Version classiqueVersion mobile

Traduire entre les langues chinoise et française

 | 
Annie Bergeret Curien

Deuxième partie. Traduire les sciences humaines et sociales

Traduire la dualité corps-esprit de you 游/遊 discernée dans les langages artistiques

Véronique Alexandre Journeau

Texte intégral

1 Comme pour qi 氣, souffle-esprit et souffle-énergie ou xin 心, cœur-esprit et cœur-corps, traduire you 游/遊, c’est prendre le risque d’être à la fois approximatif et restrictif, en particulier dans les langages artistiques où la dualité corps-esprit est manifeste. Si « voyage en errance » me paraît l’expression la plus appropriée pour dire que, en rêve ou en réalité, on s’aventure au-delà, librement mais sans but, au gré des phénomènes, le mot juste n’existe pas. Or celui-ci serait bien nécessaire quand le chinois est déjà plus concis que le français et que le texte n’est qu’une des composantes d’une œuvre, en interaction avec d’autres composantes ayant leurs rythmes, leurs espaces propres. Le but de cette communication est de contribuer à la réflexion sur la pertinence des choix de traduction à partir de quelques exemples où le choix est contraint : par la nécessaire correspondance entre le texte et la musique dans la poésie chantée, par la nécessaire brièveté d’une indication technique en musique, par l’espace délimité d’un poème apposé sur une peinture.

I -you 游/遊 est d’abord un terme de poète

  • 1 Les références bibliographiques des versions utilisées dans cet article sont : 林家 骊 [Lin Jiali], 楚辞 (...)
  • 2 « Problématique de traduction et connotation en philosophie de l’art : alternance entre univocité e (...)
  • 3 Qu Yuan, Élégies de Chu, op. cit. Certains termes dans cet ouvrage sont d’emploi très rare en franç (...)

2Le terme you 游/遊 est très présent dans les Chucí 楚辞 (Élégies de Chu), texte poétique de l’Antiquité (attribué à Qu Yuan 屈原, 340 ?-278 ? avant notre ère)1, plus que dans tout autre texte de l’Antiquité : 50 fois réparti dans 31 textes dont deux titres (yuan you 远遊), à savoir 6 fois dans le Lisao 離騷, 4 fois dans Jiuge 九歌 (1 dans 雲中君, 1 dans 少司命 et 2 dans 河伯), 2 fois dans Tianwen 天问, 2 fois dans Jiuzhang 九章 (涉江 et 惜往日), 5 fois dont le titre dans Yuanyou 远游, 1 fois dans Buju卜 居, 1 fois dans Yufu 漁父, 3 fois dans Jiubian 九辩, 2 fois dans Dazhao 大招, 1 fois dans Zhaoyin shi 招隐士, 2 fois dans Qijian 七谏 (自悲 et 謬谏), 1 fois dans Aishiming 哀時命, 5 fois dans Jiuhuai 九懷 (1 dans 匡机, 2 dans 通路, 1 dans 危俊 et 1 dans 思忠), 10 fois dans Jiutan 九 嘆 (3 dans 離世, 1 dans 遠逝, 1 dans 惜贤, 1 dans 憂苦, 1 dans 思古, 3 dont le titre dans 远游), 5 fois dans Jiusi 九思 (逢尤, 疾世, 遭厄, 伤时 et 守志). Comme dans un article précédent discutant des possibilités de traduction de zhi 志 et shen2, nous prendrons en considération la traduction de Rémi Mathieu pour sa qualité poétique et son inventivité terminologique3. L’observation de la fréquence de certains termes contribue à préciser le sens mais il reste quelques expressions qui le contournent.

3L’idée de marche sur terre (errer) ou sur l’eau (voguer) est présente (avec, dans leur sillage, « errance(s) » et « nager »), compte tenu des clés de la marche et de l’eau dans le caractère, ce qui en fait des traductions naturelles mais celles-ci sont sans corrélation visible avec ces clés et la traduction par errer ou errance est la plus fréquente (douze fois) :

4Dans le Lisao 離騷

  • 4 Lin Jiali p. 22 (abrégé ensuite en LJ) et Rémi Mathieu p. 54 (abrégé ensuite en RM).
  • 5 LJ p. 22 et RM p. 54.

溘吾遊此春宮兮, 折琼枝以继佩。
J’erre alors au palais vernal, de tige en jaspe je fais pendant4.
日康娱以淫游。
Plaisirs des jours, longues errances5.

5Dans Jiuzhang 九章 • 涉江

  • 6 LJ p. 115 et RM p. 119.

吾与重华游兮瑤之圃。
J’erre avec Double Éclat au Jardin d’émeraude6.

  • 7 LJ p. 149 et RM p. 132.

• 惜往日
报大德之优游。
Rétribuant sa vertu, pour qu’il errât en paix7.

  • 8 LJ p. 166 et RM p. 143.

6Dans Yuanyou 远游/Errances lointaines.8

  • 9 LJ p. 175 et RM p. 148.

