Version classiqueVersion mobile

La loi de 1905 n’aura pas lieu

 | 
Jean Baubérot
, 
Dorra Mameri-Chaambi

Première partie. Ces chemins, qui zigzaguent à travers les broussailles, mènent-ils à la Séparation ?

Chapitre 4. Un pas vers la séparation ?

Texte intégral

  • 1 Et celles de la princesse carmélite, Jeanne Bibesco, qui lui écrit le 30 août 1904 : « Je ne puis v (...)

1Le 26 janvier 1903, Combes a indiqué son refus de la Séparation. Il a même dérogé au rituel. Le président du Conseil a-t-il eu tort de s’opposer à cette éternelle esquive, à ce double jeu républicain ? L’aggravation du conflit n’oblige-t-elle pas à prendre clairement position ? Lors de la séance parlementaire du 20 mai 1903, le chef du gouvernement déclare qu’il n’existe que deux solutions : « la séparation de l’Église et de l’État » ou, si « l’opinion publique » – c’est-à-dire Combes lui-même ? – estime que la situation n’est pas encore mûre, « une révision sérieuse et efficace [des] règlements de police » que Bonaparte a joints au Concordat avec les articles organiques ; ce serait un « Concordat renforcé* » qui a, en fait, ses faveurs1.

2Un membre de l’opposition lui rétorque : « Il y a une troisième solution, c’est votre départ ! » Sous la Troisième République, le président du Conseil se trouve sur un siège éjectable. La politique de Combes mêle ses positions personnelles, une navigation à vue au gré des conjonctures, la pluralité d’options de son ministère où quelques « poids lourds » sont réservés ou hostiles à Séparation… et la nécessité de ne pas être mis en minorité.

La Séparation « des Églises et de l’État » ou… « de l’État et de l’Église catholique » ?

3En effet, l’interpellation n’est pas seulement ironique : au fil des mois, des membres du Bloc deviennent des « dissidents » et se demandent si l’heure n’est pas venue d’un nouveau gouvernement… dans lequel certains se verraient bien ministres. Constatons, pour le moment, que Combes parle d’une éventuelle « séparation de l’Église et de l’État ». Un député rectifie : il s’agit « des Églises [et de l’État] ». Mais Combes n’a pas commis de lapsus ; il insiste : non, il s’agit bien de « la séparation de l’État et de l’Église catholique ».

  • 2 Et aussi éditorialistes, journalistes… Ainsi, les articles de presse qui titrent sur une séance de (...)
  • 3 Cette approximation, significative de la difficulté française de penser le pluralisme religieux (cf(...)

4Le plus souvent, l’emploi du singulier ou du pluriel est dû à la formulation approximative des discours parlementaires : à quelques minutes d’intervalle, un député2 pourra utiliser l’un ou l’autre sans changer l’orientation de son propos3. Rien de tel chez Combes, qui sait ce que parler veut dire. En fait, il reprend la différence effectuée par Bert, vingt ans auparavant, entre les minorités religieuses (« républicaines ») et l’« ennemi » catholique.

  • 4 Le Temps, 19 mai 1903. Selon sa rédaction, Le Temps se veut un journal « libre penseur », fidèle à (...)

5Sauf erreur, aucun historien n’a relevé ce distinguo, pourtant essentiel si l’on veut comprendre la position du chef du gouvernement et, en particulier, son futur projet de loi de l’automne 1904. En revanche, sa formulation n’échappe pas aux contemporains : La Lanterne du 21 mai, quotidien anticlérical, désavoue les « distinctions de M. Combes […] trop subtiles » pour être honnêtes ; Le Rappel du 28 mai insiste sur le fait que ce sont « toutes les Églises » qui doivent être séparées de « l’État républicain » ; Le Temps, qui s’estime « spectateur impartial4 », pense que le Petit Père veut « rassurer » les protestants et les juifs, mais n’y parviendra pas : les pasteurs réclament « la liberté pour toutes les confessions » et « la tolérance religieuse, elle aussi, est un “bloc” » (22 mai). Les Archives israélites du 28 mai 1903 rétorquent que Combes a raison de vouloir « vaincre [la] résistance [de l’Église catholique] à de justes lois », tandis que les « cultes protestant et israélite […] se sont toujours fait remarquer par leur loyalisme républicain ».

  • 5 Combes rappellera ces propos pour prétendre qu’il était, depuis le départ, un partisan de la Sépara (...)
  • 6 Cette utilisation de la Séparation comme épée de Damoclès est un grand classique, déjà en usage du (...)

6En fait, la loi doit être générale et la Séparation du seul catholicisme et de l’État est, de fait, impossible : toutes les religions seront concernées. En le soulignant indirectement, Combes cherche peut-être à montrer qu’un durcissement des articles organiques qui, eux, diffèrent selon les cultes, serait une bien meilleure solution. Sa politique consiste toujours à mettre au pas le clergé catholique. Il évoque la Séparation comme une épée de Damoclès. Dès le 21 mars 1903 au Sénat, il a prévenu : si elles continuent, les « prétentions ultramontaines » rendront « le Concordat indéfendable devant les Chambres et devant le pays » : l’Église catholique aura « renversé de ses propres mains la dernière barrière qui s’oppose à la séparation des Églises et de l’État »5. Retenez-moi ou je fais un malheur6… En même temps, ce 20 mai, il espère rendre l’aile séparatiste de sa majorité attentive aux conséquences prévisibles de la Séparation « des Églises » et de l’État.

  • 7 « Les députés ne savent rien de notre culte », regrette L’Univers israélite le 2 décembre 1904 (cf. (...)
  • 8 G. Noblemaire (1904 : 243), catholique du centre (son ouvrage est préfacé par A. Ribot).

7S’il existe un conflit global avec « l’Église », la Séparation atteindra aussi les juifs et les protestants. Les premiers constituent souvent un impensé des débats7. Pour les seconds, ce n’est pas leur nombre qui compte (environ 1,6 % de la population française d’alors) mais « leur présence presque disproportionnée8 » dans l’appareil républicain (11 protestants sur 86 préfets, par exemple) et dans ses associations militantes (8 protestants sur 36 au comité central de la Ligue des droits de l’homme), leur poids social (commerce, industrie, professions libérales, magistrature) et surtout leur influence possible auprès de catholiques occasionnels républicains, qui ont recours à « l’Église » pour les rites de passage (baptême, première communion, mariage, mort).

  • 9 Et suscité une contestation interne à la Ligue des droits de l’homme, dépassant le cercle des prote (...)
  • 10 Francis de Pressensé était le petit-fils d’un banquier cofondateur d’une Église protestante volonta (...)

8Habitués aux jérémiades des évêques, ces « catholiques d’habitude* » considèrent les « huguenots » comme favorables à la République et si ces derniers affirment que l’on en veut non au seul « cléricalisme », mais à « la religion », ils tendront l’oreille. Or, Pressensé a déposé, le 7 avril 1903, une proposition de loi très combative, qui a d’autant plus déçu les protestants9 que ce libre-penseur, « séparatiste héréditaire10 » (Fabre 2007 : 50), est fils de pasteur. Jusque-là majoritairement favorables à la lutte anticongréganiste, du moins ceux qui s’expriment publiquement, les « parpaillots » peuvent prendre leur distance avec le Bloc s’ils se sentent atteints par une loi de séparation qu’ils jugeraient non équitable.

Extension du domaine de la lutte…

9Tentons de sérier les différents problèmes. On assiste à l’extension du domaine de la lutte. Celui-ci s’élargit doublement. D’abord par un bras de fer engagé entre Combes et Rome au sujet des évêques. Selon l’article 5 du Concordat, ils sont nommés par le gouvernement et le pape leur donne ensuite l’investiture canonique. Le pontife utilise ce droit de veto seulement en cas de problème d’ordre moral ou religieux. Mais, depuis l’avènement de la Troisième République, un autre mode de fonctionnement s’est instauré : l’« entente préalable », où le ministère des Cultes et le Vatican se mettent d’accord sur un nom, car les républicains libéraux estiment anormal que l’État nomme une autorité religieuse.

  • 11 À condition que ce nouveau gouvernement soit moins à gauche que le précédent. Ce qui sera en projet (...)

10Dès le gouvernement Waldeck-Rousseau cette nouvelle procédure a été mise en cause. En effet, elle donne plus de pouvoir au pape. Ce dernier ne se prive pas, d’ailleurs, de refuser les candidats de Combes, trop marqués politiquement à ses yeux. En conséquence huit sièges épiscopaux sont vacants. C’est la querelle dite du nobis nominavit. Rome attend un gouvernement moins défavorable à ses vues. Étant donné l’instabilité ministérielle de la Troisième République, cela ne saurait trop tarder11 ! Bien sûr, Combes ne se laisse pas faire et veut en revenir à la pratique d’origine. À cette fin, il agite le chiffon rouge de la Séparation pour exiger un retour à la clause du Concordat.

  • 12 Circulaire du 9 avril 1903. N. Tanguy (2006) a étudié la fermeture des chapelles dans le Finistère. (...)
  • 13 Combes épargne également quelques chapelles situées dans sa circonscription sénatoriale, ce qui ne (...)

11En attendant d’obtenir satisfaction, le président du Conseil, ministre de l’Intérieur et des Cultes, use des armes à sa disposition : il suspend des traitements et prescrit de fermer les chapelles « qui ne peuvent justifier d’un décret d’autorisation12 ». Mais, pour autant, il ne satisfait pas l’extrême gauche, car il laisse ouverts des monuments emblématiques, telles les basiliques de Fourvière, Montmartre, et surtout de Lourdes, dont La Lanterne du 6 mai 1903 fustige « la grotte à miracles et la piscine d’eau sale »13.

  • 14 Cité par A. France (1904 : 36 sqq.).

