Version classiqueVersion mobile

Traduire entre les langues chinoise et française

 | 
Annie Bergeret Curien

Troisième partie. Traduire la littérature

Logique et traduction littéraire

Li Yumin

Texte intégral

1 La traduction littéraire n’est jamais un problème de théorie, mais de pratique, comme je l’ai indiqué dans un précédent article intitulé « Le Babel éternel ». La présente réflexion est fondée sur plus de trente ans de carrière et plus de soixante livres publiés en Chine dont j’ai signé la traduction.

2C’est un exercice que j’ai commencé pendant mes études universitaires, interrompu pendant treize ans à cause de la Révolution culturelle, puis qui a connu une résurrection qui dure depuis plus de trente ans, et qui, semble-t-il, se prolongera le reste de ma vie.

3C’est également une pratique toujours renouvelée, curieuse et riche, puisque je vais de rendez-vous en rendez-vous avec les grands auteurs français de tous temps et de tous styles.

4Apprentissages longs et épais avec Les Misérables de Victor Hugo, ou longs et divertissants avec Le Comte de Monte-Cristo. Amusants et instructifs avec le théâtre de Molière, de Beaumarchais, ou d’Alfred de Musset ; lyriques et libres avec les poèmes d’Apollinaire, ou poussant à la rumination et à la réflexion au contact des vers de Guillevic. Aussi variés et étonnants que les œuvres d’André Gide, ou aussi profonds et étranges que les écrits d’Albert Camus, pour n’en citer que quelques-uns.

5Cependant, un exercice d’interprétation est davantage qu’un jeu, car on ne peut interpréter librement hors de l’œuvre concernée et de son auteur. Ainsi le premier principe relève du respect, autant que faire se peut, de l’ouvrage qu’on est en train de traduire ; il convient, comme le disent les Chinois, de se montrer fidèle « 信 » aux textes originaux. La tâche, hélas, n’est pas si facile, on ne l’est pas toujours, voire on ne l’est jamais. Chose curieuse, « pas toujours », « toujours pas (jamais) », 不总, 总不, voici un des cas rares où le français se prête à la logique des Chinois.

6Nos traducteurs ne sont pas toujours heureux, par exemple avec cette phrase d’Honoré de Balzac :

Je n’ai jamais lu ses lettres que comme je lus la première, au lit et au milieu d’un silence absolu. (Honoré de Balzac, Le Lys dans la vallée)

7Cette expression littéraire ne pose sans doute aucun problème aux Français, ce qui est tout à fait logique. Néanmoins, nos traducteurs ne s’y sentent pas à l’aise. Voici une version chinoise :

我以前从未读过她的信, 这是我第一次读, 我躺在床上, 万籁俱寂。

8Il est à remarquer que la version chinoise suit pas à pas l’ordre de la phrase française : 我以前从未读过她的信 correspond à « je n’ai jamais lu ses lettres » ; 这是我第一次读 à « je lus la première » ; 我躺在床上, 万籁俱寂 à « au lit et au milieu d’un silence absolu ». Tous les éléments sont là, même l’ordre ne subit pas le moindre changement, cependant cette apparente fidélité implique une logique contraire – phénomène assez fréquent dans la traduction du français vers le chinois.

9Notre traducteur ne s’habitue pas à cette formule « ne… jamais que comme », et il traduit en une phrase banale, presque vaine, cette expression si forte en sentiments de Balzac. Il a gardé la forme et perdu la puissance intrinsèque. S’il avait su se servir un tant soit peu de la pensée logique, il aurait pu découvrir la maladresse dont il faisait preuve en détruisant la valeur littéraire, qui est vitale pour toute œuvre littéraire.

10Essayons de la comparer avec une autre version :

以后我看她的信, 总像看第一封这样, 躺在床上, 周围万籁俱寂。

11Cette fois, l’apparente infidélité de la forme a garanti le sens profond du texte, de sorte que le chinois et le français, deux langues si différentes, peuvent se valoir et coïncider entre elles dans une logique profonde.

12Je prends un autre exemple pour confirmer cette constatation :

Réduite à elle-même, abandonnée des autres arts, parce que la pensée humaine l’abandonne, elle appelle des manœuvres à défaut d’artistes. (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris)

13Selon Victor Hugo, avant le xve siècle, l’architecture est l’art total, l’art souverain, l’art tyran. Depuis l’apparition de l’imprimerie, et au fur et à mesure que la pensée humaine, grâce aux livres, se répand, les arts s’émancipent, s’en vont chacun de leur côté et fleurissent plus que jamais.

