Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

I. Jardins paysans

1. Trois jardins paysans

Texte intégral

  • 1 L’activité agricole lotoise est faiblement développée par rapport à celle de la région Midi-Pyréné (...)

1Si l’enquête a porté sur une dizaine d’exploitations, les trois exemples plus précisément décrits (jardins de Lucienne L., Raymonde B. et Suzanne T.) sont représentatifs du jardin paysan. Les fermes dans lesquelles ils s’inscrivent se ressemblent par leur mode de faire-valoir direct, par la taille (surface agricole utile de moins de dix hectares), par l’activité (polyculture-élevage), par la faiblesse du cheptel (une cinquantaine de brebis, ou une dizaine de vaches) et l’absence de machines agricoles sophistiquées. Sans succession tandis que leurs propriétaires se trouvent à la retraite, ces exploitations ne se sont que faiblement inscrites dans les nouvelles orientations agricoles des années 19601. Au travers de ces différents jardins, le rapport entre fleurs et exploitation agricole prend plusieurs tours ; les circulations des membres de la maisonnée, la différenciation des sous-espaces autour de la maison inclinent à considérer le fleurissement en fonction de la logique agricole qui qualifie l’exploitation.

Le jardin de Lucienne L

2Lucienne L. habite seule sa maison, construite dans les années 1950 et située dans un hameau de la commune de Prudhomat. À soixante-quinze ans, elle vaque sans relâche à ses occupations de fermière. Si la ferme n’est plus en activité – les moutons ont été vendus, la bergerie et les quelque six hectares de terres à céréales loués depuis la retraite – Lucienne garde « l’habitude du travail », car elle a largement suppléé son mari malade avant qu’il ne décède en 1973. Avant son mariage au sortir de la guerre, elle travaillait déjà « dehors », accompagnant son père, puis son frère, dans les travaux des champs. Elle raconte qu’une fois venue dans la famille de son mari, il fallait également « tout faire » (Verdier 1997 : 335). Aujourd’hui, la visite de ses deux filles mariées à quelques centaines de kilomètres de là et les « sorties » avec le club du troisième âge constituent les seules vacances d’un quotidien consacré passionnément aux bêtes et aux plantes domestiques.

  • 2 Dénomination occitane, propre à cette famille, désignant le hangar où était entreposé le grain.

3Lucienne L. s’occupe donc entièrement de ce qui perdure de l’ancienne petite exploitation, potagers, basse-cour, maison et bâtiments. Les différents sous-espaces sont nommés « le grand jardin », « le petit jardin », lou jardi (jardin en occitan, en fait, ici, lieu des lapins, des canards et des jeunes poulets), la grange, le hangar, la levade2, « sous les arbres », « les poules » (« je vais aux poules »), « devant » (la maison). Ce dernier espace comprend encore « le mur », « le bois » (tas de bois pour alimenter la cuisinière), comme pour marquer la spécialisation et la fonction des différents micro-lieux (voir schémas).

4On ne peut pas dire que les alentours de la maison de Lucienne L. soient envahis de fleurs. Celles-ci sont largement présentes mais elles se trouvent serrées en des endroits précis et non réparties sur l’ensemble. Aucune fleur n’orne les seuils de la maison (balcon, escalier). C’est au niveau du sol, sous les arbres qui font écran entre la maison et la route, qu’on peut voir des plantations et des pots fichés en terre, qui ourlent également le bas des murs de la bâtisse des années 1950. L’autre lieu des fleurs est sans doute le « petit jardin », où elles voisinent sans encombre avec des légumes, pas n’importe lesquels cependant puisque le gros du jardinage se fait au « grand jardin » et/ ou en plein champ, à un kilomètre de là, « au champ de Paulhiac ». Dans le « petit jardin », travaillé à la main exclusivement tandis que l’autre est labouré à l’aide du tracteur, naissent les jeunes légumes et poussent les « floricottes », celles qui se « ressèment » « toutes seules ». Le mélange fleurs-légumes est savamment organisé, même si, au cœur de l’été, l’ensemble donne l’impression d’une profusion et d’une imbrication conséquentes. Salades d’hiver, persil, oseille puis carrés de semis (salades, choux de toutes sortes, ails, quelques oignons même) délimités par de tout petits bâtons de bois, font le tour du jardin tandis que son centre se voit occupé par les « floricottes » : pieds-d’alouette, nigelles, balsamines, puis quelques « belles fleurs » en petit nombre qui s’épanouiront au milieu de l’été : glaïeuls, lys.

Jardin de Lucienne L.