涉青云以汎滥遊兮
Guéant les nuées noires, j’erre dans l’inconstant.9

  • 10 LJ p. 167 et RM p. 143.

悲时俗之迫阨兮, 愿轻举而远游。
Affligé des périls dus au siècle vulgaire, je me veux élever aux errances lointaines10,

  • 11 LJ p. 171 et RM p. 145.

顺凯风以从游兮。
Suivant le vent d’autan, errant en son sillage11,

7Dans Yufu 漁父

  • 12 LJ p. 187 et RM p. 157.

屈原既放, 游于江潭,
Déjà Qu Yuan était exilé. Il errait sur la lèvre du fleuve12,

8Dans Jiubian 九辩

  • 13 LJ p. 198 et RM p. 166.

愿自往而径游兮, 路壅绝而不通。
J’aspirais à partir, à errer en chemin ; mais sa route est fermée, il m’est inaccessible13.

9Dans九嘆 Jiutan • 離世

  • 14 LJ p. 331 et RM p. 253.

思彭咸之水游。
Je veux avec Peng Xian errer parmi les eaux14.

  • 15 LJ p. 360 et RM p. 266.

• 思古
聊浮游于山陿兮。
Je veux errer un temps sur les étroites pentes15,

10Dans le Lisao 離騷

  • 16 LJ p. 24 et RM p. 55.

欲远集而无所至兮, 聊浮遊以逍遥。
En vain cherche un gite lointain ; je flotte et vogue, libre comme l’air16

  • 17 LJ p. 26 et RM p. 58.

和调度以自娛兮, 聊浮遊而求女。
Je veux m’éjouir d’harmonie, flotter, voguer, chercher ma mie17.

11Dans Jiutan 九嘆 • 远游

  • 18 LJ p. 368 et RM p. 270.

驰风骋雨游无穷兮。
Fais gibouler la pluie, vogue en l’illimité18 !

12Dans Aishiming 哀時命

  • 19 LJ p. 291 et RM p. 231.

不如下游乎清波。
Et qu’il vaut mieux nager profond dans l’onde limpide !19

13Dans Jiuhuai 九懷 • 通路

  • 20 LJ p. 298 et RM p. 236.

鯨鱏兮幽潜, 从虾兮游陼。
Baleine et esturgeon se cachent dans les fonds, tandis que la grenouille nage en l’îlot [du prince]20.

Comme variante du terme générique, le terme « randonner » apparaît peu :

14Dans Qijian 七谏• 自悲

  • 21 LJ p. 270 et RM p. 217.

乘回风而远遊。
Chevauchant un vortex pour randonner au loin21,

15Dans Jiuhuai 九懷 • 危俊

  • 22 LJ p. 301 et RM p. 237.

将去烝兮远游。
Je veux quitter mon prince et au loin randonner22.

En revanche, un autre terme revient souvent (10 fois), c’est « divaguer », associé au poète et donc associant l’esprit au corps :

16Dans Jiuge 九歌• 雲中君

  • 23 LJ p. 42 et RM p. 67.

龙驾兮虎服, 聊翶遊兮周章。
Attelage draconien, impériaux atours, il divague en tous sens, partout traçant des orbes23.

  • 24 LJ p. 62 et RM p. 72.

• 少司命
与女游兮九河, 冲风至兮水扬波。
Avec vous, je divague dans le cours des neuf fleuves ; la bourrasque survient qui fait lever les ondes24.

  • 25 LJ p. 68 et RM p. 74.

• 河伯
与女游兮九河, 冲风起兮橫波。
Avec vous je divague tout au long des neuf fleuves ; la bourrasque se lève qui déchaîne les ondes25.

  • 26 LJ p. 69 et RM p. 74.

与女游兮河之渚。
Avec vous je divague jusqu’aux îles du fleuve26.

17Dans Tianwen 天问

  • 27 LJ p. 83 et RM p. 92.

焉有虬龙, 负熊以游。
En quels lieux se situent les dragons akérates qui portent sur leur dos des ours en divaguant27 ?

18Dans Zhaoyin shi 招隐士

  • 28 LJ p. 248 et RM p. 204.

王孙游兮不旧, 春草生兮萋萋。
Fils de roi, tu divagues çà et là sans espoir de retour28.

19Dans Jiuhuai 九懷 • 通路

  • 29 LJ p. 299 et RM p. 236.

宣游兮列宿, 顺极兮彷徉。
Je divague en tout lieu dans les mansions du ciel, approchant la Polaire, je vire à son entour29.

  • 30 LJ p. 312 et RM p. 241.

• 思忠
登九灵兮游神, 靜女歌兮微晨。
Dans les neuf cieux sacrés, divaguent mes esprits, chante la Fille chaste à l’aurore levée30.

20Dans Jiusi 九思 •逢尤

  • 31 LJ p. 372 et RM p. 273.

