Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

II. Jardins fleuris

8. Quelques jardins fleuris

Texte intégral

Le jardin de Jeannette C

1Jeannette C., soixante-deux ans, est responsable avec son mari d’une petite exploitation de 24 hectares, en polyculture (noix, céréales, asperges, bois), située dans un écart, sur la commune de Montcléra (Bouriane). Les deux enfants, mariés et installés dans des vies et professions non agricoles, n’ont pas souhaité reprendre l’exploitation. En 1995, M. C. décède subitement. Le fils de la famille, quincaillier dans une bourgade à l’autre extrémité du Lot, aide sa mère à maintenir l’exploitation jusqu’à sa retraite, en 1997. Aujourd’hui, il assure avec elle l’entretien des jardins et des bâtiments tandis que les terres sont en location.

  • 1 On désigne par art topiaire le savoir relatif à la taille de végétaux à feuilles persistantes (bui (...)

2Le jardin a fait l’objet de plusieurs distinctions aux concours de fleurissement, en catégorie « fermes fleuries » : premier prix en 1989, 1990, puis prix d’honneur en 1991. Comme dans les autres jardins primés de cette catégorie, rien ne laisse penser qu’il s’agit d’une ferme. Les traces du travail agricole sont soigneusement effacées. En 1999, ce jardin est à nouveau classé premier dans la catégorie « ferme fleurie ». Si l’organisation du jardin reste inchangée, de nouveaux éléments sont apparus : vieille charrette fleurie, vélo ancien dont les sacoches portent des fleurs, buis en topiaire1 donné par le fils.

Jardin de Jeannette C.

3En 1994, le couple C. habite l’ancienne maison rénovée : son crépi a été ôté pour laisser apparaître les pierres de taille, le toit est refait à neuf, une véranda ouvre le devant de la maison. L’habitation est séparée des bâtiments de l’exploitation (ancienne grange et hangar plus récent) par une route communale peu fréquentée. Face à la maison, un ancien four à pain a été converti en salon d’été, où sont entreposées tables et chaises en métal peint de blanc. Entre le four à pain et la première grange, un grand terrain en pente est transformé en pelouse – il s’agissait de l’espace réservé au potager pendant la période d’activité des parents du mari. Le potager a été repoussé au-delà des limites de ce terrain, sur une bordure de champ. Il reste l’endroit appelé « le jardin ». Au pied de la grange et en bordure de route, se trouve « le massif », véritable point d’orgue du jardin, encore appelé « le fleurier » ou « le milieu ». Adossé à un muret, surhaussé par rapport à la pelouse, ce massif borde le devant de la grange sur une dizaine de mètres et se déploie en un grand demi-cercle au-devant de la route. Il est imposant, autant par sa taille que par la quantité de couleurs qu’il déploie. Au printemps, il comprend essentiellement des « plantes de rocaille », catégorie propre à l’horticulture : corbeille-d’or, thlaspi, aubriette de différentes couleurs, bruyère, giroflées naines, etc. Les vivaces de rocaille et les tulipes rouges et jaunes émergent en masse parmi quelques conifères nains et autant de grosses pierres, dont, au centre, un énorme bloc de calcaire, surmonté d’une coupe bientôt emplie de plusieurs géraniums-lierre énormes. C’est sans doute au cœur de l’été que le « fleurier » est le plus spectaculaire. Les rouges, les roses et les jaunes sont éclatants : pétunias, géraniums, coréopsis, anthémis sont placés en alternance et produisent une masse de couleurs déferlant sur la pente légère du massif. Entre les couleurs vives, quelques touffes de blanc « pour couper » : la jardinière s’inspire ainsi de critères de composition prônés dans les manuels de jardinage.

4Le parterre central se poursuit en pointillé aux alentours immédiats des bâtiments d’exploitation, des massifs d’annuelles (géraniums, pétunias, verveines roses, sauges rouges, etc.) ornent les abords des portes d’entrée. Sur la droite de la maison, la pelouse accueille des arbres d’ornement : Araucaria, Juniperus, puis une rangée de glaïeuls rouges. Des potées de verveines roses sont accrochées au tronc coupé à mi-hauteur d’un ancien pêcher, au pied duquel fleurissent des impatiens rouges et roses. Devant la maison, sous le marronnier, est installée une table de jardin. Marches et murets accueillent de gros pots de géraniums, dont les plus volumineux se situent tout près de l’entrée principale.

