Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

I. Jardins paysans

4. Une économie domestique paysanne

Texte intégral

1Dans les jardins paysans, la place réservée aux fleurs est toujours limitée. Elle prend son sens dans sa relation avec le système spatial des alentours de la maison.

Des légumes aux fleurs

  • 1 « Économie domestique comme ensemble des relations, médiatisées ou non par le marché ou l’état, qu (...)

2Premier signe de cette « économie domestique1 » qui joue sur les échelles, de la maison à l’exploitation, le mélange de fleurs et de légumes. Ce mélange renvoie à d’autres passages, entre basse-cour et potager, entre basse-cour et fleurs, entre maison et fleurs. Tout d’abord, le jardin, c’est avant tout le lieu où poussent les légumes. Ce terme ne désigne jamais les lieux voués à la culture des fleurs, tout simplement désignés « les fleurs ». C’est « le jardin » qui est prioritaire ou encore les différentes pratiques liées au dehors. Potager émaillé de fleurs du devant de porte de Raymonde B., plants de poireaux, de choux fourragers, de salades diverses carrément mêlés aux fleurs pour le « devant » chez Suzanne T., « petit jardin » de Lucienne L. où les jeunes plants de légumes le disputent à ceux de fleurs, tous ces espaces confirment la proximité des genres. Pendant les entretiens, « les fleurs » comme sujet ne sauraient longtemps retenir l’attention de la jardinière. Avec Lucienne L., les commentaires sur les vivaces du « petit jardin » en appellent très vite à l’état des jeunes plants de légumes, la « belle » plante que l’on est convié à visiter se révèle être indifféremment un légume ou une fleur, les pratiques d’arrosage sont d’abord réservées aux légumes tandis que les fleurs « piquent du nez », etc.

3Poireaux, choux pour les lapins, salades diverses, le jardin du « devant » chez Suzanne T. fait office de nursery pour les jeunes légumes. Mais certains sont laissés en place pour produire des « primeurs » et écourter la distance entre jardin et cuisine. Des salades sont ainsi repiquées dans le parterre qui longe la maison, au milieu d’une profusion végétale. Ce lien avec la cuisine existe aussi dans le jardin de Raymonde B. même si les espaces réservés aux fleurs et aux légumes se distinguent davantage. L’autoproduction définit précisément la logique paysanne, « la campagne », comme dit Suzanne, où il faut « avoir un peu de tout ».

− Là, c’est un laurier-sauce, et alors là-bas, j’ai un laurier fleurs ; là, c’est un pied de cassis et là-bas, un groseillier.
− Vous avez des choses qui servent.
− Eh bé, j’ai un peu de tout !

4Dans le cadre de cette économie orientée vers la reproduction domestique, les fleurs ne bénéficient pas exactement du même traitement que les légumes, ce qui hiérarchise toutefois les unes et les autres. Alors que, pour la culture des légumes, une attention toute particulière est accordée à l’influence de la terre, du temps qu’il fait, de la situation de la lune, la culture des fleurs intègre faiblement les facteurs naturels. Les plantes, distinctes par la fonction et l’usage qui leur sont impartis, n’engagent pas les mêmes soins. Aucune « lunatière » (personne qui « fait avec » la lune, plantant et semant selon le cycle lunaire) ne décrète « regarder la lune » pour faire naître et grandir les fleurs. De même la « colombine » (déjections des volailles) est d’abord vouée au potager avant d’être parcimonieusement distribuée aux fleurs.

Expressions d’une culture paysanne

  • 2 Je me souviens entre autres de ce jour où, affectée par un décès dans ma famille, Lucienne, pourta (...)

