Versión clásicaVersión móvil

En son jardin

 | 
Martine Bergues

II. Jardins fleuris

9. La part des fleurs

Texto completo

1Les jardins fleuris succèdent en quelque sorte aux jardins paysans. Quelque chose se noue dans les années 1960, quand la génération des femmes, aujourd’hui retraitées, accède par le mariage au statut de femme d’agriculteur, davantage d’ailleurs qu’à celui d’agricultrice (Lagrave & Caniou 1987). Les femmes à l’origine des jardins fleuris sont à peine plus jeunes que celles des jardins paysans ; toutefois, le rapport au monde que révèle leur jardin s’avère sensiblement différent. À la différence des autres, elles vont intervenir progressivement, mais de manière définitive, sur l’aspect, la structure et la composition des alentours de la maison. Avant d’en étudier les termes, il faut spécifier leurs caractéristiques socioprofessionnelles et proposer des pistes pour comprendre en quoi leurs trajectoires diffèrent de celle des autres jardinières paysannes.

Transmissions, transformations

2« J’ai vécu l’ancienne vie et la nouvelle », raconte Simone R. (née en 1925) pour commenter les changements intervenus dans la seconde moitié du xxe siècle. Son jardin les reflète, composition hétérogène entre jardin paysan et jardin fleuri. Plus proche de ce dernier, l’espace des plantations vient compléter la nouvelle habitation dont la construction s’est échelonnée sur plusieurs années. Elle marque la réussite d’une exploitation agricole qui bénéficie des premières retombées positives de la modernisation. Ici comme ailleurs en milieu agricole, il ne saurait être question de « faire construire » ou « faire réparer » (investir de l’argent dans le confort quotidien) avant d’avoir une exploitation viable. C’est ce qu’exprime le jardin fleuri de Simone R., comme les « plantes anciennes maintenues » témoignent de « l’ancienne vie », qui procède de l’héritage paysan. Dans le cas de Simone, « la nouvelle vie » du jardin tient aussi à un partage : sa belle-fille, mariée au fils agriculteur, est en passe de gouverner le jardin et y apporte ce lot de plantes qui ornent les jardins fleuris.

3Souvent, le jardin fleuri est contemporain de la construction d’une nouvelle habitation (Jacqueline F., Marguerite B.) ou tout au moins de la restauration de l’ancienne maison (Yolande V.). Effectuées dans la même période (années 1960-1970), ces transformations reflètent le désir de confort des agricultrices. Les fermes qui abritent ces maisons sont dirigées par des exploitants ayant fréquenté une école agricole, tandis que leurs futures femmes suivaient un enseignement ménager. Il s’agit le plus souvent de structures qui, au moment de leur reprise dans les années 1950-60-70, comportent plus d’hectares que celles où se rencontrent des jardins paysans. Ce sont donc des exploitations relativement importantes, selon la classification locale qui distingue les « gros » des « petits », avant même que le nouvel exploitant n’y opère les transformations conformes aux orientations agricoles de ces années-là. La ferme où travaillait Marthe A. fait ici figure d’exception. « Nous, on est des petits » : l’exploitation, comme la maison, demeure à l’identique pendant la durée d’activité des agriculteurs et, à leurs dires, ressemble à celle dont ils ont hérité. Le jardin de Marthe devient pourtant jardin fleuri, mais d’une manière singulière, héritée des formes paysannes de fleurissement.

4Ni le jardin de Paulette R. ni celui de Marguerite B. ne se distinguent véritablement des jardins fleuris des agricultrices. Les deux femmes sont d’origine agricole. L’une, employée (54 ans), mariée à un ouvrier, est installée dans la maison de ses parents anciennement agriculteurs à Gagnac. L’autre, mariée à un maçon, était employée de maison avant sa retraite. Son jardin fleuri est contemporain de l’emménagement dans une maison neuve bâtie à la fin des années 1970.

5L’installation du jardin fleuri est progressive. Dans le milieu agricole, elle va dans tous les cas de pair avec un changement de responsabilité pour les choses du jardin ou bien pour l’ensemble des affaires de la maisonnée. En suivant les histoires de vie de Marthe A., de Simone R. ou de Paulette R., elle marque le moment où la jeune femme succède effectivement à sa belle-mère (ou à sa mère), soit que cette dernière soit trop âgée pour accomplir les tâches, soit que la passation s’impose par la volonté de l’une ou de l’autre.