12Dans ce dernier cas, les élus radicaux de la région se sont unis à la droite pour maintenir la possibilité du pèlerinage, indispensable à la prospérité du commerce local. Pourtant cette cérémonie peut comporter une dimension politico-religieuse. Ainsi le 25 avril 1901, dans l’église de Lourdes, une homélie du père Coubé, invoquant la « Vierge guerrière », en a appelé au « glaive électoral qui sépare les bons des méchants » pour exercer son tranchant lors des élections de 190214.

13La seconde aggravation du conflit est liée aux conséquences de la lutte contre les congrégations. Privés d’enseignement, théoriquement « sécularisés », les congréganistes sont disponibles pour la prédication et, souvent, leur niveau intellectuel dépasse celui des prêtres de paroisse. Certains évêques les chargent d’autant plus volontiers de l’homélie dominicale qu’une circulaire de Combes rappelle que l’évêque ne « peut confier les fonctions du culte, notamment la prédication », qu’au seul « personnel concordataire […] curés, desservants et vicaires ». Waldeck-Roussseau avait déjà rédigé une circulaire du même type, le 2 avril 1900, mais l’épiscopat avait fait la sourde oreille.

14Selon la presse et les interpellations à la Chambre, dont je donne ici une sythèse, des « désordres » se produisent dans les églises d’Aubervilliers, de Belleville, de Plaisance. Des libres-penseurs font irruption dans les bâtiments et questionnent : « Citoyen prédicateur, êtes-vous autorisé [à prêcher] ? » D’abord surpris, les catholiques « ne tendent pas l’autre joue » mais, au contraire, organisent un service d’ordre musclé autour de la chaire et près des portes : de gros bras – les « vigoureux bouchers de la Villette », précise La Croix –, armés de poings, de cannes plombées, de revolvers même (selon la gauche), refoulent les importuns. Des heurts se produisent et, dixit la presse, « même des femmes » participent aux échauffourées. À Rennes, Rouen, Clermont-Ferrand, Toulon, etc., des bagarres éclatent. Plusieurs personnes, y compris des agents de police voulant séparer les adversaires, sont blessées, quelques-unes grièvement. Chacun des deux camps a ses raisons d’être scandalisé.

15Un incident apparaît comme particulièrement choquant (même s’il n’est pas le plus grave) : à Reims, de jeunes communiant.e.s, au sortir de la cérémonie, se heurtent à un groupe de personnes qui viennent d’entendre une conférence sur « Les droits de la raison ». Les « petits-fils de Voltaire » arrachent les brassards des garçons, souillent les voiles blancs des jeunes filles. L’une d’elles voit sa robe déchirée et s’évanouit. « Les femmes et les enfants ne peuvent plus se rendre dans les églises dans risquer leur vie », s’indignent de nombreux organes de presse. Le Temps met en cause des « professionnels de l’anticléricalisme ». Ces derniers sont sur la défensive. « Les crachats furent réciproques », plaide le député Léon Mirman, tandis que Dejeante affirme le droit des libres-penseurs à aller prendre la parole à l’intérieur des églises pour contester la présence de prédicateurs non autorisés. Ses adversaires rétorquent qu’il s’agit d’un prétexte puisque désormais toutes les églises parisiennes font l’objet d’une protection policière, quelle que soit la personne qui prêche. En fait, ces mesures de police montrent que Combes cherche à maintenir l’autorité de l’État et à éviter l’extension des troubles.

  • 15 Préfet de police de Paris.

16Mais, évidemment, ce n’est pas l’interprétation qu’en donne la presse d’opposition. La Libre Parole du 29 mai 1903 prétend que « la triple alliance Juive, Franc-maçonne et Protestante [a] mobilisé, à raison de quarante sous par tête, la plus sinistre collection d’Apaches* qui ait servi d’auxiliaires volontaires à la basse police de M. Lépine15, pour les jeter sur les églises, à l’heure où les fidèles s’y trouvaient réunis ». C’est seulement la réaction « énergique des catholiques [qui] a eu, pour résultat immédiat, d’obliger M. Lépine et le gouvernement à prendre parti contre les malfaiteurs ».

Vers une « guerre civile » ?

17C’est donc dans un contexte très tendu que s’est déroulée la séance parlementaire du 20 mai 1903. Le député conservateur Fernand Engerand y parle d’une « terreur […] organisée », d’« attentats les plus inqualifiables » et lance à Combes : « Vous êtes débordé. » Ce dernier rétorque en affirmant que, si « le spectacle [de “l’insoumission cléricale”] se prolonge », l’opinion publique deviendra favorable à la dénonciation du Concordat.

  • 16 Madeleine Jaurès, fille de Jean, avait fait sa première communion le 7 juillet 1901. Cela provoqua (...)

18Une expression revient régulièrement dans les débats : la situation dégénère en « guerre civile », dont chaque camp renvoie à l’autre la responsabilité ; « l’étranger », en particulier l’Allemagne, doit se réjouir ! Ce qui frappe à la lecture du long compte-rendu paru au Journal officiel (1903 : 1685-1730), c’est l’écart manifeste entre la gravité des actes évoqués et le niveau pitoyable des discussions. Les députés s’interrompent à chaque instant, souvent de façon virulente, parfois pour glisser une plaisanterie d’un goût douteux (« c’est la vieille gaieté française », justifie un orateur). Bourgeois, qui préside, multiplie les « rappels à l’ordre », évoque la « dignité de la Chambre », menace d’interrompre la séance, sans que personne n’en tienne compte. Les arguments volent bas (« si on avait craché sur la fille de M. Jaurès, nous en aurions entendu des protestations16 »). Le président du Conseil lui-même peine à se faire entendre. L’Aurore du 21 mai parle d’une séance « longue, tapageuse, violente, incohérente ».

  • 17 Plutôt que de réclamer la nomination de la Commission, dont le principe a été décidé le 20 octobre  (...)
  • 18 Alors même que le principe d’une Commission examinant les projets de loi avait déjà été adopté.

19Pourtant, Le Temps du 22 mai fait part des « satisfactions » que lui ont procurées les résultats de ces débats : une motion du radical-socialiste Hubbard réclamant « l’urgence » pour la prise en compte par la Commission des congrégations17 des propositions de loi sur la Séparation a été refusée par 265 voix contre 24018 ; en revanche, une autre, provenant d’Eugène Étienne (Union démocratique [UD]), qui demande de la « fermeté » au gouvernement, « pour repousser les empiètements cléricaux » et « défendre la liberté des cultes », fut largement adoptée (313 voix pour, et 237 contre), malgré les réticences de certains radicaux. Le Temps y voit un « désaveu des velléités séparatistes » du Petit Père.

  • 19 Et plus précisément de la proposition de loi que G. Hubbard venait de déposer.
  • 20 Un indice parmi d’autres, la princesse carmélite lui écrit, en août 1903 : « Je pense comme vous qu (...)

20De façon plus convaincante, Le Rappel, organe de combistes critiques, fait remarquer le 22 mai qu’« une parole de M. Combes » aurait permis d’obtenir « le déplacement d’une quinzaine de voix », nombre suffisant pour faire adopter la motion d’Hubbard. Le 28 mai, son rédacteur en chef, Charles Bos, estime que si Combes s’engageait, une majorité de 25 à 30 voix soutiendrait la Séparation19. Les sept ministres-députés se sont abstenus et, malgré ce qu’il prétendra ensuite, Combes penche alors pour le maintien du Concordat20.

21Une « guerre de religion larvée » (Lagrée 2002 : 147) se poursuit en juin, mois des processions de la Fête-Dieu, alors que Waldeck-Rousseau, au Sénat, affirme le 27, à propos des congrégations, que Combes transforme une « loi de contrôle » en « loi d’exclusion ». À Brest, Dunkerque, Lambézellec, Limoges, Millau, Montvilliers, Sainte-Foy-lès-Lyon, etc., la sortie du Saint-Sacrement sur la place publique donne lieu à de nouvelles échauffourées. Hommes et femmes font le coup de poing. Les blessés se comptent par dizaines. Le conflit politico-religieux se mêle aux suites de l’affaire Dreyfus, que la droite accuse Jaurès d’avoir « réveillée » dans les débats de la Chambre. Lors de processions (certaines autorisées, d’autres non) des clameurs telles que « Vive la liberté, vive l’armée ! » accompagnent les chants de cantiques. Du côté adverse, on crie « Vive Combes ! vive la [République] sociale ! », on entonne La Carmagnole et L’Internationale.

22À Nantes, le maire conteste l’interdiction de la procession, au nom « [des] intérêts de la religion, de la liberté et du commerce ». Le cortège formé par les catholiques se heurte à une manifestation contre la « mascarade cléricale ». La police débordée, protégeant les « fidèles », ne peut empêcher un « commando nationaliste », armé de bâtons plombés et ferrés, de tuer un des manifestants et d’en blesser d’autres. Aux catholiques qui réclament « la liberté », le préfet répond qu’ils n’ont pas « la liberté de tuer* ». Ignorant sans doute ce qui vient d’arriver, la foule en colère prend d’assaut la préfecture, élève des barricades, lance des pavés contre les gendarmes, blessant gravement certains d’entre eux. Y aura-t-il une « revanche républicaine » pendant l’enterrement du militant (protestant) « lâchement assassiné par les cléricaux » ? Un imposant déploiement des forces de l’ordre et les propos du pasteur, demandant de ne pas confondre Dieu avec ceux qui s’en réclament tout en n’ayant « à la bouche que des paroles de haine », permettent un certain retour au calme (cf. Lagrée 2002 : 151-154).

  • 21 M. Rébérioux (1975 : 84) va même jusqu’à écrire : « Lorsque Combes interdit la prédication aux cong (...)

