Version classiqueVersion mobile

La loi de 1905 n’aura pas lieu

 | 
Jean Baubérot
, 
Dorra Mameri-Chaambi

Seconde partie. La première « guerre » des séparations républicaines

Chapitre 6. Arrêt sur image États-Unis et/ou Mexique : quel modèle pour la laïcité française ?

Texte intégral

  • 1 Un des mots les plus utilisés en 1903-1904 dans les articles concernant la Séparation.
  • 2 Le terme revient à plusieurs reprises dans la presse républicaine.

1Toute rupture structurelle avec la situation établie, tout virage vers un chemin non balisé provoque beaucoup d’inquiétude, voire d’angoisse : en allant vers l’inconnu ne risque-t-on pas de tomber dans un précipice ? La position ambiguë de certaines personnalités politiques, favorables à la Séparation tout en agissant en faveur de la prolongation du Concordat, est, en bonne part, due à cette crainte de « l’aventure1 ». La politique dite « des étapes » vise à prendre les « précautions2 » nécessaires avant d’effectuer le grand saut. On le devine : ces précautions ne seront jamais suffisantes !

2À cette appréhension, les projets séparatistes du printemps 1903 (ceux de Pressensé, Hubbard, Boissy d’Anglas) ont répondu, avec l’appui d’historiens renommés (Aulard, Champion, etc.) : n’ayez pas peur, il ne s’agit pas d’une novation, mais de faire revivre la séparation révolutionnaire, celle des années heureuses de la fin du xviiie siècle. Autrement dit : ce qui va être a déjà existé. L’échec de cette politique religieuse est, affirme-t-on, la faute de Bonaparte. Mais l’Histoire ne « marche » jamais à reculons. De plus, la première séparation n’a pas empêché un rapide retour de la guerre politico-religieuse avant l’instauration du Consulat… « républicain ».

  • 3 Cf. son discours du 8 septembre 1885 qu’il reproduit in Brisson 1905 : xv sqq.

3 On tente alors d’atténuer la législation de 1795… ce qui ne saurait suffire, car la Séparation pousse au paroxysme la grande question que libéraux et/ou républicains se posent depuis la fin de l’épopée commencée en 1789 : comment réussir là où la Révolution a échoué ? Comment réinstaurer sa symbolique, ses valeurs, sans reprendre les errements de sa politique ? Le séparatiste Brisson, président du Conseil en 1885, rend le Panthéon à sa « destination laïque », acte symbolique de filiation révolutionnaire, sans effectuer la séparation pour autant. Il l’assume : « le pays n’est pas mûr » et, au Tonkin, la France doit se comporter en « puissance catholique » pour assurer sa domination coloniale3.

  • 4 Contrainte ambivalente puisqu’il s’agit de réaliser l’idéal séparatiste révolutionnaire, sans repro (...)
  • 5 À la surprise générale, le 21 octobre 1904, P. Deschanel présentera à la Chambre la même perspectiv (...)

4En 1903, Briand commence à dissocier la Séparation du modèle de 1795, même si la Révolution en tant qu’entité historique globale continue, et continuera, d’exercer une forte contrainte symbolique4. Mais comment alors rendre mentalement envisageable ce qui n’a jamais existé en France ? Dans son article censuré par Le Radical, Henri Maret propose une autre voie : celle « des pays […] où ces questions cléricales ne se posent jamais […], où les Églises sont séparées de l’État » et où celui-ci peut s’occuper des problèmes essentiels (Le Temps, 30 mai 1904)5. À la reconstitution d’une réalité politico-historique française idéalisée se substitue la description d’une réalité géopolitique mondiale tout autant embellie. La Séparation est possible : la preuve, elle existe déjà ailleurs, pour le meilleur. Si nombre d’acteurs nuancent, voire critiquent cette vision des choses, l’évaluation de ce que doit – ou peut – être la future Séparation par comparaison avec celles de pays étrangers se révèle une composante non négligeable au moment où l’idée de Séparation se transforme en éventualité plausible.

« Nations protestantes », « nations catholiques » et Séparation

  • 6 Au moment de la promulgation du Concordat en avril 1802, l’Institut de France met en concours la qu (...)
  • 7 Résumé par S. Bernard-Griffiths (1988).

5Les notions de « nations catholiques* » et de « nations protestantes* » sont récurrentes au xixe siècle. Pour un courant philosophique libéral, incarné par Germaine de Staël-Necker et Benjamin Constant, le protestantisme a manqué à la France pour réussir le passage à la modernité politique lors de la tourmente révolutionnaire6. Edgar Quinet radicalise cette thèse en 1865. Selon lui, « la ligne de partage entre protestantisme et catholicisme coïncide avec celle qui sépare les révolutions réussies, parvenues à instaurer une liberté durable, des révolutions inhibées, entravées ou avortées ». Dans le premier cas, une « société spirituelle démocratique » se fonde sur la « souveraine liberté de la conscience » en harmonie avec la démocratisation politique, alors que dans les « pays catholiques », la structure religieuse monarchique nuit à l’éclosion de la « liberté démocratique »7.

  • 8 Le duo Erckmann – Chatrian est très célèbre à cette époque.

6Ce thème devient, chez plusieurs auteurs, un véritable lieu commun. Ainsi, l’écrivain populaire Émile Erckmann8 perçoit un contraste entre un peuple protestant – forcément « cultivé » ! – et un peuple catholique – par définition « ignorant, fanatique et dévot » ! – : « Voyez l’Espagne à côté de l’Angleterre, le Mexique à côté des États-Unis » (Erckmann & Chatrian 1871 : 85 sqq.). En 1875, Émile de Laveleye s’oppose au thème racialiste en vogue « de la décadence des races latines ». Non, écrit-il, les latins ne sont pas « condamnés au déclin en raison du sang qui coule dans leurs veines », car « c’est le culte et non le sang qui est la cause de la prospérité extraordinaire de certains peuples ». L’économiste en veut pour preuve les dissemblances qui existeraient en Irlande celtique entre l’Ulster protestant et le Connaught catholique, et en Suisse entre les cantons de Neuchâtel, de Vaud et de Genève (latins et protestants) et ceux de Lucerne, du Valais et les cantons forestiers (germains et catholiques) : « Les premiers l’emportent extraordinairement sur les seconds sous le rapport de l’instruction, de la littérature, des beaux-arts, de l’industrie, du commerce, de la richesse, de la propreté, en un mot de la civilisation » (Laveleye 1875a : 3 sqq. ; 1875b).

  • 9 Ce Vendéen bleu, athée notoire, a des ascendances protestantes par sa mère ; il épouse civilement u (...)

7Cette thèse, bien sûr vivement combattue par la presse catholique, rencontre un écho certain au début de la République des républicains et elle favorise une conception spiritualiste, parareligieuse de la laïcité. Mais également, dans le long terme, des prises de position plus générales : « Clemenceau a souvent dit […] que dans un pays protestant il aurait rallié sans hésiter le camp des suffragettes9 » (Jeanneney 2014 : 87). Étant donné l’influence supposée du clergé catholique sur les femmes, il sera opposé, jusqu’à sa mort en 1929, à leurs droits politiques.

  • 10 Son propos sera très souvent repris ensuite par de nombreux publicistes (cf. Baubérot & Zuber 2000  (...)
  • 11 Selon Fouillée (1900), les « supériorités attribuées aux races du Nord » s’expliquent par la présen (...)

8Cependant, le souvenir de la guerre franco-prussienne de 1870-1871, les rivalités coloniales franco-anglaises et la place des protestants dans l’encadrement républicain font qu’il existe un antiprotestantisme qui déborde les seuls milieux catholiques et nationalistes. Un Émile Zola dénonce dans Le Figaro la menace des « races du Nord » sur les « races du Midi », l’influence protestante qui répand en France « la lourdeur allemande » et s’exclame à propos des protestants français : « Qu’ils s’en aillent ! » (17 mai et 6 juin 1881)10. Sans aller aussi loin, des personnalités républicaines s’inquiètent de « la prépondérance du protestantisme » dans plusieurs pays, « loin d’être toujours favorable à l’influence française » dans le monde (Fouillée 1900 : 61)11… C’est toujours l’idée de la France, « puissance catholique » à l’international.

  • 12 On y trouve un résumé des « principaux arguments de la thèse […] [selon laquelle] la prospérité des (...)

9On pourrait croire qu’à la veille de la Séparation, la stabilisation du régime républicain, la colonisation presque achevée, le succès de l’Exposition universelle de 1900, le rapprochement franco-anglais, le rayonnement de la mouvance libre-penseuse auraient relégué cette polémique au second plan, même si la énième réponse à Laveleye, publiée en 1904, par le révérend père Flamérion montre qu’elle continue sur sa lancée12. En fait, elle resurgit à frais nouveaux, projetant au cœur du débat l’affirmation de l’économiste belge : « La séparation de l’Église et de l’État est un principe [qui] peut réussir dans les pays protestants […] parce que le clergé s’y soumet. Mais on le décrétera en vain dans les pays catholiques. L’Église […] n’acceptera ce régime […] qu’en tant qu’elle en profitera pour arriver à son but. Cette séparation sera donc un leurre ou une duperie » (Laveleye 1875a : 28). Oui ou non, la Séparation – et surtout une « loi de liberté* » comme le promeut Briand – est-elle réalisable dans une « nation catholique » (c’est-à-dire de culture catholique) comme la France ?