6La jeune femme agricultrice se trouve souvent secondée par les parents âgés (d’autant plus dans les cas de cohabitation, rares aujourd’hui), à qui restent attribués le potager et le « fleurier ». Ici, pas de doña comme dans les Pyrénées mais la maîtresse de maison reste longtemps la belle-mère, qui fait autorité avec son savoir-faire et ses plantations. Le pouvoir féminin peut se mesurer par le biais des fleurs, la fabrication des parterres et le choix des espèces devenant ainsi un véritable enjeu entre belle-mère et belle-fille. Une méconnaissance du savoir jardinier, une tendance marquée à l’achat de végétaux qualifient les attitudes des « jeunes » tandis qu’elles réapprennent de leur belle-mère ce qu’elles avaient appris de leurs grands-parents mais non de leur mère propre. Ce modèle ressemble aux modes de transmission en Pyrénées. Ariane Bruneton et Anne Luxereau (1987) y voient les marques d’une attitude délibérée en vue de l’intégration à la nouvelle famille. Mais si la belle-fille en vient peu à peu à imposer ses goûts, il lui faut tenir compte également de l’avis de son mari. En effet, au même titre que l’exploitation, les abords de la maison relèvent de l’héritage, y compris symbolique. Portant la marque des générations passées, témoins également de l’enfance et de ses jeux, ils jouent assurément un rôle dans la mémoire. Souvent, l’investissement des lieux par la nouvelle jeune femme s’établit par l’intervention des deux époux.

Ici, il y avait beaucoup d’ormeaux. Celui-là, je l’ai jamais vu : il a toujours été mort. D’ailleurs, je voulais le tronçonner pour le remplir de terre pour mettre des fleurs, tout le monde me dit : mais non, il faut le laisser comme ça. Mon mari, je crois qu’il aime pas qu’on touche à ses… Ses trucs qu’il a vécus.

7Les relations florales semblent très importantes entre mère et fille. Si le potager s’apprend plutôt avec les grands-parents, la culture et le goût des fleurs semblent, en partie tout au moins, hérités en ligne directe féminine.

– Où avez-vous appris ces trucs ?
– J’ai été tout le temps passionnée par ça. Parce que j’avais maman qui, malheureusement est décédée, j’avais que quatorze ans et elle était une passionnée des fleurs. La passion m’est venue de par l’exemple. Et puis, plus on fait quelque chose, plus on se passionne. […] Moi, la passion est venue de l’exemple. J’avais un bel exemple. Malheureusement, j’aurais fait peut-être autre chose si maman avait vécu. Je me demande si je ne serais pas partie dans cette branche-là. Parce que c’est plus fort que soi, ça, oh oui. […] Suivant ce que je comprends, vous avez une maman qui aime beaucoup les fleurs, c’est un peu le même système que moi. Je serais bien contente que les petites filles prennent un peu… Mais ça on ne peut pas ; on peut pousser un peu mais on ne peut pas provoquer. Il faut que la passion de quelque chose, d’un travail, vous vienne comme ça. Parce que les fleurs, c’est les voir mais aussi s’en occuper.
À l’époque, de mon temps, on suivait beaucoup l’exemple des parents. Je la voyais, elle était tellement passionnée par ça… Les temps n’étaient pas les mêmes, on avait moins de… sorties. On se retranchait davantage sur ce que faisaient les parents. Ce n’était pas du tout pareil. (Jeannette C.)
– Ça fait longtemps que vous vous intéressez aux fleurs ?
– Toujours. Ma mère a toujours eu des fleurs et donc, je pense que ça continue. Finalement, ça reste. La façon dont on a été élevé joue beaucoup ; si on a été élevé dans un milieu avec des fleurs, on aime les fleurs, ça se retrouve. J’ai ma fille, elle est pareille. Ils ont un petit pavillon, il y a un gazon mais dans les petits coins, elle a mis des fleurs. Aussi, je crois que ça se retrouve, la passion des fleurs, et les géraniums aux fenêtres… (Paulette R.)
J’ai toujours aimé les fleurs, toujours ! Chez ma mère, dans le temps ça n’arrivait pas souvent de voir des jardins, mais elle en avait un comme ça, elle en avait fait un ! C’était des bonnes idées, et ma sœur a continué aussi. (Simone R.)

