’Humanité, 10 août). D’ailleurs, après le vote, Briand lui « conseille […] de quitter le congrès […] où dominent des partis qui n’ont pour la plupart […] pas d’expérience de la lutte politique et sociale dans des démocraties » (Unger 2005 : 152) : le député de la Loire craint un parti socialiste unifié, où les guesdistes seront influents.

L’initiative de Briand : élargir la majorité jusqu’à Ribot pour effectuer la Séparation

  • 72 L’importance consacrée, pendant des mois, à cette affaire contraste avec le peu d’intérêt accordé a (...)
  • 73 Selon Combes, il s’agissait d’un coup monté dont il était la victime et où Millerand notamment l’au (...)
  • 74 Waldeck-Rousseau est enterré religieusement et Combes affirme : « ce grand républicain nous apparti (...)

70En août 1904, alors que le Parlement est en vacances, Combes se trouve dans une situation moins favorable que l’année précédente. Une commission parlementaire a enquêté sur le « million des Chartreux* », affaire embrouillée où Edgard Combes, son fils, est accusé de s’être compromis, et dont les rebondissements font le bonheur de la presse72. Le Petit Père est blanchi par la Chambre, mais reste politiquement atteint73. Certains « ministériels » sont tentés par un changement de majorité. Au Bloc des gauches succéderait un « Bloc républicain* » dont les socialistes seraient absents et qui intégrerait, en revanche, les progressistes. D’anciens ministres de Waldeck-Rousseau, qui meurt le 8 août74, retrouveraient des postes. Cela impliquerait la chute de Combes et favoriserait une reprise de pourparlers – discrets ? – avec le Saint-Siège.

  • 75 On constate, une fois de plus, l’emploi bien spécifique du terme « républicain ». Selon Briand, les (...)
  • 76 Allusion à la parabole dite du « Fils prodigue » dans l’Évangile de Luc, XV, 11-32.
  • 77 Comme dans le scénario du Bloc républicain ?

71Briand prend alors une initiative dont il devra se dédouaner par la suite. Dans un éditorial de L’Humanité (6 août 1904), il demande aux progressistes de rejoindre la majorité blocarde pour réaliser ensemble « la seule issue qui reste » après la rupture avec le Vatican : la séparation à partir du projet de la Commission. Il affirme que les socialistes n’y feront pas obstacle, car ils n’ont pas « le goût des représailles ». Au contraire, « il n’est pas un républicain75 qui ne soit disposé à tuer le veau gras76 en leur honneur ». Une seule condition est mise à ce retour des progressistes « dans la maison républicaine » : ne pas vouloir « s’y installer en maîtres77 », mais avoir « voix au chapitre […] comme les autres, au même degré, sans déchéance ni privilège ».

72Deux semaines plus tard, les votes du congrès d’Amsterdam rendront cette proposition irréalisable. L’était-elle dès le départ ? Briand s’est-il montré naïf ou retors en pensant que les relations qu’il avait établies avec les commissaires progressistes et sa connivence avec Ribot le 27 mai lui permettraient de lancer un tel appel ? Difficile de penser que Jaurès, directeur de L’Humanité, ne lui ait pas donné au moins un nihil obstat. Le Temps du 8 août, en tout cas, refuse le projet et considère, ô paradoxe, Briand comme « le plus distingué des opportunistes » ! Le lendemain, toujours dans L’Humanité, le député de la Loire persiste et signe.

  • 78 Les adversaires de Combes font courir le bruit qu’il rêve de la création d’une Église nationale. Un (...)

73Les propos de Briand constituent une contre-attaque face aux projets des modérés du Bloc. Mais, en supposant qu’une majorité allant des socialistes aux progressistes arriverait à s’entendre pour réaliser une séparation libérale, le Petit Père (qui ne supporte pas Ribot) ne serait-il pas mis hors jeu ? Et quel est le jeu de Jaurès qui, tel Janus, défend avec acharnement le président du Conseil au Parlement et laisse Briand lui glisser une peau de banane dans le quotidien socialiste qu’il dirige ? S’agit-il une nouvelle fois d’acculer le chef du gouvernement à rejoindre le camp séparatiste78 ?

  • 79 Dès la rupture des relations diplomatiques, dans L’Aurore du 1er août 1904, Clemenceau avait pressé (...)

74On se trouve à vingt mois d’élections législatives. Ce délai est trop long pour laisser pourrir la situation. Pourtant, plus on se rapprochera de l’échéance électorale, plus la Séparation sera difficile à réaliser avant le verdict des urnes. L’attentisme n’est plus de mise, sauf à « offrir une prime à l’agitation cléricale » (L’Humanité, 9 août). Les articles de Briand semblent bien constituer, en amont des propos explicites, au moins une mise en garde au président du Conseil : « agissez, sinon79… ». Car la rupture avec le Saint-Siège n’est pas aussi totale qu’il y paraît : le chargé d’affaires, Courcel, n’a pas quitté Rome, prétextant des « affaires multiples à régler » et l’ambassade de France en Italie s’est adjoint les services de Mgr Guthlin, le canoniste de l’ex-ambassade auprès du Saint-Siège.

