Version classiqueVersion mobile

Serge Moscovici

 | 
Nikos Kalampalikis
, 
Denise Jodelet
, 
Michel Wieviorka
, 
et al.

– V – Sciences sociales et histoire des sciences

Sociologie des sciences : une nouvelle époque

Michel Wieviorka

Texte intégral

1 Nous sommes nombreux à être sensibles au thème d’une crise de l’idée de progrès, d’une crise profonde de la modernité, qui prend l’allure, entre autres modalités, du doute ou du rejet de la raison, et prospère sous les formes du négationnisme, du complotisme ou de la « post-vérité » – une notion qui mériterait une autre expression.

  • 1 Mutuelle générale de l’Éducation nationale.

2Cela veut-il dire que la science elle-même est visée et atteinte par ce doute, ce rejet ? En mars 2017, la MGEN1 a publié les résultats d’une enquête par sondage. Deux chiffres ont retenu mon attention : deux tiers des Français doutent du progrès social et pensent que leurs enfants auront de moins bonnes conditions qu’eux, un tiers par contre seulement ne font pas confiance au progrès scientifique. Tout n’est donc pas perdu du côté de la science. Mais effectivement il vaudrait mieux que progrès social et scientifique soient perçus comme allant de pair. Dois-je rappeler que les Lumières et la Révolution doivent beaucoup à de grands scientifiques, et pas tout à des philosophes, et que souvent, on pouvait être l’un et l’autre ? Immanuel Kant assurait aussi des enseignements de mathématiques, de physique, de pyrotechnie – ainsi d’ailleurs que d’anthropologie !

  • 2 Confédération française démocratique du travail.
  • 3 Demain, film documentaire, France, 2015.

3Serge Moscovici a apporté beaucoup à la réflexion des acteurs des contestations qui depuis la fin des années 1960 ont mis en cause le productivisme, s’inquiétant des dégâts du progrès comme le disait la CFDT2 des années 1970, voulant parfois dire halte à la croissance, parlant d’environnement et de changement climatique. Des contestations qui ne sont pas toujours ouvertes à la science : elles ont parfois leur part de dogmatisme, ou même de rejet de la science. Mais pour l’essentiel elles sont porteuses d’appel à la science et à la technologie, elles mobilisent des scientifiques en nombre, et elles nous font entrer dans une ère nouvelle – « demain », dit le titre d’un film3 qui fait voir quelques utopies en actes. Ces contestations ont eu un grand impact politique, et encore récemment ce sont des mouvements « verts » qui ont le mieux résisté aux forces en essor de l’extrême droite, lors d’élections importantes (2016) en Autriche et aux Pays-Bas, marquées par la débâcle des partis de la gauche et de la droite classiques.

4Encore faut-il avoir une idée réaliste de ce qu’est la science aujourd’hui. J’appartiens au conseil scientifique du Conseil européen de la recherche, où je côtoie une vingtaine de savants, et je vois bien à quel point le travail scientifique actuel n’a plus rien à voir avec l’image du savant solitaire, et génial, comment la science est produite dans des configurations qui ont profondément évolué, y compris récemment. Une excellente sociologue, Helga Nowotny, a montré il y a déjà une quinzaine d’années comment nous sommes passés de ce qu’elle appelle « science en mode 1 », je dirai modèle 1, à un nouveau modèle qu’elle appelle « science en mode 2 », je dirai modèle 2.

5Le modèle 1 valorise la recherche universitaire classique, l’apprentissage de la recherche dans les universités (la France est un peu particulière avec son CNRS et ses grandes écoles), et est très disciplinaire.

