Version classiqueVersion mobile

La fabrique du patrimoine

 | 
Nathalie Heinich

III. Les critères de patrimonialisation

10. Critères latents

Texte intégral

1Outre les critères régulièrement prescrits par les responsables de la méthodologie (univoques, comme ceux liés à l’authenticité, ou ambivalents, comme ceux liés à la singularité), il existe des critères moins autorisés mais pas pour autant illégitimes, que les chercheurs peuvent donc se permettre d’expliciter même s’ils ne les revendiquent pas expressément. Qu’ils soient univoques ou ambivalents, ils se situent en tout cas un cran en dessous sur l’échelle d’importance.

Accessible vs inaccessible

2« Là on va retomber dans la même typologie, si ça se trouve on va en retrouver quarante ou cinquante, donc il vaut mieux privilégier celle qui est datée. À moins… qu’on ne nous laisse pas rentrer, alors on sera obligés de récupérer la voisine » : un critère « officiel », tel que la datation, peut céder le pas face à ce critère plus pragmatique qu’est l’accessibilité de l’objet. Mais il faut être sur le terrain pour en mesurer la pertinence, qu’il s’agisse d’accessibilité matérielle (entrer dans une maison, décrocher un tableau) ou visuelle (prendre une photo, ce qu’empêche parfois un camion mal garé). Le récit des obstacles à surmonter pour accéder à l’objet s’apparente parfois à la chanson de geste : « En plus, matériellement c’était très compliqué parce qu’il a fallu les faire descendre, un à un, avec une échelle, emmener au musée… On a obtenu de pouvoir décrocher, déclouer chacun des objets. On avait à la fois l’accord du chapelain de la chapelle, et des services du musée qui ont bien voulu se charger du gardiennage. Il faut au moins deux mois ! » On est bien ici dans l’ordre non des principes généraux mais des « circonstances » particulières.

Le risque des ruines

« Ça parle toujours, les ruines ! Ça parle bien, avec les charpentes… [il s’avance pour regarder] [Q : Et la ruine, vous la repérez, alors ? Vous ne l’avez pas prise en photo ?] Non. Avec tout ce fumier, et la charpente qui risque de nous tomber sur la tête… On considère qu’il y a des circonstances où on n’est pas obligés… »

3« Il s’agit donc de privilégier ce qui est rare, exceptionnel, ou en très bon état de conservation, ou encore aisément accessible – ça aussi, c’est un critère de sélection. C’est une raison aussi valable qu’une autre de sélectionner, parce qu’elle va apporter de l’information » : l’accessibilité est bien un critère qui se défend, mais qui n’est pas central, et demeure mineur. Il est en effet trop détaché de l’œuvre elle-même, trop contextuel donc trop relatif, et trop lié à la concrétude du terrain et à la commodité des personnes, pour pouvoir concurrencer les critères plus nobles qui s’attachent aux caractéristiques intrinsèques d’une œuvre, durables dans le temps et, via la documentation, transportables dans l’espace.

Vulnérable vs protégé

4« Vous avez vu, les boîtes à eau en fer-blanc ? Les descentes d’eau en haut, crénelées ? Ça, il faut en prendre une ou deux, parce que c’est des choses qu’on ne verra plus ! » : même si la mission de l’Inventaire est clairement détachée de l’impératif de protection qui fonde l’action des Monuments historiques, le risque de destruction constitue une incitation à « prendre », à intégrer au corpus de ce qui restera dans la mémoire collective. Faute de dossier en bonne et due forme, une photo, au minimum, s’impose : « Celle-là en plus, ça mérite au télé une photo de la girouette, avec l’ange. C’est anecdotique mais… Ce sont des éléments qui disparaissent très vite, maintenant ! »

5Grâce à la protection « symbolique » de l’Inventaire, par les mots et par les images, l’élément physiquement détruit conserve au moins une fonction de témoin, d’échantillon pertinent à l’intérieur d’un ensemble scientifiquement significatif : « C’est vrai que l’étude les garde en mémoire. Et si elle est détruite, ce n’est pas une perte par rapport à l’ensemble du corpus, ce ne sera pas une perte typologique. » Il y a donc là une raison supplémentaire de prendre une œuvre en considération, même si – de même que l’accessibilité – c’est une raison quelque peu marginale, ne serait-ce que parce que ce critère de la vulnérabilité risquerait, s’il passait au premier plan, de pousser à repérer ou à sélectionner des éléments sans valeur du seul fait qu’ils seraient voués à la destruction.

