Version classiqueVersion mobile

La fabrique du patrimoine

 | 
Nathalie Heinich

I. La chaîne patrimoniale

4. Épines patrimoniales : des biens communs mal partagés

Texte intégral

1Si l’on retient la définition que les économistes donnent d’un « bien commun » – un bien dont la consommation ne diminue pas la quantité disponible, et dont l’usage est ouvert à tous –, le patrimoine en est un, sans hésitation : un bien dont tout un chacun peut jouir sans risquer de l’épuiser. Encore faut-il s’entendre sur ce qui est, ou non, du patrimoine.

2Il est des objets dont la patrimonialisation va de soi, pour à peu près tout le monde : les châteaux ou les cathédrales correspondent à la définition type du monument historique, à la fois imposant, ancien, et relativement détaché d’une fonction utilitaire. Il existe dans ce cas un consensus pour considérer qu’il s’agit d’un élément du patrimoine et, en tant que tel, d’un bien commun : non pas au sens où il serait la propriété de tous (de nombreux monuments historiques, on le sait, ne sont pas propriété de l’État, central ou décentralisé, mais appartiennent à des propriétaires privés), mais au sens où la collectivité possède sur eux un droit de regard – concernant leur maintien en l’état – et un droit de jouissance – par leur visite ou, au moins, leur visibilité depuis l’espace public.

3Les statisticiens de l’insee diraient qu’on a affaire là au « cas-noyau » de la catégorie « patrimoine » ; mais il existe aussi, à la périphérie de cette catégorie, des « cas limites », inclus ou exclus (Desrosières & Thévenot 1988) : il en est ainsi de ce qu’on appelle le « petit patrimoine », rural ou utilitaire (telle notre ferme du xvie siècle) ; ou encore de ces « lieux de mémoire » dont le maintien est considéré comme nécessaire à la préservation de l’identité d’un ensemble topographique ou d’une communauté (tel le bar Le Fouquet’s sur les Champs-Élysées, déclaré « lieu de mémoire » en 1988 afin d’être sauvé de la destruction). Là, le consensus n’a plus cours, et la patrimonialisation devient épineuse : soit, au minimum, que de tels objets demeurent quasi invisibles au profane, lorsqu’il ne dispose pas des catégories de perception et d’évaluation qui lui permettraient de les distinguer ; soit qu’ils occasionnent des désaccords, voire des conflits ouverts entre le public et les experts, ou entre les propriétaires et l’administration. Observons quelques exemples de ces différences de perception ou d’appréciation.

Invisibilité

4Assise sur le seuil de sa porte dans la rue principale du village, une vieille dame apostrophe gentiment les deux chercheursde l’Inventaire en arrêt devant sa maison : « C’est bien fleuri, hein ? C’est pour ça que vous regardez ? » ; et le chercheur : « Non, c’est votre porteque je regardais ! »

5Experts du patrimoine et habitants parlent certes la même langue, obéissent aux mêmes normes interactionnelles, et sont capables de tenir ensemble une conversation ; malgré cela, ils ne vivent pas tout à fait dans le même monde : les seconds ne voient pas ce que les premiers regardent, tandis que ceux-ci, emportés par leur mission patrimoniale, ont parfois du mal à comprendre à quel point ceux-là ne les comprennent pas. Les uns voient ce qui a été mis là précisément pour s’offrir au regard : la joliesse des fleurs, la constance du travail nécessaire à leur culture, le souci de l’espace public et de l’approbation d’autrui ; tandis que les autres, indifférents à ce don, portent leur regard entre les deux massifs de fleurs, sur quelque chose – une porte – qui a été mis là pour des raisons utilitaires, accessibles à tout un chacun ; et qui mériterait d’y rester pour des raisons patrimoniales que seuls quelques experts sont à même d’apprécier : ancienneté, cohérence typologique, authenticité, voire – même si le mot ne sera pas prononcé – beauté.

Les jolies fleurs.

