Version classiqueVersion mobile

La loi de 1905 n’aura pas lieu

 | 
Jean Baubérot
, 
Dorra Mameri-Chaambi

Première partie. Ces chemins, qui zigzaguent à travers les broussailles, mènent-ils à la Séparation ?

Chapitre premier. Du refus de la Séparation par le Bloc à l’« incroyable déclaration » de Combes

Texte intégral

  • 1 Quand les termes « radical » ou « parti radical » seront utilisés sans autre précision, il s’agira (...)
  • 2 1802 : loi du 18 germinal an X, ratifiant la convention entre le pape et le Premier Consul, dite «  (...)
  • 3 Déjà fortement écorné par les mesures prises depuis les années 1880.

1Comme d’autres années, en décembre 1901, lors de la discussion des comptes de 1902 à la Chambre des députés, un radical1 et un socialiste demandent la non-reconduction du budget des cultes. Cette mesure, simple en apparence, abolirait le régime instauré en 1802-18082, où le culte catholique, les cultes protestants (luthérien et réformé) et le culte israélite sont « reconnus » par l’État, reçoivent des fonds publics. La Séparation serait ainsi financièrement réalisée. L’anticléricalisme républicain pourrait cumuler deux « avantages » : le non-financement des cultes (en fait, la fin de leur caractère officiel3) et le maintien d’un contrôle a priori. Architecte du régime des « cultes reconnus », Jean-Étienne de Portalis utilisait, en l’an X (1802), l’expression « surveillance protectrice ». On abolirait donc la « protection » tout en gardant la « surveillance ». Mais cette solution apparaît à beaucoup comme une fausse bonne idée, difficilement réalisable dans un pays aux idéaux démocratiques. Ce n’est pas sans raison que depuis la « républicanisation de la République » (fin des années 1870) le statu quo instauré par Bonaparte (Concordat et régime des cultes reconnus) a été maintenu.

L’arrivée au pouvoir du Bloc des gauches

2Si la proposition de supprimer le budget des cultes fait partie du rituel parlementaire et n’est guère prise au sérieux par la majorité de Défense républicaine conduite par Waldeck-Rousseau, la question des congrégations religieuses constitue l’enjeu principal des élections d’avril-mai 1902. Une forte tension et de nombreux incidents caractérisent la campagne électorale dont le résultat entraîne un net glissement à gauche de l’Assemblée nationale.

  • 4 C’est-à-dire liée au scrutin d’arrondissement, qui le personnalise.

3Pour les républicains, l’influence « cléricale » en faveur de l’opposition s’est révélée massive. D’après un recensement ministériel, plus de 60 % des diocèses ont organisé une « croisade de prières et de pénitence » à la veille des élections (Déloye 2006 : 224). Entre les deux tours, le 2 mai, Waldeck-Rousseau adresse une circulaire aux préfets qui dénonce « l’ingérence du clergé », « l’abus flagrant des fonctions ecclésiastiques et de l’autorité morale qu’elles confèrent ». Il demande que des « sanction[s] » soient prises. Cependant, ce catholicisme militant ne représente pas, loin s’en faut, l’ensemble des catholiques, dont le rapport à leur Église est très différencié. Et, inversement, les gouvernements républicains sont accusés, à chaque élection, de favoriser des « candidatures officieuses » (Voilliot 2005 : 230 sqq.) auxquelles sont procurés, selon Clemenceau, « les bienfaits de la manne administrative, chère aux influences d’arrondissement4 » (L’Aurore, 15 décembre 1904).

  • 5 Né dans une famille de dix enfants, dont le père était garçon tailleur, ancien séminariste et docte (...)
  • 6 Acteurs et historiens insistent sur le faible écart de voix entre les deux camps lors du premier to (...)
  • 7 En 1904, 36 députés formeront le groupe « socialiste parlementaire ».
  • 8 L’Action libérale populaire (ALP) est un parti conservateur à « tendance catholique », fondé par J. (...)
  • 9 Il compte dans la majorité les 13 députés formant à la Chambre le groupe de l’Unité socialiste révo (...)

4Le Bloc des gauches succède au ministère de Défense républicaine. Il est dirigé par Émile Combes, ancien président de la Commission sénatoriale sur la loi de 19015. L’écart du nombre de sièges est nettement amplifié par rapport au résultat du premier tour (environ 200 000 voix de différence)6. Quand les groupes parlementaires se forment, selon l’Annuaire du Parlement le Bloc regroupe 364 députés (29 socialistes7, 117 radicaux-socialistes, 116 affiliés à la Gauche radicale et 102 à l’Union démocratique, centre gauche). L’opposition regroupe 277 parlementaires (135 Républicains progressistes, centre, 75 catholiques ralliés de l’Action libérale populaire8 et 67 nationalistes, provenant d’horizons divers). Mais ces chiffres sont approximatifs et les estimations des historiens varient : ainsi Bertrand Joly (2014 : 577) estime la majorité blocarde à 377 députés (dont l’ensemble des socialistes9) et Serge Berstein et Pierre Milza (2009 : 39) à 368 sièges.

5Ces différences s’expliquent : un député peut avoir une double appartenance et la notion de « parti politique » est alors très relative. Ainsi, Ferdinand Buisson, investi par les radicaux-socialistes dont il est une figure de proue, est aussi membre jusqu’en 1906 du parti de l’Alliance républicaine démocratique (ARD), dont 25 des 39 députés s’inscrivent au groupe parlementaire de l’Union démocratique (Sanson 2003 : 89). Le Sénat comporte également une majorité favorable au nouveau ministère, plus évolutive. Elle comprend de fortes personnalités, comme Waldeck-Rousseau, qui n’hésitera pas à jouer le rôle de procureur, et Clemenceau, qui ne ménagera pas toujours le président du Conseil.

  • 10 Notamment sur le plan de la « question sociale », le ministre des Finances, M. Rouvier, étant très (...)
  • 11 En fait, le rôle principal de Jaurès consiste à « fidéliser » l’alliance entre radicaux et socialis (...)

6La majorité blocarde est massive, mais disparate10, allant de « l’extrême gauche » du Parti socialiste français (PSF) aux modérés de l’ARD. Sous la Troisième République, les députés n’en font souvent qu’à leur tête. La création d’une Délégation des gauches, se réunissant en amont des réunions de la Chambre, tente de remédier à un état de fait où les parlementaires renversent périodiquement le gouvernement auquel ils avaient accordé leur confiance. Cette instance sera dénoncée par les opposants comme une atteinte à la démocratie et comme une influence indue de Jaurès sur le gouvernement11. En fait, son succès sera variable. Assez régulièrement certains députés demandent un « bon de sortie », autrement dit la possibilité de ne pas soutenir la majorité sur un sujet qui les dérange. D’autre part, progressivement, le Bloc aura ses « dissidents » ; en revanche, il remportera plusieurs élections partielles.

  • 12 Si la Séparation figure dans les programmes des groupes socialistes, radical-socialiste et gauche r (...)

7Le 10 juin 1902, le nouveau président du Conseil présente son programme : réduction du service militaire à deux ans, création de retraites ouvrières, instauration d’un impôt sur le revenu, poursuite de l’alliance franco-russe, abolition de la « loi Falloux »… Surtout le Petit Père met l’accent sur une application stricte des dispositions restrictives concernant les congrégations contenues dans la loi de 1901 sur les associations. La Séparation n’est pas évoquée12. Réponse du berger à sa bergère, des députés du Parti socialiste de France (PSDF) sous l’égide de Victor Dejeante déposent, le 27 juin, une proposition de loi « tendant à la suppression du budget des cultes », l’argent ainsi économisé devant être dévolu à la création de retraites ouvrières. Mais, comme ils ne demandent pas « l’urgence », leur initiative relève du vœu pieux. Baroud d’honneur, volonté de prendre date…, diverses raisons ont pu jouer. Sur le moment, pratiquement personne n’accorde d’importance à ce coup d’épée dans l’eau.

Une minorité séparatiste active

  • 13 Elle comporte, cependant, une petite frange radicale-socialiste (comme S. Lacroix, éditorialiste au (...)
  • 14 Il accepte d’en être le « président d’honneur », avec une mise en garde : « La Libre Pensée doit re (...)

8En revanche, un groupe parlementaire de la libre-pensée se constitue au sein de la majorité et veut agir pour que la suppression du Concordat ne soit plus seulement une pétition de principe. Or l’essor de la libre-pensée militante est un événement notable de ce début de xxe siècle, même si son « expansion » a commencé dès le début des années 1880. La Fédération française de la libre-pensée, fondée en 1890, apparaît liée à la mouvance socialiste13. Lors de l’hiver 1902-1903, une organisation plus large se crée, l’Association nationale des libres-penseurs de France (ANLPF). Elle est dirigée par Ferdinand Buisson, ancien directeur de l’enseignement primaire, collaborateur de Jules Ferry et de ses successeurs (1878-1896), et patronnée par Marcellin Berthelot, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences et ancien ministre14. Elle allie une base militante et des intellectuels de renom. L’historien Alphonse Aulard, Aristide Briand, l’anarchiste Sébastien Faure et le socialiste-révolutionnaire Marcel Sembat figurent dans sa commission exécutive.

  • 15 Buisson affirme vouloir faire de la Ligue « un Bloc intellectuel […] comme il y a à la Chambre un B (...)
  • 16 Cf. notamment Fabre 2004 et Naquet 2014.

9Très active pendant la période étudiée, l’ANLPF veut rassembler tous ceux qui entendent « protéger la liberté de penser contre toutes les religions et tous les dogmatismes, quels qu’ils soient, et assurer la libre recherche de la vérité par les seules méthodes de la raison » (cf. Lalouette 1997 : 63). Le courant libre-penseur est « plus démocratique que la maçonnerie avec qui il ne manque pas de contact, mais qu’il déborde, associant revendication sociale et athéisme militant, trouvant des adeptes au sein du prolétariat, et ses dirigeants au point de rencontre du socialisme et du radicalisme » (Mayeur 2005 : 23). Deux ligues influentes comportent une proportion élevée de libres-penseurs (et aussi de protestants) : la Ligue de l’enseignement, accompagnement associatif de la laïcisation scolaire (dont Buisson est également président15) et la Ligue des droits de l’homme (dont Buisson est vice-président), créée lors de l’affaire Dreyfus, et auréolée de son combat pour la « justice » et la « vérité »16.

  • 17 Accusation d’un « complot » antisocial, antipatriotique, anticatholique et d’une captation de la Ré (...)
  • 18 « En septembre 1903, le convent du Grand Orient rejette une proposition […] exigeant la dénonciatio (...)
  • 19 Cf. Nourrisson 1904 : 146 (hostile mais sérieux et bien informé). Pour une synthèse, cf. Ligou 2000

10La franc-maçonnerie est « unanimement anticléricale [voire] souvent antireligieuse » (Combes 2005 : 76), en interaction avec les attaques incessantes dont elle est l’objet de la part des milieux catholiques17. Les résolutions des convents du Grand Orient demandent « avec ténacité » la Séparation (Chevallier 1975 : 82), mais précédée de « mesures préparatoires » : interdiction du port du costume ecclésiastique, privation du droit de vote pour les séminaristes et surtout monopole de l’État laïque enseignant18… Cependant, des francs-maçons remarquent (et regrettent) qu’au Parlement certains frères « et des plus éminents » votent les crédits du budget des cultes19.

11Par ailleurs, le congrès du Parti républicain radical et radical-socialiste approuve le 11 octobre 1902, à Lyon, le rapport du député Charles Dumont. L’interdiction de l’enseignement aux congrégations figure en première place et, dans la liste des mesures de laïcisation à réaliser, il est également question de la rupture « des liens des Églises et de l’État républicain ».