严载驾兮出戏游。
J’attelle donc mon char et m’en vais divaguer31.

  • 32 LJ p. 399 et RM p. 285.

• 守志
游陶遨兮养神,
Je divague à l’envi, nourrissant mes esprits.32

21Cette association naturelle conduit 6 fois au choix de « vaguer » (qui détourne « divaguer » comme pour créer un sens qui n’existerait pas sinon et mettre l’accent sur l’errance plus que sur la divagation) :

22Dans le Lisao 離騷

  • 33 LJ p. 12 et RM p. 49.

忽反顾以遊目兮, 将往观乎四荒。
Mes yeux se tournent, vaguent soudain : je peux voir les quatre confins33.

23Dans Jiubian 九辩

  • 34 LJ p. 207 et RM p. 170.

愿赐不肖之躯而別离兮, 放游志乎云中。
Laissant ce corps inepte, souhaitant m’en aller, je fais vaguer mon âme au milieu des nuées34,

24Dans Jiutan 九嘆 • 惜贤

  • 35 LJ p. 344 et RM p. 259.

游兰皋与蕙林兮。
Vaguant au lac d’Orchis, au bois des Mélilots35,

  • 36 LJ p. 350 et RM p. 262.

• 憂苦
外彷徨而游览鵰游兮華屋兮。
Je vais errant partout, vaguant et contemplant36,

25Dans Jiusi 九思 • 遭厄

  • 37 LJ p. 386 et RM p. 279.

殦鵰游兮華屋
Les busards et les aigles vaguent aux belles chambres37,

  • 38 LJ p. 393 et RM p. 282.

伤时
殦鵰游兮華屋,
Je jouis d’un luth, d’un livre, je vague en m’amusant38.

Des stratégies de contournement d’une certaine intraduisibilité sont aussi adoptées :

26Ni l’eau ni la terre mais l’air, directement ou indirectement :

27Dans Jiutan 九嘆 • 離世

  • 39 LJ p. 331 et RM p. 254.

神浮游以高厉。
Mon esprit va flotter dans les hauts éthérés39 ;

  • 40 LJ p. 339 et RM p. 257.

• 遠逝
游清灵之飒戾兮。
Planant dans le vent frais des esprits purs et clairs40,

  • 41 LJ p. 366 et RM p. 268.

• 远游
驾鸾凤以上游兮,
J’attelle des phénix pour là-haut m’éjouir41,

  • 42 LJ p. 166 et RM p. 143.

28Dans Yuanyou 远游/Errances lointaines42

  • 43 LJ p. 175 et RM p. 147.

叛陆离其上下兮, 游惊雾之流波。
Quittant la terre ferme, je m’élève et descends sur les ondes fluentes des brouillards apeurés43.

29Dans Jiuhuai 九懷 • 匡机

  • 44 LJ p. 296 et RM p. 235.

乘日月兮上征, 顾游心兮鄗酆。
Attelant le soleil et la lune, m’abade dans les cieux44.

30Un terme spécifique à l’animal présent dans le vers :

31Dans Dazhao 大招

  • 45 LJ p. 235 et RM p. 191.

腾驾步游, 猎春囿只。
Les montures y vont au galop ou se promènent au pas, et [s’exercent] à la chasse printanière dans le parc45.

  • 46 LJ p. 235 et RM p. 191.

鸿鹄代游, 曼鹔鷞只。
Les oies sauvages et les cygnes s’ébattent tour à tour tandis que s’égaillent les oies à front blanc46.

32Dans Qijian 七谏• 謬谏

  • 47 LJ p. 282 et RM p. 223.

鼃黽游乎华池。
Et au Marais fleuri pataugent les rainettes47 !

33Dans Tianwen 天问

  • 48 LJ p. 97 et RM p. 103.

昭后成游, 南土爱底。
Le roi Zhao [en son temps] fit bien des chevauchées ; dans les terres du sud, il arriva [fort mal]48.

34L’accent mis sur le but :

35Dans le Lisao 離騷

  • 49 LJ p. 16 et RM p. 50.

羿淫遊以佚畋兮, 又好射夫封狐。
À longues chasses Yi s’est livré, aimant tirer de grands renards49.

36Dans Buju 卜居

  • 50 LJ p. 182 et RM p. 153.

将游大人以成名乎 ?
Ou de vouloir fréquenter un grand homme et me faire un nom50 ?

37Dans Jiubian 九辩

  • 51 LJ p. 191 et RM p. 162.

雁廱廱而南游兮, 鹍鸡啁哳而悲鸣。
L’oie à front blanc cacarde et s’en va droit au sud ; la grue jaune craquette et pousse un triste cri51.

38Dans Jiutan九嘆 • 離世

  • 52 LJ p. 331 et RM p. 254.

触石碕而衡游。
Heurtant les affleurants qui me déroutent encore52,

39Dans Jiusi 九思 • 疾世

  • 53 LJ p. 380 et RM p. 276.