8Mais entre mère et fille également, les relations oscillent entre complémentarité et concurrence : prétendant que la fleur était triste, telle mère arrachait les acanthes plantées par sa fille. « On me fait bien sentir que ce n’est pas à moi », regrette cette autre mère infirme qui « a toujours aimé les fleurs » et « voudrait en couper pour les amener dedans », tandis que sa fille, appuyée par la grand-mère, les cultive désormais (« Elles sont contre moi »). Autres exemples enfin, ces deux jardins qui ont complètement changé de physionomie en une dizaine d’années, sous l’influence de la fille de la maison. Ainsi, à Gagnac, Paulette R., née en 1936, prend possession des lieux en 1965 et transforme le jardin paysan de sa mère en jardin fleuri.

– Ça a changé beaucoup ?
– Énormément ! C’est beaucoup plus… pagaille, la cour n’était pas dallée, il n’y avait pas de murs : c’était plus la ferme. Et puis, il y avait des plantes un peu partout, c’était des habitudes, ma mère faisait ça. On lui donnait quelque chose, paf, elle le piquait n’importe où, alors ça faisait tout un fouillis de plantes enchevêtrées les unes sur les autres et ça ne fait, ça rend pas grand-chose.
Je me souviens là où il y a le mur, j’ai mis des lilas, il y a des forsythias. Mais, c’était tout enchevêtré l’un dans l’autre, ça rendait rien, alors maintenant j’ai mis de l’ordre dans tout ça. J’avais des photos de ma fille petite – elle aura vingt-six ans – où on ne voit que ça ! Ça faisait fouillis, il y avait de tout, des dahlias, des… Ces espèces d’arbustes, il y avait de tout ! Il y avait le mur mais pas de grillage dessus, la cour était en terre battue. C’était pas du tout arrangé comme maintenant. Je pense, à cette époque-là, on faisait moins attention au devant de porte, c’était pas soigné comme maintenant. (Paulette R., employée de mairie, 56 ans, fille d’agriculteur, Gagnac.)

9Cette citation mérite que l’on s’y arrête. La description du devant de porte de la mère ressemble aux jardins paysans déjà décrits. « Fouillis de plantes enchevêtrées », « de tout », « pas soigné », « pagaille », ce jardin se signale également par l’absence : absence de clôtures, de dallage, de gazon, de plantes expressément horticoles. « Faire attention », « mettre de l’ordre », organiser l’espace et les plantations, tel est le projet que se donne Paulette R. lorsqu’elle hérite à la fin des années 1970 de la maison maternelle.

10La nouvelle occupation doit se lire physiquement : le fleurissement marque symboliquement la présence de nouveaux occupants, sur une ferme toujours investie par les parents du conjoint. L’emprise sur les abords immédiats de la maison s’effectue plus aisément que d’autres interventions (restauration ou construction de la maison), qui signent de manière plus définitive la présence des jeunes exploitants.

Cacher la ferme

11Le principe de ces jardins, qui ne laissent plus distinguer l’origine agricole de leur propriétaire, tient en la distribution de l’espace autour de la maison en pelouses et plantations. La ferme a presque disparu des alentours de la maison, pour être reléguée en des endroits spécialisés (les hangars, les granges) ou éloignés de la maison (le potager, le poulailler). En fait, la création du jardin fleuri est précédée de transformations du jardin paysan. Le fait d’enfermer les poules dans un enclos est l’un des premiers actes accomplis par la jeune mariée lorsqu’elle a le loisir d’intervenir.

– Les rocailles ça n’existait pas à l’époque, avant, il y avait des tas de… C’était sauvage, Les endroits aux abords des maisons, il y avait des ronces, des… On peut pas comparer. […] Les poules, les pintades étaient en liberté donc ils ne pouvaient pas se permettre d’avoir les fleurs. Moi je l’ai vécu ça… Comment voulez-vous, on ne pouvait pas avoir de jardins. On avait des jardins, il fallait le clôturer, alors que maintenant, on a enlevé les clôtures. On défait ce qu’on a fait ! On change complètement.
– C’est les poules qu’on clôture !
– C’est les poules qu’on clôture ! C’est vrai, autrement on ne peut rien avoir ! Elles sont enfermées, là-bas derrière… (Jeannette C.)

  • 1 Depuis l’enquête, je connais un autre jardin paysan où poules et poussins, canards et canetons, co (...)