5Son mari décédé, ses deux filles mariées et installées dans des villes du Sud-Ouest, Lucienne L. s’occupe seule, depuis 1973, de l’ancienne petite exploitation, à savoir des potagers, de la basse-cour, de la maison et des bâtiments. Une façon simple de rendre compte de son activité de fermière est sans doute de l’accompagner dans ses tâches quotidiennes par un jour de printemps. La journée de Lucienne L. commence véritablement lorsqu’elle franchit le seuil de sa maison pour aller « dehors ». Son premier travail est de soigner ses poules et ses lapins, car l’attention dont les animaux de la basse-cour font l’objet est sans équivalent, parfois au détriment de toutes autres choses2. « L’herbe pour les lapins » a été coupée la veille au soir afin que la rosée ne fasse point mal aux bêtes, les épluchures du repas précédent sont jetées aux poulets tandis que les lapins ont droit aux meilleures d’entre elles. Les repas des animaux sont toujours variés, Lucienne y veille et sait alterner les betteraves qui poussent « au champ de Paulhiac » (le jardin de plein champ) avec les raves ou les choux « pour les lapins » (du grand jardin) ou encore les « herbes pour les lapins » qu’elle est allée cueillir dans les fossés et les prés voisins. Le fait que les poules en liberté puissent parfois gratter les parterres, plus ou moins clôturés par de petits grillages, ne saurait remettre en cause la circulation des animaux, même s’il en coûte aux plantations.

  • 3 Les poules quittent leur cabane installée dans le hangar pour rejoindre leur place de la journée, (...)

6Après avoir « fait sortir » les poules3 et leur avoir donné du grain, Lucienne L. s’en va au jardin − le grand ou le petit ou les deux, suivant « les choses qu’il y a à faire », pour semer « si la lune va bien » et « si le temps s’y prête », pour désherber, biner ou toute autre tâche, qu’il vaut mieux faire « à la fraîche ». Elle peut rester « dehors » jusqu’à midi passé, ayant souvent préparé son repas la veille. Après la sieste, vers les trois heures, Lucienne « retourne dehors » (tourne defòre), se rend parfois avec son vélo « au champ de Paulhiac » pour y travailler (par exemple, enlever les doryphores sur les pieds de pommes de terre, puis les ramener pour les donner aux poules, bêcher les betteraves, etc.), puis poursuit sa route jusqu’au cimetière, situé à un bon kilomètre de là et où elle se rend plusieurs fois par semaine. Au retour, elle ramasse parfois des herbes pour les lapins ou passe voir l’état des treilles situées sur le mur de la bergerie désormais en location. De retour à « la maison », elle « passe un peu au jardin » ou « aux fleurs » avant de donner à ses animaux leur repas du soir. Des voisins s’arrêtent et discutent dans les différents « jardins » qui entourent la maison, mais toujours on reste « dehors ». Les journées sont invariablement construites de la sorte, avec un éloignement progressif de la maison dans le cours de l’après-midi. Elles ne sont cependant jamais identiques les unes aux autres, tant varie la somme de « ce qu’il faut faire » et de « ce qu’il y a à faire ». Une après-midi tous les quinze jours, Lucienne se rend dans une des petites villes voisines (coiffeur, achat à la coopérative agricole ou épicerie). Les week-ends sont marqués par le fleurissement de l’église un samedi par mois, la messe du dimanche matin, les visites de voisinage le dimanche après-midi. Événements dans ces temps qui se reproduisent sans toutefois se ressembler, les visites des filles certains week-ends, les sorties mensuelles avec le groupe du troisième âge.

7Les liens entre maison et exploitation, entre les différents espaces du « dehors » se précisent avec la description d’une journée ordinaire de Lucienne L. Succession des tâches et des soins à apporter aux jardins, à la basse-cour et, dans une moindre mesure, à la maison : ainsi s’accomplit la « vraie fermière ». L’ordre des tâches, repensé chaque jour en fonction des différents travaux en cours, est fonction du « faire comme il faut » et du « faire au bon moment ». Chaque pratique résulte d’une combinaison complexe entre savoirs hérités, expérimentations, confrontations au savoir local ; elle est également déterminée par le temps qu’il fait (temps météorologique, temps calendaire) : « Je m’en trouve bien, de faire comme ça. »

