Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

I. Jardins paysans

3. Defòre, les femmes et le « dehors »

Texte intégral

1Dans les villages lotois, en milieu agricole, on désignait les abords de la maison par le terme de sol (aire pour battre le blé). Ce mot étant tombé en désuétude, aucun terme générique n’est venu le remplacer, si ce n’est, à l’occasion, ceux de defòre (« dehors ») ou, plus rarement, de « cour ». Quant au « jardin », il désigne exclusivement la partie potagère située le plus souvent à l’arrière ou sur le côté de la maison et parfois, faute d’espace, en bordure d’un champ à quelques centaines de mètres de là. Alors qu’il est courant dans les Pyrénées (Bruneton & Luxereau 1987 : 7), le terme ort qui désigne le jardin en occitan ne semble pas en usage en Quercy, du moins récemment car un de nos interlocuteurs se souvient de son emploi par sa grand-mère. Les autres sous-espaces des abords de la maison portent, au gré des spécialisations, différents noms, comme celui des « fleurs » qu’ils abritent parfois.

Des femmes et des fleurs

2Avec le temps de la retraite, les potagers lotois deviennent souvent l’apanage des hommes tandis que les espaces fleuris, « les fleurs » relèvent exclusivement du domaine féminin. La femme active est, par contre, toujours responsable des légumes et des fleurs à la fois. L’homme âgé ne la remplace au potager que lorsque le jardin se substitue au champ. Mais la femme reste, de manière plus générale, associée à la maison et à ses alentours. Cette affectation semble propre au milieu rural agricole, ainsi que le soulignent les travaux effectués en Bourgogne (Zonabend 1980 : 53), en Normandie (Vivier & Rivard 1992 : 21), dans les Pyrénées (Bruneton & Luxereau 19878 : 48-51), ou dans les Vosges (Méchin & Shall 1984 : 127). En milieu urbain ou périurbain, par contre, durant la phase active de l’existence, ce sont les hommes, ouvriers ou employés, qui jardinent (Dubost 1997 : 107 ; Weber 1998 : 204-207), tandis que les femmes sont pour leur part responsables de la cuisine et des parterres fleuris.

  • 1 En revanche, la distinction est opérée dans des jardins ouvriers et familiaux urbains : « La règle (...)

3En milieu rural agricole, fleurissement et travail masculin semblent antinomiques. Dans le Lot tout au moins, car les études sur les jardins ruraux en d’autres lieux ne distinguent pas entre productions florale et légumière1. À Minot, le jardin, lieu du travail féminin, peut « devenir un passe-temps » masculin, « l’homme jardinier est alors crédité d’un don » (Zonabend 1980 : 53). En Quercy comme dans les Pyrénées, les hommes semblent ne se charger de la culture florale qu’avec un statut un peu singulier au sein du village : c’est le cas de certains vieux garçons décrits par Ariane Bruneton et Anne Luxereau (1987 : 51) et, sur mon terrain, de ce dépositaire de la mémoire locale dont on dit qu’il était « trop doué » pour rester au village, ou encore d’agriculteurs reconvertis (devenus pépiniériste ou employé de banque) qui, la retraite venue, se chargent aussi bien des fleurs que des légumes.

4Durant toute sa vie, la femme reste liée à la culture des fleurs, un des supports privilégiés de sa sociabilité. Pendant sa vie active, la femme a notamment la responsabilité des espaces autour de la maison : potager, « fleurs », basse-cour. Les travaux domestiques (cuisine, ménage, fabrication de conserves, blanchisserie dite « linge », etc.) lui reviennent également. Elle est enfin tenue de participer aux travaux du « dehors » (champs, soins aux animaux d’élevage, etc.), et de veiller sur l’éducation des enfants. Ainsi, comme à Minot (Verdier 1979 : 335-347), « femmes à tout faire » doivent « savoir tout faire ». Peu spécialisé, polyvalent, « où il y a un peu de tout », le jardin est en homologie avec le travail féminin ; il reflète la variété de ses savoir-faire. « Gaspillage », « gâchis », « ils avaient autre chose à faire que faire les fleurs », fleurs et arbustes ornementaux n’ont guère de place dans l’économie agricole ancienne. Aujourd’hui encore, « tenir des fleurs » suppose que l’investissement qu’elles requièrent n’entre pas en concurrence avec les pratiques quotidiennes visant à la reproduction du groupe domestique et de l’exploitation.

