Version classiqueVersion mobile

La fabrique du patrimoine

 | 
Nathalie Heinich

II. Le service de l’inventaire

7. Le rapport aux valeurs

Texte intégral

1Ayant observé comment la contrainte de scientificité s’articule avec l’organisation administrative de l’Inventaire, au niveau des procédures, nous allons voir à présent comment elle s’articule avec son objet – le patrimoine – au niveau des critères mis en œuvre par les chercheurs. Ainsi se déploieront les tensions engendrées par la nécessité de concilier la science, l’administration et la valeur patrimoniale, dans cette « chimère à trois têtes » qu’est le service de l’Inventaire.

2Arrivant pour la première fois sur mon « terrain » (une équipe de deux chercheurs chargés d’inventorier l’habitat rural), je fus accueillie par une réflexion ironique dont je ne compris pas tout de suite la signification : le « Ah, on cherche du beau ! » lancé à la cantonade avec un rire grinçant, m’était manifestement destiné. Plus tard, le conservateur qui m’accompagnait m’en expliqua le sens, un peu gêné : j’avais été annoncée comme une « sociologue de l’art » enquêtant sur l’Inventaire ; or, les chercheurs mettent un point d’honneur à affirmer qu’ils ne se préoccupent pas, comme les recenseurs des Monuments historiques, d’art ou d’esthétique, mais de l’habitat ordinaire : celui qui, s’il est intéressant, ne l’est pas parce qu’il serait « beau », et encore moins parce qu’il serait de l’« art ». Ainsi, à ma question « Il n’y a pas des moments où vous en avez assez ? » un chercheur me répondra un jour : « De voir des trucs moches, oui ! [rires] On n’en a jamais assez de voir des beaux trucs, mais de voir des trucs moches, si ! »

3Je ne mesurais pas alors combien cette anecdote était révélatrice d’une dimension fondamentale de mon objet : le rapport aux valeurs. Je vais donc tenter d’expliciter ce qu’il m’aurait fallu savoir pour comprendre pleinement ce qui s’apparentait à un – tout petit – bizutage.

Prescription, évaluation, description

4Dans un livre trop méconnu, le théoricien du langage Gilbert Dispaux se livrait à une très utile reformulation de la distinction entre jugements de fait et jugements de valeur. Constatant qu’un « jugement de fait » peut, paradoxalement, énoncer quelque chose qui est tout sauf un fait (avec des énoncés objectivement faux, tels que « la tour Eiffel est en cuivre »), il proposait de déplacer l’attention portée sur l’énonciation, en passant de l’objet visé à l’intention du locuteur : « Un individu juge d’une réalité ou il juge d’une valeur. La réalité ou la valeur détermine la forme du jugement. » Désormais, l’analyse qu’il nomme « dialogique » abandonne la « perspective d’objet » au profit d’une « perspective du sujet » : « sa typologie des jugements ne sera donc plus basée sur la chose jugée (les « faits », les « réalités », les « objets », quel que soit le sens que l’on donne à ces mots), mais sur l’attitude de celui ou de celle qui juge ». Il en arrive ainsi à distinguer trois intentions et, avec elles, trois catégories de jugements : « l’intention de communiquer une observation », qui fonde le « jugement d’observateur » ; « l’intention de communiquer une évaluation », qui fonde le « jugement d’évaluateur » ; et « l’intention de communiquer une prescription », qui fonde le « jugement de prescripteur » (Dispaux 1984 : 30-33). On passe ainsi d’une « typologie traditionnelle des jugements binaire et positiviste » (du type fait/valeur) à une typologie dialogique « ternaire et intentionnelle » (ibid. : 41).

5Ce cadre d’analyse va nous permettre de mieux cerner les contradictions inhérentes au travail de l’Inventaire. En effet, la contrainte de scientificité exige du chercheur qu’il s’en tienne au « jugement d’observateur » : que ce qu’il a établi soit ou non vérifié comme un « fait », l’essentiel, dans notre conception de la science, est qu’il ait eu au moins l’intention de produire des énoncés conformes à ce que sont les choses (jugement d’observateur), non à ce qu’il aimerait ou jugerait bon qu’elles soient (jugement d’évaluateur), et moins encore des énoncés visant à les modifier (jugement de prescripteur).

6Dans la réalité, le travail de base auquel se livre le chercheur est un peu plus qu’une observation ou une description : il relève aussi d’une analyse. En effet, il s’agit avant tout d’une catégorisation, permettant d’insérer un élément dans des typologies (formalisées notamment dans le Thesaurus), grâce à l’observation précise de ses caractéristiques. Or, qu’il s’agisse des corpus régionaux, ou de la sélection dans les bases « Mérimée » ou « Palissy », il existe un glissement inévitable de la catégorisation à l’évaluation ou, en d’autres termes, du jugement d’observateur ou jugement d’évaluateur. D’une part en effet, les types sont, dans notre société, implicitement hiérarchisés, même si cette hiérarchie est sans pertinence dans le travail des chercheurs : une « ferme » est, a priori, moins importante qu’un « château », une « église » l’est moins qu’une « cathédrale ». D’autre part, le « patrimoine » est en lui-même une catégorie valorisée, de sorte que le simple fait de catégoriser un artefact comme patrimonial, en le « prenant » pour le faire entrer dans la chaîne, signifie qu’on lui accorde une valeur, quelle qu’elle soit, et quelle que soit la façon dont, concrètement, cette valorisation se manifeste.

