Version classiqueVersion mobile

Traduire entre les langues chinoise et française

 | 
Annie Bergeret Curien

Deuxième partie. Traduire les sciences humaines et sociales

La traduction de Bourdieu en chinois : les difficultés et leur résolution

Liu Hui

Texte intégral

1 Le phénomène Bourdieu surgit à l’intérieur du monde académique chinois en 1996, quand paraît la première version chinoise d’une brochure de Pierre Bourdieu, intitulée Libre-Échange. Entretien avec Hans Haacke. Dès lors ont suivi une dizaine d’autres traductions de ses œuvres, et j’ai moi-même commencé la traduction de Pierre Bourdieu en 1997. Pour moi, chercheuse débutante, c’est un auteur à la fois difficile et stimulant, et j’ai jusqu’à présent traduit cinq de ses ouvrages : Les règles de l’art, La domination masculine, Les méditations pascaliennes, La distinction, esquisse pour une auto-analyse. J’ai rencontré nombre de difficultés qui m’ont beaucoup enrichie, et je voudrais proposer ici quelques solutions qui, si elles ne sont pas définitives, ne manquent pas d’intérêt dans le long processus qu’est la traduction. Nous aborderons aussi, plus généralement, la façon dont sont perçus les livres de Bourdieu en Chine.

L’idée du traducteur

2Les traductions mentionnées ci-dessus, même si elles sont déjà nombreuses, représentent pourtant moins de la moitié de l’œuvre complète de Bourdieu. Cette relative lenteur de la traduction est due pour partie à son écriture difficile à comprendre et à transposer qui décourage pas mal de traducteurs. Mais le titan de sociologie mérite qu’on fasse autant d’efforts. Pour un auteur qui organise l’argumentation rigoureuse de son exposé, le traducteur doit tenir compte de l’intention de l’auteur et de sa conception de traduction. Bourdieu a parlé de la traduction lors une rencontre avec Gu Liang (顾良), historien chinois, et selon lui, la traduction ressemble un peu à l’enquête de cas en sociologie : le traducteur et l’auteur se trouvent dans une relation d’interaction comme celle qui existe entre l’enquêteur et l’enquêté. Le traducteur doit communiquer avec l’auteur pour qu’ils puissent s’entendre et s’accorder, c’est ce que Bourdieu nomme la communication non violente. Il est également utile, sinon indispensable, pour le traducteur, de lire tous les textes ou, du moins, tous les ouvrages principaux de l’auteur concerné pour s’imprégner de sa pensée.

  • 1 Voir Luo Shunjiang, Ma Yanhua 罗顺江、马彦华, « fahan fanyi lilun yu shijian 法 汉翻译理论与实践 » [la traduction f (...)
  • 2 Umberto Eco, Dire presque la même chose, Expériences de traduction, trad. par Myriem Bouzaher, Libr (...)

3D’après Eugene A. Nida, « [l]a traduction consiste à produire dans la langue d’arrivée l’équivalent naturel le plus proche du message de la langue de départ, d’abord quant à la signification, puis quant au style1 ». Selon Umberto Eco, la réversibilité permet de vérifier la fidélité d’une traduction2. Mais l’équivalent absolu n’est pas possible, la traduction fidèle est illusoire. Cela ne signifie pas que le traducteur peut recréer librement le texte dans la langue d’arrivée sous prétexte de l’impossible fidélité. On doit admettre qu’il y a un rapport de forces culturel entre l’auteur et le traducteur. La traduction, c’est d’abord le rapport à l’autre. Je parle au nom d’un autre. Mais je ne suis pas l’autre. C’est avec mes yeux que je lis l’autre. Le rôle et l’intention du traducteur, ainsi que la pression socio-culturelle de son environnement, peuvent affecter sa stratégie.

4De mon point de vue, l’auteur laisse une marge de liberté très limitée au traducteur, mais, en même temps, on ne peut pas nier la subjectivité (le style et les préférences) de ce dernier ; d’une part, le traducteur doit s’effacer devant l’auteur et renoncer à lui-même ; d’autre part, il se fait son interprète. En tant qu’intermédiaire entre deux cultures, le traducteur vise à transmettre le message de l’auteur et à le faire comprendre au lecteur. Un traducteur idéal doit faire en sorte que le lecteur de la langue d’arrivée éprouve et accepte l’exotisme ou l’étrangeté du texte original.