Chez moi, il n’y avait pas de fleurs, ni même ici, ma belle-mère en avait pas de fleurs. Elle n’avait que des chrysanthèmes on revient toujours au même truc. C’était du gâchis ! « On ne vit pas de ça », « Ça te rapporte rien », les gens le disaient comme ça dans le temps. (Marthe A., agricultrice retraitée, Caniac-du-Causse.)

  • 2 On pourrait faire ici le parallèle entre les pratiques jardinières et celles de cueillette, analys (...)

5« On ne vit pas de ça » : l’homme édicte ce qui est important et ce qui ne l’est pas, fait significatif de la position respective de l’homme et de la femme. Alors « le goût des fleurs » permettrait à la femme de s’affranchir des contraintes, contraintes quotidiennes de la vie sur l’exploitation, contraintes qui ressortissent à la domination masculine : « Je le fais contre lui », « Ici, au moins, personne ne m’embête »2. Cependant, les choses se posent différemment suivant les contextes. Tout en faisant mine de contester, certains maris sont fiers des fleurs de leurs femmes. Puis, souvent, on observe au potager, au champ ou à la grange, plus rarement à la maison, une complémentarité. Comme dans les Pyrénées ou en Bourgogne, l’homme se charge de labourer et défoncer la terre du potager ; la femme assure une grande partie des soins aux animaux et certains travaux du champ ou du verger (conduite du tracteur, cueillette). La complémentarité se redéfinit au quotidien en fonction des différentes tâches à mener. Mais il n’y a d’équivalence que relative puisque la femme doit savoir « tout faire ».

6Avec les transformations qui touchent certaines fermes aujourd’hui, la distribution des rôles se modifie. Lorsqu’elles n’occupent pas un travail à l’extérieur de l’exploitation, les femmes sont souvent impliquées dans les activités commerciales et de gestion de la ferme, en sus des tâches domestiques traditionnelles, tandis que l’activité masculine s’applique à la production (Lagrave & Caniou 1987 ; Bergues 1998). Cependant, la littérature sur la place de la femme dans la société rurale (Perrot 1987 ; Albert 1987) autant que les témoignages recueillis montrent des différences significatives suivant l’époque et les caractéristiques de l’exploitation. Les agricultrices que j’ai rencontrées sont pour la majorité d’entre elles retraitées ou proches de la retraite. Mais aucune n’a véritablement cessé de travailler car, en milieu agricole, la retraite ne signifie pas la fin réelle de l’activité. Le surcroît d’attention accordé au fleurissement n’intervient en principe qu’avec la liberté relative apportée par la retraite.

Mais moi c’est le temps qui me manque. Parce que toujours je dis quand t’auras le temps tu feras ça, et puis… il y a toujours quelque chose à faire… « Ça ne gagne pas de pain », comme dit mon mari quand je lave par terre, « il faut aller faire quelque chose ! » […] [Au jardin], il y a plein de coins qui ne sont pas utilisés. Justement je voudrais associer tous ces murs qui sont autour ; et bon, il faut arroser. Et dans la situation où je suis, j’ai pas le temps, j’ai trop de travail, il faut traire matin et soir, il y a les brebis… (Entretien avec Sylvie L., agricultrice de 37 ans qui, comme les femmes des générations précédentes, se charge aussi bien des travaux extérieurs qu’intérieurs.)