Séparation : Combes se met sur la ligne de départ et prétend libéraliser le projet Briand

75Alors Combes prend position de façon un peu détournée, en donnant à la mi-août, dans sa ville de Pons, une interview au journal autrichien Neue Freie Presse [La Nouvelle Presse libre] ; il sait d’avance que de larges extraits seront reproduits par la presse française. Il commence par affirmer que la France ne tire plus aucun avantage du Protectorat « sur les catholiques de tout l’univers ». Celui-ci avait un sens « quand la France était encore la fille aînée de l’Église » et considérait « ses sœurs cadettes comme des protégées ». Aujourd’hui la République récuse ce statut de « fille aînée ». Elle constate aussi que « ses plus jeunes sœurs ont […] grandi » et que chaque État se révèle capable de « protéger lui-même ses nationaux ».

76Ce propos fera débat. L’écrivain Georges Pellissier l’approuvera : pourquoi « la France républicaine et laïque » protégerait-elle au-delà des mers ce qu’elle combat chez elle ? (L’Aurore, 19 septembre). Dans un discours à la Chambre le 21 octobre, Paul Deschanel répondra que « l’esprit scientifique » doit « distinguer ce qui est de nature différente » et que la Révolution l’avait bien compris. Au « plus fort de la Terreur », alors qu’en France des prêtres étaient déportés et décapités, « le Comité de Salut Public envoyait à nos représentants à Constantinople l’ordre de maintenir nos droits traditionnels et les formes extérieures qui en sont les signes visibles » : l’ambassadeur devait continuer à assister à la messe catholique.

77C’est indiquer que, dans la période la plus extrême de la Révolution, la raison d’État a prédominé sur des principes (sacralisés). C’est la même vision des intérêts de la France qui fonde la politique de la Troisième République, où l’anticléricalisme ne s’applique ni aux affaires coloniales ni aux affaires étrangères. Et, un libre-penseur comme Lanessan, ancien gouverneur général de l’Indochine, doit ferrailler contre d’autres libres-penseurs, persuadés que les missions catholiques propagent la langue et l’influence françaises à l’étranger.

78Revenons à l’interview : l’obstacle « missionnaire » levé, le président du Conseil déclare que, « maintenant », la Séparation est « inévitable ». Il reconnaît : « je n’en étais pas favorable au début, j’ai dû m’en accommoder ». Il ratifie l’« excellente base » du « projet Briand », mais ajoute vouloir « que quelques dispositions fussent formulées dans un sens plus large et plus libre ». Petite phrase qui deviendra grande, car indirectement précisée par un journaliste du Matin, elle déclenche une polémique à plusieurs tiroirs. Retenons, pour l’instant, l’habileté du propos : le Petit Père rassure certains de ses ministres et l’Union démocratique ; il leur indique qu’ils ne gagneront rien en jouant Briand contre lui. Le chef du gouvernement (ré) affirme ainsi son autorité face à la Commission et à son rapporteur : le projet sera adopté par la Chambre « avec la forme [qu’il veut] lui donner ».

  • 80 On peut donc prévoir que le projet de taxe qu’il va élaborer n’inquiétera guère les milieux d’affai (...)
  • 81 À la Commission des finances, se pose la question du renouvellement des crédits de l’ambassade de F (...)

79Mais « ce point de vue assez nouveau » (L’Humanité, 16 août) ne s’accompagne d’aucun engagement sur la date du débat parlementaire : l’automne sera consacré à un débat sur l’impôt sur le revenu… que doit présenter le ministre des Finances, Maurice Rouvier – opposé, en fait, à une modification fiscale80. Puis viendra la « discussion du budget » – avec l’adoption du budget des cultes pour 190581 –, et « après nous verrons » ! On ne saurait être plus imprécis et mieux faire comprendre que la rupture des relations diplomatiques n’a pas changé l’ordre des priorités gouvernementales.

  • 82 Il ne dit rien de la proposition de Briand d’élargir la majorité aux progressistes.
  • 83 Des extraits de l’interview sont publiés par différents quotidiens le 16 août 1904, de L’Humanité e (...)

80Combes est et reste le chef, là est l’important. Il déclare sans détour : « Je ne crains rien. […] Je me sens […] en état de livrer une seconde fois [pour opérer la Séparation] les combats que j’ai déjà livrés [contre les congrégations]. » Il n’y a « personne qui pourrait continuer ma politique dans le sens où je l’ai dirigée et où je veux la poursuivre. […] Une majorité qui comprendrait les progressistes et exclurait les socialistes82, ce serait tout simplement un ministère Méline, […] le plus grand malheur qui peut arriver au pays83 ». Moi ou le chaos, peu de présidents du Conseil de l’époque auraient osé ; lui le peut.

  • 84 Pour Clemenceau, Briand a « courageusement donné l’exemple de la modération », et ainsi a fourni «  (...)

