Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

II. Jardins fleuris

10. De si belles fleurs

Texte intégral

1« Le jardin, c’est les fleurs », mais les « belles fleurs » relèvent d’une palette choisie et suscitent des relations privilégiées.

Les « fleurs-fleurs »

2Les « fleurs anciennes » du jardin paysan ne sont pas essentielles au jardin fleuri ; si quelques-unes demeurent, elles ne sont guère valorisées. Parfois, elles se sont « plantées là toutes seules », ou bien elles proviennent de dons, de telle grand-mère voisine par exemple. N’occupant plus les places de choix, elles sont installées dans les confins du jardin ou presque cachées au milieu des conifères et des « plantes de rocaille » :

C’est ma voisine là-bas, c’était la mémé qui les avait ! Les jeunes, ils ont voulu dans la cour mettre de la castine et alors elle me les a arrachées et me les a toutes portées. Ces fleurs, on les plante plus forcément maintenant… Le pivoinier, je l’ai pas replanté. J’ai complètement oublié ! Je l’ai mis là-bas parce que j’avais pas de place, et j’y pense jamais à le ressortir pour le replanter ici. Je l’oublie et j’y pense quand je le vois, il est au milieu de l’herbe, le pauvre. Alors il y en a plein de ses fleurs qui sont étouffées dessous, des jonquilles, des pieds de trèfle. Le cœur-de-Marie, c’est pareil, il est là derrière, le pauvre. (Jacqueline F.)

  • 1 Il m’est souvent arrivé de ramener des plantes de mes visites de jardins, parmi lesquelles des hém (...)

3Les « fleurs anciennes » sont qualifiées de « vieilles fleurs », de « petites fleurs », quand ce n’est pas de « fleurs tristes » ou encore, comme l’hémérocalle, de « fleur des pauvres ». Ces qualificatifs indiquent une distinction, ou une fracture, avec la nouvelle gamme de fleurs installées au jardin1.

4Simone R. dispose, on l’a vu, de nombreuses vivaces « anciennes » en son jardin mais elle valorise les « plantes de couleurs, bien arrangées » : « Moi, je le trouve pas tellement joli. […] Il me semble que j’ai des choses plus jolies [que l’onagre] avec des plantes naines et puis plusieurs couleurs, bien arrangées. »

5On oppose et on préfère aux vivaces « les vraies fleurs », les « fleurs-fleurs », les « fleurs franches », les « fleurs qui jettent ». Laissons aux jardinières le soin de décrire cette gamme aux couleurs vives, parmi lesquelles le géranium [Pelargonium peltatum « Roi des balcons » et Pelargonium zonale] occupe une place de choix.