12Celle-ci doit se concrétiser de trois manières : « les manifestations rituelles [c’est-à-dire religieuses] interdites sur les rues et les places publiques, le Concordat dénoncé et le budget des cultes supprimé ». Certes, il y a toujours loin de la coupe aux lèvres et beaucoup de radicaux restent, de fait, attachés au système Concordat – articles organiques. Pourtant, la situation commence à évoluer. La fidélité à la Révolution est en tout cas réaffirmée et la neutralisation religieuse de l’espace public en fait partie.

  • 20 « Officieux » : selon les articles organiques toute assemblée de représentants d’un culte devait êt (...)
  • 21 Précision importante : plusieurs personnalités du courant protestant « évangélique » – qui proclame (...)
  • 22 Sur la diversité des options protestantes face à la Séparation, cf. Rochefort-Turquin 1984.

13La mouvance libre-penseuse (au sens large) n’est d’ailleurs pas la seule en cause. Réuni fin juin 1902, le synode officieux20 des réformés évangéliques21, se déclare, à l’unanimité, « favorable en principe à la séparation ». La séance s’est déroulée à huis clos et l’unanimisme affiché ne correspond pas à une approbation générale22. Des personnalités proches de Combes l’ont emporté. Parmi elles, le pasteur de Barbezieux (Charente), Théophile Duproix, et surtout Eugène Réveillaud, le député radical de Saint-Jean-d’Angély en Charente-Inférieure, un département dont Combes, maire de Pons, est le sénateur.

  • 23 Combes s’est préoccupé de la candidature d’E. Réveillaud à la députation (cf. fonds Émile Combes, 1 (...)

14Converti un 14 juillet, protestant évangélique militant – beaucoup de députés le croient pasteur –, Réveillaud a un fils, Jean, qui appartient au cabinet du président du Conseil, dont il a été lui-même l’élève23. Les deux hommes sont également frères en maçonnerie. Eugène Réveillaud a-t-il prétendu que le gouvernement allait effectuer la Séparation et qu’il était opportun de s’y montrer favorable ? Il s’agirait alors d’un double bluff : le député annoncerait aux protestants évangéliques que Combes prépare la Séparation, pour affirmer ensuite à ce dernier que (même) les protestants en sont partisans ! Quoi qu’il en soit, ce vote intervient à un moment où la Séparation semble une échéance lointaine à la grande majorité des Français, si tant est qu’ils pensent qu’elle se réalisera un jour.

La droite soutient une proposition de séparation, provoquant un malaise à gauche

  • 24 Les séances parlementaires seront citées d’après le compte-rendu du Journal officiel (JO) daté du l (...)

15Le juriste Armand Lods (1903 : 3) date le premier débat important sur la Séparation de la séance de la Chambre du 20 octobre 190224. Or, si les débats parlementaires sur les congrégations opposent le Bloc des gauches au centre et à la droite de façon houleuse, en revanche, ce jour-là, une part de la droite soutient une initiative séparatiste qui met la gauche dans le désarroi. Dès le départ, la lutte contre les congrégations – au « manichéisme » limpide – et le combat pour la Séparation – qui donne lieu à des stratégies embrouillées – ne suivent pas la même logique. Cette dissonance n’est pas perçue par l’opinion publique en général et par les catholiques en particulier ; elle est pourtant fondamentale.

  • 25 Roche est, avec H. de Rochefort, un des principaux collaborateurs de la publication Le Blanquiste a (...)
  • 26 B. Joly (1998 : 352 sqq.) le décrit comme partisan d’un « socialisme national […] farouchement anti (...)
  • 27 Un des leitmotivs de la gauche consistait à dire qu’elle utiliserait le (dit) « milliard des congré (...)
  • 28 Barrès reconnaît que « pour les nationalistes le contrat concordataire n’est point intangible », ma (...)

16L’estocade est lancée par le député de Paris, Ernest Roche, libre-penseur, ancien blanquiste25, boulangiste et, avec l’affaire Dreyfus, nationaliste26. Il réclame « l’urgence » pour effectuer immédiatement « cette réforme, depuis un demi-siècle promise » et dépose une proposition de loi. L’article 1er annonce la couleur : « Toutes les Églises aujourd’hui reconnues et subventionnées sont séparées de l’État. » Les six articles suivants dénoncent le Concordat, suppriment le budget des cultes (affecté « à la constitution d’une caisse de retraites pour les invalides du travail27 »), ferment l’ambassade de France auprès du Vatican, accordent la « capacité juridique » aux religions pour « subvenir à l’entretien de leur culte ». Une « loi spéciale » déterminera des « mesures transitoires ». Nous retrouverons, à diverses reprises, la présence de nationalistes dans le processus de Séparation, même si Maurice Barrès défendra le Concordat28.

  • 29 Si H. Brisson insiste sur l’absolue nécessité d’abolir la loi Falloux, il se montre parfois plus im (...)

17Selon le Journal officiel, « plusieurs membres à droite » ponctuent de « très bien, très bien » la lecture de la proposition Roche. Combes laisse « la Chambre libre de statuer sur l’urgence », en précisant que le projet inspire au gouvernement des « réserves sur le fond ». Autrement dit, la majorité ministérielle doit refuser l’urgence, en toute liberté ! D’ailleurs, pour ceux qui n’auraient pas compris, l’ancien président du Conseil radical (et dignitaire franc-maçon), Henri Brisson, monte au créneau : il votera contre, car il convient d’abord « de régler définitivement la question des congrégations » et celle de « l’enseignement privé » (par la suppression de la « loi Falloux », voire par l’établissement du monopole de l’État laïque)29. Selon lui, la proposition Roche a surtout « pour objet d’embarrasser le ministère et la majorité ».

  • 30 Comme d’autres, J. Lasies reprochera au gouvernement de privilégier l’anticléricalisme au détriment (...)
  • 31 Cela se vérifiera en 1904 avec le juriste monarchiste G. de Lamarzelle, sénateur du Morbihan, H. de (...)

18La « proposition vous embarrasse donc », « vous cherchez à équivoquer* », c’est le « comble de la mystification », rétorquent alors les signataires, applaudis par la droite. Un député nationaliste, Joseph Lasies30, annonce qu’il votera l’urgence. Il ajoute pourtant, provoquant les rires : « À Rome, le Saint-Père peut dormir tranquille : la séparation des Églises et de l’État n’est pas près d’être faite. » Le marquis de Laurence-Castelet soutient également Roche : le Concordat est devenu « un instrument d’oppression », une « arme contre les catholiques ». Pour des « catholiques intransigeants […] que la séparation apporte la persécution ou la liberté, elle entraînera le renouveau de l’Église [catholique]31 » (Mayeur 2005 : 45).

19Ces annonces sèment le trouble à gauche : le radical-socialiste Jean-Baptiste Boutard annonce qu’il votera l’urgence, car, affirme-t-il, « je ne saurais manquer aux promesses que j’ai faites à mes électeurs ». Laissant éclater sa colère, il fustige « la politique jésuitique [de ses amis anticléricaux] qui consiste à tout promettre et à ne jamais rien tenir ». Qu’en pensent ceux qui se taisent ? Certains membres éminents du Bloc, tels Buisson, Jaurès, Pressensé (et Briand) votent la proposition de loi du député nationaliste.

20La bataille de la Séparation commence donc, en partie, à front renversé et, presque deux ans plus tard, Jaurès pourra encore affirmer que face aux « hésitations » d’environ un tiers des députés du Bloc sur son instauration, la droite « par bluff […] affecte parfois de la désirer [et] les nationalistes démagogues en font un article de leur programme » (L’Humanité, 1er juin 1904).

Un débat parlementaire après un été de « guerre civile »

  • 32 Pour Barrès, il pouvait entrer une part de « tactique » dans la demande d’abrogation du Concordat : (...)

21Ce 20 octobre 1902, les nationalistes allient conviction (Roche votera la loi de 1905) et tactique32. La droite joue avec le feu : la proposition qu’elle soutient est plus restrictive que la loi adoptée en 1905, bien plus imprécise aussi, laissant une grande marge de manœuvre au gouvernement et à l’administration pour continuer à surveiller la religion ! Mais le but du jeu (dans le sens presque littéral du terme) consiste à montrer ce que le baron Amédée Reille appelle la « dérobade » du gouvernement, à dénoncer le manque de « sincérité » du Bloc. En effet, l’aile séparatiste du Bloc prône une « politique par étapes » (celles que Brisson a indiquées). Mener une lutte anticongréganiste résolue, établir le monopole de l’État laïque sur l’enseignement et, en même temps, mettre en œuvre la Séparation aboutirait à diviser majorité et ministère et pourrait être « imprudent », en risquant d’accréditer l’idée propagée par une bonne part de l’épiscopat : le Bloc a « juré de déchristianiser la France ».

  • 33 Une circulaire du 9 juillet décide de fermer les écoles non autorisées de congrégations elles-mêmes (...)
  • 34 À Beuzec-Conq, un prêtre jette lui-même « un sceau d’urine mélangée de matières fécales ». « Même j (...)

22L’été 1902 vient, en effet, d’être très agité, avec une interprétation « à la rigueur » de la loi de 190133 et avec la fermeture par la force de 320 établissements scolaires congréganistes qui refusent de se fermer eux-mêmes (sur un total d’environ 2 500). À Lyon, à Paris, injures et horions sont échangés par les manifestants des deux bords. Entre le 6 et le 18 août, « une véritable ambiance de guerre civile » (Broudic 1997 : 15) prévaut dans le Finistère où 38 écoles congréganistes s’opposent à la mesure de Combes (Elégoët 2006 : 181). Les journalistes accourent. Le tocsin sonne. Des paysans délaissent les moissons, élèvent des barricades, s’arment de faux et de fourches. Du haut de leurs murailles improvisées, ils lancent des pierres, du « purin béni » (Clemenceau) et des matières fécales sur les forces de l’ordre34 et, à Saint-Méen, sur le sous-préfet. Dans cette localité, il faut mobiliser près de 500 militaires et gendarmes pour expulser 4 sœurs. On compte 22 blessés.

23Pourtant, des parlementaires catholiques, présents sur les lieux, modèrent (et légitiment) les manifestants. Ainsi, le comte Albert de Mun prétend, par son intervention, avoir « protégé la vie des femmes qui s’offraient en victimes et […] probablement sauvé celle des agents de l’administration » (Mun 1905a : 29, 53, 30). Par ailleurs des officiers, comme le commandant Le Roy Ladurie, démissionnent ou désobéissent aux ordres. Les tribunaux se montrent cléments à leur égard. Fait symboliquement important : un régiment d’infanterie coloniale figure parmi les militaires chargés d’intervenir.

  • 35 Elle saluera ainsi son départ du pouvoir : « En te chassant vaurien on fit une œuvre saine ! / On é (...)

24La Librairie antisémite s’en donne à cœur joie, en publiant des pamphlets qui traitent Combes de « vieille crapule35 ». Juifs, protestants et francs-maçons se retrouvent accusés de « pourrir » la République. Cependant, seule une minorité active se mobilise. Les congrégations sont peu populaires, même si s’en prendre à des religieuses choque – Ferry s’était bien gardé de le faire. Le « peuple de gauche », comme on dira plus tard, s’enthousiasme de voir le gouvernement tenir ses promesses. D’autres ne se sentent pas forcément très concernés. Dans le diocèse d’Arras, « malgré une opinion largement favorable aux religieuses, les mesures anticongréganistes […] ne se heurtent pas à des résistances sérieuses ». Lorsque des « sœurs grises » s’exilent en Angleterre, la presse appelle la population de Boulogne à se rassembler pour protester, mais « seule une minorité de matelotes convaincues manifestent » (Hilaire 1977, II : 745).

