Version classiqueVersion mobile

La loi de 1905 n’aura pas lieu

 | 
Jean Baubérot
, 
Dorra Mameri-Chaambi

Première partie. Ces chemins, qui zigzaguent à travers les broussailles, mènent-ils à la Séparation ?

Chapitre 3. L’affrontement des représentations de la liberté

Texte intégral

  • 1 Beaucoup d’anticléricaux (dont Buisson) se réfèrent à la Révolution, au-delà même de la loi de 1901

1La lutte anticongréganiste interfère étroitement avec les débats sur la Séparation. Particulièrement visées, les congrégations enseignantes ne sont-elles pas l’ennemi de tout « progrès de l’esprit humain » ? Depuis la Révolution, l’opposition entre les « valeurs modernes » et le style de vie des congréganistes semble évidente, et les congrégations ont été interdites par la loi du 17 février 1790 et le décret du 18 août 17921. Au tout début du xxe siècle, si des voix isolées trouvent que l’on va « trop loin », bien plus nombreux sont les républicains qui souhaitent des mesures plus strictes que celles prises par Waldeck-Rousseau, et même par Combes.

  • 2 Il dépose, immédiatement après la promulgation de la loi, une proposition tendant à la modifier !
  • 3 Pour reprendre le titre des ouvrages d’É. Combes de 1904 et 1905.
  • 4 Ce terme de « persécution », récurrent chez des catholiques depuis les lois laïques des années 1880 (...)

2Ainsi, doublé sur sa gauche au congrès radical de 1903, qui réclame le monopole de l’enseignement – auquel il est opposé –, Buisson se montre pourtant déçu par les limites de la loi de 1904 interdisant l’enseignement congréganiste2. Il n’est pas le seul : plus les congrégations sont combattues, plus elles paraissent menaçantes, nécessitant une radicalisation de la lutte. En revanche, les catholiques vivent cette « campagne laïque3 » comme un regain de la « persécution anticléricale4 ». En Bretagne, des sœurs instruisent leurs élèves dans la semi-clandestinité de granges ou de maisons privées. Cela contribue à accréditer l’idée que la Séparation conduirait à célébrer le culte de la même manière.

La réconciliation historiographique des deux France

  • 5 Cf. notamment les contributions aux actes de deux colloques, l’un sous la direction de J. Lalouette (...)
  • 6 Titre de l’étude de Chr. Sorrel (2003). Cependant, dans leur étude sur les Jésuites, D. Avon et Ph. (...)
  • 7 Cf. Académie des sciences morales et politiques (Y. Bruley) 2005.
  • 8 Ce qui ne signifie pas que cette idée n’existe plus dans l’imaginaire social.

3Aujourd’hui, des historiens de diverses sensibilités5 considèrent les mesures anticongréganistes comme plus ou moins « discriminatoires ». Le thème des « congrégations contre la République » s’est transformé en celui de « la République contre les congrégations6 ». Au contraire, les manifestations scientifiques du centenaire, sous l’égide de l’Académie des sciences morales et politiques, ont montré que la séparation de 1905 a établi un « régime de liberté7 ». Seuls des catholiques traditionalistes comme Jean Sévillia (2005) ou certains partisans d’une laïcité autoritaire soutiennent encore l’idée que la lutte contre les congrégations et la loi de 1905 se situent dans la même optique8.

4Les acquis historiographiques semblent irréversibles. Leur schématisation n’est pas sans risque. La réception sociale du discours historien rompt avec les jugements opposés des deux anciens récits mémoriels, qui racontaient d’un seul tenant les deux événements (un ensemble d’exactions d’un côté, d’émancipations de l’autre), et elle opère une sorte de match nul entre les deux camps. Oui, la laïcité française a bien été spoliatrice dans son combat contre les congréganistes, en contraignant environ trente mille d’entre eux à l’exil. Oui, la laïcité française a bien été émancipatrice, sinon de la religion, du moins de toute officialité religieuse ; l’Église catholique elle-même en a bénéficié. Chacun y trouvant son compte, cette vision historiographique renforce la légitimité actuelle du « principe de laïcité ».

5Cette vulgate semble toutefois un peu trop lisse pour être scientifiquement tout à fait honnête. Elle convient bien à la réconciliation opérée entre des Français de diverses convictions, persuadés qu’il n’existe aucun problème entre laïcité et « judéo-christianisme ». En revanche, entre laïcité et islam, les avis divergent… Mais mettre en avant la loi de 1905 et la figure de Briand en rejetant le combat anticongréganiste dans l’oubli peut signifier tout autant que l’on dissocie nettement la pratique de la religion musulmane et le « terrorisme islamiste » ou que l’on souhaite une liberté égale pour toutes les convictions. Chacun est donc conforté dans ses opinions, quelles qu’elles soient.

  • 9 Ainsi, j’ai veillé à ce que Combes ne devienne pas le « réprouvé » du centenaire : cf. Baubérot 200 (...)

6L’historien, en revanche, doit prendre de la distance avec tous les jugements de valeur, même ceux qu’il partage comme citoyen9, pour examiner les angles morts du récit public. Dans ce cas précis, un constat s’impose : la même Chambre a voté la loi « répressive » de 1904 contre les congrégations et celle « libérale » de 1905 sur la séparation. Il convient donc d’élucider les liens entre ces deux événements, de comprendre pourquoi leurs chemins ont divergé. Les séances du 20 octobre 1902 et du 26 janvier 1903 apportent de premiers éléments de réponse. Mais il est indispensable de clarifier en quoi la « question des congrégations » a constitué un enjeu fondamental du conflit récurrent sur les représentations de la « liberté » dans une société démocratique.

Ralliement et revanche catholique face aux francs-maçons, juifs et protestants

  • 10 In Coutel & Dubois 2016 : 32, 72, 75.

7Des éléments connus des historiens ne le sont pas forcément du public cultivé. Ainsi, pour le philosophe Charles Coutel, le « noyau éthique de la laïcité est accepté par l’Église catholique depuis 189010 » (année du « toast d’Alger » du cardinal de Lavigerie, prélude au Ralliement à la République demandé par Léon XIII en 1892). Le libéralisme de la loi de 1905 s’expliquerait ainsi, la politique combiste aurait été pure intolérance. Or il s’agit d’un contresens.

8Avec l’encyclique Inter sollicitudines, le pape demande aux catholiques français d’accepter le régime républicain, en s’opposant toujours aux lois laïques (école laïque, droit au divorce, liberté des funérailles, etc.) dont « les gens de bien doivent […] combattre par tous les moyens légaux et honnêtes [les] abus ». C’est, constate Poulat, le passage du « vieil intransigeantisme, attitude de vaincus », à un « nouvel intransigeantisme [qui] entend reprendre l’initiative » (Poulat 1977 : 120).

9Léon XIII, « tout comme Pie IX, voit l’Église comme une societas perfecta » mais, acceptant davantage « l’autonomie de l’État, [il] incite les catholiques à faire usage des instruments politiques à disposition pour défendre les intérêts de l’Église [catholique] », à un niveau européen (Lamberts 2018 : 282). Si, en France, les résultats se révèlent mitigés, le pape rencontre plus de succès dans d’autres pays : en Espagne, il arrive à détacher les catholiques du carlisme ; en Italie, sans renoncer à revendiquer le pouvoir temporel, il établit une sorte de modus vivendi entre le Vatican et le Quirinal ; surtout en Allemagne, avec le développement du parti catholique Zentrum, dont l’appui est nécessaire à Bismarck et à ses successeurs face au développement du socialisme, la législation du Kulturkampf est progressivement mise de côté. Globalement, au début de son pontificat (1878), « [l]’Église catholique […] était presque dans une situation d’une vaincue », à sa mort, elle se trouve « dans une situation sensiblement meilleure » (A. Ebray, Revue politique et parlementaire, 37, 1903 : 423).

  • 11 Le comte d’Haussonville écrit, dans Le Soleil du 10 février 1891 : l’« obligation morale de devenir (...)
  • 12 Maison d’édition catholique qui publiait La Croix, les Croix de diverses provinces (cf. Rochefort-T (...)
  • 13 Cf. Baubérot & Zuber 2000 : 52 sqq. J. Mather (1972) montre que La Croix cesse ses attaques globale (...)
  • 14 Cf. Joly 1992 ; Grévy 2005 : 140 sqq.

10La stratégie change. Si certains catholiques français restent monarchistes11, les ralliés ne combattent plus frontalement la « Gueuse ». Beaucoup d’entre eux, tels les éditeurs du groupe La Bonne Presse12, opposent « la République des honnêtes gens » (catholiques et conservateurs) à celle, dévoyée, du trio des « francs-maçons, juifs et protestants ». En fait, le Ralliement renforce les préjugés envers les minorités13. Un exemple : des catholiques sociaux, favorables à une « République transformée », fondent en 1896 un journal populaire, La France libre, avec pour devise : « La France aux Français ». Grâce à la liberté à peu près complète de la presse, les attaques des ralliés et des nationalistes, souvent anciens boulangistes, constituent le terreau idéologique qui produit l’affaire Dreyfus14.

  • 15 La Ligue pour la liberté de l’enseignement, du côté catholique, favorisera la transformation de bea (...)
  • 16 Situation de la FGSPF en 1914, qui ne regroupe pas tous les patronages catholiques, loin s’en faut.

11Par ailleurs, face à l’école publique et à son accompagnement parascolaire par la Ligue de l’enseignement15, les catholiques multiplient des patronages aux activités ludiques (jeux de plein air, musique, sport, etc.). Ainsi, en 1898-1903, est fondée la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France (FGSPF), dont les lieux de « forte implantation [se situent] dans les grandes villes et leur périphérie, à Paris, Lille, Lyon, Bordeaux, […] Marseille, Nantes, Grenoble, Dijon et Saint-Étienne16 » (Augustin 1999 : 71). En réponse à la « vague laïque et anticléricale, il s’agit de quadriller le territoire du pays » (ibid.). Il se développe alors des lieux conviviaux « où on est entre soi, dans le partage de la foi en Dieu et le rejet de l’adversaire laïque » (Portier 1993 : 57). Avec l’essor de la presse « cléricale », ces créations montrent que les milieux catholiques « structurent un réseau extensif d’institutions catholiques distinctes » (McLeod 2000 : 68).

  • 17 Cette question se réglait auparavant dans le secret du confessionnal.

12Enfin, les pratiques jugées « contraires à la religion » sont désormais combattues publiquement. L’Ami du clergé dénonce le coït interruptus, moyen de contrôle des naissances (Langlois 2005)17. Face à cet ensemble, et au renouveau intellectuel, la gauche redoute une reconquête de la société civile par le catholicisme, au détriment des idéaux de la Révolution. En 1879, déjà, Bert craignait que les Jésuites deviennent « républicains » et « se servent de la liberté » pour « l’étouffer » (cf. Kotovtchikhine 2005 : 143).

  • 18 Mais des variations entre un penchant modéré et un penchant plus à gauche du « parti républicain » (...)

13Au Ralliement correspond « l’Esprit nouveau » prôné par le ministre des Cultes, Eugène Spuller, « qui tend à réconcilier tous les citoyens dans la société française » et « faire prévaloir en matière religieuse [une] tolérance éclairée » (cité par Debidour 1909 : 116). Il s’amorce alors une recomposition politique, centrée sur la défense de l’ordre social face aux attentats anarchistes et à la montée du socialisme. Le régime d’assemblée de la Troisième République, où l’instabilité ministérielle va de pair avec l’absence d’alternance18, pourrait ainsi se transformer en démocratie parlementaire, où parti du mouvement et parti de l’ordre se succéderaient au pouvoir.

14Pour « barrer la route aux doctrines révolutionnaires », le cabinet de Jules Méline (avril 1896 – juillet 1898) agit dans ce sens, sans pousser la logique à son terme. Son application relative de la laïcité scolaire (maintien de crucifix dans des salles de classe, instituteurs qui accompagnent leurs élèves au catéchisme, etc.), sa tolérance à l’égard des congrégations le font considérer, à gauche, comme le cheval de Troie du « péril clérical ». Pourtant, Méline ne modifie pas les lois laïques (« lois intangibles ») et cela le met également en délicatesse avec une partie de la droite ; de plus, il s’empêtre dans ce qui devient l’affaire Dreyfus.