6Le modèle 2 accorde moins d’importance à la recherche proprement universitaire, inclut des laboratoires, privés comme publics, qui peuvent être sensibles aux demandes de toutes sortes d’acteurs, l’opinion, le marché, les médias, les ONG, les associations, l’État. Il serait faux de dire du modèle 2 qu’il a purement et simplement succédé au modèle 1. Mais il y a bien dans l’ensemble un glissement du 1 vers le 2. Un exemple est donné en France par les innovations que constituent l’Institut de la vision, l’Institut Imagine (maladies génétiques) ou l’Institut du cerveau et de la moelle épinière : une porte dans l’hôpital, une sur la rue, des liens directs avec l’industrie, des start-up… Le modèle 2 implique vite un adossement à une fondation. Et évidemment, il est en relation avec d’immenses attentes sociales (Fischer et al., 2016).

7Dans le modèle 1 la science se développe comme d’elle-même – avec des exceptions, comme Louis Pasteur, qui était en phase avec des questions sociales concernant des paysans, des médecins, des industriels. Le modèle 1 a son éthique, ses règles : le scientifique est détaché de la société et du contexte, il est porté par la quête de la vérité, le bien public, il est désintéressé – le sociologue Robert Merton (1973) a bien défini ce modèle, qui prévalait largement dans les années 1950 ou 1960.

8Le modèle 2 d’Helga Nowotny repose sur la capacité de mobiliser des financements publics et privés, nationaux et internationaux, il est davantage soumis au marché. Par conséquent, il est perméable lui aussi au mensonge, le savant peut même être dans la tricherie, il est dans une compétition. Les règles et les normes qui régissent le travail scientifique se transforment, elles résultent d’un jeu d’acteurs pour qui la vérité n’est qu’un critère parmi d’autres, un jeu auquel participent des grandes entreprises multinationales. Le travail scientifique est surtout davantage articulé à la société, moins indépendant.

9À partir de ces quelques remarques, sûrement trop superficielles, il est utile d’examiner la relation des sciences humaines et sociales, les SHS, avec les sciences « inhumaines », « dures », de la nature – une relation d’autant plus nécessaire, donc, que la science n’est pas totalement autonome à l’égard de la vie collective, sociale, culturelle, politique, économique.

10Un tel examen peut contribuer à écarter l’irrationnel, le mensonge, le post-truth, le négationnisme, les pseudo-sciences. Je vais le dire autrement : les scientifiques à eux seuls ne sont pas outillés pour produire des résultats efficaces, cela, tout simplement parce que plus ils démontrent rationnellement l’absurdité d’une affirmation mensongère, plus ceux qui croient à cette affirmation sont convaincus qu’ils ont en face d’eux des représentants encore plus diaboliques que ce qu’ils combattent. Il faut lire le livre de Léon Poliakov, La causalité diabolique (1980), qui applique cette grille de lecture à l’antisémitisme et aux persécutions subies par les Juifs, accusés d’incarner le mal. Ce qui me donne l’occasion de rappeler l’apport de Serge Moscovici à la réflexion sur le racisme. C’est là que peuvent intervenir les SHS, dans le versant défensif de l’action contre le mensonge et les atteintes à la modernité et aux valeurs universelles. Et parce qu’elles peuvent et doivent intervenir de façon constructive, contre-offensive, pour contribuer au rapprochement du progrès social et du progrès scientifique, dont j’ai dit, sondage de la MGEN à l’appui, qu’ils se dissocient aujourd’hui dans l’opinion.

11Les SHS se sont depuis longtemps intéressées à la science, elles en ont fait un objet. Il existe notamment de nombreuses histoires de la science en général, ou de telle ou telle discipline en particulier. Il existe aussi de nombreuses histoires des découvertes scientifiques, ou des monographies dont certaines excellentes consacrées à tel ou tel savant – ce n’est pas ce qui m’intéresse ici, mais bien davantage des réflexions approfondies comme celle de Serge Moscovici (voir également le chapitre de Jorge Correia Jesuino).

