Version classiqueVersion mobile

Traduire entre les langues chinoise et française

 | 
Annie Bergeret Curien

Introduction

Annie Bergeret Curien

Texte intégral

L’exercice de traduction entre les langues chinoise et française

1Cet ouvrage propose une réflexion sur l’exercice culturel de traduction entre les langues chinoise et française, pour des travaux portant sur les sciences humaines et sociales, ainsi que pour des œuvres de littérature. Les deux passages, du chinois vers le français, et du français vers le chinois, font l’objet des études réunies dans ce recueil. Celles relatives à la version d’ouvrages chinois en langue française y figurent en plus grand nombre. Le volume présente également, en articulation avec les démarches exposées par les spécialistes, les pensées d’autres acteurs du passage culturel, issus de milieux larges : enseignement (secondaire et scientifique), bibliothèque (nationale et municipale), librairie. Notre ambition est de sensibiliser des publics différents à la question du passage interculturel.

2Par cette invitation à pénétrer au cœur de l’exercice de traduction, que nous adressent les seize auteurs du volume, nous voulons contribuer à faire prendre en compte les spécificités et les intérêts d’une connaissance approfondie de chaque culture pour assurer le passage vers l’autre culture et dans l’autre langue ; à faire participer les acteurs, conscients, du pays d’arrivée à la reconnaissance de l’autre culture, et, plus généralement, à l’intérêt de développer un enrichissement intellectuel réciproque, dans l’espoir d’un dialogue interculturel approfondi.

3Nous nous proposons de mettre en valeur ce qui se joue dans l’entreprise de traduction. La question de la traduction littéraire est particulièrement envisagée, essentiellement celle d’œuvres contemporaines écrites en langue chinoise, avec des interventions de chercheurs, universitaires et traducteurs spécialistes de cette période. Des spécialistes de la traduction des sciences sociales et humaines, s’intéressant à des traités chinois d’esthétique, des œuvres chinoises de philosophie, des ouvrages sociologiques français, dont les travaux parcourent la longue durée, exposent également leurs pensées. Livrent encore leurs réflexions, tirées de leurs expériences propres, des acteurs du passage culturel dans l’enseignement de la langue chinoise au secondaire, en bibliothèque, en librairie ainsi que dans le champ médical, au sein duquel l’approche chinoise développe une vision englobante du corps et de la nature.

Trois décennies d’échanges

4L’histoire des relations culturelles franco-chinoises contemporaines est, somme toute, assez courte. Après la fin de la Révolution culturelle, avec l’ouverture de la Chine depuis le début des années 1980, elles ont été de nouveau permises et elles se sont épanouies dans les deux pays, en particulier en Chine, qui avait connu une rigidité doublée d’une fermeture culturelle aux échanges internationaux durant les vingt années précédentes.

5Dans cette histoire récente de nos relations bilatérales en matière culturelle, et plus spécifiquement littéraire, quelques opérations majeures doivent être rappelées. Elles ont imprimé un dynamisme fort à la connaissance de nos cultures réciproques et, pour ce qui concerne la France, à la perception que les Français ont progressivement pu avoir de la Chine, qu’ils soient des spécialistes ou simplement des amateurs de culture, des voyageurs, des lecteurs.

6En 1988, le Centre national du livre (CNL) du ministère de la Culture a organisé les manifestations « Belles étrangères Chine » en France, invitant une douzaine d’écrivains chinois à présenter leurs œuvres et dialoguer avec le public français, à Paris ainsi que dans plusieurs autres villes. Ce programme a donné une impulsion à la parution d’œuvres de littérature chinoise traduites en français chez différents éditeurs français avant et après les événements. Une quinzaine d’années plus tard, en 2003-2005, ce sont les années croisées France-Chine qui ont eu lieu, avec notamment à Paris le Salon du livre qui a mis à l’honneur les « Lettres chinoises » en 2004 : une quarantaine d’écrivains de langue chinoise, de la Chine continentale, de Hong Kong, de Taiwan et de la diaspora y ont été invités. Plus récemment, en 2011-2012, l’année croisée linguistique franco-chinoise s’est déroulée, génératrice de nombreux événements.

