Version classiqueVersion mobile

Serge Moscovici

 | 
Nikos Kalampalikis
, 
Denise Jodelet
, 
Michel Wieviorka
, 
et al.

– V – Sciences sociales et histoire des sciences

Exposé de soutenance1

Serge Moscovici

Texte intégral

  • 1 Paru en 1961 dans le Bulletin de psychologie, tome 14, n° 194, p. 807-810.

1M. Serge Moscovici a accédé, en mars 1961, au titre de docteur ès lettres, avec la mention « très honorable ». Sa thèse principale portant sur l’étude de la représentation sociale de la psychanalyse, le sujet de sa thèse complémentaire était les conséquences psychosociologiques de la reconversion industrielle. Nous publions ci-dessous les exposés de soutenance que M. Moscovici a bien voulu nous confier.

Étude sur la représentation sociale de la psychanalyse2

  • 2 La psychanalyse, son image et son public. Étude sur la représentation sociale de la psychanalyse, P (...)

I

2Nous connaissons tous, puisqu’il nous l’a contée, l’aventure de Voltaire, quittant le Paris cartésien pour une Londres newtonienne : « Il a laissé le monde plein, il le trouve vide. À Paris, on voit l’univers composé de tourbillons et de matière subtile ; à Londres on ne voit rien de cela. »

3La thèse que j’ai l’honneur de présenter devant vous a pour objet d’examiner de telles métamorphoses, leur puissance fabricatrice de réalité humaine immédiate. Ce problème a dominé, sous d’autres formes, toutes les sciences sociales. Nous le voyons apparaître dans l’analyse marxiste des idéologies et du fétichisme de la marchandise. Il sous-tend la conception durkheimienne de la représentation collective, à la fois substance de la société et catégorie générale désignant la continuité de l’esprit humain, dès ses commencements religieux jusqu’à la science. Enfin, ce même problème est à l’arrière-plan de toutes les discussions sur la Weltanschauung – la vision du monde chez un Jaspers, un Stern, un Lukács. Toutes ces notions sont voisines de par la préoccupation qui les engendre sinon quant au système qui les englobe. Du moins nous pouvons le supposer. Car si nous connaissons au sujet de ces notions de nombreuses esquisses théoriques, il est peu de travaux destinés à en cerner les mécanismes spécifiques.

4Ces attendus fixent le champ de notre étude. Ils ne cernent ni ses racines réelles, ni sa finalité propre, qui est de fournir une théorie de la représentation sociale comme phénomène sui generis et non pas de définir un concept ou d’illustrer son histoire. Regardons autour de nous. Notre culture se distingue par l’importance croissante des sciences comme source de contenus mentaux, de langage et d’aliments de l’imaginaire. Toutes nos techniques, matérielles ou non, s’efforcent d’être des sciences appliquées. C’est pourquoi il est actuel et légitime de se demander comment les théories scientifiques pénètrent dans la vie sociale, infléchissant les rapports entre les hommes et deviennent des instruments aptes à édifier notre réalité immédiate. Le choix de la psychanalyse, pour répondre à une telle question, pour ouvrir et délimiter le domaine de recherche connexe, s’est avéré heuristique. Pratique thérapeutique et théorie du psychisme humain, interprétation des rêves et des maladies mentales, la psychanalyse jouit d’une large diffusion facilitée par son application à des activités fort diverses. La presse, la radio, le cinéma, le roman et le théâtre ont popularisé la figure de Freud et ses doctrines. Comme dirait Cournot, « le genre humain tout entier en est l’expérimentateur ». Pour cheminer avec la psychanalyse, dont notre société est « l’expérimentateur », l’on doit emprunter deux voies. Suivant la première, la psychanalyse apparaît comme une matière transformée en système d’opinions et transformant la compréhension du réel. La seconde conduit à une pluralité de psychanalyses, résultant des échanges à l’intérieur des groupes sociaux ou entre eux. Ainsi, représentation sociale et communication sont des aspects complémentaires d’un même mouvement.