Of, ces jaunes [des belles-de-jour], on me les a données : c’est des vieilles fleurs. […] J’aime le géranium. Ça tient tout l’été. Je trouve la fleur plus jolie que toutes les autres, ils étaient beaux cet été. Pardon, il y a de l’argent mais c’est plaisir. Mme C., tournée du jury départemental du concours des maisons fleuries, Les Arques, juin 1994.
Pour moi, c’est ça un beau jardin, de pouvoir faire quelque chose qui s’assortisse bien, entre fleurs. Les couleurs aussi, assez vives plutôt. Il faut des couleurs vives dans un jardin, je trouve. C’est plus gai. Je mettais des sauges souvent, parce que je trouve qu’avec le vert, c’est vif, ça relève bien. Bon, mais tout le monde le voit pas de la même façon. Je trouve que la couleur, ça saute aux yeux davantage, c’est plus gai que des teintes pastel. […] Dans le parterre, j’avais mis des géraniums rouges, je mettais une grosse majorité de dahlias nains parce que c’est ce qui me donnait le moins de travail, il faut reconnaître. Et j’ai mis des zinnias, des œillets d’Inde, des sauges, des reines-marguerites, des agératums, des gueules-de-loup. (Paulette R.)
– Et pour Carennac, à la mairie, ils vont faire le concours, ils me l’ont dit. Parce que je leur ai conseillé, je leur ai dit : « Vous mettriez ce château en valeur, il y a un beau château, regardez toutes ces fenêtres, regardez, le rebord des fenêtres, pourquoi vous ne mettriez pas des jardinières, des Rois des balcons, des rouges, il faudrait du rouge ! » Parce que, sur la vieille pierre c’est si joli, une pierre bien jaune. Oh ! Que ça ressort !
– Le géranium, c’est la fleur que vous préférez ?
– Ah oui ! Et puis c’est le plus résistant. Il pleut, il résiste, le pétunia, il pleut, il baisse, le pétale a du mal à se remonter. Quand il fait orage, je dis « ouh là, là ! mes géraniums », quand l’orage est passé, le lendemain, ils reviennent. Ah ! Je les aime toutes. Ah oui ! Toutes les fleurs ! Mais j’aime beaucoup la rose. Ah ! La rose… C’est une fleur que j’aime beaucoup, la rose… Quand je sors le matin, il faut que je la sente cette rose. Surtout le matin, quand elle est fraîche… elle sent bon le matin ! Ah ! Quel parfum… de rose, le matin ! (Marguerite B.)
Les plantes d’intérieur, ce n’est pas pareil, c’est autre chose, c’est une autre famille. Les fleurs, moi je trouve que c’est… Ces couleurs, c’est vif, c’est spontané. On a l’impression qu’elles vous… On a l’impression que, je sais pas moi, qu’on peut leur parler ! C’est quelque chose. […] Moi j’aime bien les roses, je trouve que c’est… Autrement le reste, toutes les fleurs, je les aime. Voyez les pétunias c’est très joli, tout est beau. (Jeannette C.)
Si ma mère m’a passé le goût ? Je ne sais pas. Non, parce qu’elle, elle les aime aussi mais c’est plutôt les plantes grasses et ma fille, elle aimerait plutôt les plantes grasses aussi ; moi, je les aime pas beaucoup. Moi, j’aime les fleurs, ces rouges [Pelargonium peltatum]. On dirait qu’elles vous regardent, elles vous font un sourire, là, tout le temps. Même le laurier rose, toutes les fleurs d’été. (Yolande V.)

6Dans l’appréciation des fleurs, la couleur est déterminante. Les couleurs rouges surtout, mais aussi les oranges, les roses, les violets, les jaunes éclatent dans les massifs et contrastent vivement entre eux, comme avec la végétation qui les enserre. La fleur de jardin est désormais une fleur voyante, épanouie, colorée. Importante par sa taille ou sa couleur, elle s’impose au regard, à l’inverse de la fleur des champs ou de la « fleur de grand-mère ». Ces fleurs d’été rompent avec la campagne environnante. Et si elles continuent de symboliser la nature, elles restent proches de la jardinière, et du caractère domestique des lieux. « On a l’impression qu’elles vous parlent », « elles vous regardent » et « vous font un sourire ».

7Plus en contact avec le monde du jardinage, les jardinières du « fleuri » manient plus de noms de plantes que celles du jardin paysan. Elles distinguent généralement deux familles de fleurs : les printanières (narcisses, jonquilles, tulipes rouges et jaunes, corbeille-d’or, etc.) et les estivales (géraniums, pétunias, surfinias, œillets et roses d’Inde, impatiens, bégonias, etc.). « Je ne reste qu’un mois sans fleurs », explique Jeannette C. Et si toutes les fleurs sont aimées, une préférence se dessine toutefois pour les plantes d’été parmi lesquelles la rose (moderne) et le géranium trônent incontestablement.

Quand les rocailles sont passées, les annuelles prennent la relève. Je fais toujours comme ça parce que je préfère avoir moins de vivaces et laisser de la place. Parce que plus on plante, après il y a plus de place. Quand les plantes de rocaille sont terminées, je les ratiboise, ça fait la verdure et je plante, là des petits bégonias, je commence mes plantes annuelles, mes géraniums. (Jeannette C.)

8Exception à la règle, Jacqueline F. préfère les premières fleurs :

C’est le printemps, il y a des tulipes, ça dure pas longtemps, mais je trouve que c’est joli ; l’été c’est pas pareil, les fleurs d’été durent plus longtemps mais c’est différent ! Tandis que les fleurs de printemps, je les trouve moins explosives. C’est les premières, on apprécie, les jacinthes, tout ça, c’est parfumé, c’est beau.

