Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

II. Jardins fleuris

11. Le jardin fleuri et ses motifs

Texte intégral

1Quelques éléments et arrangements récurrents qualifient et particularisent le jardin fleuri. D’un jardin l’autre, la similitude des objets ou des plantes disposés dans l’espace engage à utiliser le terme de motif pour les désigner (Mazas 1996 : 65-75).

Fleurs de seuil

Le géranium, c’est bien la fleur, oui, qui se met devant la maison. C’est une fleur qui tient tout l’été. C’est vrai que les gens font beaucoup de géraniums. Parce qu’ils savent que le géranium, ça tient et que c’est une fleur, je sais pas, qui est plus courante que les autres fleurs. C’est une fleur qui est jolie, c’est beau contre une maison, une fenêtre. Je trouve que ça garnit une fenêtre, ça habille bien une fenêtre. (Marguerite B.)

  • 1 Clarke & Miller (1999  : 112) démontrent toutefois comment une attitude rationaliste – « le ration (...)

2À proximité immédiate de la maison, pots de terre cuite et jardinières hébergent des touffes de géraniums le plus souvent « poussés à l’engrais ». « Il y a surtout le balcon du jardin, le roi du jardin, non, le roi des balcons. » Le « Roi des balcons » [Pelargonium peltatum] porte en effet bien son nom. La place de choix accordée au géranium tient sans doute à ses qualités végétatives, à sa résistance1 et inséparablement à la position qu’il occupe dans la hiérarchie des fleurs. Il est à ce point associé à l’entrée, aux différents seuils et endroits stratégiques autour de la maison qu’il n’est pas imaginable d’envisager qu’un autre le supplante. La présence récente et massive sur le marché des « suspensions » [selon le terme utilisé par la filière horticole : Surfinia et Bidens notamment] ne saura que relayer très ponctuellement le « Roi des balcons » et le Pelargonium zonale.

3Dans de nombreuses habitations, on choisit les potiches fleuries de rouge les plus énormes pour encadrer les deux portes essentielles : l’entrée de la maison puis l’entrée dans la cour ou le jardin. Le géranium, surtout, est chargé de célébrer les seuils principaux. Depuis Van Gennep (1909), on sait l’importance du seuil : passage métaphorique autant que physique, le seuil fait passer d’un état à un autre, du dedans au dehors. Cette « célébration du seuil » (Van Gennep [1909] 1981 : 75) se remarque pour tous les passages d’un espace à l’autre : la première marche de l’escalier, les suivantes, les bords de la rambarde en fer forgé qui entoure le balcon, le cheminement qui conduit vers la maison, le puits, le milieu de la pelouse, etc. En des points stratégiques, le géranium accompagne passages et ruptures spatiales. Les maisons sans étage ou en bordure de voie obéissent aussi à cette organisation : portes et bordures de fenêtres en façade débordent de couleurs vives.

4Les fleurs fabriquent les seuils. « Le “passage matériel” du seuil est à la fois l’objet du rite et la métaphore de l’obstacle à franchir », écrit Pierre Centlivres (2000 : 37), commentant le propos de Van Gennep. Selon Philippe Bonnin (2000 : 67), le seuil « réalise l’impossible : être simultanément une chose et son contraire, exister potentiellement dans les deux états – ouvert et fermé – qui caractérisent la limite ou son absence ». Le jardin lui-même a pour caractéristique une certaine ambivalence, étant à l’interface entre utile et agréable, dedans et dehors, naturel et construit, etc. (Dubost 1999 : 17-30). Les multiples seuils concrets qui ponctuent le jardin, matérialisés essentiellement par les plantes de couleur (entrée de la cour ou du jardin, pied de l’escalier ou accès à la maison dans les cas de plain-pied, escalier, terrasse ou balcon, seuil de l’entrée à proprement parler) participent de sa définition. De là à parler de rites de franchissement pour chacun d’eux, il ne reste qu’un pas.

