Version classiqueVersion mobile

La loi de 1905 n’aura pas lieu

 | 
Jean Baubérot
, 
Dorra Mameri-Chaambi

Prélude. Séparation/séparations : paradoxes et rebondissements

Texte intégral

1La guerre de Troie n’aura pas lieu, tel est le titre de la pièce de théâtre écrite, en 1935, par Jean Giraudoux. Est-il possible d’intituler la présente étude La loi de 1905 n’aura pas lieu ? Normalement non : une loi « n’a pas lieu », elle est votée (ou pas). Et pourtant la loi de 1905, séparant les Églises de l’État, n’est pas une loi comme beaucoup d’autres, elle constitue un événement historique majeur de l’histoire contemporaine de la France. Presque à l’égal de la Déclaration des droits de 1789, elle symbolise une caractéristique essentielle de la République (« indivisible, laïque, démocratique et sociale ») et apparaît comme un aspect fondamental du lien politique qui doit « unir » le peuple français, lui permettre de faire société, « dans le respect des convictions de chacun ».

  • 1 J.-M. Mayeur (2005 : 8) affirmait lors du centenaire : « Il serait trop long de relever les présent (...)

2C’est d’ailleurs à cet événement fondateur que politiques, intellectuels, journalistes, éditorialistes, citoyens… se réfèrent quand ils – et elles – invoquent la « loi de 1905 », plus qu’au contenu de la loi elle-même. On peut constater en effet que, souvent, des erreurs factuelles, des confusions sont faites1, et que les phrases rituelles qui la résument le mieux (« la religion, affaire privée » ; « le droit égal de croire et de ne pas croire »…) font l’objet d’interprétations très divergentes.

Affrontement irréductible et… compromis

3Les deux premiers articles de la loi, qui en forment les « Principes », sont régulièrement cités, les quarante-deux autres sont plus mal connus. Parmi les personnes qui s’expriment sur la Séparation, certaines seraient dans l’embarras si elles devaient paraphraser les dix ou douze articles qui restent toujours essentiels. Parfois, un chroniqueur remarque que le terme même de « laïcité » ne figure pas dans la loi, mais il ne sait trop que faire d’un tel constat, fort embarrassant si on ne sait pas l’expliquer.

  • 2 Des guillemets seront mis à la première utilisation de termes qui revêtent des sens divergents suiv (...)
  • 3 Cette idée résume la position des républicains « concordataires ».

4De nombreux propos contradictoires sont tenus sur les raisons du vote de cette loi. Il est souvent affirmé qu’elle « met fin à la domination de l’Église [catholique] sur l’État ». Étrange diagnostic : les « républicains2 » sont arrivés au pouvoir à la fin des années 1870 et il semble curieux qu’ils aient accepté, pendant un bon quart de siècle, semblable tutelle. N’ont-ils pas, bien avant 1905, proclamé que « l’État est laïque » et forgé le néologisme de « laïcité » ? Relisons les discours et les écrits de Jules Ferry, Ferdinand Buisson, Paul Bert, Émile Littré… Et, quand le processus de la Séparation commence à prendre tournure, ses partisans doivent réfuter l’idée que « le budget des cultes est la rançon de la liberté d’action de l’État laïque » (Le Rappel, 9 avril 1903)3.

  • 4 Expression antinomique avec l’idée d’une domination politique du catholicisme.
  • 5 Dans cet ouvrage, « séparation » désigne tendanciellement une réalité empirique (une proposition ou (...)
  • 6 Même chez de très bons historiens : J.-M. Mayeur, É. Poulat… Ce n’est pas l’optique dominante de ce (...)

5D’ailleurs, mettant leurs actes en accord avec leurs propos, les républicains ont laïcisé la mort (le cimetière en 1881, les funérailles en 1884 et 1887), l’école publique (lois de 1882 et 1886), les mœurs (loi sur le divorce, 1884), etc. Souvent, on qualifie ces mesures d’« anticléricalisme d’État4 ». En un certain sens, la Séparation5 constitue le couronnement de cette politique anticléricale et la victoire d’une moitié de la France sur l’autre. Mais alors pourquoi le terme « compromis » s’est-il socialement imposé pour la définir6 ?

  • 7 C. Pelletan, ministre de la Marine du Bloc des gauches, cf. Lerner 2005 : 142.

6Un « compromis », vraiment ? La sociologue Danièle Hervieu-Léger décrit plutôt un « affrontement » dont « l’enjeu décisif […] est celui de l’incompatibilité définitive entre deux visions du monde, deux univers de valeurs et deux systèmes de normes ». Pourtant, elle ajoute que, « votée dans une atmosphère de guerre de religion », la loi de 1905 « apporta paradoxalement une solution de compromis, difficilement mais progressivement intégrée par les protagonistes » (Hervieu-Léger 2003 : 66). En quelques lignes, l’énigme (la « cruelle énigme » selon un acteur de l’époque7) est clairement posée : affrontement, incompatibilité, atmosphère de guerre de religion, solution de compromis, difficulté pour les deux camps d’accepter la loi, et, surtout, usage du terme « paradoxalement ». L’élaboration de la loi de séparation et son application constituent une suite de paradoxes improbables. In fine, un affrontement inconciliable a abouti à une victoire conciliante. L’historien risque alors de raconter cette histoire à partir de son aboutissement, de gommer les précipices qu’elle a côtoyés et ses nombreux virages.

7Voici trois exemples de paradoxes, qui seront analysés au cours de cette étude.

Premier exemple. Un (semi-)adversaire de la Séparation en serait-il l’auteur ?

8Lors du centenaire de 2005, la Ligue de l’enseignement constate que « la loi de 1905 est encore largement attribuée à Émile Combes », le président du Conseil (juin 1902 – janvier 1905) le plus « anticlérical de la Troisième République ». Fait nouveau sur le plan des représentations collectives, la Ligue combat cette « idée reçue » en se fondant sur des recherches historiques déjà connues des spécialistes (Ligue de l’enseignement 2005 : 6 sqq.).

9De fait, le 26 janvier 1903, le chef du gouvernement, que ses partisans appellent familièrement le « Petit Père » (Risse 1994), refuse catégoriquement d’effectuer la Séparation. Mettant en avant des raisons de fond, il la renvoie aux calendes grecques, provoquant l’ire d’une part importante de sa majorité et les applaudissements chaleureux des opposants du Bloc des gauches. Ces derniers citeront souvent ses propos pour réclamer le maintien du Concordat.

  • 8 Le Radical du 11 septembre 1904 admet que cette initiative récurrente pouvait prêter à rire. Selon (...)
  • 9 Les structures symboliques sont porteuses de contraintes sociales. Cet ouvrage voudrait mettre cet (...)

10La Séparation, c’est l’Arlésienne, la Belle au bois dormant de la Troisième République ! La Révolution l’a accomplie en 1795 et, dès la fin du Second Empire, elle figure dans le programme républicain. Lors de la « République des républicains », advenue à la fin des années 1870, chaque année ou presque, des parlementaires demandent « de manière rituelle8 la suppression du budget des cultes » et la presse satirique combat le Concordat par des caricatures montrant « des curés gros et gras se présentant devant une guichetière – Marianne – qui leur [livre] des sacs d’or » (Lalouette 2005a : 342 sqq.). Pour certains candidats, la Séparation représente un excellent argument électoral qu’ils se dépêchent d’oublier devenus députés. Non forcément par goût de trahir leur promesse mais parce que s’il était symboliquement9 nécessaire de la faire, elle paraissait totalement impossible à réaliser.

11La « faute » de Combes consiste à refuser de célébrer le rituel séparatiste, à ne pas prononcer les mots convenus, et non à avoir, une nouvelle fois, ajourné le passage à l’acte. Ce 26 janvier 1903, n’importe quel responsable politique annonçant qu’une loi de séparation serait adoptée le 3 juillet 1905 (puis promulguée le 9 décembre) aurait provoqué l’incrédulité générale. En novembre 1903, les choses ayant évolué, Clemenceau déclare, au Sénat, espérer voir la Séparation se réaliser « de son vivant ». Il mourra en 1929 !

  • 10 Selon l’expression heureuse de J. Bouchet (2018a : 125). Celui-ci estime que Combes est encore majo (...)
  • 11 Exemples d’attribution de la loi de 1905 à É. Combes : Marianne (11-17 mars 2016), Le Canard enchaî (...)

12Tardivement rallié à la Séparation, auteur d’un projet qualifié de « Constitution civile du clergé » par Clemenceau à « l’opposé » d’une perspective séparatiste selon Ferdinand Buisson, mécontent du texte finalement adopté, Combes n’en fut pas moins considéré, pendant des décennies, comme « l’auteur » de la loi de 1905. Si maintenant ceux qui lui attribuent explicitement cette paternité sont moins nombreux, ce « transfert mémoriel10 » persiste11 pourtant et l’optique « combiste » de la Séparation française imprègne encore l’imaginaire collectif, en France et hors de France. Les contrevérités ont la vie dure quand elles correspondent à des intérêts idéels et/ou matériels. Même quand le savoir semble progresser, le feu couve toujours sous la braise. Représentations collectives et connaissances d’ordre scientifique constituent deux réalités divergentes.

