Version classiqueVersion mobile

Serge Moscovici

 | 
Nikos Kalampalikis
, 
Denise Jodelet
, 
Michel Wieviorka
, 
et al.

– V – Sciences sociales et histoire des sciences

Quand un Serge rencontre un autre Serge ou Les groupes brisent spontanément leur symétrie

Serge Galam

Texte intégral

Contexte de la rencontre

1Manhattan, printemps 1985. J’étais un tout jeune assistant professor au département de physique de la New York University, et ayant obtenu un poste au CNRS l’année précédente, je m’apprêtais à rentrer en France pour rejoindre un laboratoire de physique à l’université Pierre-et-Marie-Curie après neuf années passées à l’étranger (cinq en Israël et quatre aux États-Unis). Serge Moscovici terminait son séjour annuel à la New School de New York. On ne se connaissait pas, on ignorait l’existence l’un de l’autre et nous n’avions a priori aucune raison de nous rencontrer. À l’époque, pas d’Internet au quotidien, c’était chaque discipline dans son coin. Psychosociologue reconnu et établi, il était de 27 ans mon aîné. Moi, physicien trentenaire avec déjà une carrière internationale, je travaillais sur les systèmes désordonnés dans la matière. Mais surtout, depuis une dizaine d’années, je me battais contre vents et collègues pour développer la sociophysique (Galam, 2004).

2Mais qu’est-ce que la sociophysique ? C’est une aspiration à construire des modèles de comportements sociaux et politiques à partir de concepts et techniques issus de la physique du désordre et des phénomènes collectifs. Attention, il ne s’agit pas de se substituer aux sciences sociales et politiques, mais d’y apporter un éclairage autre, différent, qui depuis s’est souvent révélé contre-intuitif et parfois dérangeant. La sociophysique veut bâtir une dimension supplémentaire en complément des approches traditionnelles des sciences sociales. Alors que je parlais de mes projets à une amie médecin de Manhattan, elle me dit que par le plus grand des hasards, en ce moment, elle louait son appartement à un sociologue français en visite à New York, un certain Moscovici, et que ce serait sans doute une bonne idée que je le rencontre pour lui parler de ma sociophysique. Et elle eut sacrément raison ! Un rendez-vous fut pris dans un café du West Village et, une fois nos expressos terminés, ça partit dans tous les sens. En un mot, on « s’est plu » et un autre rendez-vous fut pris, cette fois à Paris, il y rentrait quelques jours plus tard, et par un autre hasard, moi j’y retournai le mois suivant pour m’y installer (fig. 1).

Fig. 1. Quand un Serge rencontre un autre Serge dans une Grande Pomme, à la mémoire de l’Autre

3S’ensuivit une série de rencontres, discussions, verres, arguments, débats, toujours chez lui, près du marché d’Aligre, avec pour finir un dîner dans un restaurant du coin. Nous parlions de tout et des riens de la vie, de nos vies, du judaïsme, de l’antisémitisme, d’Israël, des juifs, des métèques, des « autres », de la France, de l’université, des femmes, des hommes, mais pas de voitures. Et surtout, nous parlions et parlions des comportements humains, individuels et collectifs, qui nous passionnaient tous les deux, à partir de prismes extrêmement différents. Ainsi, au fil des mois, s’élabora une amitié qui servit de cadre à la construction de ce qui allait devenir une théorie de la prise de décision en groupe, véritable synthèse interdisciplinaire novatrice entre la physique des comportements collectifs dans la matière et les expérimentations sur la polarisation des groupes humains lors de délibérations pour des prises de décision. Un exemple rare et singulier d’une collaboration interdisciplinaire réussie et créatrice.