Le modèle séparatiste américain prisé par des catholiques et des modérés

  • 13 De même, avant la loi de 1901 sur la liberté d’association, les États-Unis et l’Angleterre sont con (...)
  • 14 C. Péguy (1905 : e) ; P. Desjardins, in UAM 1905, fasc. 8 : 383. Nous verrons dans le tome II, que (...)

10Journaliste au Figaro, Henri Charriaut effectue pendant l’été 1904 une enquête auprès de personnalités de tous bords. « Que de fois il nous fut parlé, affirme-t-il, de l’exemple des États-Unis. Combien nous ont dit : “Oui, la séparation, mais avec la liberté – comme aux États-Unis.” Le régime des cultes aux États-Unis apparaît comme l’idéal qui ne serait jamais atteint » (Charriaut 1905 : 281)13. Certains préfèrent d’ailleurs l’expression « désétablissement des Églises » (terme emprunté au premier amendement – 1791 – de la Constitution américaine) au mot « Séparation »14. Naturellement, le célèbre ouvrage de Tocqueville se trouve en arrière-fond de cette référence au cas américain.

  • 15 Cf. Saquin 1998 ; Baubérot & Zuber 2000.
  • 16 Abbé Klein, in UAM 1904, fasc. 2 : 76 (séance du 27 novembre 1904). En 1908, il publiera un ouvrage (...)
  • 17 A. Leroy-Beaulieu, in UAM 1905, fasc. 3 : 119 (séance du 11 décembre 1904).

11Fait en apparence paradoxal, malgré la polémique catholique récurrente au xixe siècle contre les « nations protestantes15 », ce sont d’abord des catholiques qui prônent un modèle étatsunien, ou « anglo-saxon » en général. L’abbé Klein, professeur à l’Institut catholique de Paris, effectue ainsi l’apologie « non seulement de l’Amérique mais de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, de tous les peuples anglo-saxons et scandinaves » ; là, les Églises bénéficient du fait que l’État « tient tous ses pouvoirs de la délégation et de la volonté des citoyens »16. Selon Leroy-Beaulieu, ces pays « nous dépassent en prospérité », car « l’amour de la liberté […] fait la grandeur et l’honneur » d’une nation17 – on croirait lire Laveleye !

  • 18 Lettre citée par J. de Narfon (1912 : 41 sqq.).

12Mgr Mignot, archevêque d’Albi, écrit dès 1903 que la Séparation est « possible en Angleterre et en Amérique, où l’on a […] le sens de la liberté individuelle », mais « beaucoup moins en France, où le respect de la liberté d’autrui existe si peu18 ». On pourrait croire que le prélat confond Séparation et liberté religieuse en citant l’exemple de l’Angleterre, où il existe une Église établie. Il n’en est rien : outre-Manche l’Église catholique est séparée de l’État et c’est cela qui l’intéresse. Dans la même optique, le député catholique Denys Cochin effectuera, au début des débats parlementaires de 1905, un éloge des « grands pays protestants », Angleterre et États-Unis, où « les mœurs libérales sont […] établies » et où « la liberté […] de la religion sous ses différentes formes » se concilie facilement avec l’unité nationale (séance du 30 mars à la Chambre).

  • 19 Cf. A. Ribot (1904 : vi), qui lui aussi cite à diverses reprises l’exemple américain lors des débat (...)
  • 20 « Les catholiques de Plaisance […] rendirent consciencieusement coup pour coup », écrit son biograp (...)

13L’Église catholique peut-elle être séparée de l’État et vivre libre ? À cette interrogation, des catholiques, laïcs, prêtres démocrates-chrétiens, catholiques libéraux – et même un évêque ! – répondent : « Oui… en pays protestant » ! Donnons quelques exemples. « Bon catholique » et « républicain sincère », selon Ribot19, Georges Noblemaire s’exclame : « Ah si l’on pouvait garantir à l’Église de France, au lendemain de la séparation, seulement la dixième partie des libertés dont jouissent les Églises d’Amérique, il n’est pas un catholique qui ne devrait désirer la séparation de toute son âme. » Mais nous, Français, « sommes-nous […] mûrs pour la liberté ? » (Noblemaire 1904 : 161). Curé de Notre-Dame du Travail à Plaisance, célèbre pour ses œuvres sociales et la façon musclée dont il a fait face aux perturbateurs de son office20, l’abbé Soulange-Bodin écrit à ses paroissiens : « Aux États-Unis d’Amérique l’Église jouit de [la] liberté. L’État ne s’occupe aucunement d’elle ni pour l’aider ni pour l’entraver. Les fidèles […] construisent eux-mêmes leurs églises, leurs écoles, leurs presbytères. » S’il en était de même en France, « j’oserais appeler de mes vœux les plus ardents la Séparation de l’Église et de l’État. Ce serait la délivrance de l’Église ! » (Soulange-Bodin 1904 : 23).

14Il existe cependant des voix discordantes : Marc Sangnier estime que la séparation américaine posera problème quand « les États-Unis cesseront d’être un comptoir commercial pour devenir une véritable patrie » (Parsons 1904 : 536) ; l’abbé Naudet pense que parler de « séparation » à propos de l’Amérique est un leurre : il existe, outre-Atlantique, une « union morale » entre l’Église et l’État (ibid. : 532).

  • 21 De façon plus nuancée, E. de Pressensé (1864 : 310) avait déjà soutenu cette thèse. Sur le discours (...)

15Professeur en Sorbonne, républicain conservateur, essayiste en vogue, Émile Faguet affirme aux catholiques que la séparation de 1795 ne leur a pas été foncièrement hostile : son véritable auteur serait non pas le protestant Boissy d’Anglas, mais… l’abbé Grégoire avec son discours sur « la liberté des cultes », le 21 décembre 179421. La première séparation ou « loi Grégoire » eut des effets « considérables » mais très temporaires. Cependant, « l’Union américaine […] inséra dans sa Constitution de 1787 exactement notre “loi Grégoire” de 1795 » et « cette séparation a eu des résultats […] merveilleux »… grâce à la « merveilleuse » prescience américaine qui appliqua la « loi Grégoire » huit ans avant qu’elle fût énoncée !

  • 22 Faguet vient d’adhérer à la Ligue de la Patrie française quand il rédige son ouvrage.
  • 23 Faguet 1914 : 282-292 ; l’ouvrage, paru en 1899, a été plusieurs fois réédité.

16Il est donc possible d’imiter les États-Unis sans déroger au patriotisme, dont Faguet se veut un défenseur sourcilleux22. D’ailleurs, l’écrivain refuse l’idée d’une « âme spéciale » américaine : les États-Unis sont le « territoire où se déverse[nt] et se réuni[ssen]t le surabondant et quelquefois le déchet de toutes les nations et de toutes les races ; les États-Unis, c’est l’humanité en raccourci ». Et l’essayiste de conclure : « Nul exemple n’est donc meilleur23. » Par cet astucieux tour de passepasse la Séparation se voit donc crédibilisée auprès des lecteurs de Faguet, milieu a priori peu concerné ou défavorable. Mais Faguet reste une voix minoritaire dans la mouvance conservatrice.

Des libres-penseurs un peu plus réservés envers la « patrie de la séparation »

  • 24 Directeur du travail au ministère du Commerce, Arthur Fontaine est un ingénieur libre-penseur qui p (...)
  • 25 C’est également le cas du critique littéraire G. Lanson : selon lui, « les réalités mêmes de la sép (...)
  • 26 Écrivain, critique littéraire, traducteur d’œuvres d’écrivains norvégiens (Ibsen, Bojer…).
  • 27 La Chesnais 1904 : 34 sqq. (cf. ci-après). Mais l’auteur écrit également que la séparation fut réal (...)
  • 28 Ch. Seignobos, intervention à l’Union pour l’action morale, séance du 11 décembre 1904 (UAM 1905, f (...)