14Cette phrase est aussi claire, sinon plus claire que la précédente. Mais nos traducteurs tendent à se contenter de l’apparence, au moins deux d’entre eux l’interprètent de cette façon :

因为人的思想舍弃了它, 其它艺术也就舍弃了它, 它只余孑然一身, 只好求助 于工匠, 既然没有了艺术家。

15Avoir une vue d’ensemble est primordial pour la traduction. Il faut situer le paragraphe dans le contexte pour qu’il obéisse à l’idée maîtresse de l’auteur, mais ici le traducteur ne se soucie point de l’idée de Victor Hugo précisément exprimée dans une longue tirade. Malgré la floraison des arts et la multiplication des artistes, il donne la version suivante : 既然没有了艺术家。

16Ce ne sont pas les artistes qui manquent, seulement ils ne s’attachent plus, comme autrefois, à l’architecture et se passionnent pour leur propre art, tel que la peinture, la sculpture, et s’activent indépendamment de l’architecture. Une autre version est plus proche de l’idée de l’auteur :

建筑艺术被人类思想所抛弃, 因而也被其它艺术抛弃, 从此冷落孤零, 再也 招募不来艺术家, 只好使用工匠了。

17En l’absence de jugement, un traducteur avance à tâtons dans cette forêt qu’est un ouvrage à traduire, et risque de tomber dans on ne sait quels pièges du français. Voici un troisième exemple :

Je sens en moi l’impérieuse obligation d’être heureux. Mais tout bonheur me paraît haïssable qui ne s’obtient qu’aux dépens d’autrui et par des possessions dont on le prive. (André Gide, Les Nourritures terrestres)

18Quel étonnement d’en lire une traduction comme celle-ci :

我感到自己心里有一种非获得幸福不可的迫切愿望。可是, 所有幸福在我看 来都是可憎的, 因为一切幸福都是靠损害别人, 通过剥夺别人的占有方式而 取得的。

19Pareille interprétation donne le sentiment qu’André Gide haïssait tout bonheur en même temps qu’il vantait l’impérieuse obligation d’être heureux. Que nos collègues ici présents veuillent bien la retraduire en bon français pour nous montrer combien ce traducteur s’éloigne des idées du bonheur de l’auteur. Il n’est pourtant pas difficile de traduire d’une autre façon :

我感到内心有一股要幸福的热切希望。不过, 凡是靠损害别人、强占别人的 方式得到的幸福, 在我看来都是可憎的。

20André Gide ne condamne pas tout bonheur, il ne recherche pas non plus n’importe quel bonheur. La première traduction change en causes les deux restrictions de la phrase et achève de gâter l’idée qu’a l’auteur du bonheur. Si le traducteur avait examiné d’un œil critique sa version, il aurait évité d’imposer une telle sottise à un grand maître aussi clairvoyant qu’André Gide.

21Un bon traducteur doit connaître à fond les particularités respectives du français et du chinois. Sommairement parlant, le français est une langue strictement grammaticalisée, tandis que le chinois est une langue d’une extrême liberté. Quand certains traducteurs ont les pieds enchaînés dans les règles grammaticales du français, comment pourraient-ils exécuter une belle danse sur la scène libre du chinois ?

22Ainsi de même que sur scène, l’on peine à changer de pas et qu’on en vient à danser à contre-mesure, on se trouve dans l’impossibilité de changer de méthode de pensée et on en vient à traduire en créant ce que j’appelle des faux temps, des faux lieux, des fausses causes et de faux effets…, on fait ce que j’appelle des « erreurs de position » : 错位.

23 Un exemple sera plus convaincant que les raisonnements théoriques :

Il commençait à deviner l’offensive insolite qui, de la cordillère des Andes, se rabattait vers la mer. Avant qu’il eût pu les atteindre, le cyclone raflerait les villes. (Antoine de Saint-Exupéry, Vol de nuit)

24Face au français un traducteur chinois perd quelquefois le nord, comme c’est le cas ici :

他开始猜出了一场异常的袭击正从安第斯山脉朝大海猛扑过来。在他飞抵安 第斯山脉之前, 飓风将席卷那些城市。

25Le traducteur, n’étant pas dans l’avion de Fabien, se trouve incapable de se mettre dans la peau du pilote et d’éprouver les mêmes sensations que lui. L’avion, déjà torturé par le cyclone, se débattait dans les montagnes, ce qui explique peut-être cette interprétation illogique : 他飞抵安第斯山脉之前?