Le goût du « dehors »

7Le dehors domestique, « c’est d’abord l’endroit par lequel on arrive », des champs et des bois. Et si « on se plaît de rentrer dans la maison après une journée dehors », c’est pourtant dans ce « dehors » qu’on reste, qu’on bricole éventuellement, c’est ce dehors qui se parcourt en tous sens, à la recherche d’un outil ou d’une indication auprès d’un membre de la famille, entre la grange, le fournil, le garage, le hangar, etc. Le « dehors » – cour, devant ou jardin – est cet espace transitoire entre le vrai dehors, agricole ou inculte, et l’intérieur de la maison, lieu du repos, des repas, des tâches domestiques. Lieu essentiel, il accueille les visites de voisinage comme les temps de pause entre deux travaux agricoles, autant de moments intermédiaires qui donnent à la journée sa saveur propre. Seuls les visiteurs qui témoignent d’un certain degré d’étrangeté (personnel administratif, amis d’amis, gens de passage, etc.) sont conviés à entrer dans la maison ; la majorité des hôtes, voisins surtout, et amis de passage, restent à bavarder dehors, entre ferme et maison. Très rarement clôturé, ce dehors domestique est donc le lieu de la sociabilité primaire, celle de la famille d’exploitants, celle du réseau de voisinage ou d’amis. Ne pas vraiment dire bonjour, ni au revoir, mais entrer directement en discussion puis repartir presque subitement, comme si les uns et les autres devaient se revoir dans l’heure, cette manière de faire locale témoigne du caractère familier, voire intime, de ce dehors.

– Ça vous arrive de discuter dehors ?
– Ah oui ! J’aime pas rester dedans ! Justement, c’est quelque chose qui est très gênant avec moi-même, c’est que j’aime bien recevoir dehors. L’été, ça ne me vient pas à l’idée de dire aux gens : vous montez boire à la maison, on reste boire dehors. C’est comme ça. Mais moi, c’est dehors, dehors ! (Sylvie L.)

8Donc, les visites se déroulent à l’ordinaire dans le dehors domestique. La pluie et le vent d’hiver n’empêchent rien, les discussions se déroulant alors sous l’auvent de la grange ou le hangar. Mais les visites de voisinage prennent toute leur ampleur avec le printemps. À la manière de la végétation qui se réveille, les relations se réactivent, et avec elles, l’échange des produits du jardin, potager et fleuri.

9Prolongement de la maison, ses environs immédiats en viennent à s’y substituer. Et c’est au travers des gestes féminins que les échanges entre intérieur et extérieur s’expriment le plus souvent. Hormis les repas et les temps de repos, les hommes pénètrent rarement à l’intérieur. Mais les va-et-vient féminins sont nombreux. Il faut distinguer entre les femmes qui prennent une part active au travail de l’exploitation et celles qui, retraitées, se consacrent davantage aux activités péri-domestiques. Mais toutes préfèrent « le dehors », même si ce « dehors » renvoie aussi au travail, plus masculinisé, « de la terre et des bêtes ». Femmes du dehors, donc, nos jardinières sont avant tout des fermières, et si leur espace de prédilection se tient surtout autour de la maison, elles accompagnent également leur mari dans les autres travaux de l’exploitation.

10« Je vais aller faire du ménage parce que j’ai vu que je n’ai pas encore besoin de bêcher les betteraves », explique Lucienne L. comme à regret. Cette préférence pour le dehors renvoie à la norme implicite qui construit la bonne fermière, travaillant sans relâche et sachant « tout faire ». « Nous, on est dehors, et comme on dit, si on ne le fait pas aujourd’hui, on le fera demain, mais vous savez, on a toujours à faire. »

11Dans cette « cour » entretenue par Sylvie L. (37 ans), jardin paysan et jardin fleuri à la fois, le dehors privilégié reste celui de la ferme et de la campagne. Le traitement des plantes en témoigne : pas de « fleurs d’appartement », pas de bouquets dans la cuisine, mais cueillette d’éléments du dehors dit naturel (bois, forêts, fossés) dont la frontière est peu marquée avec le jardin.