Contenu de la théorie

4Pour amorcer les discussions, j’avais demandé à Serge de m’exposer plusieurs problèmes non compris en sciences sociales pour voir s’il y en avait un qui me « parlerait » par rapport à mes préoccupations sociophysiques. Parmi plusieurs problématiques, il y en avait une qui le tracassait particulièrement. Il avait beaucoup travaillé sur l’impact des minorités agissantes et sur le phénomène de polarisation des opinions dans les groupes de discussion. Il s’était ainsi trouvé face à ce résultat paradoxal : un groupe qui délibère sans entrave se retrouve très souvent sur un choix unanimement extrême et pas du tout sur un choix de compromis comme on aurait pu s’y attendre (Moscovici et Doise, 1992). À l’inverse, imposer des contraintes favorisait le compromis sur des choix médians. Ainsi, à partir de résultats empiriques il apparaissait qu’une discussion libre et ouverte entre personnes raisonnables n’aboutit pas à « couper la poire en deux », bien au contraire. Plus on discute librement et plus c’est « toute la poire ou rien ». Des échanges poussés ont donc pour effet la création d’un extrémisme unanime dans le choix final du groupe. En revanche, lorsque des contraintes sont imposées aux gens qui délibèrent, par exemple devoir prendre une décision en un temps limité, le groupe va couper la poire en deux, c’est-à-dire choisir le compromis au lieu d’un des extrêmes possibles. Ces deux résultats semblaient donc contradictoires d’après le bon sens, et la psychologie sociale n’avait pas de réponse cohérente et unifiée.

5Je trouvais que cette problématique s’inscrivait totalement dans mes recherches sur la dynamique de groupe. La théorie du magnétisme, que j’avais précédemment utilisée pour étudier les phénomènes de grève dans les grandes entreprises (Galam, Gefen et Shapir, 1982), me parut avoir les ingrédients nécessaires pour modéliser le problème. C’est donc avec la psychosociologie expérimentale que nous avons défini le point de départ de nos travaux pour ensuite aller chercher des outils dans la théorie du magnétisme en physique. Mais par-delà les outils de la physique, j’expliquai à Serge que nous allions construire un modèle universel des prises de décision en groupe à la façon du physicien. Il y avait dans cette simple formulation de programme une hypothèse « iconoclaste » pour une approche en sciences sociales.

6En effet, imaginer qu’une série de groupes, respectivement de généraux qui doivent décider de bombarder Belgrade (1999), de banquiers de la Banque fédérale américaine qui doivent décider de monter ou baisser les taux directeurs, de jurés qui doivent décider de la peine capitale, d’instituteurs qui doivent décider de la couleur de la cafétéria, obéissent tous aux mêmes mécanismes dans les caractéristiques de leurs prises de décision semblait a priori osé, pour ne pas dire absurde du point de vue des sciences sociales. Et c’est pourtant le credo fondamental de l’approche sociophysique : découvrir ce qu’il y a d’universel derrière des familles de situations aux contenus extrêmement différents les uns des autres. En considérant les groupes de Serge, le point commun était que dans tous ces cas il s’agissait d’une collection de personnes, chacune ayant ses raisons et convictions de faire tel ou tel choix, mais qu’ensuite elles devaient en débattre en vue d’aboutir à une décision commune, cela dans un cadre et un temps bien définis. L’idée de s’inspirer du modèle d’Ising développé en physique de la matière condensée (Ma, 1976) pour décrire et expliquer le magnétisme, en particulier le passage d’un état ferromagnétique (ordre macroscopique) à un état paramagnétique (désordre macroscopique), me semblait être la voie à suivre, ce qui s’avérera être effectivement le cas.

Le modèle, sa base

7Considérons la situation la plus simple dans laquelle une personne doit faire un choix entre deux réponses : oui ou non, pour ou contre, plus ou moins. De tels cas sont nombreux dans le monde social et, en outre, les cas avec un plus large éventail de réponses peuvent généralement être réduits à une situation à deux réponses (Moscovici et Zavalloni, 1969). Le choix individuel peut alors être représenté par une variable à deux valeurs : c = 1 pour la réponse oui et c = − 1 pour la réponse non. Pour une assemblée de N personnes chaque choix individuel est maintenant représenté par une variable ci, où i = 1, 2…, N et ci = ± 1. Il est donc possible de définir un choix collectif du groupe de N comme la simple somme renormalisée de chaque choix individuel, ce qui donne (éq. 1) :