  • 19 Non plus que la franc-maçonnerie pour qui, au contraire, ce fut un « rendez-vous raté » ; cf. Boegl (...)
  • 20 Ce que met en lumière V. Duclert (2010 : 151 sqq.).
  • 21 « Jaurès n’a rien d’un dreyfusard précoce » et quand, le 7 juin 1898, « il fait son entrée entière (...)
  • 22 Simple rappel : le débat est vif entre socialistes pour savoir s’il faut s’intéresser essentielleme (...)
  • 23 Ainsi, F. Buisson, après des interventions discrètes, se déclare publiquement dreyfusard le 3 août  (...)

15La gauche, contrairement à une légende tenace, n’en fut pas le fer de lance19. Certes, la publication par L’Aurore du « J’accuse » de Zola, le 13 janvier 1898, et les démêlés avec la justice qui en résultent pour l’auteur mobilisent progressivement des « intellectuels » et, la mémoire collective l’a oublié, des féministes (Cosnier 2009) : la défense d’une démarche de connaissance20 s’allie à une lutte morale21, qui transgresse les habituelles oppositions politiques et économiques22. Progressivement d’autres figures républicaines les rejoignent23. Néanmoins, à l’automne 1897, « le premier dreyfusisme fut non pas intellectuel mais juridique et son premier vivier fut celui des républicains modérés, […] et de quelques orléanistes libéraux […], soit celui d’un centre attaché aux règles de droit et, contrairement à tous les autres partis [de droite et de gauche], vierge de tout antisémitisme » (Joly 2014 : 209).

  • 24 Ordre du jour adopté par 406 voix contre 10 (cf. le JO du 24 décembre 1898, cité par Kauffmann 2008 (...)
  • 25 Cf. Dumont 2012 : 183 sqq.

16Aux élections de mai 1898, des candidats de tous bords s’affirment hostiles aux juifs (cf. Birnbaum 1998). Longtemps, « pas une seule voix ne s’est élevée à la Chambre pour condamner les menées antijuives », et la Chambre adoptera un ordre du jour qui y fait allusion seulement en décembre24. Au printemps, les catholiques avaient mis sur pied une Fédération électorale, placée sous la direction d’Étienne Lamy, considéré comme « l’homme providentiel25 », car républicain depuis les années 1870. Cependant les résultats des législatives sont décevants pour eux et leur intégration – relative – dans le jeu politique républicain se termine avec la démission de Méline.

Quand Waldeck-Rousseau ouvre la boîte de Pandore

  • 26 Ancien ministre, cet avocat d’affaires est resté « étranger à l’Affaire » Dreyfus, tout en étant ho (...)

17Un an plus tard se constitue un ministère de Défense républicaine, dirigé par Pierre Waldeck-Rousseau26, allant des socialistes à une partie du centre. Ce glissement à gauche est dû au développement de l’agitation nationaliste (tentative d’une sorte de coup d’État par Déroulède, en février 1899), qui semble mettre la « République en danger ». Quel fut le degré d’engagement du catholicisme dans les menées antirépublicaines ? Larkin insiste sur le rôle « ambivalent » joué par des laïcs catholiques et des congréganistes. La propagande active pour un État abolissant les lois laïques et considérant juifs, francs-maçons, protestants comme des citoyens de seconde zone n’est guère douteuse, l’appui à un coup de force beaucoup moins clair. De nombreuses rumeurs furent prises au sérieux par les républicains. L’universitaire se demande dans quelle mesure cela « justifie » les mesures prises ensuite contre les congrégations, les fichages dans l’armée et d’autres secteurs (Larkin 1995 : 9-58).

  • 27 Malgré le fort engagement de figures comme Jaurès, Pressensé…
  • 28 Ce qui ne signifie nullement sous-estimer l’antisémitisme catholique propagé notamment par La Croix(...)

18La réponse dépend d’un jugement de valeur sur l’ethos démocratique. En revanche, un constat relève du travail des historiens : l’émergence, au début du xxe siècle, d’« un mythe puissant fondé sur l’affaire Dreyfus. Pas l’affaire telle qu’elle se déroula empiriquement mais telle qu’elle fut rapidement revue et corrigée pour servir de référence et d’inspiration à la gauche. Oubliées l’indifférence socialiste27 et les hésitations radicales, pour ne retenir que la mobilisation spontanée en faveur de la République, de l’innocence et de la justice, contre le militarisme, le chauvinisme et l’antisémitisme28 – qui n’avaient certes pas épargné la gauche jusqu’alors mais sur qui elle lançait désormais, du moins officiellement, l’anathème » (Weber 1986 : 296).

  • 29 Plusieurs sont retracés dans G. Manceron & E. Naquet (2009).
  • 30 Cf. Vandier 2003 et Bancquart 2009.
  • 31 Cf. Martin 2009.

19La réaction anticléricale comprend des dreyfusards de la onzième heure, des personnes et lieux d’influence longtemps antidreyfusards comme La Dépêche (de Toulouse). Cependant, outre « la puissance du mythe », l’influence de l’Affaire se marque dans des itinéraires individuels29 : Jaurès, Pressensé, Victor Augagneur, Anatole France30, l’« ouverture à gauche » de la Ligue de l’enseignement31… et le basculement de certains républicains modérés. Louis Barthou, ancien ministre de Méline, estime « que les événements lui [ont] donné tort. Le Ralliement n’était qu’une […] “tactique de guerre” » : le « cléricalisme » a servi de lien entre nationalisme et antisémitisme (Mayeur 1997 : 95 sqq.).

  • 32 Dont des « radicaux antisémites », vilipendés par Jaurès, forment une composante.

20L’antidreyfusisme peut être, désormais, dénoncé par Jaurès comme « la coalition des curés, des soudards, des modérés mélinistes, des antisémites, des radicaux antisémites » (La Petite République, 18 juillet 1899). Il faut une politique de « Défense républicaine32 » qui intègre des non-dreyfusards tel Combes lui-même, pour qui « le péril clérical est plus à craindre que le collectivisme » (Baal 1994 : 605).

  • 33 Un laïc, P. Feron-Vrau, « riche industriel du Nord », en devient le directeur (Rémond & Poulat 1988 (...)

21La meilleure défense étant l’attaque, la première mesure prise par Waldeck-Rousseau frappe les éditeurs de La Bonne Presse, les assomptionnistes, les moines les plus compromis dans l’Affaire : fin 1899, des poursuites sont engagées. Le procès s’ouvre devant le tribunal correctionnel de la Seine et aboutit à la dissolution de la congrégation, à qui Léon XIII retire la direction de La Croix33.

  • 34 Cependant, dans son célèbre discours de Toulouse du 28 octobre 1900, P. Waldeck-Rousseau assume l’o (...)

22Le gouvernement dépose deux projets de loi plus généraux. Le premier différencie associations et congrégations. Les Chambres vont accentuer cette opposition. Le droit associatif est « défini de façon beaucoup plus libérale que dans le projet [gouvernemental]. […] En face, le régime des congrégations […] subit de notables transformations dans le sens de la rigueur » (Machelon 2002 : 50)34. Le second projet exclut du service public ceux qui n’ont pas effectué leurs trois dernières années d’études dans l’enseignement public. Il n’est pas voté – le Parlement se montre, là, moins offensif que le gouvernement – mais indique que l’ensemble des écoles congréganistes sont ressenties comme menaçant la République : ceux qui ont été socialisés par « la Congrégation » doivent être « républicanisés » pour devenir de bons serviteurs de l’État.

23La divergence entre la politique combiste et celle de Waldeck-Rousseau est réelle mais relative : dès Waldeck-Rousseau, les circulaires d’application de la loi renforcent sa teneur anticongréganiste. Ainsi celle du 14 novembre 1901 : « La sécularisation [des ex-congréganistes enseignants] ne doit jamais s’effectuer sur place, c’est-à-dire au lieu même où existait la congrégation, de manière à ce que l’opinion publique ne puisse s’y tromper et que la congrégation ne puisse se reconstituer sous une autre forme. »

  • 35 É. Combes partage avec Briand la caractéristique, rare pour un homme politique marquant de la Trois (...)
  • 36 R. Viviani, L’Humanité, 8 septembre 1904.

24De plein gré et/ou sous la pression de sa majorité, Waldeck-Rousseau ouvre la boîte de Pandore. Après le glissement à gauche des élections de 1902, il suggère au président Loubet de le remplacer par Combes. Homme politique ne faisant pas partie de l’establishment républicain35, le Petit Père aurait dû échouer à appliquer la loi de 1901 et dégager la route à un leader du parti radical, Léon Bourgeois ou Brisson. Mais Combes avait été sous-estimé : sa vision claire de la politique qu’il entend mener, sa ténacité, ses capacités intellectuelles, le soutien sans faille d’une militance républicaine provinciale en réponse à « la cordialité si simple de ses rapports avec le peuple36 », l’appui constant de Jaurès… lui valent une longévité ministérielle imprévue.

25Combes accentue la lutte anticongréganiste. Jusqu’à la loi du 7 juillet 1904, les différents affrontements, à la Chambre et sur le terrain, occupent le devant de la scène. Les différentes phases du conflit sur les congrégations forment le contexte politique et mental dans lequel s’engage, puis s’accélère, le processus séparatiste.

Les congrégations et le choc des représentations de la liberté

Du côté des « républicains modérés » et des catholiques

  • 37 Ce républicain modéré a été élu contre un candidat royaliste.

26Dès le gouvernement Waldeck-Rousseau, certains républicains et des catholiques protestent. Dans un ouvrage polémique, mais documenté, le révérend père Édouard Lecanuet cite deux interventions à la Chambre. Le 15 janvier 1901, le député centriste Renault-Morlière37 interpelle la majorité : « Si vous croyez qu’il est bon de fermer les couvents, d’expulser les religieux, de prendre leurs biens, soit ! Mais ces choses-là ont un nom […] : cela s’appelle la proscription et la confiscation. » Deux jours plus tard, le 17 janvier, l’animateur de l’Alliance libérale, qui regroupe des ralliés, Jacques Piou, tient des propos analogues : « Dans ce duel éternel de la raison et de la foi dont l’âme humaine est l’enjeu, vous faites intervenir l’État, non pas comme un arbitre pour assurer à tous les combattants la liberté du champ clos, mais pour devenir combattant lui-même » (cf. Lecanuet 1930 : 256 sqq.).

27L’abbé Lemire, prêtre démocrate et député, adopte une position similaire : il estime que l’on « arrache la peau, fragment par fragment », des auteurs de la loi de 1901 dès qu’on leur extorque « un mot capable d’abriter une liberté » (cité par Mayeur 2002 : 98). Or, selon son collègue à la Chambre, l’abbé Gayraud, « l’État moderne, qui garantit la liberté de conscience, ne peut pas […] supprimer les libertés nécessaires qu’exige la conscience des citoyens catholiques » (Revue politique et parlementaire, 37, 1903 : 36).

28Lors du Bloc des gauches, les protestations se multiplient, de la base au sommet. À la base, chez les « laïcs » : « ainsi à Dullin (Savoie) les habitants jouent des saynètes contre les juifs et les maçons tandis qu’une jeune fille parcourt la place publique avec une lanterne en répondant à ceux qui lui demandent ce qu’elle cherche : “la liberté” ». Ailleurs « les drapeaux tricolores [sont mis] en berne » et La Marseillaise devient « le cri de ralliement » des partisans des congrégations (Sorrel 2003 : 113). La pétition d’habitants de Francheville (Rhône), datée du 14 juillet, utilise la devise « Liberté, Égalité, Fraternité ». Souvent, « les arguments invoqués en faveur des écoles congréganistes […] adaptent la rhétorique des anticléricaux » à cette cause (Curtis 2005 : 173).

29Mun se réjouit que les républicains soient « troublés par ce spectacle imprévu : […] le cri de ralliement : “Liberté !” » (1905a : 55), sans se soucier que des pamphlets contre le combisme puissent présenter une tonalité antisémite. Et pour cause, le député monarchiste s’en prend lui-même à la « presse juive » (La Croix, 30 mai 1904). On sait qu’à l’époque l’antisémitisme est loin d’être toujours clivant au niveau des « valeurs ». Néanmoins, le Comité catholique pour la défense du droit, formé de personnalités dreyfusardes dont Paul Viollet, membre de l’Institut, adresse une lettre ouverte à Jaurès pour le féliciter d’avoir « combattu vaillamment [pour un] officier juif innocent », tout en lui reprochant, en soutenant la lutte contre les congrégations, de « [méconnaître] cruellement [que] le droit est un et indivisible » (Le Temps, 20 avril 1903).