5On soigne tout particulièrement ces fleurs d’entrée (ou de sortie) comme pour consommer la rupture entre dedans et dehors. Si le jardin paysan communiquait amplement avec la maison (la porte toujours ouverte, le déplacement des plantes, la proximité des légumes, etc.), avec le jardin fleuri, les espaces se sont spécialisés. L’organisation de la maison elle-même en atteste : cuisines « intégrées » et salons ont remplacé l’ancienne salle. À cet intérieur découpé correspond un extérieur limité au seul jardin, là où il renvoyait à l’exploitation en son entier. « Acaba d’entra » – achevez d’entrer –, devait-on insister pour inviter quelqu’un à entrer dans la maison paysanne quand la norme était de rester dehors. Avec les maisons fleuries, le seuil se passe plus fréquemment, parce que tout simplement, l’intérieur de la maison a gagné en importance. L’intérieur (et surtout le salon) se pratique et se montre dans le prolongement du pas de porte. Et si nos jardinières préfèrent malgré tout le « dehors », c’est bien celui des fleurs qui est pointé. Ce fleurissement jalonnant l’approche de la maison s’observe chez Simone R., Jacqueline F. ou Paulette R., mais aussi dans la plupart des lieux visités dans le cadre des concours des maisons fleuries, ou encore dans mon propre milieu familial et de voisinage.

  • 2 Pour les annuelles d’été mais pour certaines printanières (tulipes, pensées notamment), et pour le (...)

6Mais parmi les différentes matérialisations des seuils, seules les fleurs suscitent un discours. Car « passer les fleurs », c’est souvent commenter, c’est toujours regarder. Les fleurs sont faites pour être vues et ce regard d’autrui n’échappe pas à la jardinière qui se projette dans ses plantes. Les fleurs annoncent la jardinière. « Pour moi, le jardin représente l’image de la maison. Il doit être aussi bien entretenu qu’une pièce de la maison. Une maison sans jardin est comparable à une femme sans maquillage », écrit cette femme de cinquante ans, employée, mariée à un agriculteur (enquête par questionnaire, été 2000). Le jardin comme façade, que l’on montre et qui, en même temps, fait écran, donne à voir la maison et la femme qui s’en charge. Même si chaque jardin, chaque devant de porte est singulier – jamais les plantes et les éléments n’y sont distribués tout à fait de la même manière –, la reconnaissance des mêmes plantes2 situées en des points stratégiques similaires permet la reconnaissance de l’autre. Existe-t-il pour autant, avec les seuils du jardin, des rites de passage, au sens où Van Gennep en définit les étapes (séparation, marge, agrégation) ? Cela supposerait l’existence d’un rituel, d’un changement d’état ou de statut, le seuil une fois passé.

7Le représentant en véhicules automobiles venu démarcher chez Marguerite, arrêté à l’entrée du jardin, s’exclame : « Vous avez de belles fleurs. » La dame que l’on va, pour quelque raison, visiter pour la première fois nous entraîne, après le verre de bienvenue : « Voyez mes fleurs. » Mon cousin rétorque à sa mère qui se mêle de son travail : « Retourne à tes fleurs ! » Telle jardinière et son amie discutant sur le balcon ôtent ensemble les fleurs fanées d’un même pot. Quelqu’un arrive alors qu’elles parlent de choses intimes et aussitôt le tour de la conversation change : « Il vient, parlons des fleurs. » Quant au « comment faites-vous pour avoir des géraniums aussi beaux ? », il vient parfois conclure la visite tandis que, tel un mot de passe, le fameux « vous avez de belles fleurs » l’avait ouverte. Cadre et support de la relation, décor et passage, les fleurs assurent une connivence, ou son contraire dans l’exemple du cousin. Gilles Sautter, dans un article de 1979, définit « le paysage comme connivence », comme « système de relations transitives entre les choses » : « L’autre existe dans et par le paysage, mais c’est en même temps lui qui rend le paysage possible en tant que distinct de moi. » Ainsi le paysage permet-il d’inclure et d’exclure, et l’exclusion, par le refus partagé de l’autre, tend à conforter une identité collective. Les fleurs assurent parfaitement ces fonctions ; ainsi le « retourne à tes fleurs » qui exprime sans aménité le jeu de différenciation des sexes.