II

5Avant de procéder à l’analyse d’un phénomène, nous assurer de son existence, le décrire, constitue une exigence impérieuse. La représentation sociale se dessine comme un univers d’opinions dont le degré d’organisation varie d’une catégorie sociale à une autre. Les dimensions que nous avons délimitées – information, champ de représentation, attitude – fournissent de par leur extension différentielle un indice de ce degré d’organisation. La psychanalyse a donné lieu à une représentation sociale. Pouvoir l’affirmer avec certitude était une condition préalable à tout examen. Établir sa « carte métaphysique », pour reprendre une autre expression de Cournot, s’avérait une entreprise nécessaire à la connaissance de notre société. Car c’est bien pour connaître notre société que nous abordons ses représentations. Leur analyse, sous l’angle qui nous intéresse ici, n’est autre que celle du développement d’une théorie scientifique une fois que les hommes se la sont appropriée. Qu’est-il advenu de la psychanalyse, puisqu’elle est au centre de nos réflexions ? Notons, pour commencer, la persistance, malgré les changements intervenus, de la première conception freudienne pour laquelle le conflit entre conscient et inconscient, l’activité énergétique de la libido sont les fondements de la vie psychique. Étant donné les valeurs attachées à la sexualité, la société exclut de cette vision la notion de libido. La théorie psychanalytique est, en un certain sens, structurée, et transformée en un ensemble de relations que l’on utilise comme on l’entend, de la manière que l’on souhaite, les normes communes étant sauves.

6Toutefois, rejetées du contenu de la représentation, la libido, la sexualité deviennent l’emblème, le signe de cette représentation. En d’autres termes, bien que l’image du psychisme humain inspirée par la psychanalyse ne contienne pas d’éléments à connotation sexuelle, c’est la psychanalyse elle-même qui acquiert cette connotation. Le principe énergétique, la libido, éliminé se mue en marque de la théorie et non pas de la vie psychique. Partant, une distanciation s’opère entre une psychanalyse-ensemble de relations, qui est supposée refléter le réel, et une psychanalyse-emblème de la sexualité. Cette interprétation, nous le savons, peut être discutée. Néanmoins, elle reste assez vraisemblable pour nous assurer que ce qui s’estompe du noyau imageant de la représentation sociale est susceptible de ressurgir sous une forme signifiante. L’essentiel est pour nous de souligner la stabilité relative de ce noyau en regard de la fluidité des significations. Dans la psychanalyse devenue représentation sociale, les différents concepts de la théorie scientifique ne connaissent pas tous le même devenir. Certains, notamment l’inconscient, fixent l’image de la réalité psychique. D’autres, comme la libido, s’inscrivent parmi les valeurs morales, politiques ou religieuses. L’hétérogénéité de ces destinées s’accompagne, nous semble-t-il, d’une diversité des processus sous-jacents qu’il convient d’exposer avec plus de détails.

7Parmi les diverses théories psychanalytiques énoncées par Freud et même parmi celles qui s’en sont détachées, celle d’Adler ou de Jung, la seule qui soit devenue prégnante est, nous l’avons déjà dit, la toute première. On relève ici le caractère sélectif de l’information destinée à fonder une représentation. De plus, même le contenu de cette information accepté est agencé de manière particulière. L’organisation psychique prend la forme d’un emboîtement, composé de deux parties : le conscient et l’inconscient. On leur attribue une action de pression quasi mécanique de l’une sur l’autre, ou un rapport d’altérité conflictuelle. Le produit ou la marque du fonctionnement de ce mécanisme est le complexe. Toute considération d’ordre énergétique, instinctuel est passée sous silence. Le modèle décrit est figuratif parce que chacun des termes et l’ensemble du psychisme sont en quelque sorte visualisés. L’inconscient ou le complexe sont localisés, ce sont des organes spatialisés que l’on peut enlever, opérer et dont le dysfonctionnement fait souffrir. De la sorte, ce qui était dans la théorie scientifique, forme générale et abstraite des phénomènes, médiation conceptuelle, devient traduction immédiate du réel. Ce constat, pour intéressant qu’il soit, n’est pas essentiel. Plus important à nos yeux est la fusion du réel et du conceptuel, la perte d’attaches explicites entre le modèle esquissé et la théorie qui l’inspire, la représentation s’imposant aux consciences indifféremment comme le double de la théorie ou du réel. Dans l’activité représentative, l’homme oublie que cette représentation est sienne et la conçoit comme un reflet de ce qui existe.

8Reflet que nous voyons s’inscrire dans un double mouvement : l’un qui va de la psychanalyse-conception abstraite jusqu’au schéma imagé indiqué, et l’autre de ce schéma à la constitution de la réalité sociale. Dans la première phase la théorie est représentée, dans la seconde on conforme les données immédiates de l’expérience à la représentation. Ce résultat obtenu, l’œuvre médiatrice du groupe social entre la théorie scientifique et la représentation sociale s’efface. Celle-ci devient à son tour troisième terme dans les rapports de la personne avec soi-même ou avec autrui.