26Essayons de comparer cette version avec une autre :

法比安开始推测, 一场异常的风暴, 正从安第斯山脉猛烈扑向大海, 未等飞 机抵达, 大风就会横扫那些城市。

27La formulation « Avant qu’il eût pu les atteindre » a dérouté le premier traducteur, et plus particulièrement le pronom « les ».

28Les pronoms, fréquents et affectionnés par la langue française, donnent beaucoup de peine aux traducteurs chinois, parce que la langue chinoise, pauvre en pronoms, ne nous habitue pas à les reconnaître.

29Voici encore un exemple où des traducteurs butent sur un tel terme :

Oh ! Sire ! La clémence est la seule lumière qui puisse éclairer l’intérieur d’une grande âme. La clémence porte le flambeau devant toutes les autres vertus. Sans elle, ce sont des aveugles qui cherchent Dieu à tâtons. (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris)

30Quelle surprise de lire une traduction comme celle-ci :

啊, 陛下!宽宏大量是唯一能够照亮伟大灵魂的光芒。宽宏大量, 位于一切其 它美德前列高举火炬。没有它, 世人都会成为摸索着寻找上帝的瞎子。 (巴 黎圣母院)

31Ou encore celle-ci :

… 没有它, 我们就只是些在黑暗里寻找上帝的瞎子啊。

32Que représentent « des aveugles » qui jouent ici un rôle analogue au pronom ? En l’absence de jugement fondé sur la logique, les traducteurs commettent quelquefois une erreur de glissement de concept (偷换概念). Chose curieuse, ces deux traducteurs, perplexes devant « des aveugles », raisonnent à côté du texte, et estiment d’un commun accord qu’il s’agit de « nous » ou des « hommes ». Ils rejettent légèrement « toutes les autres vertus » aux dépens d’une affirmation énergique.

33Je propose une autre version :

噢, 陛下!宽宏大量是照亮伟大心灵的唯一光芒。宽宏大量高举火炬, 走在所 有美德的前头。没有宽宏大量, 其它美德就会盲目摸索着寻找上帝。

34On ampute de la même façon une idée de Balzac :

Il ne s’agit pas de moi, reprit-elle en souriant avec amertume, Félix, ne jouez jamais dans quelque salon que ce puisse être ; je n’excepte celui de personne. (Honoré de Balzac, Le Lys dans la vallée)

35C’est ce que Mme de Mortsauf recommande à Félix, un jeune homme de haute naissance qu’elle a lancé dans la société, pour qu’il construise son avenir.

36Ce n’est pas une phrase difficile à comprendre et à traduire. Cependant un traducteur n’a pas manqué de jouer un petit tour à l’auteur :

这与我无关, ”她带着苦笑接着说道, “费利克斯,不论在什么人的客厅里, 都 不要去赌博, 任何客厅都不要去。 幽谷百合)

37Le traducteur a poussé d’un coup de plume une recommandation raisonnable jusqu’à l’absurde : une interdiction de tous les salons. Nous n’avons qu’à interpréter cette recommandation renforcée.

不是关于我的事, ”她苦笑了一下, 又说道。“飞利克斯, 您在哪个沙龙也不要 赌博, 无一例外。

38La dernière partie, « je n’excepte celui de personne », n’est qu’une insistance, et non une gradation ascendante. Quant à cette dernière, elle ne compte pas toujours pour certains traducteurs. Un exemple chez André Gide :

Il est bon que le prolétaire français le comprenne. Ou mieux : il serait bon qu’il le comprît. (André Gide, Retour de l’URSS)

39Comparons deux versions chinoises :

Version A : 让法国无产者懂得这一点是件好事。或者说得更好一点, 最好让 他们懂得这一点。

Version B : 法国无产者最好理解这一点。进而言之, 最好已经理解了这一点。

40Dans la version A, la deuxième partie n’est que la répétition de la première, n’y ajoute rien. Elle ne signifie pas un renfort de ton, encore moins une promotion, tandis que la version B met en valeur « ou mieux », monte en espérance, c’est-à-dire passe d’une réalisation à une réalité.