81Clemenceau, qui pourtant ne croit pas aux « hommes providentiels », est contraint d’approuver : Combes a le « devoir » de rester puisqu’il « découvre, un peu tard, à quelle mesure la logique de la situation l’oblige d’aboutir ». Cependant, la proposition de rendre le projet Briand « plus large » inquiète le Tigre84. Il croit savoir – de « source sûre » ! – ce qui se cache derrière ce « langage énigmatique » : Combes réaliserait la Séparation « en quinze ans », par une diminution très progressive du budget des cultes, soit autant d’années « d’agitations intolérables » (L’Aurore, 18 août). Clemenceau est un éditorialiste très percutant, ses « révélations » ne doivent pas forcément être prises pour argent comptant.

Au « banquet républicain » d’Auxerre : vive « le divorce par consentement mutuel » !

  • 85 C’est en ces termes que Combes présente lui-même son discours intégralement reproduit (cf. Combes 1 (...)
  • 86 Mais Combes affirmera au Figaro (10 février 1905) à propos de la Séparation : « Jamais nous n’en av (...)

82Combes choisit la ville moyenne d’Auxerre, dans l’Yonne, pour « [apporter] son adhésion publique à la séparation85 ». Le 4 septembre 1904, jour anniversaire de la fondation de la Troisième République, il préside un banquet républicain pour l’inauguration d’un « marché couvert ». Son ami Bienvenu-Martin, député radical-socialiste de l’Yonne, l’accueille chaleureusement. Le Petit Père est à son affaire dans ces « fêtes populaires » où, acclamé par ses partisans, il joue le contact direct avec « les électeurs républicains » contre les « manœuvres » de ses adversaires politiques, voire de ses amis ! Et, en cet instant, il lui est nécessaire de rebondir. D’après ses Mémoires (1956 : 197-200), il a préparé le terrain par des « entretiens particuliers » avec des membres plutôt concordataires de son cabinet, Chaumié, ministre de l’Instruction publique et Rouvier. C’est plausible86, bien que souligné pour prétendre qu’il aurait été partisan de la Séparation depuis longtemps, mais ne se serait découvert que très progressivement.

  • 87 Bien qu’un conseiller socialiste fasse partie de la majorité municipale.

83L’accueil des Auxerrois est très chaleureux, même si le clergé catholique « brille par son absence ». La Lanterne du 6 septembre 1904 y voit la preuve que « la calotte » considère la séparation comme déjà « effective ». Dans la foule on remarque les militants socialistes, avec leurs drapeaux rouges. Ils acclament le président et conspuent le préfet qui a refusé de les associer à l’organisation de la manifestation87, attitude révélatrice d’un problème plus général : le pouvoir politique et le pouvoir administratif sont loin d’être toujours sur la même longueur d’onde, et Combes a multiplié les directives à l’égard de ce dernier.

  • 88 Il y en avait 600 pour le discours de Waldeck-Rousseau à Toulouse.
  • 89 Cf. Durand & Vaudois 2004.

84Plus de deux mille convives sont présents au banquet88. Le tableau peint en 1906 par Émilie Desjeux, qui « témoigne89 » de cet événement, montre une cinquantaine d’hommes groupés autour de Combes, et une photographie donnant une vue d’ensemble permet d’apercevoir quelques femmes noyées dans une marée masculine, sans existence autre qu’empirique, car le discours du président du Conseil est ponctué par les habituels vibrants « Messieurs ». Ses Mémoires ne font pas allusion, cette fois, à des embrassades avec des « dames » : on est passé aux choses sérieuses ! Cependant, les femmes sont bel et bien représentées : un groupe de jeunes filles, vêtues de blanc, a offert des bouquets au président et c’est une figure féminine qui symbolise la ville sur le menu du banquet. À l’ombre, les jeunes filles en fleurs et la femme-image ; dans la lumière, les « messieurs ».

  • 90 Pour le quotidien Le Soleil (5 septembre 1904), « les pires adversaires » de Gambetta, Ferry, et «  (...)
  • 91 Elle est le « trait d’union » entre la « réaction royaliste », la « réaction bonapartiste » et la « (...)
  • 92 Ces dernières ont eu lieu juste après la rupture des relations diplomatiques avec le Saint-Siège. L (...)

85Combes défend sa politique : dans la lignée des Gambetta, Ferry, Bert, Waldeck-Rousseau90, il a fait de la lutte, contre « la réaction cléricale, la plus insidieuse et la plus redoutable de toutes91 […] l’objet principal de [son] activité ». Il a combattu sans relâche le « flot dévastateur » des congrégations : la France était « envahie et à demi conquise » quand il a « pris le pouvoir ». Il n’a pas faibli malgré les « injures », les « calomnies » et, « plus pénible » encore, « les défections ». Mais le succès des « ministériels » aux élections municipales et départementales92 donne raison au gouvernement. Et Combes s’exclame : « Messieurs, vous l’avez vu à l’œuvre. C’est à vous de dire s’il s’est montré à la hauteur de sa tâche. »« Oui ! Oui ! » répondent en chœur les convives : on n’en attendait pas moins d’eux !