− J’aime pas couper les fleurs ! Si, les glaïeuls, les reines-marguerites, tout ça, je fais un potager, elles sont dans le potager mais j’aime pas trop. Mais c’est bizarre, voyez, il n’y a pas de plantes dans ma maison. Je ne sais pas pourquoi… J’aime l’extérieur. Cette dame de Cajarc me disait « on est soit fleurs d’extérieur, soit fleurs d’appartement, on est jamais les deux », et je l’ai toujours remarqué. […] Moi, une plante dedans, elle ne vivra pas longtemps. Et je les laisse pas crever !
− Et vous passez plus de temps dehors, avec votre travail.
− Oui, oui ! Je suis toujours dehors. Et je me plais dehors. […] J’avais eu des palmiers qui étaient nés et j’ai dit, tu vas en planter un, mais ça faisait tout bête tout seul, j’ai été chercher un morceau de bois dans les bois, mais voilà, ça me vient tout d’un coup ! Et je pars, je sais où j’ai vu le bois, je sais où j’ai vu les pierres, je le sais déjà dans ma tête. […]
− Le jardin fait le lien avec la nature ? C’est la porte d’entrée ?
− Oui, oui, c’est vrai. (Entretien avec Sylvie L.)

12Ainsi, « dehors » (defòra) comprend aussi bien l’espace autour de la maison que celui des champs et des prés (mais dans ce cas, on désigne le champ ou le pré par son toponyme spécifique), ou encore celui des bois, des fossés, des bords de rivière, etc. On dit par exemple « ensalada de defòra » (salade des champs) ou encore « lapin de defòra » (lapin sauvage) (Alibert 1993 : 261). Defòra inclut donc les diverses sphères de l’espace extérieur sans les discriminer nettement les unes par rapport aux autres.

Fleurs anciennes, fleurs sauvages, « floricottes »

13Fleurs sauvages, fleurs anciennes, petites fleurs, « floricottes », fleurs « qui se ressèment toutes seules », ainsi les jardinières désignentelles leurs plantations. Mais ces catégories n’apparaissent pas très fréquemment dans les discours jardiniers ; elles viennent plutôt au détour d’une phrase, presque incidemment. La description de chaque fleur, l’une après l’autre, leur est le plus souvent préférée. Par ailleurs, ces catégories semblent perméables : elles se recoupent souvent, se substituant les unes aux autres ou englobant à plusieurs reprises la même fleur. Significatives d’un statut particulier des végétaux, elles dessinent pourtant une famille de fleurs qui mérite d’être présentée comme telle.

14Les jardinières utilisent la référence aux « plantes anciennes » ou « vieilles », pour désigner celles qui, en tant qu’espèces ou variétés, perdurent depuis au moins deux générations. En recoupant les entretiens, on peut énumérer, entre autres, oeillets blancs, pivoines, roses, giroflées, anémones, jacinthes, iris, lys, jonquilles.

Dans les autrefois, on avait des fleurs, mais d’une variété très ancienne, qui se succédaient comme ça entre voisins, qu’on conservait. Les autres fois, qu’est-ce que vous aviez comme fleurs anciennes ? Vous aviez le lys, l’iris, ces oeillets que je vous ai fait voir, certaines espèces de rosiers, la pivoine, pas celle-là mais l’autre, et on avait un phlox aussi, il était pas bien haut mais c’était la même feuille. Simone R. (née en 1925).

15« Les autrefois », « dans les autrefois », « les autres fois », la référence temporelle n’intervient pas moins de quinze fois dans ce récit sur le jardin. « J’ai le sentiment d’avoir vécu deux vies, l’ancienne et la nouvelle, ah oui ! Jusqu’en 1938 et puis après, là… » Le temps « des autrefois » (traduction de l’occitan ontan, antan) sert de référence, tandis que le xxe siècle rural a connu des transformations sans précédent.

