Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

III. Jardins « au naturel »

13. « Nouveaux jardins de campagne »

Texte intégral

1Parmi tous ceux que j’ai rencontrés, seuls les membres de ce groupe se définissent comme jardiniers et en revendiquent l’appellation. Ils se reconnaissent même au titre de « vrai jardinier », en référence à ces jardins prestigieux qu’ils visitent fréquemment, et par distinction d’avec ceux de « Monsieur Tout-le-monde ».

  • 1 Dans mon échantillon, ils sont trois hommes et deux femmes, de 45 à 67 ans, appartenant aux couche (...)

2Ici, la passion du jardinage s’ancre dans l’enfance. Comme pour d’autres « passions ordinaires », « la contagion et la transmission familiale sont largement déterminantes » (Bromberger 1998 : 35). Le goût du jardin est transmis, et son origine toujours recherchée. Ici cependant, la ligne féminine n’est plus exclusive : avec une appartenance et une origine socioprofessionnelle hétérogènes, marqués par une implantation urbaine pendant la vie active, les hommes qui jardinent sont presque aussi nombreux que les femmes1. Reste que le jardin de l’enfance marque durablement ces amateurs que la passion n’a plus quittés tout au long de leur vie professionnelle ; mais, comme dans les jardins fleuris, avec l’âge de la retraite, la passion se fait plus vive et le jardin, activité principale. Une des jardinières y voue l’équivalent d’un temps plein, et pour l’ensemble, c’est une moyenne de quatre heures par jour, hiver excepté, qui est consacrée à ce travail. « Le jardin c’est la vie », il permet un passage en douceur de l’activité professionnelle à la retraite, il aide à dépasser les difficultés liées à la classe d’âge (mort des proches, départ des enfants), il pallie aux manques et emplit les vides. Si ces fonctions majeures sont déjà perceptibles dans le jardin fleuri, elles s’affirment avec le jardin « au naturel ». C’est qu’ici, exhaussée « en enjeu majeur de la vie » (Bromberger 1998 : 33), la passion devient très exclusive : l’identité de la personne est résolument jardinière.

3Tout en étant dans la vie active, deux jardinières rencontrées disposaient d’un jardin (en Afrique lorsque Gisèle B. y était bibliothécaire à l’ORSTOM puis autour de la maison près de Cahors lorsque le couple B. acheta une pharmacie dans cette ville en 1971 ; à Brive pour Rose V., employée dans une fabrique de vêtements). Les deux femmes ne les commentent guère si ce n’est pour évoquer le manque de temps qui freine la passion. Avec l’arrêt de la vie active proprement dite (préretraite pour Rose V., cessation du travail pour Gisèle B.), se réalisent les conditions pour une nouvelle identité jardinière. Avant cela, les deux jardins reflètent la palette courante des végétaux disponibles en pépinière. Le cas de Clive J. est un peu différent. La botanique et le jardinage faisaient partie de la vie active de cet Anglais qui réside désormais dans le Lot.

Le jardin de Rose V

4Difficile d’énumérer l’ensemble des végétaux présents dans ce jardin, situé dans un écart de la commune de Floirac. Déjà en 1992, plus de six cents variétés et espèces de plantes vivent dans cet espace de taille relativement modeste (moins de 500 m2). Depuis une quarantaine d’années, les V., employés, résidents à Brive, passent week-ends et vacances dans une maison louée dans la plaine de Floirac, au bord de la rivière Dordogne. Sur le terrain voisin de cette maison, ils construisent presque entièrement eux-mêmes leur future résidence secondaire. Pendant cette longue période où le couple est encore en activité, le jardin, peu entrepris, comprend néanmoins une partie potagère travaillée par le mari, quelques arbres dont un catalpa devant la maison, des Pyracantha qui « cachent le potager », des cotonéasters, des dahlias et des rosiers.