13En 2005, la « loi Combes » est néanmoins devenue, pour une partie des personnes informées, la « loi Briand », ce qui est plus exact. Cependant, comme tout événement majeur, la Séparation est, avant tout, le résultat d’innombrables interactions, voire de parties de poker menteur, et donc une création collective. La mémoire ne peut tout retenir ; elle minore, ou oublie, le rôle important de certains acteurs ; elle néglige les indispensables seconds rôles, notamment les « auxiliaires dont l’action [est restée] cachée, […] agents secrets de la vie publique », et bien d’autres qui ont porté « un demi-masque » (Le Bras 1959 : vi). Elle minimise la vitalité, l’ampleur et le pluralisme de la libre-pensée. Elle tend à réduire les réactions des Français catholiques à celles de la minorité active qui a provoqué la crise des inventaires*. Elle ne se pose guère la question des changements et des continuités liés à la Séparation, dans la vie quotidienne, politique, sociale et religieuse des habitants des départements de la République et des colonies de l’Empire.

Deuxième exemple. Un point aveugle de la mémoire collective : l’article 4

  • 12 Constat réalisé dès 1909, avec Debidour : 466 sqq. ; ensuite avec Dansette 1951 : 347 sqq. ; Mayeur (...)

14Aujourd’hui, la loi est souvent réduite à ses deux premiers articles. Cela ne correspond nullement à la réalité des débats parlementaires et des polémiques de l’époque entre républicains. Les historiens universitaires l’écrivent et se heurtent à une surdité générale : l’affrontement le plus vif porte sur un ajout effectué à l’article 4 du projet de la Commission12.

  • 13 Sur « la conception américaine de la laïcité », cf. Zoller 2005 ; Lacorne 2012.
  • 14 Cette question sera largement traitée dans le tome II. L’important consiste à percevoir, dès à prés (...)

15Cet article 4 concrétise la Séparation en définissant le type d’associations aptes à recevoir la dévolution des édifices du culte (églises, temples, synagogues). Il donne, en bonne part, l’interprétation légale de la déclaration de principe : « La République […] garantit le libre exercice des cultes » (extrait de l’article 1er). Sous une formulation un peu technique, il définit quel type de séparation est effectué. En effet, ce vocable peut recouvrir des réalités hétérogènes : la séparation américaine* (1791) est différente de la française13 ; certains, comme Régis Debray (1990), les opposent. Or, lors des débats sur l’article 4, la majorité de la gauche rejette la modification de cet article qui, selon elle, changerait le sens même du terme de « séparation14 ». En effet, alors que la mouture originelle aurait permis une « concurrence » entre les membres des Églises établies et d’éventuels mouvements « schismatiques », que certains espéraient voir se développer grâce à l’abolition du Concordat, la formule ajoutée précise que les associations affectataires « [se conformeront] aux règles générales du culte dont elles se proposent d’assurer l’exercice ». En clair, « fidèles » et « ministres » de cultes « schismatiques » devront trouver de nouveaux locaux pour leurs cérémonies religieuses.

  • 15 Avec L. Barthou (centre gauche) et P. Deschanel (centre).
  • 16 Un exemple : le DVD La Séparation, film de F. Hanss, écrit par B. Fuligni et produit par LCP – Asse (...)
  • 17 Sur la figure du Jaurès après Jaurès, cf. l’étude de Duclert (2013).
  • 18 Il manque une étude d’ensemble sur A. Ribot. Celle de Badier (2016) s’arrête en 1895.
  • 19 Briand et Jaurès sont d’ailleurs accusés par une partie de la gauche de s’être « enribotés ».
  • 20 Quitte à ce que certains, comme Fr. de Pressensé qui a pourtant joué un grand rôle, soient égalemen (...)

16Proche de Buisson, président de la Commission parlementaire, le radical Charles Dumont propose de supprimer l’ajout, pour faire prévaloir une conception plus classiquement républicaine de la Séparation où la liberté de conscience est avant tout une liberté individuelle. Son amendement est battu par 368 voix contre 198 par une coalition allant des socialistes parlementaires (Aristide Briand, rapporteur de la Commission, Jean Jaurès…) au centre, dont le leader Alexandre Ribot a lancé le débat15, et même à une part de la droite. Significativement, du triangle Briand – Jaurès – Ribot, on se focalise aujourd’hui sur l’apport du seul Jaurès16 (qui remplace Combes comme caution emblématique de gauche à la loi17). En revanche, on oublie l’alliance « contre nature » d’une partie de l’extrême gauche avec Ribot18. Celui-ci, tout en ayant voté in fine contre cette loi, en reste l’un des architectes19. On minimise fortement, également, le rôle de Buisson qui fut capital jusqu’à ce débat. Voilà un des nombreux paradoxes de la séparation « à la française » et d’un récit qui, sans en avoir conscience, tend à adopter le point de vue des vainqueurs20 et à oublier ce qui semble gênant dans leur victoire.

17Après le vote de l’article 4 modifié, un farouche antiséparatiste, le comte Albert de Mun, jubile : « M. Buisson [est] blêmi par la défaite » ; Briand et Jaurès apparaissent comme de « singuliers vainqueurs » (La Croix, 25 avril 1905). En revanche, une campagne de presse s’engage, dans la mouvance radicale, contre les « bourgeois de Calais », les « socialistes papalins » qui ont trahi leur camp. De son côté, Jaurès se réjouit : « La Séparation est faite. » L’avenir lui donnera tort, mais, sur le moment, on peut le croire.

  • 21 Au sens de M. Weber (1965 : 130).

18La méconnaissance de ce conflit constitue un déni de réalité dans la mémoire collective. Le récit social dominant raconte la loi de 1905 dans le cadre d’un affrontement gauche-droite qui n’est que partiellement pertinent. Ce constat peut être « désagréable21 » pour les choix citoyens de l’auteur, il s’impose à lui, comme historien. Or, le fait que des adversaires du Bloc des gauches aient arbitré un conflit décisif entre le président et le rapporteur de la Commission perturbe les restes de légende noire qui subsistent dans un certain imaginaire culturel catholique, et les restes de légende dorée présents chez certains militants laïques. Et des récits historiques rétrospectifs considèrent comme évident que Briand et Jaurès avaient « raison » et, qu’au contraire, Buisson et Clemenceau avaient « tort ». C’est peut-être plus compliqué !

  • 22 Devenu l’article 8 de la loi.
  • 23 Au sens de membres du Parti républicain radical et radical-socialiste. Mais, à l’époque, les partis (...)
  • 24 Devenu l’article 19 de la loi.
  • 25 J. Jaurès in UAM (Union pour l’action morale) 1905, fasc. 10 : 548 (intervention à la séance du 28  (...)
  • 26 Cela rend ce fait d’autant plus intéressant (cf. le tome II) !

19Revenons au déroulement des faits : en modifiant à leur tour l’article 6 du projet22, qui porte sur les conflits possibles entre les associations qui se disputeraient l’usage d’un édifice du culte, les radicaux23 imposent un relatif correctif. Le changement de cap, effectué par le trio Briand – Jaurès – Ribot, sera-t-il en partie déjoué ? Le suspense continue. L’affaire va se jouer, au final, lors du débat sur l’article 17 du projet de la Commission24 qui fera pencher la balance. Le président Buisson compte bien imposer son point de vue et prendre sa revanche sur le rapporteur. Jaurès reconnaît publiquement un « paradoxe » : son ami Briand ne pourra l’emporter qu’avec un nouvel appui du centre et de la droite. Il prévoit un vote serré25 (ce qui, en définitive, ne sera nullement le cas26). Ce second affrontement, à la différence du premier, n’est pas mentionné par la plupart des historiens.

20Clemenceau laisse entendre dans La Dépêche du 1er juillet 1905 qu’il pourrait bien faire rejeter l’article 4 par le Sénat. Après avoir prononcé un discours tonitruant accusant la Chambre des députés de ne pas avoir réalisé une séparation qui émancipe le pays de l’Église catholique, « pris dans un étau », il n’en fait rien. Nouveau paradoxe ! La route qui mène à la loi de 1905 comporte de nombreux virages, elle fait des détours inattendus !

Troisième exemple. D’une histoire mondiale de la laïcité à la française aux lois de séparation

  • 27 Formule qu’en fait, le politiste A. Leroy-Beaulieu avait déjà suggérée (cf. le tome II).

21En raison du vote de l’article 4, il est impossible de raconter la séparation de 1905 comme « la fameuse exception française » (HCI 2007 : 194). Maurice Larkin (2004 : 191) a prouvé que l’auteur de l’ajout crucial est Francis de Pressensé. Le président de la Ligue des droits de l’homme, alors une grande figure du socialisme, trouve la formule, qui déclenche la fureur des radicaux, aux États-Unis et en Écosse27. Cet État fédéral et cette nation du Royaume-Uni ont servi de modèles au tournant décisif pris par la séparation française.