8Permettant de surmonter « l’obstacle à franchir » en même temps qu’elles le marquent, symboles d’accueil et de plaisir, les « fleurs-fleurs » viendraient signer une forme d’intégration à la société, une agrégation. Les annuelles de couleur sont en effet l’expression d’une certaine normalité, d’une façon de faire à laquelle chacun s’identifie, légitimée par le fleurissement public tel qu’il ordonne entrées et « cœurs » de villes et villages. « Il y en a qui mettent des casseroles, il y en a qui mettent des bidons, il y en a qui… Ça c’est vraiment moche ! » En effet, les « vraies fleurs » et leurs pots appropriés sont venus relayer les « vieilles fleurs » et leurs « casseroles », accordant un nouveau sens au jardin. Le modèle précédent est décrié, si ce n’est stigmatisé (Bourdieu 1980 : 348). Ce que confirment les normes promues par le concours des maisons et villages fleuris. Ainsi, Marthe A. se sent dans l’obligation de modifier ses repères : « Ils ne veulent pas de mes bassines », « ce n’est pas des plantes achetées, c’est peut-être ce qui ne me vaut pas des points ». Certains arrangements sont là pour témoigner d’une normalisation, d’un goût partagé par tous qui fonde la collectivité et disqualifie dans le même temps ceux qui n’en participent pas.

La charrette et le géranium

9Plante de seuil par excellence, le géranium est aussi une véritable « plante du milieu » (selon l’expression de Jeannette C.) : courant le long des murs de bordure, en touffe dans un vieux tronc d’arbre ou un ancien baquet, elle signale un point d’accroche du jardin. Du tronc d’arbre au baquet en passant par le topin de fonte soigneusement peint en noir et verni – et non plus à demi cassé ou écaillé comme dans les jardins paysans – ou encore, et de manière spectaculaire, anciens brabants, charrettes, travail (appareil servant à ferrer les animaux de trait), barque, brouette ou autre vieux vélo sont immanquablement voués à porter des brassées de géranium-lierre, toujours rouges. Les jardinières ne sont généralement pas prolixes sur le sens de telles installations. « C’est beau », « ça me plaît comme ça », difficile d’en savoir davantage sur leurs motivations. Mais de cette manière de mise en scène de la vie rurale d’antan, il faut dire plusieurs choses. Tout d’abord, le traitement de faveur du géranium affiche son statut de « roi des jardins », selon le lapsus de Marthe. D’autre part, la scansion de l’espace à l’aide de vieux outils, parfois spectaculaire (voir le jardin de Yolande V.), produit et affirme le jardin de fleurs comme jardin. Isolé des autres lieux qui font la ferme, le jardin existe pour lui-même, expression de la gratuité et de la passion jardinière. Par ailleurs, la transformation du vieil outil en objet esthétisé suppose mise à distance et réappropriation d’une culture rurale passée à l’état nostalgique, puis valorisation sous forme de spectacle (Perrot 1991 : 137-147 ; Moulinié 1999 : 37-54). Pour Yolande V., que le jardin vient consoler de la disparition de son mari, la nostalgie sous-tend l’exposition des vieux outils :

C’est une charrue avec un genre de poulie, c’est vieux, mais j’ai vu quand ils s’en servaient, mais ça date du temps de… C’est l’ancien. Ils mettaient ça derrière le dos et labouraient avec ça ; je me rappelle mon mari… Nous, on l’avait plus, alors j’ai demandé à des voisins : « Qu’est-ce que vous faites de ça ? » – « Au feu. » « Ouh, j’ai dit, ça va pas au feu ! moi, je vous le prends ! »