6En deçà même d’un désaccord, il y a là un décalage, un désajustement des regards, typique des objets qui, n’étant pas désignés au respect universel par l’évidence de leur « valeur d’intentionnalité » (monuments), de leur « valeur historique » (demeure royale), ou même de leur « valeur d’ancienneté » (quelques siècles plutôt que quelques générations), ne peuvent susciter le regard autorisant leur valorisation patrimoniale qu’à condition que soit mise à distance leur fonction utilitaire. Une telle mise à distance ne va pas de soi : elle est d’autant moins immédiate que l’on est moins doté de l’éducation cultivée qui permet, par exemple, de magnifier 1’« ancien » des antiquaires là où, dans une perspective fonctionnelle, on ne verrait que le « vieux » des chiffonniers (Bourdieu 1979).

7Un tel désajustement entre regard expert et regard profane s’est manifesté de façon remarquable lorsque, au début des années 1980, cent dix boutiques à décor ancien ont bénéficié d’un arrêté de protection, par inscription à l’Inventaire supplémentaire, à la suite d’une campagne photographique menée entre 1973 et 1978 dans le cadre du musée des Arts et Traditions populaires, puis à un inventaire confié à deux architectes par la direction de l’Architecture en 1977 (Bailly & Desbats 1977).Le contraste était frappant entre, d’une part, la passion des auteurs pour cet objet non encore « patrimonialisé » et la précision de leurs descriptions, et, d’autre part, l’indifférence de la plupart des commerçants concernés, ainsi que de leurs clients, même ceux appartenant à des catégories cultivées : ils n’avaient souvent jamais remarqué les grilles de boucherie, les fixés-sous-verre au fronton des boulangeries, les céramiques Art déco des crémeries, les bandeaux et coffrages Louis-Philippe, les grilles à pain centenaires. En effet, dans le cadre, trop familier pour être vraiment regardé, des commerces de bouche, les valeurs qui prévalent sont la proximité, la qualité des denrées, la justesse des prix, l’amabilité des commerçants – mais jamais ou presque l’esthétique du cadre, à peu près transparente à leurs yeux.

8On ne peut s’étonner dans ces conditions que les boutiques en question aient parfois mal résisté au risque de transformation, alors même qu’elles étaient juridiquement protégées : « Sitôt qu’on touche, il faut casser », expliquait une boulangère pour justifier la démolition d’un décor ancien. Céramiques recouvertes par des faux plafonds, repeints, meubles de pharmacie bazardés aux Puces, coffrages remplacés par de larges vitrines, voire décor entièrement modifié : si, pour une partie de ces boutiques, la patrimonialisation a pu favoriser le maintien à l’identique, celui-ci n’a pas toujours résisté face à une perception ordinaire non préparée à voir, dans l’« ancien », autre chose que du « vieux ». Bref, la protection juridique n’entraîne pas forcément la protection matérielle qu’elle est censée garantir. C’est dire à quel point la résistance des choses à l’épreuve du temps dépend de l’inégale disposition des humains à investir celui-ci d’une valeur positive, en tant qu’il ajoute quelque chose, plutôt qu’à y voir un facteur négatif, en tant qu’il implique une dégradation de ce qui a été.

Conflits de propriété

  • 1 En 2007, 55,5 % des immeubles examinés en CRPS appartenaient à des propriétaires privés, et 44,5 % (...)

9L’entrée dans la « chaîne patrimoniale » constitue une atteinte à cette valeur pourtant majeure, dans nos sociétés, qu’est la propriétéprivée. En effet, elle implique qu’un bien privé devienne, sinon public, du moins soustrait à la libre possession de son propriétaire, puisque désormais l’État exercera un droit de regard sur son aspect, ses abords, son statut juridique, voire son usage1. Il le fera au nom d’une valeur considérée en l’occurrence comme supérieure à la valeur de propriété : la valeur patrimoniale, en vertu de laquelle un bien quelconque est traité comme appartenant non seulement à son propriétaire en titre, mais aussi à l’ensemble de la Nation (voire, dans certains cas, à l’Humanité tout entière), en la personne de ses concitoyens actuels et futurs. C’est dire combien la patrimonialisation peut ne pas aller de soi aux yeux des propriétaires, lorsque les avantages qu’ils en tirent – immatériels, par le prestige, et matériels, par les subventions et avantages fiscaux – ne leur paraissent pas à même de compenser la perte de souveraineté sur leur bien.