9Quant à la rose, sa place d’honneur se renforce tandis que les obtentions horticoles (« les roses modernes » aux couleurs « franches », remontantes, très florifères et résistantes) relaient peu à peu les variétés anciennes du jardin paysan.

Les « plantes-enfants »

10Les annuelles et autres plantes d’été sont à plusieurs titres domestiques. Plus que jamais, on leur prête des attributs anthropomorphiques. C’est d’elles qu’on dit qu’elles regardent, parlent et font des sourires. Si, à la plante potagère ou vivace, on prêtait un corps semblable dans ses éléments à celui des hommes, la fleur-fleur désormais pense, communique et gratifie. Cela n’est pas sans évoquer les « comportements analogiques » et la « passion domestique » pour les petits animaux de compagnie décrits par Jean-Pierre Digard (1999 : 179-181).

11Si la fierté d’avoir de belles plantes et un beau jardin confortent la jardinière, si, « il faut le dire, il y a la question d’amour-propre, à bien le tenir », « l’honneur des jardiniers », central pour Florence Weber (1998), ne suffit pourtant pas à sa signification. Le jardin engage toujours une relation à l’autre, voisin ou passant, mais se définit avant tout, et inséparablement, par les liens entre jardinière et plantations. La littérature ethnologique décrit volontiers le jardin fleuri contemporain comme « espace de représentation » (Zonabend 1980 : 42), lieu d’une « surenchère au fleurissement » (Lizet 1979 : 273). « La norme qui s’est généralisée en France depuis quelques décennies en fait un espace décoratif, indispensable à la présentation de soi » (Dubost 2000 : 53). Mais, du point de vue de la jardinière, le plus important est ailleurs. La « conformité aux convenances » ne saurait supplanter la relation amicale à la plante, qui demeure, elle, au principe du jardin.

  • 2 Christian Bromberger définit ainsi les Passions ordinaires (1998 : 25) : « Orientations affectives (...)
  • 3 L’expression rappelle singulièrement le fait d’ »être pris » dans le système des sorts, possession (...)

12En effet, le jardin se confond souvent avec le monde végétal qu’il abrite. La fleur y évince sans mal les arbres, arbustes (même à fleurs), plantes vertes. On va « dans les fleurs », on « est aux fleurs ». D’ailleurs, les entretiens avec les jardinières ne ménagent qu’une part très minime aux autres sujets. Il est vrai que la passion est sans appel : « c’est plus fort que soi »2. Mais, traitées comme des personnes, à la fois dépendantes et indépendantes, « les fleurs demandent à ce qu’on les visite » ; « à cause des fleurs », on peut même ne plus prendre de vacances. Lorsqu’on « est pris dans les fleurs3« , le monde en prend la dimension. La jardinière est responsable du monde qu’elle a créé et qui se déroule sous ses yeux. Le jardin, qui l’absorbe, est bien doté d’une existence autonome, loin de l’activité professionnelle.

Moi, je reconnais que j’aimerais bien faire des voyages, mais nous ne pouvons pas à cause de… à cause des fleurs. Parce que partir, c’est bien beau, mais quand on revient… Nous sommes partis plusieurs années au mois de septembre, mais quand on revient… J’avais bien un jeune qui était venu mais je vous dis, il faut les connaître les fleurs, c’est difficile à expliquer. Je sais que je donne de l’eau à celle-là, que l’autre n’en a pas besoin… (Jeannette C.)

13La relation fusionnelle entre la jardinière et ses plantes passe par la représentation qu’elle a des besoins de ses plantes.

Je les change bien souvent. C’est difficile à expliquer ça parce que… c’est spontané. Des fois, une plante paraît ne pas se plaire à cet endroit, je la change. Ou elle a trop de soleil ou pas assez, on la déplace. Ou une qui demande un peu plus d’engrais que d’autres.