10Réinvestis, les outils de « l’ancien temps » seraient comme une forme d’hommage, un témoignage de mémoire, avec offrande de fleurs. En même temps, il y a rupture avec les pratiques agricoles traditionnelles, en ces lieux où la ferme est désormais cachée. Seule demeure, dans ces façons de faire, la pratique du bricolage. Le réemploi, le souci de ne pas jeter, la transformation par soi-même, avec les moyens du bord, restent en effet un trait de la culture agricole, quelles que soient les caractéristiques des exploitations. Mais, appliqué aux fleurs, ce type de bricolage relève plus largement d’une pratique populaire (Dubost 1997 : 148).

11Les outils d’un autre temps font parfois bon ménage avec toute une collection de contenants hétéroclites. Chez Yolande V., « le système pneu » a été élaboré par le gendre (plâtrier et carreleur) : pour remplacer les pots en terre du commerce que le vent renverse, des pneus usagés de voiture ont été découpés en deux, selon un dessin original, puis retournés pour cacher les stries, avant d’être installés sur le muret en bordure de route et héberger ces potées de géraniums rouges qui « sourient » à la jardinière. Les fuchsias sont disposés, quant à eux, dans des blocs d’agglomérés recouverts d’un ciment constellé de pierres récupérées lors de l’agrandissement de la maison. Chez Yolande V. comme chez Jeannette C., on trouve des troncs d’arbre inutilisables (pour le feu ou le bois d’œuvre), sciés sur place, puis évidés et emplis de géraniums ou encore ces « pierres trouées » (« rocailles » au sens premier, percées par la dissolution sélective du calcaire par les eaux de pluie) rapportées du Causse : la logique de récupération s’applique désormais au service des fleurs.

12Depuis l’enquête chez Jeannette, les abords se sont chargés davantage, le jardin a été à nouveau classé premier de sa catégorie en 1999. Après la mort de son mari en 1996, et pendant les deux années qui la séparaient de l’âge de la retraite, Jeannette dut assumer les activités agricoles avec l’aide de son fils qui, pendant le week-end, venait accomplir les gros travaux. Puis le jardin a gagné de l’ampleur, s’agrémentant d’objets anciens (charrette, charrue, brouettes, vélo) et de buis en topiaires, invendus dans la quincaillerie du fils. Les deux jardins, de Yolande V. et de Jeannette C., ont en commun ces installations, fruit d’une collaboration entre les jardinières et leurs gendres ou fils. Chez Marguerite B., son mari maçon a construit certains ouvrages (escalier, tour de la rocaille) et quelques cabanes de pierres sèches en miniature, appelées gariottes. Toutes les activités jardinières qui nécessitent du bricolage font appel à la collaboration masculine (mari, fils, gendre). C’est le seul endroit où les hommes sont autorisés à participer à la fabrication du rêve de l’autre.

13Les jardinières « font à leur idée », sans savoir d’où elle leur vient, ni faire le lien avec des installations du même type. Mais elles concèdent, non sans fierté, le droit de reprendre leurs idées originales.

Eh bé, ça m’est venu comme ça ! Je dis à mon mari : « Tu sais, j’aurais envie d’une charrette. » Il dit : « On la mettrait dans le bas », « je mettrais des géraniums dessus, ça ferait joli », comme ça une idée. […] Depuis qu’on a mis cette charrette, il y a beaucoup de gens qui veulent faire pareil : « Moi je voudrais une charrette pour faire comme vous, mettre dans un parc. » Je dis : « Moi je ne vends pas la mienne pour vous »… Té, si j’avais voulu la vendre… Mes nièces, elles ont copié. Et il y a quelqu’un qui a bien copié sur moi parce que depuis qu’on a mis la charrette, il y en a une autre du côté de L. (Marguerite B.)

