Version classiqueVersion mobile

Traduire entre les langues chinoise et française

 | 
Annie Bergeret Curien

Deuxième partie. Traduire les sciences humaines et sociales

La traduction, un voyage immobile

Isabelle Tréhorel

Texte intégral

1 Nous avons ouvert en 2002 une librairie spécialisée en littérature étrangère traduite. Il faut savoir que Rennes dispose d’une proposition culturelle assez intense, avec quatre supermarchés du livre, une librairie généraliste et une dizaine de librairies spécialisées.

2Grands lecteurs, nous étions deux associés à vouloir ouvrir cette librairie, aussi nous fallait-il trouver une spécialité dans laquelle nous avions un bon niveau de lecture et que nous pouvions communiquer au public avec autant de conviction l’un que l’autre. Il se trouvait que, depuis plusieurs années, la littérature française nous ennuyait passablement, nous donnant l’impression de tourner un peu en rond. Nous ne trouvions pas, en tant que lecteurs, la proposition que nous attendions. Toujours déçus, nous préférions nous aventurer dans le domaine étranger, qui nous ouvrait des portes et qui nous emmenait vers des chemins qui nous étonnaient, qui nous nourrissaient. C’est pourquoi nous avons décidé d’ouvrir cette librairie, idéale à nos yeux.

3L’autre raison de ce choix pour notre établissement, c’est que les Bretons aiment leurs traditions et qu’à notre avis, la tradition, c’est aller voyager dans le monde et de rapporter ces autres cultures à nos lecteurs.

4Partout ou presque en Bretagne, les gens ont un membre de leur famille qui était marin et donc, même s’ils n’ont jamais quitté leur campagne ou leur bord de mer, on trouve chez eux des colliers tahitiens, des sombreros, des cartes postales du monde entier.

5Ainsi, étant très curieux du monde, nous avons décidé d’aller chercher la littérature d’ailleurs, mais comme nous avons un chat et que les chats ne voyagent pas beaucoup et n’aiment pas les déplacements, nous avons fait venir le monde à nous pour voyager et proposer ces voyages à d’autres.

  • 1 Aujourd’hui, la Librairie Greenwich vend aussi des livres en langue originale.

6Dans notre librairie, nous proposons de la littérature du monde entier, de la Chine en passant par la Corée du Sud, la Hongrie, la Suisse. Nous précisons toujours aux lecteurs qu’il s’agit d’œuvres traduites, pour qu’ils ne pensent pas découvrir chez nous les livres en langue originale, parce qu’une autre librairie a déjà cette spécialité à Rennes1. En outre, nous présentons aussi des ouvrages d’auteurs francophones, Belges, Suisses, etc. Le monde entier est représenté chez nous depuis dix ans, et cela plaît aux lecteurs.

  • 2 Gao Xingjian, Éditions de l’Aube, 1995, traduit du chinois par Noël et Liliane Dutrait.

7J’ai personnellement une tendresse particulière pour la littérature chinoise. Au moment où nous montions le projet de notre librairie, j’étais en train de lire la Montagne de l’Âme2. Ce livre m’a éblouie, ça a été un choc littéraire, j’en parlais à tout le monde autour de moi et j’ai donné à beaucoup de personnes l’envie de le lire. Quelque temps plus tard, l’auteur a eu le prix Nobel de littérature, et j’en ai déduit que je devais être bonne libraire, en tout cas que je pouvais passer des livres, transmettre mon plaisir de lecture.

8Nous ne sommes pas des spécialistes, nous n’avons pas fait d’études littéraires. Nous avons beaucoup, beaucoup lu, nous avons un parcours scolaire et universitaire, mais nous ne maîtrisons pas de langue étrangère. L’idée était de proposer le monde entier aux gens. Ce qui est très intéressant, c’est que si les Français ne pratiquent pas beaucoup les langues étrangères, ils sont plus avides du monde qu’on ne le pense. Et quand on lit beaucoup de littérature étrangère, on se rend compte que le monde est encore plus ouvert au reste du monde que nous ne le sommes en France.