22D’autres pays sont évoqués dans le débat, comme des exemples utiles pour réussir la Séparation en France, du Canada à l’Espagne et au Japon, en passant par les États-Unis, le Mexique, le Brésil, la Suisse… Briand consacre un chapitre de son rapport aux « législations étrangères », notamment celles où l’État est déjà « laïque ». Cette partie du texte sera supprimée par l’Assemblée nationale, lors de la réédition du rapport en 2005 (Assemblée nationale 2005). Au xxie siècle, une représentation franco-française du processus de séparation prévaut, ce qui le fausse. Seule une « histoire mondiale » de la laïcité en France, pour paraphraser le titre de l’ouvrage dirigé par Patrick Boucheron (2017), peut comprendre et expliquer la possibilité, le contenu et le sens de la loi.

23Lors du vote final par les députés (le Sénat, en grognant, n’en changea pas un seul mot), les deux camps se reconstituent : la gauche vote pour (341 voix), le centre et la droite, contre (233 voix). Néanmoins, Briand remercie ses « collègues » de l’autre bord : ils ont permis « d’améliorer la loi en accolant leurs signatures aux nôtres sous les articles importants ». Et le rapporteur conclut : « Quel est l’homme politique qui pourrait nier sincèrement que la réforme, ainsi faite, soit d’une application facile ? » En dehors de députés de la droite dure, personne ne conteste vraiment ce diagnostic… aussi faux que celui de Jaurès après le vote de l’article 4.

24Clemenceau déclarera ensuite : la loi de 1905 « a tout prévu, sauf ce qui est arrivé » (Bellon 2016a, I : 256). Pie X interdit aux catholiques, en septembre 1906, de se conformer à la loi, moins à cause de son contenu que pour des raisons extérieures à la France. Là, également, une mondialisation de la perspective se révèle nécessaire pour décrypter ce qui est advenu.

  • 28 C’est-à-dire des associations conformes et au droit canon et à la loi de 1905.

25Chacun a entendu parler de la « crise des inventaires* », survenue avant même la publication de l’encyclique papale. Trois événements importants, en revanche, sont moins connus : d’abord Pie X applique immédiatement un aspect important de la loi qui lui est favorable en nommant de nouveaux évêques ; ensuite l’Assemblée de l’épiscopat français, la première depuis l’Ancien Régime, grâce aux libertés nouvelles instaurées par la séparation, adopte des statuts d’associations « canonico-légales28 » par 59 voix contre 17, décision que Rome a volontairement ignorée ; enfin, la loi du 9 décembre 1905 qui devait s’appliquer le 11 décembre 1906 a été modifiée moins d’un mois plus tard par la loi du 2 janvier 1907. Briand a indiqué au Parlement son nouvel objectif : rendre l’Église catholique « légale malgré elle » en France. Or Pie X ne l’entendait nullement ainsi et le bras de fer a continué.

  • 29 Narfon 1912 : 117 sqq. (30 décembre 1906).

26Quel auteur de fiction aurait osé imaginer une telle inversion des rôles ? Le journaliste Julien de Narfon exprime, au moment où la loi aurait dû être mise en application, son « regret » de ne pouvoir assister aux événements qui se déroulent sous ses yeux « en spectateur intéressé uniquement par l’originalité du spectacle ». Mais, poursuit-il, il « appréhende trop, hélas ! comme catholique et comme Français, le dénouement, pour jouir pleinement de la force comique qu’en dégagent certaines scènes ». L’engrenage de la situation peut conduire, explique-t-il, à la « fermeture des églises » catholiques. « Or, qu’y a-t-il de plus drôle, en soi, que l’attitude respective des partis à l’égard de cette éventualité ? » D’un côté, un gouvernement, composé de ministres « areligieux », « antireligieux » ou « athées », qui fait tout pour, « presque légalement, laisser les églises ouvertes » ; de l’autre « des gens qui se réclament de la religion […] et dont toute la politique tend à acculer à fermer ces mêmes églises »29.

  • 30 G. Rouanet, dans L’Humanité du 22 novembre 1904, en rend responsables, bien sûr, les « coulisses ca (...)
  • 31 Cependant, même certains des plus stricts s’en préoccupent.

27En fait, dès avant même la promulgation de la loi, il existe des coups de « bluff30 », des postures en apparence contre-productives. Pourtant, il s’agit d’attitudes rationnelles qui fonctionnent selon la logique que Max Weber (1965) a appelée le « paradoxe des conséquences » : si les catholiques peuvent toujours aller à la messe, les « anticléricaux » politiquement libéraux31 triomphent, car la séparation respecte le « libre exercice des cultes » ; si ce n’est plus possible, c’est la victoire du « cléricalisme », car la Séparation devient synonyme de « persécution », comme bien des catholiques l’ont toujours dit. Que la Séparation ait consisté en un vaste jeu où « qui perd gagne » constitue encore un point aveugle de la culture politique française. Ne serait-ce que pour cette raison, cette étude peut avoir quelque utilité.

28Dans cette logique d’effets renversés, deux nouvelles lois sont votées, le 28 mars 1907 et le 13 avril 1908, et diverses mesures les complètent, permettant la « légalité » du catholicisme, en dépit de la politique du Saint-Siège. Pour être scientifiquement pertinent, il faut parler « des (quatre) lois de séparation ». Cet emploi du pluriel semblera à certains étrange, voire choquant. Pourtant les faits sont têtus !

  • 32 L’historiographie utilise, classiquement, l’expression « conflit des deux France » (voire même « gu (...)

29Trois, quatre ans après le vote de la loi, le « libre exercice des cultes » s’effectue pacifiquement dans une France dont l’identité politique ne comporte plus de dimension religieuse. Le combat frontal de « deux France32 » est terminé, même si l’école reste toujours un sujet de querelle. En 1914, une – relative – « Union sacrée » devient possible. Dix ans auparavant, beaucoup de personnalités politiques, religieuses, intellectuelles estimaient que l’on se trouvait inéluctablement entraîné vers une « guerre civile ».

Une comparaison incongrue : la Séparation et les enquêtes du lieutenant Columbo

30Arrêtons-nous là pour ne pas tout dévoiler dès le prélude et pouvoir livrer d’autres surprises. Si l’on accepte de mettre entre parenthèses ce que l’on connaît, ou plutôt ce que l’on croit connaître, le processus de la Séparation est jalonné d’une suite d’événements où l’improbable l’emporte sur le plausible. Il a fallu recourir au terme de « fiction » pour en parler, un des témoins parmi les mieux informés a vanté « l’originalité du spectacle » et a craint son « dénouement ». De fait, pour comprendre l’histoire de la loi de 1905, il faut effectuer un travail de type universitaire tout en s’affranchissant des carcans académiques. Il faut prendre, par exemple, la liberté de se référer à une série télévisée, devenue un classique souvent rediffusé, qui relate les enquêtes du lieutenant Columbo.

31Soixante-dix épisodes ont été tournés, suivant un scénario dont la structure est chaque fois à peu près identique. La première scène présente un crime (presque) parfait dont l’auteur est clairement identifiable par les téléspectateurs. Tout suspense semble aboli. Or il est simplement déplacé. La question n’est plus : qui a commis le meurtre ? Elle devient : comment Columbo va-t-il dénouer les multiples chaussetrappes qui empêchent de confondre l’assassin ? Chacun sait qu’il y arrivera ; tous ignorent comment il pourra gagner la partie, et quels seront les nombreux rebondissements de son enquête.

32L’inspecteur ne paraît pas le mieux placé pour résoudre l’énigme. Il ne semble pas particulièrement intelligent, ses raisonnements se révèlent parfois bancals, il s’attarde sur des détails insignifiants ou hors sujet, reçoit des réponses qui démentent ses hypothèses et prouvent que le crime n’est qu’un accident, ou l’œuvre d’un maraudeur. De plus, Columbo évoque régulièrement sa femme que l’on ne voit jamais. Pourtant, à la fin de l’épisode, tels ses illustres collègues Hercule Poirot, miss Marple, ou Sherlock Holmes, il reconstitue le puzzle qui permet de connaître ce qui s’est « réellement » passé.

  • 33 Cf. Otto (1995) sur le lien entre sacré et mystère.

33Avons-nous quitté le sérieux pour le futile ? Non, car les analogies sont nombreuses avec la loi de 1905 : là aussi, chacun connaît la fin de l’histoire. Cependant, des propos péremptoires, passés et actuels, la tirent dans tous les sens – ce qui lui garde une part de « mystère »… –, congruents avec le caractère « sacré33 » que beaucoup de locuteurs publics lui ont attribué lors du centenaire.

34L’énigme grandit quand on lit, sous la plume d’un des meilleurs spécialistes du sujet, Émile Poulat (1992 : 82) : « En France, nous disons que nous vivons dans un régime de séparation : personnellement je n’en crois pas grand-chose, premièrement en regardant les faits, deuxièmement, en regardant les textes qui nous régissent. » Un historien américain partage en partie cet avis (Berlinerblau 2012 : 49). Serions-nous aveugles ? L’histoire de la loi serait-elle si différente de ce dont nous sommes persuadés ? Qu’en est-il vraiment de la séparation française, de son pourquoi, de son comment ?

