Version classiqueVersion mobile

Traduire entre les langues chinoise et française

 | 
Annie Bergeret Curien

Première partie. Langues et traduction : éléments contextuels

L’écriture étrangère en lumière

Annie Bergeret Curien

Texte intégral

1 Dans l’exercice de traduction, une relation vivante, évolutive, enrichissante entre les langues se déploie. Le processus se déroule ainsi dans le passage de la langue chinoise à la langue française, et vice versa : deux langues dont la structure, la représentation graphique ou le mode symbolique diffèrent largement. Ajoutons qu’en matière d’écriture littéraire, c’est souvent la voie particulière tracée par un auteur à l’intérieur de sa langue et de sa culture qui crée l’empreinte de l’œuvre : on a là quelques-uns des éléments du dispositif qu’un traducteur/une traductrice devra prendre en compte en s’engageant dans un travail de traduction littéraire.

2Peut-on, dans le passage d’une langue à l’autre, ouvrir largement les frontières ? Tenter l’invention dans la langue en traduction pour révéler certains traits de l’expression qui opèrent dans la langue d’origine ? Dans son désir de faire connaître un texte dont il va établir une version française, que peut faire le traducteur ?

3Avant d’envisager ces questions, il nous faut, à mon sens, considérer la notion d’étranger, d’étrangeté, sensible au sein de chaque culture, qui prend une importance singulière dans le contexte actuel d’une globalisation du monde qui tend à réduire les espaces géographiques et les temps, en rendant possible une communication instantanée. Mais nous vivons, en même temps, dans une époque où les échanges et possibilités de dialogue sont facilités : c’est aussi dans cet horizon d’exigences nouvelles, intensifiées, probablement susceptible de nous offrir de nouveaux champs d’approfondissement de notre exercice, que se situe aujourd’hui notre travail de traduction.

Ce qu’étranger veut dire, ce qu’étranger apporte

  • 1 Tzvetan Todorov, La peur des barbares : au-delà du choc des civilisations, Paris, Laffont, 2008, p. (...)
  • 2 Ibid., p. 44-45.

4Dans un ouvrage publié en 20081, Tzvetan Todorov retient, pour le mot « barbare », la signification suivante : « sont barbares ceux qui ne reconnaissent pas la pleine humanité des autres ». Il estime que, dans le processus qui nous permet de quitter l’état de barbarie et de devenir « civilisé[s] », « l’exigence morale se double d’une dimension intellectuelle : faire comprendre à ses proches une identité étrangère, qu’elle soit individuelle ou collective, est un acte de civilisation, car on élargit de cette manière le cercle de l’humanité ; ainsi contribuent à faire reculer la barbarie savants, philosophes, artistes2 ». À la liste des « contributeurs », pour reprendre le mot de Todorov, je pense que nous pouvons aisément ajouter les écrivains, et pourquoi pas également les traducteurs.

  • 3 Ibid., p. 98.
  • 4 Édouard Glissant, Introduction à une poétique du divers, Paris, Gallimard, 1996, p. 125.

5Au moyen d’une heureuse formulation, Todorov rappelle que « tout individu est pluriculturel ; [que] les cultures ne sont pas des îles monolithiques mais des alluvions entrecroisées3 ». Todorov ne mentionne pas, à cet endroit, les réflexions d’Édouard Glissant, qui s’inscrivent dans la même perspective. Dans son ouvrage publié en 1996, l’écrivain martiniquais évoque, pour sa part, la créolisation comme un « métissage qui produit de l’imprévisible4 », de la créativité, qui est un « mouvement perpétuel d’interpénétrabilité culturelle et linguistique » accompagnant la mondialisation. Dans le contexte bien réel de mélanges des cultures, la donne innovante est pointée.

L’indispensable exercice de traduction littéraire

6Pascale Casanova a évoqué le rôle des traducteurs dans un ouvrage qu’elle a publié en 1999.

  • 5 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, coll. « Points Essais », 1999, (...)

Les grands cosmopolites (souvent polyglottes), écrit-elle, sont […] des sortes d’agents de change, des « cambistes », chargés d’exporter d’un espace à l’autre des textes dont ils fixent, par là même, la valeur littéraire. Valéry Larbaud, grand cosmopolite et grand traducteur, décrivait les lettrés du monde entier comme les membres d’une société invisible, les « législateurs » en quelque sorte de la République des Lettres5.