12Dans les jardins paysans, les quelques parterres sont protégés par des grillages et les pots de fleurs surélevés. Les volailles sont toujours autorisées à divaguer : c’est le cas chez Lucienne par exemple où les « vieilles poules » et les canards sont lâchés quotidiennement pour « prendre un peu de verdure »1. De même, il est quelques rares jardins fleuris où les poules s’aventurent. À vrai dire, je ne connais que celui de ma mère, où les poules sont « dressées » à ne pas s’écarter du verger qui, non clôturé, jouxte la cour transformée sur une grande partie en jardin fleuri. Ici, on fait « la chasse » aux poules et on déplore leurs déjections sur la pelouse, mais leur présence signifie toujours celle de la ferme. Dans les autres jardins, elles ont été définitivement encloses, et le plus souvent, en un espace invisible depuis la maison. Après leur relégation à l’extérieur du jardin fleuri, les volailles enfin disparaissent complètement des attributs de la ferme.

Fille – Et puis, tu te rends compte si on avait des poules, ça passe partout, ça fait des dégâts.
Mère – Ah non ça, pas question ! Avant qu’il y ait la maison ici, c’était un verger, des pommiers qu’on a coupés, sauf quelques-uns de l’autre côté. Mais j’avais clôturé tout le tour et j’avais des poules enfermées parce que… autrement c’était le bazar ! Elles venaient devant la porte, et elles grattaient tout, tout, tout, je pouvais pas supporter… Alors on les enfermait. Après, on a décidé de faire la maison, alors… les poules ont été supprimées.

13Le potager se trouve lui aussi souvent relégué à l’extérieur de l’enceinte de la maison. Mais « le jardin » – son nom reste – ne s’abandonne pas facilement. Il n’est que la jeune génération pour envisager cela. Le potager disparaît de la vue et les agricultrices recourent à la pratique du jardin de plein champ. Cette disparition du jardin potager de proximité au profit du plein champ est une des caractéristiques de la transformation des abords.

Autrefois, j’en avais, mais maintenant je fais ça dans le champ, le jardinage en plein champ et le fils me travaille ça avec les outils, avec le reste et j’ai pas besoin de sarcler. Parce qu’il faut s’y tenir. Les autrefois oui, de l’autre côté après le buis, c’était le potager, et il fallait tout faire à la pelle-bêche, il faut être en train [être en forme], il faut s’y tenir et pas avoir mal aux reins. (Simone R.)

14Le déplacement du potager correspond à une logique de rationalisation du travail : la partie légumière se cultive comme le champ qui l’héberge et l’usage d’outils mécanisés se substitue en partie aux gestes manuels propres au potager. Dans la ferme maraîchère de Jacqueline F., les haricots de plein champ destinés à la consommation familiale se ramassent à la machine, comme ceux destinés à la vente. En même temps, se libère de l’espace pour le « jardin de devant », le jardin fleuri, ou « les fleurs ».

15Marguerite B. est formelle, ce potager exposé à la vue n’est pas à sa place. Même si elle n’est pas agricultrice, elle partage néanmoins ce désir de voir le « jardin » éloigné, voire supprimé. Car le vrai jardin n’est plus celui-là.

Moi, si ça avait été que moi, il y a longtemps que je l’aurais supprimé. J’ai dit au mari : « Tu défais le potager, je mets de la pelouse et je mettrai ma charrette là-dedans et elle sera très bien. » Oh mais c’est que mon mari veut son jardin ! Oh là là ! S’il n’a pas son jardin. Il me dit « le jardin, il me rapporte et je mange mes légumes, je mange mes salades. » C’est pas que je l’aime, ce jardin. Combien de fois, je lui dis : « J’aime pas ce jardin devant. » Oh, je l’aurais préféré derrière. Parce que je trouve qu’un jardin derrière, il n’a pas besoin d’être à la vue, d’autant plus que j’avais rangé mon parc, j’avais fait des rocailles, ça serait bien plus beau avec de la pelouse, un beau rosier arbuste au milieu.

16Elles sont deux jardinières à faire explicitement référence aux « parcs » ou aux « jardins de villa » qui entourent les maisons d’aujourd’hui, à presque rêver d’un autre lieu que celui, paysan, que leur rappelle la présence du potager ou, pour Jeannette C., celle des bâtiments agricoles ou de la campagne alentour.