10Observons une scène de rue dans un village, où deux chercheurs de l’Inventaire, occupés à photographier la façade d’une maison, sont confrontés à deux vieilles dames manifestement habitées par la crainte conjointe de la visibilité, des dépenses imposées par l’administration, et des voleurs.

La méfiance des autochtones
Première habitante (H1) (sortant sur le seuil de sa maison, manifestement énervée) : — Et c’est quoi ce que vous faites là ?
Premier chercheur (CH1) : — On fait un inventaire des vieilles maisons.
H1 : — Et alors, ça donne quoi ? Ça ne donne rien ? Ça ne donne que des inconvénients, à mon avis !
CH1 (blasé, conciliant) : — Mais non… !
H1 : — Moi, je ne comprends pas qu’on ne demande même pas l’avis de la personne ! Ça, ça me chiffonne !
CH1 : — Parce que je prends la photo depuis le domaine public, et je suis désolé mais je n’y suis pas tenu !
H1 : — Ah bon ? Alors ça, ça n’est pas très logique ! Ça me chiffonne moi, que les lois soient arrangées selon qu’on est à droite ou à gauche ! Je n’aime pas beaucoup ça ! J’aime bien qu’elles soient bien claires pour tout le monde, pas plus pour les uns que pour les autres, et pas qu’il y en ait un qui les tourne et puis pas l’autre !
[…]
Seconde habitante (H2) : — Et pourquoi vous photographiez sans en parler ?
H1 (agressive) : — Parce que monsieur dit qu’il a le droit !
H2 : — Et c’est pour la mettre où ? Oh le droit, enfin ! C’est pénible !
CH1 : — Pourquoi pénible ?
H2 : — Parce que, ça ne me plaît pas que ce soit comme ça ! Eh, j’ai le droit moi aussi, que ça ne me plaise pas, non ?
CH2 (pédagogue) : — Non mais c’est un inventaire de l’habitat rural, ancien, de tout le canton.
H1 : — Oui, mais qu’est-ce que ça donnera, ça ? Qu’est-ce que ça va donner ?
CH2 : — C’est de la documentation.
H1 (goguenarde) : — Ah oui, de la documentation !
H2 : — Oui, eh bien ils nous les cassent avec leur documentation !
H1 : — On a déjà été photographiés je ne sais pas combien de fois !
H2 : — Oui, on a été photographiés, on ne savait pas, et on a vu la photo ! […] Je sais bien que ça intéresse et tout ça, mais moi dans le fond, je préfère l’anonymat !
H1 (aigre) : — Si ça nous donne un avantage, d’accord ! Mais ça n’en donne pas, au contraire ! Parce qu’on est déjà au patrimoine, ça coûte plus cher, et c’est pas eux qui paient, c’est nous ! Alors ça, je ne suis plus d’accord, moi !… Quand on a des lois comme ça, on n’a qu’à les modifier !
Sociologue (tandis que CH2 explique son travail à H2 et que CH1 prend des photos) : — Mais vous n’avez pas eu de subventions ?
H1 : — Ah non, on l’a appris il y a quatre ou cinq ans, et on n’a rien eu ! On a payé de notre poche ! Il a fallu économiser, c’est tout, parce que autrement on n’aurait pas pu payer ! Alors ils sont bien gentils, mais…
Sociologue : — C’est un secteur protégé, c’est ça ? À cause de l’église, du château ?
H1 : — Je ne sais pas ! En tout cas ce n’est pas très agréable ! Enfin, normalement… D’abord c’est un peu logique, parce que comment voulez-vous qu’on refasse un toit comme ça ? [inaudible, passage de tracteur] Vous pourriez demander au maire, parce qu’il a tous les documents… De toute façon, on est obligés !
H2 : — C’est surtout pour les gens indiscrets, qu’on n’aime pas ça ! Pour qu’ils ne viennent pas…
H1 : — Pour les gens indiscrets, et pour les voleurs ! Parce qu’il y a des indiscrets, et puis des voleurs !
H2 : — Oui, et pour les voleurs ! Autrement, bon ben…
CH2 : — Mais les photos de la façade, pour les voleurs, ça n’a aucune incidence !
H1 : — Oui, mais ils ont toujours l’impression que c’est intéressant à l’intérieur, alors qu’à l’intérieur ça a été vidé depuis longtemps !