Le « petit jardin » de Lucienne L.

Au pied de l’escalier

Le « devant de porte » à l’automne

« Le mur », « verdures » et fleurs de cimetière

5Le petit jardin est entouré d’un muret, ce qui évite les intrusions de la volaille. Côté route, le muret devient « le mur », terme usuel qui désigne ce lieu précis où sont installés des pots de fleurs. Certains sont vides, d’autres, parfois cassés, contiennent des boutures de « misère » devenues importantes. Une azalée, cadeau de la Fête des mères, est presque dépourvue de son feuillage mais arbore toujours le nœud aux couleurs défraîchies qui marque sa qualité de plante de fleuriste. Un Jupiers nain, qui provient du cimetière, tout jaune en cette fin d’été, voisine avec une plante « qui fleurit poilu » (donnée par Juliette, la voisine qui « fournit » en fleurs), une potée de « petites fleurs » (pieds-d’alouette prélevés dans le « petit jardin »), un rosier nain également ramené du cimetière et en mauvaise santé. Ce sont des plantes qui nécessitent un soin particulier pendant l’été (« si j’ai un peu d’eau par là, je leur jetterai ») et des plantes gélives, destinées à être rentrées pendant l’hiver dans le hangar tout proche, qui occupent ainsi le muret situé devant la route.

6Devant la maison, sous le grand tilleul argenté et le sumac de Virginie, dont les plants ont été récupérés chez des voisins, le parterre occasionne quelques soucis à Lucienne L. Difficile d’y « tenir des fleurs » avec l’ombre des arbres et leurs racines qui « avalent toute l’eau ». Ainsi les fleurs sont-elles « maintenues » plus que véritablement « tenues » et les plantes en pots, dont on peut davantage maîtriser les besoins en eau, viennent-elles relayer les plantes de pleine terre. Ce sont les « floricottes » du « petit jardin » qui, transplantées dans des pots, viennent « garnir le devant ». Chaque année ou presque, une tige du même rosier mère (situé sur la façade ouest de la maison) est fichée en terre de façon à alimenter le parterre. Dès la fin de l’été, les chrysanthèmes viennent remplacer ces « floricottes ». Entre les pots, pousse toute une série de plantes qui, vivaces ou récupérées, ont toujours pour point commun d’être résistantes et d’échapper à l’économie marchande horticole. On notera ainsi la présence de violettes, de perce-neige, de giroflées, de désespoir-du-peintre, d’asters. La fritillaire, classée parmi les belles fleurs comme les lys et les glaïeuls du « petit jardin », occupe l’angle droit du massif et signale le début du printemps. Tout en discourant largement sur sa beauté et sa fragilité, Lucienne L. en fait une de ses favorites et me recommande souvent de ne point y toucher.

7Le parterre est protégé du piétinement des poules par un petit grillage, à l’inverse des plantations situées le long des murs est et ouest de la maison. Là sont installés des touffes de vivaces et quelques arbustes dont Lucienne ignore souvent le nom (mais non pas l’origine) : des « gerbes d’or » [Solidago], divers asters, des marguerites et, au pied de deux lilas et d’un rosier, (selon la saison) muguet, perce-neige et autres « petites fleurs » (jonquilles récupérées dans les bois, jacinthes sauvages).

8Face aux premières marches de l’escalier, contre le muret du petit jardin, un amoncellement de plantes fleuries qui semblent se disputer la place : grosses touffes d’« aromes » [arum], et à nouveau des gerbes d’or et des asters, touffes dédoublées du pied de la maison. Enfin, dans le grand jardin, quelques pieds de dahlias sont soigneusement alignés en tête des raies de légumes, elles régulières et sans discontinuité.

Le jardin de Raymonde B

9La maison ancienne, de taille assez modeste, se situe à l’une des entrées du village de Gagnac, petit bourg du nord du département situé au bord de la rivière Cère. La majorité des potagers du village sont regroupés à sa ceinture ouest, à quelques centaines de mètres du centre. Raymonde et Germain B. y ont une parcelle, qui constitue leur jardin principal. Mais, à la différence des autres habitations du bourg, ils possèdent également un jardinet devant l’entrée de leur maison. Ils disposent en outre d’un jardin de plein champ, à la parcelle dite « la vigne » située à trois kilomètres, dont la production légumière, comme celle du potager dans les jardins groupés, incombe à Germain.

