Version classiqueVersion mobile

La fabrique du patrimoine

 | 
Nathalie Heinich

III. Les critères de patrimonialisation

12. Axiologie du patrimoine

Texte intégral

1« Ils prennent tout ! » se moquent certains à propos des chercheurs de l’Inventaire. Et en effet, l’inflation patrimoniale dont il a été question en introduction apparaît à présent sous une autre lumière : l’observation serrée des pratiques « patrimonialisantes » suggère qu’il s’agit d’un phénomène à la fois moins général et plus complexe que ne le supposent les grandes explications en termes de rapport d’une société à son propre passé, de nostalgie collective, de muséification généralisée du monde. Plus trivialement, l’accroissement spectaculaire du corpus patrimonial est aussi la conséquence des procédures techniques d’observation, de perception et de traitement scriptural des artefacts par les spécialistes de l’administration patrimoniale.

2Mais nous avons vu que, même si les chercheurs de l’Inventaire « voient » tout, et s’ils « prennent » beaucoup plus que ne le feraient les recenseurs des monuments historiques (ou, plus directement, les photographes chargés d’immortaliser par l’image les éléments sélectionnés), ils ne prennent pour autant pas « tout » ; et qu’ils disposent, pour « prendre » ou pour « laisser », de critères relativement stabilisés. Il est donc temps de récapituler le système de valeurs – autrement dit, l’axiologie – mobilisé pour introduire un artefact dans la chaîne patrimoniale : que ce soit au niveau primaire du repérage et de la sélection à l’Inventaire ou au niveau, beaucoup plus sélectif, de l’inscription ou du classement au titre des monuments historiques.

Prises, critères, valeurs

3L’observation du travail des experts a permis de mettre en évidence les « prises » utilisées pour qualifier les édifices ou les objets : formes, volumes, matériaux, emplacements, inscriptions, éléments de décor, couleurs, textes, dates, plans, listes, etc. Équivalent français du mot affordance issu de la psychologie de la perception (Gibson 1979), le terme de « prise » est utilisé ici au sens fort que lui confèrent Christian Bessy et Francis Chateauraynaud dans leur ouvrage sur les experts en salles des ventes : la « prise commune », au fondement de l’expertise, « permettant de valider actions et jugements en passant par les objets » (Bessy & Chateauraynaud 1995  : 236), « est le produit de la rencontre entre un dispositif porté par la ou les personnes engagées dans l’épreuve et un réseau de corps fournissant des saillances, des plis, des interstices » (ibid.  : 239).

4En d’autres termes, les « prises » constituent le point de rencontre entre les propriétés objectales des éléments soumis au jugement et les ressources des acteurs amenés à juger. Cette notion permet ainsi d’échapper à l’alternative ruineuse, car largement idéologique entre, d’un côté, la conception purement objectiviste (partagée par l’histoire de l’art traditionnelle, la philosophie essentialiste et le sens commun) selon laquelle la valeur serait entièrement dans les objets soumis au jugement ; et, de l’autre, la conception radicalement constructiviste (propre au courant « post-moderne » en sociologie et anthropologie) selon laquelle la valeur serait entièrement dans les représentations des sujets, éminemment « culturelles », donc relatives.

5Dans la perspective d’une « sociologie de la perception » adoptée par Bessy et Chateauraynaud, nous aurions dû nous concentrer sur la mise en évidence de ces prises. Mais ce qui nous intéresse ici, c’est moins la perception que l’évaluation : ce pour quoi nous avons dirigé notre attention vers un stade ultérieur du processus – le stade des critères appliqués, grâce à ces prises, aux artefacts susceptibles d’entrer dans la chaîne patrimoniale. En effet, pour s’emparer de ces prises et en faire usage, les acteurs disposent de ressources préalablement constituées et relativement partagées, qui prennent la forme d’un nombre fini de « critères », autrement dit de caractéristiques constantes applicables à un nombre infini d’objets : par exemple la datation, l’état de conservation, la conformité des percements avec leur forme d’origine, etc. Un critère en effet est « ce qui permet de faire des distinctions entre des choses, des personnes ou des notions », de sorte qu’« appliquer un critère, c’est faire des distinctions permettant des choix » (Michaud 1999  : 52). Et à la différence des prises, qui relèvent essentiellement d’une perception muette, les critères sont directement communicables par la parole, donc accessibles à l’observation ou au questionnement du sociologue ou de l’ethnologue. Ainsi, à la question « pourquoi » (« Pourquoi la prenez-vous ? »), le chercheur de l’Inventaire répondra probablement par un critère (« Parce qu’elle est ancienne »), alors qu’à la question « comment » (« Comment voyez-vous qu’elle est ancienne ? »), il lui faudra faire l’effort de remonter verbalement à la prise (« Euh… À cause de la taille des ouvertures, et aussi de la forme de la cheminée »).