  • 2 Le Monde, 2 novembre 2001.

11Cette méfiance de certains propriétaires à l’égard de la patrimonialisation peut atteindre des formes beaucoup plus radicales, allant jusqu’à la destruction de leur propre bien. Argumentant une demande de protection faite par la commune, un membre d’une commission du patrimoine et des sites évoque ainsi le « souvenir cuisant » de précédents fâcheux, tels qu’« un donjon scandaleusement rasé » et un « château rasé dès que la demande de classement a été connue de son propriétaire ». On rapporte encore le cas d’un château en Dordogne, classé monument historique, dont les nouveaux propriétaires refusaient de faire faire les travaux de sauvegarde auxquels ils étaient tenus par la loi ; harcelés par une association locale, ils auraient déclaré : « Nous laisserons dépérir ce château pour punir la population » – pour être finalement expropriés après douze ans de luttes2. C’est dire que la procédure du classement d’office, en cas de refus de classement par le propriétaire, ne suffit pas à assurer la conservation en l’état, pour peu que celui-ci se dérobe à ses obligations.

  • 3 Le Journal des arts, n° 275, 15-28 février 2008.

12Parfois aussi, les conflits opposent le propriétaire récalcitrant non pas à l’administration patrimoniale mais aux associations, auto-mandatées pour faire respecter le droit du public face à la volonté de souveraineté d’un particulier : droit à la conservation d’un bien patrimonial, ou encore, plus simplement, droit d’accessibilité. Ainsi a été créé à Paris, en 2006, le « comité Laennec-Turgot », par le regroupement de trois associations réclamant « que les éléments patrimoniaux de l’ancien hospice des Incurables, fondé en 1632 par le cardinal de La Rochefoucauld, restent accessibles au public », et demandant également « que la chapelle du xviie siècle […] soit restaurée et transformée en lieu de mémoire », alors que le projet du promoteur prévoit que seules les familles y auront accès, sur rendez-vous3.

13À l’inverse, ce peut être l’administration qui refuse d’accorder une protection demandée par le propriétaire ou par la commune, comme nous l’avons vu avec le travail de la crps. Là, c’est plutôt un conflit de priorité qui est en jeu : compte tenu de l’impossibilité d’accorder protection matérielle – donc subventions – à tous les biens jugés dignes d’intérêt, il faut bien hiérarchiser les candidatures. Cette zone intermédiaire entre ce qui n’atteint pas le stade de la patrimonialisation et ce qui l’obtient constitue l’ensemble – on ne peut plus flou – des éléments plus ou moins intéressants, selon le regard porté sur eux, et dont la préservation effective est laissée, de fait, à l’initiative – ou à l’inertie – des propriétaires ou des communes, c’est-à-dire aux aléas d’un savoir et d’une sensibilité pour le moins variables.

Querelles d’experts et maintien à l’identique

14Si la perception profane contraste manifestement avec le jugement expert, il arrive aussi que les lignes de clivage passent entre les experts eux-mêmes. En effet ils sont loin d’être toujours d’accord sur les mesures à prendre, qu’il s’agisse d’accès à la protection juridique ou de techniques de restauration.