23Si violentes soient-elles, ces différentes altercations n’en restent pas moins très minoritaires. Pour l’historien, « dans l’immense majorité des cas », les processions de la Fête-Dieu se déroulent « sans incident »21. Mais le ressenti des contemporains est tout autre. Il « se focalise […] sur celles qui donnent lieu à des tumultes » (Lagrée 2002 : 148). D’autant plus que des heurts continuent les mois suivants.

  • 22 Cf. l’ensemble du discours in Combes 1904 : 348-368.

24« L’érection de la statue de Renan aux côtés [de la déesse de la Raison] Athéna […] devant la cathédrale de Tréguier » est considérée comme un « sacrilège » (Botouropoulou 2006 : 137). Le discours que Combes doit prononcer, le 13 septembre 1903, à cette occasion se révèle à haut risque : le président du Conseil écrit des lettres-testaments à sa femme, ses enfants et au président de la République avant de quitter Paris. Tréguier est quadrillée par l’armée, ce qui n’empêche pas de nombreux manifestants d’aller à l’affrontement, en criant : « Vive la République ! À bas Combes ! » Ce dernier rétorque que « la Providence » semble accorder « ses faveurs [à] une République libre-penseuse » qui n’attaque pas « la religion en tant que sentiment inné du cœur de l’homme », mais « ses ministres qui veulent en faire un instrument de domination ». La victoire est proche puisque, malgré des « préparatifs de rébellion [qui] avaient l’apparence d’une guerre, […] le moment n’est plus éloigné où la Bretagne […] adoptera les principes libérateurs du régime républicain22 ».

  • 23 Les deux France s’opposent aussi sur leurs origines : Vercingétorix et les Gaulois ou Clovis et les (...)
  • 24 Et effectue une escapade à Barcelone où il revoit, incognito, la princesse carmélite.
  • 25 Dans ses Mémoires (Combes 1956 : 125 sqq.), il raconte complaisamment son « aubaine en ce genre gra (...)
  • 26 Discours de Clermont-Ferrand (10 octobre 1903), cf. Combes 1904 : 369-386.

25Marseille, Saintes, Tréguier, enfin Clermont-Ferrand (pour l’inauguration d’une statue de Vercingétorix23) : d’août à octobre 1903, Combes se ressource en province24, lève son verre dans des « banquets républicains », défie ses adversaires, reçoit à chaque fois un accueil triomphal, se fait embrasser par des dames, ce qui lui plaît beaucoup25. Pas un mot précis sur la Séparation : il faut « continuer la lutte contre le cléricalisme » jusqu’à la « disparition de l’enseignement congréganiste », ne pas écouter ceux qui prétendent que ce programme pourrait être appliqué « par la douceur et la souplesse »26. Pourtant, superbement ignorée par le président du Conseil, la Commission parlementaire, dont le principe avait été voté le 20 octobre 1902, a été constituée juste avant l’été et a commencé son travail en fuyant toute publicité.

Un tournant : la proposition de loi Pressensé

  • 27 Il a dû, en tout cas, affronter deux duels.

26Revenons un peu en arrière. Le 7 avril 1903, Pressensé dépose une proposition de loi de séparation qui tranche avec les deux textes proposés précédemment par Roche et Dejeante. D’abord par l’importance de son auteur : l’élection, en 1902, de ce « député tout à fait extraordinaire » selon Zola a été « saluée par tous [à gauche] comme l’arrivée au Parlement d’une personnalité majeure, un grand espoir pour la France ». Seul Péguy dénonce le véritable « culte de la personnalité » établi autour de cette figure socialiste (Fabre 2004 : 202). Pourquoi une telle aura ? Pressensé a été le grand militant de « la cause » dreyfusarde, tenant meeting sur meeting dans les quartiers populaires de Paris et en province. « Cible privilégiée des antidreyfusards », il a été affublé de toutes les tares : « bourgeois, anarchiste, alcoolique, morphinomane, ventripotent et, de surcroît, protestant » (ibid. : 129), et aurait été l’objet de cinq tentatives d’assassinat27. En 1902-1903, il apparaît donc comme une conscience morale de la gauche et, en octobre 1903, il devient d’ailleurs président de la Ligue des droits de l’homme.

  • 28 Le tome II reviendra sur les principales propositions et sur les divers projets de loi, comparés au (...)
  • 29 Sur ses quarante-quatre articles, la loi de 1905 comporte en effet une douzaine d’articles que l’on (...)

27Ensuite, sa proposition de loi se révèle d’une autre amplitude que les deux autres. Son auteur aborde, en un préambule important suivi de quatre-vingt-dix-huit articles, l’ensemble des problèmes politiques et juridiques soulevés par la « dénonciation du Concordat28 ». C’est cela le principal : après six articles généraux, les articles 7 à 89 sont consacrés au « culte catholique », et seulement les neuf derniers aux « cultes non catholiques » (protestant, israélite et « mahométan »). Cette dissociation entre le catholicisme et les autres cultes reconnus tente de séparer « coupables » et « innocents » (selon l’expression du pasteur Jules Pédézert). Mais il s’agit essentiellement d’un artifice de présentation : la plupart des dispositions prévues s’appliqueront à tous les cultes. Quoi qu’il en soit, Pressensé orientera le processus de Séparation vers une loi unique, alors que d’autres propositions tendaient à distinguer deux textes, un général et un autre – futur – destiné à la période transitoire. C’est une inflexion décisive qui a déterminé l’ambivalence du rapport à la loi de 1905 dans le long terme29.

28Enfin, la proposition Pressensé impressionne par le nombre et la qualité de ses cosignataires. Elle est cautionnée par cinquante-six autres députés, des socialistes comme Jaurès, l’ancien ministre Millerand, Gustave Rouanet, et Briand ; des radicaux et radicaux-socialistes comme Jean Bepmale, Buisson, Pierre-Paul Guieysse, Fernand Rabier. Cependant ni les socialistes-révolutionnaires, ni les anciens présidents du Conseil radicaux Bourgeois et Brisson ne s’y sont associés. Surtout, la proposition est renvoyée par les parlementaires… « à la Commission dont la nomination a été ordonnée par la Chambre », qui n’existe que sur le papier ! Il en est de même d’une proposition de loi déposée le 26 mai par Hubbard, radical-socialiste et franc-maçon. Pointe déjà une rivalité entre socialistes et « rad-soc » pour s’attribuer la paternité de l’éventuelle loi.

  • 30 Un an et demi plus tard, le 18 décembre 1904, la Ligue des droits de l’homme organisera au Trocadér (...)

29La pression des séparatistes s’accentue : le 17 mai, l’Association nationale des libres-penseurs de France organise une « grande fête civique de la Raison » au Trocadéro30, où défilent, outre le groupe parlementaire de la libre-pensée et des membres de l’association, des groupements socialistes, le comité exécutif du parti radical, des délégations des universités populaires, des jeunesses républicaines, des loges maçonniques, etc. Dans toute la France, l’ANLPF mobilise des dizaines de conférenciers et deux conférencières pour prendre la parole dans des manifestations organisées dans près d’une centaine de villes et de bourgs (Gelbard 2005). Profitant de ce climat, le 8 juin, Pressensé réclame la nomination effective de la Commission. Étienne, président de séance, constate qu’aucune opposition ne se manifeste et accepte la demande sans la soumettre à un vote.

« Première victoire » ou « victoire à la Pyrrhus » ?

  • 31 Ordre du jour daté du 10 juin 1903.

30La majorité de la Chambre est-elle vraiment d’accord ? Son vote du 20 mai laisse planer le doute. D’ailleurs l’Union démocratique rappelle qu’elle n’a pas inscrit la question de la Séparation dans son programme31. Les soutiens du gouvernement vont-ils se diviser ? La Petite République du 11 juin annonce une réunion de concertation, juste avant l’élection de la Commission (qui a lieu le jour même), afin que celle-ci « ne comporte que des membres du Bloc ». Cette tactique n’a rien d’inhabituel.

  • 32 Les deux sont candidats dans le 5e bureau, où le Bloc est majoritaire.
  • 33 Du moins selon V. Bédin (1977 : 367).

31Cependant, le vote donne lieu à ce que l’on appelle familièrement un « sac d’embrouilles ». Chacun des onze bureaux de l’Assemblée doit élire, à bulletins secrets, trois de ses membres. Le groupe de la Gauche radicale est pris dans ses contradictions : en majorité, ses membres brandissent la Séparation comme un étendard… mais ne souhaitent pas la réaliser. Ils ne présentent pas de candidat et « figurent en grand nombre parmi les cent cinquante députés qui se découvrent soudain une affaire urgente qui les appellent ailleurs » (Larkin 2004 : 124). Leur absence et l’abstention de membres de l’UD font échouer la candidature de Pressensé, considéré comme le futur rapporteur, et celle d’Hubbard32. En revanche, deux candidats séparatistes sont élus par des nationalistes qui « pensent [ainsi] mettre le ministère Combes en difficulté33 » et, dans un autre bureau, un désaccord entre progressistes et nationalistes permet la victoire de candidats du Bloc.

  • 34 Chr. Bellon (2016a, I : 66 sqq.) rectifie une erreur courante d’historiens qui oublient l’élu radic (...)
  • 35 Cette qualification de « nationaliste modéré » peut surprendre. Elle me semble correspondre au prof (...)
  • 36 Voici les 33 membres : 7 socialistes (M. Allard, A. Briand, P. Colliard, V. Dejeante, G. Deville, G (...)
  • 37 À la séance du 24 juin 1903 de la Commission, A. Reille (membre de la minorité) indique que puisque (...)