35Des facteurs structurels induisent des tendances, mais la production du politique reste imprévisible. Avec la loi de 1905, les rebondissements sont aussi nombreux que dans un épisode de Columbo. Un exemple : le 29 mai 1904, dans L’Humanité, Pressensé estime que « pas un seul républicain » n’aurait pu croire, « il y a quinze jours » au « rappel de l’ambassadeur » de France auprès du Vatican. Si ce rappel n’avait pas eu lieu, la suite des événements aurait été autre. Cent fois, de tels constats peuvent être émis.

  • 34 La question de l’écriture inclusive est importante. Ses partisans ont raison sur le fond : avoir fa (...)
  • 35 Pourtant, cette mise en perspective peut se revendiquer d’un ouvrage très stimulant, Uchronie (rééd (...)

36Cet aspect des choses évoque le film de Woody Allen Match Point. Mais l’existence de chacun.e34 d’entre nous n’est-elle pas aussi le résultat d’une somme impressionnante de rencontres improbables, de coïncidences ? Ce qui est vrai de nos histoires personnelles l’est également de ce que l’on appelle l’Histoire. La counterfactual ou virtual history est reconnue dans les milieux académiques américains depuis la fin du siècle dernier (Ferguson 1997). L’historiographie française est plus réticente35, mais deux chercheurs ont montré récemment l’intérêt scientifique de confronter histoire et fiction, d’envisager une « histoire des possibles » (Deluermoz & Singaravélou 2016). Dans cet ouvrage, la référence au « non-événement », comme construction politique et/ou sociale se situera dans l’optique de l’histoire des possibles, ainsi que l’attention portée à l’imprévisible.

  • 36 Ministre des Affaires étrangères du Bloc, T. Delcassé estime que « tous les historiens sont des esp (...)
  • 37 Sous-exploitée en ce qui concerne le processus de la Séparation, contrairement aux archives.
  • 38 Métaphore qui m’a été suggérée par le président honoraire de la Cité des sciences et de l’industrie (...)

37Cette attitude me semble, méthodologiquement, fondamentale : quand il étudie ce qui advient à un moment donné, l’historien doit entrer dans la peau des personnages, partager leur incertitude sur la suite des événements et examiner plusieurs issues envisageables, une multiplicité d’enchaînements possibles36. C’est pourquoi la presse est une des sources privilégiées37 : quand ils écrivent, journalistes et éditorialistes ne savent pas ce qui va advenir. Contrairement à la métaphore qui nous imprègne, c’est le passé qui est « devant » nous : nous pouvons le voir, il nous est connu (du moins peut-on le croire). L’avenir, au contraire, est « derrière » nous : nous ne voyons pas, nous ne savons pas ce qui va nous « tomber dessus », nous prendre à revers, nous surprendre38.

  • 39 Cf. Suarez 1938, I et II ; Unger 2005 ; Bellon 2016b.

38Continuons donc de rapprocher la séparation opérée en 1905 de la série télévisée Columbo : dans cette comparaison, Briand est celui qui découvre la solution de l’imbroglio séparatiste et il ressemble un peu à l’inspecteur39. Un député centriste le décrit ainsi : « C’était un personnage qui paraissait avoir la quarantaine, mais qui la traînait avec lassitude, comme s’il avait trop cheminé, tout le corps affaissé et démis, les jambes molles, une épaule haute, le buste un peu de travers, dont l’aspect entier disait le désordre et la fatigue, depuis le visage jusqu’aux vêtements et aux chaussures. […] Il avait ses cheveux mal coupés qui faisaient tignasse, […] la lèvre inférieure […] au coin tordu, de laquelle pendait, collé par une parcelle de papier roussi, un vieux bout de cigarette » (Ch. Benoist 1934 : 111).

  • 40 La personne qui forma intellectuellement Briand fut un enseignant adepte de méthodes pédagogiques a (...)

39Après plusieurs échecs électoraux, Briand est parachuté dans la Loire et en devient député socialiste en 1902. Ancien militant anarchosyndicaliste, théoricien de la grève générale, il ne fait pas partie de l’establishment républicain. « Il a grandi au milieu des prostituées », tel est un des reproches, à moitié vrai et à moitié faux, qui lui ont été adressés. Peut-être l’éducation donnée par des femmes aux mœurs dites « légères » contribua-t-elle à façonner une personnalité libre de certains préjugés et carcans sociaux habituels40.

  • 41 Cf. le tome II.
  • 42 Ainsi, la conférence d’A.-G. Sertillanges (1903 : 221-268) sur « Les revendications féministes » dé (...)

40Ses collègues prétendent aussi que sa culture est… approximative. Certains raillent son « ignorance encyclopédique ». Clemenceau affirme qu’« il ne sait rien, mais comprend tout », ce qui pourrait être dit à propos de Columbo…, tout comme le constat : « La discussion était sa méthode de penser » (Larkin 2004 : 115). Dès le départ, les voies que Briand emprunte apparaissent tortueuses. On lui reproche de faire du « surplace ». Il rétorque : « agir dans le vide » n’est « que la caricature de l’action » (L’Humanité, 2 juin 1904). Parfois, il se trouve à deux doigts de l’échec ou réagit de façon malencontreuse. Enfin, il évoque le rôle que, grâce à la loi de séparation, les femmes pourront jouer41, tout comme l’inspecteur mentionne son épouse, en un temps où les séances au Parlement – exclusivement masculin –, les conférences et meetings – auxquels peuvent assister des femmes – sont ponctués du terme récurrent : « Messieurs42 ». Et certains laïques s’inquiètent : après la Séparation une femme ne va-t-elle pas pouvoir se marier religieusement, sans le consentement de ses parents exigé pour le mariage civil ?

  • 43 « Je suis charmé », déclare l’opposant résolu au Bloc, A. Ribot, après le discours de Briand à la C (...)

41Notons, toutefois, une dissemblance entre la série télévisée et la loi de 1905 (et ses suites mouvementées) : contrairement à Columbo, Briand possède une voix « musicale » qui le rend « charmant » auprès de ses collègues masculins43… comme il savait être un séducteur, depuis sa jeunesse, auprès des femmes. Il a failli d’ailleurs ne jamais devenir l’Aristide Briand de l’Histoire, ayant songé à partir pour l’Amérique. En effet, il avait été inculpé d’« outrage public à la pudeur » après avoir été surpris, comme l’écrit malicieusement Larkin, « en flagrant délice » avec une femme mariée (Larkin 2004 : 123). Cette capacité à plaire, à exposer clairement et calmement ses convictions, se révèle une clé de son succès. Tel Daniel dans la fosse aux lions, il arrive à dompter ses adversaires et, plus difficile encore, ses « amis »… mais il a également quelques passages à vide.

Étudier la séparation/Séparation par une démarche de sociologie historique

  • 44 Briand serait, dans ce cas, l’auteur du crime ! Je le vois plutôt dans le rôle de l’enquêteur qui a (...)
  • 45 Dont on prétend qu’elle a déjà eu lieu ou qu’elle existe ailleurs.
  • 46 Déclaration au Sénat, 17 novembre 1903, cf. Journal officiel (JO), 18 novembre 1903.

42Bien sûr, cette comparaison a ses limites. La séparation française n’est pas un « crime », quoique… à lire et à entendre la façon dont certains l’invoquent, hier et aujourd’hui, en la tordant comme un nez de cire, on se demande s’ils ne l’estiment pas délictueuse44. Délictueuse par rapport à une Séparation idéale imaginaire45, tout comme Clemenceau dénonçait « l’État idéal » au nom duquel une partie du Bloc des gauches était en train de réaliser « l’omnipotence de l’État laïque46 ».

  • 47 Nous le verrons à propos des explications de vote, le 3 juillet 1905 (cf. le tome II).
  • 48 Ainsi le cofondateur du Printemps républicain, L. Bouvet, l’a qualifiée de « loi parfaite », lors d (...)

43Étudiant ce sujet depuis quelques décennies, j’ai annoncé la couleur dès 1990 (Baubérot 1990 : 81) : la séparation, telle qu’elle s’est réalisée en France, n’est pas une belle princesse, objet de mes rêves. Elle a donné des solutions qui n’ont satisfait pratiquement personne, réalisant un équilibre des frustrations47. Pourtant, à cause de cela même, elle est maintenant saluée comme un chef-d’œuvre de la République48. Pour l’historien, elle ne saurait constituer un texte sacré : la « mémoire sacralise » et « l’histoire laïcise », écrit Pierre Nora (1984).

  • 49 Cf. Weber (1965 : 399-477), qui précise : « le doute le plus radical est le père de la connaissance (...)

44En effet, un historien-sociologue recherche la « neutralité axiologique49 ». Les documents l’emportent sur les souhaits personnels pour décrypter paroles et comportements des acteurs, évaluer les raisons de leur positionnement, leurs cohérences internes et leurs contradictions. Certains jugent impossible ce dédoublement entre la personne et l’historien ; ils l’acceptent pourtant quand ils dévoilent leur intimité à un médecin ou vont au théâtre sans attribuer au comédien les qualités et les défauts du personnage qu’il incarne.