5Ce n’est qu’avec le temps de la retraite et l’installation définitive du couple à Floirac en 1989 que se dessine l’allure actuelle du jardin. Il se déploie devant la maison située au fond du terrain. À l’autre extrémité, la petite partie potagère est définitivement supprimée en 1994. Sur l’ancien chemin de terre, une large allée de castine relie le portail à l’arrière de la maison. Sur sa droite, formant une haie dense avec les prunelliers en bordure de route, les arbustes (Choisya, Kerria japonica, lavatères, Chamaecyparis) sont ceints par un parterre de plantes vivaces d’ombre, parmi lesquelles on remarque des phlox, des coréopsis, des achillées, des potentilles, etc. La plus grande partie du jardin occupe la gauche de l’allée. Là, les parterres de vivaces, mixed-border à l’anglaise, dessinent de larges courbes bordées par la pelouse centrale. Ces massifs présentent une grande variété de feuillages, de fleurs et de couleurs. Depuis 1992, Rose V. a cessé de comptabiliser les centaines de végétaux qu’elle a installées, mais en 1994, leur nombre avait encore augmenté. Pendant les années 1990, elle se consacre exclusivement à son jardin. Cependant, lors du dernier entretien en mai 2000, la passion pour la peinture relègue au second rang la passion jardinière tandis que le jardin « roule sur son rythme de croisière ».

Jardin de Rose V.

6Comme son nom l’indique, un mixed-border se compose d’un grand nombre de végétaux, presque exclusivement vivaces, juxtaposés les uns aux autres. Dans les années 1990, celles de la création du jardin, les mixed-borders ne présentent pas une forme fixe. Les vivaces sont sans cesse déplacées de façon à ce que les effets de volumes, les harmonies de couleurs puissent satisfaire la jardinière. Ce travail de composition est assorti d’une quête presque effrénée de la variété manquante, de l’espèce rare, de la fleur absente.

7On distingue plusieurs sous-espaces dans l’organisation du jardin : la haie de bordure de route avec ses plantes de mi-ombre, l’arrière de la maison, entrée du garage, tapissée de trois variétés de ronce ornementale (dont une utilisée comme couvre-sol parce que « ça fait ça de moins à faire »). L’arrière de la maison est donc un peu délaissé, comme dans de nombreux autres jardins. La façade de la maison s’ourle d’un rosier ancien blanc, « le fameux “Fée des Neiges” ». Dans son ombre, croissent divers Hosta, des géraniums vivaces (Geranium psilostemon, G. endressii, G. sanguineum). Rose V. dispose de nombreuses photos qui montrent l’évolution de ce massif. Au début des années 1990, sa composition rappelle le motif de plantes de seuil des jardins fleuris. Asters, hélianthèmes et pensées sont bordées de ces pierres trouées ramassées sur le causse, à la manière des parterres du jardin fleuri. « Je ne sais pas comment j’ai pu avoir des couleurs si criardes », « tout ça je l’ai supprimé ». Aujourd’hui, le devant de porte n’est plus ainsi signalé ; les parterres qui l’enserrent ne se distinguent pas, ni par leur organisation, ni par les espèces utilisées, des autres mixed-borders du jardin.

8Suivant la limite du terrain, ils conduisent vers l’autre extrémité du jardin. Avant d’y parvenir, le regard et les pas s’arrêtent au centre du jardin, au « bassin ». « Mon bassin » abrite diverses plantes d’eau et de berges : iris, Nymphea, aponogéton, myriophylle, prêle « Kanchaka », pétasites. Il représente, comme le mixed-border et la pergola, l’un des motifs originaux du jardin « au naturel ». Au-delà du bassin, la pergola en bois naturel marque l’ancienne limite avec le potager, disparu en 1994. Installée pour établir les plantes grimpantes (clématite jacmanii, rosier « Crimson Glory », passiflore), elle ouvre sur le fond du jardin et le banc de bois construit par le mari. Le banc également représente un motif de ces jardins paysagers dont Rose V. s’inspire. Sa décision de « manger sur le potager » permet de créer cet effet de perspective que recommandent les livres spécialisés. Les légumes ont donc disparu, laissant place à un nouveau parterre, composé des dahlias « Matin d’Anjou » rapportés du jardin du grand-père, de plusieurs variétés d’hémérocalles, de digitales, d’euphorbes, d’un rosier « Centenaire de Lourdes », d’une fétuque qui, au pied de la pergola, « marque le passage ».