10Raymonde B. a passé toute sa vie à Gagnac, et il aura fallu les voyages organisés par l’association locale du troisième âge pour qu’elle découvre les autres départements français. Fille d’agriculteur du bourg, elle s’est mariée tardivement avec Germain, autre célibataire de Gagnac, et le couple est resté sans enfant. Avant l’âge de la retraite, Raymonde et Germain exploitaient une petite propriété de cinq hectares. Les productions principales, céréales, noix et fraises, n’ont jamais permis d’accumuler beaucoup de capital. Depuis 1988, le couple est à la retraite, ce qui ne modifie pas radicalement les emplois du temps : la « noyeraie » et la vigne sont conservées ; les trois jardins potagers et le poulailler nécessitent un soin important. Ce fut Raymonde B. qui m’accueillit au village, qui me permit d’y cultiver un potager, qui me raconta les histoires d’hier et d’aujourd’hui quand nous ne parlions pas de fleurs. À présent, Raymonde s’en est allée et j’espère retranscrire fidèlement son amour des « floricottes ».

Jardin de Raymonde B.

  • 3 Anciens récipients de terre, servant à la cuisson dans le four à bois. Par extension, on en est ve (...)
  • 4 Lesdits géraniums sont en fait des Pelargonium, parmi lesquels les Pelargonium lierre (Pelargonium (...)

11La maison est enserrée par deux routes. Celle « du bas » conduit à quelques maisons de Gagnac, celle « du haut » dessert le village voisin. C’est par ce côté que se situe l’entrée principale. Avant les quelques marches qui mènent au balcon, un alignement de pots suit la façade est de la maison. Les fleurs y sont installées dans de grands bidons en plastique ou en fer, dans des topins3 ou de vieilles lessiveuses. Un arum, trois potées de « trèfle à quatre feuilles » [Oxalis rosea], autant d’agapanthes, trois amaryllis géants, parfois mêlés de « géraniums à grosses feuilles » [Pelargonium zonale]4, une « petite mousse », tous ces végétaux s’enchevêtrent presque les uns avec les autres. Raymonde B. a coutume de repiquer des boutures dans les pots déjà occupés, ce qui finit par produire cette impression de luxuriance au plein cœur de l’été.

12Au pied du balconnet, sur la droite, là où débute le petit sentier qui mène au potager, on trouve des « misères » [Zelrina] de diverses sortes mêlées, un « épifelium » (« je me rappelle le nom parce qu’il y en avait un à l’école », en fait un Epiphyllum), des « trèfles » encore, diverses sortes de campanules et de Phlox, une ancolie prélevée dans les bois, de la corbeille d’argent. Le potager comprend les légumes essentiels : différentes variétés de salades, des carottes, des poireaux, des tomates. Marquant le début des raies irrégulières de légumes, des piquets supportent le fil où la lessive est étendue, presque en bordure de route. Dans le fond de la partie potagère, voisinent le dahlia chamarré rouge et blanc donné par la voisine, un lilas, un cerisier, un jeune pêcher qui « a poussé tout seul ». Raymonde B. accorde beaucoup d’attention à son petit massif d’œillets qui provient du jardin de sa mère. Sur le bord du chemin, céleri « éternel », fines herbes, persil semblent guider les pas vers la maison.

13Accolé à la maison, près de la route « du bas », un large massif comprend toutes sortes de plantes. Parmi les printanières, on notera la présence de pivoines roses et blanches, d’iris, d’arums, de violettes et de campanules ; parmi les estivales, on citera les deux althéas rose et violet, les « rosiers de France » (variété de rosiers modernes non identifiée), les topinambours, plusieurs pieds de « cette petite fleur jaune si mignonnette ramenée des bords de la rivière » (onagre bisannuelle), dahlias et œillets blancs encore. Avec la place occupée par les plantes dans le petit jardin de Raymonde B., il ne reste que peu d’espace pour « l’herbe », la pelouse naturelle au milieu de laquelle trône un gros pot de géranium. Sur la bordure sud, faisant la limite avec le potager du voisin, des plantes en pleine terre, « jonc de mer » (?), lilas, canna, « mon rhododendron », « mimosa sauvage », « fleurs de Pâques » (?), puis le long de la route, après le tas de terre qui provient des remblais de la maison, lupins, « pivoinier » (pivoine en arbre), roses trémières et rosier.

14Pour Raymonde B., « mon petit jardin », c’est l’espace qui lui est réservé, un jardin mixte, son mari s’occupant des deux potagers situés à distance de la maison. Les légumes de Raymonde B. ne représentent pratiquement rien, en quantité, par rapport à la production des autres jardins, mais ils marquent l’impossibilité de concevoir un jardin sans légumes et signalent sans ambiguïté la proximité de la cuisine. Car la jardinière, tout autant cuisinière, tient à « avoir ses propres légumes sous la main ».