41Le renversement des causes et des effets est un phénomène assez fréquent résultant des erreurs de position dans la traduction :

Je m’étais consolé en quelque sorte de ne l’avoir pas touché par la pensée qu’il était incapable de l’être. (Madame de La Fayette, La Princesse de Clèves)

42Il est amusant de comparer des exemples tirés de trois traductions différentes :

Version A : 我过去多少聊以自慰的是:我没有能够打动您的心, 我以为这颗 心是不可触动的。

Version B : 以往我想这颗心是不可能受感动的, 因而在某种意义上来说, 我 为自己没有成功而感到自慰。

Version C : 我没有打动您的心, 还以为这颗心是打动不了的, 并以此聊以自慰。

43 Une expression chinoise 狮子搏兔 (le lion lutte contre le lièvre) convient aux deux premiers exemples : lutte forcenée contre un petit objet. À lire ces deux interprétations dépourvues de logique, on ne comprend plus ce que voulait dire le personnage.

44Dans ces cas, la traduction est d’abord une sorte de remontage d’une phrase française. L’exemple C révèle un réel travail et réarrange les trois parties pour en refaire une version chinoise vibrante de la même logique. Néanmoins, l’ordre n’est plus le même : 我没有打动您的心 (d’abord le fait : ne l’avoir pas touché), 还以为这颗心是打动不了的 (ensuite la cause : par la pensée qu’il était incapable de l’être), 并以此聊以自慰 (enfin l’effet : je m’étais consolé en quelque sorte).

45La bonne traduction littéraire est due, en un sens, au réarrangement des rapports de la logique.

46Voici un autre exemple tiré du roman Vol de nuit :

Il pensait encore : J’ai les mêmes raisons solides d’insister, et une cause de moins d’accident possible : celle qui s’est montrée. (Antoine de Saint-Exupéry, Vol de nuit)

47Une phrase, d’apparence simple et claire, procure quelquefois aux traducteurs des problèmes inattendus.

他又想:’我有跟过去同样充分的理由坚持下去, 还可以减少一个可能导致事 故的原因, 这是一个已经暴露了出来的原因。

48Le traducteur n’a pas bien tâté le pouls de cette phrase qui a sa propre logique, celle de Rivière – le responsable du réseau – qui reste intransigeant devant ses adversaires opposés aux vols de nuit pour des raisons de sécurité. Il a les mêmes raisons solides d’insister puisqu’une cause d’accident possible, une fois montrée, serait à même d’être empêchée. D’après cette interprétation, on peut traduire ainsi :

他又想道:‘我有同样过硬的理由坚持几见,可能引发事故的原因,暴露出来 一个就减少一个。

49Chez le premier traducteur, le fil de pensée logique est tordu, il ignore où celui-ci le mènera, et où lui-même mènera les lecteurs chinois.

50Encore un exemple, tiré du même auteur :

Ses adversaires tireraient d’un désastre en Patagonie une position morale si forte, que peut-être la foi de Rivière resterait désormais impuissante…
(Antoine de Saint-Exupéry, Vol de nuit)

51Le même traducteur donne la version suivante :

他的对手们会从巴塔戈尼亚的灾难中获得道义上的那么强有力的优势, 使得 李维埃的信念可能会从此一蹶不振⋯

52Avant, l’auteur écrivait : « Les événements, dans le sud, donnaient tort à Rivière, seul défenseur des vols de nuit… car la foi de Rivière n’était pas ébranlée : une fissure dans son œuvre avait permis le drame, il ne prouvait rien d’autre. »

53Comme il y a ce qu’on appelle un « œil » dans la poésie chinoise (诗 眼), soit l’œil du vers, autrement dit une vision de poète, on rencontre quelquefois, dans les écrits littéraires, des mots ou expressions clés rattachés à l’idée maîtresse du livre qui méritent une attention particulière. Ce roman est un hommage rendu à Rivière à l’image de M. Daurat, directeur de la ligne. « La foi de Rivière n’était pas ébranlée » est une phrase clé, et, en particulier, « la foi », un mot clé. Il faudrait par conséquent hésiter avant de traduire « que peut-être la foi de Rivière resterait désormais impuissante » en utilisant une expression 一蹶不振 qui signifie « succomber pour toujours ».

54De là est née une autre version :

如果巴塔戈尼亚的班机不幸酿成灾难, 他那些对头就可能从中获取一种道义 上的优势, 而里埃维尔单凭信念, 今后也许就无力抗衡了⋯

55优势, 单凭信念 无力抗衡, tous ces qualificatifs constituent une subtile protection de l’idée maîtresse du roman.