9Aujourd’hui nous avons beaucoup parlé de traduction, de la question de la fidélité dans la traduction, je crois qu’il faudrait presque, et peut-être cela donnerait-il un peu plus de lumière aux traducteurs – c’est un métier un peu ingrat, on dit toujours le nom de l’auteur, mais on oublie celui du traducteur, même si, le plus souvent, on ne l’oublie plus en édition – parler plutôt d’adaptation, car le traducteur offre une vision, un regard.

  • 3 Éditions Gallimard, coll. « Du monde entier », 2004, traduit de l’Anglais (Irlande) par Stuart Gilb (...)
  • 4 Éditions Phébus, 2007, traduit de l’anglais (Amérique) par Armel Guerne.

10Une nouvelle traduction d’Ulysse de Joyce3 a paru il y a quelques années. Ce n’est pas un livre facile et pourtant nous en avons vendu de très nombreux exemplaires. Nous étions étonnés, les gens l’achetaient pour le relire. C’est également vrai pour la nouvelle traduction de Moby Dick d’Herman Melville4. Ce que je crois important dans la traduction et dans notre métier de passeur, c’est de montrer que nous n’avons pas la même vision du monde, selon les latitudes sous lesquelles nous sommes nés, ou sous lesquelles nous vivons. En l’occurrence, lire la littérature des autres montre à quel point nous sommes tous pareils, heureux, amoureux, en colère, nous sommes juste des êtres humains. Les littératures chinoise, tchèque ou hongroise peuvent nous sembler très lointaines, le monde n’y est pas regardé comme il l’est chez nous, mais nous avons beaucoup de points communs.

11Le voyage littéraire est un voyage intime que l’on peut tous faire sans papiers – en fait, si, il en faut un petit peu et je pense qu’on utilisera encore longtemps du papier – mais on a aussi besoin de le partager.

12L’intérêt d’une librairie ou d’une médiathèque est que nous rencontrons tout le temps les lecteurs, qui nous font partager leurs émotions, leurs déceptions, leurs bonheurs ; c’est la chance que nous avons par rapport aux auteurs, et il est très dommage que nous ne puissions pas rendre aux auteurs et aux traducteurs ces échanges passionnants.

13Un autre voyage immobile que nous faisons à la librairie est d’accueillir des gens du monde entier, qui viennent acheter des livres de leur pays qu’ils ont beaucoup aimé pour les offrir aux personnes qui les accueillent.

14Ce sont aussi souvent des rencontres formidables.

15Enfin, je fais un constat par rapport à littérature chinoise ces dernières années, c’est un rayon qui tourne de moins en moins bien ; il y a eu un fort engouement à un moment et ce n’est plus du tout le cas. C’est pourquoi nous mettons en avant et nous poussons les livres que nous aimons. J’ignore la raison de ce phénomène. Est-il dû à la façon dont on parle tous les jours, dans la presse, à la radio et à la télévision, de la Chine, d’une Chine qui travaille beaucoup et qui nous prend nos emplois ? Je souhaite en tout cas que cette tendance commerciale s’inverse.

16Pour conclure, j’aimerais insister sur le fait que, même si nous faisons commerce de livres, nous ne sommes pas des marchands, mais des libraires.

Notes

1 Aujourd’hui, la Librairie Greenwich vend aussi des livres en langue originale.

2 Gao Xingjian, Éditions de l’Aube, 1995, traduit du chinois par Noël et Liliane Dutrait.

3 Éditions Gallimard, coll. « Du monde entier », 2004, traduit de l’Anglais (Irlande) par Stuart Gilbert, Valery Larbaud, Auguste Morel, Jacques Aubert, Pascal Bataillard, Michel Cusin, Sylvie Doizelet, Patrick Drevet, Bernard Hœpffner, Tiphaine Samoyault et Marie-Danièle Vors.

4 Éditions Phébus, 2007, traduit de l’anglais (Amérique) par Armel Guerne.

Auteur

Librairie Greenwich, Rennes

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search