Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

II. Jardins fleuris

12. Les jardinières et les spécialistes

Texte intégral

  • 1 L’expression est empruntée au Comité national interprofessionnel de l’horticulture, qui de 1977 à (...)

1Avec les jardins fleuris, les relations économiques et sociales concernent, non plus le voisinage, mais le réseau des « spécialistes », ensemble informel composé par l’« interprofession horticole1 », les entreprises de jardins, les médias spécialisés, ou encore les concours de fleurissement, qui se révèle être détenteur d’un pouvoir économique et d’un savoir légitime.

Prêt-à-planter, prêt à penser

  • 2 Ils sont d’ailleurs nettement inférieurs à la moyenne nationale qui avoisine les 2 300 francs par (...)

2Alors que le numéraire entrait faiblement en compte dans le fleurissement du jardin paysan, ici l’achat de plantes, plus ou moins important, intervient chaque année. Les résultats de l’enquête par questionnaire fournissent une estimation annuelle des dépenses qui varie entre 1 000 et 3 000 francs (152 et 457 euros). Si ces chiffres marquent l’existence d’un budget spécifique, il faudrait toutefois les rapporter à des situations comparables comme au détail des différents postes du budget (achat de fleurs, d’arbres et d’arbustes, de contenants, d’outils et mobilier divers, etc.). Marguerite B. estime aux environs de 1 500 francs (228 euros) sa dépense annuelle en plantes fleuries, mais évalue à plus de 15 000 francs (2 286 euros) les achats en pépinière depuis la création du jardin. Le poste essentiel du budget concerne les plantes à fleurs. Et si on effectue un rapide calcul à partir du coût des fleurs et de leur nombre dans le jardin, les chiffres donnés semblent largement sous-estimés2. « Il est préférable de ne pas compter » : en effet, les jardinières n’aiment pas comptabiliser ni « regarder à la dépense », car le plaisir des fleurs, antinomique d’un aspect économique, n’a « pas de prix ». Si l’échange entre voisins et amis se poursuit quelque peu, « celles qui aiment les fleurs » préfèrent choisir leurs plantes et posséder en quantité celles qui font le fleurissement d’été. Les fleurs d’été s’achètent donc, au marché encore – les agricultrices sont celles qui le fréquentent le plus –, et surtout dans les jardineries et grandes surfaces. Les chiffres au sujet de la consommation des produits de jardinage ou de la fréquentation des jardineries ont connu une croissance spectaculaire ces vingt dernières années ; les jardins fleuris de l’enquête s’inscrivent directement dans cette tendance nationale.

3En effet, bouturage et semis représentent une faible part relativement aux achats effectués auprès des commerces spécialisés. Au marché, à la jardinerie, à la coopérative agricole – concurrente récente des centres commerciaux spécialisés –, il n’est nul besoin de légitimer ou d’expliquer sa passion, et encore moins de nouer des relations complexes de dons et contre-dons. Par l’acte d’achat, s’établissent l’appartenance et l’identification de la jardinière au « monde des plantes ».

  • 3 Certaines pratiques jardinières reflètent cette pratique de la lecture (Bergues 1994). Les revues, (...)

4La plupart de ces jardinières lisent, au moins occasionnellement, des revues consacrées aux jardins. Habitude ancienne chez ceux des paysans qui sont familiers des livres3, la lecture de Rustica se poursuit avec le jardin fleuri (Simone R., Jacqueline F., Gisèle R.). D’après notre corpus, à l’exception de l’une d’entre elles, les agricultrices n’achètent pas d’autres revues de jardinage, ce qui n’est pas le cas pour les autres catégories socioprofessionnelles. Toutefois, la faiblesse de l’échantillon ne permet pas d’extrapoler.

5Les jardinières consultent volontiers les revues, elles aiment aussi écouter les émissions radiophoniques consacrées aux jardins. Michel Lis et Nicolas le jardinier en sont les stars, ici comme dans d’autres milieux (Dufour 1998 : 72 ; Weber 1998 : 154-161). Les médias contribuent donc à l’élaboration du savoir jardinier et à l’intériorisation des normes esthétiques.

J’ai récupéré cette revue, parce que quelque chose m’intéressait, pour la décoration, ou faire des boutures de quelque chose. C’est comme ça qu’on s’apprend. Ce numéro, je l’ai gardé. C’est beau : en contrebas, de grands arbres et plein d’impatiens, et cette pelouse verte, c’est super ! (Marguerite B.)