14Pour Marguerite B., la charrette participe de son idée du « beau parc » : une pelouse bien verte, des rosiers rouges qui la ponctuent, une charrette emplie de géraniums, une haie de végétaux mélangés. Elle ne voudrait pas d’autres vieux outils qui viendraient « charger son parc » : « Moi je le vois, ceux qui ont des beaux parcs, ils chargent pas trop. Pas trop chargé, bien arrangé, c’est beau à voir. »

15La charrette représente un des motifs emblématiques de cette série d’éléments qui agrémentent jardins privés et espaces publics en milieu rural. Parmi les plus courants, on trouve le toupi de fonte, peint et verni, la comporte ou le tonneau. Sur les places de village, il n’est pas rare de voir depuis une trentaine d’années, outre des charrettes fleuries, d’anciens travails, des pressoirs à huile, et bien sûr tous les outils qui accompagnaient la traction animale (charrue, calèche, faucheuse, etc.). Autant que les annuelles des parterres, charrettes et chaudrons rendent isomorphes espaces publics et jardins privés. L’initiative semble en revenir à ces derniers : contrairement à ce que l’on pourrait attendre, ce qui se joue à l’échelle du privé peut parfois préfigurer une généralisation. Comme les fêtes des vieux métiers à la saison estivale, ces mises en scènes comptent parmi les premiers signes du mouvement général de patrimonialisation de la campagne dans le dernier tiers du xxe siècle (Bergues 2000 : 113 ; Chevallier, Chiva & Dubost 2000 : 47-51 ; Micoud 2004). Mais ils deviendront bientôt emblèmes du « mauvais goût » (voir infra).

« Fleuriers » et rocailles

16« On est passé des fleurs en pots aux fleurs en pleine terre », raconte une jardinière pour décrire les transformations les plus importantes en son jardin. Les pots consacrent seuils et « milieux » mais les massifs jalonnent l’espace du jardin. Avec les pelouses, les arbres et arbustes, les vieux outils éventuellement, les massifs font le jardin, lui donnant tout ou partie de son architecture, surlignant ses limites (bordures de routes, bâtiments) et ses passages (du devant au derrière, allée principale, etc.). Les passionnées de fleurs accordent toute leur attention à ces parterres, surtout au plus volumineux d’entre eux.

  • 3 L’art des « rocailleurs » dans l’entre-deux-guerres est un modèle urbain qui a inspiré les campagn (...)

17Elles appellent « rocailles » ces massifs imposants, souvent surélevés, et dont le substrat se compose d’un mélange de terre et de grosses pierres, en principe trouées3. Celle de Jeannette C. comprend presque exclusivement des bulbes, des vivaces de printemps et surtout des annuelles d’été ; celles de Marguerite B. ou de Jacqueline F. présentent ces mêmes printanières, plus des plantes arbustives et des conifères nains, flore hétéroclite regroupée dans le commerce sous la catégorie « plantes de rocaille ».

18Chez Jeannette C., la « rocaille » « le milieu », ou encore le « fleurier » comme joliment elle l’appelle, constitue sans aucun doute le cœur du jardin. À ce « milieu » s’opposent les « là-bas », qui délimitent les contours du jardin et englobent les différents endroits progressivement investis (« il faut que je m’étale »). L’« étalement » du travail jardinier suit en effet une logique spatiale. D’abord concentré autour de la maison, il gagne ensuite fossés et bordures, publics ou privés. Les passionnées des jardins fleuris empiètent volontiers sur le voisinage, recoin de champ délaissé ou fossé communal. Tel est le cas pour Jeannette C., Marthe A, Yolande V., Jacqueline F.

Ici, ça fait deux ans. Ça ne nous appartient pas, alors j’ai demandé au propriétaire s’il me laissait mettre des fleurs, il m’a dit d’accord pour cet angle. Il y avait que des ronces, que des ronces ! Alors je les ai coupées et on a nettoyé. C’est mieux, oui, parce que vous savez quand on n’a rien qu’une montagne de ronces… ça me plaît pas beaucoup ! (Yolande V.)