86Après ce quitus, donné en hors-d’œuvre, le Petit Père annonce qu’il lui « reste un autre devoir à remplir » : « Libérer la société française de la sujétion traditionnelle que font peser sur elle les prétentions pontificales. » La phrase fait « sensation » : elle laisse présager une dénonciation du Concordat. L’attente du public ne sera pas déçue. « Il est évident, leur déclare Combes, provoquant des “rires et [des] bravos”, que la seule voie restée libre aux deux pouvoirs en conflit, c’est la voie ouverte aux époux mal assortis, le divorce et, de préférence, le divorce par consentement mutuel. »

  • 93 Ultérieurement une caricature, mise en couverture de l’ouvrage de Chr. Bellon (2016a), montre Brian (...)
  • 94 Clemenceau récuse donc la perspective de la religion civile chère à Rousseau (auquel É. Combes se r (...)

87La métaphore sera portée au crédit du président du Conseil. En réalité, celui-ci l’emprunte à Clemenceau qui a intitulé son éditorial de L’Aurore du 21 juillet 1904 « Divorçons » : il faut, « prononcer le mot terrible : “divorçons”. […] Divorçons donc et soyons bons amis93. Damnez-moi, doux chrétien, si cela vous amuse. Moi je respecterai jusqu’à cet usage, si peu bienveillant, de votre liberté94. » Pour le Tigre, la rupture des relations diplomatiques n’atteste pas le divorce tant que l’attaché d’affaires reste à Rome : « Quand deux époux se quittent, il est d’usage, si l’un des deux éprouve des regrets, qu’il oublie un objet tout au fond d’une armoire afin d’avoir l’occasion de reprendre l’entretien rompu. Les “affaires multiples” de M. de Courcel sont peut-être […] une paire de chaussettes qu’il ne peut pas retrouver » (L’Aurore, 11 août). Durant le mois d’août, Clemenceau critique Combes avec virulence tout en lui demandant de rester au pouvoir et d’« agir »… dans le sens qu’il souhaite.

  • 95 C’est une manière d’indiquer – de faire croire ? – que la décision de Combes d’opérer la Séparation (...)

88Le propos de Combes à Auxerre répond indirectement à ces attaques : selon le Petit Père le divorce n’est pas dû à une simple « incompatibilité d’humeur », mais bien à « une incompatibilité radicale de principes95 ». Le « parti républicain » acceptera donc, « sans répugnance, la pensée du divorce […] dans un sentiment de paix sociale et de liberté religieuse ». Les « travaux » de la Commission « serviront de base à une discussion […] conciliante et sincère ». Elle aboutira à « une bienveillance* envers les personnes » pour désarmer « les défiances » et rendre « acceptable » cette « ère nouvelle et durable […], garantissant aux communions religieuses une liberté réelle sous la souveraineté incontestée de l’État ». Il n’existe pas « de concession raisonnable, pas de sacrifice conforme à la justice » que le président du Conseil ne soit disposé à « conseiller », au sujet des « édifices affectés au culte » ou des « pensions à allouer aux titulaires actuels des services concordataires ».

  • 96 Plus prudent que dans l’interview à Neue Freie Presse, il estime que les « deux questions ne sont p (...)
  • 97 Retour à ce qu’il avait dit le 27 mai et à moitié démenti dans l’interview à la Neue Freie Presse ( (...)
  • 98 Au-delà de propos convenus, Combes fait peut-être allusion à l’importance qu’a revêtue le jansénism (...)

89Le discours s’achève par le refus d’un chantage pontifical sur « le protectorat des chrétiens dans les contrées orientales96 » et la réaffirmation – après plus de deux ans de pouvoir ! – d’une prochaine réalisation du programme gouvernemental (impôt sur le revenu, loi sur les retraites ouvrières lors de « la session ordinaire de 1905 » puis, « immédiatement après, […] débat sur la séparation »)97. Et… le Petit Père clôt son discours par l’essentiel : il lève son verre « à la ville d’Auxerre, […] à la démocratie de l’Yonne [et] aux vaillants vignerons de ce département, qui s’est distingué de tout temps par l’indépendance du caractère et l’ardent amour de la liberté98 ».

  • 99 J. de Bonnefon, fonds Émile Combes 13J22, archives départementales de la Charente-Maritime à La Roc (...)

90D’après un collaborateur du Gaulois, Jean de Bonnefon, bien introduit au Vatican, le pape aurait été impressionné par ce discours. Pie X aurait déclaré à un évêque italien qui « a vécu à Paris », à propos de Combes : « C’est un vrai diable cet homme ! Mais un diable très fort. […] Lorenzelli [le nonce apostolique] me soutenait encore à la dernière audience que Combes […] était un vieillard prêt à faiblir. [Mais] son discours, Je l’ai lu. C’est très fin ; c’est plein de bonhomie d’un bout à l’autre. C’est du mépris qu’il nous jette bien poliment, bien doucement sur la tête […] ce petit vieux qui nous mord. […] Ce discours de Combes est un morceau capital, parce que cela est simple, parce que cela va aux masses. Savez-vous si les gens du peuple, les ouvriers et les gens des campagnes lisent ces discours-là (geste d’ignorance esquissé par l’évêque). […] Il nous faut un homme comme cela simple et clair, pour faire briller la vérité tandis que lui fait briller l’erreur99 ».