  • 4 M. G. dirige, rappelons-le, la plus importante des pépinières locales. Le terme de « paysagiste » (...)

6Le pépiniériste et « paysagiste4 » avec qui Marguerite B. est en relation est à coup sûr un spécialiste, détenteur du bon goût et d’un savoir-faire approprié. « C’est quand même autre chose quand on est du métier, ça fait tout de suite rocaille », prétend de son côté Jacqueline F. Ainsi, l’« interprofession horticole » participe-t-elle à la diffusion de motifs et modèles.

Les gens n’ont pas le goût. Comme me le dit M. G., c’est un travail que si on a le goût, on arrive toujours à faire quelque chose de bien mais si on a pas de goût… […] Au début, je ne connaissais pas les plantes, j’allais chez M. G. assez souvent et puis je regardais les livres aussi : « Tiens j’aimerais planter ceci, j’aimerais planter cela », reste à savoir si ça va aller ou pas pour la rocaille. (Marguerite B.)

  • 5 Christian Baudelot (1999 : 158-159), reprenant Bourdieu, distingue deux types de dispositions, ent (...)

7Avec l’emprunt d’un motif provenant d’un savoir spécialiste, il y a en quelque sorte passage du jardinage « populaire » au jardinage « savant5 », celui de l’horticulture et du paysagisme. Ce qui renvoie à d’autres pratiques, telle la consommation de l’œuvre d’art (Bourdieu 1979) ou la lecture (Baudelot et al. 1999). Mais, forte de ces influences légitimées, la jardinière produit une composition dont la part d’originalité est fonction du degré d’intériorisation des normes. « L’art de faire », pour reprendre l’expression de Michel de Certeau, tient en un dosage plus ou moins conscient entre influence des spécialistes et bricolage à partir de référents autres (enfance, relations de voisinage, médias, expérimentation, distinction, affirmation, etc.). Combinés différemment, il est malaisé d’en faire l’« archéologie ».

8Chez Marguerite B., un des rôles du « paysagiste » est de valider les créations de massifs, assurant à l’amatrice de fleurs le statut de jardinière, l’intégrant symboliquement, en quelque sorte, au monde horticole.

Il passe quelquefois, il est passé l’an dernier : « Madame B., je n’ai pas besoin de vous donner des conseils parce que vous savez bien maintenant ce qu’il faut faire. » Et il m’a dit : « Je le savais que vous auriez le premier prix parce que c’était bien trop joli. »

9Normes du concours des maisons fleuries ou conseils du paysagiste influent sur le bon goût de la jardinière. Mais le choix jardinier sélectionne parmi ces motifs légitimes, qui s’opposent parfois. Ainsi, dans la citation suivante, la pratique du mélange des espèces et des couleurs est diversement traitée. La récurrence de la question en fait toutefois une des spécificités du jardin fleuri.

Je n’aime pas beaucoup les mélanges. Ça, Monsieur G., le paysagiste, me dit : « Restez sur le rouge ! Non ! Il faut pas mélanger les couleurs comme ça ! » Les rouges, c’est dans le bas. Si je mets du mauve dans les jardinières, ça sera mauve. Si dans les bacs en pierre, c’est du rouge, ça sera du rouge. Mais il y en a qui mélangent avec du pétunia mais je trouve pas que ça soit… Pourtant, c’est la mode parce qu’à la préfecture [lors de la remise des prix du concours des maisons fleuries, orchestrée par le conseil général], ils avaient fait un énorme mélange. Dans les jardinières en bord de fenêtres, ils avaient mis du lierre avec d’autres, des rouges, des hauts. Oh ! Moi, j’ai pas trouvé ça… Et ils nous ont dit : « Pourtant c’est la mode, ça se fait. » Monsieur G. est pas d’accord pour ça, il m’a dit, moi, je suis paysagiste mais je ne conseillerais pas de faire un mélange comme ça.