  • 38 Interdite dans le système Concordat – articles organiques.

30Les protestations ont également lieu au sommet de la hiérarchie : l’idée d’une démarche collective de l’épiscopat38 prend corps à l’été 1902. Seize évêques en appellent au chef de l’État : « S’associer, vivre avec qui l’on a choisi, prier, instruire des enfants, […] élever des orphelins, visiter et secourir des pauvres, c’est le droit de tout citoyen chez un peuple libre. […] La tolérance mutuelle, la liberté égale pour tous, dans le respect de nos institutions, c’est, plus que jamais, le seul terrain où tant d’esprits divisés peuvent s’unir et reconstituer […] l’unité morale* du pays. » Jacques-Olivier Boudon relève « l’ambiguïté de l’attitude des évêques » : faute de s’être véritablement opposés à la loi de 1901, ils ne peuvent que déplorer son interprétation à la rigueur sans pouvoir se placer vraiment sur le terrain des « principes » (Boudon 2005 : 141). Le 15 octobre 1902, une pétition épiscopale est envoyée aux Chambres, revêtue de soixante-quatorze signatures. Seuls cinq évêques ne s’y sont pas associés.

31En janvier 1904, deux cardinaux tentent de faire échouer la loi anticongréganiste en préparation en effectuant une nouvelle démarche auprès du président Loubet : ils demandent, à ce « gardien de nos libertés et de nos droits », d’arrêter cette « barbarie […] qui menace de tout asservir ». Combes les défère en Conseil d’État, selon la procédure pour abus, et obtient des suspensions temporaires de traitement. Comme l’indiquait déjà le républicain Simon en 1857 – pour le dénoncer –, le « régime concordataire » donne à l’État des moyens pour brider (entre autres) la liberté d’expression des personnes exerçant des fonctions religieuses (Simon 2018).

32Sous le Second Empire, toutes les libertés (de réunion, de colportage, de la presse, etc.) étaient étroitement limitées. Sous la Troisième République, avec l’établissement des libertés publiques dans les années 1880, la religion devient une exception… dont Ribot rend responsable le temps long de l’histoire de France : « Y a-t-il une nation qui ait été plus déchirée que la nôtre, au nom de cette idée que l’unité des croyances est nécessaire à la force d’un État […] ? Notre histoire ne nous a pas appris […] la liberté, et les Jacobins d’aujourd’hui qui oppriment les catholiques ne sont que les continuateurs des catholiques qui persécutaient autrefois les protestants. C’est, au fond, […] la même ignorance des conditions de la liberté » (Ribot 1905 : vi).

Du côté anticlérical

33De leur côté, les anticongréganistes ont également recours à l’histoire. Brisson cite les édits de 1666 et de 1749. Et à ses contradicteurs qui lui demandent de ne pas se référer « toujours à des documents qui émanent de la monarchie absolue », il rétorque : « Si même lorsque le trône s’appuyait sur l’autel, les gouvernements d’alors vous jugeaient déjà dangereux, […] spoliateurs des familles, il faut bien que nous vous le rappelions pour vous montrer notre histoire. » Les mesures d’interdiction de la Révolution ont constitué la suite logique de la dénonciation, dans les cahiers de doléances, des « désordres » et des « exigences violentes » des établissements congréganistes et, pour le leader radical, c’est toujours le cas des « établissements charitables des congrégations religieuses d’aujourd’hui » (Brisson 1902 : 405 et 422, discours du 27 janvier 1901).

  • 39 Cf. Sorlin 1966.
  • 40 La différence de « condition sociale » constitue un facteur majeur de socialisation distincte : les (...)

34Waldeck-Rousseau dénonce le 28 octobre 1900 à Toulouse le « péril d’une mainmorte grandissante ». Il lance le thème du « milliard des congrégations* », qui va faire… fortune. Selon lui, « l’unité morale* » de la France est menacée : « deux jeunesses, moins séparées par leur condition sociale que par l’éducation sociale qu’elles reçoivent, grandissent sans se connaître » et aboutissent à « deux sociétés » aux principes contradictoires (Waldeck-Rousseau 1901 : 40 sqq.)39. L’anticléricalisme supplante les luttes sociales, bien que la « jeunesse » de la bourgeoisie dans son ensemble reçoive une socialisation scolaire différente de celle du peuple40.

  • 41 Alors que Waldeck oppose, de façon récurrente, le clergé séculier qui ne poserait pas de problème à (...)

35Pour justifier la future loi de 1901, qui laissera aux Chambres la possibilité d’autoriser les congrégations, le principe même de la légitimité des écoles congréganistes est mis en cause. Pour légitimer une loi controversée, il se développe une inflation discursive où l’adversaire est diabolisé. Mais, afin de ne pas trop transgresser les règles juridiques démocratiques, la loi ne correspond pas à l’ampleur de la menace racontée. Cela engendre frustration et peur chez ceux que l’on a galvanisés : ne faudrait-il pas prendre de nouvelles mesures pour vaincre le « danger » que court la République ? Il y a une logique entre le discours de Waldeck-Rousseau, les résultats électoraux de 1902, l’application combiste de la loi de 190141 et la revendication du monopole.

  • 42 Sorrel 2003 : 103 (résumant ces arguments).
  • 43 Longtemps le choix du futur métier d’enfants de cet âge par les parents avait été considéré comme l (...)

36Dès la discussion de la loi de 1901, on dénonce les trois vœux des congréganistes : la pauvreté nuit à la prospérité du pays, la chasteté va à l’encontre de la famille, l’obéissance s’oppose à la liberté. Recrutant « par des moyens de pression honteux, tel le chantage à la première communion », les écoles congréganistes font « une concurrence déloyale » à l’école laïque42. D’ailleurs de futurs religieux entrent dans des noviciats dès l’âge de 10 à 15 ans43. À cela s’ajoute l’accusation « d’immoralité » des moines, à l’occasion de quelques affaires de pédophilie.

37De plus, insiste-t-on, les congrégations suscitent une « réprobation internationale ». Dès le xviiie siècle, des États catholiques avaient exigé du pape une bulle contre les Jésuites (1773). À partir du milieu du xixe siècle, « les classes populaires sont entrées dans la lutte, sous forme de réclamations [et] dénonciations contre l’exploitation des enfants du peuple » et la séquestration de nonnes ne respectant pas le vœu de chasteté, soulignera André Mater. Cet auteur donne des exemples anglais, irlandais, canadiens, états-uniens, polonais, belges. Des lois ont été prises pour inspecter les couvents et « partout le clergé régulier ou papiste menace le clergé séculier ou national » (Mater 1909 : 106 sqq., 119). Les Français seraient « les seuls en Europe à croire encore à l’influence cléricale » bénéfique pour l’instruction des enfants et le rayonnement d’un pays (Le Radical, 12 décembre 1904).

38Ce serait donc indûment que le camp conservateur invoque « la liberté » : il s’agit de tromper un peuple qui ne s’y laisse pas prendre. Combes affirme le 24 juillet 1904 qu’« on a bien essayé de faire illusion à l’opinion publique, en organisant des manifestations sympathiques au départ des congrégations. Mais à peine le bruit des adieux avait-il cessé que le souvenir s’en perdait dans l’indifférence générale » (Combes 1905 : 279).

  • 44 L’ensemble de l’article est reproduit in Jaurès 2016 : 198-202.
  • 45 Clemenceau 1903 : 18 (discours du 20 octobre 1902 au Sénat).

39Jaurès n’est pas en reste : selon lui, « l’homme qui s’est engagé à penser et vouloir selon la pensée et la volonté de son ordre […] ne peut pas enseigner au nom de la République et dans la République ». Il existe « une antinomie irréductible entre les principes de vie qu’il a adoptés ou subis et les principes de vie de la démocratie républicaine » (La Petite République, 21 août 1902)44. Clemenceau cherche à clarifier les choses : au « double caractère de l’Église romaine, religieuse par une face, politique par l’autre, répondent deux hiérarchies, obéissant toutes les deux au Vatican, l’une plus religieuse, mais politique tout de même, le clergé séculier ; l’autre plus politique, plus militante […], mais religieuse tout de même ; c’est le clergé régulier, la congrégation45 ». Les partisans de l’anticléricalisme intégral acceptent mal un tel distinguo.

  • 46 Ibid. : 27.
  • 47 L’Aurore, 8 octobre 1904 : Clemenceau se trouvait aux États-Unis à la fin de la guerre de la Sécess (...)

40Beaucoup, à gauche, considèrent les congréganistes, de par leurs habits et l’acceptation d’une règle totalisante, comme des « esclaves* » que la République se doit de « libérer » : à ces défenseurs de « l’obéissance passive » et de la suprématie des « droits de Dieu », il faut opposer « la liberté et les Droits de l’homme ». Clemenceau lui-même affirme l’impossibilité de tolérer « la liberté de la servitude » : « pour que la liberté soit, il faut que les organes de tyrannie et d’oppression théocratique [lui] cèdent la place46 ». Et il compare Combes à Lincoln, qui a « mis fin à la liberté de l’esclavage47 ».

  • 48 La Foi et la Vie, 1901 : 73, citée par Encrevé 2002 : 92.
  • 49 La Vie nouvelle, 8 août 1902, citée par Encrevé 2002 : 93.

41Bien des protestants en sont d’accord. « La liberté de conscience, écrit, en 1901, le pasteur Émile Doumergue, un évangélique plutôt conservateur, ce n’est pas celle des moines qui est menacée, c’est la nôtre que menacent les moines. […] Si les moines l’emportaient en France, ce serait la liberté de conscience des protestants, des juifs, des athées, des socialistes qui serait étouffée dans des flots de sang48. » Même son de cloche chez le pasteur chrétien-social Louis Lafon : « La liberté n’est possible que dans la paix. » Or « l’Église romaine » veut « régenter le monde entier […], détruire la démocratie, et avec elle, toutes les libertés, la liberté civile et politique autant que la liberté de la raison et celle de la conscience49 ».

  • 50 Monsieur Bergeret à Paris, cité par Guiral & Thuillier 1980 : 58.

42La cause congréganiste, enfin, ne fait pas l’unanimité chez les catholiques. Des religieux chrétiens-démocrates dénoncent « l’autoritarisme hautain, la casuistique retorse de ceux qui président aux destinées de nos ordres, les doctrines étroites d’un enseignement bâtard » (cf. Lanfrey 2003 : 29). Sous le pseudonyme de Milès, un livre affirme que des curés ont créé un adage ironique : « Je n’ai point d’ennemis dans ma paroisse, je n’ai ni frères, ni bonnes sœurs. » Le but de ces attaques consiste à restaurer le contrôle des évêques et des prêtres séculiers sur « l’école catholique ». D’ailleurs un candidat à la députation, dans un roman d’Anatole France, déclare : « J’aurai contre moi les congrégations, j’aurai pour moi l’évêché50. »

Liberté pour les ennemis de la liberté : le paradoxe de la liberté

  • 51 Sur son attitude face à la Séparation, cf. Cabanel 2005a.
  • 52 Cet ouvrage connut un succès international et son auteur publia plusieurs éditions remaniées, jusqu (...)

43À gauche, seuls quelques hommes politiques et intellectuels s’opposent à la lutte contre les congrégations. La réflexion la plus originale est celle de Paul Sabatier51, historien (protestant), auteur d’un ouvrage sur François d’Assise mis à l’index (Sabatier 1894)52. S’y attarder un peu permet d’éviter et le Charybde de l’anachronisme, et le Scylla d’un (pseudo) « esprit du temps ». Les idées des francs-tireurs montrent ce qu’il était possible de penser à une époque où la grande majorité des acteurs adoptait, activement ou passivement, des représentations plus communes. Cette perspective se retrouvera à propos du « péril jaune ».