Le jardin de Suzanne T

15J’ai repéré le jardin de Suzanne T. à Ginouillac à l’occasion d’une de mes participations au jury départemental du concours des villages et maisons fleuris en 1994. Si ce jardin n’a pas emporté l’enthousiasme des membres du jury (voir infra), son organisation, comme les plantes qui y étaient présentes, m’ont semblé exemplaires du jardin paysan.

16Située non loin de Gourdon, à l’extrême ouest des causses du Quercy, dans la commune de Ginouillac, au lieu-dit Monet, la maison de plain-pied, construite dans les années 1850, se prolonge par un jardinet. Ce type d’habitat, en nombre sur le territoire caussenard, est généralement lié à une agriculture relativement modeste, consacrée à l’élevage ovin et à la culture de fourrages et céréales en petite quantité pour la nourriture des troupeaux. Bientôt reprise par l’un des deux enfants du couple, l’exploitation vient d’être augmentée d’un nouveau bâtiment d’élevage, en vue de l’agrandissement du troupeau. Une vaste salle, qui occupe la majeure partie de la superficie intérieure de la maison, fait office de cuisine et de salle à manger à la fois. Elle semble en correspondance avec le « devant », espace de quelque cinq cents mètres carrés, réservé aux plantations d’espèces ornementales et potagères.

Jardin de Suzanne T.

17Le terme « jardin » désigne le potager situé à quelques centaines de mètres de la maison ; quant au devant de porte, « le devant », il n’est ni ornemental ni potager. Si les plantes à fleurs y dominent, elles voisinent toutefois avec les jeunes plants de légumes qui seront pour la plupart prochainement installés au « jardin » (poireaux, choux pour les lapins ou salades). Persil, oseille et artichaut, mêlés aux fleurs, restent sur place.

18Les plantes courent tout autour du « devant », surlignant la bordure des petits murets de pierre « montés » par le mari. Un coin de pelouse naturelle constitue le milieu de l’espace, à l’endroit où les arbres, également situés sur les côtés, font ombrage. Une petite table de jardin y est parfois installée, que Suzanne T. dit ne pas beaucoup utiliser. La niche du chien, bricolée à partir d’un demi-bidon de fer, n’héberge plus de pensionnaire mais sert de support à des plantations variées : lierre, canna, hémérocalles, iris.

  • 5 « Ça, c’est des fossiles de dans les chemins, on ramasse les cœurs [fossile en forme de cœur] quan (...)

19Une treille et une marquise couverte d’un film de plastique translucide viennent ombrager le seuil de la maison, tandis qu’un rideau de lanières de toutes les couleurs protège l’entrée de l’intrusion des insectes. Ici, la porte est presque toujours ouverte. Des corbeilles suspendues encadrent l’entrée : « misères » dans des pots en plastique blanc et dans des sabots de bois usagés, « impatientes » et « petites fleurs » dans des topins suspendus à des crémaillères, comme si la porte d’entrée représentait un foyer. Les sabots de Suzanne attendent devant la porte pour une visite à la basse-cour, au jardin ou « aux moutons ». De beaux fossiles, parmi ceux qui se trouvent par ici, ornent le seuil5. D’autres sont installés au milieu des fleurs, sur le muret qui délimite l’espace de la mare aux canards. Sur le rebord de la fenêtre, devant les rideaux fleuris, sont alignés cinq pots de plantes grasses (dont des « choux » et des « queues-de-rat ») et de cactées (« coussin de belle-mère ») entre lesquels quelques tomates poursuivent leur maturation.

  • 6 Il ne s’agit pas du tabac ornemental mais bien de l’espèce cultivée en agriculture, notamment dans (...)
  • 7 La « souillarde » (solharda) est le terme donné à la partie de la pièce principale de la maison, o (...)