Les anciens faisaient ça. Maintenant, les gens qui font les fleurs font des parcs, mais n’ont pas de potager. Ils suppriment le potager. Marguerite B.
Alors vous repartirez dans les jardins, demain, après-demain… Parce que c’est certainement vrai qu’aucun des jardins ne sont les mêmes, il y en a qui n’ont que des rocailles, qui ne mettent que des fleuriers. Il y en a qui ont des villas avec des jardins tout autour. […] Ici c’est pas pareil, c’est une ferme, donc ça reste comme une ferme, avec tous les bâtiments, alors que celui qui a sa villa au milieu de la pelouse, c’est pas pareil. Là c’est joli, il peut faire ce qu’il veut tandis que nous, avec tous ces… (Jeannette C.)

Hiérarchies

  • 2 Il en va de même des activités de cueillette (Larrère & de la Soudière 1987  : 222-223).

17Toutes les agricultrices soulignent leur préférence pour la culture des fleurs. Les légumes appartiennent au travail obligé, aux « corvées » domestiques et les fleurs relèvent de la « passion ». « Faire les fleurs, ce n’est pas travailler », pensent invariablement les jardinières2. « Mon mari me dit toujours : “Tu fais une raie de légumes, trois de fleurs !” », précise Jacqueline F. pour décrire son jardin de plein champ et donner la mesure de son investissement. C’est du point de vue féminin que la ferme apparaît en concurrence avec « les fleurs » tandis que les hommes continuent de n’y accorder qu’une place minime.

18Les réponses au questionnaire confirment le propos des jardinières : « les fleurs » et l’exploitation ont désormais une existence parallèle, et non plus fusionnelle comme dans le jardin paysan. Il faut « voler le temps », l’expression dénote bien le rapport contradictoire entre l’exploitation et « les fleurs ». Mais le temps du jardin ne peut être qu’en plus, aux marges du temps productif et rémunérateur. Et il ne doit pas être trop important, il ne doit pas « prendre trop de temps », il ne peut être « trop de temps ».

Après, avec la ferme, je vous dis bien, fallait sortir le bois, aller aux asperges… Les fleurs, il faut avoir le temps de s’en occuper comme il faut… […] Seulement, je n’ai pas pu encore m’étaler parce qu’avec la ferme, on n’avait pas le temps, parce que ça demande beaucoup de temps. Pour bien le faire, il faut vraiment apporter… Moi, je le vois. Tous les matins, une heure. Je leur passe bien une heure. Et le soir pareil. (Jeannette C.)

19Lorsque pourtant le jardin demande du temps, et c’est le cas dans un jardin de « passionnée », ce temps est pris sur les marges du travail domestique, du travail de l’exploitation. Et lorsque ce temps « volé » ne suffit pas, c’est le temps de sommeil qui se trouve abrégé tandis que les pairs regardent d’un œil plus ou moins complaisant cet investissement démesuré dans cette activité « qui ne gagne pas de pain ».

Et tondre, traiter tous les dix jours, et tondre ! J’ai passé une période où c’était tous les quatre ou cinq jours. Je me levais à cinq heures tous les matins et tous les soirs à la nuit, je me couchais. Mon mari était déjà couché et me disait : mais alors, qu’est-ce que tu fais ? (Jeannette C.)

20L’espace est hiérarchisé au gré de la passion jardinière. La ferme délimite l’espace des fleurs possible et la ferme est repoussée aux portes du jardin. Aucun objet, aucun outil agricole ne se remarque aux alentours directs de la maison ; ni tracteurs, ni remorques, ni brabant ou autre matériel lié au travail du champ qui viendraient se ranger devant la grange et les bâtiments, pas de bêche non plus, ni de seaux garnis de légumes ou d’herbe « pour les lapins » ni de bottes en caoutchouc pour encombrer le devant de porte : tout l’espace est voué aux fleurs, aux arbustes et à la pelouse. Granges et hangars chez Jeannette C. ne signalent leur fonction que lorsqu’on en ouvre les portes. Sur leurs façades, courent des rosiers et des plantes grimpantes ; des massifs colorés les bordent et la pelouse vient lécher le passage en castine qu’empruntent tracteurs et véhicules. Chez Simone R., la présence de la maison neuve aura permis de délimiter la ferme de l’habitation, laquelle ne signale en rien l’appartenance professionnelle de leurs occupants. Dans la ferme F., on dit que « les tracteurs sont cachés » : une haie dense de thuyas a été installée. « Moi j’ai dit, il faut faire une haie là pour couper des hangars et tout ça. Parce que bon, on voyait les… : c’est pas joli. »

21Dans ces trois fermes plusieurs fois primées, la volonté de cacher la ferme est peut-être exacerbée par rapport aux autres exploitations agricoles fleuries. Avec la passion des fleurs, l’antinomie entre jardin fleuri et activités agricoles est entière, mais elle révèle toutefois une tendance générale en ces dernières décennies.