  • 36 Clemenceau parle des « sociétés civiles » et non de l’État, cette distinction est capitale chez lui

25En revanche, la « rupture des liens concordataires » concernerait directement la population française et les catholiques occasionnels qui en forment la majorité. Pourraient-ils toujours avoir des prêtres à leur service le jour où ils le souhaiteraient ? Cette question sera lancinante. Elle est fort complexe, car reliant les « échauffourées de Bretagne » à la « grande lutte séculaire entre l’autorité théocratique de l’Église romaine et la résistance des sociétés civiles36 pour la liberté », Clemenceau, au Sénat le 30 octobre 1902, fixe comme objectif aux républicains : ne pas « détruire une seule croyance dans une seule conscience » mais « détruire tout ce qui est de la politique romaine, tout ce qui est du gouvernement romain ». Or, comment arriver à ce second objectif sans porter atteinte au premier ? « Le dernier curé de village », citoyen français, ne reconnaît pas les articles organiques, « loi française », parce que le « pape romain […] ne les a pas approuvés » (Clemenceau 1903). Respecter le « libre exercice des cultes » tout en éradiquant le « péril clérical », telle est l’équation insoluble qui se profile derrière la lutte contre les congrégations, et qui est de bien plus grande ampleur.

Malgré Jaurès, le principe d’une Commission sur la Séparation est adopté

26Lors de la réouverture de la Chambre, le calme est rétabli, mais il suffirait d’une étincelle… Or l’extrême gauche socialiste-révolutionnaire s’invite dans le débat du 20 octobre : furieux de la tournure de la séance, Dejeante dépose à nouveau sa proposition en réclamant, cette fois, l’urgence. Habilement, Roche propose la fusion des deux textes, inacceptable pour la majorité parlementaire. Celle-ci doit alors demander la mise aux voix de la proposition Dejeante, qui est repoussée par 242 voix contre 209. Plusieurs députés conservateurs s’y sont montrés favorables. À gauche, même Brisson l’a votée. Avec un déplacement d’une douzaine de voix et moins d’abstentionnistes, elle aurait pu être adoptée de justesse, mettant gauche et droite dans un grand embarras. Si la proposition Roche est rejetée plus facilement (269 voix contre 172), les divisions du Bloc sont manifestes et la droite a montré qu’elle peut jouer les trouble-fête sur un sujet sensible.

27Dejeante a lancé un appel à la « majorité républicaine » dont certains membres se révèlent désorientés. Réveillaud leur propose alors une autre voie, destinée à mettre sur les rails la cause séparatiste sans trop gêner le gouvernement, du moins à ses yeux. Il propose l’urgence pour nommer une commission spéciale de trente-trois membres (dite « grande Commission ») qui étudierait les propositions de « loi Dejeante » et « loi Roche », et celles déposées ultérieurement. C’est amorcer un processus et montrer que, désormais, la Chambre ne veut plus renvoyer la question sine die.

28Combes reste muet – pouvait-il désavouer Réveillaud, un de ses proches ? –, mais Jaurès prend la parole – à sa place ? – et exhorte son « honorable collègue » à renvoyer sa proposition à une date ultérieure. Manifestement, pour le leader socialiste, la Séparation ne figure pas encore à l’ordre du jour. Réveillaud refuse. Jaurès insiste et le président de séance lui demande s’il dépose une motion d’ajournement, ce qui déclencherait une crise ouverte. La droite serait trop heureuse de se joindre massivement à une partie de la gauche pour battre Jaurès, semer la zizanie au sein du Bloc. Le député de Carmaux ne peut aller jusque-là. À contrecœur, il vote la proposition Réveillaud. Comment agir autrement, quand on a donné sa voix aux propositions Dejeante et Roche ? Le problème est que, contrairement à ces dernières, l’initiative de Réveillaud a de fortes chances d’aboutir et que, pour Jaurès, pourtant sans conteste philosophiquement séparatiste, le moment n’est pas opportun.

  • 37 Sa profession de foi de 1902 indique : « Je suis républicain, nationaliste, antisémite et plébiscit (...)

29Un député nationaliste, Édouard Archdeacon37, applaudi par la droite, annonce un vote positif. « Nettement et fièrement catholique », il affirme ne pas craindre « la persécution » mais « l’hypocrisie ». Les votants sont plus nombreux que lors des précédents scrutins. La proposition est adoptée par 280 voix contre 243. En définitive, il ne s’agit nullement d’une victoire du Bloc mais d’un résultat ambigu, clôturant un débat aux partitions multiples. Peut-être est-ce pour cette raison que beaucoup d’historiens restent allusifs. Cette séance est, pourtant, fort significative des volte-face et des rôles à contre-emploi induits par la Séparation. Et nous n’en sommes qu’au début ! En prêchant pour sa paroisse – selon l’expression consacrée –, le comte de Lanjuinais s’exclame : voilà « à quelles chinoiseries on arrive avec le régime parlementaire » ! Retenons, en tout cas, que la mise en route du processus séparatiste se fait par un vote où des voix de droite et de nationalistes se mêlent à celles de membres du Bloc des gauches, sans que ce dernier camp soit unanime.

Émile Combes et le « combisme » : réalité représentée et mémoire collective ignorent le verso de la médaille

  • 38 Bien que ses adversaires et même certains de ses « amis » aient cherché à convaincre l’opinion publ (...)
  • 39 « Brève mais percutante » définition d’Alain (donnée à la mort de Combes en 1921) reprise par G. Me (...)

30Retenons également l’attitude de Combes : il se montre soit embarrassé (proposition Roche), soit muet (proposition Réveillaud). Dès le départ ce processus échappe à ce que des contemporains, puis les historiens, ont appelé le « combisme », système de gouvernement incarné par une forte personnalité38, d’origine modeste, et fondé sur l’« idée que le danger est toujours présent, [… et] que la République se gagne tous les jours39 ». Julien Bouchet, auteur d’une brillante synthèse sur la manière dont se structure le combisme, cette « République irréductible », ne consacre que quelques pages à la Séparation, montrant ainsi à nouveau qu’elle ne fait guère partie de son ADN (2018a : 122-125).

  • 40 F. Broudic (1997 : 82) cite un instituteur qui affirme : si le catéchisme « était donné en français (...)

31Avec les événements de l’été 1902, le combisme démarre en fanfare et accentue le conflit de deux France « irréconciliables ». Combes va multiplier les circulaires aux préfets, leur demander de favoriser les « citoyens » qui soutiennent sa « politique républicaine », de suspendre les traitements de prêtres qui font le catéchisme en langue régionale (Basses-Pyrénées, Bretagne40), et il va se servir des fonctionnaires comme source de renseignements politiques…

  • 41 Le gouvernement de Waldeck-Rousseau a suscité des accusations aussi virulentes. Un exemple : l’édit (...)

32Cet anticléricalisme d’État, et les moyens qu’il utilise, l’exposent à de vives attaques41. Bien avant qu’éclate l’affaire des fiches, Le Temps du 10 avril 1903 fustige des « dossiers secrets » et affirme : « plus que jamais on méconnaît le principe posé par la Déclaration des droits » sur « l’égale admissibilité à toutes les dignités, places et emplois publics » selon la capacité. Le quotidien donne l’exemple de médecins des hôpitaux chevronnés qui, après avoir été questionnés par les maires « sur leurs opinions politiques », se seraient vu refuser par l’administration le poste de « chef de service ». Le combisme implique « une adhésion totale, non seulement personnelle mais familiale, [des fonctionnaires] à la politique républicaine définie par le gouvernement » (Machelon 1976 : 335).

33D’autres propos visent la personne de Combes : on le qualifie de « microcéphale avec une figure de chouette et un nez hideusement recourbé comme un bec de vautour » ; on le compare à Néron ou à Dioclétien ; on le traite de « Césarion ». Péguy lui-même évoque sa « laideur » ! On insiste aussi – lourdement – sur le fait qu’il est « défroqué » et poursuit « l’Église » de sa vindicte par vengeance personnelle.

  • 42 G. Baal (1977) a donné une synthèse des « adresses » de 1904 (celles de 1902 et 1903 n’ont pas été (...)
  • 43 J.-P. Machelon (1976 : 334) met d’ailleurs ensemble sous le titre « la République combattante » les (...)

34Mais l’enthousiasme qu’il suscite est à la mesure de cette hostilité. L’homme (simple, provincial, qui aime le contact avec ses partisans…) et sa politique sont acclamés dans des « banquets républicains », forme de sociabilité politique très en vogue. Conseils municipaux et conseils généraux, associations laïques et libres-penseuses – c’est une caractéristique du combisme de lier les deux –, loges maçonniques, particuliers (hommes et femmes) lui envoient des adresses et des lettres de félicitations ou d’encouragement, du début à la fin de son ministère42. Dans un ouvrage polémique, Daniel Halevy (1934 : 69) estimera que le ministère d’Émile Combes constitue « l’âge classique de la République des Comités ». Mais, pour l’auteur, l’ensemble de la politique républicaine, à partir de 1895 relève de cette expression. De fait, le combisme n’inaugure pas véritablement des pratiques nouvelles, il accentue celles qui existaient avant lui43.

  • 44 Curieusement, É. Poulat (2007 : 12) prétend que la « liaison amoureuse » n’a « [ni] preuve ni vrais (...)

35Par ailleurs, Gabriel Merle insiste, à juste titre, sur un aspect du Petit Père qui a provoqué gêne et euphémismes (mais prouve, s’il en était besoin, qu’il est tout sauf « médiocre ») : sa relation intime, intellectuelle et sentimentale, avec Mère Bénie de Jésus, alias Jeanne Bibesco, princesse et carmélite44 : il « fut capable d’enflammer une patricienne cultivée de plusieurs décennies sa cadette, et dont les aspirations et les combats ordinaires étaient diamétralement opposés aux siens » (Merle 1995 : 419). La personnalité de Combes est plus complexe qu’il n’y paraît et ce penchant secret n’était pas sans risque politique : que serait-il arrivé si un journaliste avait découvert que Combes, le « bouffeur de moines », entretenait une correspondance enflammée avec la prieure d’un carmel ?

36Si la passion de l’opinion envers Combes correspond à des réalités empiriques incontestables, elle se trouve amplifiée par la réalité représentée qui informe le ressenti des acteurs, des figurants et du public (selon la typologie métaphorique proposée dans le prélude), et va imprégner la mémoire collective dans le long terme. Ainsi, pour les événements de l’été 1902, la presse, les déclarations publiques, les débats parlementaires, etc. se focalisent sur la violence des affrontements, la légitimité ou l’illégitimité de l’intervention des militaires, sans prendre en compte un fait important (sans doute fort peu connu) : « Décision [a été] prise de ne leur remettre ni cartouches ni munitions » (Broudic 1997 : 15).

  • 45 Dont la célèbre « affaire des fiches », qui provoque la chute de Combes mais a été mise en place so (...)
  • 46 Cet aspect a donné lieu à plusieurs travaux depuis l’ouvrage classique de J.-P. Machelon en 1976, p (...)
  • 47 En revanche, en 1928, lors de l’inauguration à Pons par Édouard Herriot d’un monument dédié à É. Co (...)

37La manière dont Combes exerce le pouvoir, tel Janus, comporte deux faces : le recto est une pratique discursive utilisant une lexicologie guerrière, mobilisant partisans et adversaires ; c’est également, certes, sa pratique empirique avec un ensemble de lois, décrets, circulaires, mesures de surveillance politique par des moyens administratifs et extra-administratifs45, pour « combattre l’invasion cléricale » et son « danger » quotidien46 ; le verso consiste, pendant toute la durée du ministère, à fixer une limite impérative : dans cette « guerre », il ne doit pas y avoir mort d’humains, à une époque où la violence d’État était socialement plus acceptée qu’aujourd’hui47. Le pari sera presque réussi et si, à Nantes, en 1904, les échauffourées font quand même un mort, c’est un « républicain ».

  • 48 Les métaphores militaires sont souvent utilisées pour décrire sa politique. Ainsi, pour Buisson, Co (...)