澫沧海兮东游,
Guéant la mer turquoise, je vais à l’orient53,

  • 54 À ce sujet, voir le chapitre « you/you, l’errance, l’improvisation » in Notions esthétiques : réson (...)

40Traduire you 游/遊 n’est pas simple dans l’absolu et si le terme a évolué au cours du temps, aucune expression ne semble idéale en traduction d’autant plus que les expressions possibles ont elles aussi évolué avec des connotations accentuées vers le négatif pour « errance » ou le banal pour « randonnée » ou « voyage ». Comme pour zhi 志 et shen 神, je me tourne vers l’art pour voir dans quelle mesure, à partir de son emploi, on pourrait préciser le sens de ce terme54.

II -you 游/遊 est aussi un terme clé dans les langages artistiques

41L’acte artistique et sa réussite esthétique requièrent une maîtrise des gestes et leur symbiose avec une volition, pour partie intention délibérée et pour partie intuition agissante empreinte d’intuitions éprouvées… au contact du monde. La dualité est constante, du cœur et de l’esprit, du geste et de la pensée, du conscient et de l’inconscient et c’est tout naturellement que you 游/遊 va représenter cette triple dualité.

Des you 游/遊 plus techniques et métaphoriques en musique

Le terme you 游/遊 dans les vibratos (youyin et younao)

42C’est un terme technique qui décrit un type de vibrato comparativement à d’autres types de vibrato (une vingtaine possible) à la cithare qin. La description des gestes techniques dans les manuels est généralement sobre et les restitutions pratiques sont variables, mais quelques manuels accompagnent ces indications de paires « image-poème » qui permettent de se faire une idée de l’effet attendu par la réalisation du geste et donc d’anticiper par une intention résultant d’une intuition l’acte artistique. Il est ici dans une dualité insécable du corps (dynamique du geste) et de l’esprit (intuition-intention).

  • 55 Propos sur le qin de la salle Chengyi, chap. I, p. 10-18, BnF, section des manuscrits orientaux, fo (...)
  • 56 [Comment jouer du qin], Renmin yinyue chubanshe 人民音乐出版社, Beijing, Éditions musicales populaires, 19 (...)

43Les énoncés techniques sont donnés pour une douzaine de vibratos à la cithare qin et la comparaison entre un manuel ancien (Chengyitang qintan 诚一堂琴谈55) et un manuel moderne (Zenme tan guqin 怎样 弹古琴de Xu Guangyi 许光毅56), ce dernier plus sobre que le précédent, permet de mieux comprendre « you 游 », relativement à d’autres qualificatifs de vibratos :

changyin 長吟
par rapport à yin, réitéré avec des pauses possibles en phrases [séquences] de jeu
yin prolongé

dingyin 定吟
en appui à gauche, obtenir le son avec l’os du doigt, et vibrer extérieurement de la doublure de chair sans percevoir que le doigt bouge
yin par vacillement sans quitter la position appuyée [...]

huanyin 緩吟
lent et ample en son continu
yin lent et relâché

jiyin 急吟
serré, en précipitant
yin vif et ardent

shuangyin 雙吟
sur une corde frapper deux fois en utilisant un vibrato harmonieux au milieu
Deux fois la même corde avec le même vibrato yin

xiyin 細吟
délicatement vibrer avec un son d’une beauté éclatante de rondeur
yin ténu

44Relativement à ces différents types de vibratos, la particularité apportée par 游 you à 吟 yin est la suivante :

youyin 游吟
voyager et vibrer avec la posture du poisson flânant au fil de l’eau
yin voyageur, vacillement lent et libre […]

45On peut le distinguer d’un autre qui a plus d’envergure dans le mouvement :

feiyin 飛吟
obtenir le son, parcourir et s’arrêter soit en montant soit en descendant le doigt comme les ailes ouatées d’un oiseau en vol vibrent continument de ce mouvement qu’on dit sonore
deux possibilités : soit 1 shang et 2 xia, soit 2 shang et 2 xia (par exemple, en partant du 9e blason, on atteint le 8e puis 9e puis 10e dans le premier cas, et le 8e, le 7e, le 8e et le 9e dans le second cas)

  • 57 風宣玄品 [Fengxuan xuanpin, 1539], Zhongguo gudai qinpu huikan 中國古代琴譜匯 刊, Quanguo xinhua shudian 全國新華書店 (...)

46Un autre manuel ancien 風宣玄品 Fengxuan xuanpin57 présente des métaphores poético-picturales à l’appui du geste et le fait notamment pour ce vibrato youyin. La disposition des indications est la suivante : côté droit, une image de la main à la partie supérieure (avec la précision du ou des doigts concernés) et une indication technique très sobre, de même nature que dans le manuel moderne à la partie inférieure ; côté gauche, en vis-à-vis, une figuration de l’idée par la sensation du phénomène naturel à la partie supérieure et un poème suggérant par les mots comment interpréter l’image à la partie inférieure.