5Mais une position de juste milieu est intenable. Dans ma pratique, je m’oriente davantage vers le texte original que vers la langue d’arrivée. Il faut, à mon sens, montrer l’étrangeté telle quelle dans la culture d’accueil. Je me demande pourquoi on traduit, si ce n’est pour combler le manque, assimiler la particularité et élargir notre horizon. La traduction doit résister à l’idéologie dominante ethnocentrique de la culture d’accueil et contribuer à son innovation. L’importation des réflexions et des expressions nouvelles peut enrichir notre mode de pensée pour nous rendre moins étroits et plus universels. C’est animée par cette conviction que j’entreprends la traduction de Bourdieu.

L’enjeu de la traduction

6La compréhension est la première étape de la traduction du texte original. Je m’engage donc dans une recherche sur Bourdieu, ce qui m’éclaire sur la logique de ses œuvres, le mouvement et l’évolution de ses conceptions.

  • 3 Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 2002, p. 37.
  • 4 Ibid., p. 38.

7Ensuite vient la formulation en chinois, qui constitue l’enjeu même de la traduction. Bourdieu invente un nouveau style pour construire sa pensée sociologique. Il livre plusieurs éléments de contenu dans une seule phrase. Il aime employer un jargon difficile et une syntaxe complexe, puisque pour lui, un langage spécifique est nécessaire pour être précis et briser les « automatismes de la pensée ». Mais il rappelle, dans son ouvrage Questions de sociologie, que « ce n’est pas créer artificiellement une différence distinguée qui met à distance le profane ; c’est rompre avec la philosophie sociale qui est inscrite dans le discours spontané. Mettre un mot pour un autre, c’est souvent opérer un changement épistémologique (qui risque d’ailleurs de passer inaperçu)3 ». Selon lui, l’usage rigoureux et contrôlé du langage ne conduit pas nécessairement à la clarté. Surtout, Bourdieu veut rompre avec ce qu’il appelle l’essayisme français à la Bergson ou à la Bataille. Il oppose la recherche littéraire à la recherche de la rigueur, qui « conduit toujours à sacrifier la belle formule qui doit sa force et sa clarté au fait qu’elle simplifie ou falsifie, à une expression plus ingrate, plus lourde mais plus exacte, plus contrôlée4 ». La difficulté du style vient souvent des nuances, des corrections et des mises en garde de l’auteur.

8Voici une phrase typiquement bourdieusienne :

  • 5 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art, Paris, Éditions du Seuil, 1998, p. 319-320.

Étant encouragée par l’autorité et les routines de l’institution scolaire auxquelles elle est parfaitement ajustée, la « philosophie » de la lecture qui est inhérente à la pratique du lector n’a pas besoin de se constituer en corps de doctrine et, sauf à quelques rares exceptions (comme le New criticism dans la tradition américaine ou l’« herméneutique » dans la tradition allemande), elle reste le plus souvent à l’état implicite et se perpétue souterrainement au-delà (et au travers) des rénovations apparentes de la liturgie académique telles que les lectures « structurales » ou « déconstructionnistes » de textes traités comme parfaitement autosuffisants ; mais elle peut aussi s’appuyer sur le commentaire des canons de la lecture « pure » qui se sont exprimés, au sein même du champ littéraire, par exemple chez T. S. Eliot de The sacred Wood (qui décrit l’œuvre littéraire comme « autotélique ») ou chez les écrivains de la NRF et tout spécialement Paul Valéry, ou en encore sur une molle combinaison éclectique de discours sur l’art en provenance de Kant, de Roman Imgarten, des formalistes russes et des structuralistes de l’École de Prague, comme dans la Theory of Literature de René Wellek et Austin Warren, qui prétendent dégager l’essence du langage littéraire (connotatif, expressif, etc.) et définir les conditions nécessaires de l’expérience esthétique5.

  • 6 Traduction de cet ouvrage par Liu Hui, Éditions Zhongyang bianyi chubanshe, 2011, p. 165 (modifiée) (...)