20De part et d’autre de la porte, un parterre limité par de gros blocs calcaires surligne le bord de la maison. Outre le persil et quelques pieds de salades, une profusion de fleurs, la plupart vivaces, semblent au cœur de l’été se disputer la place. Certaines plantes sont installées en pleine terre (hellébores, touffe d’œillets nains, « queue-de-renard », « trèfle », avocat – « J’avais jeté le noyau » –, fuchsia, clématite, pommier d’amour). D’autres sont en pots (lauriers blanc et rose, aloès, « géranium ancien », Anthemis, azalées). Ce mélange, plantes en pleine terre, plantes en pots, se retrouve dans l’organisation de l’ensemble du « devant ». Au pied des murs qui le bordent en son entier, un espace est affecté aux plantes de pleine terre. Devant ce parterre, des alignements de pots de diverses origines contiennent pour la plupart des plantes gélives (du côté sud au côté nord : fuchsias, bégonias, « géraniums », Epiphyllum, misère, amaryllis, « marguerites », valérianes, Kalanchoe, yuccas). Sur le mur qui longe la route, des jardinières d’impatientes [Impatiens sultani] alternent avec des potées de « géraniums anciens ». Dans les parterres, on reconnaît : Delphinium, coloquintes, Bergenia [B. crassifolia], « géraniums anciens » (pots enterrés), amarantes queue-de-renard, arum, laurier-tin, roses trémières, choux fourragers, cannas, laurier-sauce, asters, arbre de Judée, fougères, tabacs6, groseilliers, cassis, œillets blancs. Situées vers le fond du jardin, deux énormes pierres, dont la dalle retirée du devant de la « souillarde »7 à l’intérieur de la maison, supportent différents pots de fleurs. L’ensemble est ombragé par un énorme tilleul côté route, par deux frênes et un noyer vers le fond du jardin.

21Côté sud, limités par des grillages, se trouvent les trois espaces de la basse-cour. À l’arrière de la maison, le premier comprend le poulailler et les cages à lapins. Le suivant est ce grand pré où Suzanne T. laisse aller, en alternance, poules et canards. La corde à linge s’y trouve 1998 : 122-123). tendue, un peu à l’abri des regards. Suit le « clos » des canards, avec sa petite mare. Près du robinet utilisé pour les « extérieurs », la vieille baignoire donnée par quelque voisin sert de réserve d’eau. On découvre ces espaces depuis le devant de porte, tandis que, « du temps de la belle-mère », les animaux couraient librement autour de la maison et les fleurs étaient clôturées dans le petit parterre le long de la façade.

Notes

1 L’activité agricole lotoise est faiblement développée par rapport à celle de la région Midi-Pyrénées (40 % de la surface contre 50 %). La polyculture y est toujours dominante mais plus de deux exploitations sur trois ont disparu depuis 1970 tandis que le nombre de celles de plus de 50 hectares a doublé. La baisse de la population agricole s’accompagne d’une augmentation de l’âge des chefs d’exploitation (Encyclopédie Bonneton 2000 : 269-277).

2 Dénomination occitane, propre à cette famille, désignant le hangar où était entreposé le grain.

3 Anciens récipients de terre, servant à la cuisson dans le four à bois. Par extension, on en est venu à qualifier ainsi tout récipient de cuisson. Ici, il s’agit de marmites en fonte anciennement utilisées pour la cuisine sur le feu de bois.

4 Lesdits géraniums sont en fait des Pelargonium, parmi lesquels les Pelargonium lierre (Pelargonium peltatum, dont la fameuse variété « Roi des balcons ») et les Pelargonium zonale. À la manière des jardinières, j’utilise le terme de géranium pour les désigner. Les « géraniums anciens » appartiennent à l’espèce Pelargonium zonale, mais ne font pas partie de ses récentes hybridations. Ainsi, certains d’entre eux, taillés et remisés chaque hiver, peuvent avoir plus de tente ans.

5 « Ça, c’est des fossiles de dans les chemins, on ramasse les cœurs [fossile en forme de cœur] quand on en voit un, les escargots, mon mari me les porte, il sait que je les aime, c’est toutes sortes de formes, celui-là comme un crâne de quelque chose, celui-là un escargot. »

6 Il ne s’agit pas du tabac ornemental mais bien de l’espèce cultivée en agriculture, notamment dans les plaines voisines. Sa qualité décorative explique pourtant sa présence. Groseilliers et cassis sont cultivés pour leurs fruits.

7 La « souillarde » (solharda) est le terme donné à la partie de la pièce principale de la maison, où se déroulent toutes les activités nécessitant l’usage de l’eau. L’architecture en est spéciale (voir Obereiner, 1998 : 122-123).

Table des illustrations

Légende Jardin de Lucienne L.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Légende Le « petit jardin » de Lucienne L.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2677/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Légende Au pied de l’escalier
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2677/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Le « devant de porte » à l’automne
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2677/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende « Le mur », « verdures » et fleurs de cimetière
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2677/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 837k
Légende Jardin de Raymonde B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2677/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Légende Jardin de Suzanne T.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2677/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search