38Combes se glorifie du rôle de modération qu’il joue lors de grèves qui se déroulent pendant son ministère (1956 : 56 sqq.). Mais, se voulant chef de guerre48, il ne dit mot des consignes qu’il donne pour éviter le pire dans les affrontements politico-religieux. Le Petit Père veille à ce que l’État reste maître du jeu, ne soit pas livré à un parti ni à un ensemble associatif. Et, à maintes reprises – la mémoire collective tend à l’oublier –, des républicains de gauche lui reprochent ses « timidités », « hésitations » ou « atermoiements », bref tout ce qui constitue, à ses yeux, l’exercice difficile de la responsabilité gouvernementale.

  • 49 Et futur secrétaire de la Commission parlementaire sur la séparation.
  • 50 Le terme « congrégation » est très souvent utilisé au singulier – avec parfois, comme ici, une maju (...)

39Le combisme est, enfin, une politique où l’anticléricalisme sert de ciment interclassiste à des mouvances politiques allant du centre gauche à l’extrême gauche, avec le mot d’ordre « Pas d’ennemis à gauche ». Ainsi, le radical Charles Bos se réjouit dans Le Rappel du 7 avril 1903 de la victoire du « collectiviste » Gabriel Deville49 dans l’élection partielle du 4e arrondissement de Paris. Il approuve que, malgré ses « opinions modérées », Eugène Poubelle se soit désisté entre les deux tours en faveur de son « concurrent marxiste », bien qu’il n’ait « aucune sympathie pour [son] programme économique ». Mais, poursuit Bos, « la bataille était entre la République et la réaction, […] les idées de la Révolution française et les principes […] de la Congrégation50 ». Pourtant, cette primauté attribuée à la lutte anticongréganiste et anticléricale, qui pouvait être considérée soit comme trop brutale soit comme pas assez ferme et/ou s’effectuant au détriment des réformes sociales, n’ira pas sans tensions internes ni « dissidences », dont Bos fera d’ailleurs partie. Et le gouvernement sera loin d’être toujours unanime sur les mesures à prendre. À la fin du ministère, Le Rappel du 28 novembre 1904 prétendra que ses membres se regardent « en ministres de faïence » !

La charge du socialiste-révolutionnaire Maurice Allard contre le budget des cultes

40Le 20 octobre 1902, un député centriste, Laurent Prache, a prédit que la « Commission Réveillaud » serait celle « des pompes funèbres », car la majorité du Bloc n’en voulait pas. De fait, la Chambre en reste à sa décision de principe sans nommer les membres de cette Commission. Nouvelle preuve que le combisme n’est pas tendanciellement séparatiste.

41Le 26 janvier 1903, c’est la rentrée parlementaire. Jaurès, devenu vice-président de l’Assemblée, préside la séance pour la première fois. De sa voix « claire et forte », il ouvre le débat qui porte sur le budget des cultes. Sa présidence est un événement attendu, qui va être complètement éclipsé par la sidération de la majorité gouvernementale face au discours de « son » président du Conseil.

  • 51 Député du Var, Allard est, comme Dejeante et Vaillant, de tendance blanquiste et il sera un membre (...)

42La Commission du budget ne propose pas de supprimer le financement des cultes, arguant d’une absence de majorité qui y soit favorable. Socialiste-révolutionnaire, Maurice Allard51 s’insurge : qu’en savez-vous ? Il faut consulter l’Assemblée. La Séparation, poursuit-il, provoquant applaudissements et rires, « nous a-t-on assez roulés avec cette question ! » Lâchant le morceau, Jean-Baptiste Boutard lui fait remarquer qu’il n’obtiendrait un vote positif qu’avec l’appui de la droite. Mais Allard n’en a cure. Il adjure la « Chambre républicaine et anticléricale » de se prononcer en toute clarté.

  • 52 Le député se situe dans la lignée de Renan (dont la réflexion s’est, en fait, complexifiée, comme l (...)
  • 53 Publication du judaïsme libéral. Toutes les références à cette publication sont des articles d’H. P (...)
  • 54 La publication remarque que si l’ancienne société juive était « théocratique », « l’élément prêtre (...)

43La demande d’Allard se trouve, en général, mentionnée sans autre précision. Or, son argumentation mérite considération et permet de savoir si la réplique de Combes – elle, largement citée – répond à son propos, ou dévie du sujet. Le député combat vigoureusement les religions et d’abord le catholicisme, majoritaire et centralisé. Mais il affirme ne pas partager l’idée reçue d’une affinité entre République et protestantisme. L’ensemble du christianisme a des racines juives. Certes, Allard se défend d’être antisémite, mais il attribue néanmoins au judaïsme la responsabilité d’un obscurantisme qui a duré tant de siècles. Il a fallu les Lumières pour voir « refleurir la pensée française et la pensée aryenne52 ». Les Archives israélites53 (29 janvier 1903) déplorent qu’une fois de plus le judaïsme soit considéré comme la racine de tous les maux54.

  • 55 Selon une circulaire de 1834, ce n’était pas le cas, mais Waldeck-Rousseau puis Combes lui-même les (...)
  • 56 Assemblée parlementaire du Consulat, du Premier et du Second Empire.
  • 57 Un an et demi plus tard, ces arguments deviendront des lieux communs.

44Allard estime contradictoire que la République rémunère des professeurs qui propagent la science et des prêtres qui l’attaquent. Ces derniers ne sont que des « fonctionnaires55 aux fonctions devenues inutiles », car la France est « irréligieuse ». Le Concordat validé en 1802 par le Corps législatif56 était du donnant-donnant : Bonaparte a traité avec le pape afin que les membres du clergé « soient des agents dévoués » pour son « futur empire ». Maintenant ces derniers se comportent en « adversaires » du gouvernement : « le pacte [concordataire] est rompu »57.

  • 58 À noter qu’ultérieurement Allard dotera sa fille pour qu’elle puisse devenir religieuse, donnant la (...)

45Allard ne s’en tient pas là. Il déclare qu’un autre « pacte [existe] entre le Vatican et le gouvernement français », car le pape « qui lance si facilement des encycliques […] laisse égorger [sic !] ses malheureux congréganistes » pour obtenir « l’abstention du gouvernement dans la séparation de l’Église et de l’État ». Cette grave accusation met Combes dans la lignée de Ferry, qui avait troqué avec Léon XIII une opposition modérée à la laïcisation de l’école publique contre le maintien du Concordat (cf. Chevallier 1981). Or les radicaux considèrent la laïcité ferryste comme beaucoup trop accommodante. D’ailleurs, le député interpelle directement le président du Conseil : « Il faut vous prononcer définitivement entre l’Église, la science et le progrès. » Nous, républicains, « avons foi en la science seule »58, allusion au « péché originel » du chef du gouvernement, ex-séminariste et docteur en théologie. Ne doit-il pas compenser ce déficit de légitimité républicaine en devenant un propagandiste de la Séparation ?

Le « stupéfiant » discours d’Émile Combes

46Allard se doute que sa demande sera refusée. En lançant un défi personnel à Combes il espère peut-être obtenir l’engagement d’une nomination prochaine des membres de la Commission parlementaire ou, au moins, l’adhésion officielle du chef du Bloc à « la politique des étapes ». Alors, cette séance consacrée au budget de 1903 ferait avancer la cause de cette « grande réforme » et ne serait plus seulement la communion habituelle au rituel républicain.

47Cependant, Combes n’est pas un politicien comme les autres : non seulement il fait ce qu’il dit, mais il dit ce qu’il pense, sans dissimulation ni respect des conventions établies. Il ne se contente pas, comme ses prédécesseurs, de déclarer que la Séparation ne saurait s’effectuer par voie budgétaire. Il ne réplique même pas que tout ce qui est excessif est insignifiant et, qu’à l’évidence, sa politique anticléricale montre qu’aucun « pacte » n’existe entre le Saint-Siège et lui. Non, il prononce un discours qui réjouit le centre et la droite (qui ne se privent pas de l’applaudir) et stupéfie la gauche. Dans ses Mémoires, il relatera la scène : « Ce fut un véritable soulèvement. Il y eut une tempête de cris, d’apostrophes, d’interpellations qui se croisaient dans une mêlée assourdissante. » Il ajoute : il resta « de la séance une sorte de malaise […] entre le président du Conseil et une fraction de sa majorité » (Combes 1956 : 86 sqq.).

48Le débat fait rage : pour justifier son refus, Combes met en avant un argument de fond. Il déclare : « Un peuple n’a pas été nourri en vain pendant une longue série de siècles d’idées religieuses, pour qu’on puisse se flatter d’y pouvoir substituer, en un jour, par un vote de majorité, d’autres idées contraires à celles-là. Vous n’effacerez pas d’un trait de plume les quatorze siècles écoulés et avant même de les avoir effacés, il est de votre devoir de connaître d’avance par quoi vous les remplacerez. »

  • 59 Compte-rendu du convent de 1900 du Grand Orient : 82, cf. Nourrisson 1904 : 93.

49Dejeante réplique alors : « La Révolution l’a bien fait. » C’est, effectivement, une raison majeure de vouloir la Séparation : accomplir ce que la Révolution a effectué et que Bonaparte a défait (la séparation opérée par la Commune étant, de façon assez consensuelle, rayée du récit républicain). Cette contrainte symbolique pèsera lourd dans le processus de Séparation : pour être vraiment l’héritière de la Révolution, la Troisième République doit non seulement séparer les cultes et l’État, mais aussi le faire selon le modèle de 1795. Certains parlent même de rétablir la Constitution civile du clergé de 179059.

  • 60 « Les » représente « les idées religieuses » des « quatorze siècles écoulés ».

50Cependant, fort de son sobriquet de « Robespierrot* », Combes ne se laisse pas impressionner et il reprend : « Avant même de les60 effacer, il est de votre devoir de vous demander à l’avance par quoi vous les remplacerez. […] Je ne crois pas […] que la presque unanimité des Français puisse se contenter de simples idées morales telles […]. »

  • 61 « Borné », sans doute au sens classique de limité dans ses ambitions.
  • 62 A fortiori, pour Combes, en est-il de même pour l’islam en Algérie, où différents décrets des année (...)

51Buisson interrompt alors vivement l’orateur : « C’est la négation de nos lois scolaires. » Imperturbable, le chef du gouvernement continue : « […] de simples idées morales, telles qu’on les donne actuellement dans l’enseignement superficiel et borné61 de nos écoles primaires. […] En ce moment les idées morales, telles que les Églises les donnent [sont] des idées nécessaires62. » Certes, il aspire à une époque, qu’il voudrait « immédiate, […] où la libre-pensée, appuyée sur la doctrine de la raison, pourra suffire à conduire les hommes dans la pratique de la vie ». Mais « la constatation » de l’état présent l’oblige « à ajourner » la Séparation… qui aura lieu « dans un très lointain avenir, perdu dans la nuit des temps », ironise Le Radical du 31 janvier.

  • 63 Combes était président de la Commission sénatoriale sur les congrégations et avait adopté une posit (...)

52Et comme une partie de sa majorité le harcèle, Combes persiste et signe : « j’ai dit à la tribune du Sénat, il y a deux ans, […] que j’étais un philosophe spiritualiste… [interruption de M. Ribot : « C’est vrai »]… et que je regardais l’idée religieuse comme une des forces morales les plus puissantes de l’humanité » ; en conséquence, « la majorité de cette Chambre savait […] très bien qui j’étais, quand elle m’a accepté comme président du Conseil »63. Il la défie : « Si elle trouve que je ne suis pas à ma place, elle n’a qu’à le dire. »

  • 64 On a, au contraire, « trop bien entendu » leur sera-t-il rétorqué !
  • 65 Note confidentielle anonyme au cabinet de Combes, 27 janvier 1903 : Archives nationales (AN) F/7/12 (...)
  • 66 Autre note anonyme au cabinet de Combes, 27 janvier 1903 : AN F/7/12553.