9La psychanalyse, telle qu’on la retient, devient pour chacun avant tout un système d’interprétation de sa propre conduite ou de la conduite d’autrui. L’adolescent désireux de surmonter ses conflits, la mère en butte aux problèmes éducatifs, l’adulte insatisfait vont chercher dans la psychanalyse une explication, un savoir-faire. Il n’est pas nécessaire pour cela d’avoir lu Freud. Il suffit de se référer aux éléments qui circulent et qui jouissent du consensus collectif. Celui-ci dépend de tout un réseau de significations tissées autour de la psychanalyse et qui sont autant de liens entre elle et notre société.

10Tantôt attribut d’une catégorie sociale, gens riches ou intellectuels, ou d’un style de vie américain, tantôt support de normes permissives en matière sexuelle, d’idéologies politiques, bourgeoises, ou du conflit entre générations, la psychanalyse s’est infiltrée et s’infiltre dans notre culture en se diversifiant. La multiplicité de ces significations, la fréquence d’emploi des interprétations d’origine psychanalytique dans des situations différentes finissent par imprégner les conduites, les jugements et même la chronique où chacun enregistre sa propre histoire. Les autres sont perçus à travers un éclairage analogue. Le « complexé », le « refoulé », le psychanalyste, le couple psychanalytique prennent du relief en fonction de l’image dominante de la psychanalyse et du sens qui s’y attache. À toute représentation s’ajoute toujours une telle classification où les personnes ont une figure, une coloration qu’elles n’avaient pas auparavant ou qui serait autre à la lumière d’une représentation sociale différente.

11La théorie, son double représentatif circulent. L’effet obtenu est l’apparition d’un langage prompt à modeler la représentation et à assurer la fluidité des significations. Ce langage donne un nouveau sens à la réalité existante et une réalité nouvelle au sens établi. Nous pensons tous savoir ce que le mot « timidité » veut dire. L’expression « complexe de timidité » change une donnée pour tous à première vue évidente en manifestation d’une cause : le complexe. À cette occasion, la timidité intègre le vocabulaire psychanalytique courant. Le complexe ! Il est non seulement dans la langue, mais sur la langue de chacun. Et non pas uniquement comme substantif, mais aussi comme verbe : « complexer quelqu’un », comme adjectif : « individu complexé ». La consommation lexicale que l’on en fait exige cet enrichissement grammatical.

12Réseau de significations, système d’interprétations, langage thématique, tableau de classification des types humains sont les facettes d’un même cheminement par lequel une théorie devient socialement instrumentale.

13Les deux processus sous-jacents que nous avons essayé d’isoler sont ainsi circonscrits. D’une part, celui d’objectivation des éléments de la représentation fournit une texture au réel, une image à la théorie ; d’autre part, celui d’ancrage enrichit le modèle figuratif du psychisme d’un ensemble d’indices signifiant, dans la mesure où l’on y recourt instrumentalement, où l’on parle la théorie, où l’on ordonne le comportement d’autrui. À plus d’un titre, la représentation devient sociale.

III

14En particulier par la forme de pensée qui y est à l’œuvre. Les raisonnements métaphoriques, les automatismes intellectuels, les écarts au principe de non-contradiction, les conclusions prématurées abondent. On se trouve ainsi en présence d’éléments attribués par Tarde à la logique sociale, par Ribot à celle des sentiments, par Le Bon à la pensée collective ou par Piaget à la mentalité enfantine. Toutes ces classifications traduisent des préoccupations analogues : rendre intelligible la masse à l’individu, l’adulte non cultivé à l’adulte cultivé, le passionné au sage, l’enfant à l’adulte. Le point de comparaison et l’aboutissement sont toujours les mêmes : la logique formelle, la raison achevée. Lorsqu’on étudie, dans des groupes ayant des capacités intellectuelles diverses, comment une théorie acquiert une structure nouvelle, la perspective change. On doit alors reconnaître que ces modalités de connaissance dites « mineures » sont des cadres nécessaires du jugement et de la conduite, et non pas de simples « déviations » de l’intellect dues à la vie en société ou à l’affectivité. On peut même se demander si l’état normal de l’homme – psychologiquement et sociologiquement – n’est pas justement celui où règne une pluralité de systèmes intellectuels correspondant à des rapports variés entre les hommes, entre l’univers social et l’univers naturel. Si cette hypothèse est vraie, une psychologie sociale des activités cognitives est possible. La plupart des informations existantes sur le mécanisme de l’intelligence proviennent de la psychologie pathologique ou de celle de l’enfant. L’on s’étonne de constater que la pensée de l’homme dans son milieu social concret ait suscité aussi peu d’intérêt.

IV

15La psychanalyse a pénétré non seulement dans le public, mais aussi dans la presse. Nous avons consacré la deuxième partie de cette thèse aux phénomènes de communication la concernant.