32Les partisans de la Séparation ont 17 élus (sur 33) : 9 radicaux-socialistes, 7 socialistes (dont 3 socialistes-révolutionnaires) et – quand même ! – un radical. Il y a 15 concordataires, dont le commissaire de l’UD34, 9 progressistes et 5 membres de l’Action libérale. Enfin, le nationaliste modéré, Georges Grosjean35, souhaite l’organisation d’un référendum sur le sujet36. Les séparatistes n’ont pas reculé « devant une irrégularité » (Méjan 1959 : 97) pour obtenir cette très courte majorité : 4 socialistes ont transgressé l’article 27 du règlement qui interdit à un député de faire partie de plus de deux commissions. Briand figure parmi eux. La droite proteste mais Jaurès, qui préside la séance, couvre l’opération… et les députés concernés démissionnent, dans les jours suivants, d’une des deux autres commissions dont ils font partie37.

  • 38 D’après L. V. Méjan, l’échec de Fr. de Pressensé serait en partie dû au fait qu’il est considéré co (...)

33Une autre raison aurait pu empêcher Briand de devenir commissaire : le candidat socialiste de son bureau est Adrien Veber. Jaurès lui demande de céder sa place à Briand. Ce dernier refuse de priver son camarade de son siège. Devant l’insistance de son leader, il se résout à faire acte de candidature. Mais de là à devenir rapporteur parlementaire quand on est le théoricien de la grève générale ! Logiquement, ce poste clé devrait être attribué à Buisson, « pape de la laïcité », président de l’ANLPF et de la Ligue de l’enseignement, membre du groupe le plus important et ténor de la Commission. Il est, en outre, un séparatiste de la première heure. Selon les mémoires de Louis Méjan (futur collaborateur de Briand), « Buisson fut écarté à cause de ses tendances trop fortement anticléricales et, lui aussi38, de ses origines protestantes. Sa nomination à la présidence suffisait pour rendre hommage […] à son autorité morale » (Méjan 1959 : 91).

  • 39 P. Cabanel (2016) le montre à plusieurs reprises dans sa biographie de F. Buisson, et S. Tomei (200 (...)
  • 40 Et, même à ce moment-là, l’indication de « tendances trop fortement anticléricales » sera un jugeme (...)

34Ce témoignage doit être relativisé. Certes, pour certains républicains, être qualifié de « protestant » constitue un handicap39. En revanche, selon les critères républicains de 1903, Buisson n’apparaît pas comme un anticlérical forcené. Il fait pression pour que la lutte contre les congrégations ne devienne pas « une chasse à l’homme » et ne s’étende pas aux religieux sécularisés. C’est sa fameuse différence entre les « congrégations » et « le congréganiste ». Méjan projette, en fait, sur la situation de 1903, la position adoptée par Buisson en 1905 lors du débat sur la modification de l’article 440.

  • 41 Cf. Howorth 1982 : 170-191. Cet ouvrage n’aborde pas l’action de Vaillant dans le processus de Sépa (...)
  • 42 Cf. sa réponse le 10 octobre 1902 à l’« enquête sur l’anticléricalisme et le socialisme » (Mouvemen (...)

35En revanche, un problème très terre à terre a pu jouer : radicaux- - socialistes et socialistes doivent se répartir les postes. Or le seul commissaire socialiste qui possède une certaine notoriété est le « révolutionnaire » Édouard Vaillant, qui souhaite le « démantèlement » de l’État (capitaliste)41 et la disparition de sa « gendarmerie céleste » (c’est-à-dire les Églises)42. Si le rapporteur joue, en fait, un rôle plus important que le président, en termes d’affichage public c’est l’inverse. Le groupe socialiste ne présente pas de candidat. Buisson est élu par 17 voix, contre 16 au progressiste (et franc-maçon) Jean Audiffred.

  • 43 Au congrès socialiste de Lyon (26-28 mai 1901), Vaillant voulait qu’A. Millerand, coupable d’être m (...)
  • 44 Comme Jaurès se défaussait sur son épouse, une voix cria qu’il aurait dû étrangler sa femme. Briand (...)

36Le rapporteur doit alors être un socialiste proche de Jaurès. Briand correspond à ce profil. Orateur distingué, il est devenu son second au Parti socialiste français, se montre inventif dans les situations difficiles43, et loyal avec son mentor. Lors de l’affaire provoquée, à l’été 1901, par la communion de sa fille, Jaurès dut faire face à son parti où certains réclamèrent son exclusion. Le ton monta mais, par une plaisanterie très opportune, Briand provoqua des rires qui firent baisser net la tension et la motion adoptée évita « toute allusion au cas Jaurès44 ». Ce dernier sait donc qu’il peut compter sur cet homme, inconnu du grand public un an auparavant, dont les débuts de député se sont révélés prometteurs. Briand est élu au poste de rapporteur (toujours par 17 voix). Personne n’aurait pu le prédire le 8 juin !

  • 45 Pour lui « la réponse demeure douteuse ».

37Cependant, l’issue reste « fort incertaine » et la Chambre « ne ratifiera peut-être pas les décisions de la Commission », s’inquiète Jaurès dans La Petite République du 13 juin, tandis que dans L’Aurore du même jour, Hector Depasse se pose la question : « Serons-nous capables [de réaliser la Séparation]45 ? » Beaucoup de journaux ne consacrent d’ailleurs qu’un entrefilet à cette élection. Ce qui fait la une est le « Coup d’État en Serbie » et « la mort héroïque » du couple royal (Le Petit Parisien des 12 et 13 juin et d’autres journaux).

  • 46 Procès-verbal de la séance de la Commission du 24 juin 1903, Archives nationales de Pierrefitte, C/ (...)
  • 47 La presse accorde plus d’importance à l’élection de Buisson comme président qu’à celle de Briand co (...)

38Pour que la Commission ait une chance quelconque de réussir, il faudrait que le gouvernement « pesât de toute sa force sur la majorité » parlementaire. Or, Combes, « après avoir brandi son tonnerre [c’est-à-dire la Séparation], l’a prudemment mis de côté. Il ne se soucie pas d’aborder ce problème difficile ». Il ne s’agit donc que d’une « prétendue victoire. Pyrrhus en remportait de pareilles », écrit Le Temps du 13 juin. Effectivement, Buisson lui-même se demande : « Que peut faire d’utile une Commission partagée par moitiés égales à une unité près46 ? » Mais le (bon petit) diable se niche dans les détails et les journaux ne relèvent pas que Briand s’est fait élire… « rapporteur provisoire », ce qui contribuera à éviter l’échec. Dès le départ, sans que la presse s’en doute47, il fait preuve d’une virtuosité de stratège.

La séparation de 1795 comme modèle, et les églises maisons du peuple

  • 48 En fait, les deux premières propositions s’en tiennent à la dénonciation du Concordat, la suppressi (...)

39La Commission doit examiner les propositions de loi déjà déposées, celles qui vont l’être et rédiger un rapport dont la Chambre fera ce que bon lui semble. Le 11 juin, cinq textes ont été reçus : ceux de Dejeante, Roche, Pressensé, Hubbard et, in extremis, le projet d’un député nationaliste Émile Flourens (pour contrer les deux précédents)48. Le même jour, une autre proposition parvient au Sénat. Cosignée par Clemenceau et trente et un sénateurs, elle est l’œuvre de François Boissy d’Anglas, petit-fils du conventionnel auteur de la loi du 3 ventôse an III (21 février 1795) instituant la séparation de l’Église (catholique constitutionnelle) et de l’État ; son projet est presque un copier-coller de cette loi révolutionnaire, qui instaurait une « séparation […] stricte et dure » (Szramkiewicz 1999 : 157). « Le texte [de 1795], écrit Rita Hermon-Belot, forme surtout une liste de restrictions. Huit articles sur douze en sont rédigés à la forme négative et les quatre autres annoncent des mesures de rétorsion » (2015 : 210 sqq.). Il n’empêche, avec ce changement de cap, « la déchristianisation [était] désormais très expressément tenue pour antirévolutionnaire et antirépublicaine » (ibid. : 215).

  • 49 La seconde Séparation, celle de la Commune, est oubliée… sauf par les catholiques militants et les (...)
  • 50 En fait, dès 1797, les mesures répressives reprennent et A. Boissy d’Anglas lui-même le déplore au (...)

40La première séparation constitue une référence symbolique majeure pour la gauche républicaine et explique, en partie, la récurrence des demandes de dénonciation du Concordat. Or, il a fallu trois tentatives pour établir « la République définitive », le second essai de Séparation sera-t-il le bon49 ? se demande L’Aurore du 13 juin. Il s’agit de revenir « aux sept années de liberté et de paix religieuse » qui auraient précédé50 le régime instauré par Bonaparte (Le Radical, 19 mai 1903). Le propos est répété comme un véritable mantra. En amont, la question « la Révolution a-t-elle échoué ? » est lancinante. La réponse républicaine explicite ne peut être que « non » : « le fait a disparu, l’idée [de la Séparation] reste et règne », écrit, en cette année 1903, l’historien Edmé Champion, qui, après avoir retracé la séparation révolutionnaire, enjoint à ses lecteurs, « impatients » devant « la lenteur [d’]une entière laïcisation » : « Ne perdez pas le courage et l’espoir » (Champion 1903 : 274 sqq.). Manifestement, il ne prévoit pas la loi de… 1905 !

  • 51 Aulard décrit la séparation révolutionnaire en plusieurs étapes, de septembre 1794 à septembre 1795 (...)
  • 52 Aulard (1904) n’a pas inclus ce texte dans son recueil d’articles sur les « questions politiques, s (...)
  • 53 La question de la propriété se révèle très clivante lors du processus séparatiste. La position des (...)
  • 54 Ce raisonnement, typique des milieux républicains, ne prend pas en compte les contreparties mises e (...)
  • 55 Il y aurait donc, selon Aulard, un ressenti victimaire sans qu’il s’agisse forcément d’une « perséc (...)
  • 56 Ce qui signifie que Clemenceau estime qu’ensuite les églises ne seront plus dévolues au culte catho (...)

