Version classiqueVersion mobile

La fabrique du patrimoine

 | 
Nathalie Heinich

I. La chaîne patrimoniale

3. L’entrée dans la chaîne  : le travail de l’émotion

Texte intégral

1Dans le texte de fondation du Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (LAHIC) qu’il a créé en 2001, l’anthropologue Daniel Fabre raconte comment, en 1991, une ville du sud de la France dotée d’un célèbre centre historique médiéval fut secouée par une grande agitation  : à la suite d’une banale opération d’urbanisme menée par la municipalité, consistant à faire abattre les constructions entourant une église gothique pour construire un petit immeuble collectif, l’église est devenue pleinement visible, grâce au recul ainsi créé. Le curé demande alors publiquement qu’on renonce à l’immeuble pour laisser l’espace ouvert et offrir ainsi un véritable parvis. L’idée provoque l’enthousiasme, mobilisant habitants, sociétés savantes, commissions officielles du ministère de la Culture, candidat de l’opposition. Face à l’inflexibilité du maire, le curé entame une grève de la faim ; on organise des défilés nocturnes, des causeries dans l’église où les érudits racontent la longue histoire de l’édifice, qui a survécu à la croisade anti-cathare, aux incendies, aux guerres de religion, au vandalisme révolutionnaire… Après trois mois de manifestations, l’arrêt du chantier et une bataille juridique, l’affaire se conclut sur une demi-victoire : l’entreprise se contentera d’aménager devant l’immeuble un jardin face à l’entrée de l’église – jardin toutefois entouré d’une grille, et rarement ouvert au public.

De l’émotion à la mobilisation

  • 1 Pour une définition de l’émotion collective, cf. les réflexions du philosophe Pierre Livet sur le l (...)
  • 2 Pour une approche sociologique de la mobilisation, cf. notamment Cefaï & Trom (2001).

2Voilà un magnifique exemple d’« émotion patrimoniale », selon le titre donné au séminaire organisé dans le cadre de ce laboratoire ; ou plus précisément, d’émotion « patrimonialisante », puisqu’il s’agit ici de faire entrer dans la chaîne patrimoniale les abords, nouvellement exhumés, d’un édifice lui-même protégé. C’est, en outre, une émotion collective1, partagée par des catégories d’acteurs variées (des experts aux profanes, et des simples citoyens aux édiles), unis pour obtenir, non la préservation d’un édifice menacé – car rien ici n’est promis à la destruction – mais sa mise en valeur. On a affaire, typiquement, à une « cause », portée par une mobilisation collective2, et circulant entre différents domaines de la vie commune : la religion, avec l’attachement à une église ; l’esthétique, avec le souci de favoriser l’appréciation de son apparence ; l’urbanisme, avec l’organisation de l’espace public ; la science, avec le recours de l’histoire ; l’économie, avec les intérêts de l’entreprise ; la politique, avec la controverse sur les choix municipaux. Le tout subsumé sous la cause patrimoniale, dont on voit là combien elle croise de multiples dimensions de l’expérience collective.

  • 3 Sur cette opposition, centrale pour comprendre le substrat émotionnel des actions, cf. Elias (1993)
  • 4 Cette propriété a déjà été notée par des historiens : cf. Rioux (1985), Poulot (2001b).
  • 5 « On peut classer ces émotions collectives en trois groupes : celles qui permettent le partage d’ém (...)

3Certes, il peut y avoir patrimoine sans qu’il y ait pour autant émotion : nous avons constaté, avec l’entrée par l’expertise, que l’approche professionnelle du spécialiste se fait dans la « distanciation » des outils scientifiques plutôt que dans l’« engagement » militant3. Mais dans un contexte ordinaire – celui de l’« homme de la rue » ou, si l’on préfère, du regard profane, non équipé par les ressources savantes –, l’émotion semble indissociable de l’expérience patrimoniale4 : si la preuve du pudding, selon un célèbre adage, est qu’on le mange, la preuve du patrimoine serait qu’on en est ému.5

  • 6 Notons qu’il existe une abondante littérature philosophique discutant le caractère plus ou moins «  (...)