9Quant au mixed-border qui accueille le visiteur près du portail, il est occupé par de nombreuses vivaces en touffes décrites par Rose V. : achillée, Inula, verveine bonariensis, fenouil bronze, phlox, marguerites, Aster frikartii « Clara Curtis », Rudbeckia subtomentosa, Lysimachia clethroides, Coreopsis verticillata, achillée « Cerise Queen », Aster horizontalis, polémoine, lysimaque, pavots, grandes scabieuses, Cephalaria jaune chartreuse, aster, Bocconia, montbretia, masonorum [ ?], Crocosmia.

10Pour énumérer les végétaux qui figurent dans les autres mixed-borders, nous fournirons la liste des espèces et variétés mentionnées ou décrites dans les entretiens :

Campanule (Campanula) : sept variétés dont Campanula tachesimana, Campanula latifolia « London Anna », Campanula macrenta, C. mollis, C. barbata, C. medium.
Aster : dix variétés, dont Aster frikartii, Aster horizontalis.
Géraniums : dix variétés, dont Geranium psilostemon, G. endressii, G. sanguineum, G. pratense « Johnson Blue », G. « Russel Pritchard », G. macrorrhizum. Hémérocalles : cinq variétés.
Sauge : huit variétés, dont sauge sclarée (Salvia sclarea), sauge tricolore, Salvia grahamii.
Euphorbe : cinq-six variétés, dont Euphorbia characias, E. myrsinites, E. rimania, E. griffithii « Fireglow ».
Hosta : cinq-six variétés, dont Hosta « Princesse Williams », H. albium, H. sieboldiana, H. fortunei, H. plantiginea.
Rosiers : « Ghislaine de Phéligon », « Fée des Neiges », « Centenaire de Lourdes », « Crimson Glory ».
Achillea millefolium « Cerise Quenn », agapanthe, Ageratum, ail d’ornement, alchemille, alstroemère, ancolie (Aquilegia) « nora barlow », anémone, anthémis, Aponogetum, armeria, Artemisia, Asclepias cornutii, Bellis perennis, benoîte, Bletilla, Bocconia, bouillon-blanc, Calamintha, Cephalaria, Choisya, cinéraire, clématite « Jacmanii », clématite tangutica, coréopsis, Crocosmia, delphinium, Dicentra spectabilis « Alba », Dicentra « Baccannale », digitale, Echinops, Eremurus, Erodium, fenouil bronze, fétuque, fuchsia, Gaura, giroflée, Helenium, hélianthème, Helianthus decapetalus, Helianthus salicifolius, Heliopsis, Helleborus lividus, Inula, iris nain, Kniphofia, Lagestroemia, lantana, lavatère, licrisome « sulfur ligth » [ ?], Linum grandiflorum, Lychnis, lys, Lysimachia punctata, Lysimachia clethroide, Matthiola (giroflée quarantaine), mélisse dorée, muguet, Myriophyle, Nepeta sibirica, Nymphaea, Œnothera missouriensis, pavot jaune, Pentstemon, pervenche, pétasite, phlox, Physostegia, prêle de la Kanchaka, pivoine, pois de senteur, polémoine, Potentilla, pulmonaire, Pulsatilla vulgaris, réséda des teinturiers, Rudbeckia laciniata, Rudbeckia nitida, sabot de Vénus, santoline, scabieuse du Caucase, sédum, Silene pendula, spirée « Anthony Water », valériane, Verbena bonariensis, véronique.