15Ainsi, lors de la séance de crps précédemment observée, un autre dossier – un château encore – avait suscité d’assez longues discussions entre ceux qui louaient la rareté d’une architecture de terre et l’authenticité d’une distribution intérieure conforme au plan d’origine, et ceux qui déploraient l’adjonction récente d’une tour d’angle, certes sur un emplacement où se trouvait déjà une tourelle avant la Révolution, certes édifiée pour pouvoir préserver la distribution intérieure, mais en contradiction avec la cohérence extérieure du bâtiment. S’opposaient là non des valeurs – ancienneté, authenticité, cohérence restaient les références communes à tous les membres de la commission – mais des priorités quant aux éléments auxquels les appliquer : soit l’intériorité de la distribution et la rareté du matériau, pour le conservateur de l’Inventaire ; soit l’extériorité de la façade, sa symétrie, son harmonie – autant dire l’esthétique – pour le conservateur des Monuments historiques. Le premier l’emporta, puisque l’inscription fut votée ; mais ce fut au terme d’une discussion complexe, même si elle ne dégénéra pas en querelle ouverte.

16Ce sont les décisions relatives à la restauration des monuments qui occasionnent sans doute les plus remarquables querelles d’experts. La question centrale concerne ce à quoi il convient d’appliquer l’exigence de maintien à l’identique : est-ce l’état originel du bâtiment (voire le bâtiment tel qu’il aurait été s’il avait pu être entièrement réalisé conformément aux plans initiaux, comme le voulut parfois Viollet-le-Duc) ? Ou bien est-ce l’histoire de ce bâtiment, incluant ses remaniements successifs ? Et, à la limite : faut-il rebâtir les ruines, de façon à revenir au moment originaire de l’édifice ? Ou bien faut-il les conserver à l’état de ruines, de façon à prendre en compte cet élément de leur identité qu’est le passage du temps ?

17La première option privilégie l’unité de style, au nom de laquelle on sacrifie des éléments postérieurs en dépit de leur intérêt pour l’histoire de l’architecture ou du mobilier : c’est ainsi qu’au xixe et au début du xxe siècle ont disparu « des décors tout entiers. Les boiseries et armoires à reliques du xviie siècle ornant le Tour des Corps saints à la basilique Saint-Sernin de Toulouse sont déposées à l’initiative de Viollet-le-Duc, et transférées en « vrac » dans les tribunes afin d’être remplacées dans les chapelles du déambulatoire par un décor néo-roman ; les grilles de la cathédrale de Troyes provenant de l’abbaye de Clairvaux sont vendues ; le buffet d’orgue de Saint-Wulfran d’Abbeville est démonté ; les tapisseries ornant la nef de la cathédrale de Reims sont décrochées » (Sire 2005  : 90). La seconde option est celle qui prévaut aujourd’hui, inspirée des conceptions de l’architecte italien Camillo Boito et de l’historien d’art Aloïs Riegl, et adoptée par la charte de Venise de 1964 : il s’agit de respecter avant tout l’histoire du monument à travers les interventions des différentes époques.

  • 4 Le Monde, 8 juin 1990.
  • 5 Le Monde, 2 juillet 1998.

18Les conflits n’en sont pas éteints pour autant : à Toulouse eut lieu en 1990 le dernier épisode de ce qu’on appela la « guerre des mirandes », à propos de la basilique Saint-Sernin qui, à l’occasion de cette restauration, retrouva ses mirandes gothiques supprimées par la restauration de Viollet-le-Duc, au terme d’une bataille finalement arbitrée par le ministre de la Culture4. Plus récemment encore, un conflit opposa, à propos de l’hôtel de Beauvais à Paris, l’architecte en chef des Monuments historiques, qui plaidait la restauration à l’origine, à un chercheur de l’Inventaire, historien au cnrs, qui militait pour le maintien des modifications ultérieures – conflit qui dut finalement être arbitré par le directeur du Patrimoine en faveur du premier5.