44Sabatier (1906 [1905]) partage l’indignation de la gauche contre les ralliés, « ces républicains d’un jour mêlés aux entreprises les plus louches ». Pourtant, « l’État doit protéger la liberté du citoyen qui, aujourd’hui, fait un vœu perpétuel, comme il devra demain la protéger, si le citoyen […] rompt son vœu » : des personnes peuvent « aimer » leur Église « jusqu’à la folie ». Bien sûr, il existe dans certains monastères une « atmosphère de pharisaïsme, de paresse ». Pourtant, cela « ne prouve pas plus contre l’esprit de sacrifice », que les « maisons de joie ne prouvent contre l’amour », car « formuler des vœux éternels est dans la nature de l’homme, comme de faire d’éternels serments d’amour ».

  • 53 On le constate : sur bien des points P. Sabatier semble partager les idées dominantes d’alors. Sauf (...)

45L’écrivain estime « absurde » que des « milliers d’hommes abandonnent des devoirs prochains […] pour courir aux extrémités du monde, prêcher à des peuplades incultes une religion qu’elles ne peuvent pas comprendre, tandis que des milliers de femmes renoncent aux joies de la maternité, pour s’enfermer dans les couvents53 ». Mais, « au lieu de lutter contre ces absurdités », il faudrait « retrouver la vérité [nichée] au fond de ces erreurs » : « une multitude d’âmes aspirent à se donner » au-delà de leur « devoir journalier ». On a là, « dans notre civilisation égoïste, […] les prophètes de la civilisation de demain ».

  • 54 Les veillées, tenues dans la maison de « l’ancien » du village, constituaient une forme de démocrat (...)

46Pour Sabatier, « si la notion d’État remplaçait la notion d’Église et prenait son caractère absolu », la vie du pays ne serait plus démocratique. L’historien donne un exemple paradoxal : les paysans français ont « appris à lire passivement, […] parce que le gouvernement le veut ». Maintenant, ils lisent avec intérêt les publications de La Bonne Presse qui leur parlent « des miracles dont ils entendirent le récit dans les veillées d’hiver54 » et des rites à accomplir pour « guérir leur bétail ou leur famille ». Dans cette conjoncture « les gens de La Croix se proclament victorieux ».

  • 55 Pour P. Sabatier, la « philosophie de l’évolution » réconcilie l’attitude morale et l’intérêt bien (...)
  • 56 Mais il en trouve au centre : ainsi F. Raiberti lors de la séance du 3 mars 1904 (contre Jaurès).

47En fait, proclame Sabatier, « c’est nous qui le sommes, et qui le sommes par eux ; car cette fenêtre [de l’intérêt pour la lecture], qui s’est ouverte, ne se refermera jamais. […] Tôt ou tard le moment viendra, si nous faisons notre devoir55, où par cette même fenêtre entreront des souffles nouveaux ». Mais l’optimisme de cet historien reste assez isolé et, à la Chambre, la « liberté » de chacun de « s’immoler à un idéal qui le dépasse » ne trouve guère d’écho à gauche56.

Les anticléricaux contre la constitutionnalisation de la Déclaration de 1789

  • 57 Cf. la notion de « République absolue » caractérisée notamment par la suprématie totale du Parlemen (...)
  • 58 Ch. Benoist écrivait déjà en 1900 : « Les Anglais, les Américains ont des droits ; nous n’avons, no (...)

48Dès la discussion de la loi sur les associations, la compatibilité de la politique anticléricale avec les droits de l’homme est mise en doute. Un député conservateur, Théodore Denis, propose à la Chambre, le 28 mars 1901, de joindre la Déclaration de 1789 aux lois constitutionnelles en créant une instance juridique contrôlant la constitutionnalité des lois. La demande est rejetée. Selon Charles Benoist, député centriste qui la soutient, « le débat est entre la Démocratie absolue*57 et la Démocratie constitutionnelle*, comme jadis il était entre la Monarchie absolue et la Monarchie constitutionnelle ». Benoist dépose d’ailleurs, sans plus de succès, en janvier 1903, une proposition de loi analogue58. Il en est de même de Jules Roche, dont la proposition aboutit à la création d’un contrôle de constitutionnalité dans… la principauté de Monaco.

  • 59 L’ouvrage sur « l’idée républicaine » de ce spécialiste de l’Antiquité romaine, publié en 1982, est (...)
  • 60 Inversement, pour Le Temps du 7 septembre 1904, « les nouveaux Jacobins […] voient la Révolution à (...)

49Claude Nicolet59 explique le refus des « républicains d’abord, [de] la gauche ensuite », de « suivre jusqu’au bout ces propositions qui semblaient les prendre à leur propre doctrine [sic] », parce qu’il s’agissait « d’actes politiques, dirigés soit contre la politique religieuse [soit] contre le régime parlementaire tel qu’il fonctionnait à l’époque ». « Actes politiques » : c’est bien le moins pour une opposition parlementaire ! Le propos est involontairement significatif : l’historien reproduit le discours d’acteurs, partisans de Waldeck-Rousseau puis de Combes, pour qui l’opposition ne peut se réclamer des principes républicains60.

50Claude Nicolet (1982 : 356 et 359) insiste sur le vote par la Chambre, le 28 mars 1901, de l’affichage de la Déclaration des droits dans les écoles. Il commente : le « refus d’en faire un texte constitutionnel est la reconnaissance implicite [par les républicains] de [sa] valeur sacrée ». Ce propos est d’autant plus intéressant qu’il est inexact : la proposition « d’afficher dans toutes les écoles la Déclaration des droits » est votée à l’unanimité moins une voix, donc par tous les courants politiques.

  • 61 Demande boomerang de l’extrême gauche : la Déclaration de 1789 sera affichée sur des portes… d’écol (...)

51L’affaire n’en reste pas là. Valentine Zuber (2014 : 151-161) relate, de façon savoureuse, le déroulement de cette séance et de la suivante, où se produit une « surenchère » entre la gauche et la droite. Pourquoi en rester à la Déclaration de 1789, antérieure à la République, et ne pas afficher aussi celle de 1793, en mentionnant l’Être suprême qui figure dans ces deux textes ? « Toutes les écoles », demande la motion, donc les écoles congréganistes seront aussi concernées61. Et pourquoi s’en tenir aux seuls établissements scolaires ? Le ministère de l’Intérieur et des Cultes, les mairies, les gares, les édifices religieux, les loges maçonniques, les casernes constituent des lieux appropriés pour cet affichage, ainsi que les cartes électorales et… « le dos de Waldeck-Rousseau » !

52Dépassée, la majorité renvoie son projet, par 324 voix contre 230, à la Commission du budget pour évaluer le coût d’un « affichage si généreusement réalisé ». La proposition est enterrée ! Cette séance, où Nicolet voit la construction d’un « sacré républicain », a tourné à la farce bouffonne. Son aspect ridicule contraste avec la qualité des débats parlementaires qui ont élaboré la loi de 1905. Et il existe une certaine analogie entre la Séparation, sans cesse invoquée et retardée, et la Déclaration de 1789, que l’on veut révérer mais que l’on se refuse à inscrire dans les lois constitutionnelles.

Les deux religions civiles républicaines et leur profanation : réflexion critique sur les thèses de Claude Nicolet

  • 62 Ils sont seuls juges de la conformité de leur politique à la Déclaration des droits, tout comme la (...)
  • 63 Et aussi à Mme l’Institutrice ! Lettre citée intégralement in Gaillard (1989 : 459-466). Ferry refu (...)

53Savoir si la Déclaration des droits (incorporée à la Constitution de 1791) a valeur juridique ou constitue un texte « sacré », dont seuls des républicains estampillés comme tels peuvent donner l’interprétation légitime62, est une question décisive. Pour la droite, il faut dénoncer le double jeu politique que mène Waldeck-Rousseau, en se réclamant de ce texte fondateur. Pour le « parti républicain », l’affaire est plus complexe. Ferry avait mis en garde les hussards noirs dans sa « Lettre à M. l’Instituteur63 » : « Vous n’êtes point l’apôtre d’un nouvel Évangile, [d’]une sorte de catéchisme nouveau ». Il récusait toute « religion laïque d’État ».

  • 64 Précision que ne donne pas Nicolet, et pour cause : comment justifier, dans son optique, le fait qu (...)
  • 65 La différence entre « homme » et « citoyen » peut-elle vraiment se fonder sur la Déclaration de 178 (...)

54En revanche, le républicanisme dominant du début du xxe siècle, selon la synthèse de Nicolet, différencie des « droits civils, propres à tout individu » – … masculin64 ! – et des droits « civiques, impliquant l’adhésion à […] une “profession de foi” incompatible avec certains engagements ou certaines doctrines »65 : c’est, écrit l’historien, l’« application formelle de la doctrine du Contrat social » de Rousseau (Nicolet 1982 : 370 sqq.).

  • 66 Écrite le 18 août 1756 et publiée en 1759 (la présente citation se trouve p. 55).
  • 67 Sur les rapports entre religion civile et laïcité, cf. Kintzler 2007 : 22, 31, 28 sqq. ; Baubérot  (...)

55Affirmation passionnante à décrypter. La conception rousseauiste du lien social est exposée dans la Lettre à M. de Voltaire (1756)66 et dans l’ultime chapitre du Contrat social (1762). Rousseau veut établir une « profession de foi civile, qui contînt positivement les maximes sociales que chacun seroit tenu d’admettre, et négativement les maximes fanatiques qu’on seroit tenu de rejetter ». Cette nécessaire « religion civile » (« jamais État ne fut fondé que la religion ne lui servît de base ») comporte des « dogmes qui se rapportent à la morale et aux devoirs que celui qui la professe est tenu de remplir avec autrui ». Les religions explicites qui s’accorderaient avec la religion civile seraient seules admises et les citoyens pourraient ne pas pratiquer d’autre culte que la religion civile elle-même. Mais être « athée » face à cette religion-là entraînerait l’exclusion de la cité67.

  • 68 Cas typique du combisme.

56Chez le philosophe, ce fort lien social repose sur « la participation incessante des individus à la politique de souveraineté ». Sa théorie établit « un équivalent entre loi légitime et volonté du peuple » (Merquior 1980 : 75). Mais cette démocratie très participative, quand elle n’est pas pure utopie, est portée par une majorité politique, qui cherche à imposer ses « dogmes » civils à l’ensemble de la société68.

  • 69 Cf. Bellah 1967 ; Bellah & Hammond 1980.

57Ces « dogmes » varient, car, dans la religion civile, « le contenu importe moins que la fonction » permettant à « une société républicaine [de se fonder sur] une transcendance qui se dérobe au jugement » (Ihl 1996 : 44). Il existe alors deux religions civiles républicaines types, l’américaine où l’on invoque « une réalité qui surplombe les normes que la République revendique d’incarner » (un Dieu déconfessionnalisé) et la française, plus séculière, où n’est invoqué « rien de plus que la République elle-même »69.

58Nicolet fait référence au second type de religion civile sans jamais employer l’expression. En cela, il se situe dans une filiation où « la notion de “religion civile” est frappée d’interdit », bien que son « spectre » hante les débats entre républicains (Ihl 1996 : 39-87). Ce déni est logique, car les adeptes d’une religion civile séculière ne peuvent croire qu’ils évoluent dans un univers quasi religieux. Mais Nicolet est trop bon historien pour ne pas percevoir « une contamination assez troublante » : « la République emprunte au sacré […] ses mots et [une] invincible aspiration à l’absolu ». À son insu, il rejoint le constat de Benoist sur la « Démocratie absolue ».

  • 70 Cette affirmation fait débat au sein de la libre-pensée d’alors et l’échec du projet de loi d’É. Co (...)
  • 71 Il affirme : « son histoire est trop connue pour que je m’y attarde encore », sans aucun renvoi bib (...)

59Selon Nicolet, « la pénétration réciproque de l’Église et de l’État », sous l’Ancien Régime, fait que « toute religion […] prend normalement [en France] la forme dogmatique et cherche […] à pénétrer l’État70 ». Cela justifierait que la Troisième République « trouvât en elle-même [par son autosacralisation] la garantie qui la mît à l’abri de tous les cléricalismes » (Nicolet 1982 : 499). Cette analyse comporte un énorme angle mort : Nicolet se dérobe à trois reprises – oui, par trois fois le chien de Sherlock Holmes n’a pas aboyé ! –, quand il devrait aborder « la loi de séparation71 ». Rien d’étonnant : sa perspective ne peut pas rendre compte de son processus et de son adoption, car cette loi a refusé ce qui constitue le cœur même de l’« idée républicaine » telle qu’il la construit.