4Emblématique par son intensité et la richesse de ses composantes, le cas analysé par Fabre n’est pas pour autant isolé : il n’est pas rare que l’émotion des profanes face à un bâtiment menacé de destruction soit au principe de son entrée dans la chaîne patrimoniale. Ainsi, à l’heure où j’écris ces lignes, je reçois un courriel collectif ainsi rédigé6 :

Une mobilisation patrimoniale par Internet
Bonjour,
L’AFRHC vous informe que suite à l’incendie du 7 février dernier qui a ravagé en grande partie le studio créé par Charles Pathé en 1904 (voir la photo en lien ci-dessous), une association a été créée, AGIR !, ayant pour objet la sauvegarde des lieux de mémoire, et donc de faire admettre ces lieux aux Monuments historiques. Il s’agit bien ici de sauver et préserver notre patrimoine cinématographique. L’adhésion à cette association est gratuite. Vous trouverez ci-dessous le texte de présentation de l’association ainsi que toutes les informations nécessaires.
Bien amicalement,
L’AFRHC, P. Morrissey
Les dégâts en image… (À voir)  :
http://www.afrhc.fr/​pdf/​PJCAgir.JPG
Présentation de l’association agir  :
http://www.afrhc.fr/​pdf/​AgirPresentation.pdf
Le texte de présentation  :
Chers amis,
La soirée du 7 février 2008, les flammes ont ravagé le toit et endommagé la structure du Studio créé par Charles Pathé en 1904.
Depuis sa fondation, ont œuvré dans le Studio des artisans, des artistes et des créateurs de renommée internationale tels que : Ferdinand Zecca, Alexandre Kamenka, Ivan Mosjoukine, Joseph Ermolieff, Jean Epstein, René Clair, Max Linder, Abel Gance, Luis Buñuel, Luigi Pirandello, Raquel Meller, Michel Simon, Louis Jouvet, Jean Renoir et tant d’autres qui ont créé, dans les Studios, des œuvres destinées à promouvoir et affirmer le Septième Art dans le monde.
Suite à l’incendie qui a risqué de faire disparaître à tout jamais le Studio Charles Pathé, nous avons décidé de fonder une association dénommée agir ! pour la Sauvegarde des lieux de mémoire. Le Phénix, l’oiseau qui renaît de ses cendres, a été choisi comme symbole de l’association.
Le premier objectif d’agir ! sera d’effectuer toutes les démarches nécessaires pour faire classer aux Monuments Historiques, la Verrière Charles Pathé aujourd’hui inscrite au patrimoine de l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.
L’association agir ! aura compétence locale, régionale, nationale et internationale. Nous avons besoin de tout votre soutien afin de sensibiliser les citoyens, les représentants de la société civile et les promoteurs sur le rôle que les lieux de mémoire ont dans l’histoire et dans le devenir de notre société.
Nicolo Carlo Boso
Pour adhérer à l’association agir ! Il vous suffit de cliquer sur le lien suivant :
http://www.stmprod.com/​agir.html
L’adhésion à l’association est gratuite.

5De quels types d’émotions se nourrissent de telles mobilisations en faveur du patrimoine ? Et plus précisément, quelles sont les valeurs que révèlent ces émotions collectives : soit qu’elles « maintiennent la résistance des valeurs face à la réalité », soit qu’elles « permettent d’accomplir des révisions » de ces valeurs, soit au contraire qu’elles « bloquent » ces révisions, selon l’analyse de Pierre Livet5 ? Compte tenu du faible degré d’argumentation discursive qui caractérise l’expression émotionnelle (laquelle relève plus, en général, de la communication empathique que du raisonnement argumenté6), force est de s’appuyer avant tout sur l’auto-observation et la compréhension intuitive par le partage d’une même culture.

6On peut ainsi distinguer, premièrement, l’émotion face à l’ancienneté, qui s’attache aux lieux de mémoire, à la présence du passé, au rapport aux ancêtres ; deuxièmement, l’émotion face à la rareté, qui s’attache à l’exceptionnalité ; troisièmement, l’émotion face à l’authenticité, qui s’attache à la continuité du lien entre l’état actuel et l’origine de l’objet ; quatrièmement, l’émotion face à la présence, qui s’attache à la proximité avec une personne, au sentiment d’une rencontre, d’un contact avec les êtres liés à cet objet ; cinquièmement enfi n, l’émotion face à la beauté, qui s’attache à la qualité esthétique de l’objet en question.