Vernaculaire / savant, modeste / monumental

6« Moi personnellement je le prendrais, en thématique et en topographique : c’est un rural un peu savant, avec… Je pense que ça ferait l’objet d’un dossier » : la logique du patrimoine savant ou monumental, privilégiée par les Monuments historiques, est également bien présente dans les choix de l’Inventaire. Mais on ne s’étonnera pas d’y trouver aussi la logique opposée, spécifique, elle, de ce premier maillon de la chaîne patrimoniale : « Là on a une toute petite structure de fermette : voyez, deux tout petits bâtiments, des communs sur les côtés : c’est une forme qu’on trouve très fréquemment, avec une petite cour plus ou moins fermée… On a une petite structure d’habitation qui est aussi caractéristique : la modestie de ce patrimoine n’implique pas qu’on l’écarte, loin de là ! Il faut vraiment le prendre en compte. »

7D’un côté donc le savant (du point de vue, spécialisé, de la compétence technique des producteurs), ou le monumental (du point de vue, profane, de l’aspect) ; de l’autre, le vernaculaire, le modeste. Il entre dans la mission de l’Inventaire de « patrimonialiser » non seulement les exemplaires du premier type (architecture de prestige, objets de prix…), mais aussi ceux du second (architecture vernaculaire, ex-voto…) : les deux logiques sont présentes dans les systèmes axiologiques des chercheurs, puisqu’ils peuvent privilégier, selon les contextes, aussi bien les uns que les autres – même si certains d’entre eux s’attachent plus systématiquement à l’une ou à l’autre catégorie.

8Mais là encore se pose la question des limites, lorsque le souci porté au « petit patrimoine » s’éloigne trop de la mission initiale de l’Inventaire, du moins aux yeux de certains (souvent les plus âgés) : « On a eu vraiment des gens qui s’étaient fait plaisir, qui avaient étudié un type d’architecture très très… très vernaculaire, voyez, avec une approche extrêmement lourde, pour un patrimoine qui n’en valait pas le coup, quoi ! C’était démesuré ! [Q : Et ça leur a été dit ?] Ben… ça n’a pas été franchement dit ! [rires] On leur a dit, “Oui c’est bien ce que vous faites”, mais avec une voix timide, on leur a dit “Il faudrait quand même rester un peu dans les normes de l’Inventaire”, mais euh… c’était à peine dit ! Je pense qu’il y a des limites, quand même ! »

Fonction / forme

9« Donc l’étude s’imposait aussi parce que ce sont les meubles essentiels du culte : par la fonction » : pour les objets mobiliers, comme pour l’architecture, la fonction d’un élément – son usage – peut être un critère tout aussi valable que sa forme – son style. Contrairement au critère formel, qui tend à se focaliser sur des œuvres majeures, le critère de la fonction s’applique volontiers à ces productions vernaculaires, modestes, qui témoignent de la vie quotidienne plus que du savoir-faire des constructeurs ou de l’opulence des propriétaires : « Il y a du petit balnéaire, modeste, qui prend la forme du cabanon, du bungalow, mais qui a une fonction de villégiature, et qui malgré sa modestie est le témoin de certains usages. »

10Si l’attention portée à la fonction est cohérente avec la mission avant tout documentaire et scientifique de l’Inventaire, sans doute ce critère demeure-t-il trop excentrique par rapport à la logique patrimoniale pour être mis au premier plan des prescriptions – ce qui ne l’empêche pas d’être revendiqué par certains chercheurs. Contrairement à l’accessibilité et à la vulnérabilité, c’est un critère ambivalent, qui peut opposer les partisans de l’« ancienne école », plus orientés vers la forme, à ceux qui privilégient une perspective plus moderne, sensibilisée à la fonction (de tradition moins française, selon un conservateur : « Les Anglais, les Italiens ont une manière beaucoup plus sociologique de poser les questions. Ils prennent davantage en compte les usages. Notre vision très architecturale est parfois gênante »).