45Le chercheur affronte ce que Weber qualifie de « faits désagréables » par rapport aux convictions personnelles. En cours de route, il devra démystifier diverses légendes mémorielles, tout en analysant pourquoi elles ont pu éclore, devenir crédibles, perdurer. Lectrices et lecteurs, de leur côté, doivent admettre qu’un constat ne vaut pas approbation et qu’attirer l’attention sur des angles morts n’implique aucun accord avec leur signification politique et sociale.

  • 50 Ce que Berger et Luckmann (1986) appellent les « structures de plausibilité », l’« allant de soi en (...)
  • 51 La métaphore de l’« acteur » est habituelle en sciences humaines et sociales, car la réalité social (...)

46Différente d’un pseudo « sens commun », la neutralité axiologique interroge ce qui « va de soi » en un lieu et en un temps précis50. Le chercheur en sait plus sur son objet de recherche que l’« individu ordinaire », mais, surtout, il sait qualitativement autrement que lui (Calhoun & Wieviorka 2015 : 25). Ce qui advient n’est pas le résultat des intentions de tel ou tel, mais d’un jeu complexe d’actions et de réactions des différents acteurs… et « figurants51 ». L’Histoire est une partie de billard où la boule n’est jamais mise directement dans le trou, le changement ne s’effectue pas en ligne droite.

  • 52 Et parfois se faire un peu « l’avocat du diable » pour donner un contrepoids au discours dominant.
  • 53 Mon seul désaccord avec l’analyse lumineuse de la société actuelle effectuée en 2010 par R. Simone  (...)

47Pourtant, le chercheur est sommé de prendre parti dans le débat médiatique. Il glisse alors vers une interconnexion entre son savoir spécifique, ses choix citoyens et le rôle que lui font jouer les journalistes (Baubérot 2012 : 112-120). En ce temps où la culture de l’écran prédomine, son image sociale est façonnée par les quelques minutes où il a dû répondre très rapidement à des questions qui ne correspondent pas à sa manière de poser les problèmes52. Autant demander à un marathonien de courir un 100 mètres ! Un ouvrage comme celui-ci, au contraire, essaye de prendre en compte les multiples facettes d’une réalité historique et sociale complexe, tout en prenant la liberté d’inclure parfois un peu de fun (citer implicitement Johnny Hallyday, par exemple)53.

Partager l’incertitude des contemporains grâce à des panoramiques et des zooms

48Ce livre, en forme de récit, voudrait atteindre aussi un public de non-spécialistes, curieux intellectuellement (ne serait-ce que de découvrir des textes pas ou peu connus de Briand, Buisson, Clemenceau, Jaurès, et d’autres… dont Proust), et apporter aux historiens des précisions nouvelles, une perspective différente de celle des études (parfois excellentes) déjà publiées. Il propose aux lectrices et lecteurs d’avoir une certaine empathie avec les différents personnages (acteurs, figurants et public). Ceux-ci ont vécu cette histoire au jour le jour, avec leurs convictions divergentes, leurs rôles sociaux et leurs appartenances différenciées. Aujourd’hui, on peine à se représenter leur « ressenti ». Chacun a ses stratégies (voire ses stratagèmes) propres. On peut se montrer fort éloquent et multiplier les biais de présentation des faits : il n’y a pas de « grand homme pour son valet de chambre », ni pour un historien.

49De 1902 à 1908, à côté de ceux qui s’expriment en paroles et en actes, beaucoup d’autres ne manifestent guère leurs sentiments et attendent le prochain épisode qui rendra caduc le précédent ; des meneurs d’opinion proclament : « le pays veut que », « le pays attend de nous »… et infléchissent leur discours au gré des circonstances. Au bout du compte, les quatre lois qui établissent la séparation en France aboutissent à un résultat qui n’a rien à voir avec ce qui était prévu, souhaité et/ou redouté en 1902 ou au printemps 1903.

50La situation politico-religieuse a été bouleversée et, surtout, les frontières du pensable et de l’impensable déplacées. Il faut retrouver l’étonnement des contemporains et comprendre que, dans la temporalité socio-historique, certaines années comptent plus que d’autres. La période étudiée est courte mais essentielle dans l’histoire de la laïcité, de la démocratie, de la république en France. Elle est représentative d’un temps qui n’a rien de commun avec le nôtre et qui, pourtant, lui ressemble beaucoup.

51Afin d’approcher ses objectifs, cette étude manie panoramiques et zooms. Les panoramiques rappellent, de façon synthétique, l’état de la question. Les zooms focalisent l’attention sur des paroles, des écrits, des comportements jusqu’à présent peu (ou pas du tout) cités, des épisodes dits « marginaux » et des angles morts : l’étude de la période contemporaine, où les documents surabondent, n’évite pas toujours une lecture presque au premier degré. Ce constat m’a incité à acquérir une formation sociologique pour disposer d’outils théoriques me permettant, je l’espère, de surmonter cet écueil, d’insister sur les stratégies et les représentations. Autre précision : le plan est, classiquement, à dominante chronologique, mais de nombreux flash-back et certains chapitres lui confèrent également une dimension thématique.

Une valse à trois temps

  • 54 Ce n’était absolument pas prévu au début de la rédaction. Mais il s’est avéré qu’un tome unique pri (...)
  • 55 Des pistes sont aussi données concernant le libéralisme politique (cf. Jaume 2000), le républicanis (...)

52L’étude se découpera en trois tomes54. Ce premier volume rend compte de la mise sur les rails, lors du Bloc des gauches, de la Séparation, toujours invoquée, toujours repoussée auparavant. Jusqu’à l’été 1904, la lutte anticongréganiste occupe le devant de la scène politique. Pourtant la Séparation se met en route dès octobre 1902 et, à partir de mai 1904, où elle prend de la consistance, un conflit feutré oppose Briand le séparatiste et Combes le gallican. Ce dernier gouverne, soutenu par un mouvement social qui, parfois, veut aller « plus loin ». L’engrenage des mesures prises et des résistances qu’elles provoquent, les projets de solutions qui, affirme-t-on, permettraient de vaincre, une bonne fois pour toutes, le « danger clérical », vont à l’encontre de ce que seront l’esprit et le contenu de la loi de 1905 et des trois suivantes. Pourtant, au moment du départ de Combes, si rien n’est joué, le processus d’une séparation libérale s’amorce. Comment ce renversement de perspective a-t-il été possible ? N’a-t-il pas engendré des conflits internes aux républicains, minorés ensuite ? Quels en ont été les différents protagonistes ? Où s’est située la ligne de partage entre ceux qui ont déclaré privilégier « l’autorité » et ceux qui ont affirmé défendre « la liberté » ? Telles sont quelques-unes des questions abordées dans ce premier tome55.

  • 56 P. Desjardins, in UAM 1905, fasc. 8 : 383 (intervention du 2 avril 1905).

53Quand arrive l’année 1905, la Séparation est devenue inéluctable, mais le type de séparation à adopter reste toujours en suspens. Cependant, à partir du 21 mars, la Chambre étudie le projet final de la Commission, qui diverge fortement des propositions de loi du printemps 1903. Malgré tout, une séparation conciliatrice bute sur un obstacle que les « bonnes volontés » des deux camps n’arrivent pas à vaincre : il existe un « désaccord essentiel […] d’autant plus insoluble que les antagonistes se rendent bien compte, de part et d’autre, de l’inflexibilité de la thèse qui leur est opposée56 ».

54Le deuxième tome sera donc consacré aux nombreux problèmes qui se sont posés lors de l’élaboration de la loi elle-même jusqu’à sa promulgation (les 9 et 11 décembre 1905) et pendant l’année 1906, délai d’un an prévu pour son application par la formation d’associations cultuelles. Celles-ci n’ont jamais vu le jour au sein du catholicisme. Énième paradoxe : la « loi de 1905 », référence majeure aujourd’hui en matière de laïcité, n’a jamais été appliquée telle quelle, sauf par les microminorités religieuses. Certains politiques et journalistes affirment que le catholicisme a été « mis au pas ». Or il ne s’est pas conformé à la loi, même s’il a bénéficié aussitôt des libertés qu’elle lui a données. D’où un débat, à la fin de 1906, sur la création d’un « délit de messe », fait aujourd’hui occulté par la mémoire nationale.

  • 57 Il en est pratiquement de même de deux autres ouvrages assez récents, centrés sur la Séparation : J (...)

55Malgré un renouveau historiographique incontestable, certains aspects de la loi n’ont été traités que de façon allusive. Ainsi, aucun des historiens de la dream team Larkin – Mayeur – Poulat, qui constitue toujours la référence majeure sur le sujet, ne rend compte des débats portant sur les vêtements ecclésiastiques, les « manifestations extérieures de la religion » sur « la voie publique », et, plus généralement, les différents articles de la loi ayant trait aux dispositions d’ordre public57.

  • 58 Considéré par les historiens de la Séparation (Mayeur, Cabanel, Lalouette…) comme la meilleure synt (...)
  • 59 Mayeur 2005 : 90 (adoption de l’article 8) et 91 (vote global de la loi).
  • 60 É. Poulat (2010 : 323-340) consacre un chapitre à « L’Église catholique dans l’espace public frança (...)