7Le terme d’étranger est encore mis en valeur par Antoine Berman, qui souligne d’emblée que la visée même de la traduction heurte la tendance ethnocentrique de toute culture, et, en conséquence, livre cette appréciation :

  • 6 Antoine Berman, L’épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, coll. « Les Essais », n° 226, 1984, p. 1 (...)

J’appelle mauvaise traduction la traduction qui, généralement sous couvert de transmissibilité, opère une négation systématique de l’étrangeté de l’œuvre étrangère6.

8Paul Ricœur, qui s’est beaucoup intéressé à la question de la traduction, a proposé le terme d’« hospitalité langagière » pour décrire la situation que connaît le traducteur, confronté à une tâche envisagée comme une « correspondance sans adéquation ». Il l’évoque de la sorte :

  • 7 Paul Ricœur, Sur la traduction, Paris, Bayard, 2004, p. 19 et p. 20.

Hospitalité langagière donc, où le plaisir d’habiter la langue de l’autre est compensé par le plaisir de recevoir chez soi, dans sa propre demeure d’accueil, la parole de l’étranger7.

9Nous traduisons donc. Et nous assumons la différence des langues. Tout en assurant le passage, par la traduction, d’une œuvre écrite dans une langue vers sa version dans une autre langue. Pour ce faire, nous visons à la maîtrise, à la clarté, à la finesse de notre expression dans la version traduite.

10Cette exigence relative à la langue d’arrivée ne tourne pas le dos à d’éventuelles formulations nouvelles – pour les images, pour la syntaxe… – qui peuvent aller parfois jusqu’à bousculer quelque peu les habitudes dans les modes d’expression, si les œuvres à traduire le réclament.

11Ici se pose la question du lecteur : qu’attend-il de la lecture, de la découverte d’une œuvre étrangère qu’il fait au moyen d’une traduction ? Qu’a le traducteur à lui offrir ? Toute une gamme des possibilités existe en effet, entre une traduction qui va s’acclimater au plus près au nouveau pays de réception (mais, alors, de quel « plus près » s’agit-il ? La culture et la langue d’arrivée sont elles-mêmes multiples et variées), et une traduction qui laissera entrevoir, par-delà une expression française aboutie, le caractère étranger de la langue de départ, de même que la singularité d’expression de l’auteur concerné.

  • 8 David Bellos, Le poisson et le bananier : une histoire fabuleuse de la traduction, trad. Daniel Loa (...)

12David Bellos, professeur de littérature française et comparée à Princeton, souligne la « variabilité des traductions », exprime sa confiance dans « la flexibilité sans bornes des esprits humains »8.

13Vue sous cet angle, la traduction, non seulement ne doit pas être considérée en termes de réduction ou d’impossibilité d’éléments à transmettre (ce qu’elle est malheureusement également), mais au contraire elle peut être envisagée comme une occasion d’enrichir l’universel.

14François Ost, juriste et philosophe belge, pose cette affirmation :

  • 9 François Ost, Traduire : défense et illustration du multilinguisme, Paris, Fayard, 2009, p. 11.

Le multilinguisme est une chance, une opportunité unique d’enrichir notre conception de l’universel, et la traduction, loin d’être une simple technique ancillaire de communication, pourrait bien être le paradigme dont notre monde a besoin pour se comprendre et traiter de ses défis les plus importants9.

15Et, par ailleurs, il souligne la démarche de rupture et d’invention qui est le propre d’un écrivain à l’intérieur de sa langue :

  • 10 Ibid., p. 149.

À l’étroit dans la langue commune, […] l’écrivain se pose en restaurateur des capacités du dire. […] Révolté contre la langue commune, il revitalise son discours à la source d’un langage privé dont il se fait l’interprète10.

16Une œuvre traduite ne saurait donc, à mon sens, passer pour totalement transparente, pleinement vidée de sa culture d’origine. C’est la mise en jeu, la mise en musique, d’un choix d’éléments de départ à privilégier et à faire percevoir dans le texte traduit qui va également – outre le contenu, voire la forme même de l’œuvre – retenir l’attention du traducteur, l’obliger à une certaine ingéniosité et inventivité.

17À cet égard, il est clair que l’exercice de traduction n’a pas été, de tout temps, envisagé de la même façon. Les études portant sur l’histoire de la traduction sont éclairantes sur ce sujet ; elles demeurent malheureusement encore trop peu nombreuses.