5Au massif appelé « le milieu » correspondent des « là-bas » qui viennent marquer l’organisation interne du jardin comme ses limites. Ainsi, face à la grange, de l’autre côté de la chaussée, une ancienne souche de platane laissée en place accueille une énorme touffe de géranium-lierre rouge ; une série de petits pots garnis de pétunias de couleurs en fait le tour. Plus loin, un ancien lavoir en béton porte quatre potées de géraniums rouges, puis encore au-delà, sur un emplacement récemment récupéré sur le fossé, sont installées dans un parterre les indésirables du « fleurier » que l’on répugne à jeter complètement.

Le jardin de Marguerite B

6Avant d’acheter en 1982 une maison récente située sur un coteau qui domine le village de Carennac, le couple vivait dans une maison de location sans jardin, dans un autre village. Femme de ménage, Marguerite B. ne travaille plus depuis leur nouvelle installation ; quant à son mari, il est responsable, avec leur fils, d’une petite entreprise de maçonnerie. À soixante ans, elle mentionne à plusieurs reprises ses origines paysannes et raconte le jardin de sa grand-mère qui l’a élevée. Sa passion des fleurs prend forme avec l’installation dans la nouvelle maison, comme si le souhait d’un véritable chez-soi, une fois exaucé, venait se matérialiser au travers du jardin, comme si le jardin venait en compensation d’une vie parfois difficile.

7La pelouse, les arbustes d’ornement, les fleurs font l’essentiel de ce jardin qui compte près de 1 500 m2. « Devant, c’est la pelouse, en bas, c’est le parc, parce qu’on y a mis des arbres ; il y a le parc, il y a le jardin, il y a tout chez moi. »

  • 2 Gariottes ou cazelles : on désigne ainsi les anciennes constructions de pierre sèche, élevées par (...)

8La maison est séparée de la route par « la pelouse ». Aucune porte ne vient matérialiser le passage de l’espace public au jardin (« Mon mari n’en voulait pas, il dit ce n’est pas un cloître, moi, j’aurais aimé un portail ou quelque chose »). Un chemin de castine rose – un gravier local de couleur rose, « la rose est plus belle que la blanche » – dessine un cercle autour de « la pelouse », conduisant de la façade de la maison jusqu’à la route. Des arbustes, notamment des conifères à faible développement, bordent ce chemin (Elaeagnus panaché, Chamaecyparis, Juniperus sinensis, thuya d’Orient) tout en alternant avec des plantations de vivaces dites de rocaille (corbeille-d’or, aubriette violette, thlaspi blanc) installées sur une bordure de pierres du causse. Bientôt des tulipes rouges et jaunes viendront les accompagner. Au centre de la pelouse, côté route, un massif reprend ces mêmes touffes de couleurs ; il voisine avec un « prunus pissard » et un érable à feuilles panachées. Une poule en ciment semble se promener au milieu. Quant à la « gariotte2 » miniature, construite par le mari, installée sur une pierre plate elle-même soutenue par un ancien tonnelet, elle se trouve entourée par deux potiches emplies de pensées jaunes et blanches, que des géraniums rouges remplaceront bientôt. Les fleurs d’été aux couleurs vives succèdent en effet aux vivaces de rocaille. Sur la pelouse, nombre de rosiers déploient leurs couleurs, huit « comportes » – anciens contenants de la vendange – accueillent des lauriers roses volumineux, pétunias et impatiens sont disposés tout autour de l’espace qui forme le devant de la maison. Sur la gauche de l’habitation, Marguerite B. a installé une clôture au moyen de nombreux végétaux et appareillages divers : un mètre de haie basse de cotonéaster, un érable dont le pied est caché par un massif de tulipes et de muguet, un banc de pierre portant une seconde « gariotte », puis nouvelle alternance de conifères nains et de plantes de rocaille et une roue de charrette bientôt prise par le développement d’un lierre panaché. On remarque devant la maison les potées de géraniums suspendues près des fenêtres, l’ancien joug converti en appareil d’éclairage pour la terrasse de plain-pied, la table de jardin en plastique blanc qui ne sert guère aux repas. L’arrière de la maison est moins soigné : l’herbe y pousse plus haute, des iris de jardin y ont été relégués qui grandissent au pied d’un sapin.

Jardin de Marguerite B.