16Plus précisément, nous avons voulu montrer qu’un examen de la structure des messages, des situations dans lesquelles ils sont émis, des buts poursuivis, fait apparaître des systèmes de communication fortement individualisés. À la lumière de ce constat, le concept de communication cesse de caractériser une réalité homogène pour devenir une sûre catégorie générale comme la vie ou le mouvement.

17Qu’observe-t-on en lisant « la grande presse », celle de France-Soir, de Guérir ou du Monde ? Le journal ou le journaliste ne manifestent jamais des intentions ni des directions bien tranchées à propos de la psychanalyse. Celle-ci peut être l’objet d’avis contradictoires énoncés par la même personne. Les textes cherchent à créer une impression de distance. L’ironie, le penchant à situer la psychanalyse aux États-Unis contribuent à forger une aura de non-implication du journal. Les modèles d’origine psychanalytique apparaissent de manière implicite lorsque l’on traite des problèmes de l’enfance ou des maladies psychosomatiques. La psychanalyse elle-même constitue plutôt un langage et les messages sont remplis sinon de contresens, du moins d’inexactitudes. La cohérence n’est pas impérative. La poursuite d’un idéal de modération, de voie moyenne est évidente partout. Si l’on parle de la psychanalyse, c’est bien parce qu’elle existe déjà dans le public et non parce que l’on veut exprimer quelque chose à son propos. Le journaliste essaie de reproduire la ligne sinueuse des opinions qu’il attribue à ce public. On comprend qu’il en soit ainsi. La publication ne représente pas une institution, un groupe individualisé, les lecteurs appartiennent à des catégories sociales, religieuses, politiques diverses. L’ajustement réciproque est entaché d’incertitude.

18Avec la presse catholique, on se meut dans un climat différent. La mission des publications catholiques est à la fois d’assimiler la psychanalyse à un cadre préétabli et d’en maîtriser l’emploi. Le journal, le journaliste incarnent une institution dont les objectifs sont clairs. La structure du message se ressent de cette situation et la traduit. Éliminant les postulats matérialistes de Freud, diminuant le rôle de la sexualité, séparant la théorie et la thérapie psychanalytique, un modèle de psychanalyse chrétienne est proposé. L’ordre des thèmes, les liens qui les tissent sont explicites, déterminés et non pas implicites et aléatoires comme c’est le cas dans la grande presse. On n’aspire pas à créer une conduite nouvelle à l’égard de la psychanalyse. Celle-ci n’est ni rejetée, ni recommandée avec insistance. Il s’agit plutôt de donner une signification à des comportements existants dans le domaine thérapeutique et dans celui de l’usage courant des interprétations à point de départ psychanalytique. La collaboration entre confesseur et psychanalyste, le recours à un psychanalyste chrétien sont des moyens permettant le contrôle du groupe et que la presse catholique suggère. Des conduites et des représentations actuelles reçoivent ainsi un sens chrétien qu’elles n’avaient pas auparavant.

19La critique absolue et le rejet total de la psychanalyse caractérisent l’atmosphère, peu amène à cet égard, de la presse communiste. Le conflit entre le parti communiste et les autres partis politiques, entre l’Union soviétique et les États-Unis, conflit pratique et idéologique, imprègne tous les thèmes qui y sont développés. Dans cette atmosphère, une psychanalyse non située ou située uniquement parmi les sciences risquait d’entamer l’unité doctrinale du groupe communiste. Les communications visant la théorie freudienne ont donc une fonction régulatrice, celle de conserver la vision, l’identité du parti : dans ce contexte, la presse a pour mission d’édifier une image de la psychanalyse conforme aux principes marxistes et à l’état du conflit. L’architecture du message est, à cette fin, dualiste. Le pôle positif est celui du marxisme, de la classe ouvrière, de l’Union soviétique ; la psychanalyse, la classe capitaliste, les États-Unis figurent le pôle négatif. Entre ces deux extrêmes, un troisième terme est impossible. La psychanalyse est jugée uniquement sur le plan politique et dès lors on l’identifie à toute idéologie réactionnaire, à l’exploitation capitaliste, à la domination américaine, à l’irrationalisme et aux actions policières. La répétition joue dans cette communication un rôle décisif. Le but de la presse communiste est explicite : produire un comportement de rejet total de la psychanalyse. Le langage, les procédés intellectuels, les contenus sont adaptés à la poursuite de ce résultat.

20À travers chaque ensemble de publications nous avons délimité un système de communication particulier. Le système dégagé dans « la grande presse » a été qualifié de diffusion, celui relevé dans la presse catholique de propagation et la forme propre aux journaux hebdomadaires communistes de propagande.