8Quant à l’exemple des pratiques d’arrosage, il révèle le souci de contrôle de la dépense et l’importance du recyclage. Lorsque, au cœur de l’été, le soleil en vient à assécher la terre, Lucienne consent à arroser son jardin. Mais l’eau est alors réservée aux légumes, et les fleurs en bénéficient très rarement (« je garde l’eau pour les légumes »). D’autant plus que le parterre devant la maison est agrémenté de deux arbres qui « me sucent toute l’eau que j’y mets ». De ce problème lié au parterre découle la décision de mettre davantage de fleurs au « petit jardin », de façon à ce qu’elles ne fanent plus avec la sécada (sécheresse). Donc, la révision des choix peut procéder d’un aspect technique, lié à l’économie agricole domestique. Eau de pluie, eau de la commune, basse-cour, légumes ou fleurs, la gestion de l’eau révèle les relations qui mettent en système les différents sous-espaces distribués autour de la maison. Et c’est en examinant de tout petits faits que cette logique semble le plus précisément se dessiner. Car l’économie domestique intéresse pratiquement chacun des nombreux actes accomplis quotidiennement.

9Toute la gestion du jardin de Lucienne s’oriente en fonction d’une véritable économie de l’eau, qui semble relever d’une pratique héritée. « Rien ne vaut l’eau du ciel », « c’est le Seigneur qui arrose les plantes, pas nous » : un bon jardinier ne pratique que très rarement l’arrosage. En effet, les plantations s’effectuent sur une « terre qui va bien » et toujours « au bon moment », en fonction de lectures météorologiques précises (« Je regardais s’il voulait pleuvoir : j’aurais semé quelques haricots »). De plus, « donner à boire » favorise la croissance des « herbes » (mauvaises herbes) et amène « la maladie » : « Les tomates, il faut les arroser au pied, les haricots verts, il faut pas pulvériser, vous allez mettre la maladie partout », dit Lucienne commentant mes pratiques de jardinière néophyte. « Il faut économiser l’eau » parce que l’eau coûte cher et on préfère se consacrer à l’économie domestique du bricolage.

10Toute l’année, des bidons récupérés, où trempent parfois des pots de fleurs presque fanées, recueillent l’eau de pluie d’une gouttière. Cette eau est d’abord destinée « aux bêtes » et aux plantes en cas d’extrême besoin. De nature « bricolière » (Weber & Pluvinage 1992 ; Trivière 1997), les bidons qui reçoivent l’eau de pluie le sont doublement : les récipients comme l’eau de pluie sont récupérés. Parfois, le pain sec destiné aux canards ou les fleurs souffrant de la sécada y sont mis à tremper. À la manière des bidons devant le hangar, ces différentes pratiques se lisent dans l’espace, reliant les différents espaces pertinents du territoire (maison/exploitation/village). Ainsi, le pain sec pour les bêtes provient de la cuisine mais également, par le système du don, du voisinage ; les bidons, qui contenaient de l’engrais, signalent l’exploitation tandis que les canards destinés à la cuisine évoquent la basse-cour.

11Autres exemples, qui ceux-là engagent les fleurs : les pieds-d’alouette qui « se ressèment tout seuls » au « petit jardin » sont éclaircis. Les plants recueillis sont installés par touffes dans des bacs ou isolément dans des pots hébergeant déjà une autre plante. Ce qui produit des associations végétales inédites que les amateurs de jardin n’effectuent jamais. Les autres plants sont distribués à l’intérieur du réseau d’échange jardinier. Ainsi s’organisent les choses dans cette logique : tout y prend place et témoigne de relations. Lucienne me donne à la fin de l’hiver des plants de jonquilles qu’elle a prélevés dans les bois, en prétextant qu’elle en a trop pris. Or elle a bientôt une belle touffe jaune quand mon pot reste désespérément vert. Le don de plantes sans boutons visait pourtant moins à me défavoriser qu’à signifier une impossibilité de jeter le surplus. De toute manière, l’effet d’un don est souvent double : ainsi le don d’oseille au début du printemps (et de la recette pour l’accommoder) entretient la relation (avec, par exemple, la voisine que je suis) mais aussi, et peut-être surtout, favorise la repousse de la plante. De même, les premières feuilles basses des choux fourragers sont-elles soigneusement ôtées parce que « ça aide la plante à se fortifier » et aussi parce qu’elles constituent « la verdure » pour la basse-cour, précieuse en ce début de printemps.