Les effets de la traduction

Pour une histoire de la traduction

  • 11 Yvan Daniel, Littérature française et culture chinoise, 1846-2005, Éditions Les Indes savantes, 201 (...)

18J’évoquerai brièvement quelques travaux, qui nourrissent la réflexion sur les interactions entre langues et littératures chinoises et françaises. Dans son livre Littérature française et culture chinoise, 1846-2005, Yvan Daniel évoque la richesse de la culture chinoise perçue par le public européen à partir du xixe siècle. Il prend des exemples, chez des auteurs du xixe siècle comme Louis Bouilhet (ami de Flaubert, médecin, écrivain), de références à la langue et la littérature chinoises en même temps que de créativité dans la langue française. Il cite les propos de Paul Claudel sur le caractère chinois – le mot – « synthétique » : grâce à lui, « vous voyez d’un seul coup devant vous le portrait de la chose représentée », que Claudel distingue de la phrase occidentale où « il faut continuer jusqu’au point final le mouvement des yeux et de la pensée »11.

  • 12 Li Jinjia, le Liaozhai zhiyi en français (1880-2004) : étude historique et critique des traductions(...)
  • 13 Pu Songling, Contes extraordinaires du pavillon du loisir, trad. sous la direction d’Yves Hervouet, (...)

19Attachée à une œuvre, le Liaozhai zhiyi, de Pu Songling (1640-1715), l’étude de Li Jinjia12 établit, quant à elle, l’histoire des vingt-deux traductions françaises13 de cette œuvre chinoise classique, objet de nombreuses traductions et adaptations. À la lecture de cette étude, on mesure tout le champ d’évolution tant des représentations de l’Autre, de l’étranger, dans la culture d’accueil, que dans les modes et choix de traduction.

Les échanges et interactions littéraires

  • 14 Muriel Détrie, « Les effets de la traduction sur le langage littéraire : le cas de la poésie en Fra (...)

20La connaissance des langues et des littératures, directe ou indirecte grâce à la traduction, peut aussi jouer parfois son rôle dans l’écriture littéraire même. Muriel Détrie14 met en valeur le fait que « [l]a révolution du langage poétique, qui s’est produite en France durant la seconde moitié du xixe siècle, est concomitante des premières traductions françaises de la poésie chinoise classique ». Elle formule l’hypothèse d’un « engendrement réciproque » entre les deux phénomènes.

Les genres littéraires

21Il va de soi que la traduction d’œuvres poétiques, romanesques, philosophiques ou autres, entre les langues française et chinoise, pose également des problèmes spécifiques, selon les genres d’expression concernés. La poésie chinoise, dans laquelle la concision, le rythme, la composante visuelle des caractères opèrent tant, n’est pas appréhendée totalement de la même façon, en traduction, que le domaine romanesque – nouvelles ou romans – sur lequel je m’attarderai davantage, ou que le champ philosophique.

  • 15 Jean Levi, Réflexions chinoises : lettrés, stratèges et excentriques de Chine, Paris, Albin Michel, (...)

22Comme l’écrit Jean Levi, la traduction est un exercice délicat et fascinant quand « au lieu de rendre les mots par les mots, on tente de restituer les rapports au réel qu’ils instaurent15 ». Au nombre des difficultés qu’il relève, on compte la polysémie et l’ellipse. Mais, à cet endroit, je préciserai que ce qui peut passer pour une composante majeure à rendre sensible pour la traduction de textes anciens, notamment philosophiques, peut apparaître d’une autre manière, en mode bien plus mineur, pour la traduction d’œuvres romanesques contemporaines, où des questions comme la syntaxe et le temps du récit dans la version française revêtent une grande importance.

Éléments de contexte pour la traduction d’œuvres romanesques contemporaines

L’expression du temps, le rendu des temps

23Sur ce point, les langues chinoise et française sont sensiblement différentes : la langue chinoise est plus globalisante que le français ; elle privilégie la perception au présent, quand le français, si on le veut, peut adopter une stratégie de jeux de temps verbaux.

24Le rendu des temps en français est un objet de réflexions récurrentes au cours des ateliers ALIBI (Atelier Littéraire Bipolaire), qui réunissent des écrivains de langue chinoise, des écrivains de langue française ainsi que des traducteurs littéraires, autour d’œuvres inédites écrites, sur un thème commun proposé, par des auteurs puis traduites par des traducteurs avant le déroulement d’une discussion entre ces acteurs de l’écriture à l’horizon des langues chinoise et française. Ce programme ALIBI, que je développe à la FMSH depuis 2002, croise les approches des auteurs et des traducteurs : j’en tirerai quelques exemples.

