Version classiqueVersion mobile

La fabrique du patrimoine

 | 
Nathalie Heinich

Épilogue. Vers une sociologie des valeurs

Texte intégral

1Dans le travail concret de l’Inventaire tel qu’on l’observe sur le terrain ou en situation de réflexivité, il existe, nous l’avons vu, maintes entorses à l’idéal scientifique d’objectivité des critères. Mais ce défaut d’objectivité absolue ne remet pas en cause la qualité ou la scientificité du travail. En effet, nous avons pu constater que le jugement est à la fois construit et contraint par des critères communs, récurrents, partagés, justifiables – donc non réductibles à la subjectivité individuelle –, qui relèvent d’une objectivité non pas absolue mais contextuelle, relative. Bien que ne relevant pas des « faits » objectifs, les valeurs qui sous-tendent le travail d’évaluation ne sont pas pour autant « molles », purement subjectives, manipulables à volonté. Quel statut faut-il donc donner, d’un point de vue sociologique, à ces entités que nous nommons « valeurs » ?

2Une première caractéristique des valeurs est que, sans être en nombre infini, elles sont néanmoins très nombreuses – beaucoup plus en tout cas que dans le répertoire que nous venons de dresser. Cette multiplicité des valeurs rend leur ordonnancement complexe ; il est cependant nécessaire, car les mêmes valeurs ne sont pas sollicitées dans les mêmes domaines. C’est cette différence qui confère leur coloration spécifique aux différents univers dans lesquels nous évoluons, faisant de la compétence à s’orienter dans les systèmes axiologiques – ce qu’on peut appeler le « sens moral » – une condition fondamentale, mais fort peu reconnue, de l’aptitude à la vie sociale.

3Une deuxième caractéristique des valeurs est que, sans être véritablement « refoulées » (selon le modèle psychanalytique), ni « dissimulées » (selon le modèle de la sociologie critique, qui fait des valeurs une simple dissimulation des intérêts), elles ne sont pas toutes conscientes aux acteurs ni explicitables par eux, comme cette étude l’a montré. Elles ont, de ce point de vue, le même statut que les « règles » dans le « sens pratique » tel que l’a analysé Bourdieu (1980) : à la fois opérantes et rarement perçues ni explicitées comme telles par les acteurs. Elles ne sont pas pour autant « irrationnelles », comme le voudrait une conception de la rationalité limitée à la pensée logique1, parce qu’elles obéissent à de fortes contraintes de cohérence : n’importe quel objet ne peut pas être qualifié n’importe comment par n’importe quel acteur dans n’importe quel contexte, sous peine de disqualifier radicalement l’auteur de la qualification – nous le savons tous. Voilà qui donne toute sa place au projet de sociologie compréhensive, qui vise à expliciter les logiques, ou les « grammaires », sous-jacentes aux actions, aux représentations, aux énonciations, dans l’espace laissé ouvert entre, d’une part, la réflexivité des acteurs, dans la mesure où ils sont capables d’accéder au sens de leur expérience et, d’autre part, la force opératoire des cadres, des règles, des structures collectives, qui ne se laissent appréhender que grâce au travail interprétatif du chercheur.

  • 1 Pour une critique argumentée des positions de Raymond Boudon, qui refuse la distinction entre fait (...)

4Une troisième caractéristique enfin est que, contrairement à une opinion partagée tant par le sens commun que par maints philosophes, les valeurs ne sont pas plus « objectives », au sens où elles appartiendraient à l’objet, que « subjectives », au sens où elles ne relèveraient que du regard d’un sujet. S’il est important d’insister sur ce point, c’est que la tradition métaphysique ne connaît que ces deux statuts pour les valeurs : soit l’« objectivité » absolue, c’est-à-dire la concordance de l’évaluation avec des entités existant en soi, naturelles, transcendantes, s’imposant également à tous ; soit la « subjectivité », c’est-à-dire la concordance de l’évaluation avec des goûts ou opinions simplement individuels, contingents, non susceptibles de fonder un accord « rationnel ».1

5Cette conception, héritée de la théologie en ce qu’elle postule une raison transcendantale, unique et absolue, est en phase avec une culture qui, longtemps, a simplement ignoré la notion de société. Or depuis plus d’un siècle nous avons à notre disposition, pour penser l’expérience, de nouvelles disciplines : les sciences sociales et, notamment, la sociologie. Elles nous enseignent, pour peu qu’on sache les entendre, qu’entre la transcendance de l’objectivité absolue et la contingence de la subjectivité individuelle, il existe un niveau intermédiaire, infiniment plus puissant et que les entités métaphysiques (si tant est qu’elles existent), et que les raisons personnelles : c’est le niveau de l’organisation collective de la vie en commun. Celle-ci a la double propriété de s’imposer fortement aux acteurs, en orientant leurs capacités d’action, et d’être très vulnérable aux contextes, qui en modifient considérablement les données.