47落花隨水 Fleurs tombées voguant au gré des flots

  • 58 風宣玄品 Fengxuan xuanpin (1539), ibid., comme pour les autres métaphores du geste.

Fig. 1 : Le vibrato voyageur (Fengxuan xuanpin 風宣玄品, mystère que nous dit le vent)58

48Indication technique (pouce, majeur ou annulaire de la main gauche) : « signifie que le doigt appuyé flotte en voyageant avec vibrato, en débordant du blason soit un peu soit de plus de la moitié ».

49Texte poétique :

Des fleurs tombées sur l’eau, au gré du courant,
escortent les ondes vives, souhaitant résister
sans pouvoir du fait de leur intensité ;
Se servir de la métaphore pour capter l’idée et
spontanément la faire comprendre.

50Dans cette approche, l’idée est que notre volition s’intègre à l’ordre naturel des phénomènes mais maintient, et donc harmonise, son intention avec l’intuition qu’elle en a : un ballotement, une errance « consciente ». La dualité corps-esprit de ce youyin 游吟 est particulièrement perceptible ici.

Le terme you 游/遊 est présent dans d’autres métaphores pour le geste

51游鱼擺尾 Un poisson nage en exhibant sa queue

Fig. 2 : Le poisson nage (Fengxuan xuanpin 風宣玄品, mystère que nous dit le vent)

Tonnerre et pluie éclatent et se dispersent
les vagues se soulèvent, l’écume s’envole
Un poisson en nageant se métamorphose et brandit sa queue
en retourné

car il aime surgir pour attraper l’image
joindre deux doigts et libérer le son en un clin d’œil

52Ce 游鱼 est différent de celui qu’on trouve en peinture au niveau du type de mouvement : le premier, ici, est presque redondant (un poisson nageur) et l’accent est mis sur le verbe 擺 « apparaître ou étaler au regard » alors que le second, comme dans la peinture de Liu Cai mentionnée plus loin, ressemble au mouvement du vibrato. Mais le poème donne l’idée que l’on s’aventure hors de la sphère ordinaire.

53« 鸞鳳和鳴 Les phénix chantent en harmonie »

Fig. 3 : Les phénix batifolant (Fengxuan xuanpin 風宣玄品, mystère que nous dit le vent)

  • 59 Souvent utilisé comme série d’onomatopées pour tintements ou piaillements ; yong signifie aussi con (...)
  • 60 Le terme « harmonie », en musique chinoise, signifie à l’unisson (ou dans un intervalle de type oct (...)

Des phénix voltigent en haut d’une crête,
phénix aux cinq couleurs batifolant sur un précipice,
mâle et femelle chantant à l’unisson,
concorde et paix (yong yong jie jie)59 ;
Étreindre deux cordes pour les jouer ensemble,
l’image de leur son, c’est l’harmonie60.

54Dans cette métaphore, le terme rend compte d’un écart (d’une part par la position mais aussi entre les deux phénix) mais également d’une harmonie (par rapprochement, fusion), ce qui semble bien correspondre au sens porté par you 遊 (esprit en accord avec le fait d’errer).

55Le terme you 游/遊 dans des airs de musique

56Cai Yong « 蔡氏五弄 » au iie siècle de notre ère :

  • 61 Transcription de la tablature : Xingzhuang taiyin xupu 杏莊太音續譜 [préface de 1559].

Fig. 4 : 第一弄 « 遊春辭 », ode au voyage du printemps61

  • 62 Ibid.

Fig. 5 : 第二弄 « 遊春吟 », ballade au voyage du printemps62

57Dans les deux cas, le même mouvement avec saut mélodique et mouvement contraire (entre l’octave et la quinte) montre qu’on se hasarde par-ci, par-là et parfois sans savoir où l’on va ; il est exprimé par un saut non pas d’octave mais de septième.

58Yangguan san die 陽關三疊 (Trois airs sur la passe du soleil) sur un quatrain de Wang Wei (Tang) :

59Dans ce troisième cas, on a également l’idée des sauts (octave, quinte, octave) et le vers précédent dit que l’oie sauvage cherche sa destination. On est dans le même cas que le vibrato précédent, mais il est ici accentué par un premier vibrato plus large (nao).

  • 63 Transcription de la tablature : Zheyin shizi qinpu 浙音释字琴谱 [1491].

