Version classiqueVersion mobile

Serge Moscovici

 | 
Nikos Kalampalikis
, 
Denise Jodelet
, 
Michel Wieviorka
, 
et al.

– V – Les représentations sociales : actualité et impact dans le monde

Diffusion et pouvoir heuristique de la pensée de Serge Moscovici dans le monde

Dorra Ben Alaya, Brigido Vizeu Camargo, Martha de Alba, Ida Galli, Risa Permanadeli et Susana Seidmann

Texte intégral

1 Hormis son engagement intellectuel et humain, la pensée innovante de Serge Moscovici a eu un écho chez ceux qu’une psychologie sociale purement cognitive et expérimentale ne satisfaisait plus dans de nombreux pays d’Amérique latine, d’Asie et d’Afrique. Cette pensée a permis de mettre au jour des dimensions jusque-là omises de la réalité sociale et de construire une nouvelle vision des phénomènes sociaux. La crise des années 1970 de la psychologie sociale et le changement de paradigme qui l’a accompagnée ont sans doute constitué l’un des facteurs en jeu dans la diffusion de la pensée de Serge Moscovici dans de nombreux pays, mais c’est surtout à travers l’apport théorique, et particulièrement celui de la théorie des représentations sociales (Moscovici, 1961b) en tant que nouvelle perspective dans le champ de la pensée commune, que cette pensée a eu un impact profond sur la pratique de la recherche dans différents milieux académiques à travers le monde. Le présent chapitre offre un point de vue qui reste tout relatif sur le rayonnement international de la pensée de Serge Moscovici. Son ampleur est ici estimée à travers sa diffusion dans quelques-uns des contextes nationaux et régionaux dans le monde, en l’occurrence au Mexique, au Brésil, en Argentine, en Indonésie, en Italie, en Algérie et en Tunisie. Cependant cette liste est loin d’être exhaustive.

Quelques jalons historiques dans la diffusion de la pensée de Serge Moscovici dans des pays hors de l’Europe

  • 1 En présence de : Guerrero, Capello, Tapia et Jezior (Mexico), Bouza (Buenos Aires), Bayley (Caracas (...)

2C’est sans doute l’Amérique latine qui a été non seulement la première terre d’accueil des idées novatrices de Serge Moscovici hors de l’Europe, mais également celle qui les a adoptées avec le moins de résistances, et ce dans de nombreux milieux académiques. Serge Moscovici a établi un premier contact avec l’Amérique latine et avec le Mexique en particulier à la fin des années 1960 dans le cadre de son activité en tant que membre du Comité transnational de psychologie sociale. La première réunion du comité avec les psychologues latino-américains a eu lieu à Mexico en janvier 19691. L’objectif était entre autres de participer à la création de l’Association latino-américaine de psychologie sociale (Moscovici et Marková, 2006).

  • 2 Université autonome métropolitaine Iztapalapa.
  • 3 Université nationale autonome du Mexique.
  • 4 Université autonome métropolitaine Xochimilco.
  • 5 Université autonome de Nuevo León.
  • 6 Benemérita Universidad Autónoma de Puebla.

3En 2010, au Mexique, ont été créés le Réseau national des chercheurs en représentations sociales (RENIRS) et le Centre mexicain des représentations sociales (CEMERS), à l’initiative d’Estela Ortega de l’Université autonome de Nuevo León. Les membres fondateurs du RENIRS-CEMERS, de Alba (UAMI2), Guerrero (UNAM3), Gutiérrez (UAMX4), Ortega (UANL5), Romero (BUAP6) et Valencia (université de Guadalajara), avaient pour objectif de créer une communauté scientifique autour de la théorie des représentations sociales. C’est dans ce cadre que quatre colloques nationaux ont été organisés à ce jour.

4Par ailleurs, les deux Conférences internationales sur les représentations sociales (CIRS) organisées au Mexique (en 1998 à Mexico, en 2004 à Guadalajara) ont joué un rôle dans la diffusion de la théorie dans le pays. En 2006 est née la revue électronique Cultura y Representaciones Sociales, créée par Gilberto Giménez (Université nationale autonome du Mexique), la seule consacrée aux représentations sociales au Mexique.