19Mais les lieux de bordure restent tout de même les moins considérés. Dans ces « là-bas », sont en effet placés les végétaux qui ont perdu leur statut de plantes « du milieu ». C’est leur beauté qui justifie en premier lieu le déplacement, mais aussi des critères d’ombre et de lumière, de besoin en eau, ou encore de la nécessité de donner « de l’air » ou de « dépeupler le fleurier ». Car une nouvelle plante est toujours installée dans le « milieu », d’autant que la jardinière, faute de place, limite à regret les achats et fait de l’arrivée d’une nouvelle pensionnaire un événement. Classées, les plantes classent à leur tour les différents espaces autour de la maison. Ainsi, les moins aimées sont-elles ôtées du « milieu » pour être installées « là-bas », « pour ne pas, quand même, les abandonner complètement ». Conforme à la norme du « ne-rien-jeter », cela révèle encore le lien affectif qui unit la jardinière à ses plantes-enfants.

  • 4 « Il faut mettre un peu de chaque. Du moment que vous connaissez un peu les fleurs, vous savez com (...)

20Rocailles et massifs mobilisent des savoir-faire paysagistes : il faut y placer les plantes par taille décroissante, en limiter certaines, jouer avec les couleurs4, masquer certains passages. Le geste jardinier, qui mêle expérience propre et conseils des spécialistes, se consacre aux soins et à l’agencement des végétaux. L’utilisation de photographies permet à Jeannette C. une mise à distance critique de sa pratique. Objet d’investissement, de spéculation, de projection, le jardin devient paysage (Lenclud 1995 : 3-19). Car les jardins de passionnées se conçoivent aussi dans la durée : déplacer les plantes, c’est projeter le futur jardin, où les fleurs porteront de nouveau le geste jardinier. Mais le désir de changement, de compositions nouvelles exprime aussi la capacité de création. Conviées à la création d’un micro-univers, les plantes répercutent également des modes présentes dans la société.

21La passion jardinière a fait sienne la vogue des rocailles diffusée par la presse, les livres spécialisés et la filière horticole dès les années 1970. Mais, comme pour leurs autres réalisations, les jardinières revendiquent l’invention de leurs massifs. Ils restent des produits originaux, conjuguant l’influence de la littérature spécialisée, éventuellement des pépiniéristes locaux, et la créativité à proprement parler. Chez Jeannette C., les témoins du bricolage comme le déferlement de couleurs estivales procèdent de son choix propre. Chez Marguerite B. ou Jacqueline F., les rocailles portent à l’évidence l’empreinte des spécialistes, pépiniéristes ou directeurs de jardinerie dispensant des conseils en contrepartie d’un achat de végétaux plus ou moins conséquent. Situées dans des points stratégiques – devant la maison ou entre la « pelouse de devant » et le « parc » –, les rocailles comprennent ainsi nombre de végétaux horticoles (Juniperus, Berberis, etc.) qui ont très largement participé à la spectaculaire croissance de la pépinière française dans les années 1960. Ces végétaux font partie des fameux « 20/80 » ou encore de la « grosse cavalerie » des pépiniéristes, soit les 20 % des végétaux qui fournissent 80 % du chiffre d’affaires du secteur. La production de cette gamme est connexe à l’appauvrissement de la palette végétale (Bergues 1992 : 105-155).