6La capacité des critères à se laisser appréhender est accrue dans le cas de l’Inventaire par la méthode suivie, qui requiert une certaine aptitude à la réflexivité et à l’explicitation grâce au processus complexe d’inscription des données présidant, nous l’avons vu, à la construction du regard collectif. Ce passage par le scripturaire entraîne les trois effets propres à tout usage de l’écriture, tels que Jack Goody les a mis en évidence : premièrement, une définition – au double sens du terme – de ce qui, sinon, pourrait demeurer dans le flou, par le durcissement des classifications (Goody 1979 [1977] : 187) ; deuxièmement, une formalisation des différences de valeurs, par l’accentuation de « la dimension hiérarchique du système classificatoire » (ibid. : 182) ; et troisièmement, une « généralisation » de ces catégorisations et de ces hiérarchies (ibid. : 187). Définition, hiérarchisation, généralisation : ces trois opérations sont, nous l’avons vu, étroitement imbriquées dans le répertoire des critères de l’Inventaire.

7Dans leur mise en œuvre concrète en situation, ces critères sont apparus, d’une part, plus ou moins explicités ou explicitables, depuis la prescription des directives officielles jusqu’au murmure à peine audible, voire au silence embarrassé ; et d’autre part, univoques ou ambivalents, selon qu’ils étaient toujours positifs ou bien susceptibles de devenir négatifs selon les contextes. Au titre des critères univoques : documentation, datation, ancienneté, état de conservation, authenticité, accessibilité, vulnérabilité, personnalisation, beauté. Et au titre des critères ambivalents : décoration ou non décoration, rareté ou multiplicité, originalité ou banalité, hétérogénéité ou homogénéité, unicité ou typicité, modestie ou monumentalité, lisibilité de la fonction ou pureté de la forme, place dans la typologie ou dans le tissu urbain, extension locale ou globale.

8Le regroupement des critères selon ces deux paramètres croisés de l’univocité et du degré d’explicitabilité a permis de dégager quatre grandes catégories : celle des critères prescrits et univoques, celle des critères prescrits et ambivalents, celle des critères latents, celle du critère proscrit. Or, ces catégories se sont révélées – non plus par l’observation des mots ou des gestes des chercheurs, mais par notre familiarité avec leur univers axiologique – comme étant corrélées avec des valeurs aisément identifiables : la valeur d’anciennetéet la valeur d’authenticité, fondamentales car relevant des critères prescrits univoques ; la valeur de rareté (ou d’unicité) ou, au contraire, de multiplicité (ou de typicité) des cas, relevant des critères prescrits ambivalents ; la valeur de beauté, relevant d’un critère proscrit. À ces quatre valeurs principales s’ajoutent, au titredes critères explicitables ou latents (renvoyant parfois à des tensions méthodologiques), des valeurs problématiques ou mineures dans cet univers : interprétabilité, fonctionnalité, proximité.

9Notons toutefois que, contrairement aux critères, ces valeurs dans leur ensemble ne font guère l’objet d’une explicitation par les acteurs : elles demeurent le plus souvent dans l’implicite des principes communs aux membres d’une même culture, qui n’ont besoin d’être rappelés que dans les situations de controverse axiologique. C’est là qu’entre en jeu la sociologie des valeurs : elle « opacifie » – au sens d’arracher à la transparence, donc de rendre visible – ce qui, pour les acteurs, reste le plus souvent non perçu, car transparent (Junod 1976).

10Ces valeurs sont plurielles, mais en nombre limité. Elles sont différentes, mais n’en sont pas pour autant indépendantes les unes des autres : elles peuvent se combiner entre elles ou se renforcer – telles, typiquement, l’ancienneté et l’authenticité. Elles peuvent d’ailleurs aussi, tout aussi bien, se contredire, comme par exemple la beauté d’un aménagement et son caractère récent, ou bien l’ancienneté d’un élément et son aspect très abîmé, ou encore l’ancienneté d’une transformation de l’état d’origine : d’où la complexité du travail des chercheurs.

11C’est dire que l’approche adéquate pour traiter des valeurs – comme, d’ailleurs, de la plupart des choses humaines – n’est pas catégorielle, en termes de catégories exclusives les unes des autres, mais typologique : on a affaire à ce qu’on pourrait appeler des « polarisations axiologiques », plus ou moins réalisées, sur un axe continu entre le plus et le moins, autorisant les positions relatives (par exemple : plus ou moins beau), et non pas à des découpages discontinus entre ce qui serait et ce qui ne serait pas, de façon absolue (par exemple : beau ou pas beau). Nous retrouvons ainsi la propriété des « jugements polarisés » selon Gilbert Dispaux, dans lesquels la normativité va de pair avec la continuité.

12Ce sont donc ces valeurs « inventoriales » que nous allons déployer à présent, dans leur relation avec les valeurs patrimoniales, de façon à décrire l’ensemble de la configuration axiologique propre au patrimoine.

Ancienneté

13Commençons par l’ancienneté. Si ce critère est commun au service des Monuments historiques et à celui de l’Inventaire, il pèse davantage pour le premier, qui a connu lui aussi, certes, un élargissement de la temporalité, mais moins vite et moins radicalement que pour le second. Le critère de l’âge reste très présent, au point que la date de construction ou de rénovation est le premier renseignement donné par les rapporteurs dans les commissions. Même si l’exigence d’ancienneté s’est relativisée dans l’histoire de l’administration patrimoniale, dont les corpus se sont élargis à des éléments de plus en plus récents, l’appartenance au passé n’en demeure pas moins une propriété constitutive de la notion de patrimoine, comme l’avait déjà noté Aloïs Riegl.