Notes

1 C’est ce qui ressort des procès-verbaux (rédigés par G. Deville) et est confirmé par G. Grosjean dans Le Figaro du 7 août 1904.

2 Cette coopération durera jusqu’à la séance du 28 novembre 1904, où la discussion d’un projet de loi déposé par Combes le 10 novembre à partir de ses « observations » sur le projet Briand va, de nouveau, couper en deux la Commission.

3 Jaurès se réjouit que Combes ait accepté, « pour les premiers mois de 1905, le débat nécessaire sur la séparation ». Mais, habilement, le Petit Père revient partiellement sur sa concession du 27 mai en intercalant la – difficile – question des « retraites ouvrières » entre le vote du budget de 1905 et ce débat.

4 On retrouvera ces deux aspects dans les débats parlementaires : les membres du centre et de la droite qui acceptent de discuter sont, néanmoins, constamment sur la défensive, tendent à surinterpréter certains articles dans un sens négatif pour leur perspective. Briand rassure en donnant les raisons de ces dispositions ou en proposant un court ajout. Il calme le jeu qui, de manière récurrente, a besoin de l’être (cf. le tome II).

5 Notamment les rites de passage. Briand a bien compris que le conflit de deux France s’incarne au quotidien dans des questions très « terre à terre ». Le problème récurrent de la sonnerie des cloches en est un bon exemple (cf. Corbin 1994).

6 Il comporte quarante articles, plus deux articles bis. Ma synthèse, forcément partielle, rend compte du point d’équilibre auquel la Commission est parvenue. Les phases suivantes le déplaceront. En revanche, l’article 1er demeurera tel quel.

7 Cette phrase est – encore – empruntée à la loi de séparation de 1795.

8 On le constate : le refus de tout financement public des cultes est indiqué avec insistance.

9 Le minimum de 600 F, prévu dans l’avant-projet Briand, n’est pas indiqué.

10 Ce qui avalise l’interprétation républicaine.

11 Le pari de Briand semble clair : en dix ans, la situation sera pacifiée. Mais cela reste un pari.

12 Aux catholiques qui s’estimaient propriétaires des églises antérieures au Concordat, la gauche répliquait (notamment) que les communes et l’État avaient la charge des réparations.

13 À la différence du droit commun des réunions publiques, il ne peut y avoir de débat. Le prêche est distingué d’une conférence.

14 Au « banquet démocratique » de Carcassonne, le 24 juillet 1904, le Petit Père célèbre sa victoire sur « l’invasion monacale* » et affirme que « toute sa politique […] a été une politique d’émancipation et de liberté » (Combes 1905 : 273 sqq., 282 sqq.). Sur la « question des rapports entre l’Église et l’État », il se contente d’un clin d’œil à son auditoire : « Des incidents récents l’éclairent sous un jour singulièrement lumineux. Ils sont de nature à favoriser une solution qui est dans les vœux de tout le parti républicain. (Bravos répétés) » (ibid. : 284). Compte tenu de l’atmosphère d’un banquet, c’est ce que l’on appelle le « minimum syndical » !

15 Combes n’est pas le seul en jeu. Plusieurs ministres concernés au premier chef (Delcassé, aux Affaires étrangères ; Rouvier, aux Finances) ne sont pas séparatistes.

16 Ce qui est, assez souvent, une tendance de la Troisième République, mais la Séparation est un cas spécifique et Combes un président du Conseil différent de beaucoup d’autres.

17 J. Jaurès, d’ailleurs, parle de « loi de libération* » quand il s’agit de la loi anticongréganiste, et de « loi de liberté* » quand il s’agit de la future loi de séparation.

18 Dans son Histoire socialiste de la Révolution française, citée par Candar & Duclert (2014 : 279). Sans parler de son discours de mars 1904 sur le Syllabus contenu dans l’Évangile.

19 Même en tenant compte du genre littéraire de ce type de document, qui, en général, adoucit la teneur des échanges dont il rend compte.

20 Si, au début du xxe siècle, la captation de l’attention n’est pas encore devenue l’enjeu économique majeur qu’elle représente aujourd’hui (cf. Citton 2014a et b), elle constitue déjà un enjeu politique et social important que le processus de Séparation illustre fort bien.

21 Debidour affirme tenir de Dumay lui-même, qui avait lu les missives, qu’elles ne contenaient pas la preuve formelle d’un passage à l’acte. Peu importe d’ailleurs.

22 Finalement, ils se rendront effectivement au Vatican, ce qui sera considéré par la gauche républicaine comme une preuve déterminante que le Concordat n’est plus appliqué.

23 Certains dirigeants du Bloc espéraient soit la démission de Merry del Val, soit sa révocation par Pie X (Le Siècle, 6 juillet 1904).