J’ai maintenu un peu les anciennes. ça c’est une ancienne, ancienne. La giroflée [des murailles]. L’autre est plus récente mais moins vigoureuse ; une dame m’a dit : « Prends-en. » Mais ça, c’est l’ancien, c’est vivace ça !

16De ce temps d’autrefois, perdurent les plantes anciennes, témoins de « l’ancienne vie », celle d’avant la dernière guerre. Les fleurs portent ainsi une part de l’identité, de la mémoire et de la trajectoire de la jardinière. Si d’autres ne font pas toujours référence à l’ancien temps, elles décrivent néanmoins les jardins de leur enfance : celui de la mère ou de la grand-mère mais aussi celui des voisins, en vertu de cette particularité du jardin agricole d’être en relation avec celui d’à côté. Utilisé par toutes, le terme « fleurs anciennes » comme les plantes qu’il désigne renvoient à une lignée et à un territoire localisé. Le fait de reproduire une pratique empreinte d’une profondeur historique, qui fait le lien entre son propre jardin et ceux de la première moitié du xxe siècle, avant la mécanisation généralisée des campagnes, semble très important pour les jardinières.

17Une bonne majorité de plantes de ce type de jardin y est présente de longue date ou y a été réinstallée. Leur particularité tient à leur mode de reproduction : vivaces ou bisannuelles, elles renaissent à la sortie de l’hiver pour une nouvelle saison ; arbustives, elles restent le plus souvent en place. Bien sûr, les jardinières en décident. Le choix est toujours possible de les maintenir, d’en ajouter ou d’en enlever. Peut-être est-ce à ce mode de reproduction qu’il faut imputer le qualificatif de « sauvages » qui vient parfois les désigner. Car à la manière des plantes des fossés, des bords de rivières, des bois et landes, de nombreuses fleurs de jardin ne sont pas réinstallées chaque année mais « reviennent chaque année » ou « se ressèment toutes seules ». Primevères, violettes ( pinparela), jacinthes simples d’un bleu profond, pieds-d’alouette, pâquerettes de couleur, ces fleurs qui « reviennent toutes seules » sont appelées « floricottes », petites fleurs ou encore fleurs simples. Celles qu’on ramène du « dehors », muguet, perce-neige, jonquilles, digitales, marguerites, millet sont dites « sauvages » mais aussi « floricottes ». Elles tissent des liens entre le monde des bois et des prés et celui du jardin. Fleurs de jardins et fleurs sauvages tendent à se confondre, marquant une absence de rupture franche entre les différentes origines spatiales.

18Lorsqu’elles sont dites « sauvages », les fleurs du jardin se rapprochent des plantes « du dehors », parfois ramenées chez soi. Il y a donc domestication des plantes sauvages mais aussi ensauvagement des plantes domestiques. Ainsi, Simone R. raconte comment, en ne se prêtant pas aux semis, les plantes du dehors, et même les plantes anciennes résistent à la domestication.

  • 3 Simone R. connaît le nom latin de la saponaire. Elle l’a appris à la lecture du magazine mensuel R (...)

− Mais ça c’est joli, c’est du Saponaria3. C’est magnifique ! C’est du sauvage. […] J’en ai arraché deux ou trois pieds, j’ai eu la chance qu’un − je dis bien un − prenne. Je suis arrivée à avoir des graines et maintenant, ça se propage tout seul ; ça fleurit, les graines tombent et maintenant ça pousse. Alors làbas, sur ce rond, il y en a une invasion de ces petites plantes et si je les sème, elles veulent pas pousser ! Et elles qui poussent toutes seules ! Mais moi je crois, vous voyez, elles n’aiment pas qu’on les sème. [Rires.]
− Et vous en avez ramassé d’autres ?
− Ah oui, ça m’arrive, quand je trouve quelque chose qui me plaît !
− Il y a des différences entre les plantes des jardins et celles de la nature ?
− Ça dépend ce que c’est. Ça, c’est des pivoines [de jardin]. Tiens, voyez comment ça pousse. Et ça fait des petites fleurs roses magnifiques, c’est magnifique. J’en ai donné à Mme C. l’autre jour. Voyez comment ça pousse ! Il y en a partout parce que je les ai pas semées ; il y en a des multitudes de millions ! Il y en a partout ! Et si j’avais voulu les semer, les semer : impossible !