17Qu’en est-il des membres de la gauche républicaine ? Certains se démarquent : « Rien n’indique que le régime [de séparation] suivi en Amérique soit l’idéal et l’absolu », affirme Arthur Fontaine24. L’historien Charles Seignobos déclare que le cas américain n’est pas reproductible en France25 : « Les États-Unis, et auparavant les colonies anglaises qui les ont précédés, ont, pendant 150 ans, interdit le culte catholique. » Il cite à l’appui de ses dires un ouvrage, qui constitue alors une référence chez ses amis, de Pierre-Georges La Chesnais26 : « À New York, jusqu’en 1806, les catholiques furent exclus de tous les emplois, et la loi interdit la naturalisation des catholiques étrangers. Ces lois furent successivement effacées de tous les États de l’Union : la dernière disparut à New Jersey en 184427. »« Les catholiques ont toujours été en minorité » aux États-Unis, conclut Seignobos, « voilà pourquoi la liberté n’y donne pas d’inquiétudes28. »

  • 29 Deux libres-penseurs de culture protestante, mais si Pressensé est issu d’un milieu (théologiquemen (...)
  • 30 La précision est intéressante : il existe une filiation entre l’expérience de séparation effectuée (...)
  • 31 Fr. de Pressensé, « Exposé des motifs » de la proposition de loi déposée à la Chambre des députés l (...)

18Pour ce libre-penseur, protestant d’origine, une séparation à l’américaine est peu envisageable en France où des siècles de catholicisme ont façonné les esprits. Ce n’est pas l’avis de Pressensé – qui, pourtant, a presque le même profil29. Certes, ce dernier pense également que, mis à part le Rhode Island30, l’Amérique anglaise « fut une sorte de théocratie puritaine » avant que les États-Unis ne deviennent « la patrie de la séparation » ; il admet aussi « que la multiplicité des sectes, l’harmonie naturelle de l’esprit protestant avec les formes de la liberté […] ont singulièrement facilité » la séparation américaine. Mais il voit « dans cet affranchissement d’une grande démocratie, [un précieux] encouragement pour l’accomplissement d’un divorce analogue » en France31.

  • 32 Ce dernier point crée une différence avec la France.

19La Chesnais lui-même se montre partagé entre son admiration de l’Amérique actuelle et une inquiétude pour son avenir. Idéalisant quelque peu les choses, l’écrivain s’enthousiasme : d’abord, « tout le budget du culte […] est payé par la masse des catholiques [et des] protestants » (et non par l’État) ; ensuite, « la liberté religieuse […] comprend la liberté de n’adhérer à aucune secte » ; enfin, au pluralisme des « dénominations » s’ajoute une extrême pluralité dans la façon de vivre « la religiosité américaine » : « Pour les uns elle est un sentiment religieux précis […]. Pour un plus grand nombre, elle est l’effet d’une tradition un peu lâche d’un christianisme vague […]. Enfin les agnostiques les plus résolus […] sont rarement les ennemis du christianisme et des Églises, et se contentent généralement de les ignorer »32.

  • 33 En revanche, selon lui, il y aurait une « non-intervention [du protestantisme] dans les affaires po (...)

20Cet engouement va de pair avec la crainte d’un futur beaucoup moins idyllique, dont, d’après lui, le catholicisme serait responsable : l’Église catholique minoritaire (qui regroupe alors un Américain sur sept) « commence à exercer une action partout où elle peut dans la politique municipale, sous des prétextes de moralité publique33 ». En conséquence, « si un parti clérical lentement se forme aux États-Unis […] les luttes que l’on voit en Europe se reproduiront dans ce pays que l’on croyait devoir y échapper » (La Chesnais 1904 : 48, 51, 53, 62).

  • 34 J. Leclerc de Pulligny, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, sera président de l’Union de libr (...)
  • 35 J. Leclerc de Pulligny, intervention à l’Union pour l’action morale, 27 novembre 1904 (UAM 1904, fa (...)
  • 36 Cf. le tome II.
  • 37 J. Jaurès, intervention à la Chambre du 21 avril 1905.

21La Chesnais ne veut pas accorder d’importance à des « gestes » qu’il affirme être de « pure tradition », telles « les prières qui précèdent les séances parlementaires » américaines (ibid. : 52) ; cependant, d’autres libres-penseurs estiment la séparation américaine incomplète. Jean Leclerc de Pulligny34 remarque : « les Églises sont exemptes de certaines taxes », ce qui « équivaut à une subvention », et « les libre[s]-penseurs [américains] s’en plaignent »35. Effectivement l’idée d’une séparation américaine ambiguë s’exprime de façon assez courante au sein de la libre-pensée, et Briand s’en fera l’écho dans son rapport (Briand 1905 : 203 sqq.). Pourtant, lors des débats parlementaires, quand se produira « une sorte de coup de théâtre », avec l’ajout de l’article 436, Jaurès se réclamera du « pays, le plus grand à la fois et le plus nouveau de tous, qui s’appelle les États-Unis », et ses amis ponctueront son propos d’un « très bien, très bien »37.

Les modèles suisse et… espagnol

  • 38 Notamment dans les Libres entretiens de l’UAM (1904-1905).
  • 39 En fait, son véritable titre était « évêque d’Hébron et vicaire apostolique de Genève », par souci (...)
  • 40 À noter : d’Haussonville ne partage pas les prévisions catastrophiques énoncées par certains discou (...)
  • 41 La dénonciation de ce nouveau dogme catholique comme contraire à la « science » occupe une place im (...)

22Parmi les autres pays évoqués, la Suisse – ou plutôt certains de ses cantons – revient à plusieurs reprises38. Un catholique orléaniste membre de l’Académie française, le comte d’Haussonville, juge la situation de l’Église catholique du canton de Genève particulièrement intéressante pour la France. Après une première période où cette Église fut « officiellement reconnue et son clergé salarié », un changement s’est opéré de 1871 à 1873. Il a abouti « au vote d’une sorte de constitution civile du clergé, à l’expulsion de l’évêque de Genève39, à la destitution en masse de tous les curés » catholiques romains, à la confiscation de leurs églises « au profit de prêtres schismatiques ». Bref, à une situation « plus grave même [que] celle où se trouverait notre clergé au lendemain de la suppression du budget des cultes »40. D’Haussonville « oublie » d’en donner la raison : la promulgation de l’infaillibilité pontificale par le concile de Vatican I41, et la scission entre « vieux catholiques », qui refusèrent ce nouveau dogme, et « catholiques romains ».

  • 42 Petit problème sémantique : à l’époque on écrivait parfois « laïque » pour désigner un catholique n (...)

23Mais l’important est que l’académicien tire de ce cas de figure « un encouragement et une leçon ». De sa retraite de Ferney – eh oui, comme Voltaire ! –, l’évêque, Mgr Mermillod, « dirigea la résistance » et fonda, en 1874, l’Œuvre du clergé afin de « recueillir dans les paroisses les sommes nécessaires au traitement des prêtres ». Association administrée par des laïcs42, l’Œuvre centralisait les fonds, les mettaient « à la disposition de l’évêque qui les répartissait entre les diverses paroisses suivant leurs besoins ». Ainsi le clergé devait « sa vie au peuple des fidèles, au lieu de la devoir à l’État » sans tomber « sous la sujétion de ceux qui le [faisaient] vivre ». Le principe hiérarchique se trouvait respecté et, progressivement, « le curé est redevenu l’homme de tous ».

  • 43 Au sens de l’orthodoxie doctrinale catholique.
  • 44 Republié in Charriaut 1905 : 84-92.

24Trente ans plus tard, poursuit d’Haussonville, « le fond [est] rest[é] le même » et « d’aucun côté on ne paraît désirer » une nouvelle union entre l’Église et l’État, car « à l’esprit de persécution et de haine a succédé un esprit de tolérance et d’équité. […] Les spoliations d’autrefois [sont] peu à peu réparées […], les communes catholiques ont pu […] rendre aux curés orthodoxes43 la jouissance de leurs anciennes églises ». La conclusion du comte est claire : « ceux qui ont qualité pour donner des conseils aux catholiques [c’est-à-dire la hiérarchie] feraient bien de leur adresser des paroles rassurantes et réconfortantes plutôt que de semer parmi eux une épouvante stérile » (Le Figaro, 30 septembre 1904)44.

  • 45 Et de son application par un mouvement appelé « l’École de Nîmes ».

25En revanche, un protestant, l’économiste Charles Gide, connu comme solidariste et théoricien du mouvement coopératif45, propose dans une conférence de mars 1904 de ne s’inspirer « ni [des] États-Unis, ni [de] l’Allemagne, ni [de] la Suisse, quoique toutes puissent nous servir de modèle ; mais [de] l’Espagne » (Gide 1905 : 29). L’exemple apparaît très étonnant : le xixe siècle est traversé par un conflit de deux Espagne, encore plus mouvementé que le conflit de deux France. Les anticléricaux l’emportent en 1836 et décrètent la suppression de (presque) tous les ordres monastiques ; des moines s’exilent et des trésors artistiques disparaissent. En 1851, un concordat redonne au catholicisme une place officielle dans le royaume. Une nouvelle révolution anticléricale a lieu en 1868, proclamant la liberté des cultes et prenant des mesures strictes de laïcisation. Mais le rétablissement des Bourbons en 1875-1876 entraîne une remise en vigueur du concordat.

  • 46 L’article est significativement intitulé « Le cléricalisme en Espagne ». L’instabilité politico-rel (...)