11Certains donc demeurent fidèles à la tradition de la qualité formelle des œuvres, s’opposant à la tendance actuelle qui met au premier plan la lisibilité de l’organisation intérieure : « Pour peu qu’on agrandisse quelques baies, on dénature l’aspect extérieur d’un édifice, qui pourtant peut avoir conservé à l’intérieur des éléments tout à fait authentiques : c’est vrai, mais ils sont cachés ! Ça perd quand même de son intérêt ! Alors on dit oui, mais ces structures intérieures apportent autant d’informations que celles de la maison d’à côté, qui est très bien conservée… Eh bien non, pas autant, parce que c’est l’intérieur ! » Le témoignage des fonctions antérieures n’est donc pas un critère uniformément répandu : « Là il y a eu une boutique. Encore que cette boutique soit assez ancienne… Mais moi ça ne m’intéresse pas ! Des collègues, je sais qu’ils seraient passionnés, mais… »

Une découverte
Découvrant une maison ancienne ouverte à la visite, ce chercheur expérimenté l’explore tout en commentant à voix haute, nous donnant ainsi accès à un mode de regard orienté vers les usages, qu’il semble « voir » à travers les objets, beaucoup plus que vers l’apparence formelle. Son excitation, sensible au débit et au ton de sa voix, témoigne que même face à une œuvre déjà bien connue (puisque prise en charge par les Monuments historiques et la Communauté européenne), on peut encore faire, dans ce métier, d’heureuses découvertes, où peut s’exercer à plein la compétence à regarder : « Il y a une bonne cheminée, hein ! Plutôt xve… Ça, ce sera sélectionné, parce qu’en plus on est dans une typologie complètement rurale, avec la piétonne et la charretière à côté… C’est excellent, hein, quand même ! Donc un plafond à poutres et solives, qu’on ne rencontre ici que dans les très vieilles maisons. C’est plutôt xv, hein ! Donc le cendrier, pour récupérer les cendres du foyer, pour la lessive… Et ici on mettait je ne sais pas quoi… Et ce qui est intéressant aussi, c’est la taque, comme on dit dans la région, qui n’est pas en fonte mais en fer battu… Là, on la voit en place ! Et le coffre, c’est ça… Qu’est-ce qu’ils pouvaient y mettre ? Le bois ? Et puis là c’est génial, parce qu’en réalité on dort sous l’escalier !… Et là il y a une chose aussi – ça sort un peu de votre sujet, mais bon… Vous voyez le voligeage en bois fendu : les bois sont retenus entre eux par un noisetier qui est torsadé ; c’est caractéristique des vieilles charpentes… Et puis les poteaux, qui montent du sol, et hop, ils arrivent là, alors que plus tard on les fait reposer sur des murs de refends. Tout ça c’est des détails, mais quand on les recoupe… Là, on met la pièce de bois, ici, et on pousse, à califourchon, et on travaille, pour faire des sabots, ou n’importe quoi : ça c’est dans toute l’Europe ! Ça, c’est la pierre à eau. En tout cas, les plus vieilles sont toujours basses ! La maîtresse de maison devait avoir les reins cassés… Moi, je n’avais jamais vu une maison rurale aussi ancienne ! Mais la charretière, elle ne me plaît pas trop : si ça se trouve, elle est postérieure. Elle doit être protégée MH, celle-là ? [Q : Classée, ou inscrite ?] Je ne sais pas. Il faut demander le dossier. [Q : Et ça, vous allez en faire quoi, vous ?] On va la sélectionner ! »

12Certains revendiquent haut et fort leur attention au « sens », c’est-à-dire à la restitution des usages originels : « Vous pouvez demander à tout le monde : je suis celui qui s’approche le plus du sens, et le moins de la forme ! [rires]. » Cette prépondérance accordée – et de plus en plus – à la fonction sur la forme implique une sensibilité moins architecturale qu’ethnologique ou « sociologique » (d’autant plus que l’enquête sur les usages exige souvent d’interroger directement les habitants) : « …Mais en même temps, au-delà de l’architecture en elle-même, ça fait partie d’une sociologie de l’évolution du mode de vacances. » Le critère fonctionnel peut même l’emporter sur celui de l’ancienneté, comme dans le cas de cette ferme modèle, susceptible d’être « présélectionnée » – alors que la ferme plus ancienne qui la jouxte ne le sera pas – car témoignant d’« une autre économie, une économie de rapport… J’ai fait des petites recherches aux archives sur la région, et je m’aperçois que ce sont des bourgeois de la ville qui investissent dans des terres, et qui font construire des fermes modèles, selon un principe qu’on retrouve dans les recueils d’architecture et les principes d’agriculture de l’époque ».