24 La première citation provient du Gaulois (30 juillet), la seconde de La Croix (31 juillet).

25 Cité par G. Candar et J. Lalouette in Jaurès 2015 : 91.

26 Cependant, Clemenceau a indiqué : « si nous avons la loi pour nous, la curie romaine n’en a pas moins le bon sens de son côté » (L’Aurore, 20 juillet). Le lendemain, il précise : Combes peut-il prétendre « avoir l’autorité dogmatique pour se prononcer en la matière », se proclamer « demi-pape* » et estimer que, sans lui, « Pie X » ne serait pas un « pape complet » ? Pour le sénateur, la seule « conception rationnelle » consiste à dire : « l’État est un gouvernement, l’Église est une liberté », et à supprimer les « privilèges » du Concordat pour des raisons de fond, non pour des « querelles ridicules ».

27 Il s’agit, en effet, d’une réglementation des articles organiques.

28 Pour le Journal des débats du 31 juillet, « la Cour de Rome a commis des maladresses et, […] quelques incorrections ». Sur le fond cependant, elle a raison : aucun traité ne peut « dépouiller » le pape de « sa juridiction spirituelle ».

29 Le ministère des Affaires étrangères effectue, à la hâte, une traduction pour que le Conseil des ministres en ait connaissance.

30 Selon l’expression de La Petite République.

31 Il s’agit d’une enquête par entretiens, mais des lettres seront aussi envoyées au quotidien.

32 La comparaison entre les entretiens du Figaro et l’ouvrage montre que des passages ont été enlevés et d’autres ajoutés (quelques-uns font allusion à des événements ultérieurs à l’été 1904). L’ouvrage contient également les points de vue (publiés ailleurs) de protestants et de juifs, dont aucun n’avait été interrogé.

33 Culte « dont l’infaillibilité ministérielle serait le dogme fondamental, où Émile Combes serait le père, M. Edgard [Combes, membre du cabinet de son père], le Fils et M. Jaurès, le Saint-Esprit ». Aucune place n’est faite à Briand dans cette trinité.

34 À l’exception de Jaurès dans La Dépêche de Toulouse, cf. ci-après.

35 En réponse à l’enquête, A. de Mun se montre moins excessif, mais estime que le projet Briand est « une police des cultes qui organise […] la mise en surveillance de l’Église catholique » (Le Figaro, 23 septembre 1904).

36 Certains affirmaient que F. Desmons, dignitaire de la franc-maçonnerie, avait favorisé sa nomination. Sur l’épiscopat en 1904-1905 et ses membres, cf. Société bibliographique (1907) et l’étude de J.-O. Boudon (1996).

37 La possibilité d’unions d’associations cultuelles, que le projet de loi Combes supprimera, lui paraît donc essentielle.

38 Le jugement du début (« antilibéral ») est un propos convenu, obligatoire pour être crédible à l’égard d’un public catholique : pour d’Haussonville, le « projet de M. Briand » est meilleur que « le pacte de servitude* » qu’est devenu le Concordat.

39 Le thème des messes qui s’effectueront dans des « granges » est, alors, récurrent dans les milieux catholiques.

40 « Culte païen », « pompe du paganisme » : athée, Lanessan est d’origine protestante.

41 Même si des catholiques affirment « impossible » la réussite de « schismes » : cf. l’abbé Lescœur, Le Figaro du 5 août ; l’abbé Fonssagrives, celui du 14 août ; et l’abbé Besse, celui du 17 août, qui envisage les possibilités d’un catholicisme « républicain » gallican, une scission du « jeune clergé […] assez indépendant d’idées » et en « conflit […] très aigu [avec les] doctrinaires de la tradition », cela en alliance avec le protestantisme dont les désirs de « revanche éclatent ». Ces tentatives échoueront : « l’Église de France […] est d’autant plus romaine qu’on l’a découragée d’être autre chose » et les époques des schismes sont celles « de foi et d’enthousiasme », ce qui n’est plus le cas en France. Ce propos audacieux a disparu dans l’ouvrage.

42 Même si H. Charriaut (1905 : 2) prétend être « resté neutre dans la discussion », il tient compte, en fait, du lectorat du Figaro : le texte de H. Loyson est précédé de la mention « nous [le] publions à titre simplement documentaire » (supprimée dans l’ouvrage).

43 Sur H. Loyson, cf. Zuber 1998.

44 Y. Guyot écrit : « Libre-penseur, je reconnais que les libres-penseurs ne sont qu’une minorité. Il est indéniable que la grande majorité des hommes éprouvent le besoin d’être unis par un lien religieux ». Et il conclut : « la France a tout à perdre en restant catholique et tout à gagner en devenant protestante » (Le Figaro, 18 août).

45 Donc Maret le met sur le même plan que les diverses propositions de loi, alors qu’il émane d’une Commission parlementaire.

46 On sait que le premier tome d’À la recherche du temps perdu, refusé par Gallimard, est publié en 1913 à compte d’auteur chez Grasset.

47 Son long article dans Le Figaro du 16 août 1904 ne figure pas dans l’ouvrage de Charriaut et n’a donc pas été pris en compte par les historiens de la Séparation.