12Le muret garni de pots, chez Lucienne, est un espace significatif parce qu’il rassemble non les fleurs destinées à être regardées – il est pourtant situé en un endroit particulièrement bien offert à la vue – mais celles qui sont en transit, entre ici et le cimetière, entre ici et le hangar où elles passent le plus dur de l’hiver. Ce qui motive leur présence relève en effet d’arguments pratiques de type « je mets là les fleurs qui gèlent », pour faciliter le va-et-vient avec l’endroit où elles passent l’hiver ; ou encore « c’est des fleurs que j’ai sorties du cimetière », ainsi placées pour que Lucienne puisse surveiller leur rétablissement. Souvent, j’ai été surprise par l’état de ces potées apparemment laissées de côté. Certes, les fleurs ne comptent pas comme les légumes ou les animaux de la basse-cour. Surtout, une fois les plantes redevenues vigoureuses, elles sont ramenées au cimetière pour remplacer celles qui y dépérissent. Le cimetière, le hangar, le grand jardin sont donc les différents lieux en relation avec le muret et ses pots. Les exemples pourraient se multiplier, notons encore ceux-ci qui montrent la prééminence du « dehors » : plutôt que dans sa cuisine, Lucienne pèle ses pommes de terre à la levade, petit hangar situé tout près du « jardin » de basse-cour. Donc, les épluchures sont immédiatement jetées aux poules, puis les pommes de terre pelées portées dans la cuisine. Les espaces sont à nouveau liés tandis que l’effort est lui-même économisé (« J’économise de faire des pas »). Autre exemple sur ce même registre, le mardi et le vendredi, jour de passage du boulanger ambulant, Lucienne « tient son porte-monnaie à la poche. Parce que si le boulanger passe et que je suis au jardin… ça évite des pas et de salir la maison. »

13Primauté de la basse-cour et du potager sur l’espace des fleurs, mélange fleurs-légumes dans le « petit jardin », quasi-autosuffisance et omniprésence du bricolage, le raisonnement développé par les autres jardinières est pratiquement similaire. Ainsi, le « devant de porte » de Suzanne T., où voisinent fleurs et légumes, renvoie aux espaces situés à l’écart de la maison, « jardin » potager et jardin de plein champ, « bâtiment » d’élevage devant lequel Suzanne fait pousser des fleurs, grange qui héberge le troupeau. Espace singulier, le « devant de porte », où voisinent fleurs et légumes, est multifonctionnel et relie des registres ailleurs séparés : « Comme je dis, il y a un peu de tout. » Au-delà d’une intention de se donner à voir, le jardin est avant tout l’expression d’une logique familiale, exprimée par le bricolage : murets autoconstruits, pierre d’évier en guise de vaste soucoupe, diverses sortes de pots (vieille chaudière, tronc d’arbre évidé, marmites en fonte, pots à graisse en grès, parpaing, cuvettes émaillées, etc.). L’usage des matériaux, systématiquement recyclés, permet toutefois de lire une classification implicite : l’ancienne aiguiéra (pierre d’évier) taillée dans un bloc de pierre est assez belle pour occuper une place centrale au jardin tandis que le pavé aggloméré, trace de la construction de la bergerie, devient bon pour servir de bac à fleurs, derrière le grand arbre de l’entrée. Pourtant, aucun jugement esthétique ne se formule explicitement au sujet de la présence de tel ou tel élément : « C’est comme ça. »