Cette proximité entre catégorisation et valorisation est particulièrement marquée dans le domaine de l’esthétique, dont nous verrons que le patrimoine relève en partie. Le théoricien du langage Gérard Genette l’a bien noté : « Les prédicats esthétiques, et plus particulièrement les prédicats artistiques (ou prédicats esthétiques appliqués à des œuvres d’art), qui sont en général les plus fortement catégorisés, présentent constamment de telles configurations orientées – sous-entendu : de la catégorie de référence, souvent complexe, vers le prédicat d’appréciation » (Genette 1997 : 198). Ainsi, dire « c’est de l’art » (ou « cela relève du patrimoine ») peut être une appréciation implicitement valorisante, de même que, à l’inverse, nier que ce soit de l’art (par exemple en qualifiant l’objet de « fumisterie ») a toutes chances de fonctionner comme une dépréciation ; le jeu sur la catégorie de référence, ou sur la « nature » de l’objet, est souvent une stratégie d’évaluation détournée : on feint d’interroger sa nature pour mettre en doute sa valeur. Selon Genette, c’est même une propriété constitutive des prédicats esthétiques que de jouer sur l’indétermination de la frontière qui sépare non seulement la catégorisation, mais même la description, de l’évaluation : « Les prédicats esthétiques, semi-descriptifs, semi-appréciatifs, où l’appréciation passe sous le couvert de la description, sont aussi, sur leur terrain, des descriptions persuasives, ou valorisantes, qui enjambent sans trop se faire voir l’abîme entre fait et valeur » (Ibid. : 11).

7À ce glissement irréductible de l’observation par catégorisation à l’évaluation, s’ajoute un autre glissement : celui de l’évaluation à la prescription, qu’avait d’ailleurs noté Dispaux (1984 : 48). Certes, l’évaluation esthétique n’est pas, par définition, prescriptive, à la différence de l’évaluation morale, constitutivement tournée vers l’action : le philosophe Jean-Marie Schaeffer souligne à bon droit que si « les valeurs morales n’ont de sens que pour autant qu’elles se traduisent en sanctions sociales directes qui sont applicables à tout un chacun », en revanche, « les valeurs esthétiques se passent fort bien de toute sanction sociale directe et application « universelle »« (Schaeffer 2000 : 64). Mais il se trouve que dans le cas particulier de l’administration patrimoniale, la reconnaissance de la valeur d’un artefact a pour conséquence – plus ou moins immédiate – une action exercée sur lui : comme le résume l’historien Krzysztof Pomian, « la reconnaissance de l’objet ayant une valeur s’exprime dans la protection dont il est entouré » (Pomian 2003 : 158). Là encore, il existe une difficulté intrinsèque à maintenir la posture purement descriptive ou, du moins, analytico-descriptive, associée à la contrainte de scientificité.

8Enfin, plus généralement encore, le patrimoine a à voir, même partiellement, avec la valeur esthétique – nous verrons plus loin de quelle façon. Or cette valeur est fortement associée, dans notre culture, à la subjectivité du goût. Si l’assimilation spontanée du jugement de valeur à l’absence d’objectivité est très profondément ancrée dans la culture occidentale, aucun de tous les jugements de valeur possibles n’incarne davantage la subjectivité que le jugement de valeur esthétique, dans la mesure où il est difficilement dissocié du jugement de goût.

Le goût est constitutivement ambigu : il est à la fois dans les objets et dans les sujets (un mets, comme une personne, a du goût, bon goût, mauvais goût, etc.) ; il relève de plusieurs sens, puisqu’il concerne le gustatif autant que le visuel, l’auditif, l’olfactif, le tactile ; et il oscille, dans les définitions qui lui ont été données, entre le corporel et le spirituel, la subjectivité et l’objectivité, l’intérêt et le désintéressement, l’esthésique et l’esthétique. Très marquée dans la culture occidentale, l’opposition entre ces deux dernières polarités – l’appréciation individuelle, incorporée, et le jugement à valeur universelle, intellectualisé – a une histoire, au sein de laquelle la Critique de la faculté de juger de Kant fut un moment déterminant : en effet, sa définition du jugement esthétique – désintéressé, universel, pur, nécessaire – est à l’exact opposé de l’appréciation esthésique – hédoniste, individualisée, corporelle, contingente.
Retraçant ce double processus de dé-subjectivation et de valorisation du goût, le philosophe italien Luca Vercelloni éclaire bien ce parcours étrange, qui fait passer le goût du statut de « ce dont on ne peut disputer », au sens de la disputatio médiévale (mais dont on peut, en revanche, parfaitement discuter, comme personne ne s’en prive à propos de toutes sortes d’expériences sensorielles), au statut de ce qui doit conduire, au long d’une échelle de valeurs objective, aux vérités éternelles, absolues, impersonnelles, de la Beauté (Vercelloni 2005 : 22-23). Il montre ainsi comment on assiste à une extension du domaine du goût, en même temps qu’à une élévation et à une esthétisation de son statut. Au rebours de la thèse soutenue par le philosophe Luc Ferry, selon qui « l’invention » moderne du goût relèverait d’une tendance à l’individualisation (Ferry 1990), on a bien plutôt affaire à une objectivation de la qualité esthétique, propre à détacher la beauté de la sensorialité, donc de la subjectivité. Cette « montée en objectivité » 1 va de pair avec une absolutisation du goût, qui tend dès lors à être considéré comme ancré dans la nature de la chose goûtée plutôt que dans les capacités perceptives du goûteur.