53Les valeurs morales transmises par les Églises, des « idées nécessaires » ! Quelques partisans du Bloc plaident le « malentendu64 » ou tentent, quand les esprits se sont un peu calmés, de minimiser l’affaire. Ainsi, le pasteur Duproix écrit dans l’hebdomadaire La Réforme des Charentes : « C’est d’une façon toute provisoire que Combes accepte le concours de la religion » (8 février 1903). Mais, dès la fin de l’intervention, d’autres blocards s’étaient déchaînés : dans les couloirs de l’Assemblée des « députés […] ne décoléraient pas et criaient […] à la trahison65 ». On indiquait que le ministre le plus populaire – et le plus à gauche – du gouvernement, Camille Pelletan, cofondateur du parti radical et ministre de la Marine, allait « démissionner bruyamment66 ».

  • 67 Allusion à l’épigramme de N. Boileau sur P. Corneille : « Après l’Agésilas, Hélas ! – Mais après l’(...)
  • 68 Clemenceau paraphrasera cette image aux dépens des partisans du monopole enseignant de l’État laïqu (...)

54Dans L’Aurore du 27 janvier, sous le titre « Hélas ou Holà67 ! », le socialiste Francis de Pressensé dénonce une « incroyable déclaration », un « mal peut-être irréparable » et évoque « les profondeurs de l’abîme ». Ce discours, précise-t-il, « aurait surpris et scandalisé jusqu’aux Chambres bourgeoises de la monarchie de Juillet. […] L’entendement se perd [devant cette] religion revue et corrigée par je ne sais quel concile de philosophes68 mal débarbouillés de l’antique superstition ».

  • 69 Cela ne signifie pas une adhésion à la Séparation : Le Radical précise, en effet, que si Combes s’é (...)

55De son côté, Le Radical du 29 janvier détaille la « nouvelle majorité » qui a suivi le chef du gouvernement « pour maintenir le budget des cultes ». Forte de 315 voix contre 194 (dont 191 députés du Bloc69 et 3 nationalistes) et 41 abstentions (dont 31 membres du Bloc), elle comprend la quasi-totalité de l’opposition et seulement une centaine de blocards. Jaurès, contrairement à l’habitude des présidents de séance, a voté et il se trouve dans les 194 opposants.

  • 70 D’autant plus qu’il est lui-même parfois suspecté sur ce point, sa fille ayant effectué sa première (...)

56Cependant, L’Écho de Paris du 30 janvier signale que si les radicaux « cherchent un nouvel homme d’État », Jaurès tente de sauver le président du Conseil, pour lui faire accomplir, selon ce journal de droite, « de nouveaux actes de persécution » contre les congrégations. Effectivement, le leader socialiste, dédouané philosophiquement par son vote70, vole politiquement au secours de Combes : « Où trouverez-vous, demande-t-il à ses détracteurs, des chefs qui aient plus de résolution, plus de netteté et de vigueur d’action que celui que vous accablez aujourd’hui avec tant de hâte ? Sa chute sera le signal d’une reculade. Et de la manœuvre qui le menace, nous ne voulons être ni dupes, ni complices » (La Petite République, 31 janvier).

57Voilà qui a le mérite de la clarté ! Il n’existe pas de majorité de rechange : tel va être le leitmotiv répété par le député du Tarn lors de toutes les crises qui vont jalonner la politique combiste. Pressensé, au contraire, ne souhaite lui accorder qu’un sursis : « face aux congrégations, M. Combes semble avoir le dessein d’aller jusqu’au bout » et « on ne dételle pas l’attelage au milieu du gué ». Mais « il ne faudra pas faire long ménage avec lui » (L’Aurore, 27 janvier).

58Le 4 février, à la Chambre, le Petit Père fait « acte de contrition », comme l’indique un député de centre droit, Georges Berthoulat. Il prétend avoir « voulu dire » qu’il fallait compléter « la morale de l’école laïque » par un enseignement « plus profond » capable de « fortifier, dans l’adulte, l’homme moral que l’école primaire s’est appliquée à former ». Il affirme aspirer au moment « où l’accomplissement de cette œuvre assurerait dans la société actuelle le triomphe de la libre-pensée ». Personne n’est dupe (« lisez le Journal officiel » lui rétorque-t-on), mais les apparences sont sauves. Aux applaudissements des députés du Bloc répondent les éclats de rire du centre et de la droite. Et Combes ne s’opposera plus jamais à sa majorité de manière aussi frontale.

La Séparation comme substitution de la libre-pensée à la religion

  • 71 Cf. Bruley 2004 : 97 ; Larkin 2004 : 115 ; Mayeur 2005 : 26 sqq. ; Scot 2005 : 181…
  • 72 Un exemple : Ch. Bos, dans Le Rappel du 29 janvier 1903, s’inquiète : « Les masses qui sont simplis (...)
  • 73 Ainsi J.-L. de Lanessan évoquera « la séance de la Chambre dans laquelle il [Combes] avait déclaré (...)

59Des historiens retiennent essentiellement, de la séance mémorable du 26 janvier, le « spiritualisme » de Combes71. Certes, mais à mon avis l’enjeu principal est ailleurs. Combes met explicitement en doute l’efficacité de l’instruction morale donnée à l’école laïque et c’est sur ce point fondamental que Buisson lui réplique longuement. Souvent oubliée, cette mise en cause explique, pourtant, la virulence des réactions : c’est elle que l’opinion publique72 puis la mémoire collective retiennent à l’époque73. Nous allons l’aborder au chapitre 2.

60Auparavant, il ne faudrait pas oublier « le bizarre incident du chien qui n’a pas aboyé pendant la nuit », indice capital d’une enquête de Sherlock Holmes. Mais le chien ne s’est manifesté en aucune manière, réplique, étonné, le Dr Watson. « Voilà l’incident bizarre », affirme alors le célèbre détective (Conan Doyle 1956 : 44 sqq.). De même, la disputatio entre membres du Bloc ne doit pas faire perdre de vue le non-événement, c’est-à-dire ce qui est en amont du débat, l’univers des convictions partagées par les différents protagonistes en conflit.

  • 74 P. Berger, E. Goffman, T. Luckmann, A. Schütz…

61Complexifions un peu : il ne s’agit pas de croire connaître leur for intérieur. Mais, qu’ils le pensent « en conscience » ou non, l’important est ce qu’ils sont politiquement et culturellement obligés de considérer comme allant de soi, pour ne pas se retrouver hors jeu. Les sociologues74 qui ont travaillé sur la construction sociale des perceptions de la réalité l’ont montré : on s’affronte à partir d’un soubassement de références communes, largement implicites, et d’autant plus socialement obligatoires.

62Il faut donc s’interroger sur l’accord sous-jacent, en amont de la vive empoignade. Combes décrit la Séparation comme la substitution de quatorze siècles d’« idées religieuses » par « d’autres idées contraires » (celles de la libre-pensée). Elle impliquerait, pour l’ensemble de la société française, de rechercher la « vérité morale », par le seul moyen de la Raison et de son instrument privilégié, la Science. Si Combes ne se laisse pas intimider par Dejeante, il répond sur le même terreau de croyances sociales, tout en effectuant un net décalage temporel. L’ancien séminariste partage la vision de « la société idéale » – au sens de Durkheim – républicaine, mais il la renvoie à une sorte d’horizon eschatologique.

  • 75 Chez Durkheim, la « société idéale […] fait partie […] de la société réelle », sans se confondre av (...)
  • 76 Double captation du terme de « républicain » : non seulement les adversaires du Bloc ne sont pas co (...)
  • 77 Député et éditorialiste, A. Ranc justifiera ainsi sa position séparatiste : « Nous disions naguère  (...)
  • 78 Combes (1904 : 350) lui-même définit ainsi la République dans son hommage à Renan (13 septembre 190 (...)

63La réplique du socialiste-révolutionnaire Marcel Sembat signifie que, pour lui, la « société idéale » doit devenir promptement la « société réelle »75 : « la doctrine du gouvernement républicain76 [est] que les vérités scientifiques suffisent à elles seules à la vie intellectuelle et morale de la nation ». « À elles seules… » : des applaudissements crépitent à gauche et à l’extrême gauche. Plusieurs députés le confirment : la distinction entre anticléricalisme et antireligion n’est plus « en communion d’idée avec un grand nombre de membres de cette Chambre77 ». En fait, même dans la majorité, les députés sont loin de faire tous fi d’une telle distinction, mais personne n’ose contrer des affirmations qui projettent un « avenir de lumière et de progrès78 ». Or cette séparation-là diverge des projets républicains originels (comme de la future loi de 1905).

  • 79 Fils d’un réfugié polonais, cet ancien député s’appelait, en fait, Zygmunt Krzyzanowski.
  • 80 Constat qui vaut également pour ses adversaires de gauche dans cette séance du 26 janvier.

64En effet, ce consensus de bataille où s’impose, au-delà de l’affrontement, une certaine vision républicaine de la Séparation repousse dans l’impensé une autre face du combat républicain historique : celle qui met en avant la « liberté de conscience ». En apparence, l’éditorialiste du Radical Sigismond Lacroix79 le rappelle le 30 janvier. Pour lui Combes a confondu deux niveaux80 : la lutte des « citoyens », qui doivent « travailler de toutes leurs forces par la propagande et par l’exemple » au remplacement « des idées religieuses par des idées contraires », et l’action des « législateurs », qui doivent « assurer à toutes les options religieuses ou philosophiques la même liberté ». Et Lacroix de plaider pour un « jacobinisme libéral ». Cependant, il ne faut pas se fier aux apparences, et la suite montrera dans quel sens restrictif Lacroix utilise l’expression « la même liberté ».

65La proposition de séparation que va déposer Francis de Pressensé, début avril 1903, appuyé par deux grandes autorités républicaines, Buisson et Jaurès (et par Briand), cherche à concilier les deux impératifs, celui d’émancipation républicaine et celui du respect de la liberté de conscience. La libre-pensée ne devient pas une doctrine d’État, mais des dispositions du projet favorisent sa progressive hégémonie. Nous l’examinerons au chapitre 4.

66Pour le moment, constatons que s’il s’agit d’imposer une séparation unissant l’État à la libre-pensée, le propos transgressif du président du Conseil pose une véritable question : le « pays » est-il « prêt » à accepter un tel bouleversement ? La « tempête de cris » ne proviendrait-elle pas aussi d’un « parler vrai » sacrilège ? La rupture des propos convenus du rituel républicain montre le maintien, à l’arrière-fond, du théologico-politique.

Que la Séparation républicaine était belle sous l’Empire !

  • 81 Pour une synthèse, cf. Lalouette 2005a : 243-304.
  • 82 « Cette “seconde expédition de Rome” […] exaspéra les républicains et acheva de les convertir à l’i (...)
  • 83 L’historien (alors connu) H. Martin venait de publier un plaidoyer demandant « le remplacement du r (...)
  • 84 Cf. Simon 2018 [1857]. Lors de la 6e édition de son livre, en 1883, J. Simon ajoute une préface où (...)

67Une certaine représentation de la séparation est donc, au début de 1903, considérée comme La Séparation. Mais, effectuons un flash-back : avant leur arrivée au pouvoir, des républicains en proposaient une autre vision81. Le premier grand discours sur le sujet fut prononcé au Corps législatif le 3 décembre 1867. Après une interpellation sur l’intervention militaire de la France en faveur des États pontificaux82, Jules Simon élargit le débat. Il met en cause le régime du Concordat et des articles organiques83, « échange de bons offices et d’autorité usurpée entre l’État [français] et l’Église [catholique] ». Il ajoute : « chacun d’eux doit se tenir dans sa sphère » et « transgresser la frontière […] entre le monde des consciences et le monde des intérêts matériels » porte atteinte à « la liberté de conscience ». Dix ans auparavant, Simon avait déjà affirmé que seule la Séparation garantissait véritablement cette liberté84.