  • 72 Analogue à celle de J. Simon qui, contrairement à Ferry, voulait, en 1881-1882, inscrire dans la lo (...)

60En revanche, le combat contre les congrégations relève bien d’une analyse en termes de « religion civile ». Le discours de Combes du 26 janvier 1903 sur les insuffisances de la morale laïque s’inscrit dans une optique de religion civile, proche de l’américaine72. D’ailleurs Jaurès situe le propos du président du Conseil dans la filiation de Rousseau, et de Robespierre qui voulut instaurer une religion civile avec le culte de l’Être suprême (La Petite République, 31 janvier 1903). Et lorsque la princesse carmélite demande à son « Cher Émile » ce qui résumerait le mieux sa pensée, ce dernier cite précisément le passage du Contrat social sur la « religion civile » (Merle 1995 : 414). Quant aux détracteurs des propos de janvier 1903, beaucoup sont imprégnés par la version séculière de la religion civile, celle qui sacralise la République elle-même et que Nicolet met en avant.

  • 73 La culture mémorielle et Cl. Nicolet n’ont retenu que le premier aspect.

61Cependant, l’« idée républicaine » qui transforme la Déclaration des droits en un « dogme » de religion civile n’a rien de consensuel, contrairement aux affirmations de l’auteur. Une figure intellectuelle de la gauche républicaine, Alphonse Aulard, en témoigne. Ce dernier trouve « remarquable qu’il y ait accord », dans des milieux proches de la Ligue de l’enseignement, « pour protester contre l’oppression des dogmes laïques* » (L’Aurore, 30 décembre 1904). Cette affirmation le montre : certains cherchent bien à imposer une religion civile républicaine, mais leur tentative rencontre une résistance dans les cercles républicains eux-mêmes73.

62Aux républicains pour qui, « si on ne s’incline pas, la tête dans la poussière, devant […] la Déclaration des droits » on serait un « mauvais Français », Aulard, spécialiste de la Révolution, réplique en citant Condorcet : la Déclaration de 1789 ne sera présentée « à aucune classe de citoyens comme des Tables descendues du ciel qu’il faut adorer et croire ». L’historien ironise sur la croyance selon laquelle « le principe même de la République péricliterait […] si la Déclaration était discutable » : il n’existe plus de « crime de sacrilège », indique-t-il, la modernité c’est l’« esprit critique » (ibid.). Face à la sacralisation de la République, l’irrespect républicain a ses partisans.

  • 74 Celle de Combes, spiritualiste et proche du type américain de religion civile, et celle de beaucoup (...)

63La date de l’article d’Aulard (30 décembre 1904) est à relever. Il n’aurait peut-être pas affirmé cela dix-huit mois auparavant. L’analyse de Nicolet correspond bien au pic de la lutte contre les congrégations mais, très vite, la recherche d’une République – et d’une laïcité – absolue(s), l’inflation des mesures proposées, glissant de l’anticléricalisme à l’antireligion, suscitent des résistances et le combisme, que l’on peut à présent définir comme une alliance équivoque entre les deux types de religions civiles74, ne résistera pas à l’affaire des fiches – alors même que, significativement, ce fichage parallèle des officiers avait été mis en place sous Waldeck-Rousseau.

  • 75 Et que l’on retrouve chez beaucoup d’autres auteurs actuels, c’est pourquoi cela valait la peine d’ (...)
  • 76 On pourrait analyser une tension analogue dans des écrits d’intellectuels : A. France, C. Bouglé… e (...)

64Pour comprendre ce qui advient à ce « moment » historique, il faut substituer, à « l’idée républicaine » substantialiste de Nicolet75, l’idée d’une tension entre une conception sacrale et une conception profane de la République, tension que l’on peut retrouver chez le même individu. Un Buisson, un Clemenceau76 adhèrent à une conception républicaine (plus ou moins) sacralisée face à la « Congrégation » (essentialisée) ; en revanche, nous le verrons, ils affirment hautement la conception profane d’une République laïque « faillible* » contre l’instauration du monopole de l’État enseignant ; au risque de recourir à deux types d’argumentaires presque contradictoires.

Un (presque) impensé anticlérical : la peur des femmes

65Une critique de la conception sacrale de la République est également effectuée par les exclues de la citoyenneté : des femmes pugnaces, telle Nelly Roussel le 24 ocotbre 1904, s’en prennent aux « idoles laïques* », qui prétendent « tuer, avec l’Église, tout ce qui s’est inspiré d’elle et a subi son influence dans la société civile » mais défendent pourtant mordicus, « dans la Famille et dans l’État, les lois et les mœurs hoministes* ! » (cf. Rieu 2015 : 161). Nicolet oublie dans son analyse un « détail » : la moitié de la France, les femmes, qui, même quand elles sont militantes de « l’idée républicaine », ne disposent nullement des droits (civils et politiques) que celle-ci prétend assurer.

  • 77 Cette « ambivalence » est soulignée par Fl. Rochefort (2007). Certains républicains de gauche (de B (...)
  • 78 Le Radical, 22 janvier 1906, cf. Rieu 2015 : 158.

66L’« emprunt au sacré » relevé par l’historien évite à une majorité de républicains d’effectuer une analyse rationnelle, de faire preuve de réflexivité. L’invocation d’un « péril clérical » permet de disqualifier les femmes en général, les religieuses en particulier. Elle est significative de « l’ambivalence » des rapports de genre dans l’optique « républicaine »77. En 1906, Hubertine Auclert remarque que les femmes, qui étaient des « parias catholiques* », sont devenues des « parias laïques* »78.

  • 79 Notamment avec les 46 500 troquets – aussi nombreux que les églises ! –, lieux qui sont typiquement (...)
  • 80 Cf. Nourrisson 1904 : 177 et 264. Une seule obédience maçonnique, le Droit humain, est mixte. Par a (...)

67La militance anticléricale est liée à une sociabilité masculine79. Ainsi, constatant que « l’élément féminin […] fait actuellement la force de l’Église », le convent du Grand Orient de 1902 se pose la question de l’admission des femmes en son sein. L’année suivante la réponse est négative : « l’état mental de la femme ne permet pas encore de lui ouvrir toutes grandes les portes de notre institution80 ». On sait que cet « encore » va durer très longtemps. Ce n’est qu’en 2010, grâce à une transgenre, Olivia Chaumont, que le Grand Orient de France accepte une femme comme membre de l’obédience (cf. Chaumont 2013).

  • 81 Poursuivie en justice, elle sera acquittée.

68Le centenaire du Code civil napoléonien est célébré à la Sorbonne, le 29 octobre 1904, en présence du président de la République. La cérémonie est interrompue par une dirigeante du groupe La Solidarité des femmes, Caroline Kauffmann, qui s’écrie : « À bas le Code Napoléon ! Il déshonore la République. Il écrase les femmes ! » Elle est expulsée, par la police, « de manière maladroite et brutale car [il s’agit d’]une malheureuse sexagénaire » (L’Humanité, 30 octobre). Cependant « la séance [reprend ensuite] son calme et sa sérénité » (Le Siècle, même jour), pendant que la militante passe la journée au poste81.

  • 82 Avec d’autres féministes : N. Roussel, O. Laguerre, G. Petit…
  • 83 Mais les badauds ahuris ne suivent pas les manifestantes quand elles leur proposent de chanter sur (...)

69Au même moment, un meeting se déroule avec Marguerite Durand, directrice du journal La Fronde82. La réunion est suivie d’une manifestation sur les Grands Boulevards. Des pancartes proclament : « Nous demandons que les époux soient des associés égaux. Nous réclamons l’électorat et l’éligibilité des femmes […]. Nous protestons contre la contradiction des hommes qui, après avoir rejeté l’Empire, glorifient sa législation despotique. » Ce meeting « héroï-comique », selon le titre de l’article de L’Aurore du 30 octobre qui en rend compte, aboutit, place Vendôme, à la tentative de brûler un exemplaire du Code. La police intervient. « Pour se consoler », poursuit le journaliste de L’Aurore, les femmes mettent en pièces le volume honni ; quelques hommes aussi sont présents et, ainsi, sont « rapprochés les sexes dans la fraternité, sinon l’égalité. Bonne journée […] pour la République » (ibid.)83.

  • 84 Qui se borne à indiquer qu’un groupe de femmes a tenté de brûler le Code, « les agents arrivèrent a (...)
  • 85 L’article est signé « Un Parisien ». Le Temps du 1er novembre 1904 admet que les droits des femmes (...)

70Malgré son ton ambigu, L’Aurore donne une information précise, au contraire de L’Humanité84. Le Matin du même jour, en revanche, prend nettement position : « Les hommes ont fabriqué un code qui leur confère tous les droits et n’en laisse que fort peu aux femmes. » De plus, celles-ci doivent « acheter » leur homme : « Pas de dot, pas de mari. » En fait, « l’homme est un grand lâche » et Mme Durand « dans le vrai. À bas le code civil »85. Néanmoins, les jours suivants, le quotidien passe à d’autres sujets.

71Aucun éditorialiste ne propose une réflexion susceptible de créer un débat ; le ton dominant est donné par une caricature de L’Assiette au beurre : le dessinateur veut croquer les féministes qui tentent de brûler le Code. Aux pancartes « À bas le Code ! », il en a ajouté d’autres, imaginaires : « À bas les hommes ! », « Plus d’hommes ! », et « il a représenté un groupe d’“horribles mégères” hurlant autour d’un feu » (Bard 1999 : 25). Quand on veut noyer son chien…

  • 86 La Ligue de l’enseignement le comprendra et elle fondera, avec un certain retard, une « Société des (...)

72Contre l’idée anticléricale de « la femme, esprit faible », Theodore Zeldin (2003, V : 327 sqq.) estime que la religiosité féminine constitue, au xixe siècle, « un des moyens les plus importants par lequel les femmes ont commencé de se libérer de la domination des hommes ». Certes, précise cet historien des « passions françaises », l’Église catholique « se vouait à la famille patriarcale », mais elle « offrait en fait [aux femmes] un havre où […] on leur donnait l’occasion de mener une vie indépendante […], en organisant […] des œuvres de bienfaisances ou des sociétés exclusivement féminines86 ». D’ailleurs, des « femmes perspicaces […] disaient que les épouses allaient à confesse parce que leur mari était incapable de les comprendre ; le mari rendait son épouse responsable de la frigidité qu’elle manifestait sans voir que c’était lui qui en était la cause ».

  • 87 Cf. Langlois 1984. Plus de la moitié des femmes décorées de la Légion d’honneur de 1852 à 1901 sont (...)
  • 88 La lutte anticongréganiste épargne les sœurs soignantes. Le remplacement des sœurs hospitalières op (...)

73Si les religieuses sont aussi nombreuses au xixe siècle, c’est en bonne part parce que le meilleur moyen pour une femme d’accéder à des responsabilités professionnelles et sociales consiste alors à « entrer en religion87 ». Outre les soins qu’elles dispensent88, les sœurs répondent à la demande d’alphabétisation féminine, très imparfaitement prise en charge par l’État. Dès 1880, les républicains se préoccupent de l’instruction des filles dans la perspective de concurrencer les congrégations : « la » femme constitue davantage un enjeu qu’un sujet. La formule de Ferry qui veut que « la femme appartienne à la Science » pour ne plus appartenir « à l’Église » en constitue un indice frappant. En 1903, il est toujours question de former « une génération de jeunes filles » à qui on implante « dans le cerveau […] l’esprit moderne, l’esprit scientifique » (Le Radical, 29 octobre 1903).

74Cette croyance en une rationalité masculine supérieure permet d’ignorer que les religieuses sont loin d’être toutes des « ennemies » de la société moderne. Quand Pierre Larousse édite L’École normale, publication novatrice sur un plan pédagogique, celle-ci est surtout diffusée par des religieuses enseignantes (cf. Baubérot 1997 : 36 sqq.). Et, dès la fin du xixe siècle, la possibilité de devenir une institutrice laïque amorce une diminution du recrutement de ces dernières.