Fig. 6 : Yangguan san die 陽關三疊,
couplet IV : « En route vers le lointain 迢遙去路 »63

Des you 游/遊 plus évocateurs et contextuels en peinture

60Le terme est absent des propos sur la peinture du moine citrouille amère (苦瓜和尚画语录) de Shitao. Dans ses tableaux, il apparaît cependant dans certaines circonstances :

you 游 dans le poème apposé (Fig. 7, 8 et 9)
上水图册十五开之七 (故宮博物院藏) [1667] avec cithariste (p. 40)
清凉台 (南京博物院藏) [non daté] (p. 54) [placé par l’auteur au chapitre 5 du manuel de Shitao]
巢湖图 (天津市藝術博物院藏) [1695] (p. 126) [placé au chap. 12]

you 游 dans le titre (Fig. 10)
游华阳山 (上海博物院藏) [non daté] (p. 94) [placé au chap. 9]
黃山游踪之一、二、三、四和五 (故宮博物院藏) [non daté] (p. 158, 160, 162, 164 et 166) [au chap. 15]
荷塘游艇图 (天津市藝術博物院藏) [non daté] (p. 259)

  • 64 Jian Yin, 鉴印 (2009). 揭秘石涛画语录 ; 『苦瓜和尚画语录』最新诠释, Tianjin, 天津人民美 术出版社, p. 40, 54 et 126.

Fig. 7, 8 et 9 : Shitao, 上水图册十五开 之七, 清凉台 et 巢湖图64

61you 游 associé à dragon comme désignation de lieu dans le titre

遊龍寺 monastère du dragon voguant/errant/à 金山 dans le titre (p. 46, 120, 122, 124, 246)

62Les œuvres de certains peintres sont révélatrices d’un you 遊/游 dans le même esprit qu’en musique

落花遊魚 « Fleurs tombées, poissons voyageurs », 劉菜 Liu Cai (Fig. 11)

  • 65 Zhongguo gudai huajia cidian 中国古代画家辞典, [Dictionnaire des peintres chinois des temps anciens], Zheji (...)
  • 66 Cette métaphore qui illustrera un poème apposé sur un aspect de la fleur de prunier par Song Boren (...)

雲龍图轴 « Dragon volant »65 de 阵容 Zhen Rong (Dynastie Song du sud) dont le poème apposé est ici proche de l’inspiration de la métaphore pour le jeu de la cithare qin66 (Fig. 12 et 13)

游春图卷 « Excursion printanière », 展子虔 Zhan Ziqian (Fig. 14).

Créature prodigieuse en tant que dragon,
aucun étang ne peut le contenir ;
La corne de sa tête est éminente, ses transformations sont infinies ;
Il gouverne les neuf régions et les cinq couleurs,
de l’espace et du temps il relie les extrêmes ;
Dans son ascension, il chevauche les nuages dont il apprivoise l’esprit

63En conclusion, à notre époque, le terme semble moins présent en peinture, mais l’idée n’en est pas absente, si l’on considère les œuvres récentes de Wang Gang (Fig. 15) sur le thème de l’air ou du vent qui semble faire écho à Qu Yuan : « je flotte et vogue libre comme l’air ».

  • 67 Ibid., p. 166.

Fig. 10 : 石濤 Shitao67

  • 68 中国古代画家辞典 [Dictionnaire des peintres chinois anciens], op. cit., p. 41.

Fig. 11 : « Fleurs tombées, poissons voyageurs »
de 劉菜 Liu Cai (Song du Nord)68

  • 69 風宣玄品 [Fengxuan xuanpin, 1539], op.cit.

Fig. 12 : Métaphore « Le dragon volant saisit les nuages » pour le jeu de la cithare qin69

  • 70 張大千畫集, 文物出版社, 2003.

64Zhang Daqian utilise fort peu ce you 游/遊 dans des contextes pourtant similaires. Dans un recueil de ses peintures70, on le trouve sur deux peintures de paysage (Fig. 16 et 17) : dans le premier cas, il semble qu’il soit associé à la brume dynamique (comme pour le vibrato à la cithare qin) et dans le second à un état d’esprit taoïste.

  • 71 Ibid., p. 99.
  • 72 Le terme weng 翁, qui signifie généralement « vieillard » (respectable vieillard), est utilisé aussi (...)

Fig. 13 : « Dragon volant » de 阵容 Zhen Rong (Song du Sud)71 Dressé sur la rivière Han, [sa hauteur] dépasse celle du Pic du milieu ; Inconscient de l’ordinaire, il se déploie et recueille du succès ; sa chevauchée énergique est un voyage dans l’espace-temps ; Telle est son amplitude72.

  • 73 中國美術全集 [5000 ans d’art chinois], 隋唐五代繪畫 [La Peinture sous les Sui, les Tang et les Cinq Dynasties], (...)

Fig. 14 : 游春图卷 « Excursion printanière » de Zhan Ziqian 展子虔 (dynastie 隋 Sui, 589-618)73

  • 74 Documentaire, production AIDIAA D36-2010, en ligne sur HAL-CNRS (hal. archives-ouvertes.fr) : medih (...)

Fig. 15 : Série « sans titre » de Wang Gang74

  • 75 Ibid., p. 149.

Fig. 16 : Zhang Daqian, 黃山蓮花峰圖75

  • 76 Ibid., p. 19.

Fig. 17 : Zhang Daqian, 層喦疊壑圖76

  • 77 畫為大象, p. 34.