10S’ajoutant aux normes des spécialistes, il y a aussi le regard que portent les jardinières sur les autres réalisations, privées et publiques, et celui des passants sur leurs productions. Revues, promenades dominicales, vacances, on « regarde toujours pour prendre des idées ». « La passion des fleurs » induit une attention particulièrement soutenue pour toutes les choses du jardin, l’identité jardinière se construit dans la réflexivité autant que dans l’emprunt. « Celle du premier prix des commerces fleuris, j’y suis passée, il y a quinze jours. Alors j’aurais voulu voir ce qu’elle avait comme fleurs, je suis curieuse, vous voyez, j’aurais voulu savoir. »

11« Je sais les maisons où il y a des fleurs » : les passionnées reconnaissent leurs pairs et leurs déplacements sont ponctués de lieux déjà repérés. La passion des fleurs parvient à mettre les compétences et les jardins en réseau, créant un univers de la pratique à l’échelle du territoire au sens large (département, pays).

J’aime bien regarder parce que, de voir, ça donne des idées. Quelqu’un qui a du goût, on se dit : « Tiens, on pourrait bien faire comme ça. » Par contre, il y en a d’autres, alors dis donc ! Si vous avez regardé sur des bouquins, ils disent : « Si vous mettez des tulipes derrière, mettez des fleurs devant en plus petit. » Et ça, je l’ai vu à Aurillac chez un paysagiste. Oh ! Quand je regarde comme ça, que je vais chez quelqu’un, mais j’y passe un temps fou à regarder les fleurs ! Oh ! Je regarde, boudiou, je sais les maisons où il y a des fleurs, oh mon Dieu ! « Elle a ça ! Pourquoi j’aurais pas ça ! » J’ai dit, je veux regarder sur ce catalogue, je veux regarder sur ce catalogue le nom de ces fleurs que j’ai vues là-bas, oui c’est bien ça que j’avais vu. (Marguerite B.)
Regarder les jardins, des fois, ça me donne des idées sur les arbustes. Des fois, on les voit fleuris, c’est beau, qu’est-ce que c’est ? Mais autrement j’ai pas pris d’idées pour faire quelque chose. Mais sur le genre de fleurs, des fois on voit des fleurs ; plusieurs fleurs ensemble. Ouh ! Ça c’est joli, c’est vif, ça déjà, ça donne une idée : mettre plusieurs groupes de fleurs, plusieurs espèces de fleurs. Autrement, on ne peut pas copier quelque chose, parce que le terrain n’est pas partout pareil. (Jacqueline F.)
J’ai eu envie cette année d’une passiflore. Je suis allée avec ma sœur, on s’est arrêtées chez quelqu’un au bord de la route. « Que c’est joli ! » Ma sœur dit : « T’en as pas, je t’en porte. » Le lendemain, elle arrive avec deux fleurs, trois pieds ! Je vous dis, je suis envieuse des fleurs. (Marthe A.)

12L’adoption d’une nouvelle plante ou d’une manière de faire dépend souvent de ce regard averti. La plante aperçue est ensuite recherchée sur les catalogues ou dans les livres, la manière de faire est reprise, mais le nom botanique est rarement mémorisé. À l’occasion, la parole s’adjoint au regard. Simone R. dit s’arrêter parfois pour demander des graines ou des boutures ; Marthe A. est ravie lorsque les gens stationnent pour regarder ses fleurs. En me montrant des photographies de son jardin, elle commente : « Ça, c’est des gens qui passent et qui me les ont envoyées. » Le jardin se confond avec la relation qu’il engendre. La fleur assure la médiation. La beauté de la fleur peut même se mesurer à l’attention que les autres lui prêtent. « J’ai beaucoup aimé celle-là parce que les gens s’arrêtent beaucoup pour la voir. » La relation jardinière s’avère fondamentale pour Marthe, qui ne va « nulle part » : « C’est pour moi. Bon, je suis contente quand les autres s’arrêtent, qu’ils me disent que c’est joli, mais c’est pour moi, c’est pour mon plaisir ! Je vais nulle part, on a pas de voiture. »

13Le regard de l’autre légitime et valide. Avec cette reconnaissance sociale, la jardinière accède au monde des spécialistes, de « ceux qui s’occupent des fleurs ». La relation se concrétise parfois par l’échange. Limité toutefois en nombre et en quantité, l’échange n’opère plus, comme dans le modèle paysan, à l’échelle du voisinage et du cercle familial, mais emprunte celle, délocalisée, qui est fabriquée par le goût des fleurs. Les fleurs font voyager la jardinière, socialement et spatialement. L’amour des fleurs partagé permet de transcender les appartenances géographiques et sociales.