26Au début du xxe siècle, après avoir subi « de sanglantes blessures, [l’Église catholique espagnole] se retrouve […] plus puissante que jamais » (G. Dedevises du Dézert, Revue politique et littéraire du 29 octobre 1904 : 56246). L’Action libérale populaire elle-même reconnaît que « le culte catholique seul est subventionné par l’État et [que] les catholiques seuls ont droit de se livrer aux actes extérieurs du culte » (ALP 1905 : 67 sqq.). En quoi ce pays « clérical » – et où l’anticléricalisme, quand il triomphe, n’a rien de libéral – pourrait-il constituer un exemple à suivre ? On le verrait plutôt comme un contre-exemple.

  • 47 G.-D. Weil (1893 : 336) citait déjà, pour les mêmes raisons, la législation espagnole en exemple. M (...)

27En fait, Gide ne se focalise pas sur la situation politico-religieuse mais élargit son investigation au droit commun général. En Espagne, une association qui se crée envoie une déclaration à la préfecture qui doit, dans les huit jours, déférer la demande devant un tribunal civil si elle juge l’association illicite. Trois semaines plus tard, « l’association jouit de la pleine capacité civile : elle peut acquérir toute espèce de biens », et les fédérations d’associations « jouissent des mêmes droits »47.

  • 48 UAM 1905, fasc. 4 : 181, intervention à la séance du 8 janvier 1905.

28La loi française de 1901 sur les associations est, sur le plan politico-économique, moins libérale. La liberté d’action des associations est inversement proportionnelle à leur capacité d’acquisition de biens. Selon Gide (1905 : 30 sqq.), les diverses propositions de loi de séparation se montrent également « épouvantées » par le problème de « la mainmorte ». L’exemple espagnol devrait leur permettre de dépasser cette peur et de rédiger « une loi simple et libérale ». Gide émet cette proposition en 1904 et la réitère au début de 190548.

Juárez, la lutte contre le cléricalisme et l’adoption des « idées de 1789 » par un « pays catholique »

29Si la référence d’un franc-tireur à l’Espagne constitue un intéressant paradoxe, il existe un « pays catholique » qui, après une période tourmentée, aurait tellement bien réussi sa séparation qu’il pourrait, en même temps, rassurer certains catholiques et plaire aux libres-penseurs. Il s’agit du Mexique et, avant d’effectuer un zoom sur les références à ce pays sous la Troisième République, un bref panoramique historique s’impose.

30Au cours du xixe siècle, la traversée de l’océan Atlantique devient plus facile. Le Mexique attire par son exotisme et la richesse de ses monuments. Les deux se mêlent et les voyageurs songent aux princesses mayas quand ils rencontrent de « ravissantes » jeunes femmes indiennes. L’un d’eux, Désiré Charnay, séjourne au Mexique en 1858-1859, quand le pays est en proie à une guerre civile. C’est le début de « l’ère de la Réforme » (1855-1876), dont le principal artisan est Benito Juárez. Catholique, Charnay critique pourtant « la toute-puissance du clergé » de ce pays : « Ce ne sont partout que moines, gris, noirs, blancs et bleus, couvents de femmes, établissements religieux, chapelles miraculeuses. » Le « padre », ajoute-t-il, jouit d’un « tenace respect », malgré, souvent, « la publicité d’une vie scandaleuse » (Charnay 2001 : 84, 95). Le voyageur a plusieurs entrevues avec le président Juárez. Il loue « son dévouement au bien-être de ses concitoyens » et insiste sur la création d’« écoles obligatoires, d’où sortent des Indiens sachant lire, écrire et compter » (ibid. : 11, 145).

31Son point de vue est corroboré par Charles Brasseur de Bourbourg, ethnologue et missionnaire. En 1859, celui-ci est reçu par les deux leaders en conflit. Il trouve le conservateur Miguel Miramón « trop militaire et trop espagnol » pour pouvoir gouverner. En revanche, il insiste sur la stature de chef d’État de Juárez, affirme que la guerre entre les deux partis ne peut se résumer à « la lutte ouverte entre libéraux et gens de l’Église », car elle vise également des oligarchies « turbulentes » et un haut clergé auprès de qui « la race conquérante n’a trouvé que trop d’appui » (cité par Chassin 2009 : 321).

  • 49 Cf. Blancarte 2012.

32S’il n’est pas question de la Séparation dans ces propos (alors qu’en 2009, les Mexicains ont célébré les cent cinquante ans de leur loi séparant l’Église [catholique] et l’État49), ceux-ci témoignent d’un ton nouveau. Auparavant, les récits de voyage parlaient de la vie politique du « malheureux Mexique » comme d’une suite de coups de force et de guerres civiles, où l’on renvoyait dos à dos les protagonistes. Cependant, un dilemme advient quand la guerre éclate entre le Mexique de la « Réforme » et la France du Second Empire.

  • 50 Cf. Régnier 2009 : 325-342. Ce sera l’argumentaire d’É. Zola en 1881 : « affranchie du catholicisme (...)

33Selon certains, l’engagement de la France va dans le sens de la « civilisation ». Ainsi l’expédition militaire est approuvée par le saint-simonien Michel Chevalier, qui rêve de faire traverser l’isthme de Tehuantepec par un chemin de fer et un canal, et espère une alliance, sous l’égide française, entre les deux pays de « race latine » face à « la race germanique et anglo-saxonne ». L’économiste perçoit un conflit de civilisation entre les « races » du Nord protestantes et deux nations latines*, catholiques mais régénérées par les « idées de 1789 »50. Paradoxalement, l’adoption des « lois de la Réforme » rend le Mexique digne d’être occupé par l’armée française !

  • 51 Quand la défaite française de Puebla (5 mai 1862) est connue (14 juin), l’opposition doit mettre un (...)

34Les opposants au Second Empire – libéraux et républicains – se montrent plus critiques. Le 13 mars 1862, à la tribune du Corps législatif, le député républicain Jules Favre dénonce l’expédition militaire française. Le quotidien Le Siècle écrit, le 20 mai : « Le gouvernement de Juárez représente au Mexique les idées libérales et les principes de 1789. » Au contraire, « ses adversaires » mexicains – dont la France se targue pour justifier son intervention – sont « des partisans de la prépondérance cléricale »51.

  • 52 Négligeant et la dynamique propre de l’histoire mexicaine, et l’influence des États-Unis sur le Mex (...)

35Partisans et adversaires de l’intervention relient donc leur estime pour le Mexique à son adoption des idées libérales et anticléricales françaises52. La vision d’un transfert de culture politique reste à sens unique. Il s’agit d’une représentation récurrente où, avec la Révolution française, la France devient par définition la nation porteuse de valeurs universelles. Dans cette perspective, le Mexique est loué pour avoir su s’inspirer de la France et, grâce aux lois de la Réforme, appliquer des principes identiques.

  • 53 Les soldats du peloton d’exécution sont (paradoxalement) revêtus d’uniformes de l’armée impériale f (...)

36L’approche des libéraux et des républicains est cependant moins univoque que celle de Chevalier. Pour eux, l’occupation du Mexique montre l’opposition entre la « trahison » du drapeau tricolore par le Second Empire et les « idées de 1789 » que ce pays latino-américain appliquerait. Tel un boomerang, le Mexique peut rappeler à la France ses propres valeurs. Ce cheminement autocritique se concrétise dans le tableau d’Édouard Manet : L’Exécution de Maximilien53. Plus conformistes, les propos de Chevalier développent, malgré tout, l’idée alors assez originale d’une supériorité des pays latins, politiquement plus ou moins émancipés du catholicisme, sur les pays protestants.

La référence à un modèle mexicain sous la Troisième République : les années 1880

37Le regard porté sur le Mexique, comme les références faites à d’autres États, constitue une projection pour penser son rapport à son propre pays. Cette représentation peut être analysée grâce à la thématique durkheimienne de la « société idéale ». Comme nous l’avons vu, pour Émile Durkheim (2008 : 603 sqq.), « une société ne peut ni se créer ni se recréer sans du même coup créer de l’idéal […] ; c’est l’acte par lequel elle se fait et se refait périodiquement. Aussi […] la société idéale n’est pas en dehors de la société réelle, elle en fait partie ». Et quand une société « hésite sur la manière dont elle doit se concevoir », les conflits qui la traversent ont lieu « entre idéaux différents ». Dans cette perspective, la vision de la société mexicaine contribue à la façon dont des républicains français conçoivent leur « société idéale », ce qui les fait agir dans la « société réelle ». Cela, à une époque où il existe des enjeux de laïcité et un conflit de deux Mexique, tout comme il existe un conflit de deux France, mais sans guerre civile au niveau empirique.

  • 54 Cette notion insiste sur la circulation transnationale des idées et des représentations, son import (...)