  • 89 Des anticléricaux estiment qu’il faut en finir avec « l’idéal de ceux qui attribuent le corps [de l (...)
  • 90 De même, dans le catholicisme, la figure de Marie se joint à un sacerdoce uniquement masculin.

75Une politique favorable aux femmes constituait donc une autre voie possible que celle d’expulser des sœurs de leurs couvents. Cependant, le stéréotype de « la femme soumise » au cléricalisme89 alimentait la peur des femmes. Ainsi, la gauche avait gagné les élections de 1902 mais, prétendait-on, le faible écart de voix au premier tour montrait le risque de résultats inversés si les femmes avaient voté (cf. Combes 2013 : 81). Telle la Déclaration des droits sacralisée, « la » femme, quand elle était désirée, objet d’agrément, se trouvait mise sur un piédestal, voire considérée comme une « déesse », mais l’égalité des droits civils et politiques lui était refusée90.

La lutte anticongréganiste face à l’exploitation des enfants et aux « sécularisés fictifs »

  • 91 Thème typiquement anticlérical : l’allusion érotique s’ajoute à la dénonciation de la maltraitance.

76Dans d’autres cas, la lutte contre les congrégations, même avec de sérieuses justifications, pratique également l’usage de deux poids, deux mesures. Ainsi, Le Matin du 1er novembre 1904 dénonce un orphelinat d’Aix-en-Provence, dirigé par des sœurs, où des fillettes sont transformées en « machines à produire » qui, « courbées sur le labeur », confectionnent « sans répit ni repos » de la « lingerie fine » pour différentes « courtisanes » des capitales européennes91. Las, les lecteurs signalent « de tous côtés » que les congréganistes sont loin d’être les seuls à exploiter les enfants.

77Le Matin se trouve alors obligé de s’en prendre également aux « orphelinats industriels », où orphelins et enfants pauvres se trouvent « soumis à une discipline sévère, astreints au labeur par tous les moyens […], nourris à peu de frais » pour obtenir « le maximum de gains ». Conclusion : « ce sont les lois actuelles […] qu’il faut modifier pour mettre enfin un terme à l’odieuse exploitation de l’enfance » (29 novembre 1904). Le combat anticlérical devait être le prélude des réformes sociales (ne serait-ce qu’en récupérant le « milliard des congrégations »). Le temps passant, certains se demandent si cette lutte n’est pas un alibi pour ne pas les réaliser. Cela pèsera dans la recherche d’une séparation libérale.

78Certains s’inquiètent de l’écart grandissant entre la politique religieuse et les principes dont elle se réclame. Père de la loi de 1886 laïcisant le personnel de l’école laïque tout en maintenant la liberté de l’enseignement, René Goblet s’interroge : « Est-il possible que la République en soit venue là, que ce régime fondé sur la liberté […] sacrifie aujourd’hui une de ses libertés principales ? » (Revue politique et parlementaire, 10 juillet 1904). Directeur de la Revue historique, dreyfusard dès l’automne 1897, Gabriel Monod estime que « la liberté de l’erreur [est] l’essence même de la liberté ». Il s’interroge : « Sommes-nous condamnés à vivre […] ballottés entre deux intolérances, et le cri de “Vive la liberté !” ne sera-t-il jamais que le cri des opposants persécutés au lieu d’être la devise des majorités triomphantes ? » (Le Temps, 1er août 1902). Un autre dreyfusard, Charles Péguy, combat vivement le combisme et ses soutiens, Jaurès et Buisson.

  • 92 F. Buisson expose sa position in Le Temps (17 septembre 1902).
  • 93 Nous la retrouverons lors de l’élaboration de la loi de 1905 (cf. le tome II).

79Ce dernier estime que, comme pour la médecine, l’État doit fixer les conditions préalables au droit d’enseigner. Il ajoute une distinction, loin de faire l’unanimité, entre « la congrégation » à combattre et « le congréganiste », auquel toute liberté doit être laissée92. Si cette forte différenciation entre le collectif et l’individuel est une constante chez Buisson93, elle ne semble pas facile à appliquer. Ainsi, la loi du 4 décembre 1902 s’en prend « directement aux congréganistes à titre individuel » (Boyer 2005 : 53), non à cause d’une incompétence (comme le suggère la comparaison avec la médecine), mais parce qu’ils appartiennent à une congrégation.

  • 94 Ce qui, étant donné le statut de la femme mariée à l’époque…

80Pour pouvoir toujours enseigner, les congréganistes doivent se « séculariser », c’est-à-dire abandonner leurs habits religieux et leur vie communautaire. Une partie d’entre eux part en « exil » (dès 1900-1901) tandis qu’une autre se sécularise, avec l’assentiment des évêques. L’Humanité décrit, avec ravissement, le « spectacle » donné par des sœurs sécularisées : dans une « petite ville de l’Ouest », elles participent joyeusement à une fête en enfourchant des « chevaux de bois », se montrant « jeunes amazones, vives et enjouées ». Et le médecin de la localité de dire : « Maintenant, il n’y a plus qu’à les marier94 » (3 août 1904).

81D’autres « sécularisées » espèrent qu’il s’agit d’un orage temporaire, qu’elles subissent avec une « souffrance profonde, presque physique ». Sans son habit spécifique qui lui donne une « identité forte », la religieuse a, parfois, « l’impression d’être nue ». Cependant, d’ex-sœurs trouvent « humour et plaisir » à entretenir l’esprit communautaire interdit, grâce au… service postal. Dispersées, elles inventent un langage codé pour se transmettre des informations. Elles sont « fières de leurs ruses, […] de leur habileté à tromper les bureaucrates d’un gouvernement illégitime à leurs yeux » (Stone 2002 : 276 sqq.).

82Les sécularisations forcées ne résolvent rien. Dès le gouvernement Waldeck-Rousseau, l’administration veut prévenir des « sécularisations fictives » : une circulaire du garde des Sceaux demande aux sécularisés des « indices de leur changement d’orientation (contrat de travail, libre disposition du salaire, cohabitation avec des gens mariés, voyages, séjours dans la famille, fréquentation des cafés et des théâtres) » (Sorrel 2003 : 153). Si des congréganistes se marient, la plupart restent fidèles à leur vœu de chasteté. Quant à la pauvreté, la dispersion des congréganistes fait qu’ils et elles la subissent plus rudement qu’auparavant. Les controverses se multiplient : par exemple, la bague d’une sécularisée rappellerait l’alliance qu’elle portait en signe de son « mariage mystique » avec le Christ.

Du « purgatoire de laïcisation » au projet d’une école laïque obligatoire

  • 95 Expression de G. Hubbard citée par Le Rappel, 24 juin 1903.
  • 96 N’était-il pas, lui-même, un ancien séminariste ? La droite ne manquait pas de le rappeler en préte (...)

83Faute de pouvoir établir des critères sélectionnant les « sécularisés sincères », la Chambre vote par 316 voix contre 270, le 23 juin 1903, l’instauration d’un « purgatoire de laïcisation95 » : l’interdiction à tout.e sécularisé.e d’enseigner dans sa commune et les communes limitrophes pendant trois ans. Le Sénat enterre la mesure, qui correspond pourtant à une circulaire de Waldeck-Rousseau aux préfets. Combes lui-même estime délicat qu’après avoir dit à un congréganiste « défroque-toi », on le frappe comme défroqué96. Certains blocards le trouvent alors trop accommodant : « Il ne suffit pas d’abolir l’esclavage* congréganiste, il faut empêcher l’esclave affranchi de retomber en esclavage » (R. Viviani, L’Action, 17 juin 1903).

84Deux ans auparavant, le député catholique Denys Cochin a prévenu Waldeck-Rousseau : « Quand vous aurez dissous les congrégations, est-ce que vous rechercherez après cela les individus qui en auront fait partie pour les priver du droit personnel d’enseigner ? […] Quand même il n’y aurait plus de jésuites, de dominicains, de maristes, est-ce vous croyez […] qu’ils ne trouveront pas des hommes qui continueront d’enseigner leurs doctrines ? » (cf. Lecanuet 1930 : 273 sqq.).

  • 97 Le stéréotype de « l’école gratuite, laïque et obligatoire », complaisamment répété, est totalement (...)
  • 98 En avril 1903, le congrès de Bordeaux du PSF s’était déjà prononcé en faveur du monopole.
  • 99 Cf. les diverses interventions in extenso in PRRRS 1903 : 137-199. Sur ces débats, cf. Berstein 198 (...)

85C’est ce que constatent les radicaux, lors des fermetures opérées par Combes. Au congrès de Marseille, en octobre 1903, ils réclament que « soit mis fin […] à la comédie des soi-disant sécularisations » et instaurée une école laïque obligatoire97 par la création du « monopole intégral* » de l’État sur l’enseignement98. Sénateur et professeur en Sorbonne, Eugène Lintilhac, rapporteur de la Commission, affirme : « L’État démocratique ne peut et ne doit concéder à [quiconque] la possibilité d’élever les futurs citoyens contre la cité. […] En matière d’enseignement, il faut être jacobin, c’est-à-dire autoritaire », pratiquer « le culte de la raison raisonnante », enseigner à l’élève le « credo […] de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen »99. Buisson « fait le procès du jacobinisme », combat le monopole et « toutes les mesures arbitraires et violentes » (L’Aurore, 14 octobre). Lintilhac réplique : « Vous êtes aujourd’hui en présence de deux France : l’une religieuse, l’autre libre-penseuse. Cet antagonisme disparaîtra si vous créez le régime laïque de l’enseignement. » C’est reprendre, en la… radicalisant, la perspective des « deux jeunesses » de Waldeck-Rousseau.

  • 100 La précision faite est un exemple du lieu commun : la physiologie est au fondement de la politique (...)
  • 101 Le Rappel prend position, à ce moment-là, pour Lintilhac et le monopole. Le seul point en débat a é (...)
  • 102 Établissement d’excellence, non confessionnel, fondé par des protestants alsacien venus à Paris apr (...)

86Quand arrive le moment de déterminer l’ordre du jour mis aux voix en premier (donc adopté !), « l’assistance devient houleuse » (Le Radical, 12 octobre 1903). Certains veulent réserver le cas de l’enseignement supérieur. D’autres se demandent comment sera appliqué le monopole en cas de victoire de la « réaction ». Mais, le leader des radicaux du Nord et professeur à la faculté de médecine, « le citoyen Debierre, […] avec l’autorité professionnelle si utile dans un pareil débat100 », épouse la cause du monopole intégral, voté avec une « énorme majorité » (Le Rappel, 12 octobre 1903)101. Le Temps du même jour constate que cela implique la suppression d’écoles laïques libres, comme l’École alsacienne102. Ce quotidien relativise car, dans « les assemblées de ce genre », « la proposition la plus radicale » l’emporte toujours. Il reconnaît, cependant, que les thèses de Lintilhac « répondent à un courant d’opinion ». Nous y reviendrons.

  • 103 Moyen de la renvoyer sine die selon certains laïques, manière de procéder par étape jusqu’à la « pe (...)

87Si Combes symbolise, dans la mémoire collective, l’anticléricalisme le plus virulent, cela ne correspond pas à la réalité empirique. En fait, le président du Conseil suit une ligne médiane entre les tendances diverses de son ministère et de sa majorité. Il ne défend pas le monopole, même dans une version souple proposée par la Commission sénatoriale sur l’abrogation de la « loi Falloux », et il renvoie la demande insistante d’interdire l’enseignement aux prêtres séculiers (et autres ministres des cultes) au lendemain de la Séparation103.

  • 104 Texte intégral de la loi in Combes 1905 : 531-534.

88La loi du 7 juillet 1904 interdit « l’enseignement de tout ordre aux congrégations ». Vu les difficultés à accueillir leurs élèves, un délai de fermeture, pouvant aller jusqu’à dix ans, est prévu. Les congrégations seront dissoutes avec la fermeture de leur dernier établissement. Ce dispositif n’est toutefois pas applicable aux colonies et à l’étranger, où les missions constituent un élément important de la présence française, ni dans le secteur hospitalier, que l’État n’est pas prêt à prendre en charge104.

  • 105 Comment s’assurer que les personnes ainsi formées quitteront toutes l’Hexagone ?