Il y a des gens de Bordeaux qui en prennent, ils viennent en vacances, ils ont acheté une maison dans un village, les maris sont docteurs, pharmaciens. Alors ils s’arrêtent, « on vient admirer vos fleurs », elles en prennent et doivent me porter des petits fuchsias à petites fleurs. Elles ont pris des fleurs de digitales, qu’elles ont trouvées si jolies, et de je sais pas de quoi, elles prennent ce qu’elles veulent. […]
– Beaucoup s’arrêtent ?
– Beaucoup ! Un monsieur qui s’arrête, il va en galopant sur le talus. « Bonjour », « – Bonjour » ! Il s’est mis à rire, c’était un étranger, il est repassé hier : « Bonjour », « – Bonjour », c’était bien un Anglais. Il y a beaucoup d’Anglais, de Belges. « Je suis belge, en vacances à Assier, quelles sont ces fleurs ? J’en prendrai en partant. »

Les jardinières et le concours des maisons fleuries

Je le fais pas pour le concours, je le fais pour le plaisir de mes yeux ! Je le fais pour mon plaisir ! Mais non par intérêt. Parce que toute ma vie, j’en ai eu des fleurs et il y avait pas de concours et j’avais des fleurs ! (Simone R.)
C’est une copine qui m’a fait inscrire, je le voulais même pas. Parce que moi, je le fais, premièrement pour nous, pour la famille et puis c’est tout. Moi, je le fais pas pour la mission de… Celle qui m’avait fait inscrire, me dit : « Si tu ne te fais pas inscrire, la commune ne pourra pas se présenter. » Parce que par ici, il y en a pas tellement [de jardins fleuris]. (Jeannette C.)
Ils passent, on les voit même pas ! Et c’est pas moi qui me suis inscrite mais un voisin qui habite derrière. Je me suis jamais inscrite ! Jamais ! Moi, j’ai toujours fait mes fleurs. (Jacqueline F.)

14La participation au concours n’est jamais une raison au fleurissement. « L’inscription » dépend le plus souvent d’un choix communal, indépendant de la volonté des propriétaires. Exceptionnellement, le « plaisir des fleurs » se double d’une motivation à concourir, pour la reconnaissance et le partage d’une même passion. Mais les lauréates soulignent avant tout leur passion, leur amour des plantes. Même si elles s’en défendent, la participation au concours influe toutefois sur les façons de penser et de faire.

Est-ce que c’est basé sur le fleurissement quand vous passez, c’est-à-dire tout ce qui est, comment dire, fleur-fleur ou justement tout ce qui est arbres plantés ou qui va fleurir ? On voit par exemple, une maison avec des fleurs pendues partout à tous les mètres, est-ce que c’est ça ? Réflexion entendue lors d’une tournée du jury départemental.

15La maison fleurie, largement fleurie, est le plus souvent une évidence : ce sont les fleurs qui font le jardin. « Quand le concours passe, j’achète quelques pieds en attendant que les miennes fleurissent. » Conformément aux règles du concours, les femmes savent généralement que leur création doit être « visible de la voie publique ». « J’aurais eu une haie : quand le jury de Cahors serait passé, ils auraient dit “mais on ne peut pas prendre les fleurs”, quand vous avez une haie, on voit rien devant. »

16Les jardinières sont unanimes, pour qu’un jardin soit primé, il faut quantité de fleurs. Et quantité de « fleurs-fleurs » aux couleurs vives. Cette règle vient comme entériner une caractéristique de la passion jardinière, qui fait se multiplier les parterres et enjoliver les fossés.

Je trouve que c’est trop pauvre, je trouve qu’il n’y a pas assez de fleurs. Pour un décor. Elle n’ira jamais au Département [elle n’aura pas de prix départemental], il n’y en a pas assez ! […] J’ai vu que le Département, ils disaient que ce serait jugé sur le nombre, sur le nombre des fleurs. Je sais pas où je l’ai lu. Il y en a qui disent que, vu que j’ai plusieurs couleurs, ça m’a donné le prix, quoi. […] Une fois, le Département est passé, un monsieur comptait les fleurs que j’avais. Vous n’avez pas fait ça cette année. (Marthe A.)