  • 1 Sur la « montée en objectivité » comme modalité d’établissement de la grandeur, complémentaire à la (...)

9Contiguïté de la catégorisation avec l’évaluation, de l’évaluation avec la prescription, et du jugement de valeur esthétique (« c’est beau ») avec le jugement de valeur esthésique (« ça me plaît ») : ce sont là autant d’obstacles à la mise en pratique effective de la visée scientifique de l’Inventaire. Car à l’opposé de la transparence des critères, du « ça va de soi » qui accompagne souvent un énoncé du type « c’est beau » ou « c’est laid », la doctrine de l’Inventaire privilégie l’attention aux procédures, l’explicitation des critères, la réflexivité : « L’approche française, explique un responsable, donne beaucoup de place à la réflexivité ; l’esthétique vient très loin après » (et il ajoute : « Il n’y a pas de mauvais chercheurs, mais seulement des chercheurs plus ou moins disposés à l’explicitation »). Il pointe ainsi le rôle de la réflexivité dans la démarche scientifique – dont notre enquête a d’ailleurs largement bénéficié. Nous allons voir comment cette tension entre l’impératif axiologique – juger l’objet – et l’impératif méthodologique – réfléchir à la méthode – se joue dans le problème de l’évaluation, puis de la prescription.1

Le problème de l’évaluation

10Dans la logique originelle des Monuments historiques, la valeur esthétique est pleinement de droit : les objets visés relèvent soit, directement, de l’art, avec les « monuments intentionnels », selon la terminologie de Riegl ; soit d’un processus de sélection et de valorisation assorti d’un investissement émotionnel plus ou moins largement partagé, avec les « monuments historiques », distingués par leur référence à un événement du passé, voire les « monuments anciens », distingués par leur âge. Ancienneté, beauté et authenticité sont les principales valeurs qui se conjuguent, à des degrés divers, dans toute logique patrimoniale.

11Elles interviennent aussi, nous allons le voir en détail, dans la démarche de l’Inventaire, mais de façon soit relative, avec l’ancienneté (le corpus n’ayant cessé de se moderniser) ; soit euphémisée, pour l’authenticité ; soit encore minimisée ou détournée, pour la beauté. En effet, « authentique » est un terme que n’utilisent jamais les chercheurs entre eux : ils préfèrent employer des euphémismes tels que « dans son jus », « en place », « conservé », « lisible ». Quant aux qualificatifs esthétiques (« beau », « moche », etc.), il arrive qu’ils surgissent dans la bouche des chercheurs, mais ils sont aussitôt corrigés ou minimisés : « Je veux dire, elle est plaisante », ajoute un jeune chercheur immédiatement après avoir prononcé un « Elle est belle, celle-là » devant la maison sur laquelle il vient de remplir une fiche. Le plus souvent, ces qualificatifs sont aussitôt suivis d’un petit rire, ou bien accompagnés d’une baisse de voix telle que le magnétophone peine à les enregistrer…

« Une chose de moins bon goût… »
Cette contradiction de principe entre statut de la démarche et statut de l’objet rend la règle d’abstention du jugement de valeur esthétique aussi difficile à respecter, pour le chercheur de l’Inventaire, que l’est parfois, pour le sociologue, la règle de neutralité axiologique (suspension de tout jugement de valeur porté sur ses objets) préconisée jadis par Max Weber (Weber 1964 [1920]) : chaque transgression se traduisant par un petit rire de l’intéressé, signe d’un léger embarras en même temps que d’une complicité nouée avec l’interlocuteur. En voici un exemple, avec un jeune chercheur chargé d’inventorier un cimetière :
« Une chose de moins bon goût, c’est la tête du Christ là-bas… [rires] Ce n’est pas ce qu’il y a de plus magnifique [rires], mais bon… Je n’ai pas réussi à déterminer le sculpteur, mais… Il va falloir que je m’y penche un peu plus, parce que malgré tout elle y est, ce n’est pas de l’œuvre de série, donc ça va faire là aussi l’objet d’une fiche Palissy. La tombe sera traitée en Mérimée, mais je ferai un sous-dossier pour la sculpture. [Q : Et dans ce dossier, est-ce que vous notez ce que vous venez de dire : que ce n’est pas du meilleur goût ?] Non, non ! [rires] Non, puisque en tant que scientifique, on n’a pas droit à donner son propre avis ! [rires] [Q : Donc on peut faire des observations du type :
« c’est intéressant, parce que… », mais pas du type…] « C’est moche » — non ! [rires] Non, ça ne se fait pas ! [Q : Mais ça se devine entre collègues ?] Ah oui, ça ! [rires] Heureusement d’ailleurs ! On n’est pas des machines… Mais bon… Après, les jugements de goût, ça reste que personnel : ça ne doit pas transparaître… [Q : Mais est-ce qu’on pourrait imaginer qu’un de vos collègues, le trouvant moche ou de mauvais goût, ne l’intègre pas du tout dans la base ?] Non, normalement non, ça ne doit pas arriver : parce que ça fait partie d’un mobilier. En fait le jugement de goût n’intervient pas : c’est l’objet tel qu’il apparaît. On a un objet qui est posé, qui fait partie du monument mais qui est à part, donc il n’y a pas à se poser la question de savoir si c’est beau ou pas beau : on s’en moque. Ce qui est important en fait, c’est que ce soit inventorié. »

« C’est moche ! »