  • 85 Ce sont effectivement des raisons qui, au début du xxe siècle, incitent des catholiques non ralliés (...)

68Applaudi par la minorité républicaine, le député affirme vouloir la liberté, d’abord pour l’Église catholique elle-même : il faut affranchir les catholiques des entraves « concordataires » qu’ils subissent. Pourquoi « ne nomment-ils pas leurs évêques » ? Pourquoi « les décisions de l’Église universelle ne peuvent arriver à eux qu’à travers un Conseil d’État qui a le droit de les arrêter au passage »85 ? L’orateur donnerait sa vie pour obtenir « la liberté totale » pour ses « adversaires », tout en étant conscient que l’Église catholique, si elle reposait uniquement sur « le droit de convaincre les âmes et d’opérer leur salut », deviendrait « une force redoutable ».

69Bien sûr, cette liberté s’étendrait à tous. Avec l’instauration de la « séparation absolue et définitive », la formule : « L’Église libre dans l’État libre* » deviendrait : « Les Églises libres dans l’État libre » ; une « pleine et entière liberté nécessaire à l’expansion de la pensée » régnerait (Simon 1867 : 17 sqq.). « (Nouveaux applaudissements à gauche) » indique le Journal officiel. On l’évoquera souvent : « la République était belle sous l’Empire », quand les républicains pouvaient s’en tenir au plan des principes.

  • 86 Sur ce sujet, cf. Lalouette 2005a : 298 sqq. Au début des années 1880, Gambetta aurait dit : « La S (...)

70Quoi qu’il en soit, la Séparation constitua un des thèmes porteurs des républicains lors des élections législatives de 1869. Elle figure dans le célèbre programme du Comité républicain de Belleville auquel Gambetta jura « obéissance […] et fidélité », et d’autres personnalités républicaines, comme Jules Ferry, déclarèrent, la « vouloir par-dessus tout86 ».

Le refus républicain de la Séparation dans les années 1880

  • 87 En revanche, la terrible répression de la Commune, souvenir douloureux pour l’extrême gauche, ne fa (...)
  • 88 Père de Francis de Pressensé dont il est question à plusieurs reprises dans cet ouvrage.
  • 89 Et non « protestant libéral » comme le croit M. Larkin (2004 : 118). Sur ces erreurs récurrentes, c (...)
  • 90 Bien qu’A. Bardoux soit ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts de décembr (...)

71Moins d’une dizaine d’années plus tard arrivent les responsabilités du pouvoir, après l’Ordre moral et la crise du 16 mai (1873-1877), courte période qui, pourtant, pèsera très lourd dans la mémoire républicaine87. Les gouvernements républicains réaliseront-ils la Séparation, partie intégrante de leur programme et héritage de la Révolution « confisqué » par Bonaparte ? Le député de centre gauche, Edmond de Pressensé88, pasteur de l’Église évangélique libre89, culte protestant séparé de l’État, dépose une proposition de loi dans ce sens le 6 juin 1873. Elle est adoptée en première lecture un an et demi plus tard, et est reprise par son ami politique, Agénor Bardoux, le 23 janvier 1877. La dissolution de la Chambre interrompt son examen (cf. Zarlenga 2018 : 686). Il n’est pas repris après la victoire des républicains90. Lors de la campagne électorale, « le 4 mai 1877, dans le discours rendu célèbre par la formule “le cléricalisme ! voilà l’ennemi”, Gambetta se fait, à mots couverts, le défenseur du Concordat » (Ducomte & Pech 2011 : 103).

  • 91 Sur « laïcité et séparation » chez P. Bert, cf. Kotovtchikhine 2005.
  • 92 Comme l’a bien vu L. Capéran (1961 : 123-147), qui différencie Ferry « le concordataire », Bert « l (...)

72En mars 1882, la Chambre des députés « prend en considération » une proposition de loi de 79 députés. En deux brefs articles, elle prévoit l’abrogation complète du Concordat au… 1er janvier 1883. Cette année-là, une Commission parlementaire se réunit sous la présidence de Paul Bert91. Elle doit examiner cinq propositions. Son rapport, écrit par Bert lui-même, affirme la nécessité de « modifier en fait ou en droit les rapports qui unissent actuellement l’Église catholique et l’État » et estime que « la logique conduit les sociétés à l’établissement d’une indépendance complète du domaine civil et du domaine religieux ». Pourtant, par 15 voix contre 3, « la dénonciation du Concordat et la suppression du budget des cultes » sont repoussées. Bert est philosophiquement séparatiste (ne serait-ce que par fidélité envers la Révolution) et politiquement concordataire92 !

  • 93 Noter l’expression qui corrobore ce qui a déjà été indiqué : l’État concordataire est déjà considér (...)

73L’argumentation du président-rapporteur différencie les cultes reconnus minoritaires et le catholicisme. « Les juifs et les protestants, dont le long martyrologe est la honte de l’Histoire, […] n’ont rien fait » pour « être frappés [sic !] » par « la suppression du budget des cultes ». En revanche « tout autre est la situation de l’Église catholique » : elle mériterait largement cette « riposte de l’État laïque93 ». Pourtant, se demande Bert, est-ce « l’intérêt de l’État » que d’abolir le Concordat ? Son abrogation provoquera une « lutte […] longue et terrible. Pourquoi la chercher avec ses péripéties redoutables, avec ses éventualités douteuses, quand le Concordat nous l’évite, quand il nous met à l’abri […] de l’envahissement politique de l’Église catholique » et donne les moyens « de punir », si besoin est, ses ministres ?

  • 94 P. Bert, plutôt favorable aux femmes par rapport à l’esprit moyen de son époque, reprend là un lieu (...)

74Il faut donc « attendre que l’éducation publique, et particulièrement celle des femmes94, délivrées enfin de la direction et de l’influence de l’Église, ait préparé des esprits plus indépendants ». La Séparation, juste punition pour les catholiques, serait pourtant dangereuse pour les républicains. Étrange !

  • 95 Larges extraits du rapport in Bert (1900 : 250-270) et in Réveillaud (1907 : 137 sqq.).

75On le constate en tout cas : la Séparation n’est pas perçue comme la fin de la domination de l’Église catholique sur l’État, mais comme le détachement des Français, et plus encore des Françaises, de l’influence du catholicisme. Ce préalable est indispensable à « l’établissement de la liberté religieuse » dont la Commission, affirme in fine Bert, a « essayé de vous montrer les dangers actuels »95. La « France profonde » n’est pas encore mûre pour la Séparation (ainsi envisagée), tout comme les femmes ne sont pas encore aptes à avoir les mêmes droits civils et politiques que les hommes. Les élites républicaines doivent éduquer, diriger les consciences, produire de « l’indépendance d’esprit ». La Séparation est bien, idéalement, toujours la liberté, mais pour y parvenir, il faut prendre les chemins balisés de la rectitude républicaine… et procéder par étapes.

76Anatole Leroy-Beaulieu, catholique républicain « très marqué par la lecture de Tocqueville » (Le Béguec 2013 : 347), constate avec amertume le changement de position. La Séparation n’est plus, comme « naguère », envisagée dans le cadre du libéralisme politique. Elle correspond à des « penchants autoritaires ». L’universitaire s’interroge alors : « le jour de la séparation […], quand on aura prononcé la sécularisation des édifices sacrés, que ferons-nous des centaines, des milliers d’églises […] gloires du génie français » ? « Ira-t-on toutes les convertir en Panthéon ; et chaque bourgade aura-t-elle, pour ses notables […], le temple de ses gloires ou de ses vanités locales ? » Ou alors les « apôtres du progrès » transformeront-ils les églises « en forges, en filatures, en usines », comme sous la Révolution ? Si la « liberté religieuse » présuppose un détachement préalable de l’appartenance religieuse, peut-elle avoir une véritable consistance ? Le débat entre Bert et Leroy-Beaulieu montre que s’est constitué un allant de soi commun sur ce que sera empiriquement la séparation : une mesure d’hostilité envers l’Église catholique et non la possibilité d’un exercice public de la liberté de conscience – allant de soi qui va perdurer.

77Selon Leroy-Beaulieu (s. d., écrit entre 1885 et 1888), « indépendamment de toute foi chrétienne, bien des villages tiennent encore à leur église », car « en face du culte triomphant des intérêts matériels », il est bon qu’« il y ait un monument, en apparence inutile, qui n’abrite qu’un hôte invisible, qui ne rapporte rien, qui ne serve à rien si ce n’est […] à former des hommes honnêtes et des filles chastes ». Et ce « rien » n’est pas rien : « L’État a tout avantage au maintien et à la diffusion des idées religieuses qui, pour nombre de créatures humaines, se confondent avec l’idée même du devoir. » D’ailleurs, si la Séparation pouvait s’accomplir « à une période de calme », dans le contexte de la France des années 1880, elle « serait, pour la République, sa révocation de l’Édit de Nantes ». Nous retrouverons la perception d’une ambivalence (détachement / attachement) de beaucoup de Français à l’égard du catholicisme dans les débats de 1904-1905.

78Significativement, le penseur catholique libéral est moins assuré que le libre-penseur anticlérical de l’adhésion de la « France profonde » au catholicisme. Il pense plutôt à « l’utilité sociale* » de la religion pour l’État et la morale sociale (« hommes honnêtes » et « filles chastes »), dans la filiation des Lumières et du conseiller de Bonaparte, Portalis (cf. Langlois 1979). Il y ajoute une idée plus neuve : l’église comme monument symbolique « inutile », qui trace une limite aux « intérêts matériels ». En 1904, Marcel Proust combattra la Séparation en considérant les cérémonies religieuses comme un théâtre vivant, essentiel à une esthétique du lien social.

79À partir de points de vue politiquement et philosophiquement divergents, Leroy-Beaulieu et Bert s’accordent pour estimer que la Séparation est une impossibilité culturelle, sauf à plonger la France dans une guerre civile. Chaque position possède sa cohérence interne. Celle de Leroy-Beaulieu reprend à son compte la mission de socialisation morale qui est dévolue aux Églises par l’État, ce dernier ne prenant déjà plus parti en matière de « vérité » religieuse. C’est ce que j’appelle le « premier seuil de laïcisation » (Baubérot 1990 : 33-48 ; id. & Milot 2011 : 197-221). Celle de Bert consiste à dire : il faut attendre que la laïcisation de l’école publique, et notamment l’instauration de la morale laïque, fasse son œuvre. Une échéance de vingt ans, c’est-à-dire le fait de former une génération à la citoyenneté républicaine, ne constitue-t-elle pas alors un délai raisonnable ?

80Sans doute. Il est donc d’autant plus troublant qu’en 1903 Combes, qui pour beaucoup de catholiques, représente le « diable » en personne, déclare que « l’idée religieuse [est] une des forces morales les plus puissantes de l’humanité ». C’est, d’une certaine façon, corroborer la perspective de Leroy-Beaulieu. C’est aussi adopter implicitement celle de Jules Simon, tout en en tirant la conséquence inverse : la « force morale » étant portée par « l’idée religieuse », Combes refuse de supprimer les liens concordataires. Deux décennies après Bert, le travail d’« émancipation » à l’égard d’un catholicisme qui mélange morale et dogmes ne semble guère avoir avancé. Pour le président du Conseil, il est toujours urgent d’attendre des jours meilleurs ! Pourront-ils arriver dans un avenir prévisible ? Combes l’affirme (une période « que je crois prochaine »), mais ce propos apparaît à la gauche républicaine comme une simple figure de rhétorique.

Notes

1 Quand les termes « radical » ou « parti radical » seront utilisés sans autre précision, il s’agira de la mouvance du Parti républicain radical et radical-socialiste (PRRRS), fondé en 1901.