41Aulard réédite sa grande Histoire politique de la Révolution française51, et il commente les deux « remarquables projets » de Pressensé et d’Hubbard dont la perspective concilie, selon lui, « dénonciation du Concordat » et « liberté de conscience » (Le Briard, 13 juin 190352). En effet, elle résoudrait un problème pratique : les églises paroissiales appartiennent aux communes, les cathédrales aux départements représentés par l’État53. Le Concordat les a « remises à la disposition des évêques » (article 12) ; avec son abrogation, le clergé cesse d’en « avoir la disposition54 ». Mais, précise l’historien, si « dès demain, on empêchait de dire la messe dans les églises de France, les catholiques seraient […] obligés de suspendre l’exercice de leur culte » le temps d’arriver à « se procurer d’autres locaux. […] On crierait à la persécution55, il y aurait des troubles graves ». Il faut parer à ce danger. C’est aussi la position de Clemenceau : il faut un « régime de transition », sinon l’Église sera « dans l’impossibilité de vivre » (Grande Revue, 1er juin 1903 : 486)56.

  • 57 A. Aulard ne parle ni des temples ni des synagogues, parce que ces édifices sont loin d’être tous p (...)

42D’après Aulard, les propositions Pressensé et Hubbard font preuve de « libéralisme et équité » : pendant une période de cinq ans (pouvant être reconductible chez Pressensé), les églises (catholiques57) devront obligatoirement être louées (moyennant redevance) au « culte catholique » à l’heure des messes sans, toutefois, l’être pour la totalité de la semaine, ou même du dimanche. D’une part, ces églises seront utilisées par plusieurs confessions, amenant les religions « à cohabiter », et à donner ainsi « une image sensible de l’égalité des cultes aux yeux de la loi ». De l’autre, « construits péniblement par les bras et avec l’argent du peuple », ces bâtiments serviront à l’ensemble de la collectivité.

  • 58 Pour moitié nommé, pour moitié élu par des pères et – nouveauté – des mères de famille.

43En effet, dans le projet Pressensé, « à des dates fixes [ou] tous les dimanches à des heures autres que celles du culte », on célébrera « des fêtes civiques*, nationales ou locales » dans les églises, comme c’était le cas lors de la séparation de 1795. Hubbard de son côté veut, sous l’égide d’un Conseil municipal d’éducation sociale58, louer les églises « aux diverses associations d’enseignement ou de prédication morale, philosophique ou religieuse ».

  • 59 Nées dans le contexte de l’affaire Dreyfus, les universités populaires constituent des lieux de ren (...)

44Aulard abonde dans ce sens : « Il serait […] très bon que du haut de ces chaires publiques, ce ne fût pas toujours la même doctrine qui fût prêchée au peuple. » L’historien entrevoit des églises « ouvertes à toutes les croyances et à toutes les idées », où se succéderont « un orateur en soutane, ami du merveilleux » et « un orateur laïque, ami de la raison » – désignations significatives ! Il suggère qu’« une fois par semaine » l’église de la Madeleine soit dévolue à la Ligue de l’enseignement « pour y faire des conférences » et que, « deux ou trois fois par semaine », la cathédrale Notre-Dame serve « à l’Université populaire du quartier »59.

  • 60 L’ensemble des citations d’Aulard provient du Briard (13 juin 1903). L’historien soutient alors ple (...)

45Le professeur en Sorbonne conclut qu’après la « période transitoire » de cinq ans « où les catholiques auront eu le temps de s’organiser en d’autres locaux », le « peuple français » doit réserver l’usage de ces « monuments », qui « lui appartiennent », à des « fêtes qu’il se donnerait à lui-même, des réunions fraternelles d’hommes libres, à l’enseignement des grandes doctrines raisonnables, des colloques laïques, à l’élaboration de l’idéal humain et rationnel »60. C’est le retour à l’esprit révolutionnaire, la violence en moins… en théorie, car en pratique ce projet est totalement inacceptable pour les catholiques et ne pourrait s’effectuer sans un affrontement généralisé dont les troubles du printemps 1903 donnent une petite idée.

  • 61 Elle aurait réussi si « l’ambition scélérate d’un Bonaparte » n’avait pas recherché « le concours d (...)
  • 62 L’article de Lacroix est en fait un résumé de la page 447 de l’ouvrage d’Aulard (1903).

46Si l’universitaire a mis sur le même plan les projets Pressensé et Hubbard, c’est surtout le premier qui retient l’attention générale. Certains, comme Lacroix dans Le Radical du 19 mai 1903, le comparent à la séparation de 1795 qui aurait dû réussir61. Mais alors, précise-t-il, aucune église n’était dévolue aux catholiques « libres […] de se pourvoir, comme ils l’entendraient, pour les besoins de leur culte ». De plus, « aucune inscription » ne devait distinguer les édifices où se tiendraient les cérémonies religieuses : « pas de croix sur les églises, pas d’images de saints à la porte ; rien qui indique la destination du lieu privé, réservé au culte ; pas d’affiche, […] pas de sonnerie »62.

  • 63 Depuis les années 1880, y compris sous « la République modérée », un « anticléricalisme municipal » (...)

47La « liberté de conscience » signifiait alors : « Les cultes sont libres à l’intérieur de leurs édifices spéciaux ; aucun signe extérieur pouvant choquer les personnes d’opinion différente. » S’y ajoutaient l’interdiction des « cérémonies de tout culte hors de l’enceinte choisie pour leur exercice » et celle du port du « costume ecclésiastique » en dehors de l’édifice religieux63.

La Séparation va-t-elle déplacer les frontières entre les deux France ?

  • 64 L’autorisation prévue par Pressensé nécessite l’accord exprès du maire qui ne peut pas la donner ou (...)

48Après s’être référé à cette séparation révolutionnaire, Lacroix admet l’idée de l’assouplir un peu et approuve le délai de cinq ans imposé avant de pouvoir désaffecter les églises, « pour ne pas laisser les pauvres croyants dans l’embarras ». En revanche il se montre circonspect sur deux mesures du projet Pressensé : l’autorisation (très partielle64) des processions et celle du port de la soutane en public. Le député socialiste a fait « peut-être trop de concessions au libéralisme [politique] ». Cela ne servira à rien, car les catholiques, « dans toute limitation, voient une persécution ». Contre « ces messieurs », il faut donc réaliser la Séparation dans un « esprit de liberté qui respecte la croyance des fidèles mais qui fait aussi respecter l’incroyance des autres »… ceux que la vue de tenues ecclésiastiques dans la rue insupporte.

  • 65 AN 73 AP 12, cité par Baal 1977 : 274.

49En comparaison de cet éditorial, l’analyse d’Aulard paraît plutôt modérée. Or, c’est ce même Lacroix qui avait demandé à Combes, fin janvier, de ne pas oublier « la liberté de conscience ». On le constate : cette notion est susceptible d’interprétations très diverses. Ainsi, pour l’association Les Lanterniers des Sables-d’Olonne, il faut détruire « les calvaires et toutes autres statues grotesques qui sont de véritables atteintes à la liberté de conscience65 ». Selon les catholiques vendéens, naturellement, la liberté de conscience implique l’inverse.

  • 66 Proposition d’Hubbard qu’Aulard approuve.
  • 67 Proposition Pressensé.
  • 68 Malgré la divergence du projet de la Commission en 1905 avec les propositions du printemps 1903, l’ (...)

50Combes trouve prématuré d’effectuer la séparation ; Aulard, en louant les propositions de Pressensé et d’Hubbard, veut la réaliser rapidement. Mais ces deux républicains l’envisagent d’une manière analogue : une émancipation à l’égard de la religion, et plus spécialement du catholicisme. Le premier la remet sine die. Pour le second, cette religion ne sera pas « persécutée », elle pourra, en cinq ans, s’organiser, trouver d’autres manières de célébrer librement son culte66 ou même demander, après cette période transitoire, de pouvoir continuer à louer les églises aux heures des messes67. Dans les deux cas, néanmoins, la présence à l’église d’autres cérémonies se vouant à un « idéal humain et rationnel » changera totalement la signification symbolique des édifices religieux catholiques68. L’idée phare est que ces bâtiments, biens du « peuple », puissent constituer un lieu où s’expriment différentes conceptions du sens de la vie, et, surtout, redevenir le lieu d’une symbolique d’émancipation républicaine.

  • 69 Les cimetières ont été, en tant que tels, laïcisés. Leur signification religieuse séculaire n’a pas (...)
  • 70 L’article 10 proclame : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que (...)
  • 71 Égale liberté interprétée comme la désaffectation, au bout de quelques années, des édifices considé (...)
  • 72 Invoquée comme « inviolable » (article 1er de la proposition Pressensé).
  • 73 Sur l’opposition entre principe de catholicité et principe de modernité, cf. Poulat 1988.

51Le lien indissoluble que l’opinion publique (« le peuple ») effectue entre l’église-monument (avec son cimetière69) et l’Église-organisation sera rompu. L’Église catholique deviendra la porteuse d’une « opinion religieuse », selon les termes de la Déclaration de 178970, que Pressensé reprend à l’article 2 de sa proposition en garantissant « la libre expression des opinions, religieuses ou autres, dans les limites de l’ordre public ». Elle aura droit à une égale liberté avec les autres systèmes de sens71, sous l’aile bienveillante de la République, qui, elle, élabore en surplomb le sens commun à tous les Français par des « fêtes civiques nationales ou locales ». En définitive, la religion est privatisée : la République gagne et rompt avec le « principe de catholicité », mais respecte la « liberté de conscience72 », au sens où l’entend la grande majorité des républicains, et où l’analyse Poulat, dans le cadre du « principe de modernité73 ».

  • 74 En plus de ce qui vient d’être indiqué, l’article 33 de la proposition Pressensé interdisait « de r (...)
  • 75 Pourtant très favorable à la Séparation, l’hebdomadaire protestant (évangélique) La Vie nouvelle du (...)
  • 76 Favorable à la Séparation, la publication Archives israélites met en cause les « tendances tracassi (...)
  • 77 Lors des élections, « le catholique selon le suffrage universel met de côté toutes les distinctions (...)