7Au débouché de ces décennies de travaux qui ont contribué à mieux faire connaître, dans les mondes français et chinois, les littératures et cultures de l’autre pays, et au terme de cette année croisée linguistique, il a semblé intéressant de faire porter notre réflexion sur ce qui se passe dans l’exercice de traduction entre les deux langues chinoise et française, et il est utile de maintenant présenter nos approches de la question aux chercheurs et au public français par la publication de cet ouvrage. Car le passage d’une langue à l’autre ne peut être tenu pour un décalquage, une formulation transparente et neutre, qui transporterait les lecteurs sans aspérité ni difficulté, ni transformation, d’un univers à l’autre. Le processus même de la traduction est complexe, et il requiert des connaissances mais aussi de l’inventivité. C’est, entre autres éléments, ce que cet ouvrage veut contribuer à porter à la conscience générale. Il convient d’ailleurs d’observer qu’en France l’exercice de traduction est, sur le plan littéraire et académique, beaucoup plus pris en considération qu’auparavant ; il est aujourd’hui devenu un sujet d’étude à part entière.

Le colloque

8L’ouvrage est le fruit d’un colloque tenu le 12 juin 2012 à la Bibliothèque nationale de France (BnF), dont l’intitulé était le suivant : « Traduire entre les langues chinoise et française, un exercice d’interprétation ». Joël Bellassen, professeur de chinois à l’Inalco, auteur de nombreux ouvrages d’apprentissage du chinois et inspecteur général au ministère de l’Éducation nationale, m’avait proposé de concevoir et d’organiser un colloque traitant de la traduction. L’idée est alors née d’une réflexion sur l’exercice de traduction, mené dans des domaines variés et touchant des publics divers. Le recueil réunit un ensemble de considérations relatives aux approches de traduction, et constitue, en quelque sorte, un état des lieux de problématiques de traduction et de passage culturel, dressé donc à une époque donnée.

9Les temps complémentaires qui sont envisagés – portant sur la traduction dans le champ des sciences humaines et sociales, dans l’espace littéraire, dans les milieux du passage culturel en structures grand public – éclairent quelques aspects fondamentaux du travail de traduction. Que doit prendre en compte un traducteur de littérature contemporaine en langue chinoise dans son travail, pour faire passer une œuvre de la langue chinoise à la langue française ? Quelles sont les possibilités, les difficultés ? Quelles données de la culture chinoise doit-il mobiliser, dans la formulation de celles-ci en langue chinoise mais également dans leur traduction en langue française ? Et vice versa pour la traduction depuis le français vers la langue chinoise. Quelle langue, quelle syntaxe, quelles images le traducteur choisit-il de privilégier ? Comment les lecteurs, dans l’autre langue, perçoivent-ils ces œuvres étrangères ? Comment, en compagnie des enseignants, des bibliothécaires et des libraires, font-ils leur chemin dans les œuvres à l’horizon des deux pôles linguistiques français et chinois ?

10Ce tableau, brossé en 2012, demeure parfaitement d’actualité pour les perspectives interculturelles explorées ainsi que pour les problématiques de traduction concernant le passage d’une langue à l’autre, chinois vers français et français vers chinois.

11Dans la mesure où le colloque était organisé en France et s’adressait à une audience avant tout française, le choix a été fait d’étudier principalement des situations et des contextes français, en relation notamment avec l’apprentissage du chinois dans notre pays. Les travaux du colloque, les interventions et les débats se sont déroulés en langue française. Le livre, dont les articles ont donc été rédigés en français, est naturellement destiné aux lecteurs français, qu’ils soient ou non spécialistes des thématiques développées.