12Les valeurs étant présentes dans l’Inventaire en fait mais non en droit, la contrainte d’évitement du jugement esthétique est particulièrement difficile à respecter, exigeant de la part des chercheurs de subtils contournements. Les responsables en sont conscients, qui cherchent régulièrement à faire le partage entre une démarche à la fois descriptive et objective, et une démarche plus évaluative et subjective – autrement dit entre critères de tri et jugements de valeur. Ainsi, le dernier en date des guides édictés par la sous-direction précise : « La doctrine ici doit être claire. Si l’Inventaire doit justifier des sélections qu’il opère nécessairement parmi ses objets d’étude et relever un certain nombre de critères sur chacun d’eux, ces critères doivent demeurer objectifs, c’est-à-dire incontestables et distincts des jugements de valeur que chacun est amené à porter sur toute œuvre. » En d’autres termes, tout critère ne relève pas forcément d’une axiologie : le tri (cognitif) n’implique pas forcément le jugement (évaluatif) ; le jugement d’observateur n’est pas réductible au jugement d’évaluateur.

13La plupart des chercheurs ont relativement bien intériorisé cette « doctrine », même si la pratique ne suit pas toujours. Plus que l’abstention du jugement de valeur, c’est d’ailleurs plutôt le souci d’éviter la « subjectivité » qui revient comme un leitmotiv dans leurs propos : « contrôler sa subjectivité », ne pas agir selon son « humeur », limiter les effets de la « sensibilité » ou, au moins, être capable de « justifier » ses choix. Et pourtant : « Il y a une part du chercheur qui intervient. On n’est pas des machines, quoi ! » reconnaît un chercheur en riant. Et un autre, plus âgé, admet : « On est un petit nombre, hein, alors ça dépend de l’humeur, ça dépend de la personne… D’une fois sur l’autre, parfois on se dit tiens, celle-là je ne l’ai pas prise, finalement » ; et en effet, face à une maison « limite », il hésite : « C’est un peu limite… Ça dépendra de l’humeur ! » [rires]. Car plus le cas est litigieux, plus on s’approche de la subjectivité, de l’individualité, de la contingence d’un choix pas toujours aisément justifiable. Les variations individuelles interviennent, pour les éléments marginaux, autant d’un chercheur à l’autre (« Il y a des collègues, c’est les cheminées ; nous, c’est les poutres ! ») que d’un moment à l’autre de la carrière ; un jeune chercheur, face à ses dossiers, le reconnaît : « C’était ma première commune, c’était même ma première maison, donc c’est vrai que je suivais plutôt… Mais aujourd’hui, on ne la prendrait plus ! »

14Même le guide officiel admet que le domaine patrimonial est indissociable d’une approche axiologique, induisant inévitablement le jugement de valeur personnel : « L’évaluation de ces différents critères ne doit pas oblitérer une appréciation qualitative des œuvres, qui est certes fonction de la culture personnelle de chaque enquêteur, mais qui est essentielle pour la conduite d’une étude développée dans un contexte qui reste prioritairement celui de l’histoire de l’art. » Et certains chercheurs, anciens dans le service et restés attachés à la définition plus monumentale et artistique qui, à leurs yeux, était celle de l’Inventaire à l’origine, vont même jusqu’à revendiquer la nécessité d’un jugement de valeur esthétique : « Au nom de la rigueur scientifique, on s’abstient de juger : ce qui est une aberration totale ! Le patrimoine a une valeur : il y a une valeur patrimoniale qui est attribuée, et reconnue. »

15Ce même chercheur explique toutefois que le jugement n’intervient « qu’à la marge » : il arrive, certes, que des jugements de valeur esthétique soient portés sur les œuvres, mais dans des conditions assez délimitées. Car premièrement, la valeur esthétique s’exprime moins en fonction de la beauté formelle que de l’adéquation à la typologie : ce qui est « beau » pour un chercheur de l’Inventaire correspond – nous le verrons – à un « beau » cas pour un sociologue, c’est-à-dire un cas « idéal-typique » (ce qu’exprime le chercheur par l’expression « tout est en place »). Deuxièmement, la dimension personnelle, donc subjective, est contrebalancée par la contrainte des procédures qui font que, même s’il travaille seul, le chercheur répond de ses choix dans un cadre collectif (« ce n’est pas un travail solitaire »). Troisièmement, l’ampleur du corpus minimise les effets de variations liés à des choix individuels (« l’homogénéité apparaît par la masse », explique-t-il). Quatrièmement, le parti pris d’exhaustivité de l’enquête limite les risques de partialité, puisque rien n’est a priori exclu du regard (« on va tout voir »). On peut ajouter enfin qu’en soumettant toutes les œuvres retenues à un même traitement procédural, le travail de l’Inventaire les égalise forcément : quelle que soit leur valeur intrinsèque, elles exigent la même précision du regard, la même fiabilité des informations recueillies. On voit là, concrètement, comment la dimension scientifique de la démarche prend le pas sur la dimension axiologique, qui tendrait à moduler l’attention en fonction de la valeur. Bref, on n’est pas dans le « tout ou rien », dans l’alternative entre le « tout scientifique » et le « tout esthétique », mais dans une règle partagée, qui subit parfois de minimes entorses : « le jugement intervient à la marge ».

16À cette difficulté à suspendre totalement le jugement de valeur s’ajoute cependant l’impulsion générale à élaborer et à exprimer une opinion : dans nos sociétés, les valeurs ont une présence et une prégnance immenses, que les sciences sociales sont loin d’avoir encore explorées et mesurées.