2 1802 : loi du 18 germinal an X, ratifiant la convention entre le pape et le Premier Consul, dite « le Concordat », et y adjoignant les articles organiques du culte catholique et de deux cultes protestants (luthérien et réformé) ; 1808 : décret organisant le culte israélite ; les rabbins sont payés par l’État à partir de 1831, et rétribuer les « ministres [d’un] culte non chrétien » apparaît comme une nouvelle preuve de la déconfessionnalisation de l’État. Les autres cultes sont des cultes « non reconnus » bénéficiant d’une tolérance plus ou moins grande selon la situation politique et la manière dont le pouvoir la perçoit. Les principales atteintes à la liberté de ces cultes ont eu lieu sous « l’Empire autoritaire », mais la République des républicains n’a pas mis totalement fin aux restrictions juridiques à la liberté des cultes non reconnus (cf. Zarlenga 2018).

3 Déjà fortement écorné par les mesures prises depuis les années 1880.

4 C’est-à-dire liée au scrutin d’arrondissement, qui le personnalise.

5 Né dans une famille de dix enfants, dont le père était garçon tailleur, ancien séminariste et docteur en théologie, il avait fait un mariage d’amour (pour lui) arrangé (pour elle) avec une jeune fille de 16 ans de la bourgeoisie de Pons (Charente-Inférieure), petite ville où il exerçait la profession de médecin. Opportuniste, il avait glissé vers le radicalisme à la suite du Ralliement, et avait été ministre de l’Instruction publique et des Cultes de novembre 1895 à avril 1896. Cf. Merle 1995. Selon A. C[ombes], il « ne fut jamais un maçon assidu » mais resta « fidèle à l’Ordre jusqu’à sa mort » (Humanisme, octobre 1990 : 75).

6 Acteurs et historiens insistent sur le faible écart de voix entre les deux camps lors du premier tour. B. Joly (2014 : 571 sqq.) remarque, avec justesse, que cela revient à « ranger dans le même camp Drumont et Poincaré » et à supposer qu’ils sont « prêts à gouverner ensemble ». En fait, « consommée dès le premier tour, la défaite de l’opposition ne peut que s’alourdir au second ». C’est exact, mais l’élection oppose, cependant, « ministériels » et « antiministériels » et la Ligue de la Patrie française avait espéré unir ces derniers (cf. Rioux 1977 : 81).

7 En 1904, 36 députés formeront le groupe « socialiste parlementaire ».

8 L’Action libérale populaire (ALP) est un parti conservateur à « tendance catholique », fondé par J. Piou. Il aurait 76 députés selon É. Janet-Vendroux (2013 : 196).

9 Il compte dans la majorité les 13 députés formant à la Chambre le groupe de l’Unité socialiste révolutionnaire, qui déclarent n’être « ni ministériels, ni antiministériels » (É. Vaillant, Revue politique et littéraire, 21 novembre 1903 : 655) et ne sont pas représentés à la Délégation des gauches, mais qui voteront très souvent avec le Bloc. Cf. Bouchet 2014 : 41.

10 Notamment sur le plan de la « question sociale », le ministre des Finances, M. Rouvier, étant très lié aux milieux d’affaires et de la finance. Contrairement au ministère Waldeck, où A. Millerand était ministre – sa décision « personnelle » avait provoqué de très vifs débats internes au sein du socialisme français –, les socialistes ne participent pas au gouvernement, tout en le soutenant beaucoup (Jaurès), ou plus ou moins (Vaillant).

11 En fait, le rôle principal de Jaurès consiste à « fidéliser » l’alliance entre radicaux et socialistes parlementaires. Mais c’est précisément ce qui chagrine l’opposition républicaine.

12 Si la Séparation figure dans les programmes des groupes socialistes, radical-socialiste et gauche radicale, celui de l’Union démocratique, où les avis sont partagés, n’en dit rien. La Séparation est explicitement mentionnée seulement dans le programme électoral de 129 élus, preuve que beaucoup d’élus de gauche ont estimé qu’ils risquaient de perdre des électeurs en mettant en avant cette « grande réforme ».

13 Elle comporte, cependant, une petite frange radicale-socialiste (comme S. Lacroix, éditorialiste au quotidien Le Radical).

14 Il accepte d’en être le « président d’honneur », avec une mise en garde : « La Libre Pensée doit rester la pensée libre. […] Ne nous laissons jamais mener à renier nos principes. Combattons, comme disent vos statuts, tous les dogmatismes et toutes les intolérances, avec la ferme résolution de ne nous prêter jamais ni à un dogmatisme nouveau, ni à une nouvelle intolérance » (Berthelot 1905 : 19).

15 Buisson affirme vouloir faire de la Ligue « un Bloc intellectuel […] comme il y a à la Chambre un Bloc parlementaire » (cf. Martin 2016 : 132).

16 Cf. notamment Fabre 2004 et Naquet 2014.

17 Accusation d’un « complot » antisocial, antipatriotique, anticatholique et d’une captation de la République à son profit ; cf. les travaux de M. Jarrige (2006 et 2010).

18 « En septembre 1903, le convent du Grand Orient rejette une proposition […] exigeant la dénonciation immédiate du Concordat et la mise à l’ordre du jour de la Séparation. […] À l’inverse le convent propose l’adoption du monopole scolaire », écrit J.-P. Scot (2005 : 140).

19 Cf. Nourrisson 1904 : 146 (hostile mais sérieux et bien informé). Pour une synthèse, cf. Ligou 2000.

20 « Officieux » : selon les articles organiques toute assemblée de représentants d’un culte devait être autorisée par le gouvernement. De 1802 à 1905, un seul synode fut autorisé, en 1872 (il se déclara, « en principe, favorable à la Séparation »)… et aucune Assemblée épiscopale, même par les gouvernements « cléricaux » (Restauration, Empire autoritaire, etc.).

21 Précision importante : plusieurs personnalités du courant protestant « évangélique » – qui proclame « l’autorité souveraine des Saintes Écritures en matière de foi » et s’oppose au « libéralisme » théologique, qui privilégie la « morale chrétienne » – vont jouer un rôle important dans le processus de Séparation. Beaucoup d’historiens les qualifient de « protestants libéraux », à cause du lieu commun selon lequel seuls des « croyants modérés » pourraient être partisans de la laïcité. Or, à cette époque, des évangéliques, prônant la « profession personnelle de la foi », sont séparatistes et des libéraux, souhaitant que le christianisme influence moralement la société, se montrent plus réservés.

22 Sur la diversité des options protestantes face à la Séparation, cf. Rochefort-Turquin 1984.

23 Combes s’est préoccupé de la candidature d’E. Réveillaud à la députation (cf. fonds Émile Combes, 13J, archives départementales de la Charente-Maritime, à La Rochelle).

24 Les séances parlementaires seront citées d’après le compte-rendu du Journal officiel (JO) daté du lendemain (par exemple, le JO du 21 octobre 1902, pour la séance du 20 octobre et ainsi de suite).

25 Roche est, avec H. de Rochefort, un des principaux collaborateurs de la publication Le Blanquiste au début des années 1890. Celle-ci décline quatre thèmes principaux : « un anticléricalisme farouche » (les « religions révélées sont une forme d’esclavage* moral »), une sacralisation de la « patrie républicaine » (dont les « ennemis » vont des monarchistes à Jaurès), un « antisémitisme » virulent (les socialistes sont « vendus aux Juifs »… dont le revenu moyen équivaudrait à 250 fois celui d’un « Français moyen ») et un « antiparlementarisme » qui ne l’est pas moins (Roche écrit : « faire du parlementarisme, c’est ouvrir la porte aux rhéteurs et la fermer aux révolutionnaires »). Cf. Howorth 1982 : 78 sqq.

26 B. Joly (1998 : 352 sqq.) le décrit comme partisan d’un « socialisme national […] farouchement antidreyfusard, très antisémite », qui « ne semble pas gêné de côtoyer […] ses pires ennemis de classe ».

27 Un des leitmotivs de la gauche consistait à dire qu’elle utiliserait le (dit) « milliard des congrégations* » pour instaurer un régime de retraites ouvrières.

28 Barrès reconnaît que « pour les nationalistes le contrat concordataire n’est point intangible », mais, ajoute-t-il, ceux-ci « savent que détruire cette religion chrétienne, […] telle que notre race l’a faite, ce serait travailler contre la France » (Parsons 1904 : 524).

29 Si H. Brisson insiste sur l’absolue nécessité d’abolir la loi Falloux, il se montre parfois plus imprécis sur l’instauration du monopole. Néanmoins, dans Le Siècle du 24 avril 1903, il affirme qu’interdire les congrégations enseignantes sans instaurer le monopole aboutirait à une situation « pire » qu’auparavant. De son point de vue, il n’avait pas forcément tort (cf. le postlude). Même position, favorable au monopole, au Grand Orient, au congrès du PSF (avril 1903) puis, surtout, du PRRRS (octobre 1903), à celui de la libre-pensée (décembre 1903)…

30 Comme d’autres, J. Lasies reprochera au gouvernement de privilégier l’anticléricalisme au détriment des réformes sociales (retraites ouvrières, etc.).

31 Cela se vérifiera en 1904 avec le juriste monarchiste G. de Lamarzelle, sénateur du Morbihan, H. de Gailhard-Bancel, député de l’Ardèche, et l’académicien orléaniste, le comte d’Haussonville.

32 Pour Barrès, il pouvait entrer une part de « tactique » dans la demande d’abrogation du Concordat : vu la façon dont « nos anticléricaux » la feraient, « dans chaque village », le curé deviendrait un « forcené agent électoral » du candidat nationaliste (Parsons 1904 : 525).

33 Une circulaire du 9 juillet décide de fermer les écoles non autorisées de congrégations elles-mêmes autorisées (application de la circulaire de Waldeck-Rousseau du 5 décembre 1901) et, « du 26 juillet au 11 août 1902, [Combes] transmet aux préfets pas moins de quatre circulaires relatives au comportement du clergé » (Bouchet 2018a : 241).

34 À Beuzec-Conq, un prêtre jette lui-même « un sceau d’urine mélangée de matières fécales ». « Même jet de matières fécales » à d’autres endroits, par « des femmes de l’aristocratie locale » (Le Goff 2006 : 256) : au-delà de l’élément scatologique, c’est la portée symbolique de tels gestes qui est signifiante.

35 Elle saluera ainsi son départ du pouvoir : « En te chassant vaurien on fit une œuvre saine ! / On éloigna les cœurs de ton infecte haleine / En te chassant, ô monstre !, on chassait un haineux / Un être dont le cœur a l’esprit venimeux / Rappelant traits pour traits celui que d’âge en âge, / Le juste avec horreur et l’impie avec rage / Désignent sous le nom de traître et de Judas / Ô Combe, scélérat, tu marches sur ses pas » (Anonyme 1905 : 9).

36 Clemenceau parle des « sociétés civiles » et non de l’État, cette distinction est capitale chez lui.

37 Sa profession de foi de 1902 indique : « Je suis républicain, nationaliste, antisémite et plébiscitaire » (Joly 1998 : 38).

38 Bien que ses adversaires et même certains de ses « amis » aient cherché à convaincre l’opinion publique de sa prétendue « médiocrité ».

39 « Brève mais percutante » définition d’Alain (donnée à la mort de Combes en 1921) reprise par G. Merle (1995 : 408). Combes et le combisme représentent le pic de ce système, dont la définition pourrait être appliquée à l’ensemble des politiques d’anticléricalisme d’État de plusieurs ministères durant la période 1878-1905.

40 F. Broudic (1997 : 82) cite un instituteur qui affirme : si le catéchisme « était donné en français, […] les progrès des enfants seraient beaucoup plus rapides [… et] la fréquentation scolaire […] plus régulière car tous les enfants viendraient à l’école, en vue de l’étude du catéchisme ». Comme le rappelle l’auteur, le combat contre les langues régionales est mené contre les Flamands dès 1890 par le directeur des Cultes, Ch. Dumay, toujours en place lors du Bloc.