38En effet, dès la consolidation de la République française, au tournant des années 1870-1880, et lors du processus de Séparation, des républicains ont estimé que le Mexique pouvait constituer un modèle. Ils ont inversé la perception, issue des Lumières et des « désillusions » induites par les difficultés de la construction des États-nations hispano-américains, d’une Amérique latine « aux marges de la civilisation » (Guerra 2002 : 183 sqq.). Conformément au schéma durkheimien, chez ces artisans de la laïcité, la création d’une France laïque a besoin, pour bien « se concevoir », d’effectuer des emprunts au Mexique issus des lois de la Réforme. L’apport « civilisationnel » peut aller du Mexique vers la France par un transfert culturel54.

39Ainsi, en 1881, le ministère français des Affaires étrangères demande à l’ambassadeur du Mexique à Paris de lui communiquer les textes de loi de la République mexicaine portant sur la « séparation de l’Église et de l’État ». Selon lui, les Français sont « impressionnés par les résultats merveilleux de cette législation » (cité par Meyer 1995 : 965). Effectuer la séparation n’est pas simple et étudier la législation mexicaine, où ce régime semble fonctionner sans trop de difficultés, pourrait faciliter sa réalisation en France. On est à l’époque où le racialisme républicain fait florès et où la supériorité civilisationnelle de la « race blanche » semble une évidence. Or, pour l’Administration, il peut exister un modèle mexicain, issu de l’œuvre d’un Indien, Juárez. La latinité, l’analogie de situation (pays culturellement catholiques, mais émancipés du catholicisme grâce aux « idées de 1789 ») permet de faire pièce à ce racialisme ambiant, de façon inverse de l’optique popularisée par Laveleye.

  • 55 Une série de lois laïcisatrices furent prises de 1857 à 1860 et rétablies après l’occupation frança (...)

40Paul Bert, dans son rapport de 1883, se réfère également au Mexique en des termes favorables : « La loi organique du 14 septembre 1874 déclare que l’État et l’Église sont indépendants l’un de l’autre, l’État exerçant son autorité sur chaque religion en ce qui concerne l’ordre public et le respect des institutions. L’État ne salarie aucun culte ; il garantit seulement leur libre-exercice. Aucune institution religieuse ne peut posséder de biens-fonds, sauf les temples consacrés au service public du culte. Les ordres monastiques sont supprimés » (Bert 1900 : 264 sq.). Ce pays ne réalise-t-il pas ainsi le programme de Belleville ? Certains historiens le pensent : pour l’américaniste Annick Lempérière, le Mexique « devient avant la France une république moderne » ; en « décrétant en 1859 la séparation définitive de l’Église et de l’État55, les Libéraux [mexicains] accomplissent […] ce que la IIIe République, fondée sur l’idée de laïcité à partir des années 1880, ne parviendra à faire […] qu’en 1905 » (Lempérière et al. 1998 : 387). Car le rapport Bert concluant au maintien du Concordat… aucune leçon ne peut être tirée, à ce moment-là, de l’exemple mexicain.

  • 56 A.-M. B[ovet], in Berthelot (dir.) 1885-1901, XXIV : 996.

41Néanmoins, d’une manière générale, la laïcité française de cette époque comporte une ouverture internationale. Ainsi, à la fin du siècle, La grande encyclopédie affirme que « l’école est neutre et laïque » en « France, Autriche, Italie, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande, Pays-Bas, États-Unis, Russie »56. On est loin d’une conception franco-française et, sans doute à dessein, les pays cités sont imprégnés de différentes cultures religieuses.

La séparation mexicaine, preuve d’une séparation libérale possible dans une nation catholique

  • 57 Différents spécialistes l’ont souligné dans le cadre du centenaire de la loi de 1905, sans que cela (...)
  • 58 La séparation belge, pour La Chesnais, serait « la première séparation de l’Église et de l’État réa (...)
  • 59 Nous l’avons vu, pour La Chesnais la séparation américaine a fait œuvre de « liberté », mais il pré (...)

42Quand la question de la Séparation revient à l’ordre du jour, l’exemple mexicain se trouve de nouveau invoqué57. En avril 1903, l’exposé des motifs de la proposition Pressensé, après avoir mentionné les États-Unis, met en exergue le Mexique. Ce pays, tout imprégné qu’il est « de tradition cléricale et d’esprit catholique », a néanmoins « osé […] secouer le joug de la religion d’État » et effectuer « le pas décisif […] en séparant l’Église de l’État, enfin neutre et laïque ». L’année suivante, l’ouvrage – cité par Seignobos et lu dans les milieux républicains – de La Chesnais (1904) traite de « trois séparations ». Son plan va du régime de séparation le moins laïque (Belgique58) au plus laïque (Mexique). L’un et l’autre proviennent de « nations catholiques » et les États-Unis, alors « nation protestante » par excellence, se trouvent dans une situation intermédiaire59. Ce classement permet de sortir du lieu commun d’une comparaison entre pays catholiques et pays protestants.

43Pour La Chesnais, une législation séparatiste « complète et vigoureuse » est « appliquée sans difficultés » au Mexique et constitue la voie à suivre. Les lois de la Réforme « furent bien accueillies », écrit-il, mais « les cléricaux » répandirent en Europe « la légende » d’un Mexique où « des démagogues » faisaient la loi. « Napoléon III offrit [alors] une armée » qui envahit le pays. Notre auteur juge « inutile de conter cette histoire », déjà connue et – surtout ! – susceptible d’interprétations divergentes. Pour lui, l’essentiel est qu’en 1867 « la révolution mexicaine était achevée », les lois de la Réforme désormais « appliquées, l’Église, en tant que puissance politique, vaincue et le Mexique […] entrait dans une ère de travail, d’organisation et de prospérité » : en 1874, des lois organiques stabilisent définitivement la séparation et laissent au clergé « tous les moyens nécessaires pour qu’il puisse se consacrer exclusivement […] à l’exercice de son ministère sacré » dans « la plus parfaite indépendance entre les affaires de l’État et les affaires purement ecclésiastiques ».

  • 60 La seule critique qu’il se permet est que, sur certains points, le Mexique reste « malgré tout arri (...)
  • 61 Cette expression contraste avec celle de « malheureux Mexique » utilisée par des voyageurs au milie (...)

44La Chesnais donne une description idéalisée de la situation mexicaine60. Peu importe ses écarts avec la réalité empirique, ce qui nous intéresse, c’est la présentation d’un modèle mexicain au moment où la question de la Séparation devient cruciale dans le débat politique français. « Le cléricalisme, affirme l’auteur, ne joue plus aucun rôle » et « enfin tranquille, […] l’heureux pays mexicain61 » peut « s’occuper de ses affaires » et résoudre de « vastes problèmes » : « le crédit est rétabli […]. On a construit [des] chemins de fer. Le commerce s’est développé, les revenus publics ont plus que doublé ». La petite propriété, issue de la « nationalisation des biens du clergé », a entraîné une « merveilleuse mise en valeur » de la terre et « une prodigieuse transformation sociale ». Enfin, « les écoles publiques sont de beaucoup les plus nombreuses et les plus suivies. […] Le danger de l’enseignement clérical n’existe pas ».

  • 62 Année de l’adoption d’une Constitution qui, à l’inverse de celle de 1824, ne reconnaissait pas l’Ég (...)
  • 63 Précision significative : le modèle idéalisé ne correspond pas à la réalité empirique mais doit mal (...)
  • 64 Ce sera un point déterminant du débat français (cf. le tome II).

45Aspect capital de l’argumentation, l’Église catholique mexicaine elle-même bénéficie de ce régime. La situation des curés des paroisses rurales s’est améliorée et les églises qui étaient, en 185762, « fort délabrées et mal desservies […] ont recouvré leur splendeur ». La « fortune » ecclésiastique, « encore assez considérable63, […] ne permet plus au clergé d’exercer […] une pression politique ». Enfin, la « hiérarchie ecclésiastique » est maintenue64. Ainsi, conclut l’écrivain, la séparation mexicaine « en assurant la paix […] après un demi-siècle de troubles dus à l’action cléricale, […] a en même temps rétabli le culte lui-même dans son ancienne splendeur ».

46Fort de sa version de la réalité mexicaine, La Chesnais apostrophe les « anticléricaux » français : « Veulent-ils détruire la foi, et le sentiment religieux », ou seulement vaincre « le cléricalisme, la puissance temporelle de l’Église, son action politique et son essai d’action économique » ? L’« embarras » à répondre à cette question n’a rien d’étonnant, écrit-il : l’Église s’est « ingéniée à confondre l’esprit clérical et le sentiment religieux ». Mais il ne faut pas tomber dans ce piège. L’auteur affirme, et ce sont les dernières phrases de son livre : « Il importe de distinguer nettement entre la religion et le cléricalisme, parce que cette distinction est dans les faits. Et si le problème était de combattre la foi, le plus habile serait encore de faire sincèrement cette distinction, et de ne combattre que le cléricalisme. »

  • 65 D’où la nécessité, dans tout débat social, d’effectuer des références historiques qui réinventent l (...)