12Cet ouvrage s’offre ainsi comme une photographie à un moment donné des domaines de pratiques interculturelles et comme un champ de réflexions sur les recherches et modes de pensée dans l’une et l’autre cultures, et au croisement de ces deux cultures que rend possible la traduction. Par exemple, la question de la réception des œuvres étrangères se trouve posée par certains des contributeurs.

13On l’aura compris : la traduction est envisagée sous un angle large, avec en particulier une attention accordée à la formation des élèves à la langue et aux spécificités culturelles. L’impulsion donnée par Joël Bellassen a été déterminante. Le partenariat avec l’Association française des professeurs de chinois (AFPC) est lui aussi significatif. Le soutien de l’ambassade de Chine en France, et plus spécifiquement de son service de l’Éducation, ainsi que le soutien financier que ce dernier a apporté à la publication de l’ouvrage, attestent encore de ce rapport dynamique ici considéré entre l’enseignement de la langue et la traduction.

14C’est la BnF qui a accueilli le colloque, ce qui symbolise remarquablement l’ampleur et l’esprit d’ouverture qui a présidé à nos travaux. Ce lieu prestigieux leur a offert une belle résonance en France.

15La Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) a été l’organisatrice du colloque, en partenariat avec la BnF, l’AFPC et le Centre d’études sur la Chine contemporaine (CECMC) de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). L’événement a bénéficié du concours de l’inspection générale de chinois du ministère de l’Éducation nationale ; il a également reçu le soutien de l’ambassade de Chine en France, du Hanban (Bureau de promotion internationale de la langue chinoise).

L’ouvrage

16Le livre s’ouvre sur une première partie, introductive, notamment composée de deux textes qui développent des approches contextuelles, celui de Joël Bellassen et le mien, respectivement pour ce qui touche à l’enseignement du chinois en France et à la sensibilisation aux spécificités culturelles d’une langue, et pour ce qui concerne la traduction littéraire et la notion d’étrange/étrangeté à préserver en traduction.

17Ces éléments généraux posés, vient la deuxième partie, constituée de communications relatives à la traduction dans le champ des sciences sociales et humaines. Jean Levi traite d’écrits de la Chine ancienne relevant des sphères philosophique, stratégique, politique, qui ont été rédigés dans une langue classique grandement polysémique. Yolaine Escande analyse les textes théoriques chinois consacrés à la peinture et à la calligraphie. Véronique Alexandre Journeau, quant à elle, s’attache à l’examen d’une notion spécifique, le terme you (voyage, errance), dans les matières poétique, picturale et musicale. Dans une époque plus contemporaine, Liu Hui étudie, pour sa part, les voies de la traduction des œuvres de Bourdieu en Chine. Intervenant en tant que traductrice dans le domaine médical, Meng Tian relate une expérience au sein de laquelle l’utilisation de la langue chinoise ancienne et médicale sert d’outil pédagogique à des praticiens non sinisants curieux de la médecine mais également de la pensée chinoise.

18Après ce parcours effectué dans la durée historique et l’observation qu’il nous permet de concepts et modes de pensée parfois spécifiques à l’une et l’autre des cultures, nous arrivons, dans la troisième partie, au champ littéraire. Li Yumin embrasse plusieurs siècles d’écriture en langue française dans son travail de traducteur. Xu Shuang nous entraîne vers la poésie de Francis Ponge. Puis nous pénétrons dans la période contemporaine avec les textes de Chantal Chen-Andro, qui s’intéresse à plusieurs poètes chinois actuels, de Marie Laureillard, qui analyse l’écriture du poète taiwanais Chen Li, et de Noël Dutrait, qui relate son expérience de la traduction d’œuvres romanesques et poétiques de l’écrivain Gao Xingjian, qui vit en France.