41 Le gouvernement de Waldeck-Rousseau a suscité des accusations aussi virulentes. Un exemple : l’éditorial du quotidien Le Républicain de Seine-et-Marne, le 1er janvier 1902 : « Nous sommes gouvernés par des Jacobins dont les moyens ordinaires sont la haine et la suspicion d’une part, la corruption de l’autre. Pas un fonctionnaire qui n’ose bouger. Il serait immédiatement dénoncé et exécuté sans pitié. C’est le régime de la terreur. […] le pouvoir est exercé par la coalition la plus immorale qu’on puisse imaginer. »

42 G. Baal (1977) a donné une synthèse des « adresses » de 1904 (celles de 1902 et 1903 n’ont pas été conservées) ; cf. également le fonds Émile Combes des archives départementales de la Charente-Maritime.

43 J.-P. Machelon (1976 : 334) met d’ailleurs ensemble sous le titre « la République combattante » les gouvernements de Défense républicaine et du Bloc des gauches, quant aux atteintes aux libertés.

44 Curieusement, É. Poulat (2007 : 12) prétend que la « liaison amoureuse » n’a « [ni] preuve ni vraisemblance ». Malgré leur entrevue secrète à Barcelone, on ne peut pas avoir, bien sûr, la preuve d’un passage à l’acte. Mais doit-on parler seulement d’« amitié » quand la princesse carmélite écrit à Combes qu’elle souhaiterait être « l’enchantement, le charme de [sa] vie » et, pour lui, « l’excitant et le repos, le stimulant et le calmant » ; quand elle lui « avoue » : « je suis à demi ignorante sur certains sujets, mais j’en suppose assez pour deviner que quand une femme aime, elle se donne » (cf. Bibesco 1994) ? Pour ma part, ayant lu les lettres de la princesse carmélite (archivées à la bibliothèque de Pons), j’estime peu douteux qu’elle ait été amoureuse de son « cher Émile ».

45 Dont la célèbre « affaire des fiches », qui provoque la chute de Combes mais a été mise en place sous le gouvernement Waldeck-Rousseau (cf. chapitre 8), alors que l’on a prétendu : « c’était bien une idée d’ancien séminariste » (cf. Zeldin 2003, V : 334).

46 Cet aspect a donné lieu à plusieurs travaux depuis l’ouvrage classique de J.-P. Machelon en 1976, portant sur la période 1878-1914. J. Bouchet (2018a) en donne l’étude minutieuse la plus récente : j’y renvoie.

47 En revanche, en 1928, lors de l’inauguration à Pons par Édouard Herriot d’un monument dédié à É. Combes, les affrontements feront un mort. Plus de vingt ans après la fin de son ministère et malgré sa participation à un gouvernement d’Union sacrée pendant la Grande Guerre, les esprits étaient loin d’être calmés.

48 Les métaphores militaires sont souvent utilisées pour décrire sa politique. Ainsi, pour Buisson, Combes dirige une « armée de défense républicaine » où, « comme dans toute armée en marche », il y a une « avant-garde et [une] arrière-garde, ici des impatients et là des traînards » (Revue politique et littéraire, 5 décembre 1903 : 722).

49 Et futur secrétaire de la Commission parlementaire sur la séparation.

50 Le terme « congrégation » est très souvent utilisé au singulier – avec parfois, comme ici, une majuscule – par la majorité blocarde, pour suggérer l’idée d’une entité à direction (et volonté) unique ; fervent catholique, le comte d’Haussonville, lui, comparait les congrégations à « une bande de pigeons » qui « se [donnaient] réciproquement quelques coups de bec » (Le Figaro, 4 janvier 1905).

51 Député du Var, Allard est, comme Dejeante et Vaillant, de tendance blanquiste et il sera un membre actif de la Commission parlementaire sur la Séparation (cf. Fabre 2005a) puis proposera un contre-projet (cf. tome II).

52 Le député se situe dans la lignée de Renan (dont la réflexion s’est, en fait, complexifiée, comme le montre Hartog 2017 : 83-94) et… Hitler n’était certes pas prévisible. Il n’empêche, de tels préjugés étaient très courants à l’époque et ont créé un certain climat nauséabond.

53 Publication du judaïsme libéral. Toutes les références à cette publication sont des articles d’H. Prague et proviennent d’un recueil de textes établi par M. Gelbard (2004).

54 La publication remarque que si l’ancienne société juive était « théocratique », « l’élément prêtre était battu en brèche par ces admirables tribuns qu’étaient les prophètes », et elle cite Isaïe, Osée, Jérémie.

55 Selon une circulaire de 1834, ce n’était pas le cas, mais Waldeck-Rousseau puis Combes lui-même les considéraient comme tels.

56 Assemblée parlementaire du Consulat, du Premier et du Second Empire.

57 Un an et demi plus tard, ces arguments deviendront des lieux communs.

58 À noter qu’ultérieurement Allard dotera sa fille pour qu’elle puisse devenir religieuse, donnant la primauté à la liberté de conscience sur ses convictions propres.

59 Compte-rendu du convent de 1900 du Grand Orient : 82, cf. Nourrisson 1904 : 93.

60 « Les » représente « les idées religieuses » des « quatorze siècles écoulés ».

61 « Borné », sans doute au sens classique de limité dans ses ambitions.

62 A fortiori, pour Combes, en est-il de même pour l’islam en Algérie, où différents décrets des années 1880 avaient permis le maintien d’« écoles publiques islamiques […] exception dans l’établissement gouvernemental de la morale laïque » (McIntire 1997 : 288). Dans son Rapport de 1892, sur « l’enseignement primaire indigène », Combes préconisait « pour nos instituteurs, l’obligation étroite de témoigner le plus profond respect à la religion indigène, c’est-à-dire au livre [le Coran] qui en est l’expression » (cf. Dimier 2001 : 69).

63 Combes était président de la Commission sénatoriale sur les congrégations et avait adopté une position stricte. Les accents spiritualistes de sa présentation n’avaient probablement guère attiré l’attention.

64 On a, au contraire, « trop bien entendu » leur sera-t-il rétorqué !

65 Note confidentielle anonyme au cabinet de Combes, 27 janvier 1903 : Archives nationales (AN) F/7/12553.

66 Autre note anonyme au cabinet de Combes, 27 janvier 1903 : AN F/7/12553.

67 Allusion à l’épigramme de N. Boileau sur P. Corneille : « Après l’Agésilas, Hélas ! – Mais après l’Attila, Holà ! »

68 Clemenceau paraphrasera cette image aux dépens des partisans du monopole enseignant de l’État laïque : « quel concile de pions* sera chargé de donner la formule d’un jour ? » (Sénat, 17 novembre 1903).

69 Cela ne signifie pas une adhésion à la Séparation : Le Radical précise, en effet, que si Combes s’était contenté de dire que la demande d’Allard était inopportune, « il n’y aurait rien eu à lui reprocher ».

70 D’autant plus qu’il est lui-même parfois suspecté sur ce point, sa fille ayant effectué sa première communion.

71 Cf. Bruley 2004 : 97 ; Larkin 2004 : 115 ; Mayeur 2005 : 26 sqq. ; Scot 2005 : 181…

72 Un exemple : Ch. Bos, dans Le Rappel du 29 janvier 1903, s’inquiète : « Les masses qui sont simplistes […] diront que si la morale religieuse est nécessaire, l’enseignement congréganiste doit être […] supérieur à l’enseignement laïque » et « que vont dire les cent mille instituteurs et institutrices » qui enseignent la « morale laïque » à leurs élèves ?

73 Ainsi J.-L. de Lanessan évoquera « la séance de la Chambre dans laquelle il [Combes] avait déclaré que l’école laïque et neutre était incapable d’enseigner la morale » (Le Siècle, 21 octobre 1904).

74 P. Berger, E. Goffman, T. Luckmann, A. Schütz…

75 Chez Durkheim, la « société idéale […] fait partie […] de la société réelle », sans se confondre avec l’empirie. Et les « conflits, quand ils éclatent, ont lieu non entre l’idéal et la réalité, mais entre des idéaux différents, entre celui d’hier et celui d’aujourd’hui » (2008 : 604 sqq.). Comment ne pas y voir une allusion à la lutte entre « la France cléricale » et la « France anticléricale » ? D’ailleurs pour F. Isambert (1982 : 267), Durkheim, en étudiant le totémisme australien, effectue en fait une « référence implicite » aux problèmes de son temps. Détour intéressant !

76 Double captation du terme de « républicain » : non seulement les adversaires du Bloc ne sont pas considérés comme « républicains », mais les antiséparatistes de la majorité blocarde sont en déficit de légitimité républicaine.

77 Député et éditorialiste, A. Ranc justifiera ainsi sa position séparatiste : « Nous disions naguère : le cléricalisme voilà l’ennemi ! Ce n’est pas notre faute si le cléricalisme se confond maintenant avec l’Église » (Le Radical, 23 septembre 1904).

78 Combes (1904 : 350) lui-même définit ainsi la République dans son hommage à Renan (13 septembre 1903).

79 Fils d’un réfugié polonais, cet ancien député s’appelait, en fait, Zygmunt Krzyzanowski.

80 Constat qui vaut également pour ses adversaires de gauche dans cette séance du 26 janvier.

81 Pour une synthèse, cf. Lalouette 2005a : 243-304.

82 « Cette “seconde expédition de Rome” […] exaspéra les républicains et acheva de les convertir à l’idée de Séparation » (Lalouette 2005b : 89).

83 L’historien (alors connu) H. Martin venait de publier un plaidoyer demandant « le remplacement du régime du Concordat par le régime de la liberté des cultes comme en Amérique » (1865 : 19) et E. de Pressensé une « histoire des relations de l’Église et de l’État de 1789 à 1802 » (1864, rééd. 1867) favorable à la Séparation.

84 Cf. Simon 2018 [1857]. Lors de la 6e édition de son livre, en 1883, J. Simon ajoute une préface où il craint une séparation non libérale, car, écrit-il, ses tenants, aujourd’hui, sont dépourvus du « souci de la liberté religieuse » (cité par El Gammal 2018 : 196).

85 Ce sont effectivement des raisons qui, au début du xxe siècle, incitent des catholiques non ralliés à se montrer opposés au Concordat.

86 Sur ce sujet, cf. Lalouette 2005a : 298 sqq. Au début des années 1880, Gambetta aurait dit : « La Séparation des Églises et de l’État, mais ce serait la fin du monde ! »

87 En revanche, la terrible répression de la Commune, souvenir douloureux pour l’extrême gauche, ne fait pas partie de cette mémoire partagée dans la période que nous étudions.

88 Père de Francis de Pressensé dont il est question à plusieurs reprises dans cet ouvrage.

89 Et non « protestant libéral » comme le croit M. Larkin (2004 : 118). Sur ces erreurs récurrentes, cf. note 21 de ce chapitre. Battu aux élections de 1876, E. de Pressensé devient sénateur inamovible en 1883 (cf. Sanson 1995 : 445 sqq.).

90 Bien qu’A. Bardoux soit ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts de décembre 1877 à février 1879.

91 Sur « laïcité et séparation » chez P. Bert, cf. Kotovtchikhine 2005.

92 Comme l’a bien vu L. Capéran (1961 : 123-147), qui différencie Ferry « le concordataire », Bert « le concordataire séparatiste », Goblet « le séparatiste circonspect » et indique que Bert est le moins « libéral » des trois.

93 Noter l’expression qui corrobore ce qui a déjà été indiqué : l’État concordataire est déjà considéré comme « laïque » par les républicains des années 1880.

94 P. Bert, plutôt favorable aux femmes par rapport à l’esprit moyen de son époque, reprend là un lieu commun.

95 Larges extraits du rapport in Bert (1900 : 250-270) et in Réveillaud (1907 : 137 sqq.).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search