Le jardin de Gisèle B

11Situé en pleine campagne sur une des collines qui surplombent Cahors, le jardin de Gisèle B. se déploie sur près de deux hectares. La grande maison vigneronne qui trône dans le premier tiers de la propriété a été achetée dans les années 1960, puis restaurée « à l’ancienne » selon les normes architecturales en usage. Depuis qu’elle ne travaille plus dans la pharmacie de son mari, Mme B. consacre l’essentiel de son temps au jardinage, à la broderie et à l’« atelier jardin » qu’elle anime dans le cadre d’une association cadurcienne. Une fois par mois, un ouvrier l’aide dans les travaux de gros œuvre du jardin, mais elle a elle-même créé les centaines de mètres de plates-bandes qui soulignent les contours de la propriété.

12L’ensemble du jardin est conçu sur ce modèle : des arbres en clôture et à leur base, des massifs à l’anglaise, d’arbustes et de vivaces, dont le tracé en lignes courbes délimite une large pelouse. Au centre du jardin, un bosquet d’arbres – dont les trois sapins plantés par le grand-père – abrite également un massif de fleurs et d’arbustes. L’un des parterres est doublé d’une basse bordure de buis, du « buis de la brousse » prélevé sur le causse voisin.

Jardin de Gisèle B.

  • 2 Le mensuel Mon jardin et ma maison organise des séjours en province ou à l’étranger, destinés aux (...)

13Le groupe d’amateurs venus en visite dans le cadre d’un séjour organisé par le journal Mon jardin et ma maison2 ne manque pas d’admirer l’impressionnante palette de plantes et l’arrangement des massifs. Installé sur le devant d’un petit bâtiment qui devait être une ancienne porcherie, le point d’eau intéresse également le groupe d’amateurs. Un éventail de plantes aquatiques et semi-aquatiques, parmi lesquelles on compte des Nymphaea, des salicaires, des iris d’eau, se disputent la place autour de l’étang miniature. Non loin de là, à droite de la maison, arbustes et conifères nains surplombés par deux jeunes ifs bordent l’ancienne grange. À l’arrière du bâtiment, une série de pots de toutes tailles abritent les jeunes plants et les boutures. Lors du passage dans sa « pépinière », la maîtresse des lieux offre à chacun des visiteurs un godet de Ruta officinale.

14De ce côté-là, la fin du jardin est matérialisée par un alignement d’arbustes et d’arbres (chêne, érable de Montpellier) venus remplacer les quarante-quatre ormes décimés par la maladie de la graphiose. Sous la conduite du paysagiste, le groupe concentre son attention vers cet espace : « Regardez, c’est une chose qui me plaît bien, dans cet empilement de cailloux, Mme B. y a planté du cotonéaster, regardez comment elle les a modelés en coussinets en plaçant cette lysope à l’arrière, c’est très intéressant. »

15Au devant du massif, on admire également des Geranium psilostemon, deux variétés d’œnothères, des solidagos. Mais pour la jardinière, c’est le « coin du désespoir », car il ne saurait cacher les multiples bricolages du voisin paysan qui « fait cela pour embêter ». « Il m’a fichu des volets en fer contre la clôture ; c’est de la pollution visuelle, ça devrait être interdit ! » s’exclame-t-elle devant les visiteurs. Lors des journées que je passerai ensuite auprès d’elle, elle reviendra à plusieurs reprises sur cette « agression » que produisent à ses yeux les pratiques paysannes de son voisin.

16« C’est vraiment l’Angleterre ! » s’écrie, admiratif, le groupe avançant sous la pluie vers la pièce de réception extérieure, une dépendance qui abrite les locaux de la piscine et du salon d’été. Chemin faisant, les amateurs admirent la façade de la maison, son imposant escalier de pierre, ses ifs taillés en pointe et bordés par de petits carrés de buis qui font office de plantes de seuil. Quant aux deux potées de pélargonium et Lobelia sur l’escalier, elles suscitent un « c’est très amusant ! » beaucoup plus réservé, comme pour souligner discrètement la distance critique accordée aux annuelles. La rocaille autour de la piscine est une création ancienne, que la jardinière se propose de revoir. Les conifères nains sont devenus géants et les plantes vivaces s’entremêlent dans un joyeux fouillis. Les conseils pour reprendre cette rocaille s’échangent.