19C’est ainsi que les façades lisses et pimpantes des monuments remis à neuf recouvrent, en les dissimulant, non seulement des siècles d’altérations matérielles, mais aussi d’innombrables décisions, délibérations et, parfois, controverses entre spécialistes. Il est exceptionnel toutefois que ces querelles d’experts prennent des dimensions spectaculaires, du fait qu’elles n’agitent guère qu’un petit nombre de décideurs autorisés, dans le cadre fermé des commissions et des dossiers administratifs.

La place de l’Inventaire

20Le partage de l’expertise est également source de tensions, surtout lorsqu’il est renforcé par une division administrative, comme c’est le cas entre le service de l’Inventaire et celui des Monuments historiques. Chacun des deux possède sa spécificité et sa légitimité, mais les différences de visées entre les deux services (connaissance pure ou protection), ainsi que de regards et de cultures entre les praticiens, peuvent induire, sinon des conflits, du moins des divergences plus ou moins patentes.

21Si l’on poussait leurs caractéristiques à la limite, l’on obtiendrait un tableau idéal-typique – certes un peu outré – où s’opposeraient le savant et l’amateur d’art, le producteur de statistiques et l’énonciateur de jugements de valeur, le traqueur de standards et l’amateur d’exceptions, l’adepte du commun et le partisan du singulier, l’observateur du récent et le défenseur exclusif de l’ancien, le minutieux et l’ambitieux voire, aux yeux de certains, le tâcheron et l’esthète…

  • 6 Un sociologue formé à l’école de Bourdieu ne manquerait pas de souligner ici l’homologie entre les (...)

Un conservateur de l’Inventaire l’exprime clairement : « Les MH ont toujours un peu reculé devant la normalisation de l’Inventaire, ils la refusent en considérant que c’est un peu… laborieux. Ça manque de chic, ça manque de… Ils regardent ça avec une certaine hauteur. C’est vrai que l’aspect très minutieux… Quand on suit par exemple une tournée d’inspecteur des MH et une tournée de l’Inventaire, on voit bien les différences : l’Inventaire s’attache à des choses plus pointilleuses, avec un regard très pointilliste sur le patrimoine, alors qu’avec les MH, on fait une tournée et on englobe un vaste territoire, parce qu’on passe de quelque chose d’important a priori à quelque chose d’autre d’important. Et l’œil de l’inspecteur ou du conservateur, c’est le jugement. Le jugement de goût esthétique dans toute sa splendeur… Donc l’idée de s’appuyer sur des chiffres, sur des statistiques, pour dégager des grandes lignes, pour faire apparaître de nouvelles choses, paraît aux MH comme extrêmement laborieux, lent, tâcheron… Tâcheron, oui. Et eux ne sont pas des tâcherons6 ! »

22On comprend dans ces conditions la satisfaction des chercheurs de l’Inventaire lorsqu’ils parviennent à identifier une œuvre digne de classement, coiffant ainsi les agents des Monuments historiques sur leur propre terrain (par exemple, quand un tableau de Zurbarán fut retrouvé dans une église du Calvados : un exploit en forme de revanche…) ; ou bien, à l’inverse, lorsqu’ils peuvent contester les choix de leurs collègues des MH, comme le raconte l’un d’euxavec une évidente jubilation : « Des collègues [de l’Inventaire] ont eu l’idée plutôt bizarre de ne pas repérer des maisons qui avaient déjà été protégées MH ! Parce qu’ils trouvaient que le choix n’était pas pertinent, et pour se démarquer un peu des MH – parce que c’est toujours un peu la guerre, hein ! Ils ont dit non, ça ne présente aucun intérêt ! Alors évidemment ça s’est su, et ça a fait un vrai pataquès ! Il y a eu une empoignade entre les MH et l’Inventaire, et on les a priés de rétablir et de faire des dossiers ! Il y avait une part de provocation. »