56Les mouvements psychologiques, trop délicats pour supporter la moindre négligence, demandent plus de pénétration dans la traduction. Voici un paragraphe tiré de La Princesse de Clèves, premier roman psychologique de la littérature française :

Qu’elle était belle cette nuit ! Comment ai-je pu résister à l’envie de me jeter à ses pieds ? Si je l’avais fait, je l’aurais peut-être empêchée de me fuir, mon respect l’aurait rassurée, mais peut-être elle ne m’a pas reconnu, je m’afflige plus que je ne dois, et la vue d’un homme, à une heure si extraordinaire l’a effrayée.

57Vous connaissez bien cette scène où M. de Nemours, poussé par son amour s’est glissé dans le jardin pour voir la princesse de Clèves.

58Nous allons comparer deux traductions :

Version A : 不过, 她昨天夜里是多美啊!我怎么会克制住匍匐在她脚下的愿 望呢?倘若我这样做了, 也许我能阻止她再避开我, 我对她的尊敬可能会使她 放心, 但是也许她认不出我来了, 我将会更加痛苦, 在这样特殊的时刻, 她看 见一个男人会吓坏的。

Version B : 昨天夜晚她多美啊!我怎么能克制住冲动, 没有投到她的脚下 呢?倘若真这么做了, 也许就阻止她逃避我了, 我完全尊重她, 会让她放心 的 ; 不过, 也许她并没有认出是我, 我不该这么伤心, 在那么晚的夜间, 猛然 瞧见一个男人, 当然把她吓坏了。

59Après une exclamation, les réflexions sur sa démarche comportent, pour le personnage, deux options : l’une sur ce qu’il aurait dû faire à la vue de la princesse de Clèves, l’autre sur la raison pour laquelle il ne devrait pas s’affliger à l’heure actuelle.

60Il aurait dû entrer dans le cabinet, puisque la princesse y était seule, et se jeter à ses pieds, et épancher son cœur. Son respect l’aurait rassurée et empêchée de le fuir, et puis il s’afflige de sa fuite, car elle ne l’a peut-être pas reconnu, rien que la vue d’un homme, à une heure si avancée, l’a effrayée.

61Les deux conjonctions, 不过 et 但是,mal employées, détruisent la cohérence de ce mouvement intérieur, et ce défaut est suivi d’un autre : l’interprétation erronée de la deuxième partie, 我将会更加痛苦, achève de troubler toute cette belle page psychologique. Avec un tel état d’âme, comment M. de Nemours pourrait-il revenir au même endroit la nuit suivante ?

62La seconde version a évité d’abord l’abus des conjonctions, au demeurant très fréquent et désastreux dans la traduction littéraire en Chine, car le chinois, libre comme un souffle, une fois surchargé de conjonctions, de pronoms, et de tout ce qui est indispensable en français, perd inéluctablement sa valeur littéraire. Nos traducteurs chinois, insensibles au temps et modes du français, sont forcés de déchiffrer minutieusement ces phénomènes grammaticaux qui manquent au chinois pour éviter des fautes fatales. Dans ce paragraphe, le conditionnel passé en première partie et le passé composé en deuxième partie, séparés par une conjonction, représentent le changement intérieur du personnage, la traduction prend un ton plus affirmatif avec 她并没有认出是我, 我 不该这么伤心 et 当然把她吓坏了, et fait ainsi ressortir un changement psychologique tel que M. de Nemours se décide à reprendre le même chemin à la tombée de nuit.

63Les réflexions à l’échelle philosophique offrent une complication de plus. L’Étranger d’Albert Camus nous en donne, vers la fin du roman, un bel exemple :

Et après ? C’était comme si j’avais attendu pendant tout le temps cette minute et cette petite aube où je serais justifié. Rien, rien n’avait d’importance […] Du fond de mon avenir, pendant toute cette vie absurde que j’avais menée, un souffle obscur remontait vers moi à travers des années qui n’étaient pas encore venues et ce souffle égalisait sur son passage tout ce qu’on me proposait alors dans les années pas plus réelles que je vivais.