17Sous l’auvent qui abrite le salon d’été, le groupe d’amateurs déguste le champagne à la santé du jardin « à l’anglaise » de Mme B. Les exclamations fusent sur le bon goût de la propriétaire. « Toutes les plantes ont l’air heureuses, et puis cette variété ! » On commente l’aspect ou l’élégance de tel ou tel végétal tandis que Mme B. relate le déroulement de la bourse aux plantes dans son jardin l’année précédente : « Vous auriez vu ça ! C’était pire qu’à Courson ! »

Le jardin de Clive J

  • 3 Les Anglais retraités des classes moyennes élisent massivement domicile en France, soit en Normand (...)

18Comme pour de nombreux Anglais qui résident dans le Sud-Ouest3, c’est la convergence de plusieurs facteurs – beauté des paysages, présence d’un réseau de compatriotes, prix intéressant des habitations en vente – qui a décidé le couple J. à vivre leur retraite en Quercy. Le choix s’est porté sur cette maison près de Gourdon parce que la jouxtait un vaste terrain à transformer en jardin pour compenser la perte de celui d’Angleterre, « ce jardin tant aimé, créé depuis quinze ans, et empli de très belles plantes, dont la plupart furent très difficiles à acquérir (trad.) ». Car Clive J. est jardinier et se revendique comme tel. Après avoir passé la plus grande partie de sa vie active dans l’armée, il bénéficie vers quarante ans d’une bourse d’études qui lui permet d’étudier l’horticulture. Il travaille alors « dans quelques jardins prestigieux » puis crée son propre « jardin prestigieux », un jardin botanique ouvert au public. Il est alors membre de plusieurs sociétés horticoles britanniques parmi les plus renommées (Old Horticultural Society, All Plants Society, Hostas Association).

Jardin de Clive J.

19Avec un ami anglais, lui-même inscrit dans plusieurs sociétés anglo-saxonnes, il crée en 1990 dans le Lot « Quercy Horticultural Association », qui regroupe à ses débuts une grande majorité d’Anglais (10 sur 12 à la réunion inaugurale, 40 en 1992, pour 12 Français et 12 Hollandais, 60 en 1996) pour s’élargir progressivement à la population locale.

20De nombreuses plantes ont suivi les J. dans leur déménagement : une partie de la collection d’Hosta – sur 135 variétés, les 20 qui sont « introuvables en France » –, les collections de Geranium et d’hellébores qui viennent prendre place dans le nouveau jardin, enrichi dans les trois mois, de quelque deux cents nouvelles venues. Trois ans plus tard, le jardin compte plus de mille variétés de plantes.

21À l’entrée de la propriété, sur la gauche du chemin qui conduit à la maison, un demi-hectare de terrain vient d’être planté d’arbres d’essences variées, surtout exotiques. Autour de la maison, alternent les pelouses et les massifs : herbaceous-border et mixed-border, où dominent les feuillages davantage que les plantes fleuries. L’impression qui s’en dégage est celle d’une volonté ordonnant sans relâche, mais d’un geste souple, les choses de la nature. Les plantes n’ont pas été prélevées dans les bois et fossés mais ce sont des « espèces botaniques » pour beaucoup d’entre elles, proches des plantes spontanées, qui proviennent des pépinières les plus spécialisées. Alors, l’arum très ordinaire, donné par la fille (le même que celui des jardins paysans), trouve difficilement sa place. De même, les feuillages sont préférés aux hampes fleuries, suspectes de trop d’artifice.