C’est moi qui ai tout inventé parce que c’était un terrain comme ça, avec que des broussailles et des cailloux. […] Et puis j’ai vu beaucoup de livres, de revues de jardins, comment on pouvait présenter une rocaille devant une maison, tout ça. Alors j’ai regardé (mon terrain) et j’ai dit tiens, faire comme ça, ça serait pas mal. (Marguerite B.)
La première chose qu’on a faite, c’est la rocaille, mais là, on m’a aidée, un monsieur qui tenait une jardinerie, on était amis. C’est lui qui m’a disposé, parce qu’on avait un énorme tas de terre – quand on avait creusé la maison, et je ne savais pas par quel bout le prendre. Je lui ai demandé conseil, il est venu, ça a été vite fait, quand on est du métier quand même c’est beaucoup plus simple ! Il a fait un petit sentier sur le dessus, après il a mis quelques pierres, sans trop et à chaque bout, des escaliers avec des rondins de bois d’acacia pour pas que ça pourrisse. Il m’a dit : « Vous mettrez de la castine dessus. » Il m’a disposé les pierres – ils ont l’habitude, c’est leur métier – bon moi, j’aurais pas disposé pareil c’est vrai. Les pierres couchées, les autres droites, de suite, ça fait rocaille. C’était joli, là on les voit plus parce qu’elles sont couvertes par les plantes, c’est dommage parce qu’elles étaient belles. Après, on a disposé les plantes que j’avais achetées, c’était fini et après j’ai comblé. (Jacqueline F.)

  • 5 « Ceux qui ont de grandes maisons… J’aurais une maison haute, un pigeonnier, j’aurais tout ça, ça (...)

22D’une autre manière que les fleurs de seuil ou les vieux outils, la rocaille caractérise le jardin fleuri. Elle le rapproche, selon Marguerite B., de « ces beaux parcs » qui, devant les « grandes maisons à pigeonniers5 », font l’admiration de la jardinière. « Moi, j’ai pas eu besoin de paysagiste ; je l’ai fait moi-même », remarque Marguerite B. tout en faisant référence à un responsable de jardinerie qu’elle consulte très souvent. Jardins de catalogues ou de la presse spécialisée, entrepreneurs-paysagistes, grandes habitations des environs participent diversement à la production d’une esthétique légitime de la rocaille, à laquelle les jardinières sont sensibles.

Notes

1 Clarke & Miller (1999  : 112) démontrent toutefois comment une attitude rationaliste – « le rationalisme comme idéologie dominante dans la plupart des situations qui sont considérées comme extérieures au domaine esthétique  » – justifie le plus souvent des choix esthétiques. La robustesse et la résistance du géranium peuvent ainsi expliquer sa présence massive.

2 Pour les annuelles d’été mais pour certaines printanières (tulipes, pensées notamment), et pour les roses.

3 L’art des « rocailleurs » dans l’entre-deux-guerres est un modèle urbain qui a inspiré les campagnes. Il met en vogue faux bois en ciment armé en guise de rambarde et rocailles que les bourgeois des villes allaient chercher le dimanche.

4 « Il faut mettre un peu de chaque. Du moment que vous connaissez un peu les fleurs, vous savez comment elles fleurissent. J’alterne. Et je coupe toujours avec un peu de blanc. C’est-à-dire que le regard s’arrête toujours au blanc. Que si c’est tout rouge ou autre, vous voyez tout, vous ne détaillez rien. Votre regard va sur le blanc. Alors du blanc, vous repartez. Il y a des trucs qu’il faut pas laisser faire. Il faut pas que ça s’imprègne les uns dans les autres. La corbeille-d’argent, faut que j’arrache, faut couper. » (Jeannette C., qui écoute les émissions de radio consacrées au jardinage.)

5 « Ceux qui ont de grandes maisons… J’aurais une maison haute, un pigeonnier, j’aurais tout ça, ça serait autre chose… J’aurais pas fait mon jardin comme ça du tout ! Ah non, non, non. Ah… J’aurais fait autre chose… » La présence d’un pigeonnier était signe d’une certaine aisance dans le Quercy du début du xxe siècle (Obereiner 1994 : 141). Après la dernière guerre, le style néo-régional emprunte le motif du pigeonnier pour produire de nouvelles maisons cossues.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search