Fig. 18 : Fan Zhou, 龙蛇舞秦山77

65Fan Zhou l’utilise avec une œuvre titrée 乙酉終逸游, dans une série sur le thème « Montagnes et eaux » (voir par exemple une œuvre similaire, fig. 18).

66Son idée est aussi de s’aventurer, sans but et sans repères visibles. S’aventurer me paraît une traduction générique possible pour you 游/遊.

Notes

1 Les références bibliographiques des versions utilisées dans cet article sont : 林家 骊 [Lin Jiali], 楚辞, 北京 : 中华书店 (中华经典名著,全本全注全译丛书), 2010 en chinois et Qu Yuan, Élégies de Chu, traduit du chinois en français, présenté et annoté par Rémi Mathieu, Paris, Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », 2004.

2 « Problématique de traduction et connotation en philosophie de l’art : alternance entre univocité et pluralité de sens pour 志 zhi et 神 shen », Journal of Translation Studies, vol. 12, n° 1 et 2, The Chinese University of Hong-Kong, 2009, p. 35-62.

3 Qu Yuan, Élégies de Chu, op. cit. Certains termes dans cet ouvrage sont d’emploi très rare en français, soit parce qu’ils relèvent du vocabulaire de spécialité (naturaliste, botanique…) soit parce qu’ils sont si bien adaptés pour la circonstance qu’on se demande s’ils ont existé ou s’ils vont exister.

4 Lin Jiali p. 22 (abrégé ensuite en LJ) et Rémi Mathieu p. 54 (abrégé ensuite en RM).

5 LJ p. 22 et RM p. 54.

6 LJ p. 115 et RM p. 119.

7 LJ p. 149 et RM p. 132.

8 LJ p. 166 et RM p. 143.

9 LJ p. 175 et RM p. 148.

10 LJ p. 167 et RM p. 143.

11 LJ p. 171 et RM p. 145.

12 LJ p. 187 et RM p. 157.

13 LJ p. 198 et RM p. 166.

14 LJ p. 331 et RM p. 253.

15 LJ p. 360 et RM p. 266.

16 LJ p. 24 et RM p. 55.

17 LJ p. 26 et RM p. 58.

18 LJ p. 368 et RM p. 270.

19 LJ p. 291 et RM p. 231.

20 LJ p. 298 et RM p. 236.

21 LJ p. 270 et RM p. 217.

22 LJ p. 301 et RM p. 237.

23 LJ p. 42 et RM p. 67.

24 LJ p. 62 et RM p. 72.

25 LJ p. 68 et RM p. 74.

26 LJ p. 69 et RM p. 74.

27 LJ p. 83 et RM p. 92.

28 LJ p. 248 et RM p. 204.

29 LJ p. 299 et RM p. 236.

30 LJ p. 312 et RM p. 241.

31 LJ p. 372 et RM p. 273.

32 LJ p. 399 et RM p. 285.

33 LJ p. 12 et RM p. 49.

34 LJ p. 207 et RM p. 170.

35 LJ p. 344 et RM p. 259.

36 LJ p. 350 et RM p. 262.

37 LJ p. 386 et RM p. 279.

38 LJ p. 393 et RM p. 282.

39 LJ p. 331 et RM p. 254.

40 LJ p. 339 et RM p. 257.

41 LJ p. 366 et RM p. 268.

42 LJ p. 166 et RM p. 143.

43 LJ p. 175 et RM p. 147.

44 LJ p. 296 et RM p. 235.

45 LJ p. 235 et RM p. 191.

46 LJ p. 235 et RM p. 191.

47 LJ p. 282 et RM p. 223.

48 LJ p. 97 et RM p. 103.

49 LJ p. 16 et RM p. 50.

50 LJ p. 182 et RM p. 153.

51 LJ p. 191 et RM p. 162.

52 LJ p. 331 et RM p. 254.

53 LJ p. 380 et RM p. 276.

54 À ce sujet, voir le chapitre « you/you, l’errance, l’improvisation » in Notions esthétiques : résonances entre les arts et les cultures, Véronique Alexandre Journeau, Muriel Détrie, Akinobu Kuroda et Laurent Mattiussi (dir.), Paris, L’Harmattan, coll. « L’Univers esthétique », 2013, p. 140-200 (avec des articles de Rémi Mathieu, Gérard Dupuy, Aya Sekoguchi, Biliana Fouilhoux et Pierre Cambon).

55 Propos sur le qin de la salle Chengyi, chap. I, p. 10-18, BnF, section des manuscrits orientaux, fonds chinois 5562-II, Paris, édition chinoise de 1705 [datation originale incertaine].

56 [Comment jouer du qin], Renmin yinyue chubanshe 人民音乐出版社, Beijing, Éditions musicales populaires, 1994.

57 風宣玄品 [Fengxuan xuanpin, 1539], Zhongguo gudai qinpu huikan 中國古代琴譜匯 刊, Quanguo xinhua shudian 全國新華書店, Beijing, 2006.

58 風宣玄品 Fengxuan xuanpin (1539), ibid., comme pour les autres métaphores du geste.