Typologique / urbanistique

13Écoutons ce chercheur : « Cette rue est une rue très ancienne, et cette maison est forcément antérieure à 1897, mais pas de beaucoup. Elle est complètement dénaturée dans sa façade : il n’y avait certainement pas d’ouverture en pignon, il y a une espèce d’enduit ignoble, on ne voit plus les ouvertures d’origine, donc on ne sait pas si elles sont à leur place ou pas, donc on ne peut déterminer si elle est à deux pièces,etc. Donc je ne peux absolument pas faire d’analyse de cette maisontelle qu’elle est actuellement ! Alors je l’ai mise en illustration de la rue, avec un petit commentaire.Je ne veux pas la repérer parce que je ne peux pas l’identifier en tant que type, je ne peux rien dire de cette maison sauf qu’elle est ancienne, et qu’elle est représentative du premier établissement sur la rue, mais je n’en ferai pas un repérage pour autant, parce que je ne peux pas m’en servir pour déterminer une typologie. Donc je n’en fais pas une fiche, mais seulement une photo, avec : “Maison représentative des maisons établies au début de l’urbanisation de la voie vers 1920, vestige”. C’est tout ce que je dis, et pour moi c’est suffisant. Et je pense que même pour la Ville, ça suffit. Là, la dénaturation empêche la lisibilité. »

14La question implicitement posée par cette analyse in situ est la suivante : faut-il privilégier l’approche typologique, c’est-à-dire la mise en relation abstraite de l’objet avec les autres objets de la même catégorie ; ou bien l’approche urbanistique, c’est-à-dire sa mise en relation concrète avec ceux qui l’entourent ? Dans le premier cas, on élimine complètement tout élément dont la dénaturation empêche la « lisibilité », c’est-à-dire l’inscription dans une typologie architecturale, au risque d’effacer les traces du développement urbain ; dans le second cas, on garde la mémoire du tissu urbain ancien, dont tel élément porte le témoignage par son seul emplacement, au risque de retenir des éléments dont l’authenticité ne peut être établie. Ici, le chercheur résout la question par un compromis : entre le repérage et l’élimination, une simple mention illustrée au titre de « vestige ».

15Il y a là une ambivalence entre l’approche typologique, traditionnelle, et l’approche urbanistique, plus moderne ; de même que l’opposition entre l’appréhension par la fonction et l’appréhension par la forme, elle relève moins des caractéristiques propres de l’objet que de l’équipement intellectuel du chercheur, selon qu’il privilégie tel ou tel angle de lecture. La question ne se pose bien sûr que dans le cas des inventaires en milieu urbain – raison pour laquelle, sans doute, elle ne figure pas dans les textes fondateurs de l’Inventaire. Nous avons vu que les inflexions de la pratique ont également amené, dans la période récente, une attention au « structurel » plutôt qu’au « spectaculaire », ainsi qu’aux sciences humaines plutôt qu’à l’esthétique : c’est dans ce contexte qu’est apparue une réflexion sur la dimension urbanistique, attentive à la structure et aux fonctions, qui tend aujourd’hui à s’opposer à l’approche traditionnellement typologique, centrée sur les éléments et les formes.

16La perspective urbanistique tend à relativiser la notion de « dénaturation » et, plus généralement, à minimiser le jugement sur la qualité au profit d’un constat sur la fonction dans le tissu urbain : raison pour laquelle elle se rapproche de la doctrine officielle, qui tire vers la scientificité, tout en suscitant des résistances chez tous ceux – notamment les plus anciens – qui tiennent à conserver une autonomie du jugement, en même temps qu’une prise en compte de la dimension esthétique. Le débat toutefois n’a sans doute pas encore été suffisamment tranché, ni même expressément posé, pour qu’il donne lieu à une prescription consensuelle ; au mieux se présente-t-il comme un critère explicitable.

