Version classiqueVersion mobile

Traduire entre les langues chinoise et française

 | 
Annie Bergeret Curien

Deuxième partie. Traduire les sciences humaines et sociales

Médecine et langue chinoises anciennes comme passerelle vers une vision globale du corps et de la nature

Meng Tian

Texte intégral

1 Tout d’abord, je voudrais remercier M. Joël Bellassen et Mme Annie Bergeret Curien pour leur invitation à participer à ce colloque. Ce que je vais présenter est toutefois un texte bien plus modeste que ce qu’annonce le titre.

2Il s’agit en effet du témoignage d’une expérience vécue dans le cadre d’une structure associative où la langue chinoise ancienne et médicale est utilisée comme support et outil pédagogiques à l’adresse d’un public essentiellement non sinisant qui désire acquérir les notions de base de la médecine chinoise et plus généralement de la pensée chinoise. C’est un projet atypique, original, improbable et impensable au premier abord, mais qui fonctionne et perdure depuis plus de trente ans. J’essaierai ici d’en dégager quelques traits fondamentaux.

  • 1 Institut de développement des études en énergétique et sinologie.

3J’évoquerai en premier lieu la genèse de cette structure. Tout a commencé au début des années 1980, lorsque des médecins acupuncteurs, avec comme chef de file le Dr Jean-Marc Eyssalet, se sont rendu compte que, s’ils voulaient approfondir leur connaissance de la médecine chinoise, l’accès à la langue chinoise était primordial. Ils ont alors décidé de se réunir régulièrement pour étudier, passionnément et obstinément, des textes médicaux anciens avec le concours de quelques sinologues et amis chinois. Plus tard, l’idée leur est venue de donner un cadre structuré à ces rencontres, et de proposer des cours à un public plus large. Une école dénommée IDEES1 est alors créée : elle ne fait ni passer d’examen ni ne décerne de diplôme, et est ouverte à un public désireux d’acquérir un nouveau regard sur le champ humain (ou l’être humain dans son corps) en passant par l’étude des textes chinois anciens médicaux, sans néanmoins se limiter à eux.

  • 2 École supérieure d’interprètes et de traducteurs.

4Les intervenants sont le Dr Jean-Marc Eyssalet (médecin acupuncteur et sinologue autodidacte ayant acquis une compréhension intime des textes chinois au cours de sa pratique clinique et de sa recherche personnelle), M. Song Shunjing, d’origine taïwanaise, et moi-même qui ai rejoint ce projet à partir des années 1990, lorsque j’étais encore étudiante à l’ESIT2.

5Les cours sont répartis sur un cycle de trois ans ; ils sont donnés sous la forme d’un séminaire, à raison d’environ un week-end par mois sur l’année scolaire.

6Le public est varié ; il vient bien sûr principalement du corps médical (médecins acupuncteurs, psychologues, kinésithérapeutes, infirmières, sages-femmes, assistantes sociales, dentistes), mais il y a aussi des enseignants, des artistes, des chorégraphes, des photographes, des traducteurs, etc.

7Chaque week-end est centré sur un thème. En première année, sont privilégiés des thèmes portant sur les bases de la pensée analogique et de la cosmologie en médecine chinoise comme le yin et le yang, les 4 saisons, les 5 agents ou wuxing ou encore les organes-fonctions. En 2e et 3e année, sont abordés des thèmes touchant au développement du corps et de la personne ainsi qu’aux grands axes de la vie de relation (respiration, nutrition, environnement…), avec une progression qui s’oriente vers une compréhension de la psycho-physiologie, du schéma existentiel de l’être humain. Chaque séance est organisée selon un plan préétabli affiché dans la salle. La progression est très structurée. En fonction du thème proposé, un ensemble de textes issus des grands classiques médicaux est sélectionné, 黃帝内經 (Huangdi Neijin, 素問 Suwen et 靈樞 Lingshu), 難經 (Nanjing), 類經 (Lei Jing), 針灸大成 (Zhenjiu dacheng), etc., mais aussi des ouvrages d’ordre philosophique ou taoïste. Pour certains thèmes spécifiques, il nous arrive aussi de puiser dans des sources poétiques (des extraits de poèmes tirés du 詩經 (Shijing) pour illustrer la notion de yin et yang par exemple) ou des traités esthétiques (lorsque nous travaillons sur les formes de la nature dans le prolongement de la pensée analogique, en faisant une excursion sur l’art paysager chinois). Tous les extraits étudiés durant les cours sont écrits au pinceau en gros caractères et accompagnés de leur transcription phonétique (pinyin), sur papier de riz xuanzhi.

8Voici à présent quelques précisions sur la façon dont nous travaillons sur le texte chinois :

  • affichage mural : les textes sont affichés au mur, recopiés et distribués sous forme de photocopies afin de faciliter la prise de note et le travail personnel à domicile.
  • travail des deux intervenants à tour de rôle : nous procédons d’abord à une lecture à haute voix en chinois des textes affichés en insistant sur les tons de la langue chinoise ; vient ensuite un essai de traduction à vue en français ; et enfin un commentaire par le Dr Eyssalet, à la lumière de son expérience clinique et de ses recherches personnelles, l’intervenant chinois apportant de son côté des précisions linguistiques ou culturelles. Pour finir, nous réservons un temps d’échange avec la salle, en lien avec le texte étudié.