  • 6 Entretien avec l’adjointe au maire, jury communal du concours des maisons fleuries, Soulomès, 1994 (...)
  • 7 Les « gens sauvages » ne souhaitent lier de relations avec personne, « se ferment chez eux ». Un « (...)

17Profusion de fleurs, fleurs de couleurs, fleurs achetées, la beauté des jardins fait l’objet d’un consensus, du moins les jardinières en sont-elles persuadées. Si un déferlement de corolles est pensé comme la condition pour prétendre au prix, leur absence totale signale un manquement remarquable à l’ordre des choses. « C’est tellement beau s’il y a beaucoup de fleurs, c’est gagné si les gens nettoient. Parce qu’avant, il y avait de ces fermes6… » décrites comme « sales », « malpropres », « vieilles », « en désordre », avec des huisseries « mal peintes, écaillées », « des jouets qui traînent », « de l’herbe non tondue », « des poules partout ». Ces cours sans ordre ni fleurs sont sans doute tenues par « des gens sauvages7 », « qui n’ont pas évolué » ou « à part ». À l’inverse, les fleurs des jardins primés indiquent modernité, civilisation, normalité. L’adhésion aux règles du fleurissement signe un processus d’intégration sociale. Avec cette « normalisation esthétique » (Dubost 1997 :135) impulsée par les spécialistes, intériorisée et reprise par les habitants, avec le partage d’un même sentiment de beauté, se construit l’image d’un monde auquel s’identifier.

18« Ils », « ceux qui s’occupent des fleurs », sont désignés comme l’instance légitime, qu’ils soient membres du jury des concours, des administrations départementales confondues en une même catégorie (« Cahors », « le Département ») ou des professions du jardinage. « Ils ne veulent pas de mes bassines », « ils veulent des fleurs achetées », « ils veulent la quantité », il faut intégrer ces règles pour « qu’ils donnent le prix », pour « aller au Département ». À Goujounac, village tout récemment paysagé, le jury départemental est interpellé : « Dites-nous ce qui ne va pas et on le changera. » Avec la reconnaissance des « ils », spécialistes et/ou représentants du pouvoir départemental ou national, le statut du jardinier change et le simple amateur accède à une nouvelle légitimité. Ce passage suppose l’intégration de certaines normes et références, qui agrègent à un vaste univers, bien au-delà de l’échelle communale.

19Dans le cas de Marthe A., la passion des fleurs se déploie en même temps que l’implication communale dans le concours des villages fleuris. La norme villageoise locale, qui prône un subtil rapport entre montré et caché et récuse « ceux qui font les fiers », peut de la sorte être dépassée.

– Avant d’être à la retraite, vous aviez moins de fleurs ?
– C’est-à-dire, ce n’était pas la mode. Bon, les gens en avaient mais maintenant, ils ont voulu lancer les maisons fleuries, alors tout le monde, on a planté plus ou moins. Et vous comprenez, j’avais trop de trucs devant la porte, alors je trouvais que ça étouffait. Alors j’ai dit après tout tu peux bien en mettre dehors, tu verras bien. Et après, ils sont passés alors j’ai continué. Et je continuerai, je vous dis bien, si j’en ai pas, ça fait rien, hé ! Mais j’espère avoir un prix quand même, si petit que ce soit. J’en ai mis plus, depuis que j’ai eu le premier prix à la commune si vous voulez. J’ai dit bon, t’as eu le premier prix, faut pas lâcher, faut continuer. Oui, c’est pas parce que cette année que je n’aurai pas de prix au département que je lâcherai. Vous avez compris ! Parce que les gens diraient bien té, tu vois elle a eu un prix, elle en a pas cette année, elle en plante plus. C’est pas ça, c’est pas parce que j’aurai pas de prix que je continuerai pas à planter quand même.

  • 8 C’est aussi pour cette raison, rappelons-le, que Marthe choisit la catégorie « bordure » du concou (...)