47L’enjeu de ces propos est essentiel : l’expérience historique mexicaine prouverait qu’une séparation peut laisser l’Église catholique religieusement libre, gardant même une certaine puissance, tout en résolvant la « question cléricale », ce qui permettrait d’affronter avec succès les problèmes économiques et sociaux. L’écrivain prétend apporter une démonstration par les faits : la « société idéale » doit paraître lestée de réalité empirique pour pouvoir obtenir une certaine efficacité dans la « société réelle »65.

Le modèle mexicain dans le débat français

  • 66 Selon lui, « si vous tentiez de parler [de conflits politico-religieux] à un Mexicain de moins de q (...)

48Des radicaux, en particulier Clemenceau et Camille Pelletan, et des francs-maçons voient « dans le “modèle” mexicain un exemple pour la République française » (Scot 2005 : 321). « Exemple probant » selon Le Radical, où l’écrivain Ernest Lesigne, un ancien collaborateur de Littré, interviewe un « jurisconsulte mexicain ». L’article paraît le 25 octobre 1904, c’est-à-dire à un moment clé du processus séparatiste. Ce juriste, après avoir retracé comment le Mexique a « secoué l’esclavage* sacerdotal et monacal » et a accédé « pour toujours [sic] […] à une tranquillité, une paix religieuse telle que ne les a jamais connues aucun autre pays », grâce à la séparation66, déclare : « Nous offrons cette paix sereine, profonde, inaltérable, en exemple à la France qui en jouira elle-même dès qu’elle voudra. »

49Le Journal des débats, pourtant fort réservé sur la disparition du Concordat en France, affirme de son côté, le 30 décembre 1904 : « dans la République mexicaine, l’État a rompu tous les liens officiels avec l’Église, mais en inaugurant une complète liberté religieuse dont le catholicisme a largement bénéficié. Depuis une vingtaine d’années on assiste […] à une floraison […] de la vie religieuse qui contraste avec l’état d’abaissement du catholicisme dans les autres Républiques de l’Amérique espagnole où triomphe encore le système de l’union ». Et selon L’Aurore du 5 janvier 1905, le délégué apostolique du pape aurait été lui-même convaincu et défend « la cause […] de la séparation […] auprès du Saint-Siège ».

50Adversaire résolu de la Séparation, le comte Albert de Mun tente de réfuter l’idée d’un « modèle » mexicain applicable en France : certes, au Mexique, « la politique anticléricale paraît florissante », mais ce n’est pas (comme dans l’Hexagone) « l’irréligion qui a inspiré la législation » et certains n’ont pas renoncé à rétablir un concordat. Il faut donc « attendre, pour [se] prononcer, une plus longue expérience » (Le Figaro, 23 mars 1905). Ce propos tranche, par sa retenue, avec les habituelles affirmations péremptoires du député. En revanche, Émile Chenon, juriste catholique, estime que le Mexique fait partie des pays dominés par la franc-maçonnerie (Parsons 1904 : 534).

  • 67 A. Briand (1905 : 175-220). Ce rapport a été réédité en 2005 par l’Assemblée nationale, amputé du c (...)
  • 68 Une exception : M. Akan (2017 : 74 sqq.), qui, écrivant en anglais, privilégie l’exemple des États- (...)
  • 69 Cf. le tome II.
  • 70 L’expression « complète laïcité* », chez Briand et Jaurès, se différencie de celles de « laïcité in (...)
  • 71 Auditeur au Conseil d’État, de culture juive, proche de Léon Blum, P. Grunebaum-Ballin constitue un (...)
  • 72 Le terme, à l’époque, connote les théories évolutionnistes qui sont devenues hégémoniques dans le d (...)

51Enfin, La Chesnais influence Briand, qui consacre dans son rapport67 un chapitre – peu pris en compte par la plupart des spécialistes actuels de la loi de 190568 – à l’examen « indispensable » des « législations étrangères »69. Il les classe en trois groupes suivant une « évolution qui, par degrés successifs, conduit les nations de l’antique régime théocratique à celui de la complète laïcité70 ». Ce chapitre doit beaucoup à Pierre Grunebaum-Ballin, alors son chef de cabinet71. Sans le dire explicitement, il montre que « l’évolution72 » vers la laïcité a fort peu à voir avec la culture religieuse des nations concernées : pays où le catholicisme prédomine (toujours), le Mexique « possède », en effet, « la législation laïque la plus complète et la plus harmonique qui ait jamais été mise en vigueur jusqu’à ce jour. Il est délivré depuis trente ans de la question cléricale et a pu se vouer entièrement à son développement économique : il connaît réellement la paix religieuse ». La France peut donc s’inspirer du Mexique et passer d’un régime de « demi-laïcité* » à une « complète laïcité* » sans porter aucune atteinte à la liberté religieuse du catholicisme.

52Significativement, les catholiques ralliés de l’Action libérale, dont le but consiste à rectifier les « erreurs » du rapport Briand, indiquent laconiquement, à propos du passage concernant le Mexique : « Rien à dire de la notice consacrée à cet État » (ALP 1905 : 76). Pourtant, selon ce parti antiséparatiste, « le système mexicain se rapproche beaucoup [du projet de séparation rédigé par] la commission » (ibid. : 79).

L’insistance sur les « laïcités » étrangères

  • 73 L’utilisation du terme « laïcité » pour d’autres pays n’est pas rare à cette époque, en tout cas av (...)

53Il faut noter un paradoxe. Il est très souvent relevé que la loi de 1905 n’emploie jamais le terme « laïcité ». Or ce mot et d’autres de sa famille sémantique se trouvent utilisés à plusieurs reprises par Briand à propos des… « législations étrangères » : cinq occurrences pour « laïcité », quatre pour le substantif « laïcisation », deux pour l’adjectif « laïque » (« État laïque », « législation laïque ») et une pour le verbe « laïciser »73.

  • 74 L’exemple du Canada comme « État réellement neutre et laïque » (A. Briand) est particulièrement int (...)
  • 75 Dans son discours du 21 octobre 1904, où il se rallie à la Séparation, P. Deschanel cite le Brésil (...)
  • 76 A. Briand (1905) : l’énumération est pages 201 sqq. Les pages 202-208 sont consacrées aux États-Uni (...)

54Pour rassurer les parlementaires et, à travers eux, l’opinion publique, le rapporteur banalise la nouveauté apportée par la future loi de séparation. Avec elle, la France n’avancera pas dans l’inconnu, ni ne recommencera les épisodes sanglants de la Révolution. Elle en arrivera seulement au stade où sont déjà parvenus « quelques pays d’Europe et surtout […] plusieurs grandes Républiques américaines » (Briand 1905 : 176). Outre les États-Unis et le Canada (qui n’est pas une république)74, Briand cite alors Cuba, trois républiques du Centre-Amérique, les États-Unis du Brésil75 et, son exemple préféré, le Mexique76, autant de nations très catholiques. À partir d’une conception évolutionniste de l’Histoire alors largement partagée, le rapporteur considère, avec beaucoup d’autres (d’Allard à Deschanel, Ribot et certains catholiques), la Séparation comme le stade ultime des relations entre Églises et État. La future législation française s’inscrirait donc dans ce sens de l’Histoire irrésistible. Cette vision des choses met logiquement l’accent sur l’existence de laïcités étrangères. Nous retrouverons la mise en avant d’un modèle étranger de laïcité à propos du Japon.

  • 77 Bien sûr ! Qu’alliez-vous imaginer ?
  • 78 De même, un article de L’Humanité du 15 décembre 1904, non signé, affirme que le « projet [de sépar (...)

55Cependant, rien n’est simple : quand le projet de séparation se précise et déçoit, par son contenu libéral, une bonne part de la gauche républicaine, il devient également nécessaire d’entretenir le moral des troupes et de présenter la Séparation comme un objectif spécifiquement français. En grande difficulté au congrès radical de 1904, Buisson s’y emploie : « La séparation, telle que la Commission […] vous la propose, […] c’est l’achèvement rationnel de la laïcité de l’État. […] On peut le dire sans chauvinisme77, nous sommes le seul pays qui ait entrepris dans toute sa rigueur la laïcisation absolue de tous les services publics, celle de l’État tout entier » (PRRRS 1904 : 94)78.

56Néanmoins, à l’époque, ce sont surtout certains adversaires de la Séparation qui contestent la mise en avant de laïcités étrangères et affirment que la rupture du Concordat introduirait, en France, un nouveau régime de relations entre État et religions pratiquement sans équivalent ailleurs. L’Action libérale populaire termine ainsi son panorama des rapports entre religion et État dans le monde : « M. Briand s’est beaucoup avancé en affirmant qu’un mouvement […] général et irrésistible emportait toutes les nations civilisées vers la séparation des Églises et de l’État. […] Nulle part, on ne trouve un régime analogue à celui que rêve pour la France le rapporteur de la commission […], à l’exception du Mexique et peut-être de l’Équateur » (ALP 1905 : 79). Le « système » qu’il préconise « est condamné par la pratique presque universelle des pays étrangers ».