阅读的“哲学”受到它完全与之相符的学校教育制度的权威和陈规的鼓励, 它是 读者的实践固有的, 并不需要变成理论汇编, 除了几个罕见的例外(比如美国 传统中的新批评和德国传统中的“诠释学”), 它常常处于不言明的状态并暗中 流传, 超然于(并经过)学院礼拜仪式的表面革新, 诸如把文本看作完全自足 的“结构的”或“结构主义的”阅读 ; 但它同样能依赖对“纯粹”阅读的典律的评 论, 这些典律在文学场内部, 在比如(将文学作品描述为“自我终结的”)《圣林 集》 作者 T.S. 艾略特或《新法兰西杂志 》的作家, 特别是保尔· 瓦雷里那里 得到了表达, 或者它还能依赖源自康德、罗曼 ·英伽登、 俄国形式主义者和布 拉格学派的结构主义者的若干艺术话语的一种折中的虚弱组合, 如同在勒内· 韦勒克和奥斯汀· 沃伦的《文学理论 》中那样, 两个人宣称从(内涵的、表现的 等)文学语言中抽出了本质并确定了美学经验的必要条件.6

9On peut le voir, le traducteur se trouve dans une situation très difficile dans le cas de Bourdieu, dont le texte lui lance un défi par ses difficultés de compréhension et de transposition. Comment le traducteur peut-il reproduire les équivalences sémantiques et syntaxiques et transmettre la difficulté spécifique du style ? Il est impossible de garder la syntaxe intacte du fait de la différence entre les deux langues. Le traducteur ne peut donc que créer des effets comparables. Si on peut rapprocher le style de Bourdieu de celui du compositeur autrichien Bruckner, lourd, complexe, ambigu, métaphysique, on ne peut pas le transcrire sur le mode léger, limpide, clair, gai de Bizet. C’est dire que le traducteur n’a pas le droit de simplifier ou de réduire un auteur pour complaire à une naturalisation fluide. Il lui faut respecter la logique du texte original, l’effet qu’il produit, sa force, son intensité, son rythme, sa profondeur et sa saveur.

10Si on est obligé de couper une longue phrase, de changer sa structure et de recomposer ses éléments pour faciliter la compréhension, comme dans la phrase ci-dessus, la force et la logique en seront affectées. En tout cas, l’énergie de l’écriture (文气) originale sera altérée. Mais le traducteur peut tout de même compenser cette perte du texte de départ grâce à une stratégie de recomposition. Il peut saisir les nuances des expressions disponibles, choisir celle qui est la plus proche du message original dans sa syntaxe et sa logique. Afin d’éviter un émiettement ou des non-sens, l’essentiel à mes yeux consiste à maintenir une relative densité, plutôt que de couper une longue phrase en petits morceaux, se rapprochant ainsi du style des Propos du philosophe Alain.

11Si on peut déchiffrer facilement la proposition principale et la proposition subordonnée dans une phrase complexe, sans compromettre le rythme de la lecture, on peut suivre le souffle et l’ordre de la phrase originale et la transcrire d’une haleine. Un exemple, tiré d’Esquisse pour une auto-analyse :

  • 7 Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Éditions Raisons d’agir, 2004, p. 53.

Et il n’est pas de philosophe, d’écrivain ou même de journaliste qui, si minuscule soit-il, ne se sente autorisé à faire la leçon au sociologue, surtout, évidemment, s’il s’agit d’art ou de littérature, et en droit d’ignorer les acquis les plus élémentaires de la sociologie, même lorsqu’il s’agit de parler du monde social, et qui ne soit profondément convaincu que, quel que soit le problème, il faut « aller au-delà de la sociologie » ou « dépasser l’explication purement sociologique », et qu’un tel dépassement est à la portée du premier venu7.

  • 8 Esquisse pour une auto-analyse, traduit par Liu Hui, Éditions Zhongguo renmin daxue, 2012, p. 43-44 (...)