14Certaines pratiques visent à réduire l’emprise du naturel, du « sauvage », ainsi, la lutte contre les prédateurs et nuisibles (lapins, taupes, insectes). « Le sauvage » met gravement en cause l’élevage, amenant les fleurs vers le chaos de la nature, monde impitoyable des prédateurs et des proies. Le « malheur » de la jardinière, sa souffrance même, c’est de ne pouvoir « tenir les fleurs », de ne pouvoir intercéder. Sa légitimité de jardinière mais aussi sa passion tient en effet en cette intercession, principe de sa relation au jardin : « Les fleurs, cette année, c’est difficile de les tenir. C’est la dixième fois que je traite. J’ai une espèce de mouche, l’aleurode, je ne peux pas, rien ne la tue. […] On arrive pas à les tenir. »

15La domestication et l’élevage ne supposent pas seulement de limiter l’empreinte du sauvage. Il faut tout autant « rattraper » la plante trop « poussée » provenant du marché horticole, la restaurer dans sa nature. Un usage d’engrais excessif, la production « pour le gain » et non par amour signent une attitude peu respectueuse, et inadmissible.

Cette année, c’était en retard, ils les avaient poussés pour les faire venir mais ça a stagné pendant quinze jours et alors pour les tenir… Quand on a pris les géraniums, ils avaient les attaches très longues, ils n’avaient pas de feuilles, ils avaient les feuilles très espacées, ils n’étaient pas beaux ! Je suis quand même arrivé à…, j’ai mis longtemps à les rattraper.

16« Le jardin, c’est les fleurs », la jardinière, c’est les fleurs, faudrait-il ajouter. Écoutons ses propos : « La taupe me passe partout, les lapins me viennent d’en bas et ils me mangent les pousses » ; « je peux pas mettre le goutte-à-goutte, les tuyaux m’esquinteraient » ; « les racines pourries [de l’arbre], ça m’empêche les plantes » ; « l’aleurode me pond » ; « cette cochonnerie [l’aleurode], ça fait mal au ventre » ; « parce que si je me laisse pondre tout le temps, qu’elles pondent au fur et à mesure et que je laisse éclore tout ça… » ; « je crois que j’aurai une crise cardiaque si jamais ce machin me bouffe tout. Mais c’est vrai qu’on les plaint, parce qu’il faut du temps, il faut… » Ces manières de dire montrent la relation fusionnelle, voire l’identification, entre femme et fleurs. C’est face au danger (les insectes, les animaux nuisibles) qu’elle se fait le plus vive. Fragiles et dépendantes, les plantes font l’objet de multiples attentions comparables à celles qu’une mère témoigne à ses enfants. Il faut « veiller sur elles », « s’en occuper ». Il faut les « nourrir » (leur donner de l’engrais), leur donner à boire (de la bonne eau : celle de la citerne et non celle du robinet « pleine de chlore »), les protéger (des attaques des nuisibles, des « mauvaises herbes »), les installer confortablement (leur donner « une bonne terre »), donc leur assurer les meilleures conditions matérielles de vie. Ces principes participent à l’élevage, ou même à l’éducation. Il faut « tenir » les plantes, « les rattraper » si elles ont été « poussées » ou bien « ne pas les laisser faire ». Ce souci d’élevage connaît cependant ses limites : « C’est difficile de les rattraper, elles font bien un peu ce qu’elles veulent », « à la moindre pluie, le pétunia se laisse aller ». Les plantes ne perdent jamais complètement leur identité d’êtres de la nature. Aussi, la jardinière connaît les limites des gestes qui les accompagnent dans leur croissance. Comme l’écrit Michèle Salmona (1994 : 289-290 : « Le jardinier accepte de jouer avec l’éphémère et de remettre sans cesse en question l’ordre qu’il a élaboré pour une durée limitée. Il sait que son travail incessant l’amène à construire en permanence des ordres qui seront immédiatement remis en question par le type de travail et les caprices de la Nature. »

17Toutefois, les plantes doivent signifier ce qu’est, du point de vue de la jardinière, « la belle fleur ». La plante ne devient « belle plante », la plante ne devient récompense, que lorsque sont accomplis les gestes de l’élevage.