Le problème de la prescription

17Un conservateur explique qu’une convention vient d’être signée avec une mairie pour inventorier un quartier très endommagé, afin de décider « ce qui mérite d’être préservé ou qui peut être démoli » : « Ça nous met en position de donner une sorte de droit de détruire, qui pour nous est très gênant ; pour la première fois, il va falloir qu’on se salisse les mains en étant partie prenante dans des décisions de préservation. » « Se salir les mains » : autrement dit, transformer le travail scientifique de description ou d’observation en prescription administrative pour l’action politique. On est là, certes, dans la droite ligne de la logique scientifique, exclusive et des « jugements d’évaluateur », et des « jugements de prescripteur » ; mais en même temps, on est au plus loin de la logique propre à toute administration patrimoniale, qui est de veiller à la conservation et à la transmission des objets de patrimoine.

18Entre ces deux exigences contradictoires, la doctrine officielle se garde de trancher, rappelant à la fois la mission de protection qui échoit, malgré tout, à l’Inventaire, et la nécessaire abstention de toute action qui répondrait trop directement à la demande d’aide à la décision formulée par les instances politiques : « L’une des premières applications pratiques d’un inventaire du patrimoine est de guider les mesures à prendre en matière d’urbanisme et de protection des édifices et des objets. À cet effet, les utilisateurs institutionnels souhaitent que soit affichée, édifice par édifice ou objet par objet, une évaluation qui leur serve d’aide à la décision en matière de permis de démolir ou de construire. Les décisions elles-mêmes n’appartiennent qu’aux élus et aux services responsables. » Bref, l’Inventaire s’autorise à fournir des critères d’évaluation, mais pas à doter les éléments répertoriés d’une, deux ou trois étoiles, comme le demandent parfois les administrations locales.

19Les chercheurs eux-mêmes sont, à l’évidence, partagés, entre l’affirmation de la pureté scientifique de leur mission et le désir d’agir en faveur du patrimoine sur lequel ils travaillent. Sur le terrain, la tension est constante entre les impératifs purement descriptifs de la recherche, et la tentation d’une action prescriptive pour éviter des destructions ou des endommagements, auxquels ils sont d’autant plus sensibles que leur sentiment patrimonial ne peut qu’être entretenu et cultivé par leur métier. Certains jeunes chercheurs, engagés sur contrat par les collectivités locales, rêvent ouvertement d’avoir un jour une action pratique : « Le repérage que je fais doit figer, pour un temps donné – le plus longtemps possible – un état des lieux sur les richesses architecturales de la commune, pour ensuite mettre en place des projets de valorisation, de gestion patrimoniale – c’est une dimension très importante. Et j’aimerais pouvoir le faire. » D’autres regrettent leur impuissance : « Ce qu’il aurait fallu faire, c’est des observations au moment du recrépissage. Et ça on les rate tous, les recrépissages ! On ne peut pas courir derrière les travaux ! » Ce chercheur se plaint de ce que « sur l’habitat, franchement, on n’a aucun impact ! Toutes les associations de sauvegarde, ministère de l’Agriculture, Équipement, Culture… Tout est voué à l’échec, en ce moment ! Il n’y a rien du tout qui arrête l’hémorragie ! Il y a bien les CAUE qui donnent des conseils, mais… »

Difficiles sauvegardes
Cette impuissance à sauvegarder le patrimoine est douloureuse : « Parfois, on est presque frustré de faire face à un patrimoine pour lequel on se rend compte qu’on ne pourra rien. » Un chercheur explique : « L’idée qu’on remet un cédérom aux communes et que ça permet la protection, c’est un schéma idéal, théorique, qui relève plutôt de la langue de bois, et qui dispense les gens de s’engager un peu plus concrètement ! C’est pour moi un problème majeur. La loi n’y peut rien : un édifice classé ou inscrit peut très bien tomber en ruine, sans même qu’on le sache ! Et les milieux associatifs ne sont pas plus efficaces que nous ! » Les rares exemples d’interventions réussies sont relatés avec une évidente satisfaction – telle cette croix de chemin dont on a pu éviter le déplacement, grâce à l’intervention du chef de service, contre la promesse de ne pas la faire classer…
Au cours d’une réunion à la sous-direction de l’Inventaire, préalable à la remise d’une étude, le chef de bureau demande si, à présent que le travail de terrain est achevé, des manques apparaissent en matière de protection. « Le patrimoine rural, comme d’habitude ? » suggère l’organisateur de la réunion. Un chercheur évoque la manufacture de tabac, « passée très difficilement » [en commission crps]. « Vous pouvez faire œuvre utile », insiste l’organisateur. Le chef de bureau demande s’il y a eu protection des espaces, par les secteurs sauvegardés ou autres : la réponse est négative. L’organisateur demande s’ils comptent faire des propositions de protection pour l’architecture, et pour le rural. « Je ne vois pas trop, répond le chercheur, les églises sont déjà protégées… Peut-être l’hôpital ? » – « Mais pas de fermes ? » insiste l’organisateur.

20Faute de possibilités d’action réellement efficaces, reste l’idée que l’Inventaire peut contribuer à l’éveil d’une conscience patrimoniale chez les profanes : prendre une photo d’une maison « dénaturée » afin de « montrer le danger » ; entretenir des rapports étroits avec les animateurs locaux du patrimoine, parce que « c’est l’animateurqui sait où les problèmes peuvent se poser, et qui nous alerte sur certaines choses » ; « faire passer un message », « éveiller les consciences locales », éventuellement « aller voir la municipalité et leur dire, vous vous rendez compte de ce que vous faites, parce qu’on veut construire des logements neufs on est prêts à détruire ça » ; « cerner de manière assez claire les choses, pour pouvoir le diffuser auprès des artisans qui sont appelés à intervenir, auprès des maires, pour qu’au moment des permis de construire ils puissent intervenir, pousser leurs administrés à demander des conseils, etc. Donc avoir une action de sensibilisation ».