14Dans l’Inventaire, l’ancienneté partage avec l’authenticité une place éminente, puisqu’elle a pour elle d’être à la fois univoque et prescrite. Elle est une valeur fondamentale – si fondamentale même qu’elle n’a guère besoin de s’expliciter. Un désaccord éventuel à son sujet, entre spécialistes, ne peut porter que sur sa mesure, non sur sa pertinence. Et c’est bien une valeur en tant que telle, qui ne peut être confondue avec la valeur esthétique, comme on le fait parfois un peu rapidement : l’ancienneté ne va pas forcément de pair avec la beauté ou l’art – et réciproquement.

15Notons toutefois qu’elle est une valeur très vulnérable à l’acculturation du regard : non seulement parce que sa perception requiert parfois un savoir spécialisé (souvenons-nous de la « maison très ancienne », page 125), mais aussi parce qu’une ferme « ancienne » aux yeux d’un spécialiste du patrimoine a toutes chances d’apparaître comme une « vieille » bicoque aux yeux de l’habitant. « Le caractère achevé du neuf peut être apprécié par tout individu, même complètement dépourvu de culture. C’est pourquoi la valeur de nouveauté a toujours été la valeur artistique du public peu cultivé », écrivait Riegl, pointant ainsi l’impact de la stratification sociale sur la capacité à accorder valeur à ce qui trahit le passage du temps (Riegl 1984 [1903] : 96). Dans le monde ordinaire des activités quotidiennes, tout objet est naturellement soumis à la dégradation par le temps : « naturellement », c’est-à-dire que le renversement de ce processus exige un travail spécifique – par exemple, le travail de patrimonialisation. C’est ce travail du regard qui permet à la durée, ou à l’âge, de faire basculer un objet dans le registre valorisant de l’ancien – faute de quoi il ne serait que vieux, c’est-à-dire dégradé. Le temps est un vecteur contradictoire, une forme vide pourvue de deux sens différents selon le sens qui lui est attribué : soit positif – c’est l’accumulation d’un capital d’ancienneté –, soit négatif – c’est la dégradation des capacités.

16C’est dire que le critère de l’âge ne suffit pas à produire de la valeur : il doit pour cela s’inscrire dans un contexte induisant la valorisation préalable de la référence au passé, comme c’est le cas dans le domaine du patrimoine ; ou bien se combiner avec une autre valeur, telle la beauté ou l’authenticité. Alors seulement l’objet ancien acquiert cette « fonction-mémoire » évoquée par Marc Guillaume (1980), ou encore, selon Daniel Fabre, cette capacité d’apparaître comme « la mise en relation, à travers un monument ou un objet, avec le passé en tant que tel », réalisant ainsi cette « sorte d’épiphanie du passé qui provoque chez les sujets modernes, quelles que soient leur origine et leur formation, un trouble, une émotion, une fascination, un plaisir » (Fabre 2000c : 202). Il semble donc que l’ancienneté peut fonctionner, selon les contextes, soit comme une anti-valeur, soit comme une valeur en tant que telle, soit encore comme un amplificateur de valeur.

17On peut toutefois se demander si, à un certain niveau d’élévation du critère de l’âge, l’ancienneté ne devient pas une valeur partagée par tout un chacun : ainsi, un tesson ramassé dans un champ sera probablement mis à la poubelle par le promeneur s’il est identifié comme récent, alors qu’il sera conservé précieusement s’il est présumé appartenir à la préhistoire. Mais faute d’investigations empiriques, nous en sommes réduits là aux conjectures.

Authenticité

  • 1 Pour une critique de l’inversion opérée par « L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité techniq (...)

18La seconde valeur relevant de critères à la fois univoques et prescritsest la valeur d’authenticité, centrale tant pour les profanes que pour les spécialistes des Monuments historiques ou de l’Inventaire, même si elle n’est pas forcément nommée ainsi. Rarement désignée comme telle par les experts, elle apparaîtà travers une batterie de critères relativement précis, qu’il revient au sociologue d’interpréter en les considérant comme appartenant à une même catégorie axiologique, communément nommée authenticité. C’est à elle que réfèrent parfois les savants sous le terme assez mystérieux d’aura, introduit par le philosophe Walter Benjamin (1971 [1936]) 1 : « L’« aura » n’est donc pas éteinte puisque jamais, au cours de l’histoire, le désir d’un contact direct avec ce que l’on pense être la vérité de l’authentique n’a autant poussé sur les routes du monde les visiteurs de monuments », note avec justesse Daniel Fabre (2000b : 204).

19Mais qu’est-ce que l’authenticité ? Le dictionnaire associe ce terme à des notions apparemment disparates : solennité de l’attestation, véracité, sincérité, naturel. Le sociologue, lui, possède d’autres outils de définition ; à partir d’une analyse inductive des différentes situations où peut apparaître un jugement que nous – en tant que participants d’une même culture – associons intuitivement à l’authenticité, il est possible de définir celle-ci comme étant la continuité du lien entre l’objet en question et son origine : un produit et son terroir, un document et son producteur, le résultat d’un acte et son intentionnalité, l’œuvre insubstituable et son auteur particulier. Continuité substantielle, continuité stylistique, traçabilité, intériorité et originalité dessinent ainsi, malgré l’apparente hétérogénéité des critères, les conditions auxquelles un objet, un acte, une situation, une personne peuvent être dits « authentiques ».