5Le rayonnement du courant sur la pensée sociale en Amérique latine a été consacré par l’octroi du titre de docteur honoris causa à Serge Moscovici en 2003 par l’Université autonome métropolitaine, et à Denise Jodelet en 2006 par l’université de Guadalajara.

6Au Brésil, c’est dès la fin des années 1970 que l’apport épistémologique de Serge Moscovici a commencé à se diffuser. Sa contribution au débat autour de la crise de la psychologie sociale a commencé à être connue à une époque où la discipline vivait une redéfinition initiée au Brésil par Silvia Lane (Sá et Arruda, 2000). Mais c’est surtout à travers le programme de post-graduation en psychologie sociale de l’Université pontificale catholique de São Paulo (PUC-SP), coordonné par Silvia Lane, que l’apport de Serge Moscovici a commencé à toucher le monde académique grâce à des traductions de certains travaux traitant de la perspective critique de la psychologie sociale et de la théorie des représentations sociales. Celle-ci a connu son véritable essor dans les années 1980, notamment en 1982, à partir de l’invitation de Denise Jodelet par Angela Arruda à Campina Grande (Sá et Arruda, 2000) et de sa visite à João Pessoa (Université fédérale de Paraíba – UFPB). Ce fut le début d’une collaboration fructueuse de Denise Jodelet avec de nombreuses institutions au Brésil : le groupe de João Pessoa animé par Margot Madeira et plus tard par Antonia Oliveira Silva, l’Université pontificale catholique de São Paulo, le Laboratoire de psychologie sociale de la communication et de la cognition (LACCOS) dirigé par Clélia Nascimento-Schulze et Brigido Camargo, de l’Université fédérale de Santa Catarina (UFSC), et l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ). Les visites effectuées par Denise Jodelet ont été l’occasion d’une consolidation au fil du temps de la collaboration avec trois anciens étudiants de Silvia Lane (Celso Sá, Clélia Nascimento-Schulze et Brigido Camargo).

  • 7 Dans un premier temps, Lourdes Quintanilla, Teresa Acosta et Javier Uribe, Angela Arruda, Ma. Auxil (...)

7L’enthousiasme suscité par l’approche nouvelle des représentations sociales a poussé plusieurs chercheurs latino-américains à se rendre au Laboratoire européen de psychologie sociale de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) et au Laboratoire de psychologie sociale de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris. Ainsi, depuis les années 1970, plusieurs générations d’étudiants ont réalisé une thèse7 sous la direction de Serge Moscovici et de Denise Jodelet. L’étroite collaboration entre l’Europe et les pays d’Amérique latine a donné lieu à des projets de recherche interculturels : celui intitulé « Mémoire du 5e Centenaire de la Découverte de l’Amérique », celui du groupe de travail sur la pauvreté et le pouvoir, celui sur les imaginaires latino-américains (Arruda et Alba, 2007), et dernièrement celui sur la Trilogie Qatsi (Jodelet).

8Trois événements ont joué un rôle majeur dans le développement de la théorie des représentations sociales au Brésil :

  • La création du groupe de travail « Représentations sociales » en 1990, par l’Association nationale de recherche et de post-graduation en psychologie (ANPEPP). Cela a débouché sur des réunions bisannuelles et la constitution d’un réseau brésilien de chercheurs de référence dans le domaine. Certains parmi les premiers livres, qui constituent aujourd’hui des références de base, incluaient plusieurs membres de ce groupe de travail (Spink, 1993 ; Jovchelovitch et Guareschi, 1994). En 2008, une partie des membres du groupe a créé un deuxième groupe intitulé « Mémoire, identité et représentations sociales », animé par Celso Sá.
  • L’organisation de la IIe CIRS en 1994 à Rio de Janeiro (présidée par Celso Sá) a facilité l’échange entre chercheurs brésiliens et européens.
  • L’organisation de la 1re Journée nationale sur les représentations sociales (JIRS) en 1998 à Natal (présidée par Margot Madeira) était une initiative mûrie lors de la Réunion nationale sur la représentation sociale et l’interdisciplinarité, tenue en 1997 à João Pessoa. Les JIRS ont favorisé et favorisent encore la collaboration entre les chercheurs latino-américains (en particulier argentins et mexicains) et européens, mais aussi le renforcement des relations entre les chercheurs brésiliens.
  • 8 À titre illustratif, durant la période de 1984 à 2015, ont été réalisés 669 travaux, 516 mémoires e (...)