Le géranium, il faut tenir d’enlever tout ce qui est sec, sinon ça fait pas beau, ça fait pas frais. Si on veut avoir de belles fleurs, il faut tenir de couper toujours les fleurs fanées et d’enlever le plus possible les feuilles qui jaunissent. Je le fais tous les jours. Pourquoi laisser ça ? Il y en a qui les laissent mais moi je les enlève. Mon mari me dit : tu passes un temps infini avec ça, c’est pas ça qui… Mais moi, je suis comme ça. C’est une passion. (Marguerite B.)

  • 4 « Ainsi, le jardin saisit la nature immense et la fait tenir dans son enclos, par un jeu d’échelle (...)

18Volonté d’agir contre les débordements de la nature, de réparer le forçage de la culture des plantes, ces pratiques marquent la fabrication d’un microcosme à la mesure du jardinier. Et le traitement de la plante semble résumer le traitement du jardin en son entier. L’histoire de l’art des jardins mentionne souvent une part cosmogonique aux jardins. Savants ou populaires, ils se peuplent volontiers de plantes ou d’êtres imaginaires, tels les jardins des « habitants-paysagistes » décrits par Lassus (1977), ou se garnissent de « fabriques », tels les parcs paysagers du xviiie siècle décrits par Luginbühl (1993). De même, la série d’exemples historiques décrite par Augustin Berque (1999 : 174-177) montre en quoi le jardin est « poème du monde4 ».

19Dans ces univers à l’échelle du jardin, les relations de maternage et d’éducation des plantes évoquent volontiers le modèle développé par André-Georges Haudricourt (1962 : 40-50) où, caractéristique de l’un des deux modes de relations entre l’homme et la plante cultivée, l’ « absence de contact brutal », l’ »amitié respectueuse » définissent l’ »action indirecte négative ». Dans son étude des maraîchers du Var, Michèle Salmona (1994 : 245-247) décrit finement ces relations ; Annie-Hélène Dufour en fait également une des conditions de la passion du jardinage (1998 : 80-87). Si pour les Achuar décrits par Philippe Descola (1986, 2000), de telles relations s’éprouvent également, « l’idée d’une consanguinité de la sphère domestique contrôlée par les femmes » (1986 : 265) s’applique à l’essart, un des lieux du « continuum » entre les Achuar et la nature. Car « la nature est l’enjeu de rapports sociaux identiques à ceux qui ont la maison pour théâtre » (ibid. : 398), « les systèmes animistes se servant des catégories élémentaires de la pratique sociale pour penser le rapport des hommes aux non-humains » (2000 : 68). On peut encore faire référence aux relations de maternage dans « l’éducation des vers à soie », qui renvoient à une analogie entre animal et nourrisson. Françoise Claveirolle (1994 : 121-145) insiste sur la fonction opératoire de l’analogie qui « indique quels sont les comportements à adopter » et « construit véritablement un modèle prescriptif », à la différence de la pensée métaphorique dont la portée est seulement évocatrice (ibid. : 139-140).

  • 5 Les formules magiques aidant les plantes à pousser expriment de manière exemplaire l’ »amitié resp (...)
  • 6 La « passion animalière » décrite par Digard (1999 : 179-194) rend également presque « inutiles le (...)

20Dans cette « nature domestique », observée dans les jardins lotois, la vie des plantes dépend du geste qui les guide. Car les plantes ne peuvent communiquer que vivantes et en pleine santé. Il faut qu’elles soient belles pour pouvoir parler ou faire des sourires. Chez les maraîchers du Var, les paysans du Lot, les passionnés décrits par Annie-Hélène Dufour ou encore chez les Trobriandais qui, remarquablement décrits par Malinowski (1974 : 134-156), entourent leurs cultures de soins attentifs5, « l’amitié respectueuse » s’applique indifféremment aux fleurs et aux légumes. Ici, la relation aux « fleurs-fleurs » est exacerbée, et se substitue parfois aux autres relations (proches distants ou disparus, enfants plus ou moins présents, animaux de compagnie)6. Aussi, les fleurs demeurent plantes-enfants, définitivement fragiles. Expression du rapport passionnel aux plantes, les traits anthropomorphiques qui leur sont prêtés marquent aussi la faiblesse d’une séparation des genres, végétal et humain.