22Examinons comment sont classés les différents lieux qui font l’exploitation agricole (terres et bâtiments confondus). D’abord, il y a « les champs », classés en haut de la hiérarchie des terres, car, avec « les bêtes », ils garantissent la production et la reproduction de la maisonnée, comme son identité. Mais ils sont éloignés des préoccupations jardinières. Intermédiaire, le jardin de plein champ n’est pas non plus le lieu de la réalisation de la jardinière : Jeannette C. parle à contrecœur de cet endroit qui « donne du travail », travail qu’elle partage d’ailleurs à mi-temps avec son mari. Toutefois, là, elle produit le terreau, manière de passage à l’espace sacralisé, celui « des fleurs ».

23Celles-ci règnent dans l’espace autour de la maison. C’est leur place, indéniablement, c’est là qu’elles deviennent « vivantes » et « belles plantes ». À la différence de leurs consœurs du potager, elles ne peuvent changer d’état pour être « fleurs coupées ». Il est inimaginable en effet d’en faire des bouquets pour « garnir » l’intérieur de la maison, sauf très rares exceptions. Par contre, comme les légumes sont destinés à la cuisine, les fleurs de plein champ sont destinées à la salle. « Sacrifiées », elles restent productions utilitaires, et non des plantes-enfants qu’il s’agit d’élever.

– (Au jardin potager), vous mélangez fleurs et légumes ?
– Il m’arrive de mélanger. Alors là c’est autre chose, c’est des fleurs sacrifiées.
– C’est-à-dire ?
– C’est pour les couper. Voilà, quand je les ai là, j’en coupe, quelques roses comme ça, Mais enfin, j’aime bien les voir comme ça. Alors qu’en plein champ, tac, tac, je te coupe, je fais pas attention ! (Jeannette C.)

24Toutes les jardinières partagent ce point de vue : les fleurs du jardin fleuri ne se coupent pas. Fleurs de plein champ, fleurs séchées et même fleurs artificielles sont en revanche utilisées pour « garnir l’intérieur ».

– En principe, j’y passe le matin, quand il fait frais. Et puis le soir, j’aime bien, quand on a soupé. Les hommes regardent la télé, mais moi je vais dehors, je fais un tour à mes fleurs.
– Vous coupez des fleurs de votre jardin pour en mettre dedans ?
– Ah non ! Ah ça ! Ma fille est venue : « Maman, donne-moi des fleurs. » « Non, je ne veux pas que tu me les coupes ! » Je les regarde sur place ! Mais je n’aime pas une fleur coupée dans la maison ! Là-bas, d’ailleurs, ce sont des fleurs artificielles, ou des fleurs séchées : celles que je vous montrais tout à l’heure, celles-là, je les coupe et les mélange.
– Vous préférez des fleurs artificielles que couper des fleurs du jardin ?
– Ah oui ! Et ma cousine, tous les jours, elle n’a aucune fleur dans son jardin mais elle coupe tout le temps, elle dit : « Je peux pas supporter un bouton de rose bien beau : tac ! » Ah non ! Moi, je supporte pas ça ! « Il faut pas faire ça, couper les fleurs comme ça, elles sont bien dehors, j’y dis, c’est comme toi si on te coupait la tête ! » J’y dis : « Laisse les roses où elles sont. » J’aime pas que personne me les coupe.
– Ça vous gêne pas que les fleurs soient artificielles ?
– Non, c’est dans la maison. Parce que comme ça, elles se fanent pas, j’ai pas besoin de les changer. Non, les fleurs, je préfère les voir dehors, il faut qu’elles soient dehors ! (Marguerite B.)

  • 3 Il y a eu cette mauvaise note donnée par un jury départemental lors du concours des maisons fleuri (...)