20Dans le cas qui nous occupe, l’authenticité d’un artefact résulte de la continuité à la fois substantielle et stylistique entre le moment présent et celui de sa fabrication. Appuyée sur le caractère inentamé de l’objet originel (ou, en d’autres termes, sur sa pureté), cette valeur d’authenticité tend à se combiner aux autres valeurs intervenant dans le travail inventorial : elle est d’autant plus prégnante, et d’autant plus rare, que l’objet en question est ancien, c’est-à-dire que la chaîne reliant son état présent à son état d’origine est longue ; en outre, la conservation de l’état d’origine implique une cohérence typologique des éléments au regard des normes architecturales propres à l’époque de la construction ; enfin, la perception – même peu consciente – de l’intégrité du bâti a toutes chances de susciter chez les spécialistes un sentiment de beauté, une émotion esthétique (émotion qui, chez le profane, aura sans doute plus à voir avec la grandiosité, la profusion du décor ou le luxe). Là encore, on voit que la valeur d’authenticité n’est pas réductible à la valeur esthétique, même si l’une et l’autre peuvent, dans certains cas, se renforcer.

21Notons toutefois que l’authenticité est, comme l’ancienneté, une valeur plus contraignante pour le service des Monuments historiques que pour celui de l’Inventaire. On le voit dans le cas des copies : dans une logique strictement « histoire de l’art », qui tend à exclure tout ce qui n’est pas œuvre originale, elles sont d’emblée éliminées, voire confondues avec des faux ; alors que dans la logique plus historienne ou ethnologique de l’Inventaire, les copies deviennent intéressantes en tant qu’elles sont chargées de significations, qui compensent leur manque d’authenticité – à condition du moins qu’on puisse quand même faire état du lien avec l’origine, à travers l’identification de l’original qui a précédé la copie. Un tableau dont on soupçonnerait qu’il est une copie mais sans pouvoir établir ni le nom de son auteur, ni le nom de l’auteur de l’original, n’aurait probablement aucune chance d’intégrer l’Inventaire. Autant dire que la valeur d’authenticité, même si elle est moins stricte dans le travail de l’Inventaire que dans la logique plus esthète de l’histoire de l’art et des Monuments historiques, y demeure néanmoins primordiale.

Rareté

22Une valeur également importante, puisque prescrite, est la rareté ; mais elle est ambivalente, dans la mesure où elle se révèle positive dans certains cas, et négative dans d’autres. C’est donc une valeur que l’on peut dire contextuelle.

23En matière patrimoniale, l’ancienneté est le principal facteur de rareté : les risques de destruction augmentant avec le temps, les bâtiments les plus anciens sont aussi, par définition, les plus rares. On peut en dire autant de l’authenticité : compte tenu des risques de « dénaturation », croissant avec l’allongement de la série des usagers, un bâtiment non seulement ancien mais aussi « dans son jus » est forcément une rareté. Cette propriété s’ajoute donc à l’une de ces deux valeurs fondamentales, en l’amplifiant.

24Pour autant, la rareté n’est pas une valeur en soi : si un matériau en voie de disparition (par exemple, l’architecture de terre) ajoute à la valeur d’un bâtiment ancien, en revanche un décor « de mauvais goût », un bâtiment au style atypique dans un ensemble homogène, seront disqualifiés comme excentriques, alors même qu’ils sont rares. C’est dire que, de même qu’il faut avoir investi la logique du patrimoine pour considérer l’ancienneté comme une valeur allant de soi, de même il faut avoir investi la logique de la collection pour en faire de même avec la rareté. Selon Pomian, « la rareté d’un objet est liée à sa valeur au point d’en être la condition nécessaire et suffisante » (Pomian 2003  : 160) ; certes, mais cette propriété n’est vraie qu’à condition de se placer dans la perspective du collectionneur, apte à transformer un objet usuel en « sémiophore », qui attire l’attention, intéresse et séduit par sa singularité ou, comme le dit Bonnot, par son « exceptionnalité » (« Dans le registre de l’exceptionnalité, les collectionneurs éprouvent une affection toute particulière pour un objet à la couleur “peu commune” ou à la forme “inhabituelle”« [Bonnot 2002  : 142]).Sans cette condition, l’objet hors du commun risque fort de ne même pas être perçu, faute de posséder les propriétés pertinentes pour s’inscrire dans la série attendue ; ou bien il sera perçu, négativement, comme « détonant » : nul risque de voir un manoir ancien doté d’une aile en aluminium retenu par les Monuments historiques, en dépit de son évidente rareté.

25Il faut donc qu’un objet ait été préalablement singularisé, et valorisé en raison de sa singularité même, pour que sa rareté apparaisse comme une valeur, ajoutée à d’autres valeurs constitutives telles que l’ancienneté ou l’authenticité. Un château isolé dans un environnement médiocre n’est pas considéré comme « faisant tache », « déparant » la cohérence de l’urbanisme : c’est ce dernier qui « jure » avec le château. Autrement dit, la rareté ne produit pas à elle seule de la valeur et, moins encore, de la valeur esthétique, avec laquelle on a également tendance à la confondre lorsqu’on étudie le rapport aux œuvres d’art : la rareté ne peut être qu’une valeur ajoutée à la valeur de beauté, comme elle l’est pour l’ancienneté ou l’authenticité.