9Le Brésil a connu une importante production scientifique dans le domaine et notamment dans le champ de la santé et de l’éducation. La prévalence de ce dernier était déjà apparue lors des quatre premières JIRS (1998-2005), où le taux des recherches dans ce champ était toujours supérieur à 50 % du total des travaux (Camargo, Wachelke et Aguiar, 2007). Mais ce sont les mémoires de master et les thèses qui génèrent la majeure partie de la production d’articles scientifiques dans le domaine des représentations sociales au Brésil8.

10Les recherches au Brésil ont suivi plusieurs étapes qui indiquent l’influence de l’une ou de l’autre des approches européennes. Après une période de focalisation à l’UFRJ sur l’étude des processus, l’Université de l’État de Rio de Janeiro (UERJ) a adopté l’approche structurale, suivie ultérieurement par l’approche sociogénétique. Par ailleurs, les recherches menées à l’Université fédérale du Rio Grande do Sul (UFRGS) ont porté sur la communication dans les espaces publics. Quant au LACCOS/ UFSC, il a été le siège de la recherche sur la relation entre les attitudes et les représentations sociales. Plus tard l’université de Brasília (UNB) est apparue comme étant le siège de l’approche de Genève (Jodelet, 2011a). Aujourd’hui, il existe au Brésil deux centres de recherche dédiés aux représentations sociales ainsi qu’un réseau international. Ces centres et réseau ont été soutenus par Serge Moscovici grâce au prix Balzan. Actuellement, ils sont liés au Réseau mondial Serge Moscovici (REMOSCO), hébergé par la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) à Paris. À côté de cela, le Centre international pour la recherche sur les représentations en psychologie sociale « Serge Moscovici » a été créé en 2007, ainsi que le « Centre international d’études sur les représentations sociales et la subjectivité – Éducation » (CIERS-ed), à la Fondation Carlos Chagas à São Paulo. Celui-ci est spécialisé dans la recherche sur l’éducation dans la perspective conjointe de la théorie des représentations sociales et d’autres cadres théoriques et méthodologiques. Le Réseau international de recherche sur les représentations sociales et la santé, situé à Évora (Portugal), est composé et coordonné par une majorité de chercheurs brésiliens. Quantité de travaux ont été réalisés au sein de ces centres et réseaux. Le fait que la taxonomie officielle du CNPq, la principale agence brésilienne pour le soutien de la recherche, conçoive la recherche sur les représentations sociales comme un sous-domaine de la psychologie sociale, constitue indéniablement un indicateur de l’importance des travaux réalisés dans le domaine.

11En Argentine, à la suite d’une période de régression académique dans les années 1970, due au coup d’État, les années 1980 ont été caractérisées par un besoin d’appréhender et de comprendre les situations quotidiennes de vie, les tensions qu’elles engendrent et leur réorganisation au jour le jour. Les années 1990 ont constitué une période de développement académique au cours de laquelle de nouvelles approches théoriques ont émergé. Claudine Herzlich dans les années 1980 puis Denise Jodelet dans les années 1990 ont introduit les idées de Serge Moscovici à Buenos Aires. C’est Denise Jodelet qui a ouvert les portes à une participation des pays latino-américains à la communauté des chercheurs dans le domaine des représentations sociales. Dans ce contexte, des ponts ont été établis entre différentes théories, comme les représentations sociales et l’imaginaire social.