25Plus question de bouquets pour l’église ou le cimetière, plus question de faire entrer dans la maison fleurs sauvages ou fleurs du jardin comme chez les jardinières paysannes. Plus question non plus d’installer dehors, à la belle saison, les plantes vertes d’intérieur. Ce n’est que dans les jardins « un peu de tout » que ces plantes (clivias, misères, queues-de-rat, Epiphyllum) font ce déplacement, marquant l’absence de césure entre intérieur et extérieur3. Les plantes vertes ornant les salons des maisons fleuries ne sont d’ailleurs plus les mêmes : appartenant au marché horticole, ficus, caoutchouc ou yucca ont remplacé les plantes « anciennes » reproduites par boutures. Chez Marthe A. ou Jeannette C., il n’y a pas de plantes d’appartement de façon à réserver la place, en hiver, aux plantes annuelles gélives du jardin fleuri. Les plantes vertes sont rares car comptent davantage celles de la passion jardinière.

On me dit « mais tu réussis tout ! Tu as la main verte ! » Je dis « oui, j’ai la main verte pour l’extérieur mais l’intérieur, les plantes, elles me réussissent pas ». Mais si, je m’en occupe ! Trop même ! Mais je vais vous dire pourquoi elles meurent : c’est que j’ai une manie de trop les arroser. Mais pour l’extérieur, non, non ! Je touche du bois mais tout ce que je plante ça prend. (Marguerite B.)

26Les jardinières préfèrent le dehors, comme les paysannes du premier type, toutefois ce dehors ne concerne plus l’espace de la ferme, mais celui des fleurs. Pendant la construction de la maison neuve à côté de l’ancienne habitation de la ferme, Yvette F. voulait « que le dehors soit fini avant d’habiter la maison. Ah oui ! Mais aussi j’y travaillais autant que la maison. Je disais : la maison, ça se fera toujours… »

Mais moi, je vois de chez nous, n’importe quelle fenêtre que j’ouvre, je vois les fleurs. Je fais en sorte que quand j’ouvre une fenêtre, je voie les fleurs. J’ouvre sur le côté, j’ouvre sur le bas, j’ouvre de l’autre côté, je vois les fleurs… Je vous dis, c’est dingue d’être… Mais moi, j’adore ça. Je trouve que c’est reposant, quand vous avez fait une bonne journée de travail, moi ça me calme, ça. (Jeannette C.)

27Dans les jardins fleuris, la césure est marquée entre sauvage et cultivé. « C’est sauvage autour », semble regretter Jeannette C. qui reconnaît cependant à un autre moment la beauté des prés fleuris au printemps, mais rares sont les cas de transplantations de plantes sauvages, relativement courants dans les jardins paysans. « On regarde dans le pré, on a toute une famille de fleurs des champs. Donc, on les met pas dans le jardin. C’est vrai ! On va pas mettre dans le jardin ce qu’on a là-bas. »

28Jamais un bouquet de fleurs des champs ne vient fleurir la maison. Non qu’on hésite à les couper, mais ce « sauvage », trop connoté, n’a pas sa place à l’intérieur de la maison. De même, on ne trouve plus de fossiles rapportés des champs ou des chemins. Pour Jeannette C., la nature semble toujours trop naturelle, à l’opposé du modèle de référence : villas des magazines de jardins ou encore maisons fleuries aperçues à l’occasion d’un voyage du troisième âge en Autriche et en Suisse.

Seulement, dans les fermes, on ne peut pas avoir comme celui qui a une belle villa au milieu… : ici, c’est sauvage autour… Autour de la maison, c’est sauvage. Qu’est-ce que vous voulez, c’est les fermes ça ! Que voulez-vous, on ne peut pas…

Notas

1 Depuis l’enquête, je connais un autre jardin paysan où poules et poussins, canards et canetons, colverts, oies vaquent toujours autour de la maison dans une cour encombrée d’arbres, de fleurs en pots installées sur des tréteaux, et d’objets divers servant (ou ne servant pas) au bricolage. Des ronces et des orties voisinent sans encombre avec des rosiers anciens, des buis, des hémérocalles, des hortensias  ; sur la terre battue que l’hiver transforme en cloaque, se promènent en liberté les animaux de basse-cour. Les parents et amis à qui je montre cette cour, qu’ils regardent parfois avec circonspection, sont unanimes  : il s’agit là d’un des derniers témoins des « fermes d’avant  ».

2 Il en va de même des activités de cueillette (Larrère & de la Soudière 1987  : 222-223).

3 Il y a eu cette mauvaise note donnée par un jury départemental lors du concours des maisons fleuries de 1994 à un de ces devants de porte agrémenté de plantes d’appartement, comme si la rupture entre dedans et dehors allait désormais de soi.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search