20Marthe A. sait que le jardin paysan n’est pas de mise, et elle crée un espace propre à concourir, « la bordure », nom de la catégorie du concours où elle présente « ses fleurs ». Elle pense que « ses plantes sauvages », obtenues par semis, à l’inverse des « fleurs achetées », ne « lui valent pas de points » ou encore, faisant référence aux contenants divers utilisés par les grands-mères, que « le jury n’aime pas les vieux pots ». Pour les cacher, elle a trouvé une solution : une fois les « toupis un peu cassés » installés sur la murette, elle les entoure de cailloux et pierres de façon à les « enterrer ». « Que voulez-vous, je ne pouvais pas utiliser le système pneu », ajoute la jardinière en évoquant la pratique de sa voisine lauréate. Parce que ce jardin fut plusieurs fois primé, le « système pneu » devient légitime à ses yeux. Par distinction ou par rivalité cependant8, Marthe refuse d’y recourir. Et une partie des entretiens, comme les discussions avec les membres du jury, portent sur le bien-fondé de ses plantations (assortiment de couleurs, nombre de plantes, etc.), dans la recherche d’une légitimation par « ceux qui s’occupent des fleurs ». Sous l’influence de ce regard, la pratique de Marthe s’est modifiée. En 1994, elle manifestait déjà le souhait d’acheter des plants ; en 1999, les fleurs d’été aux couleurs vives ont effectivement remplacé nombre de vivaces et bisannuelles obtenues par semis.

21Marguerite B., nouvellement légitimée, est en position d’émettre un avis et de donner des conseils. Conformément aux critiques formulées par les jurys départementaux des concours, elle déplore le côté « chargé », le jardin de pots, le mélange de couleurs.

J’ai été étonnée, Juliette, elle a eu le deuxième prix. Elle a une maison avec un balcon, elle a mis ses pots l’un à côté de l’autre, je lui ai dit « non ». Alors, sur la rampe elle met du rouge, elle met des géraniums qui retombent, des « Rois des balcons », c’est très joli. Et en bas, par terre, elle remet des pots partout, partout, je dis non, ça fait pas beau ! C’est chargé, ça ! C’est pas beau ! Ils aiment pas ça le jury ! Ah non ! Trop chargé ! Et sur le balcon, elle mélangeait ses couleurs : « Pourquoi sur la rampe, il y a que du rouge et qu’en bas, tu mets plusieurs couleurs ? » Elle me dit : « Si, je trouve que ça fait bien. » C’est pas vrai : il faut pas trop charger. Moi j’en vois des maisons qui savent arranger, moi ce qui est bien arrangé, je le vois de suite. Et, à l’hôtel B., des vasques ici, d’autres là, et tout des primevères, comme si vous alliez dans une serre ; alors là, c’est pas beau ! (Marguerite B.)

22Accumulations et empilements de pots relèvent de la pratique ancienne du jardin paysan. Garnis de « fleurs-fleurs », ces jardins de pots offrent une grande similitude avec les jardins primés dans les concours des années 1960 (Jardins de France, 1965 : 51). L’histoire du fleurissement peut être lue dans les pratiques actuelles des jardiniers, dont les « arts de faire » procèdent de combinaisons multiples, entre influences de modèles historiquement datés, de savoirs hérités et d’expérimentations propres. Mais la « normalisation esthétique » (Dubost 1997) est également repérable dans le temps. Aujourd’hui, avec le mouvement général en faveur de la nature, les normes du fleurissement subissent une évolution considérable, contredisant de manière saisissante le « jardin fleuri » qu’elles ont promu (voir infra). Les jardinières du type fleuri n’imaginent pas du tout ce tournant, comme en témoigne la réaction de Simone R. devant l’enthousiasme du jury départemental pour une plante « sauvage » de son jardin.

Ça, c’est une plante vivace de 1,50 mètre de haut [onagre bisannuelle] et tous les jours, il met une fleur, la fleur se fane et il en naît une autre. Moi, je le trouve pas tellement joli et ça pousse, une fois que c’est arrivé à sortir. Mais l’année dernière, ils [les membres du jury du concours des maisons fleuries] ont trouvé ça tellement beau ! Je leur ai dit : « Vous êtes pas difficiles ! » Parce que, moi, c’est pas ça qui m’intriguerait du coup d’oeil de dire : c’est beau. Enfin, tout le monde est en admiration devant cette plante. C’est joli mais moi je n’aurai pas donné le…, je n’aurai pas estimé que cette plante vaille un prix. Certainement, les couleurs, les coupures, ils ont apprécié. Bon, je l’ai laissée pour leur faire plaisir cette année. Et alors ça devient envahissant ! Ah, ça fait des masses de fleurs jaunes, d’accord mais c’est pas passionnant, pas du tout.