56Larkin (2004 : 154-158) ne consacre que peu de pages aux débats parlementaires58. Mayeur passe directement de l’article 8 aux « explications de vote » sur les quarante-quatre articles de la loi59. Poulat, le plus minutieux dans l’examen du texte lui-même, saute de l’analyse de l’article 24 (le dernier consacré aux « associations cultuelles ») à celle de l’article 38 (sur les congrégations). Comme ses deux prédécesseurs, il n’aborde pas les articles 25 à 36 concernant « la police des cultes60 », problème très important et conflictuel. La liberté « sous les seules restrictions édictées […] dans l’intérêt de l’ordre public » (article 1er) implique de délimiter une frontière où finit la liberté et où commence l’ordre qui permet de faire société. Voilà une question permanente, fondamentale pour tout État démocratique, présente dans tous les débats sur la Séparation.

  • 61 Même si, naturellement, ils connaissent l’histoire politique (Mayeur s’y est consacré après la prem (...)
  • 62 Ils n’ignorent pas l’importance prise par certains protestants de culture ou de conviction dans le (...)
  • 63 Larkin 2004 : 227 sq. (« for his misjudgments rather than his mendacity […] the unnecessary burdens(...)

57Nos trois auteurs se situent principalement dans une perspective d’histoire religieuse61, et plus spécifiquement d’histoire du catholicisme62. La question principale qu’ils posent est en fait : qu’est-il arrivé à cette « religion » avec la séparation de 1905 ? Leurs avis divergent : pour Mayeur, « l’intransigeance » de Pie X s’est révélée une stratégie « en définitive féconde » (Mayeur 2005 : 185) ; Larkin, au contraire, juge l’attitude du pape, conseillé par Merry del Val, contre-productive : les « erreurs de jugement », plus encore que les « mensonges » de ce dernier, chargèrent le catholicisme français de « fardeaux inutiles »63. Poulat (1997, 2003, 2010), de son côté, examine méthodiquement les changements juridiques induits dans les rapports entre l’Église catholique et l’État par la loi et surtout par ses conséquences.

58L’optique de cette étude est différente : qu’est-il arrivé à la « République », à l’ensemble de ses « citoyens », avec la loi de 1905, son amont et son aval (before and after : l’anglo-américain est plus suggestif) ? En quoi le régime politique républicain a-t-il été structurellement changé ? Christophe Bellon (2016a, I et II) a déjà donné des indices en étudiant avec talent l’action de Briand. Et la synthèse magistrale de Philippe Portier (2016a) nous en apprend beaucoup sur le temps long de l’histoire de la laïcité en France. Ma trilogie posera la question de façon plus globale (par rapport à Bellon) et plus circonscrite (par rapport à Portier).

  • 64 Cf. notamment Rosanvallon 2003.
  • 65 Ainsi, à partir du 21 novembre 1904, le « quotidien socialiste » L’Humanité publie en feuilleton un (...)

59Elle se situe dans le contexte d’un renouveau de l’histoire politique64, et insiste sur le lien étroit entre le politique et le symbolique. La régulation politique ne s’applique pas seulement aux réalités empiriques, elle concerne aussi, de façon indissociable, les représentations. Celles-ci, même quand elles se veulent rationnelles, sont imprégnées d’espoirs, de nostalgies, d’indignations, d’évidences, d’ambivalences, de contradictions et de rêves65. Ces représentations sont individuelles, collectives, sociales.

  • 66 Préface de P. Braud, présentant la perspective de l’auteur (cf. Robin 2006 : 8, 10).

60Une attention particulière sera accordée aux peurs (divergentes, contradictoires) ressenties. Pour Corey Robin, la peur constitue « un instrument majeur de domination même dans nos démocraties libérales » ; son propos est centré sur « la propension des dirigeants […] à susciter la peur ou à s’en servir »66. Il s’agit, en effet, d’une dimension importante. Mais des études de cas sur divers « perceptions, expressions, effets » de la peur (Chauvaud 2011), comme d’autres consacrées plus précisément à « la République [française] à l’épreuve des peurs » (Bogani et al. 2016), montrent les composantes multidimensionnelles des peurs. Celles-ci ne sont pas seulement politiquement instrumentalisées, elles sont aussi partagées. La peur est, au premier chef, due à la nécessité d’envisager l’avenir, de s’y projeter, de le construire, sans connaître les innombrables interactions qui feront ce qu’il sera. La peur, comme le désir et l’espoir, constitue un aspect essentiel de la réalité symbolique qui, autant que la réalité empirique, informe les actions et les interactions sociales. L’ambition de ce projet (qui, tel l’horizon, ne sera pas atteinte, mais constitue l’élément moteur de mes recherches) consiste à substituer une sociohistoire du politico-symbolique à la dualité histoire politique et histoire religieuse.

  • 67 Malgré Régnault (2005) ; Baubérot & Régnault (2007) [le seul colloque organisé en métropole sur cet (...)

61La République est aussi Empire. Le tome II accordera une importance particulière à l’article 43 : « […] des règlements d’administration publique détermineront les conditions dans lesquelles la présente loi sera applicable à l’Algérie et aux colonies ». Composée de trois départements, l’Algérie constitue un exemple significatif d’une ambiguïté française en matière de laïcité. Et l’application différenciée dans les colonies est également révélatrice de l’ambivalence du pays « France » dont nous verrons, dès ce premier tome, les contradictions entre politique intérieure et politiques coloniale et extérieure. Objet de travaux récents, le thème « la loi de 1905 et les colonies » n’est pas encore assez connu67.

62Enfin, il faudra résoudre une contradiction apparente. Certains amendements importants de la loi ont été adoptés (ou refusés) par des majorités variables et, sur plusieurs points, des députés du centre et de la droite ont obtenu plus que ce qu’ils espéraient au départ ; inversement, une partie de la gauche a dû abandonner, non seulement nombre de ses exigences, mais aussi ce qui lui paraissait au cœur même de la Séparation. Pourtant, lors du vote final, les deux camps se reconstituent, bloc contre bloc. Pourquoi ?

  • 68 Narfon 1912 : 164 sqq. (21 mai 1908).

63Le troisième et dernier tome traitera du double conflit qui a lieu de la fin de 1906 à 1908-1909. Un premier duel se déroule entre la République et le Saint-Siège, qui impose aux catholiques français de ne pas se conformer à la loi et refuse les propositions successives d’accommodements. Cependant, aussi important se révèle le combat entre la République et elle-même, car son adversaire pontifical la pousse à abandonner ses principes démocratiques et à réprimer l’exercice du catholicisme. Le risque est réel… et la pièce se joue toujours à un niveau mondial. Ayant compris pourquoi Pie X recherche une « persécution » des catholiques français, Narfon commente : le pape « nous fait […] l’honneur de nous traiter comme ces soldats formés à la plus héroïque discipline, que l’on envoie se faire tuer pour sauver le gros de l’armée [c’est-à-dire les catholiques des autres pays]68 ».

  • 69 Il s’agit bien sûr d’un raccourci. Le refus par le pape de la loi de 1905 puis des « misérables ava (...)

64Briand montre des capacités de leader charismatique d’un genre spécifique : il réussit à aller de concessions en concessions, d’apparentes défaites en défaites69, sans être lâché par ses troupes. Lors d’une séance de la Chambre, il doit mettre en œuvre une ultime ruse, car Clemenceau et Jaurès se liguent contre lui. Il l’emporte in fine et, en perdant des batailles, paradoxalement, il gagne deux guerres, avec des alliés venus de divers bords.

  • 70 Cf. la préface du spécialiste du « républicanisme » Ph. Pettit, in Bourdeau & Merrill 2007.
  • 71 Titre de l’ouvrage d’O. Rudelle (1986).

65D’abord, première « guerre », il atteint son objectif : « mettre l’Église catholique dans la légalité malgré elle », permettre ainsi une séparation pacificatrice qui le rend vainqueur dans son bras de fer avec Pie X. Ensuite, seconde « guerre », il est également victorieux face au danger, toujours présent en arrière-fond dans le républicanisme français70, d’une « République absolue71 » qui ne peut qu’être entraînée dans un engrenage de conflits. L’histoire de la République en a été profondément et durablement transformée (Bellon 2016a, I et II), même s’il n’existe rien d’irréversible dans l’Histoire.

  • 72 Cf. J. Baubérot (1994b) pour la première formulation synthétique. Ce fut ensuite une problématique (...)

66Conjointement aux « acteurs », les « figurants » ont été également auteurs de cette histoire. La distinction, que nous opérons depuis un quart de siècle72, entre les notions de « sécularisation » et de « laïcisation » constitue un instrument pour évaluer comment la séparation a été vécue, façonnée, appliquée, ce qui a changé dans la vie quotidienne, politique et sociale de la France hexagonale du début du xxe siècle (pays pluriculturel – la Bretagne n’est pas le Limousin et il existe plusieurs Bretagne… – d’une tout autre manière que la France d’aujourd’hui). C’est donc dans ce troisième tome que les visages de la loi dans les diverses régions de l’Hexagone seront abordés.

  • 73 Quelques exemples d’ouvrages collectifs qui traitent de différentes laïcités : Centre de sciences p (...)