52Totalement inacceptable pour les catholiques74, refusée même par les protestants75 et les israélites76, non seulement cette séparation aurait aggravé le conflit de deux France mais elle aurait fait bouger ses frontières, en expulsant hors de la France laïque la très grande majorité des huguenots, des juifs, et une partie des « catholiques du suffrage universel » selon l’expression d’Émile Littré77. Or, dans un conflit, ceux qui se situent à proximité des limites entre les deux camps peuvent en faire basculer l’issue, suivant qu’ils franchissent, ou non, le Rubicon et le font savoir.

  • 78 Ce mot est important, cf. chapitre 5.
  • 79 Cf. les objections de R. Fabre (2004 : 217 sqq.) à M. Larkin (2004 : 116).
  • 80 Rappelons que Buisson, Briand et Jaurès ont cosigné la proposition Pressensé.

53Néanmoins, malgré ce qu’écrit Maurice Larkin, le contenu78 du projet Pressensé n’est nullement la « matrice » de la loi votée en 190579. Il s’est effectué, à travers des conflits internes, mêlés d’injures, entre républicains, et le « travail sur soi » de certains d’entre eux80, un changement de méthode, d’orientation : la recherche d’un lien social pacifique a supplanté le désir de revanche qui reste très présent dans l’exposé des motifs du projet de l’ancien dreyfusard.

Après la Séparation, pourra-t-on encore aller à la messe ?

54En 1902 et 1903, avec la lutte anticongréganiste, l’abolition de la « loi Falloux » prédomine sur la question de la Séparation. Le projet du ministre de l’Instruction publique, Chaumié, renforce le contrôle de l’État avec l’instauration d’un certificat d’aptitude pédagogique, présenté comme une garantie de moralité et de capacité professionnelle, mais que la droite catholique affirme être « un billet de confession que contresigneraient les loges » (L’Univers, 25 novembre 1902). Relativisée, la liberté d’enseignement n’est pas abolie, La Libre Parole du 8 novembre 1902 prétend, cependant, que le ministre la « traite […] comme les entomologistes traitent les papillons ». Beaucoup, à gauche, trouvent au contraire que Chaumié se montre bien trop timoré.

  • 81 Rosanvallon 1992 (cf. la deuxième partie : « L’éducation de la démocratie »).

55Le contre-projet de Thézard, de la Commission sénatoriale, instaure une autorisation préalable (conférée par un décret ou même une loi) qui mettrait les établissements privés dans l’orbite de l’État ; celui-ci donnerait (ou non) une délégation révocable. C’est un monopole relatif* – l’État n’est d’ailleurs pas en mesure d’instaurer un monopole strict de façon immédiate (manque de locaux, d’enseignants…) et le système d’autorisation peut être considéré comme une étape nécessaire –, solution que Ranc soutient (Le Radical, 16 octobre 1903). Debierre est encore plus… radical ; la « première loi » à faire voter dans « notre débonnaire République » est la suivante : « Il n’y a qu’un seul enseignement, l’enseignement public ; l’État seul donne l’enseignement à tous les degrés. » Il veut obtenir, ainsi, préalablement à la Séparation, « l’instituteur à l’école, le curé à l’église, la religion libre dans l’État libéré » (Le Briard, 30 septembre 1903). C’est ce « monopole intégral* » que vote le congrès radical en octobre 1903. L’éventualité de la dénonciation du Concordat exacerbe, chez certains, la « hantise » d’un peuple n’obéissant pas aux « impératifs de la raison », hantise que Pierre Rosanvallon constate, plus généralement, dans l’histoire du suffrage universel en France81. Il faut, par l’éducation, normer les individus avant de leur accorder des droits (de voter, d’enseigner, de croire…).

  • 82 Il ajoute, félicitant le congrès radical de s’être prononcé pour le monopole intégral : « c’est dan (...)
  • 83 Ce discours est reproduit en entier in Jaurès 2015 : 35-60.
  • 84 Le « presque » est intéressant : pour Jaurès, il est souhaitable que l’État soit « seul enseignant  (...)
  • 85 Le propos traite surtout de la forte ambivalence du christianisme tel que Jaurès le considère. Mais (...)

56La Dépêche (de Toulouse), L’Action, fondée par le libre-penseur Henry Bérenger, des figures montantes du parti radical comme Albert Bayet, des milieux francs-maçons avec Louis Lafferre, les socialistes-révolutionnaires Allard et Vaillant, etc., font activement campagne pour le monopole. Jaurès les cautionne, en partie, en y voyant une étape pouvant favoriser l’établissement du socialisme : « Peut-être les radicaux qui demandent avec nous le collectivisme de l’enseignement, seront-ils embarrassés un jour pour combattre le collectivisme de la production » (La Petite République, 13 octobre 1903)82. Il rééditera son appui dans un discours à la Chambre, le 3 mars 190483 : « la loi de libération » supprimant l’enseignement congréganiste est encore « partielle » et « fragmentaire ». Le député du Tarn prône « le droit souverain, et presque84 exclusif, de l’État enseignant » et, pour faire bonne mesure, il ajoute : « Tout le Syllabus, […] en germe, est contenu dans l’Évangile85. »

57Parmi ceux qui participent à cette inflation discursive, certains se montrent à la fois militants et inquiets. Arthur Huc, directeur de La Dépêche, combat pour instaurer l’école laïque obligatoire pour « l’enfant mineur […] incapable […] de se défendre contre les abus et les captations d’un enseignement sectaire [c’est-à-dire l’enseignement catholique] ». Mais il critique les « excès » du parti radical, étendant le monopole à l’enseignement supérieur : vu l’âge des étudiants, la « protection […] deviendrait vexatoire » (La Dépêche, 31 octobre 1903). Forcément plus critique, Le Temps dénonce une « course à l’absurde » qui ressemble à un « concours où le prix […] doit être décerné à la proposition la plus sectaire, la plus folle, la plus saugrenue » (4 novembre 1903).

  • 86 « Le système de l’autorisation préalable est une des formes du monopole » (L’Aurore, 30 septembre 1 (...)
  • 87 Déjà dans Le Grand Pan, il affirme : « L’apprentissage de la liberté se fait uniquement par la libe (...)
  • 88 Qui a fait voter le monopole intégral par le parti radical lors du congrès de Toulouse.
  • 89 Le mettant en porte-à-faux à l’égard de K. Marx, qui « s’est prononcé de la façon la plus nette pou (...)
  • 90 Ironie de l’Histoire, dans un tout autre contexte, les militants laïques défileront, en janvier 199 (...)

58Cette fuite en avant éloigne la République des principes de la démocratie libérale : ce n’est plus la Révolution qui est invoquée, mais l’Université napoléonienne et la cité antique. Le Sénat débat, le 17 novembre 1903, du contre-projet de Thézard. Pour Clemenceau (1903-1904), la nécessité d’un décret d’autorisation instaure, de fait, le monopole86, dont il est depuis longtemps l’adversaire87. Il attaque rudement Lintilhac88 et Jaurès89 : « Si nous voulons nous délivrer nous-même, il faut délivrer tout le monde. » Le propos emporte la conviction de certains sénateurs de gauche, qui mêlent leurs voix à la droite et au centre : le contre-projet est rejeté (et la « loi Falloux » ne sera jamais abrogée90).

59Dans son exposé, le Tigre relie le rejet du monopole à la question de la Séparation : « Cette séparation de l’Église et de l’État, que je ne croyais jamais voir et que j’espère maintenant qu’il me sera donné de voir réaliser de mon vivant, j’entends qu’elle ait lieu dans des conditions de libéralisme telles […] qu’aucun des Français qui voudront aller à la messe ne puisse se trouver dans l’impossibilité de le faire. »

  • 91 Cette accusation est énoncée lors de plusieurs débats parlementaires, sans que les partisans du Blo (...)

60Le cosignataire de la motion Boissy d’Anglas craint donc que l’engrenage du conflit de deux France aboutisse à une séparation hostile à la liberté de culte. D’invocation rituelle, de terme quasi magique, le mot « Séparation », en désignant maintenant un événement possible, devient objet de vives tensions entre républicains : il peut, en effet, généraliser une hostilité à la religion dont des fonctionnaires se disent déjà les victimes (ils seraient mal notés s’ils vont à la messe91) et aboutir à une République de plus en plus autoritaire, ou, au contraire, apporter à l’Église catholique des libertés « dangereuses » pour la République mais nécessaires dans une démocratie. Des choix décisifs devront donc être effectués.

Notes

1 Et celles de la princesse carmélite, Jeanne Bibesco, qui lui écrit le 30 août 1904 : « Je ne puis vous cacher ce qui aurait été mon rêve : le Concordat refait par vous » (Bibesco 1994 : 99).

2 Et aussi éditorialistes, journalistes… Ainsi, les articles de presse qui titrent sur une séance de la Commission de « séparation des Églises et de l’État » la transforment, ensuite, en « séparation de l’Église et de l’État ».

3 Cette approximation, significative de la difficulté française de penser le pluralisme religieux (cf. Baubérot 2018), se perpétue encore aujourd’hui chez certains auteurs.

4 Le Temps, 19 mai 1903. Selon sa rédaction, Le Temps se veut un journal « libre penseur », fidèle à des idéaux républicains qui seraient trahis par Combes. Les députés du centre et de la droite citent volontiers ses informations comme ne pouvant être contestées par personne. L’Humanité elle-même (7 décembre 1904) affirme ne pas faire d’amalgame entre Le Temps et les journaux d’opposition, alors même que ce quotidien est très critique à l’égard du combisme.