23Dans cette période charnière, le « jardin fleuri » emporte toujours les faveurs des jurys de concours. Quant aux récompenses, elles touchent sans aucun doute l’« honneur jardinier », pour reprendre l’expression de Florence Weber. Symbole qui célèbre la fleur contre la ronce, le travail contre le laisser-aller, le prix consacre, récompense, appose le sceau de l’intégration. Car le prix, c’est la marque de la reconnaissance de la collectivité en son entier. Concrètement, le prix tient en un diplôme et un cadeau, qui ne saurait déparer un jardin fleuri (arbuste à installer sur la pelouse ou dans une rocaille, bon d’achat pour annuelles d’été ou rosiers). Bientôt encadré, le diplôme orne les murs de la salle à manger, prix d’apparat pour salon d’apparat, doté lui-même d’une valeur de représentation tout aussi forte que sa valeur d’usage. Le prix, c’est encore un article dans la Dépêche du Midi, autre marque importante qui scelle la légitimité de la pratique aux yeux de tous.

24Jardins fleuris, jardins primés, les nombreuses variations autour du modèle n’enlèvent rien à la passion des fleurs, dans un cadre esthétique devenu consensuel. Car les « fleurs-fleurs » signalent la promotion du jardinier primé au rang de spécialiste, et sa place dans la société, non plus villageoise, mais plus large. Mais les fleurs portent d’autres symboles, images de fermes et de femmes modernes, même si les vieux outils esthétisés signalent une origine paysanne, fleurs de seuils encore, pour signifier à l’autre l’accueil et le partage des mêmes valeurs. Malgré toutes ces dimensions, le lien à la plante-enfant qu’on aime voir pousser demeure au cœur de la relation jardinière.

25Dans les jardins « au naturel », ces relations se trouvent redistribuées, mais de tout autre manière, avec, sans doute, une présence différente et davantage affirmée du « monde des plantes » et de ses spécialistes.

Notes

1 L’expression est empruntée au Comité national interprofessionnel de l’horticulture, qui de 1977 à 1998 réunit des pépiniéristes, des producteurs de fleurs coupées et de plantes ornementales.

2 Ils sont d’ailleurs nettement inférieurs à la moyenne nationale qui avoisine les 2 300 francs par ménage et par jardin en 1998 (ornement et potager, tous postes confondus), pour environ 1 700 francs en 1994, selon l’étude de l’ONIFLHOR en 2000. Cette progression rapide est à la mesure du développement du jardinage en France : en 1991, 55 % des ménages possèdent un jardin (INSEE), en 1999, d’après l’IFOP, ce chiffre atteindrait les 64 %.

3 Certaines pratiques jardinières reflètent cette pratique de la lecture (Bergues 1994). Les revues, spécialisées ou non, représentent une forme essentielle d’irruption du monde extérieur dans la sphère de la maisonnée ; par ailleurs, les revues circulent au sein du réseau comme les végétaux de jardin eux-mêmes (Bergues 1987). Voir l’article de Christine Albert (1987) sur l’image de l’agricultrice véhiculée par Agri-sept.

4 M. G. dirige, rappelons-le, la plus importante des pépinières locales. Le terme de « paysagiste » est souvent emprunté par les entrepreneurs, également pépiniéristes, alors qu’il relève d’une profession bien spécifique (voir Bergues 1992 ; Dubost 1997).

5 Christian Baudelot (1999 : 158-159), reprenant Bourdieu, distingue deux types de dispositions, entre lecture savante, « d’ordre esthétique, internes au champ littéraire et artistique » et lecture populaire « d’ordre éthique, externes au champ littéraire, relevant des valeurs de l’expérience et de la vie quotidienne ».

6 Entretien avec l’adjointe au maire, jury communal du concours des maisons fleuries, Soulomès, 1994 (voir infra).

7 Les « gens sauvages » ne souhaitent lier de relations avec personne, « se ferment chez eux ». Un « temps sauvage » est contraire aux normales saisonnières. Un endroit « sauvage » est un lieu enfriché, promis à la mort sociale. S’appliquant indifféremment aux hommes ou aux éléments, la catégorie du sauvage regroupe des idées d’anormalité, d’asocialité, de mort.

8 C’est aussi pour cette raison, rappelons-le, que Marthe choisit la catégorie « bordure » du concours, celle de « jardin » étant en quelque sorte occupée, par celui de sa voisine Yolande V.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search