  • 9 Noemí Murekian, Héctor Scaglia, María Teresa Lodieu, Elena Zubieta, Susana Seidmann, Liliana Gastró (...)
  • 10 Alicia Barreiro, Jorgelina Di Iorio, Leticia Grippo, Maria Elisa Pizzo, Gabriela Aisenson, et Leand (...)

12Les chercheurs pionniers9 ont donné naissance à un réseau constitué de leurs anciens étudiants10. Cette génération de chercheurs, en s’appuyant sur la considérable richesse théorique léguée par Moscovici, a diversifié les objets d’étude et innové en matière de méthodes d’exploration. De plus, des liaisons ont été élaborées entre la théorie originelle de Moscovici et d’autres cadres conceptuels tels que la psychologie discursive, l’imaginaire social ou la psychologie génétique. Tout cela a significativement contribué à développer la théorie elle-même.

13En Indonésie, l’arrivée de la théorie des représentations sociales sur la scène académique s’est faite à un moment où le débat autour de la question de la modernité et de l’identité culturelle face à la mondialisation avait cours (Permanadeli, 2015). Ce débat était dans la lignée des préoccupations d’autres pays asiatiques à la recherche d’une nouvelle définition d’une identité propre, dans une situation de perte de la culture locale au profit de la culture dominante. La psychologie locale, à l’instar de la psychologie indigène en expansion sur tout le continent, commençait à intéresser certains chercheurs. Dans ce contexte, cette théorie proposait d’élaborer une pensée asiatique comme alternative à la pensée moderne (Liu et Liu, 1997). C’est grâce à ce mouvement que la théorie a été adoptée et appliquée au niveau de la recherche par le Consortium psychoculturel d’Indonésie (Konsorsium Psikokultural Indonesie). En 2005 a été créé le Centre d’études sur les représentations sociales (Pusat Kajian Representasi Sosial Indonesia), dirigé par Risa Permanadeli, à l’initiative de Serge Moscovici. Son objectif est de produire un savoir alternatif adapté à la société indonésienne et d’étudier la genèse d’une pensée locale (asiatique) en s’intéressant aux phénomènes sociaux contemporains dans une perspective de cross-fertilisation avec d’autres disciplines des sciences sociales. Le centre a organisé en 2008 à Bali la 9e CIRS qui a permis l’introduction de la théorie auprès du public asiatique.

14Dans la région du Maghreb, et plus précisément en Algérie et en Tunisie, l’introduction de la théorie, mais aussi d’autres apports de la pensée de Serge Moscovici, s’est faite relativement tard par le biais notamment des travaux d’Hallouma Cherif (2015) et de Dorra Ben Alaya (2013, 2016). Cette dernière avait déjà intégré un enseignement sur les représentations sociales dès 2002 dans le cursus de la maîtrise puis de la licence. Par la suite, deux anciens doctorants de Pascal Moliner et de Jean-Claude Abric (Kallel, 2009 ; Souissi, 2013) sont entrés à l’université de Tunis. Au cours de cette implémentation, la Tunisie s’est inscrite dans l’un des premiers projets de recherche à la fois interculturels, pluriméthodologiques et regroupant plusieurs orientations théoriques dans le domaine des représentations sociales. C’est par le biais de l’approche structurale que les premières recherches dans le domaine ont été menées en Tunisie. Ce travail a été ponctué par des conférences et séminaires assurés par Jean-Claude Abric à l’université de Tunis El Manar entre 2002 et 2005. Puis, au regard des demandes émanant des décideurs et des pouvoirs publics en vue de réfléchir aux problèmes posés par la transition démocratique et le développement, l’une des approches les plus puissantes, celle de la sociogénétique proposée par Denise Jodelet, a permis d’avoir, à partir de 2015, une lecture inédite des phénomènes sociaux locaux, du fait qu’elle tienne compte, plus que tout autre, du rôle décisif du contexte culturel. L’invitation de Denise Jodelet à l’occasion de multiples manifestations par l’université de Tunis El Manar en 2012, l’université d’Oran (Algérie) en 2013, l’université de la Manouba (Tunisie) en 2015 et l’université Moulay-Ismaïl (Maroc) en 2016, a permis la consolidation du lien entre les quelques chercheurs maghrébins dans le domaine.