哲学家, 作家甚或记者, 无论多么微不足道, 无不感到自己有理由教训社会 学家, 显然尤其涉及艺术或文学时, 无不感到自己有权无视社会学的最基本 成果, 哪怕就是谈论社会世界时, 而且他们无不深信, 无论问题是什么, 都应 该“超越社会学”或“超越纯粹社会学的解释”, 而且这样一种超越是任何人 都能理解的。8

12L’ambiguïté du texte original est quelquefois littéralement traduite dans les notes ou par des commentaires du traducteur, car l’épaisseur et l’opacité de l’écriture constituent la représentation du monde social selon Bourdieu. Sans doute tout cela peut-il produire une étrangeté dans le texte d’arrivée ou même un « langage spécial de traduction » selon l’expression de Walter Benjamin. Mais un lecteur averti qui veut aller vers l’auteur et l’altérité peut absorber la force de l’autre et s’en nourrir.

13Par ailleurs, le processus de conversion d’une langue en une autre est aussi une lutte, parce que le traducteur n’est pas toujours en accord avec le lecteur ou même l’éditeur. Tous les lecteurs chinois ne s’adaptent pas à l’importation de l’étrangeté dans leur propre culture. La pensée bourdieusienne, qui fait valoir la logique et le raisonnement, et sa formulation particulière en chinois risquent de les fatiguer, voire de les frustrer, car cela n’est pas conforme à leurs habitudes de lecture. Ils détestent l’obscurité, l’abstraction et leur préfèrent la clarté, la simplicité. Les phrases courtes et simples leur sont plus accessibles, parce qu’ils se sont vu interdire dès la prime enfance d’écrire de longues phrases soi-disant occidentalisées. Bien que je n’assimile pas une bonne traduction à une naturalisation fluide, je ne peux pas ignorer l’attente et l’expérience des lecteurs chinois, puisque l’acte de traduire leur est destiné. Le plus difficile pour moi est de trouver un certain équilibre entre la naturalisation et l’étrangeté. De toute façon, je pense qu’un texte qui ne crée pas certains obstacles à la lecture ne se mérite pas. Comme le dit Bourdieu dans son Esquisse pour une auto-analyse, « Les choses belles sont difficiles ». En même temps, il ne faut pas négliger le rôle de l’éditeur dans le processus que connaît la traduction. Le souci de l’éditeur de ne pas s’aliéner le public en vue d’intérêts économiques le pousse parfois à manipuler la traduction. Il peut intervenir dans le texte du traducteur au niveau de la technique ou du style, en l’embellissant ou le rendant plus attrayant au détriment du texte original, son but étant de chercher à vendre. Cette tendance est d’autant plus évidente que la publication chinoise vise de plus en plus l’impact commercial. Pour imposer ma conception de la traduction, je dois lutter contre le secrétaire d’édition qui veut se débarrasser des éléments difficiles à traiter pour rendre le texte d’arrivée plus fluide, ou encore contre l’éditeur qui veut changer le titre pour le rendre plus séduisant en chinois. Un exemple : le titre Esquisse pour une auto-analyse, que j’ai traduit par 自我分析纲要, alors que l’éditeur voulait 自我剖析. Il souhaitait supprimer « l’esquisse » qu’il trouvait banal et fade, 分析 lui semblait vulgaire, et enfin 剖析 était à son avis plus vivant et plus susceptible d’attirer les lecteurs. Mais j’ai refusé ce changement de titre, en arguant que Bourdieu se prend lui-même comme objet et se soumet à l’exercice de la réflexivité, qu’il a constitué comme un préalable nécessaire à sa recherche scientifique ; de plus, en chinois 分析 est plus scientifique que 剖析, qui évoque une dimension psychologique et sentimentale totalement étrangère à la sociologie bourdieusienne. C’est par ce genre de confrontation que je comprends mieux la théorie de Bourdieu et sa distance avec l’essayisme français. La traduction contribue ainsi au travail de recherche. Je me réjouis de l’interaction entre la traduction et la recherche. La traduction n’est alors plus une ascèse.

14Par ailleurs mon travail ne pourrait se faire sans le soutien de sociologues français (Frank Poupeau, Monique de Saint-Martin) et de collègues francophones, qui m’ont aidée à comprendre le contexte dans lequel est née la théorie bourdieusienne ou à analyser une syntaxe difficile du texte. Je consulte aussi les versions chinoises des autres ouvrages de Bourdieu. Je constate qu’il existe des divergences dans les traductions des concepts de l’auteur. Par exemple, « l’habitus » peut être traduit par a. 生存心态, b. 惯习, c. 习 性 ; « le champ » par a. 场域, b. 场 ; « symbolique » par a. 象征的, b. 符号的 ; « les dispositions » par a. 配置, b. 禀性, c. 性情倾向 ; « la doxa » par a. 信念, b. 定见 ; « la distinction » par a. 区隔, b. 区分 ; « le sens pratique » par a. 实践感, b. 实践意 识. Chaque traducteur a sa compréhension et son interprétation de Bourdieu. Mais comme les recherches sur Bourdieu s’approfondissent en Chine, on peut imaginer que la traduction des concepts va peut-être être unifiée et normalisée. C’est un long chemin à parcourir.