9Le jardin se poursuit sur le flanc gauche de la maison. Par un escalier bordé de part et d’autre d’une haie basse de Lonicera nitida (« Il faut mettre des haies basses, c’est-à-dire du nitida ou je sais pas comment on appelle ça »), on accède au « parc ». Si, comme son nom veut l’indiquer, cet espace comprend bien des arbres (trois peupliers, deux cerisiers, un prunus pissard), il s’agit plutôt d’une deuxième « pelouse ». Différente de la première, elle comprend davantage d’arbustes et d’arbres et sans doute moins de fleurs, encore qu’elles soient nombreuses à constituer un massif de « rocaille » tout autour d’un Juniperus ou encore – cascade de géraniums rouges – à garnir l’ancienne charrette disposée au beau milieu. Les arbustes (conifères à faible développement ou arbustes à feuillage persistant : berbéris, Elaeagnus, ou à fleurs : forsythia, weigelia) sont disposés régulièrement, de place en place, sur la pelouse jusqu’à ce que tout l’espace en semble empli

10Les regrets de Marguerite, outre un cerisier mal placé tout près de l’escalier, ont surtout trait au potager situé en bordure du « parc », tout au long de la route. Sa place eût été « derrière », à l’abri des regards, ou même eût-il été carrément supprimé, si ce n’était la volonté de son mari de le maintenir et de le cultiver. Appelé « jardin » ou « potager », l’espace des légumes vient contredire le « parc » et la « pelouse ».

11Ce jardin a été primé de 1989 à 1992 (catégorie 1 : jardin fleuri) et a reçu le prix d’honneur en 1991 et 1992.

Le jardin de Jacqueline F

12Jacqueline F. a obtenu le premier prix départemental des fermes fleuries en 1994, et le premier prix cantonal des maisons fleuries en 1995. À la vue de la grande maison neuve située au dernier plan d’une vaste pelouse (environ 2 000 m2), rien ne saurait signaler qu’il s’agit d’une ferme, si ce n’est, peut-être, qu’aucune clôture ne délimite l’espace du jardin. « La ferme F. fait plutôt penser à une résidence secondaire », souligne l’auteur de l’article rendant compte dans La Dépêche du Midi (17/11/1991) des maisons primées au concours cantonal. C’est bien une ferme cependant, une ferme maraîchère essentiellement, avec outillage de pointe et savoir-faire transmis par les techniciens agricoles. Une large allée de castine, sur la droite, conduit de la petite route départementale menant à la ville de Souillac jusqu’à la maison, bâtie à la fin des années 1970, au milieu des terres agricoles. L’allée contourne la maison pour rejoindre le garage, situé à l’arrière. Là, une double haie de thuyas protège l’ensemble du vent du nord. À l’exception d’une pelouse et d’un jeune arbre planté en son milieu, l’arrière de la maison est un espace vide, contrastant avec le devant, chargé de massifs volumineux. Formée de terre et de pierres de déblai provenant de la construction de la maison, la « rocaille », sorte de parterre surélevé, surligne le pignon de façade. Dans son prolongement, une terrasse, surélevée également, semble s’estomper dans un nouveau massif. Entre les deux parterres, l’allée soigneusement délimitée conduit aux quelques marches qui desservent la terrasse, autant de lieux immanquablement réservés aux potées de géraniums à la saison estivale. Véritable prototype du genre, la « rocaille » semble droit sortie d’un catalogue de pépiniériste : conifères et arbustes nains (Juniperus sinensis, fusain doré, spirée, lavande, berbéris, Cotoneaster horizontalis, etc.) s’y disputent la place.

Rocaille 1 (de gauche à droite) :
lavande, Juniperus, Pyracantha, Malus Floribunda, corbeille d’argent, tulipes,jonquilles, Forsythia, aubriette, Prunus cisterna, Spirea arguta, lavande, Juniperus chinensis, cotoneaster, fusain doré, Thuya occidentalis, lavandes
Rocaille 2 (de gauche à droite) :
Chamæcyparis lawsoniana, Berberis thunbergii, Juniperus chinensi, lavande, picea, spirée, aubriette, corbeille d’argent, cotoneaster horizontalis, Juniperus, iris, aubriette
Jardin de Jacqueline F.