21Par le biais de cette réorganisation des phénomènes, nous espérons avoir montré l’existence de modalités spécifiques de communication. Chacune correspond à une situation qui l’engendre, à des relations qui la fixent, à une finalité qui l’anime, à des modèles d’émission qui la caractérisent. Le langage, le style qui s’y manifestent se conforment aux exigences de chaque système et nous avons expliqué pourquoi il en était ainsi. Une telle théorie va directement à l’encontre de préoccupations courantes de mise en parallèle du simple contenu avec ses effets possibles. Expérimentale ou non, cette conception a abouti aujourd’hui à une impasse dont Berelson a montré récemment l’étendue. Reliant, mieux ainsi que nous croyons l’avoir fait, les aspects psychologiques et sociaux, linguistiques et cognitifs, on peut tenter de déboucher sur de nouvelles perspectives de recherche.

22Au cours de cette esquisse succincte, nous nous sommes arrêtés sur quelques observations faites en étudiant la présence de la psychanalyse. Rien n’a été plus étranger à ce travail que le désir d’une combinaison synthétique entre doctrines différentes. Non pas lier des concepts, mais scruter, ordonner le réel, tel était notre programme. Aussi avons-nous abordé la représentation sociale simultanément comme donnée psychologique et comme fait culturel. Nous avons essayé d’éviter deux écueils. Tout d’abord de la réduire à ses dimensions culturelles, à une pure catégorie sémiologique, dont on connaît mal l’enracinement concret. Ensuite, de la ramener au plan psychologique, pure expression de la vie affective dont la nature sociale serait rendue arbitraire.

23Savoir comment se forment des représentations sociales était une première étape à parcourir. Dire pourquoi les hommes recourent à de telles représentations, pourquoi la construction de notre réalité par nous-mêmes emprunte précisément ces voies et non pas d’autres, reste une tâche à laquelle nous devons nous consacrer, à l’avenir.

Les conséquences psychosociologiques de la reconversion industrielle3

  • 3 Reconversion industrielle et changements sociaux, Paris, A. Colin, 1961.

24L’exposé du contenu et des fins d’une thèse est, par la nature des choses, un exposé a posteriori. Il est, dès lors, une justification et une recherche de signification. L’on peut préciser celle-ci en se référant à l’histoire d’une discipline et en montrant ce que l’on y apporte. Dans le cas présent il serait plus honnête et peut-être plus fécond de rendre à la subjectivité sa valeur en essayant de répondre à la question : « Pourquoi cette étude sur la transformation sociale d’une région a-telle été entreprise ? »

25Eh bien, lorsqu’on se consacre pendant des années à une science jeune, et justement la psychologie sociale en est une, on ne peut pas ne pas être tenté d’explorer ses liens avec la réalité, avec le monde tel qu’il se fait. C’est en premier lieu cette tentation d’appliquer l’éclairage théorique de la psychologie sociale à la compréhension d’une situation sociale concrète qui a éveillé notre curiosité. L’approfondissement méthodologique, la confrontation entre techniques, concepts et solutions d’ordre pratique, a constitué la deuxième source d’intérêt. Enfin, l’importance des phénomènes de changement social pour la connaissance scientifique, pour l’existence de chacun et de la société, a constitué un centre d’attraction dont il ne faut pas sous-estimer la force.

26Application de la théorie, approfondissement méthodologique, intérêt pour la dynamique des changements sociaux, ce sont là les raisons qui nous ont incités à entreprendre cette étude.

27Elles ont eu la chance de trouver un terrain de réalisation, un problème pratique d’une portée nationale : celui de la reconversion industrielle, de la modernisation de grands ensembles régionaux. Pourquoi avons-nous choisi la Haute Vallée de l’Aude ? Parce qu’elle répondait à la fois aux exigences de la démarche scientifique et aux préoccupations immédiates des organismes qui prenaient l’initiative de cette recherche, à savoir le ministère du Travail et le Centre d’études et recherches psychotechniques. L’on trouvait en 1955 dans cette Haute-Vallée, l’une des reconversions industrielles que l’on jugeait des plus réussies du point de vue administratif et technique. Toutefois la satisfaction n’était pas sans mélange, puisque la crise et le chômage y subsistaient ; à cet égard la Haute-Vallée de l’Aude n’avait rien d’exceptionnel. Pour le psychosociologue, elle présentait quelques conditions supplémentaires très précieuses.