14Dans les conversations, on passe sans transition de la description d’une pratique (les pierres récupérées et installées par le mari, le mur « monté » par lui) à l’autre (potagère ou fleuriste). Les différents registres relèvent d’une logique paysanne que qualifient l’autoconsommation, la récupération, le bricolage, l’échange. En même temps, la rupture entre sous-espaces n’est pas organisée, c’est le passage qui est aménagé. Les salades et poireaux du « devant de porte » mettent en relation potager et cuisine. Et le voisinage des légumes et des fleurs exprime la proximité des deux genres, tous deux devenus des végétaux de « devant ». Le clos des poules, la mare aux canards, « les lapins » pour lesquels le mari projette d’installer une treille, le « devant » légumier et fleuriste, la salle (pièce principale confondue à la maison) à la porte toujours ouverte, tous les lieux du jardin de Suzanne T. sont marqués par des circulations qui les construisent en système. On porte aux lapins les épluchures des repas ou les maïs coupés aux champs, on jette les « peaux » de pommes de terre aux canards, on amène les fleurs du « dedans » à l’extérieur, on cueille des fleurs de fossés pour l’autel à la Vierge situé dans la salle, on cuisine avec ce qu’offre le « devant », moins éloigné que le potager. « Je suis pas de la gaspille », nous dit Suzanne, dont les paroles s’attachent plus à décrire cette culture paysanne qu’à commenter ses fleurs.

− Ce bassin, il y était, les canards y restent, c’est pour ça, j’ai les poules qui sont fermées, après je rentrerai mes canards et je sortirai mes poules pour qu’elles aillent manger un peu de verdure, je les appelle, ils savent que c’est le grain.
− Vous avez des fleurs derrière ?
− Oui, des grosses marguerites, j’avais un très gros rosier qui faisait le tour de la maison mais il a eu la maladie, alors il est pas si fier comme il l’a été l’année d’avant. Là des groseilliers, un pied de rosier. Là un pied de vigne et mon mari veut la faire monter pour faire de l’ombre pour les poules.
− Une treille ?
− Oui, une treille. Là c’est pareil, on l’a repiquée l’année dernière et c’est pareil, il va y mettre des tuteurs pour faire une treille aux lapins. Ce figuier, il est pas de bonne espèce et il les tombe, les figues. Oh, on en a assez mais on le garde pour tenir le grillage, pour faire un tuteur. J’ai les canards de ce côté, je les ferme puis je sors mes poules.
− Vous faites les choses en règle !
− Eh bé, comme on dit, il faut bien faire quelque chose, comme on dit s’il fallait tout acheter, la volaille et tout, on est à la campagne.
− Vous mangez surtout ce que vous produisez ?
− Oui, c’est ça, on a des cochons, des agneaux, de la volaille. On n’achète guère que la farine, le sucre, l’huile…

Bricolage floral

  • 4 Pour Claude Lévi-Strauss (1968 : 30-38), le bricolage est une « science du concret ». Comme la pen (...)

15L’observation des pratiques florales indique que la logique paysanne (tout garder, ne rien jeter, ne « pas laisser perdre », faire soi-même) s’applique entièrement au traitement des fleurs. Ainsi, l’organisation des parterres est moins liée à une recherche d’harmonies de couleurs ou à l’élaboration d’un fleurissement au long de la belle saison qu’à l’expression du bricolage floral4. Ainsi, le foisonnement du jardin de Raymonde B. est-il en grande partie dû à sa pratique du repiquage :

Là, j’ai mis une pousse [de géranium] dedans [potée d’agapanthes]. Moi, quand une plante se détache ou qu’il y a une bouture, allez hop, je la fiche [avec d’autres] ! C’est comme ça que j’en ai trop ! Là un arome, pareil, j’avais piqué un truc, ma pauvre… Je ne sais pas si on a bonne main ou quoi ! Mais s’il devient plus grand, ça me gênera, il faudra bien que je le sorte !