22Vivaces et arbustes aimant la lumière sont disposés en carrés au milieu de la pelouse tandis que les grimpantes et plantes de miombre courent au pied des murs. Pergolas et clôtures sèches en acacia ménagent le passage entre les différents sous-espaces, d’un coin à l’autre du jardin, dessinant les contours de la maison. Comme dans les autres jardins anglais lotois, le lien avec l’espace environnant est soigneusement travaillé : on ne coupe pas les foins du pré qui borde le terrain et l’entrée du sous-bois à l’arrière de la maison est discrètement aménagée. Installées dans des carrés limités par des piquets de bois grossiers, des plantes d’ombre – les Hosta notamment – et de terre de bruyère voisinent avec pulmonaires et fougères, espèces spontanées celles-là, recueillies sous les chênes. De ce jardin de sous-bois, un sentier file vers un espace ouvert, devenu potager sur le conseil d’un voisin agriculteur.

Tous les Français ont une grande patience pour le potager. Mes voisins pensent que je suis fou parce que je ne fais pas pousser les fruitiers, toutes les choses… Nos voisins ont décidé que c’était nécessaire que nous ayons un potager. En février dernier, un matin, à huit heures, un voisin est là avec son tracteur et une grande remorque de fumier : « Où est votre potager », je n’en avais pas. Alors, j’ai dit : « Je pense : là » et il a écarté deux remorques de fumier puis il a labouré avec son tracteur, et soudainement, j’ai un potager ! Un autre jour, un autre voisin, très gentil, il était là avec un panier de petites plantes, beaucoup de graines, et nous avons un potager ! Et chaque mois, l’un ou l’autre vient ici pour inspecter. Oui ! Oui ! « Où avez-vous placé ça ? » « Non, pas comme ça ! » Et ils pensent que je suis fou parce que j’arrose – j’ai un très bon puits – mais ici on dit : « C’est le Seigneur qui arrose les plantes, pas nous ! » Nous avons la bonne chance ici, nos voisins sont très, très gentils.

Notes

1 Dans mon échantillon, ils sont trois hommes et deux femmes, de 45 à 67 ans, appartenant aux couches moyennes ou aisées de la population. Aucune agricultrice n’est présente dans ce groupe. Annie- Hélène Dufour (1998 : 75-77) a identifié les mêmes caractéristiques sociologiques sur un échantillon de douze personnes.

2 Le mensuel Mon jardin et ma maison organise des séjours en province ou à l’étranger, destinés aux membres de son club, et consacrés à la visite de jardins. Le paysagiste lotois J.-L. Bajolet, dont les créations de jardins privatifs ont fait l’objet d’un article dans le cadre de cette revue mensuelle, a été contacté pour composer et organiser un séjour autour de ses réalisations. À Cajarc, en juin 1994, il accueille donc un groupe, composé de retraités ou inactifs pour la plupart, soit un couple retraité de la bourgeoisie parisienne, ayant une chaumière dans l’Ouest parisien, un couple de châtelains de Vendée, une employée de Châteauroux, une femme de décorateur (Tarn), une femme de médecin pour qui le paysagiste a réalisé un jardin (Meyronne, Lot), trois amatrices du club de jardinage de Cahors (dont Gisèle B.). Ce public, qui ne recrute que faiblement dans le milieu local, est convié sur deux jours, après l’accueil à l’office du tourisme du Lot par un conseiller général et sénateur, à la visite de trois réalisations du paysagiste dans la région de Cajarc et du jardin de l’animatrice du club de jardinage cadurcien, à la visite de deux châteaux, de leurs chais et jardins, à celle de la Maison des arts et du Printemps de la photo, et encore, à la découverte de la botanique locale et de la cuisine régionale. Activités souvent prestigieuses, dotées d’un fort capital culturel, pour un public choisi, qui, à elles seules, résument les thématiques propres aux jardins au naturel.

3 Les Anglais retraités des classes moyennes élisent massivement domicile en France, soit en Normandie soit en Périgord et Quercy (Barou & Prado 1995).

Table des illustrations

Légende Jardin de Rose V.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2693/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,0M
Légende Jardin de Gisèle B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2693/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9M
Légende Jardin de Clive J.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2693/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search