64Toutes ces réflexions, l’aboutissement de l’histoire entière de Meursault, pèsent sur le cœur des lecteurs qui attendent une réponse à une existence peu conventionnelle. Les lecteurs chinois qui ne savent pas le français ne peuvent trouver que dans différentes versions chinoises cette réponse, plus ou moins claire :

Version A : 那以后呢, 似乎我过去一直等待的就是这一分钟, 就是也许会被 判无罪的黎明。没有任何东西, 没有任何东西是有重要性的 […] 在我所度 过的整个那段荒诞生活时期, 一种阴暗的气息从我未来前途的深处向我扑 面而来,她穿越了尚未来到的岁月, 所到之处, 使人们曾经向我建议的所有 一切彼此之间不再有高下优劣的差别了, 未来的生活也并不比我已往的生 活更真切实在。

Version B : 还怎么样呢 ? 我生活的全过程, 就好像在等待这一时刻和这个黎 明:终将证明我是对的。无论什么, 什么都不重要 [⋯] 在我所度过的这荒诞 的一生中, 一种捉摸不定的灵气, 从未来的幽深之处,朝我冉冉升起, 穿越尚 未到来的岁月, 而这段灵气所经之处, 便荡平了我生活在同样不真实的那些 年间别人给我的那些建议。

65 Une différence frappante entre ces deux versions est ce que j’appelle la propreté de la langue qui convient à l’écriture d’Albert Camus. Mais notre attention se portera sur le choix des deux mots qui éclairent la pensée de l’auteur.

66« Je serais justifié » est traduit par 也许会被判无罪 dans toutes les versions, sauf dans la version B. Juste avant ce passage, l’auteur écrivait : « moi, j’avais l’air d’avoir les mains vides. Mais j’étais sûr de moi, sûr de tout, plus sûr que lui, sûr de ma vie et de cette mort qui allait venir. Oui, je n’avais que cela. Mais du moins, je tenais cette vérité autant qu’elle me tenait. J’avais eu raison, j’avais encore raison, j’avais toujours raison ». C’est ce qui me fait croire que 也许被判无罪 interprète mal la pensée de l’auteur.

67Quand un homme est si sûr de lui et sûr de tout, si sûr de sa vie et de cette mort qui va venir, comment pourrait-il 过去一直等待的就是 这一分钟, 就是也许会被判无罪的黎明 ? En chinois, 等待被判无罪 suggère qu’on se trouve dans un état passif et piteux, et ne signifie en aucun cas l’innocence réjouissante. L’état d’âme de Meursault est bien au-delà du concept du crime des hommes, ce n’est pas par vantardise qu’il dit qu’il a toujours raison. Autrement dit, il sait qu’il a raison d’être étranger à la vie et au monde. C’est sur ces constatations que la version B donne une interprétation différente : 终将证明我是对的. 终将 répond au verbe « attendre », et 我是对的 englobe tout ce qu’il a dit. Enfin, tout cela, le monde absurde, nous autres, nous le vivons sans le comprendre.

68Je m’attache au mot « souffle » dans ce texte un peu par caprice. Effleuré par on ne sait quel souffle, on fait un petit caprice lorsqu’on est engagé dans une traduction : n’est-ce pas une jouissance de l’œuvre ?

69Il n’y a rien d’anormal à traduire le souffle par 气息, mais 阴暗的 气息 est vraiment obscur. D’autres choix comme 风 ou 气流 sont aussi solides, cependant, je penche pour 灵气, un choix moins fondé, mais plus sentimental : 一种捉摸不定的灵气, 从未来朝我冉冉升起, je préfère une telle sensation. Un autre auteur que j’admire, Antoine de Saint-Exupéry, a terminé son ouvrage Terre des Hommes par cette phrase : « Seul l’Esprit, s’il souffle la glaise, peut créer l’Homme. » (唯 独大写的灵气, 如果吹拂了泥胎, 才可能创造出大写的人。) Cela m’a beaucoup encouragé.

70Peut-être que dans le même souffle, Albert Camus a pu écrire dans la partie finale de L’Étranger : « Comme si cette grande colère m’avait purgé du mal, vidé d’espoir, devant cette nuit chargée de signes et d’étoiles, je m’ouvrais pour la première fois à la tendre indifférence du monde. »

经过这场盛怒, 我就好像净除了痛苦, 空乏了希望, 面对这布满征象的星空, 我第一次敞开心扉, 接受世界温柔的冷漠。

71Le plus grand désir d’un traducteur est d’être parfois visité par ce souffle et de sentir vibrer les fibres de son cœur.

Auteur

Université normale de la capitale, Pékin

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search