15L’hébergement de la 10e CIRS à Tunis (2010), organisée par Dorra Ben Alaya, ainsi que la publication d’un ouvrage collectif coordonné par Hallouma Cherif (2015), réunissant des contributions algériennes et tunisiennes, ont constitué une avancée dans la mise en perspective de la pensée de Serge Moscovici dans la région. Il faut cependant noter qu’en Tunisie ce courant épistémologique et théorique demeure encore minoritaire étant donné le très petit nombre de chercheurs en psychologie sociale et une domination encore très prégnante du paradigme cognitiviste. Si toutefois une certaine production scientifique existe, c’est en partie grâce aux collaborations développées au sein du REMOSCO, mais aussi aux recherches menées dans le cadre de thèses de doctorat sous la direction de Cherif à l’université d’Oran (Algérie) et de Ben Alaya à l’université de Tunis El Manar (Tunisie).

16Un travail de compilation reste encore à réaliser dans le but d’identifier les recherches menées en Afrique du Nord, mais aussi dans les pays arabophones et africains subsahariens. Les travaux effectués dans ces régions demeurent invisibles pour le réseau international. Or, la théorie des représentations sociales a été et demeure utilisée dans de nombreux contextes d’Afrique francophone par exemple, et au sein de nombreuses disciplines. Les visites et les interventions de Dorra Ben Alaya en Afrique de l’Ouest (au Togo et au Sénégal notamment), à l’occasion de collaborations avec le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA), lui ont permis d’observer la mise en œuvre de l’apport conceptuel et théorique de Serge Moscovici, ainsi que son étendue dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest et ce au sein de différentes disciplines (anthropologie sociale, psychologie, sociologie…).

Les apports des représentations sociales à la compréhension de la pensée sociale

17En faisant du sens commun et de la pensée sociale des objets d’étude en tant que formes de connaissance, Moscovici a offert des potentialités et des possibilités heuristiques inédites. Cela a offert une clé de compréhension de comportements, en apparence irrationnels au regard du postulat d’une rationalité unique telle que conçue dans le paradigme cognitiviste. C’est sans doute l’une des raisons qui ont fait que la diffusion de la théorie des représentations sociales a été d’une ampleur telle qu’elle a dépassé le domaine de la psychologie sociale. Elle est aujourd’hui appliquée aussi bien en sociologie qu’en anthropologie, histoire, géographie, sciences politiques ou sciences de l’éducation.

18L’influence de la pensée de Serge Moscovici se retrouve jusque dans le développement de la psychologie sociale elle-même et de la recherche dans les sciences sociales. Cela a été le cas au Mexique ou au Brésil. Lorsqu’on analyse la production scientifique au Mexique en termes d’articles publiés dans des revues à comité de lecture accessibles par Internet, on observe que celles-ci appartiennent au champ des sciences sociales en général, et non pas seulement à la psychologie sociale. Notons à ce propos que la majorité des travaux empiriques réalisés adoptent une perspective qualitative et pluridisciplinaire dans le but de comprendre des problématiques sociales, tout en tenant compte de leur dimension historique.

19En Argentine, la conception par Moscovici du sens commun a constitué un outil théorique efficace pour la recherche en sciences sociales, en psychologie, en sociologie, en sciences politiques, en histoire et en éducation. Dans chacune de ces disciplines a été appliqué le cadre théorique de la pensée sociale, offrant une nouvelle compréhension des phénomènes sociaux. Cette nouvelle lecture avait commencé à être abordée dans le cadre de l’enseignement, mais aussi de la recherche et de l’intervention dans des contextes de crise et de changement social. L’innovation qui consiste à considérer la valeur intersubjective de la connaissance du sens commun a rendu possible l’étude de situations jusque-là inédites dans la recherche en sciences sociales.