28La Haute-Vallée de l’Aude constituait une enclave mono-industrielle, de dimensions réduites, au milieu d’une zone de viticulture. La tradition de l’industrie locale, la chapellerie, était relativement ancienne. De plus, la région avait un cachet particulier, une homogénéité sociale indéniable. Dans ce cadre, jouissant d’une certaine stabilité, se pose un jour, de façon brusque, la question du changement, de la transformation. La production chapelière périclite, les usines ferment, les hommes restent sans travail, les capitaux sans emploi. Toute la collectivité prend conscience du fait que le passé n’est pas une garantie pour l’avenir et que quelque chose de neuf doit être créé. À cette prise de conscience interne, à ces efforts, s’ajoute un impératif externe légalisé, celui de la reconversion industrielle, impératif qui répond, à première vue, aux données de la situation locale. Tout est remis en question, de l’extérieur comme de l’intérieur.

29Au départ, on nous avait demandé d’analyser exclusivement les difficultés éprouvées par les ouvriers pour s’adapter à la modernisation technique afférente à cette situation critique. Nous avons rapidement constaté que si l’aspect technique était important il n’avait pas d’effets spécifiques et exclusifs. Un changement, quelle que soit sa source, a tendance à devenir général. La conversion dite industrielle est en fait sociale. Le but de notre recherche devint donc le changement social. Cette notion est-elle si claire ? D’habitude le changement nous apparaît – il en est ainsi du moins dans la plupart des ouvrages – comme une évolution ou une modification interne, le nouveau étant le projet et l’expansion de l’ancien, le fruit de la fleur, l’été qui suit le printemps. Le sociologue ou l’historien se comporte parfois comme un botaniste qui ignore le bouturage ou la maturation volontaire. Nous qualifierons d’endogène ce type de changement auquel on s’arrête volontiers : il se définit comme l’effet des forces internes d’un système social. Mais est-ce le seul que nous ayons à considérer ? Après tout, les révolutions que l’on exporte, les industries modernes que l’on implante sur le corps des sociétés archaïques sont aussi des bouleversements sociaux dignes d’attention, de par leurs caractères propres. Appelons exogènes ces changements, car dans une certaine mesure, ils s’imposent de l’extérieur, avec parfois une allure d’artificialité.

30Si dans la Haute-Vallée de l’Aude il nous a fallu renoncer à examiner séparément les effets de l’évolution industrielle, technique, économique, cette distinction en dynamique endogène ou exogène du changement s’est imposée à nous. Autrement dit, au lieu d’envisager le processus de transformation suivant les domaines qu’il affecte, on doit examiner les modalités particulières qui l’engendrent. Ses conséquences, ayant une portée générale, sont saisissables aussi bien sous l’angle de l’entreprise que sous celui des rapports entre les groupes et du cadre social global.

31Auparavant, voyons quels étaient les traits dominants de la collectivité audoise traditionnelle. L’interdépendance étroite des dimensions principales de la vie – commune, profession, famille, travail – était le premier. La complémentarité perçue des groupements et des rôles sociaux est le deuxième trait important. Syndicats, patrons, ouvriers, d’origine agricole ou non, étrangers ou non, vivaient dans un espace délimité, se toléraient comme différents et entraient en relation en tenant compte de la réciprocité, de la dépendance qui existaient entre eux. En troisième lieu, les rapports sociaux, les tâches assignées, les obligations établies, les normes communes avaient le pas sur les liens purement économiques. La liberté de chacun, la contrainte de l’ensemble s’équilibraient. Enfin, tous les habitants s’identifiaient à leur instrument de production et de subsistance : l’industrie chapelière.

32En 1952, la crise a ébranlé les fondements économiques de la Haute-Vallée de l’Aude. Le rétrécissement du marché condamnait l’industrie chapelière à une disparition certaine. L’infrastructure de la région était ainsi mise en cause. Avec elle, toute une série de comportements, tout un style de vie étaient appelés à disparaître. Le cadre technique dominant, fondé en grande partie sur l’habileté du travailleur, relativement peu contraignant, intériorisé. Ce cadre propre à la chapellerie se désintégrait. Le chômage s’accentuait. Pour sauver une partie des capitaux investis, enrayer le chômage, il fallut recourir à des solutions pratiques et rapides. La concentration des usines de chapellerie fut une de ces solutions ; l’implantation d’industries nouvelles en fut une autre. Leur mise en œuvre eut pour résultat, au bout d’un certain moment, une situation assez particulière. En effet l’on se trouvait simultanément devant :

  • une usine moderne créée de toutes pièces et qui se destinait à la production des panneaux stratifiés ;
  • une entreprise dont une partie des ateliers continuaient à produire des chapeaux et une autre partie s’engageait dans la fabrication des tôles ondulées en matière plastique ;
  • enfin une chapellerie de type traditionnel partiellement modernisée. Au moment où a lieu notre enquête, chaque entreprise réalise une forme différente de changement. La chapellerie modernisée, œuvre entièrement locale, s’efforce d’accroître son efficience économique tout en gardant le même cadre de travail, les mêmes orientations sociales, les mêmes rapports humains. La tendance traditionnelle y prédomine.