9Pourquoi accordons-nous une telle importance à la langue chinoise ancienne, au point de la placer au centre de cette investigation ? C’est parce que les textes sélectionnés sont souvent le fruit d’une observation minutieuse du terrain humain, dont les correspondances et les résonances avec la nature sont mises en relief à l’aide d’images d’essence poétique. Cet aspect emblématique et poétique du langage mérite d’être souligné. Il permet en effet d’accéder au plan de représentation pour faire ensuite un retour sur soi. Pour cela, il est important d’arriver à rendre la part poétique de ces textes. Si toute traduction doit préserver le parfum de la langue originale, cela est aussi vrai pour les textes médicaux chinois. Les textes sont eux-mêmes porteurs d’une indication intuitive de l’exploration clinique, c’est-à-dire susceptibles d’aider les praticiens à développer leur propre perception dans leur travail. « Le mode emblématique » de la pensée chinoise invite à une priorité de l’expression qualitative des phénomènes, d’où l’importance de l’écoute sensorielle et de l’investigation clinique dans cette médecine. Pour illustrer leurs propos, certains auteurs de ces textes médicaux emploient des figures métaphoriques. Par exemple, le texte sur la prise de pouls, chapitre 18 du Suwen : 平脾脈來, 和柔相離,如雞踐地 (Le pouls de la rate en bonne santé arrive harmonieux, souple et scandé, comme la démarche d’une poule), 平心脈來, 累累如連珠, 如循瑯玕 (Le pouls du cœur en bonne santé arrive en succession régulière comme des perles reliées, ou comme des pierres précieuses qui roulent).

10Il nous semble que l’accès à ces textes permet aux praticiens de mieux cerner la partie intuitive qui sous-tend leur travail, les images métaphoriques contribuant à une compréhension intime des phénomènes.

11C’est pour cette raison que dans la démarche d’IDEES, la langue chinoise et l’étude des textes se travaillent de concert, non pas pour faire une diversion exotique ou un étalage d’érudition, mais parce que la langue elle-même en constitue l’indispensable instrument.

12Venons-en à la particularité de la traduction à vue du texte chinois affiché au tableau. Nous effectuons tout d’abord une traduction volontairement proche du texte afin de faire sentir le rythme, les idiomes et le style du texte original. Ce travail est précédé, avant la séance, de longues préparations et documentations. Outre une réflexion sur le choix des textes à proposer en cours, nous faisons une étude comparée des traductions existantes, notons les différences et proposons la traduction qui selon nous est la plus proche du texte. Il nous arrive aussi de soumettre plusieurs versions possibles de traduction aux auditeurs. Au cours du commentaire qui suit la traduction, nous analysons certains termes clés présents dans le texte : décomposition des caractères clés, analyse étymologique ayant un fort pouvoir évocateur et que l’on ne peut rendre par une seule traduction ou équivalent en français.

13Ce travail de traduction à vue est pour nous singulier, il existe des moments où l’intervenant doit « se glisser dans la peau d’un interprète », en produisant une « induction », en « faisant corps avec » le texte pour mobiliser le public afin d’aiguiser son écoute.

14Par ailleurs, afin de sensibiliser les participants à l’aspect poétique et rythmique des textes, nous insistons également, quand cela est possible, sur les aspects suivants : rythmes, mélodie, sonorité, rôle des mots vides dans la respiration des phrases. Nous sommes souvent surpris de voir que le public joue entièrement le jeu : non seulement il prête une très grande écoute à cet aspect des choses, mais il nous demande parfois de relire le texte en entier, juste le chinois, pas la traduction, pour mieux entendre la mélodie du chinois ? », montrant une totale adhésion à la démarche proposée.

15 Nous accordons, en outre, beaucoup d’importance à l’échange avec le public, qui est, on l’a vu, issu de champs de pratiques différents ; nous invitons les participants à témoigner de leur vécu à la lumière des textes proposés. De même, nous tentons d’offrir un regard croisé avec le champ occidental et la recherche moderne, en établissant éventuellement des ponts et en mettant en relief des complémentarités.

  • 3 Diplôme universitaire.

16Aux dires des personnes qui suivent le séminaire, les bénéfices qu’elles peuvent en tirer sont multiples. Elles mentionnent notamment une meilleure compréhension de leur propre terrain ainsi que de celui du patient. Quant aux médecins qui interviennent dans les formations de DU3 « Capacités d’acupuncture » dans les facultés de Bobigny, Bordeaux, Lille et Nantes, ils indiquent que ces cours leur fournissent un éclairage et une inspiration dans leur propre enseignement, et leur permettent aussi parfois d’éviter des malentendus ou des écueils.

17En conclusion, je dirais que j’ai pu, moi aussi, tirer un grand bénéfice de cette expérience, qui m’apporte une nourriture extrêmement fine et subtile, qui elle-même enrichit à la fois mon exercice de traductrice et mon enseignement dans le cadre de l’ESIT au sein du groupe chinois. En dernier lieu, je voudrais rendre hommage aux sinologues et traducteurs dont les travaux constituent les outils de références par excellence dans le cadre de notre investigation.

Notes

1 Institut de développement des études en énergétique et sinologie.

2 École supérieure d’interprètes et de traducteurs.

3 Diplôme universitaire.

Auteur

ESIT, Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search