Je leur passe une heure le matin, une heure le soir. […] Regardez-le, ce petit chéri, il m’a fait quinze fleurs. […] On a l’impression qu’elles vous…, on a l’impression qu’on peut leur parler. Jeannette C.
Moi, j’aime les fleurs, ces rouges. On dirait qu’elles vous regardent, elles vous font un sourire, là, tout le temps. Même le laurier rose, toutes les fleurs d’été. Yolande V.
D’ailleurs, dès que je me lève, je déjeune, je fais le tour de mon jardin, de mes fleurs. Je leur parle. Mon mari me dit que je suis une idiote. Mais non, mais j’aime. Alors moi, c’est ce que je fais en premier, je sors, je vais voir les fleurs. Marguerite B.

21À côté de tout critère esthétique qui sélectionnerait la forme, la couleur, le port, la texture ou désignerait l’harmonie des massifs, la belle plante est avant tout celle qui est en bonne santé. Cette nuance, très importante, permet de mesurer la proximité de la jardinière et du végétal. Soignée, entourée, la belle fleur récompense la passion. Ce qui est sensiblement différent du « c’est beau » justifiant un premier prix au concours des maisons fleuries. Il est vrai que pour tout producteur de végétaux, y compris dans une perspective économique, « faire pousser » et « voir pousser » sont à la base de la pratique. Mais la passion des fleurs exacerbe ces relations, déjà visibles dans le cas où la personne ne dispose, par exemple, que d’une seule plante dans son petit appartement parisien, ou encore chez tout jardinier « ordinaire » :

Je n’ai jamais pu retenir les noms ; mais finalement ce n’est pas important de savoir les noms, moi… je me plais de les voir pousser. J’y viens tous les jours, dans mon petit jardin, c’est là que je viens tous les soirs. (Discussion avec une employée, 55 ans.)

22Dans le jardin fleuri, la belle plante est vigoureuse, elle s’épanouit largement dans l’espace qui lui est imparti, elle « respire la vie ». Éclatante de santé, la belle plante magnifie à la fois les soins qui lui ont été prodigués et une espèce d’aboutissement, celui d’une nature qui se serait laissé orienter. Il y a donc bien un but, vers lequel tendent la pratique et la passion. En permettant d’atteindre ce but, la belle plante témoigne de la rencontre heureuse entre la jardinière et la nature.

Les géraniums sont vigoureux, ils vivent. Seulement c’est ça, il faut apporter de la bonne terre, mélanger un peu de terreau, remuer l’hiver. J’y mettrai un peu de tourbe s’il est trop… Ils sont vigoureux hé ? Ils sont vigoureux ! […] Il ne faut pas croire, les fleurs − les horticulteurs le disent − les fleurs demandent à ce qu’on les visite tous les jours. Faut pas faire une plantation de fleurs et puis les arroser simplement et puis terminé. Non. Il faut vivre avec elles. […] C’est vivant ! Ça vous enlève ! Je n’ai plus de soucis quand je suis là-dedans ; quand je suis là, je ne sais pas… J’ai beau m’énerver pour quelque chose avant. Quand je suis là, je ne sais pas ! Mais, il faut les aimer, ça, il faut les aimer. (Jeannette C.)
Et moi je vous garantis que tous les jours de l’été, j’y suis tous les jours, tous les jours ! Alors il y a des gens qui plantent et qui s’en occupent plus, ils me disent : « Je comprends pas », et je dis : « Vous me faites rire ». Ils plantent des fleurs et après c’est fini, ils les regardent plus. Mais je dis : « Mais une fleur, c’est comme tout, il faut s’en occuper, il faut les arroser, il faut les biner, il faut les… » Moi, j’y suis toujours en train ! Il faudra revenir dans l’été, vous reviendrez au mois de juin, vous verrez comment elles rendent. (Marguerite B.)