67Et, comme réalité historique et fiction policière ont été rapprochées, le chapitre final de cette étude en trois temps « dévoilera » la clé de l’énigme : c’est parce qu’elle ne mentionne pas le mot « laïcité » que la loi de 1905 constitue, depuis plus d’un siècle, le cœur même de la « laïcité à la française », de sa spécificité au sein des diverses « laïcités » qui, selon Bert (1900 ; il écrit en 1883), Briand (1905 : 175-220) et des chercheurs actuels73, existent de par le monde.

Une « histoire interactive » à l’ère du numérique

68Cette entreprise pourra paraître démesurée. Elle l’est effectivement et l’océan de documents et de travaux qui existent en matière d’« histoire contemporaine » ne saurait être maîtrisé par une seule personne, à moins d’être magicien. Je ne le suis pas, mais je dispose de deux atouts dans ma manche.

69Le premier est que la passion de l’histoire anime des universitaires, des professeurs du primaire ou du secondaire, et des personnes exerçant d’autres professions, qui cherchent et trouvent, publient, dans des revues de sociétés savantes ou autres, des textes passionnants souvent méconnus. Je me souviens, jeune chercheur, avoir participé à des rencontres entre historiens professionnels et amateurs éclairés, où les spécialistes confirmés, Emmanuel Le Roy Ladurie, Alain Corbin, prenaient de nombreuses notes en écoutant des érudits locaux. Il est certain que des pépites me sont encore inconnues. C’est également le cas de certains mémoires de master et de thèses qui abordent les questions liées aux lois de séparation. Même des travaux de collègues ont pu m’échapper.

  • 74 Il va sans dire – et encore mieux en l’écrivant – qu’une modération du site enlèvera tout ce qui ne (...)

70C’est là qu’intervient le second atout : nous sommes à l’ère du numérique, ce qui facilite et rend beaucoup plus efficients les échanges d’informations, la participation collective à l’élaboration du savoir. Il nous faut mettre au point une façon interactive de « faire de l’histoire », changer nos habitudes et tenir compte des nouveaux instruments disponibles. J’invite donc lectrices et lecteurs à participer à la suite de cette aventure. Vos remarques historiennes, sociologiques ou juridiques74, vos compléments documentaires et analytiques seront, grâce au site www.jeanbauberotlaicite.blogspirit.com, accessibles à toutes les personnes intéressées par le projet ; vous ne serez donc pas dépossédés de votre travail et vous participerez à une œuvre, qui prendra ainsi une dimension collective revendiquée.

71Ultime indication : si la problématique mise en œuvre dans cet ouvrage n’engage que moi, sa préparation et son écriture ont bénéficié de la collaboration de Dorra Mameri-Chaambi. Cette chercheuse a contribué à la constitution de la documentation, et coécrira le chapitre qui, dans le tome II, traitera des « départements français » d’Algérie. De plus, elle s’est révélée une très précieuse interlocutrice pour tester la validité d’un certain nombre d’hypothèses de travail, parfois les invalider, souvent les enrichir. Tous les deux, nous remercions chaleureusement les Éditions de la Maison des sciences de l’homme d’avoir bien voulu accueillir cette aventure.

Notes

1 J.-M. Mayeur (2005 : 8) affirmait lors du centenaire : « Il serait trop long de relever les présentations de la séparation contraires au contenu et à l’esprit de la loi. » Cela n’a fait, depuis, que croître et embellir !

2 Des guillemets seront mis à la première utilisation de termes qui revêtent des sens divergents suivant les acteurs, et dont l’emploi constitue un enjeu politique. Ainsi, le mot « républicain » peut être inclusif (toute personnalité politique qui accepte la République) ou exclusif (pour désigner par exemple exclusivement les partisans du Bloc des gauches), avec des emplois intermédiaires entre ces deux pôles. Sur « les sens et ambiguïtés » des termes politiques utilisés à cette époque, cf. Tournier 2010.

3 Cette idée résume la position des républicains « concordataires ».

4 Expression antinomique avec l’idée d’une domination politique du catholicisme.

5 Dans cet ouvrage, « séparation » désigne tendanciellement une réalité empirique (une proposition ou un projet de loi, par exemple) et « Séparation », une idée, une représentation, une référence générale qui peut recouvrir des réalités empiriques divergentes. Il ne saurait en être de même des citations qui se conforment à ce qu’ont écrit leurs auteurs.

6 Même chez de très bons historiens : J.-M. Mayeur, É. Poulat… Ce n’est pas l’optique dominante de cette étude.

7 C. Pelletan, ministre de la Marine du Bloc des gauches, cf. Lerner 2005 : 142.

8 Le Radical du 11 septembre 1904 admet que cette initiative récurrente pouvait prêter à rire. Selon lui, elle a pourtant eu l’« utilité […] de maintenir la tradition, d’empêcher que l’on dise que la séparation était oubliée ». Il s’agit, effectivement, d’une fonction essentielle de tout rituel.

9 Les structures symboliques sont porteuses de contraintes sociales. Cet ouvrage voudrait mettre cet aspect en lumière.

10 Selon l’expression heureuse de J. Bouchet (2018a : 125). Celui-ci estime que Combes est encore majoritairement « considéré aujourd’hui comme l’initiateur de la loi [de 1905] », « le père de la Séparation » (ibid. : 123, 125).

11 Exemples d’attribution de la loi de 1905 à É. Combes : Marianne (11-17 mars 2016), Le Canard enchaîné (5 septembre 2018).

12 Constat réalisé dès 1909, avec Debidour : 466 sqq. ; ensuite avec Dansette 1951 : 347 sqq. ; Mayeur 1966 rééd. 2005 : 69 sqq. ; McManners 1972 : 150 ; Larkin 1974 trad. 2004 : 185 sqq. ; Baubérot 1990 : 72 sqq. ; Bruley 2004 : 311 sqq. ; Lalouette 2005a : 408 sqq. ; Scot 2005 : 230 sqq. ; Cabanel 2007 : 79 sqq. ; Poulat 2010 : 173 sqq. ; Akan 2017 : 59 sqq., 77 sqq.

13 Sur « la conception américaine de la laïcité », cf. Zoller 2005 ; Lacorne 2012.

14 Cette question sera largement traitée dans le tome II. L’important consiste à percevoir, dès à présent, que des rebondissements ont jalonné l’écriture de la loi.

15 Avec L. Barthou (centre gauche) et P. Deschanel (centre).

16 Un exemple : le DVD La Séparation, film de F. Hanss, écrit par B. Fuligni et produit par LCP – Assemblée nationale et la Ligue de l’enseignement en 2005.

17 Sur la figure du Jaurès après Jaurès, cf. l’étude de Duclert (2013).

18 Il manque une étude d’ensemble sur A. Ribot. Celle de Badier (2016) s’arrête en 1895.

19 Briand et Jaurès sont d’ailleurs accusés par une partie de la gauche de s’être « enribotés ».

20 Quitte à ce que certains, comme Fr. de Pressensé qui a pourtant joué un grand rôle, soient également exclus de la mémoire collective.

21 Au sens de M. Weber (1965 : 130).

22 Devenu l’article 8 de la loi.

23 Au sens de membres du Parti républicain radical et radical-socialiste. Mais, à l’époque, les partis constituent des mouvances plus que des organisations très structurées.

24 Devenu l’article 19 de la loi.

25 J. Jaurès in UAM (Union pour l’action morale) 1905, fasc. 10 : 548 (intervention à la séance du 28 mai).

26 Cela rend ce fait d’autant plus intéressant (cf. le tome II) !

27 Formule qu’en fait, le politiste A. Leroy-Beaulieu avait déjà suggérée (cf. le tome II).

28 C’est-à-dire des associations conformes et au droit canon et à la loi de 1905.

29 Narfon 1912 : 117 sqq. (30 décembre 1906).

30 G. Rouanet, dans L’Humanité du 22 novembre 1904, en rend responsables, bien sûr, les « coulisses catholiques » ; mais G. Clemenceau estime qu’il en est de même du gouvernement (L’Aurore, 12 novembre 1904).

31 Cependant, même certains des plus stricts s’en préoccupent.

32 L’historiographie utilise, classiquement, l’expression « conflit des deux France » (voire même « guerre des deux France », cf. Poulat 1988) pour parler des conflits politico-religieux français d’alors, comme il est question des « deux Angleterre » pour qualifier, au xixe siècle, les dominants et les dominés de cette nation, sur le plan socioéconomique (cf. Baubérot & Mathieu 2002). Parler de « conflit de deux France » permet d’insister sur le fait que la réalité historique est abordée ici à partir d’un objet d’études précis. Il existe d’autres « deux France », d’autres « deux jeunesses » (malgré Waldeck-Rousseau), que celles des minorités actives qui s’affrontent dans la lutte entre « cléricalisme » et « anticléricalisme ». Il existe deux (ou plusieurs) France sur le plan social, et aussi la France des hommes et celle des femmes, qui ne disposent pas des mêmes droits, et dans l’Empire français, celle des citoyens et des sujets…

33 Cf. Otto (1995) sur le lien entre sacré et mystère.

34 La question de l’écriture inclusive est importante. Ses partisans ont raison sur le fond : avoir fait du masculin un genre neutre a favorisé la domination des hommes sur les femmes et le double discours (ainsi l’appellation « suffrage universel » pour le suffrage des hommes…). Cependant ses adversaires ont raison sur la forme : son emploi systématique rend un texte illisible. C’est pourquoi cet ouvrage se contente de quelques rappels.