89Buisson se montre insatisfait : la loi maintient les noviciats chargés de recruter les futurs maîtres d’écoles congréganistes des colonies et des pays où, par le Protectorat, la France a la mission de défendre les minorités catholiques (Empire ottoman, Extrême-Orient). Tant que ces noviciats subsistent, la fin des congrégations enseignantes ne semble pas assurée105. Mais si la République française laïque prétend « libérer » ses citoyens de toute emprise « cléricale », l’Empire français s’allie volontiers aux congrégations honnies pour assurer sa domination sur ses « sujets » coloniaux et maintenir son influence internationale.

L’État républicain et la garantie des libertés réciproques

  • 106 Exemple : P. Cabanel (2016 : 334), un des historiens qui critiquent le plus la politique anticongré (...)

90L’étude de la lutte anticongréganiste permet de percevoir qu’en interaction, tendanciellement, « les congrégations [étaient] contre la République », comme l’ont ressenti la plupart des républicains, et « la République [était] contre les congrégations », comme le proclamaient des catholiques (mais, aussi, comme l’analysent de façon plus nuancée106 des historiens aujourd’hui). Chaque camp a eu de bonnes raisons de se sentir menacé dans sa « liberté ». Les congrégations étaient loin d’être inoffensives et les critiques à leur encontre ne peuvent être balayées d’un revers de main. Néanmoins, les républicains s’engageaient dans un engrenage sans fin. Car le problème est moins la « liberté » elle-même (chacun l’invoque, s’en réclame), que de déterminer ses limites « légitimes ». Selon l’article 4 de la Déclaration de 1789 : « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. » L’exercice des droits de chacun a comme « borne » ce qui assure aux autres la « jouissance de ces mêmes droits ».

  • 107 Tel le médecin breton déjà cité qui veut marier les bonnes sœurs sécularisées.

91On se trouve, là, au cœur de la tension démocratique. Tout individu, centre de son monde, tend à considérer que sa liberté ne nuit nullement à autrui mais, en revanche, que la liberté de l’autre le menace. Il faut donc qu’une instance, tel l’État, garantisse la réciprocité de la liberté, celle de ceux qui se veulent des « esprits libres », comme celle de ceux qui veulent « librement se soumettre ». Et il est facile à ces derniers de se persuader que ceux qui se proclament « émancipés » sont, en fait, imprégnés de préjugés, de stéréotypes, et de leurs propres évidences107, comme il est facile aux premiers de croire que ceux qui se soumettent ne le font pas en pleine liberté, et se révèlent beaucoup plus soumis – « esclaves » – que libres.

  • 108 Et aussi, depuis les débuts de la Troisième République, du « dogme de l’infaillibilité pontificale  (...)
  • 109 Cf. l’intégralité du discours in Dupont 1989 : 148-157.

92Chacun veut chercher librement la vérité, sa vérité. Mais, dès la discussion de l’article 10 de la Déclaration des droits, un représentant du tiers état, Rabaut Saint-Étienne, avait prévenu : « le hasard souvent et l’éducation » conduisent l’être humain à penser d’une certaine manière et, « dans ce partage d’erreurs et de vérités que les hommes se transmettent ou se disputent, quel est celui qui oserait affirmer que la vérité est constamment chez lui, et l’erreur constamment chez les autres ? » Tendanciellement, les ressentis de l’affaire Dreyfus108 et du combat contre les congrégations incitent chaque camp à « oser affirmer » qu’il est totalement dans la vérité et l’autre complètement dans l’erreur. On peut, alors, continuer à citer le discours de Rabaut : « L’erreur n’est point un crime : celui qui la professe la prend pour la vérité ; elle est la vérité pour lui ; il est obligé de la professer, et nul homme, nulle société n’a le droit de le lui défendre109. »

93Bien sûr les députés d’opposition qui voulaient constitutionnaliser la Déclaration de 1789 en espéraient la défense de leurs droits propres, donc d’une liberté menaçante pour leurs adversaires : ils « l’instrumentalisaient » dans un but politique. Cependant, le camp républicain « instrumentalisait » également cette Déclaration à son profit, en opposant un refus qui le rendait maître de l’interprétation à donner au principe de liberté. Se voulant à la fois la partie et le tout, les républicains se révélaient incapables de construire un lien social pacifié. L’engrenage des mesures prises, et de celles qui étaient réclamées, enclenchait un mécanisme où le conflit entre deux France devenait progressivement une véritable guerre civile. Déjà, certains congréganistes prenaient le maquis. L’inflation des propositions durcissant la laïcité scolaire transformait la cause congréganiste, au départ peu populaire, en résistance contre ce qui ressemblait à une oppression politico-religieuse. Une aile de la libre-pensée voulait lier l’appareil d’État à sa cause. Dans ce contexte de surenchères, la nécessité de parvenir rapidement à la Séparation s’imposa peu à peu dans le camp républicain, suscitant de vives appréhensions chez les catholiques, et également chez les protestants et les juifs, qui se méfiaient pourtant de l’emprise du catholicisme.

Notes

1 Beaucoup d’anticléricaux (dont Buisson) se réfèrent à la Révolution, au-delà même de la loi de 1901.

2 Il dépose, immédiatement après la promulgation de la loi, une proposition tendant à la modifier !

3 Pour reprendre le titre des ouvrages d’É. Combes de 1904 et 1905.

4 Ce terme de « persécution », récurrent chez des catholiques depuis les lois laïques des années 1880, tend à être de plus en plus utilisé lors de la politique anticongréganiste… et des propositions de loi sur la Séparation.

5 Cf. notamment les contributions aux actes de deux colloques, l’un sous la direction de J. Lalouette & J.-P. Machelon (2002), l’autre sous celle de P. Cabanel & J.-D. Durand (2005).

6 Titre de l’étude de Chr. Sorrel (2003). Cependant, dans leur étude sur les Jésuites, D. Avon et Ph. Rocher (2001 : 82) mettent comme titre d’un sous-chapitre : « La Compagnie contre la République ».

7 Cf. Académie des sciences morales et politiques (Y. Bruley) 2005.

8 Ce qui ne signifie pas que cette idée n’existe plus dans l’imaginaire social.

9 Ainsi, j’ai veillé à ce que Combes ne devienne pas le « réprouvé » du centenaire : cf. Baubérot 2005.

10 In Coutel & Dubois 2016 : 32, 72, 75.

11 Le comte d’Haussonville écrit, dans Le Soleil du 10 février 1891 : l’« obligation morale de devenir républicain […] nous contraindra de nous réfugier dans cette réponse [qui est] la protestation suprême de l’honneur et de la conscience : non possumus, nous ne pouvons pas » (cité par El Gammal 2018 : 200). On trouvera des accents semblables en 1926-1927 lors de la mise à l’index de L’Action française.

12 Maison d’édition catholique qui publiait La Croix, les Croix de diverses provinces (cf. Rochefort-Turquin 1988), Le Pèlerin

13 Cf. Baubérot & Zuber 2000 : 52 sqq. J. Mather (1972) montre que La Croix cesse ses attaques globales contre « la République comme “Église” de la nouvelle religion satanique » pour se concentrer sur la dénonciation des minorités, et en particulier des juifs, thème déjà présent auparavant.

14 Cf. Joly 1992 ; Grévy 2005 : 140 sqq.

15 La Ligue pour la liberté de l’enseignement, du côté catholique, favorisera la transformation de beaucoup d’écoles congréganistes en écoles libres.

16 Situation de la FGSPF en 1914, qui ne regroupe pas tous les patronages catholiques, loin s’en faut.

17 Cette question se réglait auparavant dans le secret du confessionnal.

18 Mais des variations entre un penchant modéré et un penchant plus à gauche du « parti républicain » (désignation qui perdure même après la création de partis politiques).

19 Non plus que la franc-maçonnerie pour qui, au contraire, ce fut un « rendez-vous raté » ; cf. Boeglin 2009.

20 Ce que met en lumière V. Duclert (2010 : 151 sqq.).

21 « Jaurès n’a rien d’un dreyfusard précoce » et quand, le 7 juin 1898, « il fait son entrée entière et passionnée dans le combat [dreyfusard], il met en cause les préjugés qu’il a eus lui-même envers les juifs », car Dreyfus est un exemple « “de l’humaine souffrance […]. Il est le témoin vivant du mensonge militaire, de la lâcheté politique, des crimes de l’autorité” » (Candar 2009 : 390).

22 Simple rappel : le débat est vif entre socialistes pour savoir s’il faut s’intéresser essentiellement aux conséquences politiques et sociales de l’Affaire, ou s’engager à défendre un individu « bourgeois » (diversion, pour certains, de la lutte des classes).

23 Ainsi, F. Buisson, après des interventions discrètes, se déclare publiquement dreyfusard le 3 août 1898. Pour P. Cabanel (2016 : 305), il s’agit d’un « retard […] presque embarrassant ». Mais l’historien montre que des organes de presse abreuvent d’injures le « sans patrie Buisson », dont les cours en Sorbonne font l’objet de manifestations hostiles (ibid. : 313 sqq.). Un engagement très attaqué à l’époque paraît, aujourd’hui, tardif.

24 Ordre du jour adopté par 406 voix contre 10 (cf. le JO du 24 décembre 1898, cité par Kauffmann 2008 : 390). Il s’agit alors de condamner les violences récurrentes contre les juifs algériens.

25 Cf. Dumont 2012 : 183 sqq.

26 Ancien ministre, cet avocat d’affaires est resté « étranger à l’Affaire » Dreyfus, tout en étant hostile à l’antisémitisme (Sorlin 1966 : 392). J. Grévy (2009 : 192) note, cependant, qu’il a agi fin 1898 pour « empêcher la justice militaire de condamner Picquart ».

27 Malgré le fort engagement de figures comme Jaurès, Pressensé…

28 Ce qui ne signifie nullement sous-estimer l’antisémitisme catholique propagé notamment par La Croix et les Croix de province. Un « catholique dreyfusard », L. Chaine, juriste et écrivain, affirme à propos de l’Affaire : « Jamais […] une partie aussi importante du clergé français ne fut à un tel point imbue et comme saturée d’antisémitisme. Jamais, par conséquent, cette doctrine de superstition […] ne fut plus préjudiciable par les animosités qu’elle lui suscite en retour, à l’influence et à la divine autorité de l’Église » (Chaine 1904 : 47).

29 Plusieurs sont retracés dans G. Manceron & E. Naquet (2009).

30 Cf. Vandier 2003 et Bancquart 2009.

31 Cf. Martin 2009.

32 Dont des « radicaux antisémites », vilipendés par Jaurès, forment une composante.

33 Un laïc, P. Feron-Vrau, « riche industriel du Nord », en devient le directeur (Rémond & Poulat 1988 : 107).

34 Cependant, dans son célèbre discours de Toulouse du 28 octobre 1900, P. Waldeck-Rousseau assume l’opposition frontale qu’effectuera la loi : celle-ci sera, avec la liberté d’association, « le point de départ de la plus grande et de la plus libre évolution sociale » et, avec les mesures anticongréganistes, elle assurera la « garantie indispensable des prérogatives les plus nécessaires de la société moderne » (Waldeck-Rousseau 1901 : 39).

35 É. Combes partage avec Briand la caractéristique, rare pour un homme politique marquant de la Troisième République, d’être issu d’un milieu populaire. Sur leurs affinités, malgré leurs fortes dissemblances, cf. le tome II.

36 R. Viviani, L’Humanité, 8 septembre 1904.

37 Ce républicain modéré a été élu contre un candidat royaliste.

38 Interdite dans le système Concordat – articles organiques.

39 Cf. Sorlin 1966.

40 La différence de « condition sociale » constitue un facteur majeur de socialisation distincte : les enfants de la bourgeoisie qui ne vont pas dans les écoles privées fréquentent les « petites classes » – payantes – des lycées et non l’école primaire publique. Par ailleurs, des motions du Grand Orient s’élèvent contre des francs-maçons qui mettent leurs enfants dans les écoles congréganistes.

41 Alors que Waldeck oppose, de façon récurrente, le clergé séculier qui ne poserait pas de problème à la République – il est sous contrôle – et les réguliers, qui menacent « jusqu’aux dépositaires de l’Église qui n’acceptent pas leur vassalité » (Waldeck-Rousseau 1901 : 40), Combes englobe parfois l’ensemble du clergé dans la même suspicion : « Ce n’est pas à la religion que nous nous attaquons, c’est à ses ministres qui veulent en faire un instrument de domination » (inauguration du monument de Renan le 13 septembre 1903, cf. Combes 1904 : 354).