La réception

15La façon dont est perçu Bourdieu en Chine dépend du niveau d’éducation et de compréhension des lecteurs. En général, les enseignants et les chercheurs travaillent sur Bourdieu à l’aide des versions chinoises de ses ouvrages. Il y a sur la toile un groupe de lecteurs qui s’appelle « La République de l’Esprit de Bourdieu ». Attentifs à la publication des versions chinoises des ouvrages de Bourdieu, ils en discutent les concepts, échangent leurs expériences de lecture, posent des questions sur l’œuvre ou même sur la personnalité de ce penseur. Contrairement à certains éditeurs et lecteurs, une partie d’entre eux accepte la notion d’étrangeté et de réversibilité, et considère une traduction trop fluide comme quelque peu suspecte, le traducteur étant susceptible d’atténuer la spécificité du texte original. D’autres affirment qu’ils ne comprennent pas très bien Bourdieu, mais cela ne les empêche pas de le prendre comme référence. Les malentendus et les déformations ne sont pas rares dans la réception de sa théorie. Considéré comme un maître à penser majeur, Bourdieu est un auteur particulièrement cité par les étudiants préparant des mémoires et des thèses, ainsi que par les chercheurs qui rédigent des monographies. La plupart se contentent de prendre quelques concepts ou formules pour les incruster dans leurs textes afin de produire des effets de décoration. Malgré tout, les intellectuels chinois trouvent dans la sociologie de Bourdieu des instruments épistémologiques qui leur permettent de réfléchir à la relation entre culture populaire et culture classique, à la relation entre littérature et politique, au rôle des intellectuels, à l’expérience esthétique, à l’économie de consommation, à la mondialisation, autant de problèmes qui émergent dans la Chine contemporaine. L’œuvre de Bourdieu contribue à offrir au chercheur un univers de références théoriques et méthodologiques. Ce qui est précieux, c’est que Bourdieu nous apporte non seulement des pensées, mais aussi des outils. Ces outils conceptuels peuvent s’ajuster aux spécificités du problème étudié. En un mot, Bourdieu nous offre les moyens intellectuels de transformer le regard que nous portons sur le monde social ainsi que sur nous-mêmes. Il nous revient de perfectionner notre travail et notre réflexion.

Notes

1 Voir Luo Shunjiang, Ma Yanhua 罗顺江、马彦华, « fahan fanyi lilun yu shijian 法 汉翻译理论与实践 » [la traduction franco-chinoise : théorie et pratique],Éditions Waiyu jiaoxue yu yanjiu chubanshe 外语教学与研究出版社, 2004,p. 25.

2 Umberto Eco, Dire presque la même chose, Expériences de traduction, trad. par Myriem Bouzaher, Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche », 2006 [2003].

3 Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 2002, p. 37.

4 Ibid., p. 38.

5 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art, Paris, Éditions du Seuil, 1998, p. 319-320.

6 Traduction de cet ouvrage par Liu Hui, Éditions Zhongyang bianyi chubanshe, 2011, p. 165 (modifiée) : Piaier Buerdie, « yishu de faze » 皮埃尔·布尔迪厄《艺术的法则》, 刘晖译, 中央编译出版社, 2011年, 第165页.

7 Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Éditions Raisons d’agir, 2004, p. 53.

8 Esquisse pour une auto-analyse, traduit par Liu Hui, Éditions Zhongguo renmin daxue, 2012, p. 43-44 : Piaier Buerdie, « ziwo fenxi gangyao » 皮埃尔·布尔迪厄《自我 分析刚要》, 刘晖译, 中国人民大学出版社, 2012 年, 第 p. 43-44 页。

Auteur

Académie des Sciences sociales, Pékin

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search