  • 16 Karl Heinz Bohrer, Le présent absolu : du temps et du mal comme catégories esthétiques, trad. Olivi (...)

25Dans un de ses ouvrages16, l’universitaire allemand Karl Heinz Bohrer s’intéresse au « présent absolu », le montrant en particulier dans l’œuvre de Beckett (Fin de partie, En attendant Godot) : « la perspective de ses personnages, écrit-il, est celle d’un présent éternel, dépourvu d’avenir » ; les personnages sont intégrés dans le grotesque d’un « toujours identique qui se moque de notre civilisation occidentale, fixée sur la finalité et l’attente toujours renouvelables du “nouveau” ».

26Les approches de la traduction, entre des langues aussi différentes que le français et le chinois, singulièrement quant à la conception et à l’expression des temps, se développent et prennent leurs options au sein d’une langue d’accueil – le français – qui a aussi son histoire, ses débats, son évolution littéraire. Que l’on pense encore aux théories du Nouveau Roman, à L’Ère du soupçon de Nathalie Sarraute entre autres. Les choix s’opèrent à l’intérieur de champs de résonance divers : chinois bien sûr, mais aussi français.

Structure syntaxique

27En langue chinoise, on le sait, le déterminant précède le déterminé. Certains traducteurs tentent parfois, selon les cas, de préserver tout ou partie de cet ordre des mots spécifique. À titre d’illustration, je citerai quelques lignes de la traduction que Cédric Anthony a faite pour un atelier ALIBI consacré au thème de « la trace », d’une nouvelle écrite par la romancière Jiang Yun :

  • 17 Voir Jiang Yun, « Traces », in Annie Bergeret Curien (dir.), ALIBI 2 – Dialogues littéraires franco (...)

De par le monde, il n’y a que dans cette région mitoyenne du Hunan, du Guangxi, du Guangdong, ces trois provinces, dans ces hautes montagnes reculées, cette cuvette fertile et peuplée où d’étranges serpents apparaissent et disparaissent, où abondent le riz parfumé, les succulents pamplemousses, le doux taro, mandarines et canne à sucre, tabac et gingembre, que les femmes possèdent une écriture secrète, prodigieuse, qui n’appartient qu’à elles17.

28Cette préservation de l’ordre des mots exposé en langue chinoise peut étonner ; elle offre l’avantage de transmettre un équilibre et un rythme de la phrase, tout en maintenant la dimension du mystère de l’élément essentiel – l’écriture des femmes – en bout de phrase.

29Nombre d’autres éléments sont à prendre en considération, dans la traduction d’une œuvre romanesque chinoise en français, parmi lesquels les relations entre propositions principale et subordonnée en français, les liens de causalité exprimés allusivement ou explicitement, la ponctuation. Tous constituent des sujets d’interrogation, qu’il n’est malheureusement pas possible de discuter plus avant ici.

Dégager la spécificité de l’expression d’un auteur et la mettre en valeur

30Pour traiter de ce point, je me tournerai vers Charles-Ferdinand Ramuz (écrivain suisse francophone, 1878-1947) qui a vécu plus de dix ans à Paris avant 1914, et citerai quelques lignes de son roman Derborence :

  • 18 Charles-Ferdinand Ramuz, Derborence [1934], Paris, Grasset, 2003, p. 21.

C’est un fond d’herbe, c’est un fond plat avec quelques chalets. C’était une espèce de plaine, mais qui était étroitement fermée, à cause des rochers qu’on voyait, tout autour de soi, faire leurs superpositions18.

31On observe ici une syntaxe « française » bousculée (répétitions, proximité de temps verbaux différents) ; un paysage actif (les rochers font leurs superpositions). Ramuz a élaboré une écriture innovante en français, marque de son individualité et de son combat contre un usage aristocratique de la langue française et parisienne.

32Quelques lignes encore :

  • 19 Ibid., p. 105.

Mais en même temps, au tournant, trois ou quatre chalets se sont présentés ; il y en a un dont la porte est ouverte et dont la cheminée au couvercle levé laisse se balancer dans l’air au-dessus d’elle un fin pinceau de fumée blanche comme la houppe d’un roseau19.