48 Nous l’avons vu, le délai obligatoire d’affectation était en fait de dix ans (après une année de transition) et, contrairement aux allusions de l’article, le prix de location n’allait pas « forcer » l’épiscopat à renoncer à louer les cathédrales : son coût maximal ne devait pas dépasser 10 % des ressources de l’association cultuelle. Proust aurait pu, en revanche, s’en prendre à la disposition confiant les grosses réparations à l’association.

49 Les républicains reprochent, eux, au catholicisme d’avoir un esprit « moyenâgeux » ou d’avoir évolué dans le mauvais sens avec le Syllabus et le dogme de l’infaillibilité pontificale.

50 Ainsi, Proust partage l’idée que, même préservées de la désaffectation, cathédrales et églises ne serviront plus à l’exercice du culte.

51 Jean, VI, 55, d’après Proust. Il s’agit en fait du verset 53 : « Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme et si vous ne buvez pas son sang, vous n’aurez pas en vous la vie » (traduction œcuménique de la Bible).

52 Selon toute vraisemblance, il s’agit de la thèse d’É. Male sur L’art religieux au xiiie siècle en France, soutenue en 1899.

53 Rational des divins offices ou raisons mystiques et historiques de la liturgie catholique, ouvrage réédité à Paris en 1854 par Louis Vivès, éditeur-libraire.

54 Ce n’était pas assuré par le projet Briand en effet, mais ce sera inclus dans la loi de 1905.

55 Union pour l’action morale, libre entretien du 29 janvier 1905 (UAM 1905, fasc. 5 : 220). Même après la chute de Combes, un intellectuel comme Desjardins ne réfute pas l’idée d’une probable désaffectation de certaines cathédrales.

56 Des tensions de cet ordre ont eu lieu quand, après Vatican II, des prêtres ont voulu des lieux de cultes plus dépouillés et elles sont toujours susceptibles de se produire aujourd’hui.

57 UAM 1905, fasc. 5 : 219-226, interventions de la séance du 29 janvier 1905.

58 On trouvera l’intégralité du discours in Jaurès 2009 : 648 sqq.

59 Selon Jaurès, le « culte nouveau* » est le socialisme.

60 À distance de l’interprétation qu’en donnent G. Candar et J. Lalouette (in Jaurès 2015 : 73), c’est en référence au combat pour le monopole – et non au fait que les écoles congréganistes ont dix ans pour fermer – que, d’après moi, Jaurès écrit : « la laïcisation de l’école se complète » et non « est complète ».

61 Cet ancien professeur à la Sorbonne est « un des prêtres les plus répandus et les plus écoutés du diocèse de Paris », selon H. Charriaut (1905 : 272).

62 À noter le terme « Église » au singulier, récurrent chez Jaurès.

63 Ce passage est resté célèbre et l’essentiel en est souvent cité.

64 On trouvera l’intégralité du discours in Jaurès 2009 : 649 sqq.

65 Que Combes prétendait également faire voter avant un débat sur le projet Briand.

66 Si Combes tente, de son point de vue, un équilibre entre l’écoute des revendications et le maintien de « l’ordre républicain », ce n’est nullement ressenti ainsi dans certains milieux populaires. Ainsi, Le Cri de Paris du 17 avril 1904 s’indigne : « les ouvriers socialistes d’Amiens, comme ceux de Lille ou de Roubaix, ont senti le sabre des gendarmes et la baïonnette des fantassins ; de vigoureuses charges de hussards leur ont prouvé l’intérêt que le Bloc porte à la question sociale ». Après la passe d’armes entre Millerand et Jaurès (cf. chapitre 5), le magazine catholique Le Pèlerin publie « un remarquable dessin satirique » où « un ouvrier vient demander sa retraite à Combes, et celui-ci le renvoie aux calendes grecques ». Assis à une table, à côté du président du Conseil, Jaurès sert « de greffier » (Merle 1995 : 356).

67 Cité par Suarez 1938, I : 461.

68 Cf. ci-après son interview au journal Neue Freie Presse.

69 C’est l’idée qui vient à Ch. Benoist quand Jaurès lui présente « le fameux Aristide Briand » et… en dit du mal (Revue universelle, 15 janvier 1934, p. 130 sqq.).

70 À noter l’équivalence mise entre laïcité et déchristianisation.

71 Cf. Morizet 1904 : 402. Guesde conclut : « Voilà l’abîme entre votre conception et la nôtre. »

72 L’importance consacrée, pendant des mois, à cette affaire contraste avec le peu d’intérêt accordé au travail de la Commission et à ses résultats.

73 Selon Combes, il s’agissait d’un coup monté dont il était la victime et où Millerand notamment l’aurait piégé (cf. Combes 1956 : 157-184).

74 Waldeck-Rousseau est enterré religieusement et Combes affirme : « ce grand républicain nous appartient après sa mort, quoi que l’Église ait pu entreprendre sur son cadavre » (1905 : 296). Autrement dit, l’enterrement religieux serait… antirépublicain. Il constitue, en tout cas, avant la Séparation, un enjeu politique.