21C’est que le pire ennemi du chercheur de l’Inventaire, ce n’est pas – sauf exceptions – sa hiérarchie, ni même les maires (qui souvent « prennent conscience », même si c’est un peu tard), ni non plus les voleurs (qui au moins perçoivent l’existence d’un « patrimoine esthétique » même s’ils le soustraient à la collectivité) – mais les habitants ; et en particulier ceux des zones rurales lorsqu’ils n’ont acquis aucune conscience patrimoniale : « On ne voit plus démolir de fontaines. Mais il y a encore vingt ans, ils les vendaient allègrement, hein ! » Ainsi, face à une ancienne ferme : « Et puis ce n’est pas habité : c’est plutôt une chance, parce que quand c’est habité, c’est fichugénéralement ! » Cette lenteur de la conscience patrimoniale est commune aux habitants et aux élus, même si ces derniers sont plus facilement accessibles aux discours des spécialistes. Le « travail du temps » fait son effet au même rythme, semble-t-il, que le travail de l’Inventaire : « Le maire a dit qu’il y a vingt ans il aurait donné un permis de démolition sans hésitation. Mais là, avec le travail du temps, et par le travail des gens qui s’intéressent à ce type de patrimoine, sa conscience s’était éveillée… Donc ça sert à quelque chose, mais on arrive parfois un peu trop tard. »

22De même que les chercheurs éprouvent le besoin de voir leur travail servir à la protection du patrimoine, de même les commanditaires locaux – services départementaux, syndicats d’aménagement – ont besoin de leurs conseils. Certains les sollicitent explicitement, afin, explique un chercheur, « d’éviter que les gens mettent des crépis un peu violents, d’éviter que l’esprit des villages soit complètement dénaturé… Mais ce n’est pas un objectif classique. C’est une orientation liée à notre collaboration financière avec nos partenaires locaux. C’est un grand débat à l’Inventaire, de savoir si on doit s’orienter vers l’aménagement du territoire, ou bien vers l’étude. Ça n’a jamais été vraiment tranché ».

23Les travaux de l’Inventaire peuvent servir aux architectes des Bâtiments de France (« ceux qui travaillent sur le secteur sauvegardé, sur lequel ils n’ont aucune information, sont très demandeurs ») et, surtout, aux élus, à condition toutefois d’être plus explicites quant à la valeur des œuvres répertoriées : « J’ai le sentiment, se plaint un jeune chercheur, que notre travail n’est pas estimé à sa juste valeur. Les élus veulent plus que des notices, plus que de l’inventaire » ; ils veulent, par exemple, des « fiches pratiques, pour éviter les dénaturations », et un système d’« étoiles » : « Pour les élus, c’est bien de mettre différentes étoiles, une deux trois étoiles, sur leur patrimoine. » Mais la « doctrine » est nette : pas de systèmes d’étoiles – dont la seule évocation semble horrifier certains chercheurs.

24Face à cette double dynamique en faveur du travail prescriptif – le désir de protection éprouvé par les chercheurs, le besoin de conseils formulé par les responsables locaux –, l’Inventaire apparaît comme un maillon bien faible dans la chaîne patrimoniale. En effet, nous l’avons vu, aucune action en faveur de la préservation n’est prévue dans les procédures, hormis le laconique « à signaler » figurant sur les fiches, qui devrait logiquement conduire à un dossier pour la CRPS. Mais cette « remontée » dans la chaîne semble être l’exception plutôt que la règle : « J’ai des collègues qui emmenaient systématiquement, à la fin d’une étude, les recenseurs des monuments historiques, pour leur montrer un certain nombre d’éléments qui devaient figurer dans la protection. Et ça marchait. Donc là en effet, il y a une chaîne. Mais je dirais que cette chaîne, elle est… de l’ordre de l’idéal, du fantasme… En tout cas, d’un tout petit pourcentage ! »

25De quoi dépend cette remontée d’un dossier, depuis l’Inventaire jusqu’aux Monuments historiques ? De l’enthousiasme et de l’énergie d’un chercheur ou d’un conservateur, certes ; mais aussi, parfois, du bon vouloir du documentaliste, qui instruit les dossiers de la CRPS (« Le nôtre est charmant, mais il va s’engouffrer dans les demandes de particuliers, qu’on est obligés d’inscrire ») ; ou encore, de la personnalité du directeur régional des affaires culturelles, ou du préfet, qui ont autorité dans la commission. Ainsi la situation varie beaucoup d’une région à l’autre, selon les personnes et les relations qu’elles entretiennent, car il n’existe pas de voie administrative permettant de lier automatiquement le « signalement » par l’Inventaire à la proposition de protection.