35 Pourtant, cette mise en perspective peut se revendiquer d’un ouvrage très stimulant, Uchronie (réédit. 2017), écrit en 1857 par Ch. Renouvier, où le philosophe imagine une Histoire autre en modifiant un fait historique précis.

36 Ministre des Affaires étrangères du Bloc, T. Delcassé estime que « tous les historiens sont des esprits faux parce qu’ils […] voient [la réalité] a posteriori, à rebours quand les événements sont accomplis et qu’il n’y a plus moyen de les changer. Pour l’homme d’État, c’est le contraire ; il voit les événements dans le devenir, avec tous les hasards, toutes les chances, toutes les issues, toutes les occasions de manœuvres qu’ils comportent » (cf. Paléologue 1934 : 83 ; je souligne).

37 Sous-exploitée en ce qui concerne le processus de la Séparation, contrairement aux archives.

38 Métaphore qui m’a été suggérée par le président honoraire de la Cité des sciences et de l’industrie, R. Lesgards.

39 Cf. Suarez 1938, I et II ; Unger 2005 ; Bellon 2016b.

40 La personne qui forma intellectuellement Briand fut un enseignant adepte de méthodes pédagogiques actives. Son élève l’appelait « Papa Genty ». Le jeune Briand fut aussi influencé par J. Verne, qui semble en avoir fait le héros d’un de ses romans.

41 Cf. le tome II.

42 Ainsi, la conférence d’A.-G. Sertillanges (1903 : 221-268) sur « Les revendications féministes » débute par un tonitruant « Messieurs » ! Parfois, à gauche, le « Messieurs » devient « Citoyens » : ainsi au meeting du Trocadéro qui rassemble, selon L’Humanité du 28 novembre 1904, 6 000 personnes… dont des femmes.

43 « Je suis charmé », déclare l’opposant résolu au Bloc, A. Ribot, après le discours de Briand à la Chambre le 27 mai 1904. C’est Combes qui a dû être content !

44 Briand serait, dans ce cas, l’auteur du crime ! Je le vois plutôt dans le rôle de l’enquêteur qui a résolu l’affaire.

45 Dont on prétend qu’elle a déjà eu lieu ou qu’elle existe ailleurs.

46 Déclaration au Sénat, 17 novembre 1903, cf. Journal officiel (JO), 18 novembre 1903.

47 Nous le verrons à propos des explications de vote, le 3 juillet 1905 (cf. le tome II).

48 Ainsi le cofondateur du Printemps républicain, L. Bouvet, l’a qualifiée de « loi parfaite », lors d’un débat de la Fondation Jean-Jaurès (https://www.youtube.com/watch?v=ZLfoE6UGzNU&#t, consulté le 4 mars 2018).

49 Cf. Weber (1965 : 399-477), qui précise : « le doute le plus radical est le père de la connaissance ». « Neutralité axiologique » est la traduction classique de la notion de Wertfreiheit que Kalinovski (2005 : 199) propose, elle, de traduire par « non-imposition des valeurs ».

50 Ce que Berger et Luckmann (1986) appellent les « structures de plausibilité », l’« allant de soi en tant que tel » devant être décrypté par les chercheurs.

51 La métaphore de l’« acteur » est habituelle en sciences humaines et sociales, car la réalité sociale comporte toujours une mise en scène (Goffman 1973). Mais les possibilités de peser sur le mouvement de l’Histoire étant très inégales, on peut distinguer, comme dans un film, les « acteurs » (tendanciellement figures personnelles), les indispensables « figurants » (figures collectives), évoqués, au sujet de la séparation, par Proust, et « le public » (spectateurs parfois réactifs). De plus, comme dans Intimité de P. Chéreau, actions et comportements ne sont pas « simulés » ; enfin, les tirs ont lieu « à balle réelle ».

52 Et parfois se faire un peu « l’avocat du diable » pour donner un contrepoids au discours dominant.

53 Mon seul désaccord avec l’analyse lumineuse de la société actuelle effectuée en 2010 par R. Simone – largement confirmée depuis – concerne son appréciation uniquement négative du fun (conjonction de l’amusant et du superficiel). Comme le bon vin, le fun peut être un des plaisirs de la vie ; il est dangereux à cause de sa suprématie sociale (et R. Simone a raison de parler de « monstre doux »). Maîtrisé, il permet de ne pas adopter une posture de misanthrope (cf. Baubérot 2012 : 107-120).

54 Ce n’était absolument pas prévu au début de la rédaction. Mais il s’est avéré qu’un tome unique privilégierait forcément l’état des lieux au détriment de la prétention à apporter du neuf quant à la documentation et la mise en perspective.

55 Des pistes sont aussi données concernant le libéralisme politique (cf. Jaume 2000), le républicanisme (cf. Pettit 2004), les rapports entre unité politique et hétérogénéité culturelle et/ou religieuse ; elles seront développées dans les tomes II et III.

56 P. Desjardins, in UAM 1905, fasc. 8 : 383 (intervention du 2 avril 1905).

57 Il en est pratiquement de même de deux autres ouvrages assez récents, centrés sur la Séparation : J.-P. Scot (2005 : 250) n’y consacre qu’une seule page et J. Lalouette (2005a : 411), une demi-page, ce qui est logique puisque, abordant la question depuis 1789, elle traite en 18 pages la loi elle-même (ibid. : 399-416).

58 Considéré par les historiens de la Séparation (Mayeur, Cabanel, Lalouette…) comme la meilleure synthèse sur le sujet, cet ouvrage est, pourtant, fort peu connu du public.

59 Mayeur 2005 : 90 (adoption de l’article 8) et 91 (vote global de la loi).

60 É. Poulat (2010 : 323-340) consacre un chapitre à « L’Église catholique dans l’espace public français » sans aborder les débats parlementaires de 1905 sur ce sujet. Sur le « moment laïcité » chez Poulat, cf. Portier 2016b.

61 Même si, naturellement, ils connaissent l’histoire politique (Mayeur s’y est consacré après la première édition, peu remaniée ensuite, de son ouvrage de 1966).

62 Ils n’ignorent pas l’importance prise par certains protestants de culture ou de conviction dans le processus de Séparation, mais, n’étant pas spécialistes du protestantisme, ils en restent, prudemment, à un niveau descriptif et se perdent parfois un peu dans le labyrinthe qu’il représente. D’autre part, pendant longtemps, on n’a guère disposé de matériaux concernant le judaïsme et la loi de 1905.

63 Larkin 2004 : 227 sq. (« for his misjudgments rather than his mendacity […] the unnecessary burdens », p. 206 de l’édition originelle de 1974).

64 Cf. notamment Rosanvallon 2003.

65 Ainsi, à partir du 21 novembre 1904, le « quotidien socialiste » L’Humanité publie en feuilleton un « grand roman d’aventures inédit » d’É.-A. Spoll, intitulé Amours de duchesse.

66 Préface de P. Braud, présentant la perspective de l’auteur (cf. Robin 2006 : 8, 10).

67 Malgré Régnault (2005) ; Baubérot & Régnault (2007) [le seul colloque organisé en métropole sur cette question lors du centenaire] ; Bozzo (2005) ; et de jeunes chercheurs ou chercheuses qui travaillent notamment sur l’Algérie dont D. Mameri-Chaambi (2016), collaboratrice de cet ouvrage.

68 Narfon 1912 : 164 sqq. (21 mai 1908).

69 Il s’agit bien sûr d’un raccourci. Le refus par le pape de la loi de 1905 puis des « misérables avantages » (Pie X), des « accommodements trompeurs » (Merry del Val) effectués par Briand eut un coût pour l’Église catholique. Cf. Larkin 2004 : 207-248 et le tome III de cette trilogie.

70 Cf. la préface du spécialiste du « républicanisme » Ph. Pettit, in Bourdeau & Merrill 2007.

71 Titre de l’ouvrage d’O. Rudelle (1986).

72 Cf. J. Baubérot (1994b) pour la première formulation synthétique. Ce fut ensuite une problématique importante du Groupe sociétés, religions, laïcités (CNRS-EPHE-PSL).

73 Quelques exemples d’ouvrages collectifs qui traitent de différentes laïcités : Centre de sciences politiques de l’Institut d’études juridiques de Nice 1960 ; Baubérot 1994a ; Schiappa 2005 ; Holder & Sow 2013 ; Baubérot, Milot & Portier 2014.

74 Il va sans dire – et encore mieux en l’écrivant – qu’une modération du site enlèvera tout ce qui ne relèverait pas d’une contribution rationnelle et informative, manierait l’invective, la polémique idéologique, ou même voudrait susciter un débat d’ordre convictionnel. D’autre part, aucun texte anonyme ne sera pris en compte.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search