Ce statut intermédiaire des valeurs avait déjà été souligné par Georg Simmel : « Du point de vue de l’objectivité naturelle, ces exigences paraîtront subjectives, du point de vue du sujet, objectives ; en vérité elles relèvent d’une tierce catégorie, non constructible à partir des deux premières, située pour ainsi dire entre nous et les choses » ; mais, faute de disposer de la catégorie que nous référerions aujourd’hui à l’organisation sociale, il en fut réduit à imputer cette instance tierce à la « métaphysique » : « Cette valeur […] est une catégorie métaphysique ; à ce titre, elle est au-delà du dualisme sujet/objet » (Simmel 1987 [1977] : 34).
En revanche, la nature expérientielle des valeurs a été parfaitement reconnue et identifiée par Weber, comme le résume clairement Raymond Aron, en soulignant que leur distinction d’avec les faits ne les abandonne pas pour autant à la contingence ou à la subjectivité : « Les valeurs ne sont données ni dans le sensible ni dans le transcendant. Elles sont créées par des décisions humaines qui diffèrent en nature des démarches par lesquelles l’esprit saisit le réel et élabore la vérité. […] chez Max Weber, une différence fondamentale subsiste entre l’ordre de la science et l’ordre des valeurs. L’essence du premier est la soumission de la conscience aux faits et aux preuves, l’essence du second le libre choix et la libre affirmation. Nul ne peut être tenu par une démonstration de reconnaître une valeur à laquelle lui-même n’adhère pas » (Aron 1967  : 523).

6Contrairement donc à ce que présume le point de vue essentialiste, la valeur ne réside pas dans l’objet lui-même : sans quoi nous ne comprendrions pas les variations dans les opérations concrètes d’évaluation, sauf à supposer que certains parmi les évaluateurs (mais lesquels ?) détiendraient la vérité absolue sur les valeurs tandis que tous les autres se tromperaient. À l’opposé, on ne peut pas davantage supposer, comme le fait le point de vue constructiviste, que cette valeur résiderait entièrement dans nos représentations et n’aurait aucun rapport avec l’objet évalué : sans quoi nous ne comprendrions pas que certaines catégorisations ou évaluations « tiennent » mieux que d’autres, s’imposent, et finissent par s’institutionnaliser dans des représentations communes ; concrètement, la cathédrale n’aurait pas plus de chances de se voir qualifiée de « monument historique » que la petite cuillère ou la borne Michelin – une proposition dont nous sentons bien, intuitivement, l’absurdité. Bref : entre le fanatisme intégriste des « croyants » dans la transcendance des valeurs, et le fanatisme intégriste des partisans du relativisme post-moderne, il n’y a, heureusement, pas à choisir. Les jugements de valeur sont la résultante de processus d’évaluation fondés à la fois sur les propriétés objectales des objets, ou les « prises » qu’ils offrent à la perception ; sur les représentations collectives et les « grammaires » axiologiques dont les acteurs sont, inégalement, dépositaires ; et sur les contraintes et les ressources propres à la situation concrète d’évaluation.

7Affirmer que les valeurs s’enracinent à la fois dans les propriétés objectales, dans les compétences axiologiques incorporées par les acteurs, et dans les contextes en lesquels se produit l’interaction entre objets et sujets (car il s’agit bien d’une interaction, au sens où les objets, grâce à leurs propriétés spécifiques, facilitent ou, au contraire, entravent ce que l’on peut faire d’eux), c’est dire que les valeurs sont présentes trois fois : tout d’abord, elles existent avant la situation d’évaluation (c’est la dimension structurale, déterministe, de l’expérience commune) ; ensuite, elles s’élaborent dans la situation, en s’exerçant concrètement sur tel ou tel objet, avec une efficacité variable (c’est la dimension pragmatique et interactionniste) ; enfin, elles se construisent après la situation d’évaluation, grâce à leur mise à l’épreuve au contact des objets et dans l’influence des contextes, de sorte qu’elles se modulent, s’affinent, s’affirment ou, au contraire, se périment, entraînant une ré-élaboration permanente du répertoire dont disposent les acteurs (c’est la dimension constructiviste et historiciste). Autant dire qu’il n’y a pas à imposer a priori telle ou telle méthode, telle ou telle approche théorique : la pertinence des unes et des autres est avant tout fonction du moment de l’expérience auquel la recherche s’attache.

  • 2 Cette double et contradictoire propriété des valeurs – d’être à la fois universelles au niveau des (...)

8Nous pouvons donc conclure qu’en matière de valeurs, l’absence d’objectivité absolue ne signifie nullement la subjectivité : elle signifie la variabilité et des répertoires axiologiques disponibles, et des contextes, temporels et spatiaux. Cette variabilité n’empêche nullement, comme nous venons de le constater, l’accord sur des principes et des pratiques, la construction de collectifs, de routines et de traditions intellectuelles, la stabilisation de critères partagés – ou en d’autres termes, ce qu’une certaine tradition philosophique aime appeler la « rationalité ». Simplement, cet accord est fondé sur la « croyance » des acteurs en des valeurs universelles, tout en se construisant par l’interaction effective entre des objets, des humains et des contextes2.

9La prise en compte et l’observation de ces trois dimensions – objectale, mentale, contextuelle – constitue l’apport propre de la sociologie à la question des valeurs.Elle nous permet de passer de l’essentialisme des valeurs à la contextualisation des opérations de valorisation ; et ouvre, ce faisant, un champ nouveau à la recherche sociologique.

Notes

1 Pour une critique argumentée des positions de Raymond Boudon, qui refuse la distinction entre faits et valeurs au nom de la « rationalité » de celles-ci, cf. Heinich (2006a).

2 Cette double et contradictoire propriété des valeurs – d’être à la fois universelles au niveau des représentations que s’en font les acteurs, et relatives au niveau de leur mise en œuvre effective – a été remarquablement explicitée par Gérard Genette (1997).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search