19Pivoine et saponaire font preuve des mêmes comportements : elles répugnent à être semées et semblent défier la jardinière en se ressemant naturellement. Le savoir-faire de Joséphine, souvent cité en exemple par ses voisines plus jeunes (et néanmoins aujourd’hui retraitées), semble avoir intégré cette résistance de la nature à la domestication. En écartant vigoureusement la terre avec la pointe du pied pour installer une plante puis refermant le trou et recouvrant les racines de la même manière, Joséphine disait toujours : « Cal pas trop i faïre atentio si volètz que sià brave » (« Il ne faut pas trop y faire attention si vous voulez que ce soit beau »). Comme s’il fallait reconnaître et respecter la force vitale de la nature et ne pas donner à l’homme, à son geste, une place déterminante. La jardinière traduit « brave » par « beau », là où le dictionnaire d’occitan [Alibert 1993 : 177] donne deux occurrences : « bon, sage, obligeant ; bon, commode, productif ». Ce qui est bon est beau : la traduction de « brave » par « beau » renseigne déjà sur les représentations de la beauté des plantes.

  • 4 Celles du « jardin fleuri ».

20« Fleurs sauvages » peut également se substituer à « f leurs anciennes » : « Oh non, chez mes parents, j’en avais pas [de fleurs], on avait des rosiers sauvages, enfin j’appelais sauvages, des rosiers de l’époque, de ces roses qui sentaient bon. » « J’estime que j’ai des fleurs sauvages parce que ce n’est pas des fleurs achetées, ça fait pas le même effet », conclut cette jardinière comme pour s’excuser de l’absence en son jardin de ces fleurs aux couleurs vives, annuelles pour la plupart, qui font les étalages des jardineries4. Fleurs qui « reviennent toutes seules », fleurs données, fleurs des champs, fleurs semées ou bouturées, toutes les fleurs du jardin sont dites « sauvages » par contraste avec cette catégorie d’annuelles qui dépend exclusivement d’un acte d’achat et du geste jardinier. La confusion entre fleurs anciennes, fleurs sauvages et leur différence d’avec « les fleurs achetées » tend à exprimer une certaine distance à l’égard de la société, celle du marché horticole notamment. Cette distance n’est sans doute pas sans rapport avec la position de ce type d’exploitations agricoles dans le champ socioprofessionnel de l’agriculture. À l’écart des orientations prises par l’agriculture depuis les années 1950, les petites unités dont les exploitants sont aujourd’hui retraités sont vouées à la disparition

Notes

1 En revanche, la distinction est opérée dans des jardins ouvriers et familiaux urbains : « La règle est stricte : l’homme s’occupe du potager et la femme du jardin d’agrément » (Dubost 1997 : 107-108). Ce n’est pas le cas en milieu rural où les hommes employés ou ouvriers peuvent également s’occuper des fleurs.

2 On pourrait faire ici le parallèle entre les pratiques jardinières et celles de cueillette, analysées par Martin de la Soudière (Larrère & de la Soudière 1987 : 222-223) : « La cueillette est un peu un jardin secret. Activité facultative. Tentative de libération des contraintes de travail ordinaire. Affirmation d’autonomie. »

3 Simone R. connaît le nom latin de la saponaire. Elle l’a appris à la lecture du magazine mensuel Rustica, lecture de chevet de bien des paysans dès l’entredeux- guerres. L’incidence de cette littérature promotrice du progrès et de l’hygiénisme sur la transformation des pratiques n’est certainement pas négligeable.

4 Celles du « jardin fleuri ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search