Local / global

17Nous avons vu, à propos de la cohérence procédurale, que les effets d’échelle posent un problème méthodologique difficile à résoudre, du fait que l’intérêt d’un élément est largement relatif à son contexte et, notamment, à l’ampleur du corpus à l’intérieur duquel on le considère. On ne peut par conséquent prescrire de privilégier plutôt les caractéristiques locales ou, au contraire, les caractéristiques générales. Et pourtant, les choix font intervenir, de fait, ce paramètre – mais sans le revendiquer ni même l’expliciter comme un critère. Au mieux, la question est posée : « Faut-il basculer totalement du côté du local, où tout prend de l’importance ? » demande un conservateur.

18Le point de vue change selon la focalisation sur une petite ou une grande échelle : dans le premier cas, ce qui est local est a priori intéressant ; dans le second cas, le local devient synonyme de contingent. C’est ainsi qu’un même chercheur peut valoriser un élément en raison de son caractère local (« Ce sont des morceaux de galets qui ont été insérés dans l’enduit. C’est une exploitation du galet local, donc… Il n’y a que l’enduit d’important dans cette maison, et encore il n’y en a pas beaucoup »), et le dévaloriser pour la même raison : « Autrement c’est une maison totalement banale, elle n’a rien de spécifique, elle n’est même pas signée, c’est un entrepreneur local » ; « Là c’est une maison locale, avec une typologie vraiment locale. En plus ça a été modifié, les carreaux, les portes,etc. Donc c’est un petit peu… On n’est pas du tout dans… Mais ça fait partie de la zone, donc je le repère, quitte peut-être après à revoir. ».

19Le critère d’échelle a donc de multiples inconvénients : il est ambivalent ; il pose un problème méthodologique irréductible ; et il risque fort de soulever de plus en plus un problème politique puisque, avec la décentralisation, la cohérence à l’échelle nationale risquera d’être encore plus difficile à assurer. On comprend ainsi la difficulté à l’expliciter comme tel.

Personnel vs impersonnel

20Ce chercheur spécialisé en objets mobiliers parle des ex-voto : « Parfois il y a un message, alors c’est très émouvant : on transcrit les messages… C’est l’une des joies du chercheur ! Ces objets ne sont pas faits pour nous, d’abord, mais on prend un grand plaisir à sentir les gens qui sont derrière les objets. Voilà, là c’est encore plus émouvant : c’est moins travaillé d’un point de vue technique, mais ce sont les ex-voto qui renvoient à une partie du corps, donc souvent une guérison. » Dans cette présence des « gens » et du « corps », il y a à l’évidence un critère de valorisation non négligeable (« l’une des joies du chercheur », « grand plaisir »), mais qui n’entre dans aucune des catégories précédemment recensées : aucun principe abstrait n’est explicité, et l’on imagine mal qu’il puisse être prescrit par les instructions officielles. Ici, l’émotion provient du sentiment d’insubstituabilité de l’objet, qui est la propriété commune à tous les « objets-personnes » ; et ce sentiment s’ancre non pas dans sa nature d’œuvre d’art (même si, dans d’autres circonstances, un ex-voto pourrait être traité comme telle) mais dans sa nature de relique (objet contenant la trace d’une personne), elle-même constituée comme telle à partir d’un objet utilisé à l’origine comme un fétiche (objet agissant comme une personne) (Heinich 1993).

21Dans le récit suivant, émanant cette fois d’un jeune chercheur en architecture, la personnalisation touche non pas l’élément évalué mais les intermédiaires entre celui-ci et l’évaluateur, en l’occurrence, les propriétaires : « Maintenant on explique aux gens, on est francs, on leur dit qu’on ne prendra pas leur maison, pour telle ou telle raison. [Q : Et comment ils réagissent ?] En général ils comprennent. C’est vrai qu’au début on ne le faisait pas parce qu’on se disait, ils vont être vexés… Et non, quand on leur dit qu’on ne prend pas parce qu’il y a trop d’ouvertures modifiées, ils comprennent. Ce matin on a eu le cas d’un logis complètement transformé, ce qui était dommage parce que les dépendances étaient vraiment très belles, et datées. Le logis aussi avait une inscription datée. Et la dame était déçue pour nous, d’autant plus que ce n’était pas elle qui avait fait les réparations, donc… Ah, elle était vraiment déçue ! Les gens le prennent bien, on leur explique, ce n’est pas de notre faute… Cela dit, maintenant j’en ai tellement de type ternaire que les photographes risquent de me dire, non, on arrête là, quand même ! [Q : Ils trouvent que vous êtes trop…] Trop gentils, oui ! [rires] [Q : C’est un terme que vous utilisez entre vous ?] Oui, quelquefois on se dit, là, on est trop gentils ! »