33À l’opposé, l’usine de fabrication de panneaux stratifiés symbolise le changement exogène à point de départ nouveau. Cette usine fut installée avec le concours de capitaux et de techniciens étrangers. La direction est locale, mais se veut très moderne. Le travail est parcellaire, le rythme des opérations, celui de la machine et les horaires sont imposés. La perte de capacité professionnelle, durement ressentie, est compensée par la sécurité de l’emploi. Les relations dans l’entreprise se modifient de fond en comble. Aux liens personnels, directs, de la chapellerie se substituent les rapports contractuels, réglementaires d’un monde où chacun doit avoir sa place, sa fonction, définies par des conventions explicites et minutées tout comme la machine. Entre ces deux modèles extrêmes, l’usine de panneaux stratifiés et la chapellerie modernisée, se situe l’entreprise qui essaie à la fois de maintenir la fabrication des chapeaux et de créer une branche consacrée aux matières plastiques. Tiraillée entre ces deux tendances opposées, celle du maintien du statu quo et celle de la modernisation, elle cumule les inconvénients du conservatisme et ceux d’un changement peu actif. Toute la désorientation d’une collectivité s’y reflète, car l’entreprise est alors la plus importante de la Haute-Vallée.

34Tous ces mouvements, toute cette évolution ont eu lieu au milieu de la crise économique, du chômage aigu. Les relations entre les groupes sociaux s’altèrent profondément, pour des raisons évidentes. Aux patrons chapeliers d’autrefois, présents à tous les actes essentiels de l’entreprise, en contact direct avec leurs ouvriers dans et hors de l’usine se substituent des patrons spécialisés dont l’activité se déroule surtout sur le plan économique et technique. Le climat de tension est alimenté par le contraste perçu entre les conduites nouvelles. À l’intérieur de chaque groupe, les rapports se transforment. Les nouveaux patrons méprisent les anciens, se considérant comme les véritables chefs d’entreprise. Qu’advint-il des ouvriers ? La crise a métamorphosé les différences en barrières. Les travailleurs français se détachent de ceux d’origine étrangère, les ouvriers industriels protestent contre ceux qui ont un lopin de terre. Plus lourde de conséquences est la distance psychologique entre ceux qui travaillent et ceux qui ne travaillent pas. Les chômeurs, outre qu’ils vivent dans un état d’insécurité permanent, voient aussi leurs capacités contestées par les autres et leur existence socialement dévalorisée.

35Donc, le changement et la crise ont non seulement avivé les antagonismes entre les ouvriers et les patrons, ils ont aussi provoqué des restructurations à l’intérieur de chaque catégorie sociale. À la place d’une collectivité homogène, comme le fut la Haute-Vallée de l’Aude, on voit s’imposer une série de communes et de cellules sociales douées d’une vitalité et d’intérêts distincts. Le cadre social mue ; la discontinuité règne, la région perd de son individualité. Faut-il le regretter ? Ce n’est pas notre mission, mais nous pouvons en tirer les enseignements.

36Tout d’abord l’on doit remarquer que lorsque le changement endogène n’est pas viable – il était impossible d’investir le capital local – ni le changement exogène systématique, le résultat obtenu n’est pas la régénération de l’unité existante, mais l’édification d’une mosaïque de situations. En deuxième lieu, il est difficilement concevable que l’on puisse arriver à limiter des transformations sociales à un seul plan. On voulait, dans la Haute-Vallée de l’Aude, conserver la prédominance des possibilités économiques locales et l’importance du système industriel. La seule chose que l’on souhaitait était une modernisation limitée et une organisation différente du travail. Mais il y a un écart sensible entre les limites que l’on assigne au changement et ses effets réels. À l’insu des hommes surgit une pluralité de normes, d’aspirations, dont les unes n’ont plus aucune chance de se perpétuer et les autres ne trouvent pas la possibilité de s’épanouir. Leur coexistence passive et peu assurée, l’incertitude la plus profonde quant à l’avenir des unes et des autres définissent le climat qui s’est établi dans la Haute-Vallée de l’Aude.