33On note encore ici d’un côté une proximité avec certains traits de l’expression chinoise (la présence et l’action de la nature, la relative non-personnification humaine, une subjectivité diffuse) et donc une facilité probable pour une traduction vers le chinois, et d’un autre côté la part créative de l’auteur dans l’expression française, notamment dans le rapport oralité/langue écrite, qui atteste de son tempérament et de sa visée esthétique. La question qui se pose alors est : comment une traduction en chinois procèdera-t-elle pour préserver l’originalité de la démarche stylistique de l’auteur ? L’inventivité, de nouveau, sera à déployer.

Restituer les particularités d’un mode d’expression chinoise sur une terre singulière : un exemple, la littérature de Hong Kong

  • 20 Putonghua : langue commune chinoise, autrement appelée « mandarin ».

34La langue chinoise écrite à Hong Kong, comme j’ai pu la connaître en traduisant des auteurs de nouvelles contemporaines, est plus allongée, va plus de l’avant que la langue romanesque continentale. On peut y voir la marque de l’influence de la langue anglaise – Hong Kong a longtemps été une colonie anglaise. On peut également, pour certains auteurs, y voir la trace d’un enseignement bilingue à Hong Kong, ou lors d’études universitaires effectuées aux États-Unis. Fruits de croisements linguistique avec le cantonais, des mots ou des tournures peuvent être différents des termes utilisés dans le putonghua20 ou avoir survécu à des temps anciens, alors qu’on ne les trouve pas dans les écrits, voire les dictionnaires du Continent. Chaque lieu de culture est particulier, et Hong Kong l’est tout spécifiquement : ce sont des vagues d’écrivains natifs de ce territoire ou venus d’autres lieux (Chine continentale, Taiwan, Asie du Sud-Est, etc.) qui animent la scène littéraire hongkongaise. Ces aspects multiples, qui portent l’origine de l’endroit où se sont d’abord formés les auteurs, sont parfois sensibles dans les écritures, composant aussi la richesse des œuvres.

Modes de présence et d’explicitation du traducteur

  • 21 Chi Zijian, « La jarre de saindoux », in Annie Bergeret Curien, ALIBI 2 – Dialogues littéraires fra (...)

35La tâche du traducteur peut ne pas résider uniquement dans la rédaction du texte abouti en version française, accompagné parfois de notes. Sur ce sujet, les pratiques sont variées, et dépendent du cadre de la traduction : ainsi, dans la traduction d’une nouvelle écrite par la romancière Chi Zijian pour ALIBI, Prune Cornet choisit d’insérer des notes, qui précisent la signification des noms propres, la polysémie de mots ou d’expressions, la richesse des termes botaniques21.

36Il est aussi possible, selon les cas, d’écrire une préface, une postface ou encore un article fournissant un éclairage complémentaire aux lecteurs, afin de dévoiler des aspects conceptuels spécifiques non exprimables totalement dans la version traduite.

37En conséquence, traduire pourrait ainsi vouloir dire : produire un texte fini (ou plutôt infini, car toujours en refonte possible), mais aussi, au besoin, l’éclairer.

38Outre l’éclairage par différentes formes d’écrits (notes, articles), on peut envisager de recourir à des présentations orales.

39Les débats auxquels j’ai participé en tant que traductrice ou auxquels j’ai pu assister en tant que lectrice, tant en librairies qu’en bibliothèques, sans parler des entretiens par exemple à la radio (France culture), m’ont toujours montré combien les lecteurs manifestent de l’intérêt non seulement pour les contenus des œuvres littéraires chinoises, mais aussi pour les formes, la langue, la culture chinoises, ainsi que le processus de traduction auquel, traducteurs, nous sommes confrontés.

40Toute œuvre traduite ne doit pas nécessairement être accompagnée de notes ou autres précisions, car c’est aussi la découverte d’un texte dans lequel le lecteur puisse plonger dans sa globalité qui est en jeu. En revanche, il y a fort à parier que tout texte, ou presque, peut trouver profit à être mis en lumière, de manières variées, auprès des lecteurs de pays, de langues, autres que ceux d’origine.