5 Combes rappellera ces propos pour prétendre qu’il était, depuis le départ, un partisan de la Séparation.

6 Cette utilisation de la Séparation comme épée de Damoclès est un grand classique, déjà en usage du temps des gouvernements opportunistes. Pourtant, certains radicaux-socialistes (comme les rédacteurs du quotidien Le Rappel) vont prétendre que Combes s’est, alors, engagé à réaliser la Séparation.

7 « Les députés ne savent rien de notre culte », regrette L’Univers israélite le 2 décembre 1904 (cf. Laloum 2006 : 70).

8 G. Noblemaire (1904 : 243), catholique du centre (son ouvrage est préfacé par A. Ribot).

9 Et suscité une contestation interne à la Ligue des droits de l’homme, dépassant le cercle des protestants (C. Bouglé, par exemple, s’y est joint) ; cf. Fabre 2004 : 212 sqq.

10 Francis de Pressensé était le petit-fils d’un banquier cofondateur d’une Église protestante volontairement séparée de l’État (celle où F. Buisson a été diacre) ; son père, Edmond, pasteur et député puis sénateur de centre gauche, avait fait de la Séparation le combat de sa vie, et sa mère, Élise du Plessis, était socialiste et séparatiste convaincue.

11 À condition que ce nouveau gouvernement soit moins à gauche que le précédent. Ce qui sera en projet avec les tentatives de « Bloc républicain* » en 1904.

12 Circulaire du 9 avril 1903. N. Tanguy (2006) a étudié la fermeture des chapelles dans le Finistère. Significativement, elles rouvriront juste après la promulgation de la loi de séparation.

13 Combes épargne également quelques chapelles situées dans sa circonscription sénatoriale, ce qui ne passe pas inaperçu !

14 Cité par A. France (1904 : 36 sqq.).

15 Préfet de police de Paris.

16 Madeleine Jaurès, fille de Jean, avait fait sa première communion le 7 juillet 1901. Cela provoqua des réactions houleuses au sein de la gauche (cf. par exemple « Dieu pour aristos », L’Aurore, 3 août 1901).

17 Plutôt que de réclamer la nomination de la Commission, dont le principe a été décidé le 20 octobre 1902, Hubbard relie la question de la Séparation à celle du combat anticongréganiste.

18 Alors même que le principe d’une Commission examinant les projets de loi avait déjà été adopté.

19 Et plus précisément de la proposition de loi que G. Hubbard venait de déposer.

20 Un indice parmi d’autres, la princesse carmélite lui écrit, en août 1903 : « Je pense comme vous que ce [la Séparation] serait une aventure au bout de laquelle on ne sait ce qu’on trouverait et votre nom ne doit pas être mêlé à une révolution sans succès » (Bibesco 1994 : 57 sqq. ; je souligne. Les lettres d’É. Combes ont, elles, disparu).

21 M. Rébérioux (1975 : 84) va même jusqu’à écrire : « Lorsque Combes interdit la prédication aux congréganistes sécularisés, il y eut quelques bagarres dans les églises d’Aubervilliers, de Belleville et de Plaisance : au total peu de réaction et même peu de bruit », passant sous silence les affrontements de Nantes.

22 Cf. l’ensemble du discours in Combes 1904 : 348-368.

23 Les deux France s’opposent aussi sur leurs origines : Vercingétorix et les Gaulois ou Clovis et les Francs.

24 Et effectue une escapade à Barcelone où il revoit, incognito, la princesse carmélite.

25 Dans ses Mémoires (Combes 1956 : 125 sqq.), il raconte complaisamment son « aubaine en ce genre gracieux » : à Marseille, il a embrassé et a été embrassé par les dames présentes (« toutes réclamèrent successivement leur dû et l’obtinrent de moi avec le même empressement »). À propos du « banquet de Saintes », la princesse carmélite lui écrit : « Si les deux cents dames ont voulu vous embrasser, cela aura duré trois heures […], en accordant environ une minute à chacune de ces “Saintes”. Pardon de mes petites malices. Bénissez le Ciel de ne pas vivre avec moi ; je vous aurais taquiné du matin au soir » (Bibesco 1994 : 67). Au-delà de l’anecdote, ces embrassades montrent que des femmes sont engagées dans le camp anticlérical, comme elles le sont dans « l’autre France ». Cependant, il n’existe pas d’organisation qui les regroupe, comme c’est le cas de la Ligue patriotique des Françaises, « première mobilisation féminine de masse » (Della Sudda 2007).

26 Discours de Clermont-Ferrand (10 octobre 1903), cf. Combes 1904 : 369-386.

27 Il a dû, en tout cas, affronter deux duels.

28 Le tome II reviendra sur les principales propositions et sur les divers projets de loi, comparés au texte de la loi de 1905.

29 Sur ses quarante-quatre articles, la loi de 1905 comporte en effet une douzaine d’articles que l’on ne peut modifier sans changer sa substance, et une majorité d’articles circonstanciels, dont certains ont été plusieurs fois modifiés. Sur le plan symbolique, la loi apparaît « une et indivisible », « gravée dans le marbre », intouchable.

30 Un an et demi plus tard, le 18 décembre 1904, la Ligue des droits de l’homme organisera au Trocadéro et dans l’ensemble du pays une grande journée de manifestations en faveur de la Séparation.

31 Ordre du jour daté du 10 juin 1903.

32 Les deux sont candidats dans le 5e bureau, où le Bloc est majoritaire.

33 Du moins selon V. Bédin (1977 : 367).

34 Chr. Bellon (2016a, I : 66 sqq.) rectifie une erreur courante d’historiens qui oublient l’élu radical et font du commissaire de l’UD un séparatiste.

35 Cette qualification de « nationaliste modéré » peut surprendre. Elle me semble correspondre au profil de cet homme de lettres, qui écrit sous le pseudonyme de J. de Fauconey. La Revue politique et littéraire (14 novembre 1903 : 615) le présente comme « un de ces républicains d’origine que des aspirations “nationales” ont séparé du gros du parti ». É. Combes (1956 : 238) le considère comme « un député turbulent du centre ». B. Joly (1998 : 187) résume ainsi son itinéraire : « Grosjean représente bien les républicains progressistes que leur antidreyfusisme rejette provisoirement vers le nationalisme : adhésion de circonstance que l’échec rompt aussitôt. »

36 Voici les 33 membres : 7 socialistes (M. Allard, A. Briand, P. Colliard, V. Dejeante, G. Deville, G. Rouanet, É. Vaillant) ; 9 radicaux-socialistes (A. Baudon, J. Bepmale, F. Buisson, É. Bussière, P. Cazeneuve, H. Loup, A. Minier, A. Sarraut, C. Trouin) ; 1 radical (A. Gervais) ; 1 UD (J. Catalogne) ; 9 progressistes (J. Audiffred, G. Berger, G. Berry, H. Boucher, C. Krantz, A. Lefas, L. Prache, Th. Rose, G. Trannoy) ; 5 membres de l’Action libérale (A. Ballande, L.-A. Cachet, J. Dèche, A. Reille, Roger-Ballu) et 1 non-inscrit (G. Grosjean).

37 À la séance du 24 juin 1903 de la Commission, A. Reille (membre de la minorité) indique que puisque, désormais, celle-ci est « valablement constituée », il ne réclame pas « l’annulation des opérations » (AN de Pierrefitte, C//7300).

38 D’après L. V. Méjan, l’échec de Fr. de Pressensé serait en partie dû au fait qu’il est considéré comme protestant.

39 P. Cabanel (2016) le montre à plusieurs reprises dans sa biographie de F. Buisson, et S. Tomei (2004 : 599) comme Chr. Bellon (2016a, I : 69) confirment les propos de Méjan.

40 Et, même à ce moment-là, l’indication de « tendances trop fortement anticléricales » sera un jugement d’acteur. Cf. le tome II.

41 Cf. Howorth 1982 : 170-191. Cet ouvrage n’aborde pas l’action de Vaillant dans le processus de Séparation (participation à la Commission, interventions dans les débats parlementaires).

42 Cf. sa réponse le 10 octobre 1902 à l’« enquête sur l’anticléricalisme et le socialisme » (Mouvement socialiste, 1902 : 1937 sqq.).

43 Au congrès socialiste de Lyon (26-28 mai 1901), Vaillant voulait qu’A. Millerand, coupable d’être ministre d’un « gouvernement bourgeois », soit rejeté « hors du Parti [socialiste] » ; Briand fit adopter une motion qui mettait le nouveau ministre « hors du contrôle du Parti », ce qui permettait qu’il en reste membre sans le représenter officiellement au gouvernement (cf. Howorth 1982 : 287).

44 Comme Jaurès se défaussait sur son épouse, une voix cria qu’il aurait dû étrangler sa femme. Briand s’extasia : « Parfait », ainsi on aurait pu « la faire enterrer civilement » (cf. Suarez 1938, I : 338).

45 Pour lui « la réponse demeure douteuse ».

46 Procès-verbal de la séance de la Commission du 24 juin 1903, Archives nationales de Pierrefitte, C//7300.

47 La presse accorde plus d’importance à l’élection de Buisson comme président qu’à celle de Briand comme « rapporteur ».

48 En fait, les deux premières propositions s’en tiennent à la dénonciation du Concordat, la suppression du budget des cultes et le transfert de l’argent économisé à la constitution d’une caisse de retraites pour les invalides (Roche) et aussi pour les vieux travailleurs (Dejeante). Pressensé, au contraire, tente de prévoir et de régler tous les problèmes inhérents à la Séparation et, bien que beaucoup plus courts (dix articles et non quatre-vingt-dix-huit), les textes d’Hubbard (dont les articles sont longs et consistants) et de Flourens (de façon plus vague) prévoient quelques « dispositions transitoires ».

49 La seconde Séparation, celle de la Commune, est oubliée… sauf par les catholiques militants et les socialistes-révolutionnaires.