13En ce début de printemps, ce sont les tulipes, éclats rouge vif et jaune d’or, qui attirent le regard. En nombre considérable, elles ponctuent tout l’espace des parterres, le long de la grande allée, dans les différents massifs, en bordure de route également. Là, se tient la petite maison occupée par la fille, qui travaillent depuis peu sur l’exploitation familiale. Les couleurs, rouge et jaune, se déploient tout autant dans les parterres de cette habitation qu’au-delà de la route, sur l’espace public. Dans ce jardin comme dans d’autres, la passion des fleurs déborde et outrepasse les limites de propriété. Par contre, les bâtiments d’exploitation sont relégués au second plan, invisibles derrière une haie dense de thuyas.

Le jardin de Yolande V

14C’est une petite exploitation du Causse dont Yolande était chargée. Son mari, facteur, partageait avec elle les travaux de la ferme, avant qu’il ne disparaisse subitement, en 1972. Ensuite, Yolande prend sa retraite, sa fille hérite de l’exploitation et entreprend, avec son mari artisan, les travaux de rénovation de l’habitation. En 1979, on procède au rajout d’un pigeonnier, et de plusieurs fenêtres ; la maison change de physionomie pour devenir imposante et massive. Avec ces événements, la passion de Yolande « pour les fleurs » va croissant. D’autant qu’elle trouve là un terrain d’entente avec son gendre, qui se charge d’installer dans le jardin nombre de vieux outils appartenant au passé agricole. Ainsi, parmi ces installations qui changent de place d’une année sur l’autre, on trouve une ancienne charrette de la ferme, imposante, dont Yolande a peint les roues en rouge, une barque donnée par une personne de connaissance habitant la vallée du Célé, une brouette couleur « bleu charrette », un araire récupéré dans la grange d’un voisin, un tonneau adossé à un autre ancien outil de labourage, etc. Mais également, des matériaux naturels sont utilisés soit comme contenants, tels ces troncs d’arbre évidés, dont l’un représente toute la longueur d’un fût, soit comme décors, tel cet imposant menhir dressé entouré de jeunes pousses de buis. Chaque année, comme pour souligner l’impossible finitude de ce microunivers, une nouvelle installation est ajoutée sur une pelouse bientôt brûlée par le soleil du causse. Tous ces objets, de même que les vieux pneus installés sur la murette, hébergent les mêmes fleurs, déferlement de rouges et de roses, des géraniums en majorité. De même, les nombreuses fenêtres et portes-fenêtres de la façade ouest (neuf au total) s’ourlent de jardinières de géraniums rouges et surplombent ce lieu dit « les fleurs », situé à l’arrière de la maison, et prolongé par le « parc ». Dans le « parc », qui n’est ni fermé, ni isolé « des fleurs », on trouve moins d’installations, moins de fleurs, si ce n’est des touffes de lauriers roses, une pierre levée, une cabane de pierres sèches. Aucune clôture ne marque l’ensemble, et le fossé de l’autre côté de la route est bientôt envahi de ces fleurs aux couleurs éclatantes. Garnie de pots à la manière des jardins paysans, l’entrée de la maison se trouve à l’opposé, une fois passé « le coin des fuchsias », tournant le dos au jardin, mais faisant face à l’exploitation : bâtiments agricoles, cour des moutons et des poules.

Jardin de Yolande V.

15Le jardin de Yolande V. a obtenu de nombreuses distinctions au concours des maisons fleuries (2e en 1989, prix d’honneur en 1990, 5e en 1992).

Notes

1 On désigne par art topiaire le savoir relatif à la taille de végétaux à feuilles persistantes (buis par exemple) de façon à leur donner une forme géométrique ou autre. Par extension, les « topiaires » désignent les végétaux ainsi modelés.

2 Gariottes ou cazelles : on désigne ainsi les anciennes constructions de pierre sèche, élevées par les bergers, qui parsèment le Causse.

Table des illustrations

Légende Jardin de Jeannette C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2686/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Légende Jardin de Marguerite B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2686/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 7,4M
Légende Rocaille 1 (de gauche à droite) :lavande, Juniperus, Pyracantha, Malus Floribunda, corbeille d’argent, tulipes,jonquilles, Forsythia, aubriette, Prunus cisterna, Spirea arguta, lavande, Juniperus chinensis, cotoneaster, fusain doré, Thuya occidentalis, lavandesRocaille 2 (de gauche à droite) :Chamæcyparis lawsoniana, Berberis thunbergii, Juniperus chinensi, lavande, picea, spirée, aubriette, corbeille d’argent, cotoneaster horizontalis, Juniperus, iris, aubrietteJardin de Jacqueline F.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2686/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Légende Jardin de Yolande V.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2686/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search