41En mot de conclusion, je dirai qu’un monde, qu’un mode d’expression n’est pas tourné contre l’autre, n’est pas situé à l’opposé de l’autre. De même que Ramuz opère des cassures et des inventions au sein de la langue française, de même il peut se faire – nous l’avons vu dans le cadre d’un des ateliers ALIBI – que deux poètes croisent quelque peu leurs cheminements, par leur écriture puis par leur discussion. Ainsi le thème de l’œil, prétexte proposé pour cet atelier, a produit une sorte de fluidité atemporelle à la chinoise pour Bernard Noël dans « Fable de l’œil », poème traduit par Jin Siyan, dont je livre les premiers vers :

  • 22 Ibid., p. 121.

tant d’organes et chez tous
ce commencement intérieur
où déjà s’est perdue l’origine
mais au bout de chacun
le sens la peau le monde
un sens particulier pareil
à la couleur qui fait
vibrer la surface des choses [… ]22.

42Tandis que l’écriture du poète Duo Duo se rapprochait davantage d’une analyse de tableaux à l’occidentale dans « Comment regarder quatre tableaux », traduit par Chantal Chen-Andro ; voici le début du premier poème, intitulé « L’Angélus » :

  • 23 Duo Duo, « Comment regarder quatre tableaux : L’Angélus », trad. Chantal Chen-Andro, Ibid., p. 126.

pareils au semeur face à la glaneuse
un père une mère distants, tête baissée regardent
le garçon sous terre regarder vers le haut, vers eux
alors cette lumière empruntée aux vivants,
[est déplacée un peu plus loin encore [… ]23.

43Assurément, la tâche des traductrices n’en a pas été plus aisée pour autant !

Notes

1 Tzvetan Todorov, La peur des barbares : au-delà du choc des civilisations, Paris, Laffont, 2008, p. 42-43.

2 Ibid., p. 44-45.

3 Ibid., p. 98.

4 Édouard Glissant, Introduction à une poétique du divers, Paris, Gallimard, 1996, p. 125.

5 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, coll. « Points Essais », 1999, p. 37-38.

6 Antoine Berman, L’épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, coll. « Les Essais », n° 226, 1984, p. 16 et p. 17.

7 Paul Ricœur, Sur la traduction, Paris, Bayard, 2004, p. 19 et p. 20.

8 David Bellos, Le poisson et le bananier : une histoire fabuleuse de la traduction, trad. Daniel Loayza avec la collaboration de l’auteur, Paris, Flammarion, coll. « Essais » 2012, p. 16.

9 François Ost, Traduire : défense et illustration du multilinguisme, Paris, Fayard, 2009, p. 11.

10 Ibid., p. 149.

11 Yvan Daniel, Littérature française et culture chinoise, 1846-2005, Éditions Les Indes savantes, 2010, p. 19, p. 92, p. 134.

12 Li Jinjia, le Liaozhai zhiyi en français (1880-2004) : étude historique et critique des traductions, Paris, Éditions You Feng, 2009.

13 Pu Songling, Contes extraordinaires du pavillon du loisir, trad. sous la direction d’Yves Hervouet, Paris, Gallimard, 1969, est l’une de ces nombreuses traductions.

14 Muriel Détrie, « Les effets de la traduction sur le langage littéraire : le cas de la poésie en France au xxe siècle », in Annie Curien et Jin Siyan (dir.), Littérature chinoise : le passé et l’écriture contemporaine. Regards croisés d’écrivains et de sinologues, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001, p. 101.

15 Jean Levi, Réflexions chinoises : lettrés, stratèges et excentriques de Chine, Paris, Albin Michel, 2011, p. 148.

16 Karl Heinz Bohrer, Le présent absolu : du temps et du mal comme catégories esthétiques, trad. Olivier Mannoni, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000, p. 203.

17 Voir Jiang Yun, « Traces », in Annie Bergeret Curien (dir.), ALIBI 2 – Dialogues littéraires franco-chinois, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010, p. 275.

18 Charles-Ferdinand Ramuz, Derborence [1934], Paris, Grasset, 2003, p. 21.

19 Ibid., p. 105.

20 Putonghua : langue commune chinoise, autrement appelée « mandarin ».

21 Chi Zijian, « La jarre de saindoux », in Annie Bergeret Curien, ALIBI 2 – Dialogues littéraires franco-chinois, op. cit., les notes accompagnant la nouvelle traduite p. 294-323.

22 Ibid., p. 121.

23 Duo Duo, « Comment regarder quatre tableaux : L’Angélus », trad. Chantal Chen-Andro, Ibid., p. 126.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search