22Dans l’un et l’autre exemples, le rapport à l’objet est fortement médiatisé par le rapport avec les personnes : soit absentes (« les gens qui sont derrière les objets » : commanditaires ou auteurs), soit présentes (les habitants, les photographes). Le souci de la cohérence procédurale se double alors du souci de ménager l’amour-propre des gens attachés aux œuvres en question, de ne pas les « vexer », d’éviter de les « décevoir » – quitte à risquer d’être trop « gentils ». Autrement dit, c’est la personnalisation de l’interaction avec l’œuvre qui fait – en partie au moins – la valeur de celle-ci ; et c’est bien là un critère univoque, car il ne semble pas que l’impersonnalité apparaisse jamais comme un motif d’intérêt.

23Le rapport aux personnes, l’investissement émotionnel, le souci d’autrui sont des propriétés plutôt associées à la féminité, du moins dans notre culture – et ce n’est sans doute pas un hasard si les auteurs des propos ci-dessus sont toutes deux des femmes. Ce ne sont, en tout cas, des critères appartenant au répertoire ni de la scientificité, ni de l’efficacité administrative, ni même de l’évaluation artistique (sauf lorsqu’ils prennent la forme très instituée de la signature, qui fait lien avec la personne de l’auteur mais dans une problématique, centrale en matière patrimoniale, de l’authenticité) : d’où, à l’évidence, leur relative indicibilité, même lorsqu’ils sont manifestement à l’œuvre.

24Accessibilité, vulnérabilité, modestie ou monumentalité, logique fonctionnelle ou logique formelle, logique typologique ou logique urbanistique, localité ou généralité, personnalisation : ces critères latents, plus ou moins explicitables selon le degré de réflexivité du chercheur ou de précision des directives officielles, relèvent donc soit d’impératifs de commodité ; soit de valeurs correspondant à la mission spécifique de l’Inventaire, mais marginales ou totalement absentes dans la tradition du monument historique ; soit de principes problématiques du point de vue des méthodes ; soit encore de valeurs n’ayant leur place ni dans la dimension scientifique, ni dans la dimension administrative, ni dans la dimension esthète du patrimoine.

25Ces critères forment donc un ensemble flou, et ce d’autant plus que, contrairement aux deux précédents – critères prescrits, soit univoques soit ambivalents –, ils ne relèvent pas d’un seul type de valeur (l’authenticité, la singularité) mais de plusieurs. L’accessibilité a à voir avec des contraintes fonctionnelles. La vulnérabilité renvoie à la nécessité de protéger un bien d’intérêt général dès lors qu’il est menacé. L’attention portée à la fonction des édifices plutôt qu’à leur forme, ainsi qu’à leur rôle dans le tissu urbain plutôt qu’à leur cohérence dans une typologie, apparaît comme une affaire de « sens » susceptible d’être conféré aux choses en permettant leur interprétation. Quant aux dimensions vernaculaire, locale ou personnelle, elles relèvent plutôt d’une attention à la proximité et aux relations entre personnes, privilégiant le petit sur le grand pour peu qu’il soit plus proche.

26Peut-être une analyse plus serrée des commentaires produits par les chercheurs sur leur propre travail révélerait-elle encore d’autres critères implicites ; mais on en arriverait là à des phénomènes probablement très marginaux, quasi individuels. Arrêtons donc là l’analyse des critères qui entrent, plus ou moins, dans le domaine de l’acceptable, pour nous intéresser à un critère résolument proscrit quoique – nous allons le voir – très présent dans le travail des chercheurs.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Photo souvenir
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2660/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 347k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search