  • 79 Alors qu’à partir du tournant du xxe et du xxie siècle, la recherche sociologique internationale s’ (...)
  • 80 L’exemple mexicain (et étatsunien) sera encore opposé à la France après la loi Debré : cf. Cornec 1 (...)
  • 81 Non seulement dans l’expression inventée, sauf erreur, par R. Debray en 1989, « laïcité exception f (...)

57De façon tout aussi significative, un siècle plus tard, certains laudateurs de la laïcité en France épousent la vision des adversaires de la séparation de 190579. Ainsi, exemple entre cent, feu l’organisme officiel Haut Conseil à l’intégration (HCI) affirme en 2007 (p. 192) : « La loi [française] de séparation [de 1905] a suscité des émules et fait naître des imitations [notamment] au Mexique »… où la séparation date de 1859 et a été stabilisée en 1874 ! Le HCI inverse le rapport culturel historique entre le Mexique et la France, et utilise le terme « imitation » pour parler de la circulation internationale des représentations. Il présente la loi de 1905 comme « la fameuse “exception française” » qui aurait été un « objet d’étonnement pour le monde » (ibid. : 194). Majoration des laïcités étrangères d’un côté80, minoration, ou même négation, de l’autre81.

Notes

1 Un des mots les plus utilisés en 1903-1904 dans les articles concernant la Séparation.

2 Le terme revient à plusieurs reprises dans la presse républicaine.

3 Cf. son discours du 8 septembre 1885 qu’il reproduit in Brisson 1905 : xv sqq.

4 Contrainte ambivalente puisqu’il s’agit de réaliser l’idéal séparatiste révolutionnaire, sans reproduire les erreurs qui l’ont fait échouer.

5 À la surprise générale, le 21 octobre 1904, P. Deschanel présentera à la Chambre la même perspective.

6 Au moment de la promulgation du Concordat en avril 1802, l’Institut de France met en concours la question : « Quelle a été l’influence de la réformation de Luther sur la situation politique des différents États de l’Europe et sur les progrès des Lumières ? » Le lauréat, Ch. de Villers, catholique, exalte les « pays protestants » où règnent, écrit-il, « austérité des mœurs, liberté de conscience, prospérité matérielle ». Cet ouvrage est réédité en 1905 : cf. Knibiehler 1977.

7 Résumé par S. Bernard-Griffiths (1988).

8 Le duo Erckmann – Chatrian est très célèbre à cette époque.

9 Ce Vendéen bleu, athée notoire, a des ascendances protestantes par sa mère ; il épouse civilement une protestante, M. Plummer, dont il divorce, et, âgé, tombe éperdument amoureux d’une autre, M. Baldensperger.

10 Son propos sera très souvent repris ensuite par de nombreux publicistes (cf. Baubérot & Zuber 2000 : 22 sq., 52 sq.).

11 Selon Fouillée (1900), les « supériorités attribuées aux races du Nord » s’expliquent par la présence « d’une ancienne race dolicho[-]blonde » et par l’influence du protestantisme (« intensité de l’individualisme moral », « émancipation partielle de l’esprit humain », enfants des « prêtres protestants [sic] » qui « sont souvent des élites »…). Mais, ajoute-t-il, « les différents peuples, dans la civilisation moderne, agissent les uns sur les autres ». On voit là des influences conjointes du darwinisme social, du spiritualisme et de la sociologie naissante.

12 On y trouve un résumé des « principaux arguments de la thèse […] [selon laquelle] la prospérité des nations protestantes et l’infériorité des nations catholiques [sont] due[s] à une raison de culte et non à une raison ethnique », puis sa réfutation : l’auteur admet que « les nations catholiques subissent une crise […], des défaites temporaires », mais « cette décadence [concorde] avec l’abandon du principe [de catholicité… écrirait Poulat] qui doit faire vivre ces nations ». D’autre part, dans « les nations protestantes […], la richesse se concentre aux mains de quelques-uns, tandis que la misère écrase les masses laborieuses » et la « philanthropie » remplace la « charité » (Flamérion 1904).

13 De même, avant la loi de 1901 sur la liberté d’association, les États-Unis et l’Angleterre sont considérés comme « hors pair » dans ce domaine (cf. Weil 1893 : 331 sqq.).

14 C. Péguy (1905 : e) ; P. Desjardins, in UAM 1905, fasc. 8 : 383. Nous verrons dans le tome II, que la référence aux États-Unis devient, en 1905, centrale et même presque obsédante dans les débats de l’UAM.

15 Cf. Saquin 1998 ; Baubérot & Zuber 2000.

16 Abbé Klein, in UAM 1904, fasc. 2 : 76 (séance du 27 novembre 1904). En 1908, il publiera un ouvrage sur « La séparation aux États-Unis » (cf. le tome III).

17 A. Leroy-Beaulieu, in UAM 1905, fasc. 3 : 119 (séance du 11 décembre 1904).

18 Lettre citée par J. de Narfon (1912 : 41 sqq.).

19 Cf. A. Ribot (1904 : vi), qui lui aussi cite à diverses reprises l’exemple américain lors des débats parlementaires.

20 « Les catholiques de Plaisance […] rendirent consciencieusement coup pour coup », écrit son biographe (Chaptal 1926 : 115).

21 De façon plus nuancée, E. de Pressensé (1864 : 310) avait déjà soutenu cette thèse. Sur le discours de Grégoire et sa différence d’orientation avec la loi de 1795, cf. Hermon-Belot 2000 : 373-381.

22 Faguet vient d’adhérer à la Ligue de la Patrie française quand il rédige son ouvrage.

23 Faguet 1914 : 282-292 ; l’ouvrage, paru en 1899, a été plusieurs fois réédité.

24 Directeur du travail au ministère du Commerce, Arthur Fontaine est un ingénieur libre-penseur qui participe activement aux débats de l’époque. Intervention à la séance du 11 décembre 1904 de l’UAM (1905, fasc. 3 : 114).

25 C’est également le cas du critique littéraire G. Lanson : selon lui, « les réalités mêmes de la séparation américaine sont impraticables chez nous », étant donné « le long passé de l’Église catholique, ses luttes séculaires contre la société civile et le pouvoir royal ou la magistrature, son alliance [avec] les partis monarchiques, [et les] mouvements nationalistes, antisémites, etc. » (UAM 1904, fasc. 2 : 94).

26 Écrivain, critique littéraire, traducteur d’œuvres d’écrivains norvégiens (Ibsen, Bojer…).

27 La Chesnais 1904 : 34 sqq. (cf. ci-après). Mais l’auteur écrit également que la séparation fut réalisée en Virginie dès 1786 et que « les catholiques profitèrent aussitôt de la liberté » (ibid.).

28 Ch. Seignobos, intervention à l’Union pour l’action morale, séance du 11 décembre 1904 (UAM 1905, fasc. 3 : 109).

29 Deux libres-penseurs de culture protestante, mais si Pressensé est issu d’un milieu (théologiquement) évangélique, Seignobos vient d’un milieu (théologiquement) libéral et met volontiers en avant son appartenance au protestantisme.

30 La précision est intéressante : il existe une filiation entre l’expérience de séparation effectuée dès le xviie siècle au Rhode Island et les idées séparatistes du milieu où Pressensé a été élevé.

31 Fr. de Pressensé, « Exposé des motifs » de la proposition de loi déposée à la Chambre des députés le 7 avril 1903.

32 Ce dernier point crée une différence avec la France.

33 En revanche, selon lui, il y aurait une « non-intervention [du protestantisme] dans les affaires politiques » qui serait « un fait tellement consacré que l’on a pu voir des pasteurs se lancer dans des luttes électorales, contre un candidat jugé personnellement scandaleux », sans soupçonner que « cette intervention dans un but moral pût masquer des intérêts politiques » (La Chesnais 1904 : 53 sqq.). Il ne lui vient pas à l’idée que l’on accepte des majoritaires des actes qui créent la suspicion quand ils sont effectués par des minoritaires.

34 J. Leclerc de Pulligny, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, sera président de l’Union de libres penseurs et de libres croyants pour la culture morale, fondée en 1906 (cf. le tome III).

35 J. Leclerc de Pulligny, intervention à l’Union pour l’action morale, 27 novembre 1904 (UAM 1904, fasc. 2 : 57).

36 Cf. le tome II.

37 J. Jaurès, intervention à la Chambre du 21 avril 1905.

38 Notamment dans les Libres entretiens de l’UAM (1904-1905).

39 En fait, son véritable titre était « évêque d’Hébron et vicaire apostolique de Genève », par souci de ménager les protestants qui auraient très mal vu que la « ville de Calvin » soit officiellement un siège épiscopal.

40 À noter : d’Haussonville ne partage pas les prévisions catastrophiques énoncées par certains discours catholiques. Il a beau être monarchiste, il est bien introduit dans le milieu des hauts fonctionnaires républicains, notamment grâce au salon que tient son épouse.