7Notons qu’ancienneté et rareté sont corrélées entre elles, du fait que plus un objet est ancien, moins les autres exemplaires de la série à laquelle il est associé sont nombreux, compte tenu du risque de destruction croissant avec le temps ; mais l’ancienneté et la rareté sont (nous y reviendrons) des valeurs un peu particulières, en ce qu’elles ne suffi sent pas à déclencher à elles seules un jugement positif : l’une et l’autre sont plutôt des amplifi cateurs des trois autres catégories d’émotions, liées à l’authenticité, à la présence et à la beauté. Toujours est-il qu’il convient de parler d’émotions patrimoniales, au pluriel : car le patrimoine mobilise une pluralité de registres émotionnels, eux-mêmes associés à la pluralité des valeurs dont ils sont l’indice.

De la sensibilisation au militantisme

  • 7 L’expression est de Sabine Rozier, à propos du processus de patrimonialisation de la citadelle de B (...)

8Il n’existe pas de mobilisation sans militants, qui lancent, animent, entretiennent, élargissent, pérennisent une cause. En matière patrimoniale, l’expertise universitaire et le dévouement des professionnels de la patrimonialisation trouvent leur symétrique dans la dédication et, souvent, l’expertise acquise sur le terrain par ces « entrepreneurs en patrimoine7 » que sont les porteurs d’un projet de patrimonialisation issus de la société civile. Mais avant le stade du militantisme, qui ne concerne qu’un petit nombre d’individus, existe la simple sensibilisation à la cause patrimoniale ; elle s’est largement répandue dans la dernière génération, grâce à différentes initiatives émanant des pouvoirs publics ou soutenus par eux.

Tout d’abord, dès les années 1960, l’émission de télévision « Chefs-d’œuvre en péril », produite par Pierre de Lagarde, s’est donné pour mission de sensibiliser les Français aux monuments de leur pays, à travers de courts reportages (Laurent 2003). À partir de 1984, le ministère de la Culture, sous Jack Lang, organisera chaque année des journées « Portes ouvertes dans les monuments historiques », puis « Journées européennes du patrimoine » ; en 2005, elles avaient attiré environ 12 millions de visiteurs pour 16 000 monuments et sites ouverts au public. Enfin, dernière en date de ces initiatives, la Fondation du Patrimoine, créée en 1996, est un organisme privé indépendant à but non lucratif, dont la vocation est de défendre et de valoriser un patrimoine en voie de disparition non protégé par l’État, un patrimoine dit « de proximité », non classé ou inscrit (pigeonniers, lavoirs, fours à pain, chapelles, moulins, fermettes, granges, maisons de village, petits manoirs ruraux…), à condition que l’immeuble soit visible de la voie publique ; opérant grâce à un réseau de délégués régionaux et départementaux bénévoles, elle décerne un label qui permet à un propriétaire privé de bénéficier de déductions fiscales à l’occasion de travaux de sauvegarde ou de restauration  ; fin 2007, plus de 2 000 projets avaient été soutenus et plus de 1 000 labels octroyés.

  • 8 Cf. « Vie de château, vie de chantier », Le Monde 2, 15 septembre 2007.

9Le soutien aux propriétaires est une donnée importante en matière d’action patrimoniale ; en effet, mis à part les grands monuments commandités par les institutions d’État ou par l’Église, et qui ont connu une patrimonialisation précoce, la plupart des édifices susceptibles d’intégrer la chaîne patrimoniale sont des propriétés privées, dont la préservation dépend donc avant tout du bon vouloir et des moyens de ceux qui les possèdent. Certains, nous le verrons, sont réservés voire réticents envers toute intrusion de la puissance publique dans ce qui est, pour eux, un patrimoine strictement familial ; d’autres au contraire se dévouent corps et âme à la conservation et à la rénovation de leur bien, n’hésitant pas à solliciter les aides disponibles. Dans certains cas, cette dédication prend l’allure d’une véritable cause, en forme non pas de mobilisation collective mais de vocation personnelle, parfois même contre les embûches posées par l’administration patrimoniale et la complexité des démarches pour obtenir subventions et autorisations, dans une vie de chantier qui peut durer de longues années, voire des décennies8.

10Enfin, la cause patrimoniale peut aussi enrôler, à l’autre extrémité du spectre socio-politique, des militants au sens classique du terme, souvent habitués des pétitions, manifestations voire actions en justice, et habités par le souci non pas d’un patrimoine familial, qu’ils ne possèdent pas forcément, mais du bien public. C’est ainsi que le patrimoine a cette remarquable propriété de voir se côtoyer aristocrates et étudiants contestataires, riches propriétaires de droite et jeunes militants d’extrême gauche, momentanément unis dans le souci d’imposer aux pouvoirs publics la protection de biens considérés comme d’intérêt général.