8Le passage d’une seule personne à un groupe de N personnes élargit considérablement le spectre des choix accessibles avec maintenant 2N possibilités au lieu de 2 précédemment. Cependant, pour faire exister ce spectre de réponses il faut une structure qui collecte les choix individuels et affiche le résultat net, ce qui implique la construction d’un niveau macro. Ainsi, même la réduction à une simple agrégation nécessite la construction d’une structure de groupe. De plus, pour aller au-delà des choix individuels de chacun, la structure macro doit associer un sens à chacune des 2N réponses. Cependant, l’utilisation de certaines règles, par exemple une règle de majorité, peut ramener le choix collectif à celui d’un individu avec seulement deux réponses, C = ± 1.

L’état neutre

9L’état neutre est défini comme un environnement dans lequel l’individu décide par lui-même et n’échange pas avec d’autres à ce propos. Il n’interagit pas pour prendre sa décision. De plus, les deux choix possibles ne sont pas discriminés par l’environnement du groupe, ce qui signifie qu’il n’existe pas de raison externe pour qu’un choix soit privilégié par rapport à l’autre. On considère également qu’il n’existe pas de biais individuels, qui en moyenne favoriseraient au niveau individuel un choix par rapport à l’autre. Les deux choix sont équiprobables. Cela n’empêche pas chaque individu de faire un choix, et de savoir pourquoi il le fait. Cependant, comme il n’y a pas d’interactions, au niveau du groupe les choix étant indépendants, à partir d’un certain nombre d’individus, en moyenne il y aura autant de personnes sur un choix que sur l’autre.

10En termes de probabilité, cela signifie que la fonction des choix s’écrit (éq. 2) :

11où δ est la fonction Kronecker, c’est-à-dire δ (x = 0) = 1 et δ (x ≠ 0) = 0. En conséquence, pour une collection de N personnes la valeur moyenne du choix collectif

12est égale à zéro en moyenne. Les fluctuations autour de cette valeur moyenne de zéro sont données par ± 1/√N. Cependant, le résultat C = 0 est un nouveau choix qualitatif qui n’existait pas au niveau individuel avec seulement ± 1. Il peut être considéré comme le choix de compromis parfait. La quantité macroscopique C étant égale à zéro, le processus d’agrégation s’avère avoir neutralisé les deux choix dans leurs extrémités opposées pour produire un choix nouveau qui est neutre par rapport aux choix individuels disponibles (fig. 2).

L’effet des interactions

13Considérant une paire de personnes i et j sans échange, tous leurs choix possibles se réduisent à quatre configurations qui sont :

14Dans les configurations 1 et 2 les deux personnes font le même choix alors qu’elles s’opposent dans les configurations 3 et 4. Toutefois, cet accord ou ce conflit ne se concrétise entre les deux personnes que lorsqu’elles interagissent pour être informées de leurs choix respectifs. Dans ce cas d’échange, ce qui va alors compter est le fait d’avoir fait le même choix ou des choix contraires puisque nous sommes dans le cadre de l’état neutre, c’est-à-dire que les choix ±1 sont équivalents et non discriminés au niveau collectif du groupe. Il est donc suffisant d’identifier le fait d’être d’accord ou en conflit sans mentionner le choix lui-même, ce que permet précisément le produit cicj. Les configurations d’accord 1 et 2 sont caractérisées par cicj = 1, et celles de désaccord 3 et 4 par cicj = -1.

Fig. 2. L’état neutre avec chaque individu faisant son choix indépendamment de celui de l’autre.

15De plus, dès lors qu’il s’agit d’un groupe qui doit prendre une décision, les délibérations entre membres apparaissent spontanément et sont même le plus souvent intégrées dans une procédure décisionnelle, l’objectif étant en principe d’aboutir, à partir de la confrontation de points de vue, en principe au meilleur choix. Les discussions, confrontations, échanges vont selon les cas impliquer les participants à des degrés différents. Nous pouvons représenter l’amplitude de ces implications par un paramètre I. Ce paramètre peut alors être incorporé dans l’étiquetage des choix de configurations en utilisant le produit -Icicj au lieu de cicj. Un état d’accord est associé à -I alors que +I correspond à un état de conflit, I mesure l’intensité soit de l’accord soit du conflit. Pour un groupe dont les interactions sont limitées à des paires, la somme totale des conflits ou des accords est mesurée par (éq. 3) :