Un problème de complémentarité
Symptomatique de ce problème de complémentarité entre le service de l’Inventaire et celui des Monuments historiques est le fait que les données immédiatement accessibles aux chercheurs n’informent pas sur le statut d’une œuvre au regard d’une inscription ou d’un classement au titre des MH : lorsqu’on leur pose la question, ils hésitent car, devant l’écran, « ça n’apparaît pas à l’image » ; et, sur le terrain, cela ne figure pas forcément dans leur documentation (« Le château là, il est protégé ? Euh… C’est classé ou inscrit, ça ? Classé ? » demande l’aîné au jeune chercheur qui l’accompagne). Plus paradoxalement encore, les édifices les plus protégés ne sont pas toujours les mieux documentés, parce que les Monuments historiques ne sont pas forcément équipés pour cela, tandis que l’Inventaire privilégie l’étude de ce qui risque de disparaître. Il peut donc y avoir des édifices ou des objets classés ou inscrits sans qu’existe aucune monographie ? « Oui, ou alors les dossiers partent à Paris, de sorte qu’on ne les a pas sur place, on n’a pas la monographie… Pour les objets, c’est certain : on a une quantité d’objets classés ou inscrits, mais on n’a aucune fiche derrière. [Q : Parce qu’elle n’existe pas ou parce que ce n’est pas le même service ?] J’ai l’impression qu’elle n’existe pas, parce qu’on est en très bon termes avec le service… [Q : C’est paradoxal, parce qu’on penserait spontanément que plus un bâtiment est considéré comme important, plus il est étudié ?] Euh… Oui ! [rires] Vous avez tellement raison que je ne sais pas quoi répondre ! Même moi, quelquefois, ça me perturbe : dans notre inventaire préliminaire, on me disait, c’est un manoir ? Oh là là, passez vite, faites une photo, de toute façon c’est un édifice protégé en lui-même, donc faites une photo, pour l’inventaire préliminaire, ça suffit ! »

26À un pôle donc, la dimension axiologique du jugement de valeur, qui va de soi pour le service des Monuments historiques et sa mission de protection (même si elle n’est évidemment pas exclusive d’une documentation érudite) ; au pôle opposé, la dimension scientifique de la description raisonnée, où le service de l’Inventaire trouve sa spécificité. Mais parce que celui-ci relève, malgré tout, de la valeur et de l’activité propres au patrimoine, il ne cesse de faire le grand écart entre ces deux pôles, poussé par la valorisation patrimoniale de l’ancien, du beau et de l’authentique, tiré par la disqualification scientifique du jugement de valeur, et obligé de trancher par sa mission administrative de catégorisation.

Les valeurs et leurs critères

27Plus présentes en fait qu’elles ne le sont en droit, les valeurs possèdent donc ici un statut particulier, qui s’explique par la définition scientifique de la mission de l’Inventaire. C’est pourquoi la mise en évidence, par le sociologue, des valeurs qui sous-tendent les critères de tri des chercheurs ne peut être congruente avec la représentation qu’ils donnent et se donnent de leur travail. Là, le sociologue ne peut plus se contenter de « suivre les acteurs » pour reconstituer les logiques de leurs actions : il doit faire en sorte d’expliciter ce qui ne va pas de soi, ce que certains savent sans le dire, voire ce que personne ne sait précisément.

  • 2 Nous ne tenterons pas ici de distinguer catégoriquement critères de sélection et critères de repéra (...)

28La différence entre ce qui sera « pris » dans l’Inventaire (soit au titre d’un simple « repéré » dans un dossier collectif, soit au titre d’un « sélectionné » faisant l’objet d’une fiche et d’un dossier individuel et, éventuellement, d’une étude approfondie2) et ce qui ne le sera pas repose sur un certain nombre de critères, qui ne sont pas systématiquement explicités comme tels mais affleurent dans les discours : qu’il s’agisse des textes d’instructions aux chercheurs (du type Principes, méthode et conduite de l’Inventaire général, le dernier en date), quoiqu’on n’y trouve pas une explicitation systématique des critères à utiliser ; ou bien des propos que tiennent les chercheurs en situation de réflexivité, lorsqu’on leur demande d’expliquer, de commenter, de justifier leurs choix. Ces critères sont eux-mêmes sous-tendus par des valeurs, plus ou moins explicites, plus ou moins cohérentes. C’est l’explicitation de ces critères et de ces valeurs qui va à présent nous occuper : non pas pour contredire l’ambition « scientifique » du service de l’Inventaire en montrant que le jugement de valeur y est malgré tout présent, mais pour comprendre concrètement comment la mise à distance de ce jugement, par l’élaboration de principes communs, justifiables, objectifs, s’articule avec la nécessité de sélectionner, de trier, de catégoriser – bref, de choisir.

29« Cette tombe présente un intérêt majeur par sa forme et son style néo-classique, véritable pastiche du style antique. On retrouve aussi une véritable cohérence entre le monument et la grille en fonte, elle aussi dans une pureté de style antique. La tombe envahie par la végétation présente une grande fragilité de la pierre qui semble malade », écrit le chercheur dans la rubrique « Intérêt de l’œuvre ». Trois critères sont ici non seulement sollicités mais écrits, c’est-à-dire publiquement défendus : la qualité formelle (« forme », « style »), l’homogénéité (« cohérence », « pureté »), la vulnérabilité (« fragilité »).

30« Là, pareil, c’était flagrant : il fallait la prendre. Parce que… déjà par sa hauteur, et elle a gardé toutes ses ouvertures d’origine. Donc c’était quand même une maison ancienne, avec deux pièces, la chambre et la cuisine, ce qui est assez rare pour l’époque, et en plus on avait la chance d’avoir une date, juste ici… Et en plus, le monsieur était super gentil, il a carrément coupé sa vigne pour qu’on puisse photographier la date… Donc là on la prend, il n’y a aucun problème ! » Ici, dans l’après-coup d’une situation de réflexivité – le chercheur étant sollicité par le sociologue pour donner oralement des exemples de choix –, la sélection s’impose avec évidence par le nombre des critères que satisfait l’œuvre : authenticité (« gardé… d’origine »), ancienneté, rareté, datation, personnalisation du rapport à l’objet (un « monsieur super gentil »).

