Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

II. Jardins fleuris

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Dans le Lot, les catégories du concours des maisons fleuries sont : 1- Jardin visible de la voie p (...)

1Les jardins agricoles ne sont pas tous des jardins « paysans ». Certains d’entre eux, liés à certaines caractéristiques de l’exploitation et de la trajectoire de ses occupants, s’apparentent davantage aux jardins de nombreuses autres maisons rurales et périurbaines. Si les jardins paysans ne se trouvent, sauf exception, jamais primés lors du concours départemental des maisons fleuries1, par contre les jardins dits fleuris le sont très souvent. Jardins d’agricultrices, car il s’agit de demeurer en milieu agricole pour l’homogénéité du corpus, ils sont donc aussi jardins de catégories variées de la population, comme le montre le corpus des candidats primés dans le cadre du concours.

2Ces jardins sont, comme dans le premier groupe, entretenus par des femmes. Rencontrées pendant l’enquête ou contactées par questionnaire, les jardinières ont en commun d’être relativement âgées, souvent retraitées, ou avoisinant la soixantaine pour une petite minorité d’entre elles. Pour ce qui est des lauréats du concours, les organisateurs y remarquent une forte présence d’agricultrices et d’employées. Mais il n’existe aucune donnée chiffrée pouvant confirmer cette représentativité, ou même qui décrirait les caractéristiques des participants aux concours.

3Ce concours départemental des maisons fleuries sert de support au corpus des « jardins fleuris ». Mais certains jardins hors concours sont étudiés, ce qui permet de vérifier que les jardins primés ne sont pas simplement typiques d’une procédure de compétition. Quelques jardins de Gagnac rendent notamment compte de ces mêmes motifs (Mazas 1996 : 65) qui typent les jardins primés. Conçus par des passionnées, lieux de pratiques parfois exacerbées, les jardins primés illustreraient ainsi un phénomène plus général, pour des lieux à l’interface entre dedans et dehors, privé et public, soi et les autres.

4Comme pour les jardins paysans, et outre l’enquête par questionnaire, l’observation détaillée d’un petit nombre de jardins a été privilégiée. Le choix, à deux reprises, de travailler sur des jardins primés presque voisins permet de ne pas négliger les relations possibles entre jardinières. Deux de ces jardins se situent sur la commune de Montcléra, en Bouriane, à l’extrême ouest du département ; deux autres appartiennent à la commune de Caniac-du- Causse, au cœur du causse de Gramat. Quant aux autres, outre deux jardins non primés étudiés à Gagnac, ils sont situés respectivement dans un écart de Souillac, au nord-ouest du département, et sur la commune de Carennac, au nord, dans la vallée de la Dordogne. Le jardin primé de Carennac ne relève pas d’une exploitation agricole. Celui-ci, comme les deux jardins fleuris étudiés à Gagnac, sont le fait d’employés issus du monde agricole. Il aurait été possible d’élargir l’investigation à d’autres catégories sociales, afin de proposer une typologie plus complète de ces jardins. Mais, pour mesurer la transformation des pratiques jardinières dans une perspective synchronique et diachronique, il fallait concentrer l’analyse à l’intérieur d’un seul et même groupe.

Notes

1 Dans le Lot, les catégories du concours des maisons fleuries sont : 1- Jardin visible de la voie publique ; 2- Décor floral en bordure de la voie publique (sans jardin) ; 3- Fenêtre, murs, balcons ou terrasses fleuries ; 4- Bâtiments publics, lotissements, immeubles collectifs ; 5- Commerces, structures d’accueil et d’hébergement touristique ; 6- Fermes fleuries.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search