12Plus récemment, les SHS se sont penchées sur la façon dont est produite la science, et dont travaillent les scientifiques. On passe ici de l’histoire à la sociologie et à une certaine ethnologie, avec Robert Merton, dont j’ai déjà cité le nom, et aussi Bruno Latour, rendu célèbre par son ouvrage avec Steve Woolgar sur « la vie de laboratoire » (1988) – il est allé très loin ici, suggérant que ce qui motive les scientifiques n’est pas tant la science que l’adaptation à un univers où il faut publier pour obtenir la reconnaissance et à la limite le prix Nobel – ce qui relève d’un constructivisme extrême, la science devenant une sorte d’intériorisation de pressions sociales au sein d’un milieu donné, une construction sociale.

13Mais il me semble qu’une ère nouvelle s’est ouverte, où les SHS ne se contentent pas de faire de la science et des scientifiques un objet, au même titre que le travail, la famille ou la religion : elles entrent en contact avec les sciences autres qu’elles-mêmes, pour coproduire des connaissances. On le voit plus souvent qu’on pourrait croire. Des sociologues et des scientifiques travaillent ensemble dans les situations de crise ou de risque de grande catastrophe, par exemple à propos du changement climatique – de nombreux sociologues participent aux travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, le GIEC. Nous avions déjà, avec Alain Touraine, à la fin des années 1970, réfléchi aux enjeux du nucléaire civil et analysé l’action antinucléaire en montant des groupes de recherche où pouvaient être présents des scientifiques – à l’époque, nous utilisions une nouvelle méthode, l’intervention sociologique, au sujet de laquelle nous avons beaucoup discuté avec Serge Moscovici.

14 Les chercheurs en SHS sont aussi présents dans bien des expériences de démocratie délibérative, conférences de consensus, états généraux, où des citoyens et des scientifiques échangent sur un enjeu important : enfouissement de déchets radioactifs sur le terrain d’une commune, ouverture d’un barrage, d’un aéroport, présence d’OGM, etc. Dans ces situations, on peut parler de large pluridisciplinarité. Cela ne veut pas dire que les disciplines se dissolvent, ou que chacun devient pluricompétent. Mais que tous sont capables de se situer dans leur discipline, au meilleur niveau, et en étant organisés pour se croiser et échanger. Aucune des disciplines n’est alors en surplomb, ce qui compte est la capacité d’étudier des problèmes, de produire des savoirs, de définir également les savoirs que l’on souhaite voir se développer. Sur le plan contre-offensif, constructif, on le voit, les SHS peuvent elles aussi être partie prenante du « modèle 2 » d’Helga Nowotny. Et sur le plan défensif, elles peuvent jouer un rôle important, en montrant l’inanité de certaines réponses proposées pour lutter contre le mensonge – ce qui n’est pas neuf. Je pense ici, et ce n’est pas un hasard, à Leon Festinger, dont Serge Moscovici a été proche, et à son étude devenue un classique sur l’échec d’une prophétie (Festinger et al., 1956).

15Autre exemple qui m’a frappé : en 1981, François Furet et Raymond Aron ont organisé un colloque international de la plus haute importance, pour contrer le négationnisme qui progressait avec Robert Faurisson. De nombreux penseurs et chercheurs venus du monde entier intervenaient. Mais la star de ce colloque était un pharmacien, Jean-Claude Pressac, qui s’était éloigné du négationnisme, auquel il avait cru un temps, en examinant des archives d’Auschwitz montrant techniquement que les chambres à gaz avaient bien existé et fonctionné. Sa démonstration était celle d’un ingénieur, pas d’un chercheur en SHS, mais évidemment elle appelait une collaboration avec les historiens et d’autres, et elle leur apportait beaucoup.

16Plus récemment, j’ai compris que parmi les meilleurs outils, il y a ceux avec lesquels des scientifiques font concrètement toucher du doigt la science aux jeunes esprits, à l’image de la Cité des sciences. Ainsi, il existe des réponses à l’irrationnel, au mensonge, qui peuvent s’accommoder d’un engagement à la fois critique et intellectuel, du type de ce que représentent à nos yeux les analyses et l’action de Serge Moscovici.

Notes

1 Mutuelle générale de l’Éducation nationale.

2 Confédération française démocratique du travail.

3 Demain, film documentaire, France, 2015.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search