50 En fait, dès 1797, les mesures répressives reprennent et A. Boissy d’Anglas lui-même le déplore au Conseil des Cinq-Cents (le 11 juillet 1797), car, dit-il, la « persécution fait naître et alimente le fanatisme [religieux] ». R. Szramkiewicz (1999 : 157) écrit : « Pendant les cinq années du Directoire, ce beau principe de séparation va être appliqué de façon chaotique et souvent avec des restrictions qui montrent que la neutralité religieuse est un vain mot. » E. de Pressensé avait déjà indiqué les principaux faits, dès 1864.

51 Aulard décrit la séparation révolutionnaire en plusieurs étapes, de septembre 1794 à septembre 1795. Selon lui, après Thermidor, la Convention « frappa de mauvais citoyens » – le « clergé réfractaire » qui prêchait « la révolte » – mais « assura, autant qu’elle le put, la liberté des cultes » (Aulard 1903 : 552).

52 Aulard (1904) n’a pas inclus ce texte dans son recueil d’articles sur les « questions politiques, sociales, historiques ». Raison de plus pour s’y intéresser !

53 La question de la propriété se révèle très clivante lors du processus séparatiste. La position des républicains est claire : les églises enregistrées au cadastre comme propriété publique le sont et, d’ailleurs, le Concordat a confirmé le changement opéré par la Révolution en 1789, quand les biens du clergé ont été mis « à la disposition de la nation ». La position des catholiques est plus ambivalente : certains récusent qu’il s’agit de biens publics, d’autres l’acceptent mais estiment, qu’en contrepartie, la Révolution s’était engagée à pourvoir aux besoins du clergé et que le Concordat y a ajouté l’obligation d’une dévolution de ces biens à des buts religieux.

54 Ce raisonnement, typique des milieux républicains, ne prend pas en compte les contreparties mises en avant par l’argumentaire catholique, car celles-ci seraient caduques du fait même de l’abolition du Concordat.

55 Il y aurait donc, selon Aulard, un ressenti victimaire sans qu’il s’agisse forcément d’une « persécution ».

56 Ce qui signifie que Clemenceau estime qu’ensuite les églises ne seront plus dévolues au culte catholique.

57 A. Aulard ne parle ni des temples ni des synagogues, parce que ces édifices sont loin d’être tous propriété publique et que les églises seules constituent, pour lui, un témoignage de l’histoire nationale : l’égalité juridique des cultes va de pair avec leur hétérogénéité symbolique.

58 Pour moitié nommé, pour moitié élu par des pères et – nouveauté – des mères de famille.

59 Nées dans le contexte de l’affaire Dreyfus, les universités populaires constituent des lieux de rencontres, et de tensions, entre intellectuels et milieux populaires. Officiellement neutre sur les plans politique et religieux, l’université populaire est parfois « soupçonnée de vouloir désorganiser l’armée, ruiner le catholicisme, d’être une œuvre soutenue par les banquiers juifs […], favorable au protestantisme et à la franc-maçonnerie ». Inversement, quand le directeur des Annales de philosophie chrétienne, l’abbé Ch. Denis, est invité à prononcer deux conférences, L’Aurore et La Petite République se déchaînent ; la seconde conférence doit être annulée et l’abbé Denis part « au milieu d’un charivari indescriptible [où] on chante La Carmagnole » (Mercier 1986 : 99 sqq.).

60 L’ensemble des citations d’Aulard provient du Briard (13 juin 1903). L’historien soutient alors pleinement la politique de Combes qui, écrit-il, combat non « pas la religion catholique [mais] l’Église romaine aspirant au gouvernement du monde, aspirant à être elle-même la société parfaite et unique » (Le Briard, 30 septembre 1903, commentaire du discours de Tréguier).

61 Elle aurait réussi si « l’ambition scélérate d’un Bonaparte » n’avait pas recherché « le concours de l’Église pour l’établissement [de son] pouvoir absolu ». La condamnation morale permet d’éviter l’analyse.

62 L’article de Lacroix est en fait un résumé de la page 447 de l’ouvrage d’Aulard (1903).

63 Depuis les années 1880, y compris sous « la République modérée », un « anticléricalisme municipal » s’est développé, tendant à interdire dans diverses communes toute manifestation extérieure de la religion, car, selon cette perspective, celle-ci « offense les yeux et blesse la conscience des libres-penseurs » (Lafon 1987 : 295). Pour beaucoup de républicains, la Séparation doit permettre de généraliser une telle interdiction.

64 L’autorisation prévue par Pressensé nécessite l’accord exprès du maire qui ne peut pas la donner ou la renouveler « si un dixième des habitants de la commune ou plus de cent de ses habitants protestent contre elle » (article 48).

65 AN 73 AP 12, cité par Baal 1977 : 274.

66 Proposition d’Hubbard qu’Aulard approuve.

67 Proposition Pressensé.

68 Malgré la divergence du projet de la Commission en 1905 avec les propositions du printemps 1903, l’aspect symbolique du bâtiment-église gardera une place importante dans les débats parlementaires et notamment ceux du dissensus autour de l’article 4 (cf. le tome II).

69 Les cimetières ont été, en tant que tels, laïcisés. Leur signification religieuse séculaire n’a pas été abolie et se marque par la présence de signes religieux sur la quasi-unanimité des tombes. L’étroite association que la « grande majorité des Français » fait entre l’église et le cimetière constitue un point aveugle des débats interrépublicains de 1903-1904. Lors des débats parlementaires de 1905, il se produira une prise de conscience : l’église n’est pas seulement la demeure de « Dieu », mais aussi celle des « morts » (cf. le tome II).

70 L’article 10 proclame : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. » Cette réduction de la religion à une « opinion » (désormais libre) ne concernait, en 1789, que les « non-catholiques », le catholicisme étant alors le seul culte public autorisé (cf. Langlois 1989).

71 Égale liberté interprétée comme la désaffectation, au bout de quelques années, des édifices considérés comme patrimoine national et non patrimoine religieux.

72 Invoquée comme « inviolable » (article 1er de la proposition Pressensé).

73 Sur l’opposition entre principe de catholicité et principe de modernité, cf. Poulat 1988.

74 En plus de ce qui vient d’être indiqué, l’article 33 de la proposition Pressensé interdisait « de rattacher un diocèse […] à la juridiction […] d’un évêque ayant son siège en pays étranger ». Le pape étant évêque de Rome, cette formulation le visait indirectement.

75 Pourtant très favorable à la Séparation, l’hebdomadaire protestant (évangélique) La Vie nouvelle du 9 mai 1903 résume ainsi la proposition Pressensé : « Article 1 : la liberté de conscience est inviolable, article 2 : l’exercice du culte est soumis au bon plaisir de l’État. » Un autre hebdomadaire, protestant libéral et moins militant, écrit : « Ce serait l’Église serve dans l’État omnipotent » (Le Protestant, 13 juin 1903).

76 Favorable à la Séparation, la publication Archives israélites met en cause les « tendances tracassières, voire tatillonnes » du projet Pressensé (18 août 1904).

77 Lors des élections, « le catholique selon le suffrage universel met de côté toutes les distinctions de religion et de doctrine entre les candidats, et il ne se souvient que de leurs opinions politiques » (La Philosophie positiviste, numéro de sept.-oct. 1879).

78 Ce mot est important, cf. chapitre 5.

79 Cf. les objections de R. Fabre (2004 : 217 sqq.) à M. Larkin (2004 : 116).

80 Rappelons que Buisson, Briand et Jaurès ont cosigné la proposition Pressensé.

81 Rosanvallon 1992 (cf. la deuxième partie : « L’éducation de la démocratie »).

82 Il ajoute, félicitant le congrès radical de s’être prononcé pour le monopole intégral : « c’est dans le sens socialiste que s’orientera nécessairement le magnifique mouvement de démocratie laïque que nous saluons avec joie ».

83 Ce discours est reproduit en entier in Jaurès 2015 : 35-60.

84 Le « presque » est intéressant : pour Jaurès, il est souhaitable que l’État soit « seul enseignant » quand il sera « seul possédant » (cf. A. Louvel, Revue politique et littéraire, 7 novembre 1903 : 578).

85 Le propos traite surtout de la forte ambivalence du christianisme tel que Jaurès le considère. Mais, bien sûr, cette dernière phrase très polémique a retenu l’attention (cf. par exemple Faguet 1906 : 226 sqq.). Ce discours sera comparé à celui du 21 avril 1905 (également de Jaurès) dans le tome II.

86 « Le système de l’autorisation préalable est une des formes du monopole » (L’Aurore, 30 septembre 1903).

87 Déjà dans Le Grand Pan, il affirme : « L’apprentissage de la liberté se fait uniquement par la liberté […]. L’unité de l’enseignement, c’est la négation de l’effort individuel » (Clemenceau 1896 : 414 sqq.). Dans Le Bloc du 3 février 1901, il attaque la position d’H. Brisson en faveur du monopole et soutient « que la liberté de l’enseignement est contenue dans la Déclaration des Droits de l’homme ».

88 Qui a fait voter le monopole intégral par le parti radical lors du congrès de Toulouse.

89 Le mettant en porte-à-faux à l’égard de K. Marx, qui « s’est prononcé de la façon la plus nette pour la liberté de l’enseignement ».

90 Ironie de l’Histoire, dans un tout autre contexte, les militants laïques défileront, en janvier 1994, pour défendre une disposition limitative de la loi Falloux que le ministre de l’Éducation nationale, F. Bayrou, voulait abolir.

91 Cette accusation est énoncée lors de plusieurs débats parlementaires, sans que les partisans du Bloc démentent autrement qu’en faisant du bruit. À la séance du 20 mai 1903, F. Engerand affirme que même les femmes de fonctionnaires se voient, de fait, interdites de messe tandis que Lasies effectue une distinction entre les petits fonctionnaires, privés de messe, et les hauts fonctionnaires, libres de s’y rendre.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search