Significativité

26Nous avons vu que dans la logique propre à l’Inventaire, la valeur de rareté peut céder la place à son contraire : la multiplicité, la sérialité, la typicité. Ce n’est plus alors l’objet unique qui est privilégié (l’unicum) mais, à l’opposé, l’objet de série (le typicum) – ou encore, pour reprendre la distinction proposée par la philosophe Hannah Arendt, non plus l’« œuvre » mais le « produit » (Arendt 1961 [1958]). Dans la logique plus esthète des Monuments historiques, privilégiant les critères de l’histoire de l’art, les objets sériels seront laissés de côté. Mais l’Inventaire obéit avant tout à une logique scientifique, en vertu de laquelle le nombre et la sérialité constituent un phénomène historique digne de considération, au moins à titre documentaire. Dans cette perspective, la perception d’un artefact sera construite dans un cadre typologique qui le rendra intéressant pour peu que ses propriétés correspondent, pour l’essentiel, au type – voire très intéressant pour peu qu’elles y correspondent totalement, le rendant ainsi parfaitement « représentatif » de la famille dont il fait partie. Aussi la typicité autorise-t-elle, au minimum, le « repérage » d’un élément, tandis que son exceptionnalité en autorise, à un niveau supérieur d’intérêt, la « sélection ».

27Quoique exigeant une importante capacité de dé-contextualisation et de mise en relation, c’est-à-dire d’abstraction, l’attention à la typicité n’est pas propre au monde savant, comme l’a bien noté le philosophe Alfred Schütz en soulignant, à la suite d’Edmond Husserl, qu’elle constitue une ressource fondamentale du sens commun – de même d’ailleurs que l’aptitude inverse à discerner non ce qui est commun à plusieurs objets mais ce qui est particulier, singulier, voire unique (Schütz 1987 [1945] : 13-14). Cependant l’expérience ordinaire, dans sa propension à privilégier la saillance perceptive de l’exceptionnel, est sans doute plus proche de la culture des historiens d’art – celle qui nourrit l’approche patrimoniale traditionnelle – que de celle des spécialistes de l’Inventaire, formés à l’approche documentaire et statistique, donc portés à privilégier l’abstraction, la sérialité, les grands nombres.

28Dans cette logique très spécialisée de la typicité, l’intérêt de l’artefact – et, du même coup, la décision qui se prendra à son sujet – dépendra de la signification qu’un chercheur lui affectera en tant que représentant d’une catégorie ou témoin d’une pratique. Cette valeur de « sens », ou de signification, est invoquée chaque fois qu’il est question de s’intéresser à un élément pour sa valeur documentaire, sa capacité à autoriser un discours sur ce qu’il révèle indirectement : qu’il s’agisse des propriétés d’une catégorie stylistique, ou encore des usages, des fonctions, des mœurs… Pomian a bien noté, toujours à propos des collections, que toute rareté a la propriété d’éveiller la « curiosité », de « susciter des questions », d’inciter à « parler » de l’objet en question, ainsi investi de « signification » (Pomian 2003  : 160) ; c’est d’ailleurs cette aptitude de l’exceptionnel à engendrer la symbolisation que pointe la théorie du « signal coûteux », utilisée par les éthologues et les anthropologues pour rendre compte de certaines fonctions esthétiques (Bliege Bird & Smith 2005). Or on peut en dire autant de la sérialité et de son corollaire, la typicité voire la représentativité : ces critères ne deviennent des valeurs qu’à condition d’être considérés comme porteurs de « sens », inducteurs de corrélations avec des éléments extérieurs à l’objet en question, susceptibles d’autoriser un « discours » qui en livre la « signification ».

  • 2 « Ils [“les correspondants de la commission établissant la liste de classement”] devront ne pas ou (...)

29Cette valeur, que nous nommerons ici « significativité », existe aussi dans la logique des Monuments historiques : ainsi, dès l’origine, les instructions officielles incluaient la possibilité de protéger des monuments parce qu’ils seraient « intéressants pour l’histoire »2. Mais elle y apparaît sous une forme un peu différente : le sens qui y est visé ne renvoie pas à l’histoire des usages, mais à des événements historiques ; ni à des typologies d’édifices ou d’objets, mais à des typologies stylistiques. On retrouve là ce que Riegl nommait la « valeur historique » d’un monument : « Même les tenants les plus convaincus de la valeur d’ancienneté, qui appartiennent encore en majorité aux classes cultivées, devront admettre que le plaisir qu’ils éprouvent à la vue d’un monument ne provient pas uniquement de sa valeur d’ancienneté. Il résulte aussi, en grande partie, de la satisfaction qu’ils éprouvent à ranger le monument sous un concept stylistique donné, et à pouvoir l’appeler antique, gothique ou baroque » (Riegl 1984 [1903] : 76).

30Cette valeur historique peut s’inscrire dans une dimension plus ou moins collective ou individuelle, selon le nombre d’êtres concernés. L’exemple par excellence en est le tombeau, dont Fabre note justement qu’il est l’origine de tout monument : « Un monument est une construction remarquable. Dans le contexte où il se trouve, au moment où il est perçu, il s’impose à l’attention en alertant une mémoire plus ou moins profonde. L’origine du mot fonde cette propriété : le latin monere signifie bien bâtir ce qui doit rester en mémoire. Le monument est originairement un tombeau, il assure que l’on n’oubliera pas les morts. En ce qu’il manifeste la vénération des ancêtres il est l’édifice édifiant par excellence » (Fabre 2000b : 195). Dans ce cas, la valeur de significativité est étroitement liée à la valeur de personnalisation, que nous avons vue à l’œuvre, fugitivement, chez les chercheurs de l’Inventaire et, beaucoup plus fortement, chez les défenseurs profanes du patrimoine en proie à l’« émotion patrimoniale ». En somme, le tombeau figure la rencontre des deux dimensions de la valeur historique : la dimension plutôt profane, associée au lien avec la personne, et la dimension plus savante, associée à la signification historique – quelle qu’en soit la définition.