16où nous avons supposé que l’intensité d’échange I est constante pour toutes les interactions de paires (i, j). Nous appelons GI la fonction de conflit interne du groupe, un conflit négatif GI < 0 signifiant l’absence de conflit sur le choix sélectionné, alors qu’une valeur positive GI > 0 indique un conflit. Il est utile de préciser que ce choix de signe est arbitraire, nous aurions pu faire le choix inverse. La notation < i, j > représente toutes les paires d’individus du groupe qui ont interagi au cours du débat en défendant leurs choix respectifs.

Le concept de brisure spontanée de la symétrie

17La fonction de conflit interne GI mesure le degré de conflit (positif ou négatif) dans un groupe pour chacune des 2N/2 configurations décisionnelles possibles, permet de les hiérarchiser. Cependant, cette hiérarchisation ne donne pas la configuration finale du groupe, celle qui fera la décision. Il faut donc introduire un critère pour déterminer la configuration qui sera favorisée par les échanges à l’intérieur du groupe. Pour ce faire, nous avons introduit un Postulat qui donne une direction à la dynamique des choix individuels dans le groupe induite par les échanges. Le Postulat s’énonce comme suit :

Lors d’un débat au sein d’un groupe devant prendre une décision, les dynamiques individuelles vont tendre à sélectionner la configuration qui minimise la fonction de conflit interne GI du groupe. Ce qui est réalisé avec chaque individu faisant le choix qui minimise la somme des conflits résultant de ses échanges avec les autres membres du groupe.

18Ce sera le seul Postulat du modèle à ce stade, mais il est évidemment fondamental, déterminant les directions des dynamiques de choix individuels qui détermineront le choix collectif et le définitif du groupe. Le Postulat peut aussi être formulé comme un principe de recherche de conflit minimal dans un ensemble d’interactions de paires (fig. 3). Pour illustrer la dynamique sous-jacente à ce Postulat, considérons le cas d’une seule personne. Elle est libre de décider de son choix, et va le faire pour toutes sortes de raisons. Cependant, une fois ce choix fait, cette personne tout comme tous les autres membres du groupe, va l’énoncer et enregistrer des accords avec certains membres et des désaccords avec d’autres. Le Postulat n’est pas inscrit dans les règles de fonctionnement du groupe, il détermine les tendances individuelles et spontanées de chacun au sein du groupe pour atteindre le minimum de la fonction de conflit interne du groupe. Mais étant dans l’état neutre, il devrait y avoir a priori autant de personnes qui choisissent le oui que de personnes le non. Dans ce cas, la difficulté des délibérations va revenir à faire émerger un des deux choix comme le choix identique de chacun, pour que le groupe se polarisant atteigne un conflit négatif minimal. Ce qui est contre-intuitif étant donné que le choix unanime pour C = + 1 ou C = − 1 se fera in fine au hasard, chacun satisfaisant le Postulat. En effet, le processus ci-dessus commence simultanément à partir de plusieurs paires de personnes qui chacune minimisent leur conflit, mais souvent dans des directions opposées. C’est pourquoi il faut du temps pour que petit à petit un des deux choix l’emporte, peu importe lequel. On peut donc conclure que, d’une façon générale :

Les groupes se polarisent spontanément sur un choix extrême dont la direction est arbitraire, chaque extrême étant au départ équiprobable.

Les groupes se polarisent spontanément sur un choix extrême dont la direction est arbitraire, chaque extrême étant au départ équiprobable.

Fig. 3. Deux individus interagissant, leurs choix respectifs produisent un conflit qu’ils veulent minimiser, peu importe le choix lui-même, l’important étant de faire le même.

19Ce modèle produit une dynamique qui, à partir d’interactions de paires, transforme l’agrégat des individus qui constituent initialement le groupe en un super-individu (Turner, 1987). Une fois le groupe transformé par le biais des échanges, c’est désormais ce super-individu qui a la liberté de choix entre les deux possibles alors que les « constituants » ont dû s’aligner sur lui. L’individu au sein du groupe a perdu sa liberté de choix. Il doit maintenant faire un choix identique à celui des personnes avec qui il interagit.