41 La dénonciation de ce nouveau dogme catholique comme contraire à la « science » occupe une place importante dans l’argumentaire anticlérical libre-penseur (et protestant) entre 1870 et 1914.

42 Petit problème sémantique : à l’époque on écrivait parfois « laïque » pour désigner un catholique non membre du clergé. Il est d’usage maintenant de réserver « laïque » à un partisan de la laïcité et « laïc » à un non-clerc (cf. Fiala 1991).

43 Au sens de l’orthodoxie doctrinale catholique.

44 Republié in Charriaut 1905 : 84-92.

45 Et de son application par un mouvement appelé « l’École de Nîmes ».

46 L’article est significativement intitulé « Le cléricalisme en Espagne ». L’instabilité politico-religieuse de ce pays est, bien sûr, très préoccupante pour le Saint-Siège et l’exemple espagnol jouera un rôle important, voire décisif – crainte de l’effet domino –, dans le refus de Pie X d’accepter la dénonciation du Concordat et la loi de 1905 (cf. le tome II).

47 G.-D. Weil (1893 : 336) citait déjà, pour les mêmes raisons, la législation espagnole en exemple. Mais, à l’époque, il s’agissait du droit d’association et non de la Séparation.

48 UAM 1905, fasc. 4 : 181, intervention à la séance du 8 janvier 1905.

49 Cf. Blancarte 2012.

50 Cf. Régnier 2009 : 325-342. Ce sera l’argumentaire d’É. Zola en 1881 : « affranchie du catholicisme », la France doit résister à « l’ennemi » du Nord.

51 Quand la défaite française de Puebla (5 mai 1862) est connue (14 juin), l’opposition doit mettre une sourdine à ses critiques, pour ne pas être accusée d’atteinte à l’honneur de l’armée ; cf. Andries 2009 : 343-368.

52 Négligeant et la dynamique propre de l’histoire mexicaine, et l’influence des États-Unis sur le Mexique, que soulignera au contraire le Journal des débats du 30 décembre 1904.

53 Les soldats du peloton d’exécution sont (paradoxalement) revêtus d’uniformes de l’armée impériale française. Face à une opinion publique française qui s’est indignée du refus des Mexicains de gracier Maximilien, Manet veut signifier que le véritable responsable de sa mort est l’empereur des Français.

54 Cette notion insiste sur la circulation transnationale des idées et des représentations, son importance dans les changements sociétaux. L’optique est dialectique : si les identités culturelles nationales ne sont pas figées, les transferts culturels « ne sont jamais imitation passive et […] inspiration ne veut pas dire copie mais invention, nouvel agencement de matériaux communs » (Guerra 2002 : 191).

55 Une série de lois laïcisatrices furent prises de 1857 à 1860 et rétablies après l’occupation française : création de l’état civil et du mariage civil (sans admettre le divorce), nationalisation des biens ecclésiastiques, laïcisation des cimetières, séparation de l’Église catholique et de l’État, légalisation de la liberté religieuse.

56 A.-M. B[ovet], in Berthelot (dir.) 1885-1901, XXIV : 996.

57 Différents spécialistes l’ont souligné dans le cadre du centenaire de la loi de 1905, sans que cela éveille le moindre écho social. Cf., par exemple, Blancarte 2005 : 252 ; Scot 2005 : 319 sqq. ; Baubérot 2006 : 178 sqq.

58 La séparation belge, pour La Chesnais, serait « la première séparation de l’Église et de l’État réalisée dans un pays européen », mais elle ne s’affranchit pas vraiment du « cléricalisme ». La Belgique n’a pas de concordat avec le Saint-Siège et elle a eu, dès sa création en 1830, une conception libérale de la liberté de conscience, mais une tentative de laïcisation scolaire, légèrement antérieure à celle de J. Ferry et plus radicale, échoua et le catholicisme, ultra-majoritaire, se trouve au début du xxe siècle dans une situation privilégiée.

59 Nous l’avons vu, pour La Chesnais la séparation américaine a fait œuvre de « liberté », mais il prévoit de futures luttes possibles entre un « parti clérical » (en voie de formation) et un « parti anticlérical » (ibid. : 62).

60 La seule critique qu’il se permet est que, sur certains points, le Mexique reste « malgré tout arriéré » et que la « liberté de la presse y est encore assez théorique ».

61 Cette expression contraste avec celle de « malheureux Mexique » utilisée par des voyageurs au milieu du xixe siècle.

62 Année de l’adoption d’une Constitution qui, à l’inverse de celle de 1824, ne reconnaissait pas l’Église catholique comme religion d’État.

63 Précision significative : le modèle idéalisé ne correspond pas à la réalité empirique mais doit malgré tout en tenir compte, car l’auteur prétend la décrire. Si la réalité symbolique n’est pas en dehors du réel empirique mais, au contraire, en fait partie (Durkheim), inversement la réalité empirique n’est pas absente du réel symbolique, mais c’est le processus de signification qui en constitue l’élément essentiel.

64 Ce sera un point déterminant du débat français (cf. le tome II).

65 D’où la nécessité, dans tout débat social, d’effectuer des références historiques qui réinventent le passé ou d’idéaliser – ou diaboliser, ce qui a la même fonction – des exemples d’autres pays.

66 Selon lui, « si vous tentiez de parler [de conflits politico-religieux] à un Mexicain de moins de quarante ans, il ne comprendrait même pas le sens de votre question » (ibid.). Cependant, la séparation mexicaine, telle qu’il la décrit, est plus stricte que celle qui est magnifiée par La Chesnais.

67 A. Briand (1905 : 175-220). Ce rapport a été réédité en 2005 par l’Assemblée nationale, amputé du chapitre sur les « législations étrangères ». En revanche, l’importance de ce chapitre n’a pas échappé aux contemporains et, dans le résumé que donne l’historien A. Debidour du rapport Briand (1909 : 441 sqq.), c’est celui qui est le plus développé.

68 Une exception : M. Akan (2017 : 74 sqq.), qui, écrivant en anglais, privilégie l’exemple des États-Unis.

69 Cf. le tome II.

70 L’expression « complète laïcité* », chez Briand et Jaurès, se différencie de celles de « laïcité intégrale* » ou « absolue », plus marquées par la lutte contre les congrégations et une conception moins libérale de la Séparation. Cependant, dans la polémique contre leurs adversaires de gauche, les deux socialistes parlent parfois eux aussi de « laïcité absolue* » pour légitimer une séparation libérale (mais franchement séparatiste, à l’inverse de celle de Combes).

71 Auditeur au Conseil d’État, de culture juive, proche de Léon Blum, P. Grunebaum-Ballin constitue une caution socialiste, alors que Méjan est la caution protestante.

72 Le terme, à l’époque, connote les théories évolutionnistes qui sont devenues hégémoniques dans le débat social.

73 L’utilisation du terme « laïcité » pour d’autres pays n’est pas rare à cette époque, en tout cas avant le combisme, qui tend à faire de la laïcité une spécificité française. Ainsi, A. Fouillée, un des inspirateurs de la morale laïque, écrit qu’en Angleterre, dans l’enseignement public, « la laïcité est entendue en un sens positif, non pas comme une sorte de négation de toute idée religieuse » (1900 : 224).

74 L’exemple du Canada comme « État réellement neutre et laïque » (A. Briand) est particulièrement intéressant. Cf. Milot 2002, 2008.

75 Dans son discours du 21 octobre 1904, où il se rallie à la Séparation, P. Deschanel cite le Brésil pour montrer qu’un régime de séparation n’exclut pas de bonnes relations avec le Saint-Siège.

76 A. Briand (1905) : l’énumération est pages 201 sqq. Les pages 202-208 sont consacrées aux États-Unis et les pages 208-213 au Mexique.

77 Bien sûr ! Qu’alliez-vous imaginer ?

78 De même, un article de L’Humanité du 15 décembre 1904, non signé, affirme que le « projet [de séparation] réalisera, dans l’Occident civilisé, un état de choses vers lequel tend toute l’évolution de la situation, mais que nulle part encore on n’a réalisé ». Ces deux expressions (« Occident civilisé » et « nulle part ») tranchent avec la ligne dominante du quotidien.

79 Alors qu’à partir du tournant du xxe et du xxie siècle, la recherche sociologique internationale s’intéresse à la pluralité des laïcités dans le monde. À cet égard, dès 1960, paraît un (gros) ouvrage pionnier, édité par le Centre de sciences politiques de Nice, traitant de différentes laïcités, des États-Unis au Japon, en passant par l’Europe et les « pays musulmans », ainsi que de « la laïcité dans les déclarations internationales des droits de l’homme ».

80 L’exemple mexicain (et étatsunien) sera encore opposé à la France après la loi Debré : cf. Cornec 1965 : 264.

81 Non seulement dans l’expression inventée, sauf erreur, par R. Debray en 1989, « laïcité exception française », mais aussi de façon plus indirecte par des questions qui ont fait florès lors du centenaire, telles que « la laïcité est-elle exportable ? », etc.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search