  • 3 Sur la « mise en énigme » constitutive de la valorisation du « grand singulier », cf. Heinich (199 (...)

31Bien que la significativité soit constitutive de notions devenues familières, telle celle de « lieu de mémoire » (Nora 1986), ce n’est pas une valeur communément identifiée comme telle. En effet, face à une interprétation, on a souvent tendance à voir dans le discours interprétatif une propriété de l’objet interprété (le « sens » qu’il « possède ») plutôt qu’une capacité du sujet interprétant, en l’occurrence sa capacité à « voir », dans une chose, autre chose qu’elle-même, à la doter de liens avec des réalités auxquelles on n’accède qu’indirectement, par l’activité de production symbolique (Didi-Huberman 1992). Mais cette dimension que l’on peut dire « herméneutique » du rapport au monde – et, en particulier, au monde de l’art – est suffisamment importante, comme j’ai essayé de le montrer ailleurs3, pour qu’on ne s’étonne pas de la retrouver, sous une forme ou sous une autre, à la base du travail de patrimonialisation.

Beauté

32Officiellement absente de l’Inventaire, la beauté y est une valeur, au mieux, marginale. Il arrive toutefois qu’elle soit opératoire ; mais mieux vaut pour cela qu’elle soit associée non pas au « repérage » des éléments les plus récurrents, mais à la « sélection » des plus saillants ; et surtout, il faut qu’elle soit prise dans son acception « scientifique », renvoyant à la typicité, à la représentativité, donc au sens. Cette « beauté scientifique » soumet la valeur de beauté à la valeur de significativité : c’est en tant qu’on peut non seulement lui assigner une place dans une typologie, mais aussi en faire une œuvre « représentative » par l’exhaustivité de ses propriétés pertinentes – une œuvre, donc, symbolique de sa catégorie –, qu’un artefact sera qualifié de « beau » et, en conséquence, sélectionné.

33En revanche, la « beauté esthète », qui peut intervenir dans la protection au titre des monuments historiques, privilégie le « coup d’œil » et l’apparence, s’appuyant sur des critères plus immédiatement perceptifs : symétrie, harmonie, monumentalité, décor, couleur… Ainsi, dans le dossier d’un château examiné lors de la séance de crps précédemment évoquée, le conservateur de l’Inventaire avait dû défendre l’authenticité et la rareté d’une architecture de terre et d’une distribution intérieure préservée, contre les réserves des représentants des Monuments historiques face à l’adjonction d’une tourelle qui nuisait à la symétrie de la façade : le critère esthète d’harmonie extérieure s’opposait là, clairement, aux critères d’authenticité et de significativité intérieures, accessibles aux seuls spécialistes.

34Si beauté esthète et beauté scientifique ont en commun une exigence de cohérence, la première vise plutôt une cohérence concrète, entre éléments visibles à l’œil nu ; tandis que la seconde vise une cohérence plus abstraite, née de la relation entre un artefact et les caractéristiques de sa catégorie. Toutefois, dans l’un et l’autre cas, ce critère implicite de cohérence, quelles que soient les « prises » auxquelles il s’accroche, arrime le sentiment de beauté à la valeur d’authenticité : en effet, la cohérence de l’aspect actuel avec l’état originel prouve que l’original n’a pas été touché, déparé par des modifications postérieures à la construction. La cohérence – soit aspectuelle, soit typologique – signe l’authenticité, dont la perception conditionne le sentiment de la beauté. C’est dire, une fois de plus, que la valeur esthétique est bien loin d’être la seule ni même la principale des valeurs patrimoniales, même si elle possède un poids certain dans la représentation commune des monuments historiques.

35Si donc un artefact a forcément sa place dans l’Inventaire dès lors qu’il est « originel » (valeur d’authenticité), il n’a qu’une place conditionnelle s’il est « original » (critère de rareté) : c’est là l’une des principales spécificités de la définition moderne du patrimoine, à laquelle l’Inventaire a fortement contribué en s’éloignant peu à peu de sa définition première, plus restrictive, construite autour de la notion de monument historique. La relativisation de la valeur d’ancienneté, la marginalisation de la valeur de beauté et, inversement, la saillance de la valeur de significativité achèvent de creuser la différence entre les deux administrations. On retrouve là l’orientation de l’Inventaire vers le pôle scientifique et, plus précisément, les sciences de l’homme : orientation qui, à l’intérieur de la logique patrimoniale dans laquelle il s’inscrit, le distingue quelque peu de l’univers axiologique propre aux Monuments historiques. Et l’on comprend mieux ainsi de quelle façon l’Inventaire s’est éloigné du pôle esthète pour se rapprocher du pôle scientifique de sa mission, tandis que son pôle administratif – la protection par la trace laissée dans un corpus standardisé – demeure tiraillé entre l’impératif de neutralité scientifique et le besoin d’efficacité. C’est ainsi que dans les listes constituées par les chercheurs de l’Inventaire, la ferme côtoie aujourd’hui le château, non parce qu’elle serait « belle » aux yeux de l’amateur, ni parce qu’elle serait de l’« art », mais parce qu’elle est « typique » aux yeux du professionnel – la question de sa protection demeurant pendante, soumise aux aléas des bonnes volontés et des rapports de force locaux.