23Il y a des degrés dans la beauté d’une fleur. La même plante peut « rendre » plus ou moins selon la quantité et la qualité des soins qui lui auront été prodigués. Terreau de qualité, engrais, arrosages adaptés, ombre ou lumière, chacune de ces exigences doit être respectée et les passionnées s’adonnent sans relâche à ces activités. La personne qui soigne est souvent la seule à voir si la plante a atteint son optimum. « Les géraniums, je peux pas leur demander davantage, parce qu’ils sont vigoureux. » La belle fleur ne s’obtient pas sans un certain nombre de gestes, et par l’affectivité qui s’y porte. « Il faut vivre avec elles, plus on les aime, plus elles sont belles. » Les aimer, c’est s’en occuper, c’est les « faire pousser ».

24« Elles attendent et elles disent rien. Elles sont bien aimables parce qu’elles donnent quand même. » Les fleurs sont généreuses, cette qualité semble toucher droit au cœur les jardinières. Leur patience et leur docilité, remarquables, prouvent leur amabilité. « Attendant » qu’on leur prodigue des soins, elles fleurissent et « donnent ». Et lorsque la jardinière se trouve débordée par d’autres activités, la plante « rend » plus qu’elle ne reçoit. Comme si elle désirait d’abord donner, tout en nécessitant protection. Et lorsqu’elle reçoit à son tour, à ce moment-là, la plante réalise le vœu le plus cher de la jardinière : l’excellence de sa beauté.

25« Amitié respectueuse » comme celle décrite par André-Georges Haudricourt à propos des sociétés océaniennes, la relation jardinière est aussi structurée par le système du don (donner-recevoir-rendre). Au-delà d’un simple rapport d’homologie, ce mode de relations indique une faible césure entre règne végétal et règne humain. Une fleur élevée au rang de personne donc, mais avec qui les conflits sont inexistants, tandis que le don de beauté semble porter l’idée d’un monde meilleur, jardin d’Éden en quelque sorte.

Notes

1 Il m’est souvent arrivé de ramener des plantes de mes visites de jardins, parmi lesquelles des hémérocalles et des acanthes. Je n’ai pu les placer dans le « jardin fleuri » de ma mère, essentiellement parce que ces plantes ne correspondaient en rien à sa conception des belles plantes. L’acanthe installée dans un massif « de devant » fut soigneusement arrachée : c’est « une fleur laide, qui donne le cafard » parce que sa hampe porte de petites fleurs chamarrées bleu pâle, gris et blanc, parce que ses grosses feuilles luisantes et découpées évoquent une mauvaise herbe combattue au champ et au jardin. Finalement, un coin de fossé en bordure de route, caché de la maison, me fut concédé afin d’y installer mes « vieilles fleurs ».

2 Christian Bromberger définit ainsi les Passions ordinaires (1998 : 25) : « Orientations affectives stables vers des objets singuliers […], expressions de la volonté, manifestations de la liberté créatrice, d’un choix constructif, ratifié par la conscience, donnant sens à une existence authentique. »

3 L’expression rappelle singulièrement le fait d’ »être pris » dans le système des sorts, possession dont il est difficile de se départir (Favret-Saada 1985).

4 « Ainsi, le jardin saisit la nature immense et la fait tenir dans son enclos, par un jeu d’échelles qui va de l’univers à une main d’enfant et inversement : de la main d’un enfant à l’univers. Et cette nature est vivante, à la différence des images ou des cartes, qui n’en sont que l’effigie. […] Les échelles d’espace et de temps qui s’y enchevêtrent composent ainsi une cosmologie : un rapport entre des mondes, qui emboîtent les uns dans les autres leurs étendues et leurs durées » (Berque 1999 : 74).

5 Les formules magiques aidant les plantes à pousser expriment de manière exemplaire l’ »amitié respectueuse ». Formule 16 (extrait) : « Que ta croissance soit comme le vol du perroquet, / Que l’avance de tes racines soit comme le grignotement du rat, / Étends toi aussi loin que la main du voleur. » Formule 27 (extrait) : « Le ventre de mon jardin lève / Le ventre de mon jardin se lève / Le ventre de mon jardin retombe, […] / Le ventre de mon jardin se couche, / Le ventre de mon jardin s’enfle, / Le ventre de mon jardin s’enfle comme s’il allait enfanter. »

6 La « passion animalière » décrite par Digard (1999 : 179-194) rend également presque « inutiles les relations avec les autres ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search