37En troisième lieu, il est nécessaire de souligner la solidarité étroite entre les phénomènes sociaux et psychologiques. Les tendances nouvelles, lorsqu’elles se dessinent, sont évidentes surtout au niveau des relations entre les groupes, les individus et leurs aspirations. Ainsi, l’on cherche à créer des distances sociales comme signe de renouvellement du cadre social, de libération aux [sic] traditions. Les échanges entre mari et femme se dé-professionnalisent, des ouvriers de l’usine nouvelle veulent se constituer un genre de vie urbaine bâti sur la trinité voiture - machine à laver - scolarisation poussée des enfants. La vie collective devient discontinue. Les sphères d’activité, professionnelle, domestique, communale, se divisent, les règles explicites déterminent une grande partie des rapports sociaux. L’univers humain se réordonne autour de ces impératifs de séparation et de contrat. Les communications changent de nature et les médiateurs font une apparition d’agents indispensables. Dans l’usine moderne, le patron, s’il a une remarque à faire, la fera par la voie hiérarchique et non pas directement. Le rôle des syndicats devient plus exclusif : ils sont désormais le seul moyen pour l’ouvrier, qui autrefois en avait plusieurs, d’entrer en contact avec le patron. Partout un monde nouveau veut s’installer en modifiant comportements, rapports humains, visions du monde, normes sociales. Tout change de façon solidaire, mais non sans engendrer des contradictions entre fins et moyens.

38La genèse d’un courant de mobilité sociale, quatrième point sur lequel il nous semble devoir insister, est en partie le résultat de cette contradiction entre fins et moyens. La reconversion industrielle avait pour but, rappelons-le, de rendre à la Haute-Vallée la vie, l’éclat et la stabilité qu’elle avait connus. Toutefois, d’emblée, l’entreprise nouvelle, destinée à sauver une région, nie les valeurs de celle-ci en refusant parfois d’employer les anciens chapeliers, en introduisant des critères politiques et syndicaux d’embauche, en rompant les liens avec la commune, en créant des barrières sociales de tous ordres. Par ailleurs, les ouvriers qui y travaillent s’adaptent à cette forme d’existence et acceptent les valeurs, le genre de vie, les conduites dont l’émergence est facilitée par l’usine moderne et qu’ils considèrent, à raison, comme propres à la ville, à l’industrie urbaine. Des besoins nouveaux de confort et de loisir naissent. En même temps, une minorité acquiert la conviction que la petite commune où elle se trouve n’est pas propice au plein essor de ces orientations nouvelles. Le style propre à l’entreprise moderne suppose des garanties sociales plus grandes, un appui syndical plus massif, un respect plus rigoureux des lois sociales, une certaine indépendance eu égard au contrôle du milieu social restreint. Les possibilités d’instruction des enfants sont étroites, celles de loisir minimes. La contradiction éclate, à tous les niveaux, entre des besoins et des relations conçus à l’échelle d’une ville et les dimensions concrètes de la commune. La mobilité sociale, la disposition à partir sont les seules voies, réelles ou symboliques, que peut emprunter la recherche d’une insertion dans le cours d’un changement dont personne n’a essayé de définir le sens. On peut seulement dire, aujourd’hui, que destiné à réorganiser une collectivité, il entama fortement sa structure. La reconversion industrielle devient ainsi paradoxalement un facteur puissant d’unification de la société française, un accélérateur des tendances centralisatrices, contre lesquelles elle est censée lutter. Peut-on porter là-dessus un jugement ? Il est trop tôt ou trop tard.

39Une monographie – notre monographie – est un peu comme une fable : sa morale n’est pas toujours originale, mais l’histoire mérite d’être contée, car elle nous révèle des réalités qui sont celles de l’œuvre humaine. Celle-ci souffre de ne pas être menée vigoureusement, de négliger dans un siècle scientifique les enseignements de la science, de suivre les voies de l’empirie au lieu d’emprunter le chemin de la prévision, de hacher le devenir au lieu de le tracer, et enfin, de s’attacher plutôt aux choses qu’aux êtres. Dans ce cas, l’impasse sociale s’y inscrit comme un pendant à la réussite économique. Peut-être beaucoup d’événements seraient-ils autres si le travail du psychologue ou du sociologue n’intervenait au moment même où chante la chouette de Minerve, comme disait Hegel, lorsque le labeur des autres s’achève déjà. Si nous avons raison après que l’essentiel ait été fait, que vaut cette raison de moraliste qui justifie ou prédit au lieu de contribuer à infléchir le cours des choses ? À cette question, je n’ai pas trouvé, jusqu’à ce jour, de réponse.

Notes

1 Paru en 1961 dans le Bulletin de psychologie, tome 14, n° 194, p. 807-810.

2 La psychanalyse, son image et son public. Étude sur la représentation sociale de la psychanalyse, Paris, PUF, 1961.

3 Reconversion industrielle et changements sociaux, Paris, A. Colin, 1961.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26605/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search