36Et finalement, l’on en arrive ainsi à pouvoir définir l’idéal-type du monument historique : c’est un édifice ou un objet qui fera l’unanimité des professionnels du patrimoine et quant à son ancienneté, et quant à son authenticité, et quant à sa rareté, et quant à sa capacité à susciter une recherche de sens, et quant à sa beauté. En revanche, lorsque l’une ou l’autre de ces valeurs manquent à l’appel (à condition que ce ne soit pas celle, fondamentale, de l’authenticité), alors on passe du monument historique, pris en charge par le service du même nom, à l’objet de patrimoine, voire au « petit patrimoine », ou à l’« œuvre » simplement « repérée » dans le corpus de l’Inventaire – jusqu’au simple objet utilitaire, ne bénéficiant d’aucune mesure conservatoire autre que le soin qu’en prennent ses utilisateurs.

Des valeurs aux registres de valeurs

37Tentons à présent de monter encore d’un cran dans le travail de généralisation, en articulant ces résultats avec ce que nous ont appris d’autres terrains de recherches sur les valeurs : la corrida, l’art contemporain, la muséification des arts non occidentaux, la recherche scientifique (Heinich 1992, 1998a, 2005 ; Heinich & Verdrager 2006).

  • 4 S’inspirant partiellement des « mondes » de justification mis en évidence par Luc Boltanski et Lau (...)

38Les évaluations produites par les acteurs (« c’est beau ») s’opèrent au nom de valeurs (la beauté) qui elles-mêmes ressortissent à des catégories plus générales, des « registres de valeurs »4. Autant les conflits de valeurs permettent la discussion et l’argumentation (entre, par exemple, celui qui trouvera « beau » tel objet et celui qui le trouvera « laid »), autant les conflits de registres de valeurs n’engendrent que du « différend » (entre, par exemple, celui qui le trouvera « beau » et celui qui le trouvera « immoral »), c’est-à-dire l’incapacité à s’accorder non seulement sur les qualités de l’objet mais avant tout, en amont, sur sa nature axiologique, à savoir sur le type d’évaluations qu’il convient de lui appliquer. Si les valeurs peuvent être, à certaines conditions, explicitables par les acteurs eux-mêmes, en revanche les registres de valeurs sont des catégories plus abstraites, dont la reconstitution passe par une analyse ciblée des argumentations produites en situations de controverses impossibles à clore (telle, par exemple, la polémique sur la corrida).

39Appliqué au patrimoine, le répertoire des registres de valeurs permet de référer l’ancienneté au registre dit « domestique » dans la nomenclature de Boltanski et Thévenot, dont relèvent le respect des aînés, les relations d’ordre, les rapports de confiance, l’attachement familial, le souci de transmission, l’appartenance commune : toutes exigences avec lesquelles la notion de patrimoine entre évidemment en consonance, ne serait-ce que parce que le terme s’applique aussi bien au patrimoine familial que, à un niveau bien supérieur de généralité, au patrimoine national, voire universel. L’authenticité relève, elle, du registre que nous avons appelé « purificatoire » (néologisme forgé faute d’adjectif disponible) car recouvrant toutes les valeurs ayant trait à la pureté, à l’intégrité, et notamment l’intégrité du lien avec l’origine : il concerne donc aussi bien l’authenticité que l’hygiène ou l’écologie. La significativité, renvoyant au sens ou à l’interprétation attribuables à l’objet en question, relève du registre « herméneutique ». Quant à la beauté, elle relève du registre « esthétique », tout comme la référence à l’art.

Les valeurs repérées comme secondaires dans le travail de l’Inventaire peuvent faire l’objet du même traitement typologique. Ainsi, la cohérence procédurale relève du registre « industriel » de l’efficacité, et l’accessibilité du registre « fonctionnel » de la commodité ou de l’usage pratique ; la proximité (le local, le familier), ainsi que la personnalisation du rapport à l’objet, relèvent du registre « domestique » ; le renom des personnages célèbres ayant marqué un élément du patrimoine relève du registre « réputationnel » ; enfin, la vulnérabilité relève du registre « civique » de la nécessaire protection d’un bien d’intérêt général.

40En résumé, ce sont donc prioritairement les registres domestique et purificatoire, et secondairement les registres herméneutique et esthétique, qui régissent l’axiologie du monde patrimonial. Notons au passage l’absence, remarquable – mais parfaitement cohérente avec la nature de notre objet – du registre « économique » de la valeur marchande. Quant au registre « civique » de l’intérêt général, il est ava nt tout présent dans l’administration patrimoniale, mais il s’applique au travail même de son personnel, et non pas aux objets de leur évaluation. Concernant enfin l’histoire plus spécifique de l’Inventaire, il apparaît que le substrat axiologique du patrimoine, initialement défini par l’association entre le domestique, le purificatoire, l’herméneutique et l’esthétique, y a peu à peu désinvesti le domestique et l’esthétique pour se recentrer sur le purificatoire associé à l’herméneutique.

