Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

I. Jardins paysans

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 « Es pas flor », dit une jardinière de son mari, « ma mère, ah non ! Jamais elle a aimé les fleurs (...)

1S’ils n’en ont pas toujours le titre du point de vue de ceux qui les cultivent, les « jardins paysans » ont en commun une gamme de végétaux, des manières de faire, des façons d’organiser l’espace. Ce fleurissement se traduit par un choix d’espèces dont la particularité est d’échapper en grande partie à l’économie de marché pour s’inscrire dans la « socialité primaire1 » et dans la logique de l’autoproduction. Ces jardins sont également exclus de l’ensemble des procédures d’embellissement des villages. Par contre, les « marchandes de fleurs » ont un rôle à jouer au sein de la collectivité.

  • 2 Par distinction avec la « socialité secondaire » qui, par le marché et l’état, « relie des statuts (...)

2« Celles qui aiment les fleurs », « être fleur »2, « être marchande de fleurs », « j’ai toujours aimé les fleurs », floraïre, les expressions ne manquent pas pour désigner cette disposition particulière pour des végétaux installés le plus souvent aux abords de la maison. « Être fleur » c’est témoigner d’un goût jugé naturel, souvent irrépressible, qui va parfois jusqu’à l’identification avec le végétal objet de soin. L’expression emprunte donc un raccourci significatif pour qualifier les relations entre femmes et fleurs. Il est très rare, en milieu agricole, notamment dans le département du Lot, que le goût des fleurs soit masculin. « Marchand de fleurs » ne se dit pas, même s’il est possible, en certaines conditions, qu’un homme puisse s’occuper de ces végétaux. Le goût des fleurs prend toute son ampleur à l’âge de la retraite, lorsque la femme se trouve libérée d’une partie de ses tâches domestiques et agricoles. Ainsi, chaque village compte ses « marchandes de fleurs », et également celles qui n’ont « que quelques fleurs ». Ces jardins féminins sont le fait d’une catégorie de la paysannerie qui présente des critères comparables, pour ce qui est de la définition des exploitations et de l’âge des exploitants

Notes

1 « Es pas flor », dit une jardinière de son mari, « ma mère, ah non ! Jamais elle a aimé les fleurs. Non, non, non, elle était pas fleur, du tout ». Cette expression peut être rapportée à d’autres, avec le même type de construction : par exemple, pour marquer un goût alimentaire : « je suis tisane », ou « je ne suis pas très viande ». Un penchant s’exprime souvent avec l’expression « marchand » (la jardinière est « marchande de fleurs », l’enfant gourmand est « marchand de bonbons », l’adolescente coquette « marchande d’habits », etc.).

2 Par distinction avec la « socialité secondaire » qui, par le marché et l’état, « relie des statuts et des rôles plus ou moins définis institutionnellement », « la socialité primaire représente le lieu réel, symbolique ou imaginaire dans lequel les personnes entrent en interaction directe » (Godbout 1992 : 25 ; 197).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search