59 Souvent utilisé comme série d’onomatopées pour tintements ou piaillements ; yong signifie aussi concorde, paix, harmonie et jie concert, accord, harmonieux. Ici le choix vise à produire le même effet sonore (« on-or », « et-ai »).

60 Le terme « harmonie », en musique chinoise, signifie à l’unisson (ou dans un intervalle de type octaviant) en jouant sur deux cordes différentes, avec ces deux phénix comme symbole d’harmonie entre deux êtres.

61 Transcription de la tablature : Xingzhuang taiyin xupu 杏莊太音續譜 [préface de 1559].

62 Ibid.

63 Transcription de la tablature : Zheyin shizi qinpu 浙音释字琴谱 [1491].

64 Jian Yin, 鉴印 (2009). 揭秘石涛画语录 ; 『苦瓜和尚画语录』最新诠释, Tianjin, 天津人民美 术出版社, p. 40, 54 et 126.

65 Zhongguo gudai huajia cidian 中国古代画家辞典, [Dictionnaire des peintres chinois des temps anciens], Zhejiang renmin chubanshe 浙江人民出版社, Éditions populaires du Zhejiang, 杭州 Hangzhou, 1999, p. 99.

66 Cette métaphore qui illustrera un poème apposé sur un aspect de la fleur de prunier par Song Boren 宋伯仁 dans Meihua xishen pu 梅花喜神譜 [Catalogue des aspects des fleurs de prunus], est présentée dans ma thèse La cithare chinoise qin : texte-image-musique (université de Paris-Sorbonne), 2003, p. 186.

67 Ibid., p. 166.

68 中国古代画家辞典 [Dictionnaire des peintres chinois anciens], op. cit., p. 41.

69 風宣玄品 [Fengxuan xuanpin, 1539], op.cit.

70 張大千畫集, 文物出版社, 2003.

71 Ibid., p. 99.

72 Le terme weng 翁, qui signifie généralement « vieillard » (respectable vieillard), est utilisé aussi pour dire qu’un son de musique est ample. Comme le sens direct est évident (vastitude du déploiement du dragon), Zhen Rong 阵容 veut sans doute parler de lui (en tant que vieillard) mais aussi faire le rapprochement avec la musique (dans l’Antiquité musique et rites assuraient conjointement le pouvoir de l’empereur dont le dragon était le symbole).

73 中國美術全集 [5000 ans d’art chinois], 隋唐五代繪畫 [La Peinture sous les Sui, les Tang et les Cinq Dynasties], 繪畫編 2 [Peinture 2], Bruxelles, Éditions Vander S.A. & Beijing, Éditions des Beaux-Arts du peuple, 1988, p. 236-237.

74 Documentaire, production AIDIAA D36-2010, en ligne sur HAL-CNRS (hal. archives-ouvertes.fr) : medihal-01304227, version 1.

75 Ibid., p. 149.

76 Ibid., p. 19.

77 畫為大象, p. 34.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Le vibrato voyageur (Fengxuan xuanpin 風宣玄品, mystère que nous dit le vent)58
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26738/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 2 : Le poisson nage (Fengxuan xuanpin 風宣玄品, mystère que nous dit le vent)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26738/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 3 : Les phénix batifolant (Fengxuan xuanpin 風宣玄品, mystère que nous dit le vent)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26738/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 4 : 第一弄 « 遊春辭 », ode au voyage du printemps61
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26738/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 5 : 第二弄 « 遊春吟 », ballade au voyage du printemps62
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26738/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Fig. 6 : Yangguan san die 陽關三疊,couplet IV : « En route vers le lointain 迢遙去路 »63
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26738/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Fig. 7, 8 et 9 : Shitao, 上水图册十五开 之七, 清凉台 et 巢湖图64
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26738/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 10 : 石濤 Shitao67
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26738/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 11 : « Fleurs tombées, poissons voyageurs »de 劉菜 Liu Cai (Song du Nord)68
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26738/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Fig. 12 : Métaphore « Le dragon volant saisit les nuages » pour le jeu de la cithare qin69
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26738/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 13 : « Dragon volant » de 阵容 Zhen Rong (Song du Sud)71 Dressé sur la rivière Han, [sa hauteur] dépasse celle du Pic du milieu ; Inconscient de l’ordinaire, il se déploie et recueille du succès ; sa chevauchée énergique est un voyage dans l’espace-temps ; Telle est son amplitude72.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26738/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 14 : 游春图卷 « Excursion printanière » de Zhan Ziqian 展子虔 (dynastie 隋 Sui, 589-618)73
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26738/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 15 : Série « sans titre » de Wang Gang74
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26738/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 16 : Zhang Daqian, 黃山蓮花峰圖75
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26738/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 17 : Zhang Daqian, 層喦疊壑圖76
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26738/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Fig. 18 : Fan Zhou, 龙蛇舞秦山77
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26738/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search