20De même, au Mexique, le regard d’une psychologie culturelle autorisée par le courant de la pensée sociale, associé à une approche pluridisciplinaire, a répondu au besoin de comprendre la réalité sociale en contexte, mais aussi d’agir sur elle. C’est ainsi que les chercheurs mexicains ont pu s’engager dans la compréhension sur le vif de problèmes sociaux. De nombreux travaux de terrain, dont l’objectif était de proposer des solutions à des situations sociales difficiles, ont été accomplis. Il s’agissait plus particulièrement d’intervenir sur une réalité sociale marquée par une histoire des métissages et des inégalités sociales, et régie par un système totalitaire allant de la « dicta-dure » à la « dicta-souple », pour reprendre les termes de Vargas Llosa. Dans la plupart des articles publiés, apparaît chez les auteurs une intention d’améliorer les situations étudiées. Dans ce sens il s’agit d’intellectuels engagés qui mettent leur connaissance au service de la vie sociale (Alba, 2017). Cette nouvelle psychologie sociale proposée par Serge Moscovici a amené plusieurs générations de chercheurs mexicains à étudier les phénomènes sociaux dans leur contexte historique et à observer l’individu en immersion dans la société ainsi que le social chez le sujet.

21En Tunisie, le statut que la pensée de Serge Moscovici attribue à la culture au sein de la psychologie sociale ainsi que l’idée héritée de Lévy-Bruhl de la multiplicité des formes que recouvre la rationalité ont permis une lecture et une interprétation des pratiques et des conduites en contexte, de manière totalement nouvelle. Explorer non seulement les contenus du sens commun et les pratiques qui lui sont associées, et tenter d’identifier la rationalité implicite qui leur donne tout leur sens, permettent de les appréhender de manière phénoménologique et au plus près du sujet social. Et c’est précisément cette posture épistémologique qui rend l’intervention sociale issue de la recherche scientifique, efficace, pertinente, car visant le moteur le plus profond des conduites sociales, le moteur symbolique. Dans ce cadre, étant confrontés en tant que chercheurs aux nombreuses demandes des décideurs, on se rend vite compte qu’ils ont toujours voulu comprendre les raisons de l’échec de certains programmes de développement en matière de vie publique et de transition démocratique, en prenant la rationalité cartésienne comme critère d’évaluation et comme objectif à atteindre. Dans cette optique, lorsqu’ils sont confrontés à une inadaptation supposée des conduites, les institutions parlent de représentation « défaillante ». De ce fait sont adoptés des moyens et des stratégies dont le postulat de base est celui de l’existence d’une unique rationalité valide, supposée caractériser toutes les sociétés dotées d’un État-nation. Le but des études menées est alors de « rectifier » les représentations ou de les remplacer par une connaissance qui serait « exacte », « rationnelle ». Cette approche des problèmes de développement et de transition démocratique est conforme aux approches qui considèrent la pensée commune comme un défaut de rationalité. Cette conception a longtemps occulté, chez de nombreux chercheurs en sciences sociales, les rationalités relatives aux conditions de vie des collectifs et dont la mise au jour permet une heuristique infiniment plus pertinente, plus efficace en termes d’intervention sociale.

L’engagement humain de Serge Moscovici

22Nous ne pouvons pas rendre hommage à Serge Moscovici sans souligner ses engagements par rapport aux vicissitudes rencontrées par les chercheurs exerçant dans des contextes troubles. Lorsque Pinochet a pris le pouvoir en 1973 au Chili et que les chercheurs argentins ont accueilli ceux qui avaient pu fuir, Luis Ramallo (doyen) a dû installer la faculté latino-américaine du Chili à Buenos Aires. Puis l’activité scientifique a été affectée par le coup d’État de 1976 en Argentine. C’est à cette époque que s’est exprimé l’engagement politique et humain de Serge Moscovici. Il a montré une grande solidarité envers les collègues persécutés et qui avaient du mal à publier. Cet engagement n’était pas seulement présent dans ses rapports personnels avec eux, mais aussi au cœur de sa production intellectuelle. Dans ses écrits sur les représentations sociales, les minorités actives, les foules ou l’écologie, il a proposé des moyens pour comprendre et changer le monde à travers la connaissance.