Des valeurs aux régimes de qualification

41Le lecteur attentif aura peut-être remarqué l’absence, dans le répertoire proposé ci-dessus, de la valeur de rareté, dont nous avons vu pourtant qu’elle fait partie de l’équation patrimoniale. Mais c’est qu’elle est une valeur ambivalente, susceptible de basculer de la qualification positive à la qualification négative pour peu que soit privilégiée, à l’inverse, la multiplicité. Plus précisément, elle est une valeur qui ne se situe pas sur le même plan que les autres, étant plutôt un indice affecté à n’importe quelle valeur, soit négativement, soit positivement : ainsi la beauté peut être définie par la conformité ou, au contraire, par l’originalité ; l’authenticité peut être attribuée à des séries et non pas à des individus ; la significativité peut être valorisée en tant qu’elle est accessible à tous ou, au contraire, ésotérique.

42Bref, la rareté et son contraire, la multiplicité sont, si l’on peut dire, des valeurs orthogonales, qui croisent toutes les autres en les renforçant ou en les affaiblissant. C’est pourquoi elles relèvent d’un ordre plus général encore que les registres : un « régime », dont dépend la qualification – au double sens de définition et de valorisation – d’un être. Pour intégrer la question de la rareté dans notre modélisation, force est donc d’introduire cette autre construction conceptuelle, qui oppose non plus des types de valeurs mais des modalités cohérentes d’affectation de l’indice du nombre aux différentes valeurs : le « régime de singularité », qui accorde d’emblée une valeur positive à tout ce qui est rare, hors du commun, unique ; et son opposé, le « régime de communauté », qui privilégie ce qui est nombreux, standardisé, conventionnel.

43Cette opposition entre régime de communauté et régime de singularité est particulièrement pertinente pour comprendre, d’une part, la différence entre le rapport profane et le rapport savant au patrimoine – car le grand public tend à privilégier d’emblée, en la matière, le régime de singularité – et, d’autre part, la différence entre les Monuments historiques et l’Inventaire, ce dernier y intégrant volontiers le régime de communauté sous la forme du grand nombre, de la statistique, de la typologie. On voit ici comment le travail de l’Inventaire, pris entre le caractère esthétique des objets en fonction desquels il a été conçu, la mission scientifique qui lui a été attribuée et le cadre administratif dans lequel il s’exerce, est particulièrement vulnérable à l’ambivalence du singulier, entraînant le crédit ou le discrédit accordés, selon les contextes, à la saillance, à la rareté, à l’originalité, à l’hétérogénéité, à l’unicité, à l’exceptionnalité.

44Il n’en reste pas moins que le monument a partie liée, par définition, avec le régime de singularité, comme l’a remarquablement souligné Daniel Fabre : « Mais j’ai toujours l’impression que sous le verbe latin [monere] se profile l’adjectif grec qui pourrait désigner l’autre qualité du monument, monos : le monument est remarquable parce qu’il est le seul, l’unique. Il est d’autant mieux visible et impressionnant que, dans le cadre où il se situe, il est une exception, un hapax. La plus petite unité de mémoire attachée au monument n’est-elle pas constituée par le nom propre qui, absolument, le singularise ? » (Fabre 2000b : 195). En revanche la notion même de patrimoine a partie liée, elle, avec le régime de communauté, puisqu’un patrimoine est, également par définition, ce qui appartient, au moins symboliquement, à la communauté. Comment, à partir d’une somme de singularités relevant le plus souvent de la propriété privée (les monuments), aboutir à la constitution d’un corpus nombreux et cohérent appartenant symboliquement à tous (le patrimoine) ? C’est tout le travail des militants et des experts qui se trouve résumé dans cette équation, logiquement contradictoire mais, par cela même, formidablement productrice de manifestations émotionnelles et de controverses intellectuelles, de constructions juridiques et de procédures administratives, d’inventions scientifiques et de conflits de valeur : toutes opérations à partir de quoi s’organise, tant bien que mal, la fabrique du patrimoine.

Notes

1 Pour une critique de l’inversion opérée par « L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique » entre ce qui entame et ce qui produit l’aura, cf. N. Heinich, « Note sur Walter Benjamin » (Heinich 2007a).

2 « Ils [“les correspondants de la commission établissant la liste de classement”] devront ne pas oublier que la loi ne prétend pas seulement sauvegarder les œuvres d’art ; elle entend protéger de la même façon les monuments intéressants pour l’histoire. Une inscription curieuse pourra donc être classée aussi bien qu’un tableau de maître » (Instructions pour le classement des objets mobiliers, ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, direction des Beaux-Arts, Commission des monuments historiques, 1897).

3 Sur la « mise en énigme » constitutive de la valorisation du « grand singulier », cf. Heinich (1991) ; sur la centralité du « travail herméneutique » dans la validation savante de l’art contemporain, cf. Heinich (1998a).

4 S’inspirant partiellement des « mondes » de justification mis en évidence par Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1991), notre modèle est toutefois plus ouvert, donc plus lâche, car il s’applique non pas aux opérations très contrôlées de justification des actions, mais aux opérations, beaucoup plus spontanées et libres, d’évaluation des êtres et des objets.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search