19Nous proposons également, dans des encadrés répartis dans l’ouvrage, un élargissement de la problématique à d’autres acteurs majeurs du passage culturel, qui sont, par la nature même de leur métier, davantage tournés vers le grand public. Brigitte Guilbaud prône auprès de ses élèves du secondaire l’ouverture des consciences à la différence et à la complémentarité culturelle, par l’apprentissage du chinois et par l’action croisée avec d’autres disciplines. Autres lieux favorisant la connaissance des cultures étrangères : les bibliothèques. Au plan national de la BnF, Fu Jie expose les enjeux et les critères présidant à la constitution du fonds chinois. Au plan municipal de la médiathèque d’Issy-les-Moulineaux, Anne Rey montre comment s’articulent diverses actions pour promouvoir la connaissance de la langue et de la culture chinoises, en lien avec une politique de la ville privilégiant les échanges internationaux, par des jumelages notamment. Enfin, la librairie est un autre endroit particulièrement propice à la découverte des cultures du monde : Isabelle Tréhorel livre l’expérience de passeuse de culture et de littérature chinoise qu’elle mène dans sa librairie de Rennes.

Des notions culturelles essentielles

20Comme les lecteurs pourront le découvrir au fil des pages, et plus sensiblement dans les communications qui traitent de la traduction de textes écrits en chinois, quelques termes sont utilisés d’une manière fréquente dans différents champs d’expression de la pensée, en l’occurrence de la pensée chinoise. Je pense ainsi à la notion de you (voyage, errance), analysée dans la contribution de Véronique Alexandre Journeau, mais aussi évoquée dans celle de Xu Shuang. S’il s’avère que you ne peut se laisser traduire par un seul mot en français, il n’en demeure pas moins que ce caractère chinois transmet avec constance l’idée d’une fluidité et d’un mouvement, tant physique que mental. Plus essentielle encore, la notion de shen (esprit) figure dans plusieurs contributions traitant de la culture chinoise. Il est question de shenyun (charme spirituel), de chuanshen (transmettre l’esprit, le ton original), clé de voûte de la traduction poétique, selon Xu Shuang. La notion de qi (souffle) est également mise en valeur ; elle demande à être perçue dans l’œuvre originale française et à être restituée en mode chinois, qui est, aux yeux de Li Yumin, une langue offrant une très grande liberté syntaxique.

21Dans la pratique de la traduction littéraire, et notamment dans l’expression poétique, les traducteurs, passant d’une langue à l’autre, sont régulièrement confrontés à ces concepts culturels fondamentaux et fondateurs. La traduction n’est jamais un exercice qui s’effectue au seul rythme du mot à mot : elle embrasse les champs constitutifs et symboliques de l’une et l’autre culture.

Des catégories intellectuelles différentes

22Comme plusieurs contributeurs le soulignent, certaines catégories intellectuelles ne sont pas les mêmes dans les pensées et les cultures chinoise et française. L’ouvrage met en valeur ces distinctions. Ainsi, Yolaine Escande traite de la difficulté à traduire en français les termes de catégories comme « l’art », « la peinture », « la calligraphie », « le paysage », car les découpages catégoriels, qui renvoient à des conceptions propres à l’univers artistique chinois, ne sont pas équivalents à ceux employés en Occident. De même en littérature, Fu Jie explicite la complexité de la tâche pour constituer le fonds littéraire chinois de la BnF, dans la mesure où les genres littéraires du roman, de l’essai ou du poème ne sont pas constitués ni considérés semblablement dans les cultures chinoise et française. La question d’un genre spécifique d’écriture à faire percevoir dans la langue et le pays d’arrivée est encore abordée par Liu Hui : selon cette dernière, le lecteur doit pouvoir distinguer dans une traduction l’originalité de la pensée d’un auteur, en l’occurrence Bourdieu, qui s’incarne dans l’inventivité d’une expression individuelle dépassant parfois les genres établis – à cet égard, elle souligne que le traducteur doit également veiller à ce que l’éditeur aussi respecte l’originalité et la spécificité de l’auteur qu’il s’apprête à présenter en traduction. C’est également le défi relevé par Xu Shuang, traduisant Francis Ponge, que de révéler en langue chinoise la créativité de langue et de genre littéraire de ce poète.