16Raymonde ne sait jeter ni les nouvelles pousses de vivaces ni les tiges cassées des géraniums anciens. Son goût pour les choses de la nature et sa quasi-impossibilité de jeter en sont les raisons. C’est ainsi que les potées du devant de porte présentent des mélanges inédits (géranium et amaryllis, ou agapanthe) ou bien non identifiés, que le coin réservé aux légumes se trouve bientôt parsemé de fleurs : « Des fois on en jette [des graines] dans ce talus, on retrouve des fleurs. Ça je sais plus ce que c’est : c’est une fleur. »

17Certaines plantes sont réinstallées et d’autres « qui poussent toutes seules » sont laissées en place :

Ça, c’est une rose trémière qui a poussé, pourquoi ? Je n’en sais rien. Elle a poussé dans ce pot où j’avais mis une marguerite que m’avait donnée mon frère. […] Comment voulez-vous que tout se touche pas là-dedans, il faut que j’y mette rien alors ! Té, j’en ai un, il a poussé je ne sais pas comment ! C’est Marillys, je ne me rappelle pas avoir mis Marillys là-dedans. Et ça, c’était tombé, toc ! Je l’ai mis là, regardez ça ! […] Ah, là, des petits plants, j’avais de la graine de reste, c’est cette rose trémière qu’il y avait là. Ça, c’est un pied de vigne, c’est la faute à mon mari, il a sorti le moût de sur le pressoir, il y avait beaucoup de graines, et sept ou huit petits pieds sont sortis !

18L’amaryllis porte un prénom, « Marillys », et tandis que la rose trémière a grainé, que les jeunes plants sont nés sur place, c’est Raymonde qui a « de la graine de reste » : la proximité de la jardinière avec ses fleurs tend à la confusion. Ce mode de représentation ne distingue pas de catégories étanches entre êtres et plantes. Et si la passion jardinière se fabrique avec cette identification aux végétaux, elle procède tout autant de l’impossibilité de détruire une plante, fût-elle un reliquat de la vendange.

19Suzanne T. également place les plantes « comme ça vient », sans égard particulier pour l’architecture de l’espace et des plantations. Elle « pique là », parce qu’il y a un peu de place, les jeunes pensées d’un semis spontané ou le Kalanchoe de la Fête des mères. « J’aime bien comment vous les arrangez. − Ah bon ! J’en ai, comme je vous dis, un peu partout. Un peu de tout partout. »

20Le goût du repiquage et du « laisser pousser », très prononcé chez Raymonde B., et établi chez les autres jardinières, n’empêche pas un certain ordonnancement des lieux avec notamment la distinction entre « floricottes » et « belles fleurs ». Dans ses pots situés devant la maison, Raymonde dispose agapanthes, amaryllis, géraniums anciens, tous classés, de par la taille et la qualité de leurs fleurs et feuillages, parmi les « belles fleurs ». Quant au géranium qui trône au milieu des quelques mètres carrés de pelouse, sa présence en cette place de choix s’explique par son caractère incontournable (bien qu’il s’agisse d’une variété ancienne) mais aussi, et de manière indissociable, par sa situation à proximité de la cave où il est mis à hiverner.

21Certaines plantes poussent en pleine terre, d’autres sont placées en pots. Usage fort répandu dans les jardins paysans, on voit souvent les pas de porte et rebords de fenêtres encombrés d’impressionnants alignements ou de superpositions de pots. Invariablement issus de la récupération, les « vases » − topins, lessiveuses, marmites, pots à graisse – ont d’abord servi aux tâches ménagères, et entament, avec les fleurs, une nouvelle vie. Divers emballages viennent régulièrement compléter la collection des « contenants » possibles, tels ces gros bidons bleus en plastique, emplis initialement d’engrais ou de matériaux divers (colle, enduits), ou encore ces pavés en parpaing. Dans le jardin de Raymonde B., les plantes « poussent mieux » dans les bidons que dans les récipients consacrés par le commerce horticole. Suzanne T. utilise également des pots de récupération : vieilles marmites, tronc d’arbre ou parpaing. Mais l’ancienneté n’est pas une valeur, à l’inverse de ce qui se passe dans le jardin fleuri ou ornemental. Leur valeur, c’est d’être conforme à la nécessité de « tout garder, ne pas laisser perdre et de ne rien acheter ». Avec l’étalage des pots, l’exploitation comme totalité se donne à voir tandis que des strates de son histoire sont rendues perceptibles.