75 On constate, une fois de plus, l’emploi bien spécifique du terme « républicain ». Selon Briand, les progressistes, en se situant dans l’opposition au Bloc des gauches, ne seraient plus complètement des « républicains ». Au contraire, dans le projet des radicaux modérés, les socialistes deviendraient des républicains problématiques, car ils seraient en dehors du « Bloc républicain ».

76 Allusion à la parabole dite du « Fils prodigue » dans l’Évangile de Luc, XV, 11-32.

77 Comme dans le scénario du Bloc républicain ?

78 Les adversaires de Combes font courir le bruit qu’il rêve de la création d’une Église nationale. Une caricature lui fait dire : « La création d’un schisme. Oui. Mais avec moi comme pape. […] Au fond, ma première vocation ecclésiastique ne m’a jamais tout à fait abandonné. »

79 Dès la rupture des relations diplomatiques, dans L’Aurore du 1er août 1904, Clemenceau avait pressé Combes d’agir : « La rupture du pacte concordataire entre la puissance d’obscurantisme et la Révolution se trouve, au rebours de ce qui se pouvait prévoir, mise en pratique avant d’avoir été décrétée. Il ne reste plus qu’à savoir si nous aurons le courage de mettre en formule législative l’événement que nous imposent les circonstances. » Ce serait une « indigne comédie, si ce n’est pas la préface de la dénonciation du Concordat ».

80 On peut donc prévoir que le projet de taxe qu’il va élaborer n’inquiétera guère les milieux d’affaires mais, en revanche, provoquera des critiques chez les socialistes et les radicaux-socialistes et, par conséquent… un long débat parlementaire.

81 À la Commission des finances, se pose la question du renouvellement des crédits de l’ambassade de France au Vatican. Delcassé, en tout cas, continue à payer le « canoniste indépendant », Mgr Guthlin, sur les crédits attribués à cette ambassade.

82 Il ne dit rien de la proposition de Briand d’élargir la majorité aux progressistes.

83 Des extraits de l’interview sont publiés par différents quotidiens le 16 août 1904, de L’Humanité et L’Aurore au Figaro et à La Libre Parole.

84 Pour Clemenceau, Briand a « courageusement donné l’exemple de la modération », et ainsi a fourni « aux républicains de toutes nuances une base excellente de discussion » (L’Aurore, 17 août 1904).

85 C’est en ces termes que Combes présente lui-même son discours intégralement reproduit (cf. Combes 1905 : 294-318).

86 Mais Combes affirmera au Figaro (10 février 1905) à propos de la Séparation : « Jamais nous n’en avons parlé lui [Rouvier] et moi. »

87 Bien qu’un conseiller socialiste fasse partie de la majorité municipale.

88 Il y en avait 600 pour le discours de Waldeck-Rousseau à Toulouse.

89 Cf. Durand & Vaudois 2004.

90 Pour le quotidien Le Soleil (5 septembre 1904), « les pires adversaires » de Gambetta, Ferry, et « même Waldeck […] n’auraient pas songé à leur infliger pareille humiliation ».

91 Elle est le « trait d’union » entre la « réaction royaliste », la « réaction bonapartiste » et la « réaction nationaliste », et « déguise sous un masque républicain son projet d’asservissement intellectuel et moral ». On a vu, cependant, que certains nationalistes sont séparatistes.

92 Ces dernières ont eu lieu juste après la rupture des relations diplomatiques avec le Saint-Siège. L’opposition républicaine déclara d’abord que le Bloc était affaibli, mais les élections des bureaux des assemblées départementales démentirent ce diagnostic. Pour les municipales, Paris, aux mains des nationalistes depuis 1900, fut reconquise par une mouvance allant des modérés du Bloc aux socialistes-révolutionnaires.

93 Ultérieurement une caricature, mise en couverture de l’ouvrage de Chr. Bellon (2016a), montre Briand déclarant à Marianne et à un ecclésiastique : « Puisqu’il le faut, séparez-vous mais tâchez de rester bons amis. »

94 Clemenceau récuse donc la perspective de la religion civile chère à Rousseau (auquel É. Combes se rattache), pour qui « on ne peut pas vivre en paix avec quelqu’un que l’on croit damné » et qui ne distingue pas, en conséquence, contrairement à Locke, « tolérance civile » et « tolérance théologique ».

95 C’est une manière d’indiquer – de faire croire ? – que la décision de Combes d’opérer la Séparation est mûrement réfléchie depuis longtemps.

96 Plus prudent que dans l’interview à Neue Freie Presse, il estime que les « deux questions ne sont pas nécessairement liées » : l’une concerne « nos rapports avec la papauté, l’autre nos relations diplomatiques avec d’autres puissances ».

97 Retour à ce qu’il avait dit le 27 mai et à moitié démenti dans l’interview à la Neue Freie Presse (« après on verra »).

98 Au-delà de propos convenus, Combes fait peut-être allusion à l’importance qu’a revêtue le jansénisme dans ce département.

99 J. de Bonnefon, fonds Émile Combes 13J22, archives départementales de la Charente-Maritime à La Rochelle.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search