42 Sorrel 2003 : 103 (résumant ces arguments).

43 Longtemps le choix du futur métier d’enfants de cet âge par les parents avait été considéré comme la norme. Cet état d’esprit commençait à changer.

44 L’ensemble de l’article est reproduit in Jaurès 2016 : 198-202.

45 Clemenceau 1903 : 18 (discours du 20 octobre 1902 au Sénat).

46 Ibid. : 27.

47 L’Aurore, 8 octobre 1904 : Clemenceau se trouvait aux États-Unis à la fin de la guerre de la Sécession et affirme avoir rencontré de « charmantes gens […] anciens propriétaires d’esclaves » qui traitaient Lincoln « d’ennemi de la liberté ».

48 La Foi et la Vie, 1901 : 73, citée par Encrevé 2002 : 92.

49 La Vie nouvelle, 8 août 1902, citée par Encrevé 2002 : 93.

50 Monsieur Bergeret à Paris, cité par Guiral & Thuillier 1980 : 58.

51 Sur son attitude face à la Séparation, cf. Cabanel 2005a.

52 Cet ouvrage connut un succès international et son auteur publia plusieurs éditions remaniées, jusqu’à l’« édition définitive » de 1931 (il était mort en 1928).

53 On le constate : sur bien des points P. Sabatier semble partager les idées dominantes d’alors. Sauf à sombrer dans ce que l’on appelle la « folie », personne ne peut vivre en dehors de tous les lieux communs de son temps. En outre, ses propos peuvent avoir une portée stratégique : il faut faire preuve de connivence avec ses lecteurs pour pouvoir espérer les faire changer d’avis sur le sujet en débat.

54 Les veillées, tenues dans la maison de « l’ancien » du village, constituaient une forme de démocratie villageoise, où les hommes palabraient, les femmes tricotaient et les enfants jouaient. À la fin de la soirée, l’ancien énonçait le résultat des discussions. Les femmes ne parlaient pas ; rentrées au logis, certaines demandaient des comptes à leurs maris.

55 Pour P. Sabatier, la « philosophie de l’évolution » réconcilie l’attitude morale et l’intérêt bien compris dans le long terme, pour faire « de nous [républicains] les collaborateurs d’une œuvre infinie ».

56 Mais il en trouve au centre : ainsi F. Raiberti lors de la séance du 3 mars 1904 (contre Jaurès).

57 Cf. la notion de « République absolue » caractérisée notamment par la suprématie totale du Parlement, la liberté illimitée des élus et le refus de toute alternance (Rudelle 1986).

58 Ch. Benoist écrivait déjà en 1900 : « Les Anglais, les Américains ont des droits ; nous n’avons, nous, que des déclarations de droits », dont celle de 1789, « non que la fiancée fût trop belle, mais […] le mariage [n’a] point été consommé » (Benoist 1900 : 52, 62).

59 L’ouvrage sur « l’idée républicaine » de ce spécialiste de l’Antiquité romaine, publié en 1982, est devenu un classique.

60 Inversement, pour Le Temps du 7 septembre 1904, « les nouveaux Jacobins […] voient la Révolution à travers le prisme bonapartiste [et] immolent toutes les traditions et tout l’honneur du parti républicain ».

61 Demande boomerang de l’extrême gauche : la Déclaration de 1789 sera affichée sur des portes… d’écoles congréganistes fermées.

62 Ils sont seuls juges de la conformité de leur politique à la Déclaration des droits, tout comme la hiérarchie catholique est seule habilitée à interpréter les dogmes.

63 Et aussi à Mme l’Institutrice ! Lettre citée intégralement in Gaillard (1989 : 459-466). Ferry refuse la perspective d’une religion civile républicaine (Ihl 1996 : 79, 83).

64 Précision que ne donne pas Nicolet, et pour cause : comment justifier, dans son optique, le fait que l’égalité des droits civils n’existe pas entre hommes et femmes ? Cf. ci-après la critique féministe des « idoles laïques* ».

65 La différence entre « homme » et « citoyen » peut-elle vraiment se fonder sur la Déclaration de 1789 ? Son article 11 indique : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus sacrés de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement […] » (je souligne).

66 Écrite le 18 août 1756 et publiée en 1759 (la présente citation se trouve p. 55).

67 Sur les rapports entre religion civile et laïcité, cf. Kintzler 2007 : 22, 31, 28 sqq. ; Baubérot & Milot 2011 : 66 sqq. ; Bouchet 2017.

68 Cas typique du combisme.

69 Cf. Bellah 1967 ; Bellah & Hammond 1980.

70 Cette affirmation fait débat au sein de la libre-pensée d’alors et l’échec du projet de loi d’É. Combes sur la séparation (dont Nicolet ne dit mot) est dû à un double refus de protestants et de libres-penseurs.

71 Il affirme : « son histoire est trop connue pour que je m’y attarde encore », sans aucun renvoi bibliographique dans un ouvrage qui en fourmille (Nicolet 1982 : 499, 181, 449).

72 Analogue à celle de J. Simon qui, contrairement à Ferry, voulait, en 1881-1882, inscrire dans la loi les « devoirs envers Dieu* », mais combative et non irénique.

73 La culture mémorielle et Cl. Nicolet n’ont retenu que le premier aspect.

74 Celle de Combes, spiritualiste et proche du type américain de religion civile, et celle de beaucoup de ses partisans (« ultracombistes »), nettement plus séculière. C’est d’ailleurs, en partie, pourquoi Combes enthousiasme et déçoit.

75 Et que l’on retrouve chez beaucoup d’autres auteurs actuels, c’est pourquoi cela valait la peine d’en faire une critique précise.

76 On pourrait analyser une tension analogue dans des écrits d’intellectuels : A. France, C. Bouglé… et Nicolet lui-même, lorsqu’il énonce qu’un « État […] anticlérical peut être dogmatique [… quand] il prétend diriger les esprits autrement que par la liberté elle-même » (Nicolet 1982 : 499-500).

77 Cette « ambivalence » est soulignée par Fl. Rochefort (2007). Certains républicains de gauche (de Buisson à Viviani) sont plus ou moins « féministes » – selon les critères de l’époque – sans donner la priorité à cette cause. Il n’en est pas de même de « l’homme des femmes », L. Richet, libre-penseur et franc-maçon dont l’engagement est sans réserve (cf. Jacquemart 2013 : 241 sqq.). L’antiféminisme ordinaire, cependant, domine nettement, tel cet article dans L’Humanité du 27 septembre 1904, qui se moque des femmes américaines qui se sont inscrites sur les listes électorales pour être « maîtresses des élections », ou cet autre du Rappel (14 novembre 1904), qui prétend que si les femmes devenaient « électeurs [sic] » il n’y aurait plus « à la Chambre que des curés ou des bellâtres ».

78 Le Radical, 22 janvier 1906, cf. Rieu 2015 : 158.

79 Notamment avec les 46 500 troquets – aussi nombreux que les églises ! –, lieux qui sont typiquement masculins.

80 Cf. Nourrisson 1904 : 177 et 264. Une seule obédience maçonnique, le Droit humain, est mixte. Par ailleurs, le congrès radical de Marseille (ibid. : 28 sqq.) constate que « l’Action libérale mobilise les femmes ». Il se moque de ces croyantes aux « miracles » qui font preuve de réalisme pour « réunir des fonds », mais n’en tire aucune conclusion pour sa propre gouverne.

81 Poursuivie en justice, elle sera acquittée.

82 Avec d’autres féministes : N. Roussel, O. Laguerre, G. Petit…

83 Mais les badauds ahuris ne suivent pas les manifestantes quand elles leur proposent de chanter sur l’air des lampions : « Conspuez le Code ! » (Klejman & Rochefort 1989 : 257).

84 Qui se borne à indiquer qu’un groupe de femmes a tenté de brûler le Code, « les agents arrivèrent avant que notre recueil de lois fût en feu », sans prendre parti (30 octobre 1904).

85 L’article est signé « Un Parisien ». Le Temps du 1er novembre 1904 admet que les droits des femmes sont « encore imparfaits et insuffisants » mais leur « situation morale » s’est améliorée, ce qui « prélude à d’autres conquêtes ». Lesquelles ? Comment y parvenir ? Rien n’est précisé. Le texte fleure bon les propos convenus.

86 La Ligue de l’enseignement le comprendra et elle fondera, avec un certain retard, une « Société des dames » en 1901.

87 Cf. Langlois 1984. Plus de la moitié des femmes décorées de la Légion d’honneur de 1852 à 1901 sont des religieuses. On ironise quand elles ne le sont pas : cette médaille récompense des actes de « bravoure » et non la mise en valeur de « poitrines agréables » (Le Matin, 1er janvier 1905).

88 La lutte anticongréganiste épargne les sœurs soignantes. Le remplacement des sœurs hospitalières oppose deux médecins anticléricaux : D. Bourneville veut laïciser l’hôpital, A. Després redoute sa « désorganisation ». Chacun utilise une argumentation très misogyne, le premier pour disqualifier les sœurs, le second pour dire du mal des infirmières laïques (cf. Guillaume 1990 : 82-88).

89 Des anticléricaux estiment qu’il faut en finir avec « l’idéal de ceux qui attribuent le corps [de la femme] à l’époux et la conscience [de celle-ci] au directeur spirituel » (le premier doit « posséder » les deux ; cf. Knibiehler & Fouquet 1983 : 167 sqq.).

90 De même, dans le catholicisme, la figure de Marie se joint à un sacerdoce uniquement masculin.

91 Thème typiquement anticlérical : l’allusion érotique s’ajoute à la dénonciation de la maltraitance.

92 F. Buisson expose sa position in Le Temps (17 septembre 1902).

93 Nous la retrouverons lors de l’élaboration de la loi de 1905 (cf. le tome II).

94 Ce qui, étant donné le statut de la femme mariée à l’époque…

95 Expression de G. Hubbard citée par Le Rappel, 24 juin 1903.

96 N’était-il pas, lui-même, un ancien séminariste ? La droite ne manquait pas de le rappeler en prétendant que le Petit Père ne savait faire que de la « théologie » et de la « casuistique », alors que les électeurs attendaient des réponses aux questions économiques et sociales.

97 Le stéréotype de « l’école gratuite, laïque et obligatoire », complaisamment répété, est totalement faux. En France l’instruction est obligatoire depuis 1882, mais l’école laïque ne l’a jamais été.

98 En avril 1903, le congrès de Bordeaux du PSF s’était déjà prononcé en faveur du monopole.

99 Cf. les diverses interventions in extenso in PRRRS 1903 : 137-199. Sur ces débats, cf. Berstein 1980 : 51 sqq. ; Tomei 2004 : 586 sqq. ; Prost 1968 : 216 sqq., etc. Il sera de nouveau question du monopole, enjeu décisif, dans le postlude.

100 La précision faite est un exemple du lieu commun : la physiologie est au fondement de la politique républicaine.

101 Le Rappel prend position, à ce moment-là, pour Lintilhac et le monopole. Le seul point en débat a été l’application du monopole à l’enseignement supérieur.

102 Établissement d’excellence, non confessionnel, fondé par des protestants alsacien venus à Paris après la guerre de 1870-1871.

103 Moyen de la renvoyer sine die selon certains laïques, manière de procéder par étape jusqu’à la « persécution » totale selon certains catholiques : peurs contradictoires.

104 Texte intégral de la loi in Combes 1905 : 531-534.

105 Comment s’assurer que les personnes ainsi formées quitteront toutes l’Hexagone ?

106 Exemple : P. Cabanel (2016 : 334), un des historiens qui critiquent le plus la politique anticongréganiste, insiste sur le recrutement précoce d’enfants de 10 à 15 ans dans les noviciats.

107 Tel le médecin breton déjà cité qui veut marier les bonnes sœurs sécularisées.

108 Et aussi, depuis les débuts de la Troisième République, du « dogme de l’infaillibilité pontificale », très souvent cité pendant toute cette période comme ayant complètement transformé le régime de la « vérité » dans l’Église catholique (cf., par exemple, H. Michel, Le Rappel, 26 mai 1903).

109 Cf. l’intégralité du discours in Dupont 1989 : 148-157.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search