− Vous récupérez les bidons ?
− Oui, mais je trouve que là-dedans, je trouve que ça pousse. Moi, ces pots de… [pots de terre cuite achetés], je te les casse tous, le vent les renverse, c’est vrai c’est pas commode, leur forme, il faudrait que ça soit le contraire ou alors tout droit. Ça ne va pas. (Raymonde B.)
− Et l’idée du tronc ?
− Eh oui, c’est dans un tronc, qui était creux. Cette année, il y a avait ça, l’an dernier, un gros pied de pensées.
− Vous utilisez tous les récipients.
− Écoutez, moi, oui, j’ai beaucoup de marmites de dans le temps : de l’autre côté, il y a un ou deux pots à graisse de dans le temps, c’est pareil. Là, c’est un parpaing. […]
− Qu’il est beau ce géranium !
− Eh bé oui, il est dans un bassin de vieille chaudière. (Suzanne T.)

22Les pots, la terre, les engrais, rien n’échappe à l’autoproduction. Les produits de jardineries ne sont pas le fort de nos jardinières, qui ne fréquentent guère ces endroits et se méfient parfois de ce qui y est proposé. Ainsi, Raymonde B. préfère « sa terre », recueillie dans le fossé qui borde la route, à leur « drôle de terre ». Certes, la terre de Gagnac, noire et à peine argileuse, est une « bonne terre ». Mais, quand bien même elle ne le serait pas, en bonne paysanne, Raymonde répugnerait à acheter de la terre.

Même les fleurs achetées, je les aime aussi, m’enfin. Mais quand on les a, elles dépérissent. Je sais pas ce qu’ils y mettent. Dans ces pots… c’est léger comme ça. On dirait pas de la terre. Vous mettez de la terre dans un pot, vous le soulevez, ça pèse. Je sais pas ce qu’ils y mettent dedans. ça pèse pas. C’est une drôle de terre. Je sais pas s’ils y mettent des engrais ou des machins. Pour pousser. Tandis que là, je sais ce que c’est cette terre, et puis c’est cher le terreau. Oh, je vais faire avec la terre. Une chose que je fais, je mets ma terre et puis je mets un peu de crottin de poule. Pas trop. C’est bon. ça leur donne… quand la racine attrape ça, elles sont belles.

Notes

1 « Économie domestique comme ensemble des relations, médiatisées ou non par le marché ou l’état, qu’entretient un groupe domestique avec des objets ou des choses » (Weber 1998 : 248).

2 Je me souviens entre autres de ce jour où, affectée par un décès dans ma famille, Lucienne, pourtant au courant, ne mentionna qu’à peine l’événement pour commenter longuement son propre traumatisme, le vol de ses lapins pendant la nuit. Plus généralement, Lucienne est au quotidien tellement « prise » par ses activités de fermière qu’une grande partie des échanges de voisinage tient en des commentaires sur l’état des choses et des êtres aux abords de sa maison.

3 Les poules quittent leur cabane installée dans le hangar pour rejoindre leur place de la journée, sous le figuier. Cette cabane comprend une échelle pentue que n’aiment pas emprunter les volatiles. Matin et soir, la fermière les aide, une à une, à grimper ou à descendre

4 Pour Claude Lévi-Strauss (1968 : 30-38), le bricolage est une « science du concret ». Comme la pensée mythique, « elle travaille à coups d’analogies et de rapprochements » […] où « toujours d’anciennes fins sont appelées à jouer le rôle de moyens » (ibid. : 35).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search