20Individuelle au départ, la liberté s’est transformée en liberté collective du groupe en tant que tel. On peut aussi noter que le compromis parfait C = 0 obtenu dans un groupe sans interactions a disparu à la suite de l’introduction des interactions et donc de la constitution du groupe en tant qu’entité propre. Ainsi, la probabilité de choix individuel donnée par l’équation (éq. 2) n’est plus valide à la fin du processus de discussion. Elle est alors remplacée au niveau de l’ensemble du groupe avec désormais (éq. 4) :

L’état des biais individuels

21L’hypothèse précédente d’un état global a priori neutre ne s’applique qu’à certaines catégories de sujets, ceux pour lesquels il n’y a pas de raison pour qu’un des deux choix en compétition prévale a priori chez une majorité d’individus d’un groupe. En revanche un grand nombre de sujets vont être beaucoup plus clivants au niveau individuel, créant chez certains un a priori plus ou moins fort pour tel ou tel choix. Cela va dépendre de la culture, des valeurs, des expériences passées, et aussi des croyances des uns et des autres. Pour tenir compte de cet état de fait, nous introduisons un champ social intérieur Si propre à chaque individu. Ces champs sociaux intérieurs différencient pour les individus concernés chacun des choix possibles. Ces choix auront des coûts de conflit différents pour chaque individu les faisant. Celui-ci pourra être en conflit avec son champ social intérieur ou en conformité avec lui.

22Par extension de la mesure du conflit généré par l’interaction entre deux personnes, pour rester dans le cadre du Postulat de conflit individuel minimal et pour que SI > 0 favorise le choix ci = + 1 et SI < 0 le choix ci =  1, il suffit de considérer le produit − Si ci pour mesurer le degré de conflit de l’individu i faisant le choix ci étant donné un champ social intérieur Si.

23Le produit est négatif pour le choix fait le long du champ intérieur et positif dans le cas d’une opposition avec ce même champ. Dès lors que Si ≠ 0, en l’absence d’interactions, l’équation (éq. 2) n’est plus valide avec maintenant p (ci = 1) ≠ p (ci =  1). L’état neutre s’est transformé en un état social distribué. Une fois donné l’ensemble des SI, on peut calculer la somme des conflits intérieurs de l’ensemble des membres du groupe pour une configuration donnée de choix individuels avec la fonction (éq. 5) :

24D’après le Postulat de minimisation des conflits, en l’absence d’interactions, chaque personne va minimiser son conflit intérieur en alignant son choix sur son champ social intérieur, ce qui aboutit au choix collectif (éq. 6) :

Fig. 4. Les individus n’interagissent pas et donc chacun fait le choix qui minimise son conflit avec son champ social intérieur. Ici cinq individus ont un champ social intérieur qui favorise le non contre trois autres pour le oui. On a

25où le |… | indique la valeur absolue du champ social intérieur qui peut être positif ou négatif. Il est intéressant de souligner que la prise en compte des champs sociaux intérieurs augmente substantiellement la palette des choix collectifs du groupe neutre, avec pour C la possibilité formelle de prendre les valeurs -1,- (N-1)/N, ..., 0,..., (N-1)/ (, N), 1.

26Le compromis C = 0 est à nouveau un choix collectif possible (pour les groupes pairs). De plus, à partir du moment où les réponses sont agrégées pour donner une valeur à C, celle-ci pouvant être désormais différente de C = ± 1,0, le groupe doit donner un sens à ces possibles nouveaux choix. La constitution du groupe en tant que tout implique donc d’enrichir les choix initialement proposés aux individus. On fait également l’hypothèse qu’une fois que la décision finale C a été prise, chaque membre du groupe l’adopte individuellement et s’identifie avec elle, donnant pour chacun le même choix individuel qui peut différer de la valeur initiale ci. Dans le cas de la figure 4 on a C= (3-5)/8=-2/8.