23L’engagement humain de Serge Moscovici se retrouve également dans son attachement aux lieux de diffusion de sa pensée. À cet égard, les liens entretenus par Moscovici avec Naples et ses alentours ont une histoire qui a duré cinquante ans. Nous devons la première de ces rencontres – de façon quelque peu indirecte – à Anne Parsons, fille du célèbre sociologue américain Talcott Parsons qui, en qualité de doctorante de Moscovici, s’était installée à Naples pour étudier l’universalité controversée du complexe d’Œdipe, en utilisant la théorie des représentations sociales. Par la suite, le lien avec cette terre du Sud n’a cessé de se consolider sur le plan personnel.

24Comme chacun le sait, Moscovici a joué un rôle clé dans la fondation et dans le développement de l’Association européenne de psychologie sociale (EASP). Sa fondation a été formellement approuvée en mars 1966 par l’European Planning Committee présidé par Moscovici lui-même. Ce groupement devint le premier comité exécutif de l’association et Moscovici en fut le premier président. Mais probablement peu savent que la rencontre qui avait donné le jour au comité, et à laquelle participèrent tous les psychosociologues européens de l’époque, ainsi que certains provenant des États-Unis en qualité d’observateurs, s’était tenue en 1963 à Sorrento.

25Ainsi que le rappelle Moscovici lui-même (Moscovici et Marková, 2006), le genius loci de la ville où sont nés ou ont vécu des personnalités telles que Le Tasse, Byron, Goethe, Stendhal et Musset, entre autres, a sans aucun doute déterminé l’atmosphère et les conséquences de cet événement exceptionnel. À ce propos, on peut citer ses propres mots :

La conférence de Sorrento se tint entre le 12 et le 16 décembre 1963. La plupart des participants venaient des régions les plus septentrionales de l’Europe. À leur arrivée tous ont été fascinés par la vue de la baie de Naples et de la péninsule de Sorrento où fleurissaient orangers et citronniers. Kiosques et jardins ornaient les luxueux hôtels ; la fraîcheur de la brise de mer et la chaleur des rayons du soleil ont créé une atmosphère agréable, propice à faciliter les contacts interpersonnels. D’autre part, Lacomo, qui était lui-même napolitain, avait organisé l’événement dans le prestigieux hôtel Tramontano et c’est là justement qu’Américains et Européens ont collaboré pour offrir à la sociopsychologie du Vieux Continent un nouveau look (ibid. : 178).

26Quelques années plus tard, un autre moment topique des relations entre Moscovici et Naples a été celui de la Conférence de l’EASP des Pays de l’Europe méditerranéenne et de langue française en 1982 à Ravello, suivie, dix ans après, de la première CIRS dans cette même ville. Moscovici s’est rendu en bien d’autres occasions dans le Sud (rappelons l’octroi du très prestigieux prix Amalfi en 1989) et à Naples en particulier pour des raisons privées ou pour tenir des séminaires et des conférences parmi lesquels la rencontre de 1996 intitulée « Les représentations sociales : histoire d’une idée », et celle de 2003 intitulée « Rencontre avec Serge Moscovici : une conversation sur le thème des représentations sociales », tenues à l’université de Naples Federico II. En mai 2005, Moscovici est revenu pour créer le Centre méditerranéen pour l’étude des représentations sociales (CEMERS) grâce au prix Balzan. Il s’agit d’un centre né d’un protocole d’entente entre la FMSH et la Città della Scienza de Naples. Parmi les projets de recherche les plus marquants réalisés par le centre, celui sur la représentation sociale du pouvoir et de la crise économique a donné lieu à de nombreuses publications (Fasanelli et Galli, 2017 ; Galli, 2008).

