Version classiqueVersion mobile

Traduire entre les langues chinoise et française

 | 
Annie Bergeret Curien

Troisième partie. Traduire la littérature

« Une littérature parmi les savoirs du monde »

Fu Jie

Texte intégral

1Le fonds chinois de la BnF est conservé sur deux sites : le site Cardinal de Richelieu et le site François Mitterrand. Le site Cardinal de Richelieu, département « manuscrits orientaux », possède une riche collection en religion, histoire et littérature des époques antérieures à notre siècle. C’est vers 1668, par un dépôt de quelques livres chinois à la Bibliothèque royale, que débute la longue histoire de la collection chinoise à la BnF. La fin du xviie siècle et les xviiie et xixe siècles furent des périodes très fructueuses pour l’accroissement de ce fonds.

2Le site François Mitterrand, département « littérature et art », a hérité du département des imprimés d’un fonds sur la Chine moderne et contemporaine dans les domaines suivants : littérature, linguistique, histoire, ethnologie, sociologie. Aujourd’hui la BnF continue d’enrichir sa collection dans l’ensemble de ces domaines, même si notre mission vise principalement la constitution d’un pôle d’excellence en littérature.

3Cette orientation s’inscrit bien, au demeurant, dans la tradition chinoise, qui considère que philosophie, histoire et belles lettres sont des matières indissociables dans l’exercice de l’écriture. La Chine contemporaine compte également des intellectuels qui ne se sont pas totalement éloignés de cette pratique polyvalente. Entre autres exemples, nous pouvons citer les écrivains Qian Zhongshu, qui est aussi un chercheur érudit ; Shen Congwen, qui est devenu un historien spécialiste des costumes ; Feng Jicai, qui est en outre collectionneur, conservateur et éditeur de matériaux provenant des arts populaires ; Gao Ertai, qui est par ailleurs philosophe et peintre. La vitalité en Chine du genre littéraire appelé sanwen, ou suibi, ou encore zawen (soit en français, en termes plus ou moins équivalents : prose, essai, ou notes au fil du pinceau) offre une nouvelle illustration du fait que ces approches complémentaires relevant de champs disciplinaires variés restent d’actualité et sont appréciées.

4Devant l’importance de la production éditoriale que connaît le monde chinois, et compte tenu des moyens dont nous disposons et de la politique documentaire de la BnF concernant les langues étrangères, nous sommes confrontés à des difficultés portant sur le choix des documents.

5En Chine continentale, selon les statistiques de l’année 2010, 550 éditeurs recensés ont publié cette année-là 328 000 livres, dont 189 000 sont des rééditions d’ouvrages. Parmi ces livres, environ 14500 concernent la littérature, et 11000 sont des rééditions. Je donne ces indications relatives à la Chine, parce que le volume de publications y est le plus important, mais nous nous procurons également des publications en provenance de Taiwan, de Singapour et, le cas échéant, d’autres pays.

6La difficulté du choix, à mon sens, concerne en premier lieu l’achat de romans, notamment de romans contemporains. En Chine, l’écriture romanesque est appelée « petit dit » ou « propos mineur » (xiaoshuo), par comparaison avec le genre, considéré traditionnellement comme plus « noble », de la poésie. Le xiaoshuo, qu’il s’agisse d’un récit long, moyennement long, ou court (en termes français : roman, longue nouvelle ou nouvelle), relève en partie dans la culture chinoise d’une production de divertissement et de plaisir. La littérature divertissante ne manque d’ailleurs pas d’intérêt, et il faut noter que la frontière entre les genres sérieux et légers n’a jamais été bien tracée. Les romans de l’auteur contemporain Jin Yong, par exemple, sont d’une veine populaire ; cependant, le nombre important de ses lecteurs a valu à cet écrivain une considération majeure.

7Mais revenons à la délicate question du choix. La Chine continentale produit officiellement environ 2000 nouveaux titres de romans (changpian xiaoshuo) par an, alors que nos entrées annuelles à la BnF, toutes disciplines confondues, ne dépassent pas 1000 volumes pour le fonds chinois. Nous avons toutefois l’ambition d’offrir au lectorat – composé de chercheurs, de traducteurs et d’étudiants – une littérature chinoise de qualité, récente, sensible à l’actualité, qui ne se borne pas à des œuvres orthodoxes.

8Pour réaliser nos choix, nous devons nous tenir au courant de ce qui se passe dans le milieu littéraire du pays. Nous nous appuyons sur un corpus d’auteurs que nous avons établi en retenant les noms d’écrivains majeurs reconnus dont nous surveillons les nouvelles parutions, sans pour autant nous interdire des modifications ou des ajouts.

9J’évoquerai d’abord les prix littéraires. De nombreux prix littéraires portant pour la plupart les noms de grands écrivains modernes chinois existent et sont reconnus en Chine.

10Par exemple à Pékin, le prix littéraire Lu Xun a été créé par l’Association des écrivains de Chine en 1995 ; depuis cette date, presque 200 écrivains en ont été couronnés.

11En outre, des organismes non officiels et parfois même des individus sont à l’origine de lancements de prix : citons ainsi le dangdai hanyu gongxian jiang (Prix pour la contribution à la langue chinoise contemporaine) du Beijing dangdai hanyu yanjiusuo xueshu weiyuanhui (Comité académique des études sur la langue chinoise contemporaine, Pékin), qui est un prix récompensant des œuvres courageuses et de qualité. Parmi les lauréats de ce prix, il arrive que l’on trouve des auteurs censurés aussi bien que des écrivains inconnus, comme Sun Shixiang, honoré en 2006 pour son unique œuvre publiée à titre posthume, et Gao Ertai, lauréat du prix en 2007 pour son œuvre Xunzhao jiayuan, dont la publication intégrale n’est pas autorisée en Chine continentale.

12Il nous faut également porter attention aux parutions des maisons d’édition reconnues, lire les critiques de presse, avoir connaissance des travaux universitaires : toutes ces voies d’exploration nous aident à effectuer nos choix en vue de la constitution du fonds. Pour ce faire, nous utilisons également le bouche à oreille, les outils informatiques, et conjuguons tous les moyens.

13Le dernier point qu’il me semble essentiel de mentionner est l’importance de l’apport des nouvelles technologies dans la création littéraire chinoise actuelle, car cette dimension est aussi inhérente aujourd’hui au travail du bibliothécaire.

14En France, certains sites et blogs, consacrés à la littérature chinoise, nous ouvrent des perspectives. En voici deux :

15http://chinois-classique.blogspot.fr/ http://www.chinese-shortstories.com/​ En Chine, le nombre et l’importance des sites et blogs consacrés à la création littéraire sont considérables. Le site Cloudary (shengda wenxue) est le plus ambitieux d’entre eux. Selon les statistiques de ce site, la publication des textes littéraires atteint 60 millions de caractères chinois par jour ; 400 millions de visites ont été dénombrées ; Cloudary possède les droits d’auteur de textes pour un total de 600 milliards de caractères chinois :

16http://www.cloudary.com.cn/​

17Enfin, il nous faut parler des bloggers. Ces derniers se donnent encore plus de liberté. Les statistiques des bloggers manquent, mais on trouve, sur quelques serveurs connus, nombre de poètes, romanciers, universitaires ainsi que d’amateurs de littérature ou d’autres domaines. Ainsi le blog Sina (xin lang) compte, paraît-il, 3 500 000 visites quotidiennes :

18http://www.sina.com.cn/​

Auteur

BnF, Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search