Biais individuels versus interactions

27Cependant, une fois les interactions activées, la distribution initiale des oui et non qui résulte de la distribution des champs sociaux intérieurs au sein du groupe va produire des conflits supplémentaires entre paires d’individus ayant fait des choix opposés. Chaque individu doit maintenant minimiser la somme de deux conflits distincts qui résultent respectivement de :

  • son interaction avec les membres du groupe, l’individu voulant arriver à la même décision finale que tous les autres membres du groupe avec qui il discute ;
  • et son interaction avec son champ social interne avec lequel l’individu veut aussi se conformer.

28Cela donne pour le groupe un conflit cumulé (éq. 7) :

29où le premier terme est donné par éq. (3) et le deuxième par éq. (5). Alors qu’il est facile de déterminer quelle configuration de choix minimise GI ou GS, la forme agrégée d’éq. (7) rend cette tâche plus difficile, car il peut maintenant exister des contradictions au niveau de chaque individu. En effet, chaque personne voulant réduire au minimum la somme de ses deux conflits peut se retrouver dans une situation où elle ne peut pas satisfaire le Postulat pour chacun d’eux. Elle devra alors optimiser son choix, c’est-à-dire minimiser le conflit soit avec le choix collectif du groupe, soit avec son champ interne, ce qui en contrepartie impliquera un conflit maximal avec soit son champ interne, soit le choix collectif du groupe.

30Résoudre ce problème nécessite une transformation mathématique qui dépasse le cadre de cet article (Galam et Moscovici, 1991b ; Galam, 1997). Nous allons donc nous limiter à considérer plusieurs situations caractéristiques illustrant les implications de ces contradictions individuelles au niveau de la prise de décision du groupe. Prenons d’abord le cas de deux personnes sans interaction dont l’une possède un champ social intérieur. Cette dernière va a priori suivre son champ social interne alors que l’autre fait son choix au hasard comme montré à gauche de la figure 5.

Fig. 5. Deux individus, l’un sans et l’autre avec champ interne. À gauche, ils n’interagissent pas et donc le premier fait son choix au hasard alors que le deuxième suit son champ. À droite ils interagissent, faisant automatiquement basculer l’individu sans champ qui s’aligne sur celui qui en a un, fût-il très faible.

31Dès qu’une interaction, même très faible, est active entre ces deux personnes, la personne sans champ social interne change d’opinion pour s’aligner sur le choix de l’autre personne, qui elle possède un champ social interne. Les deux ont ainsi minimisé leurs conflits respectifs comme le montre la partie droite de la figure 5. C’est la personne la plus biaisée qui impose naturellement son choix à l’autre.

Fig. 6. Deux individus interagissent avec des champs sociaux intérieurs opposés. À gauche, chacun suit son champ social interne concentrant le conflit sur l’interaction qui est donc plus faible. À droite l’amplitude de l’interaction a été augmentée ce qui a pour effet d’aligner les deux individus. Dans la partie haute le champ social intérieur de la personne favorisant le oui est plus fort que l’interaction contrairement à l’autre personne. C’est donc la première qui minimise ses deux conflits au détriment de la deuxième qui minimise son conflit d’interaction et maximise son conflit intérieur. Dans la partie basse c’est le champ social favorisant le non qui est le plus fort.

32En revanche, lorsque les deux personnes ont un champ social interne, la dynamique de choix se complique comme le montre la figure 6 dans laquelle deux personnes interagissent avec des champs sociaux intérieurs opposés. Chacune va a priori suivre son champ social interne concentrant le conflit sur l’interaction. Si leur interaction est plus faible que les interactions avec les deux champs internes, chacune maintiendra son premier choix maximisant le conflit GI comme montré dans la partie gauche de la figure 6. Mais dès que leur interaction augmente en intensité de façon à dépasser l’amplitude d’un des deux champs, c’est la personne qui a le champ social interne le plus fort qui impose son choix à l’autre. C’est le oui dans la partie haute de la partie droite de la figure 5 et le non dans la partie basse. Les cas précédents peuvent se généraliser à des situations avec un plus grand nombre de personnes en interaction, ce qui complexifie la résolution de la dynamique si l’on ne fait pas appel à des équations plus élaborées (Galam et Moscovici, 1991a ; Galam, 1996, 1997 ; Galam et Moscovici, 1991b, 1993).