27Le lien entre Moscovici et Naples s’était considérablement renforcé au cours des dernières années durant lesquelles il s’était intensément consacré à la rédaction d’une monographie sur Giambattista Vico (1668- 1744), travail resté malheureusement inachevé. Il n’était pas difficile d’imaginer les raisons d’une telle affinité pour ce savant si éloigné dans le temps, mais si proche intellectuellement. Vico a minutieusement décrit ce qu’était pour lui la différence entre science et sens commun, attribuant à ce dernier une nature éthique et interdépendante avec la langue et la dimension symbolique de la réalité. Vico s’était opposé à la systématisation des normes en matière d’éthique, soulignant que dans la vie réelle, le comportement humain dépendait du « bon sens ». Selon lui, il n’était donc pas possible de traiter de l’éthique – et par conséquent du comportement humain – à l’instar d’une science objective et généralisable. Le « bon sens » de Vico, pouvant être traduit par le « sens commun » moscovicien, serait partagé par tous. Pour utiliser les termes mêmes de Vico : « C’est un jugement immédiat, sans réflexion ultérieure, partagé par une classe entière, un peuple entier, une nation entière, ou par la race humaine dans son entier » (Vico, 1948 [1744], Axiome 142).

28Moscovici, tout comme le juriste et philosophe napolitain, a toujours fui toute hiérarchisation du sens commun et de la pensée scientifique. À trois cents ans de distance, dans l’effort d’atteindre l’idéal d’une « objectivité scientifique », la psychologie et certaines approches en sciences sociales tendent à objectiver l’éthique, les jugements et les comportements sociaux d’une manière que Vico avait déjà refusée et que Moscovici a empiriquement réfutée. Le sentiment de Moscovici à l’égard des pays qui l’ont accueilli n’a jamais été neutre.

29Pour finir, nous souhaitons tous témoigner du fait que, comme dans tout tournant épistémologique, les liens qui relient les membres de la communauté scientifique qui s’est formée autour de la pensée de Serge Moscovici ont un sens particulier. Nous partageons un même sentiment d’appartenir à une communauté qui nous place au plus près du sujet social et de sa réalité.

Notes

1 En présence de : Guerrero, Capello, Tapia et Jezior (Mexico), Bouza (Buenos Aires), Bayley (Caracas), Ramallo (Santiago de Chile) et Rodrigues (Rio de Janeiro).

2 Université autonome métropolitaine Iztapalapa.

3 Université nationale autonome du Mexique.

4 Université autonome métropolitaine Xochimilco.

5 Université autonome de Nuevo León.

6 Benemérita Universidad Autónoma de Puebla.

7 Dans un premier temps, Lourdes Quintanilla, Teresa Acosta et Javier Uribe, Angela Arruda, Ma. Auxiliadora Banchs et Mireya Lozada ; et dans un deuxième temps, Silvia Valencia, Martha de Alba, Estela Ortega et Brigido Camargo.

8 À titre illustratif, durant la période de 1984 à 2015, ont été réalisés 669 travaux, 516 mémoires et 153 thèses.

9 Noemí Murekian, Héctor Scaglia, María Teresa Lodieu, Elena Zubieta, Susana Seidmann, Liliana Gastrón, Maria Cristina Chardon, Jose Antonio Castorina, Ana Maria Correa, Nestor Pievi, et Diana Aisenson.

10 Alicia Barreiro, Jorgelina Di Iorio, Leticia Grippo, Maria Elisa Pizzo, Gabriela Aisenson, et Leandro Legaspi.

Auteurs

(Université fédérale de Santa Catarina, Brésil)

(Université autonome métropolitaine Iztapalapa, Mexique)

(université de Naples, Italie)

(Centre d’études des représentations sociales, Indonésie)

(université de Buenos Aires, Argentine)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search