Le badigeon MH
Face au relatif dédain dont certains se sentent l’objet de la part des responsables des Monuments historiques, les chercheurs de l’Inventaire ne manquent pas de souligner leurs éventuelles carences. Ils pointent aussi volontiers les « abus » des architectes en chef, ou les restaurations dispendieuses, voire ratées. Ainsi, devant une maison peinte en jaune vif dans un village médiéval, un chercheur ironise : « Ça, c’est MH, hein ! Je me rappelle, quand il y a eu le dossier de réfection… [L’autre chercheur, goguenard :] – Et le jaune, c’est d’origine ? – Ah… C’est effroyable, hein ! – Et puis c’est badigeonné, badigeonné, hein ! – Chez nous on a rarement des trucs comme ça ! J’aimerais bien savoir de quoi ils sont partis… Je me méfie un peu des fantaisies des architectes en chef ! C’est quand même violent : même si sur le plan archéologique il y avait un enduit un peu pétant, c’est quand même violent !… Et c’est tout le temps comme ça : ils considèrent systématiquement que toute la pierre de taille, il faut la badigeonner ! C’est depuis une quinzaine d’années… Et un gros inconvénient, c’est qu’avec le climat qu’on a ici, ça va devenir tout noir et tout sale très vite ! Alors qu’avec la pierre, ça vieillit bien. »

23Ainsi se dessine la place de l’Inventaire dans la chaîne patrimoniale : il représente le pôle le plus expert, le plus éloigné du profane, celui où la dimension émotionnelle et la dimension esthétique de la patrimonialisation sont le moins manifestes ; et il se situe au tout début de la chaîne, là où la protection par la description n’a pas encore force de loi. Si nous avions suivi les recenseurs des Monuments historiques, nous aurions eu affaire à des « cas noyaux », des œuvres déjà fortement dotées en propriétés « patrimoniales » – et, du même coup, à des décisions relevant plus de l’opportunité administrative que du travail de catégorisation proprement dit. Or celui-ci se trouve constamment sollicité dans le cas de l’Inventaire : exactement comme pour l’art contemporain, qui œuvre avec constance à l’élargissement des frontières de l’art, les opérations cognitives réalisées par les chercheurs de l’Inventaire ne cessent d’élargir les frontières du « patrimonialisable ».

24« On prend » : cette expression-type du chercheur de l’Inventaire est, pour ainsi dire, le sésame qui ouvre la porte du patrimoine, donnant accès au premier degré de la montée en protection. Aussi ce service constitue-t-il un terrain de choix pour observer les critères qui commandent la patrimonialisation : travaillant sur des « objets-frontières », sur la ligne de crête entre « cas limite exclu » et « cas limite inclus », il donneaccès à ces moments de l’expérience où les principes qui guident l’action affleurent à la conscience, voire à la verbalisation, parce qu’ils ne vont plus de soi. Aussi est-ce en se plongeant, en leur compagnie, dans le travail de terrain, que nous allons pouvoir observer comment, concrètement, se fabrique le patrimoine.

Notes

1 En 2007, 55,5 % des immeubles examinés en CRPS appartenaient à des propriétaires privés, et 44,5 % à des propriétaires publics (Bilan annuel de la protection des monuments historiques 2007 : 27).

2 Le Monde, 2 novembre 2001.

3 Le Journal des arts, n° 275, 15-28 février 2008.

4 Le Monde, 8 juin 1990.

5 Le Monde, 2 juillet 1998.

6 Un sociologue formé à l’école de Bourdieu ne manquerait pas de souligner ici l’homologie entre les définitions de l’excellence professionnelle et les positions dans la hiérarchie, que confirmerait probablement une étude des origines sociales des spécialistes de l’Inventaire et des Monuments historiques. Toutefois, notre perspective n’étant pas explicative mais compréhensive, ce qui nous intéresse ici n’est pas le profil des personnes ni leurs déterminants socio-économiques, mais l’explicitation des actions et des valeurs en jeu dans leur activité.

Table des illustrations

Légende Les jolies fleurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search