Version classiqueVersion mobile

Traduire entre les langues chinoise et française

 | 
Annie Bergeret Curien

Première partie. Langues et traduction : éléments contextuels

« La traduction littéraire au lycée : une voie pour interroger langues et cultures »

Brigitte Guilbaud

Texte intégral

1Que la littérature, et notamment la littérature chinoise traduite, soit une voie pour interroger langues et cultures, cela ne fait aucun doute ; toutefois, pour amener les jeunes lycéens à emprunter cette voie, il est nécessaire de tenir compte des programmes de chinois, tout autant que de français, d’histoire et de géographie. Nos collègues accueillent bien volontiers les textes que nous proposons dès lors que ces derniers servent ou illustrent leur enseignement. Aussi les mêmes œuvres sont-elles abordées par tous, et la cohérence interdisciplinaire n’en est que plus grande.

Propositions aux collègues professeurs de français et d’histoire-géographie

2Par chance, les nouveaux programmes d’histoire et géographie remettent la Chine à l’honneur, avec les thèmes : la Chine et le monde depuis 1919 ; la Chine dans la mondialisation (ambitions tournées vers le monde, enjeux de la croissance).

3Aussi peut-on proposer :

4D’une part un texte à maints égards fondateur : Le Journal d’un fou (1918) de l’écrivain Lu Xun – dont le titre est emprunté à Gogol. Il s’agit en effet du premier texte écrit en 白话 (langue parlée) décrivant les effets de la culture traditionnelle sur les individus à travers la métaphore du cannibalisme, métaphore par ailleurs récurrente dans la littérature chinoise. « Notre civilisation chinoise tant vantée n’est qu’un festin de chair humaine accommodée pour les riches et les puissants », écrit Lu Xun.

5D’autre part un texte du romancier Lao She (suicidé en 1966, au début de la Révolution culturelle), dont nombre de nouvelles sont aisément abordables sur le plan linguistique par les lycéens. Aux professeurs de français, une étude littéraire proposée par le CNDP (Centre national de documentation pédagogique) autour du roman Les Jours, les mois, les années de l’auteur contemporain Yan Lianke. Un DVD et un guide pédagogique offrent en outre plusieurs pistes d’études en fonction du programme : ainsi, pour les classes de seconde, la connaissance des genres, en étudiant en quoi le roman est aussi un conte et un mythe. Par ailleurs, les ressources pour le programme de littérature en langue étrangère (consultables sur le site internet Éduscol) fournissent une bibliographie thématique ainsi que des pistes de travail dont l’exploitation interdisciplinaire reste à décliner.

En cours de chinois

6En soumettant aux élèves un court extrait d’une œuvre retenue en lecture bilingue (suivie ou précédée d’une lecture in extenso de cette œuvre chez eux), une étude comparative entre texte chinois et traduction française pourra répondre à différents objectifs. Entre autres possibilités, retrouver à partir du français tel mot ou telle tournure en chinois permettra de consolider les acquis, d’éclaircir une structure grammaticale.

7Par ailleurs, la mise en lumière des différences inhérentes aux deux langues conduira à s’interroger sur la culture – dont la langue est le reflet –, le contexte historique, le style.

Quelques exemples

8Pour contribuer à l’ouverture à la culture et à l’histoire, un extrait de « La lance de mort » de Lao She (dans Gens de Pékin, traduction de Paul Bady, Folio/Gallimard) – avec, pour point d’orgue, la dernière phrase : « Non, je ne transmettrai rien » – pourra être choisi. La culture de la transmission dans la pensée chinoise autant que le contexte historique seront à même d’être révélés. Les liens de Lao She avec Pékin pourront également être abordés. Un autre texte, fort émouvant, de Lao She, Nostalgie de Pékin, 想北平 (publié en 1936 dans la revue Vent de l’univers, traduit par Claude Payen dans Écrits de la maison des rats), illustre le thème de l’attachement à la contrée natale. Le titre à lui seul permettra de dater le récit et d’ouvrir au contexte historique. On pourra également y relever l’expression 动中有静, « c’est le calme dans le mouvement », référence à la pensée chinoise esthétique – alternance du vide et du plein –, tout autant que populaire – le calme et le mouvement tous deux bons pour la santé.

9Enfin, dans le roman Le Vendeur de sang, 许三观卖血记, de l’auteur contemporain Yu Hua (traduction de Nadine Perront, Éditions Babel, 1997), chapitre iii, page 25 du texte chinois (pages 31 et 32 du texte français), le passage 你们许家后面的香火也就接上了, « et la continuité de votre maison sera assurée », permettra de contextualiser le récit (après la Libération), d’étudier la façon dont sont nommés les enfants ainsi que l’importance de la descendance. Le nœud de l’intrigue (chapitre xxii, page 164 du texte français) ouvre, à travers l’amour ressenti par Xu Sanguan pour l’enfant qui n’est pas le sien, aux thèmes de la relation père-fils et de la piété filiale. Pour approfondir davantage ce sujet, on pourra comparer l’image du père chez les écrivains Zhu Ziqing (dans son récit 背影) et Yan Lianke (dans son récit 想 念父亲).

10Quant à la sensibilisation des élèves au style, outre une réflexion de base sur la langue elle-même (concision, emploi de 是 [être] et 有 [avoir], structure, etc.), elle pourra modestement comporter une étude stylistique menée par l’intermédiaire de la reformulation de termes, tournures ou phrases entières. En favorisant la découverte des différents registres du discours, l’exercice confortera la progression linguistique. En conclusion, même si nous sommes conscient des limites des propositions énoncées ci-dessus, nous espérons néanmoins qu’elles auront eu le mérite de réaffirmer l’intérêt de présenter la littérature chinoise aux lycéens ainsi que d’ouvrir à l’immense champ des possibles en la matière.

Auteur

Enseignante de chinois au lycée Gabriel Fauré à Paris, traductrice

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search