Conclusion

33La collaboration avec Serge a produit une série de cinq articles (Galam et Moscovici, 1991a, 1991b, 1993, 1994, 1995) parus pour les trois principaux dans l’European Journal of Social Psychology. Nos résultats ont permis d’obtenir un éclairage nouveau sur tout un corpus de prises de décision collectives, que ce soit à partir d’expériences en laboratoire ou de cas réels comme avec les jurys aux États-Unis. Nous avons élaboré une théorie de la prise de décision en groupe, véritable synthèse interdisciplinaire novatrice entre la physique des comportements collectifs dans la matière et les expérimentations sur la polarisation des groupes humains lors de délibérations en vue de prises de décision. Exemple rare et singulier d’une collaboration transdisciplinaire réussie et créatrice, j’ai beaucoup apprécié ma rencontre avec Serge tant sur le plan humain que scientifique et j’en garde une mémoire bien présente. Cependant, après plusieurs années de collaboration « en vase clos », j’ai décidé de reprendre ma « route » parmi les physiciens. J’ai alors développé et établi la sociophysique qui est devenue un domaine actif de recherche au niveau international (Galam, 2008, 2012). Et de nouveau, il y a cinq ans, j’ai changé de route, pour rejoindre le CEVIPOF – Centre de recherches politiques de Sciences Po –, y devenant le premier physicien. En parallèle de mes recherches sur les prédictions électorales (Galam, 2016, 2017, 2018), j’y ai donné trois ans de suite un cours d’introduction à la sociophysique dans le cadre de la formation commune des masters. Ce fut un nouveau défi, cette fois linguistique (les maths) et cognitif (la vision du physicien), une aventure en devenir incroyable, que malheureusement j’ai dû arrêter brutalement ayant atteint l’âge fatidique de la retraite (nous sommes en France). Je suis désormais émérite.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Quand un Serge rencontre un autre Serge dans une Grande Pomme, à la mémoire de l’Autre
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26575/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26575/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26575/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26575/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26575/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8k
Légende Fig. 2. L’état neutre avec chaque individu faisant son choix indépendamment de celui de l’autre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26575/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26575/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6k
Titre Les groupes se polarisent spontanément sur un choix extrême dont la direction est arbitraire, chaque extrême étant au départ équiprobable.
Légende Fig. 3. Deux individus interagissant, leurs choix respectifs produisent un conflit qu’ils veulent minimiser, peu importe le choix lui-même, l’important étant de faire le même.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26575/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26575/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26575/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26575/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8k
Légende Fig. 4. Les individus n’interagissent pas et donc chacun fait le choix qui minimise son conflit avec son champ social intérieur. Ici cinq individus ont un champ social intérieur qui favorise le non contre trois autres pour le oui. On a
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26575/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26575/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26575/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1k
Légende Fig. 5. Deux individus, l’un sans et l’autre avec champ interne. À gauche, ils n’interagissent pas et donc le premier fait son choix au hasard alors que le deuxième suit son champ. À droite ils interagissent, faisant automatiquement basculer l’individu sans champ qui s’aligne sur celui qui en a un, fût-il très faible.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26575/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5k
Légende Fig. 6. Deux individus interagissent avec des champs sociaux intérieurs opposés. À gauche, chacun suit son champ social interne concentrant le conflit sur l’interaction qui est donc plus faible. À droite l’amplitude de l’interaction a été augmentée ce qui a pour effet d’aligner les deux individus. Dans la partie haute le champ social intérieur de la personne favorisant le oui est plus fort que l’interaction contrairement à l’autre personne. C’est donc la première qui minimise ses deux conflits au détriment de la deuxième qui minimise son conflit d’interaction et maximise son conflit intérieur. Dans la partie basse c’est le champ social favorisant le non qui est le plus fort.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26575/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8k

Auteur

(CNRS, France)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search