Particularités chinoises

23Au nombre des spécificités de la langue chinoise avec lesquelles les poètes aiment particulièrement composer, les éléments graphiques contenus dans les caractères, les assonances, les rimes ainsi que le rythme de l’œuvre doivent être évoqués. Chantal Chen-Andro y prête une attention extrême. Pour Chen Li, indique Marie Laureillard, les caractères chinois sont des mots-images. Cette propriété imagée de la langue chinoise, Xu Shuang y a recouru en traduisant Ponge. Entre écriture par l’auteur et formulation dans une autre langue par le traducteur, il s’agit d’un aller et retour permanent entre deux univers linguistiques et culturels, dans un processus intrinsèquement créatif.

Écritures en mouvement dans la traduction

24Nous qui étudions les caractéristiques culturelles et les spécificités linguistiques des cultures chinoise et française, à l’instar des auteurs d’œuvres littéraires et d’ouvrages de sciences humaines et sociales, nous sommes dans des mouvements et des questionnements constants, pour trouver la voie dans l’expression qui nous semble la plus adéquate dans la langue d’arrivée, celle que nous manions en traduisant. Notre exigence intellectuelle et esthétique nous pousse dans des explorations au bout desquelles il nous faut trancher pour proposer une version, qui, le cas échéant, peut n’être pas définitive, comme le montre Chantal Chen-Andro. Comment s’orienter, trouver un guide dans ces tâtonnements ? Pour Li Yumin, il faut déployer une pensée logique, en bonne connaissance des œuvres de l’auteur considéré et du contexte culturel. L’inventivité, en tout cas, est de rigueur : Noël Dutrait, dans le champ littéraire contemporain, et Jean Levi, dans le registre des textes anciens chinois, en fournissent des exemples.

Auteur, traducteur

25Dans certaines circonstances, la distinction entre l’auteur et le traducteur peut s’estomper quelque peu. On a déjà montré que le traducteur est nécessairement un auteur, une personne usant de la langue d’une manière attentive, scrupuleuse, parfois innovante. La frontière entre auteur et traducteur peut se faire encore plus ténue. Le poète Chen Li, explique Marie Laureillard, est lui-même un traducteur et il s’intéresse aux traductions de ses œuvres vers d’autres langues ; son écriture se déploie en intégrant cette donnée et cette dimension de la traduction. Traduisant des œuvres du romancier Gao Xingjian qui est francophone, Noël Dutrait discute avec ce dernier de ses traductions, sollicite son avis : se fait-il son interprète, ou devient-il parfois coauteur ? se demande-t-il. L’interrogation est encore poussée plus loin, dans le cadre de la traduction d’œuvres chinoises rédigées en langue classique entreprise par Jean Levi : celui-ci souligne que, tandis que l’original sur lequel il travaille présente une multitude de facettes, la traduction proposée n’en reflète qu’une seule ; il estime que le texte original peut relever plus d’une amorce que d’un livre, et que le traducteur, dans ce cas, accouche d’ouvrages inexistants.

26Les termes et expressions sont nombreux pour qualifier l’exercice de traduction. Joël Bellassen parle d’une « reformulation ». Yolaine Escande fait valoir que la traduction peut être envisagée comme une trajection ; elle souligne que dans ce déplacement le lecteur doit lui aussi faire un effort de trajection.

27Quel que soit le mot choisi, la traduction doit s’entendre comme un mode de pensée, ouvert aux spécificités et offert à l’inventivité, qui doit être privilégié chez tous (traducteurs et professionnels du passage culturel, praticiens dans d’autres domaines, plus largement amateurs d’œuvres littéraires, de pensée et d’esthétique chinoise), pour nous, lecteurs français de ce livre.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search