31Ces exemples illustrent trois propriétés fondamentales de cette critériologie. La première propriété est la pluralité des critères : aucun n’est dirimant, et il est rarissime qu’une œuvre se réduise à une seule qualité justifiant sa sélection ; c’est dire que celle-ci constitue une opération complexe, bien loin des simplifications de l’« évidence » qui s’imposerait par une qualité absolue.

32La deuxième propriété est la pluralité non plus des critères eux-mêmes, mais de leurs statuts, selon leur degré de « publicité » ou, si l’on préfère, d’« explicitabilité ». On observe en effet une gradation allant des critères prescrits par la méthodologie officielle (par exemple, l’ancienneté) à ceux qui en sont proscrits, et qui n’apparaissent donc que lorsque le chercheur les a « lâchés » par inadvertance, ou lorsque le sociologue les a reconstitués inductivement (par exemple, la beauté) ; entre ces deux extrêmes, on trouve la gamme allant des critères simplement explicités par le chercheur comme ayant effectivement guidé sa décision (par exemple, la vulnérabilité du bâtiment) à ceux qui demeurent implicites (par exemple, la personnalisation des relations).

  • 3 Sur la façon dont ces deux distinctions – entre l’explicite et l’implicite, et entre l’univocité et (...)

33La troisième propriété enfin relève d’une autre catégorisation : celle qui différencie les critères « univoques », qui sont toujours positifs quels que soient les contextes (par exemple, le bon état de l’œuvre) et les critères « ambivalents », qui selon les cas peuvent jouer positivement ou négativement (par exemple, la sérialité). Explicitabilité et univocité sont des paramètres que l’on peut dire « pragmatiques », au sens où ils découlent directement des propriétés observées dans le matériel recueilli en situation concrète, et non pas d’hypothèses ou de théories préalables3.

34Pour reconstituer le répertoire des critères pertinents, il va falloir se détacher de chaque cas considéré isolément, présentant un entrelacement parfois confus de différents critères, pour mettre en évidence les récurrences d’un cas à l’autre. Leur pluralité sera organisée en fonction des deux propriétés qui viennent d’être évoquées : le caractère plus ou moins explicitable, d’une part ; et l’ambivalence ou l’univocité, d’autre part. Nous parcourrons ainsi, successivement, les critères prescrits univoques, les critères prescrits ambivalents, les critères latents (plus ou moins explicitables ou implicites) et les critères proscrits. C’est donc en allant des critères les plus évidents aux plus problématiques que s’explicitera la « grammaire axiologique » organisant l’entrée dans la chaîne patrimoniale par le travail de l’Inventaire.

35Notons que l’opposition entre « prescription » (critères officiels) et « proscription » (critères officieux) ne doit pas être lue dans une perspective critique, qui viserait à dénoncer soit les manquements à la règle commis par les chercheurs, soit l’inadaptation de la règle qui leur est imposée par la méthode. Une telle perspective, directement issue de la « sociologie de la domination » d’inspiration bourdieusienne, n’a pas sa place dans notre perspective descriptive, compréhensive et pragmatique, sensible avant tout au fait que les critères ainsi mis au jour sont tous utilisés, quoique avec des statuts et des fréquences inégaux. C’est pourquoi, plutôt que de recourir au concept de « légitimité », très chargé de connotations critiques, nous préférons différencier entre valeurs « publiques » et « privées », en utilisant le critère de la « publicité » ou de l’« explicitabilité » : critère directement accessible à l’observation, et dont la pertinence aux yeux des acteurs ne fait pas de doute puisque ce sont eux-mêmes qui le mettent en œuvre.

36Ainsi, loin de nous amener à opposer de façon dualiste les « faux » critères, officiels, aux « vrais », effectifs, la mise en évidence de ces écarts à la norme nous permettra d’expliciter et, grâce à cela, de comprendre, les raisons pour lesquelles les chercheurs sont parfois obligés de s’éloigner, plus ou moins consciemment, de la règle prescrite. Pluralisme plutôt que dualisme du paradigme de la domination ; explicitation des continuités plutôt que construction d’oppositions discontinues ; pragmatisme de la méthode empirico-déductive plutôt que théoricisme des modélisations pré-constituées ; neutralité et non pas critique : ce sont ces déplacements dans la posture du sociologue qui rendent possible la sociologie compréhensive des valeurs pratiquée ici (Heinich 2006a).

Notes

1 Sur la « montée en objectivité » comme modalité d’établissement de la grandeur, complémentaire à la « montée en singularité », cf. Heinich (2000).

2 Nous ne tenterons pas ici de distinguer catégoriquement critères de sélection et critères de repérage, compte tenu de la diversité des méthodes effectivement employées, et du fait que la sélection se fait de toute façon sur une base commune avec le repérage.

3 Sur la façon dont ces deux distinctions – entre l’explicite et l’implicite, et entre l’univocité et l’ambivalence – interviennent dans les valeurs invoquées par les chercheurs en sciences de la nature, cf. Heinich & Verdrager (2006).

Table des illustrations

Légende « C’est moche ! »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2656/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 594k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search