Le mouvement associatif est très présent dans ce type de mobilisations. C’est dès la fin du xixe siècle que sont apparues des associations témoignant d’une sensibilité patrimoniale, qu’elles soient touristiques (tel le Touring Club de France en 1890), de propriétaires, ou de militants  : Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France en 1901, Sauvegarde de l’art français en 1921, La Demeure historique en 1924, Ligue urbaine et rurale en 1929, Le Club du Vieux Manoir en 1953, Vieilles Maisons françaises en 1958, Maisons paysannes de France en 1965, et, en 1969, la Fédération nationale de sauvegarde des sites et ensembles monumentaux. En 1991, on ne comptait pas moins de vingt-six associations de défense du patrimoine, hors chantiers de volontaires (Glevarec & Saez 2002 ; Trom 1997).

Indignation et maintien à l’identique

11Le travail de l’émotion peut opérer aussi après l’entrée dans la chaîne patrimoniale, lorsqu’il s’agit non plus d’obtenir la protection, mais de garantir ou de rétablir l’intégrité du bien déclaré « monument historique ». C’est qu’une telle labellisation ne suffit pas toujours à la pérennité d’une œuvre, que continuent à menacer la dégradation, la modification de l’environnement, voire la destruction, accidentelle ou volontaire.

  • 9 C’est ainsi que, dans le vocabulaire de la sociologie des justifications, les mobilisations patrimo (...)
  • 10 Pour une problématisation de la notion d’« affaire », cf. notamment Boltanski (1990).

12Dans ce cas, on a affaire à des émotions négatives – et non plus positives –, poussant à agir ou à se situer contre plutôt qu’en faveur de quelque chose. Face à une atteinte sans coupable identifiable autre que le hasard ou les intempéries, c’est la désolation qui prime  ; mais dès lors qu’un coupable peut être désigné, la désolation se mue en indignation, le plus souvent contre les pouvoirs publics, suspectés de passivité9. Ce mixte de déploration et d’accusation est au principe de bien des mobilisations, qu’il s’agisse de réagir à un incendie (le château de Lunéville, l’incendie du Parlement de Bretagne à Rennes), à une tempête (les arbres du parc de Versailles), à un projet d’aménagement touristique ou urbain (une maison du xviie siècle dans le onzième arrondissement de Paris, promise à la démolition pour construire des logements sociaux), de restauration voire de dérestauration (l’église Saint-Sernin à Toulouse). Dans tous ces cas d’« émotions patrimoniales », on retrouve l’ensemble des « actants » présents dans n’importe quelle « affaire »10 : la victime (un élément du patrimoine), l’accusateur (associations, journalistes, politiciens, citoyens), l’accusé (les pouvoirs publics, un propriétaire privé), et le juge (l’opinion publique, les magistrats).

L’affaire Buren
Une mobilisation spectaculaire en faveur du maintien à l’identique d’un lieu patrimonialisé eut lieu à Paris lors de l’« affaire Buren », qui occupa bien des conversations de l’automne 1985 au printemps 1986. Dans le cadre d’un projet de réaménagement du site du Palais-Royal, une commande fut passée en juin 1985 par le ministre de la Culture Jack Lang à l’artiste français Daniel Buren, pour intervenir sur la cour d’honneur, utilisée jusqu’alors comme parking, avec une installation intitulée « Les Deux Plateaux », constituée de colonnes rayées noir et blanc (la largeur des bandes reprenant le standard utilisé par l’artiste dans ses œuvres) et dont la hauteur en surface varie selon la profondeur du sous-sol, révélé par des ouvertures grillagées où s’écoule de l’eau.
Le projet fut présenté à la Commission supérieure des monuments historiques le 7 octobre. Le rapporteur se plaça sur le terrain du respect du patrimoine et des valeurs du passé, ainsi que de la fonctionnalité de l’œuvre face à ses utilisations futures. Après discussion, la séance se conclut par un vote défavorable (15 voix contre, 3 pour et 2 abstentions). Le ministre passa outre et ordonna la mise en route des travaux, ce qui provoqua une mobilisation multiple : journalistique (un premier article dans Le Figaro fut suivi d’une campagne de presse) ; politique (questions au Parlement, dans un contexte compliqué où s’affrontaient un ministre de gauche et une municipalité de droite puis, à partir du printemps, un ministre de droite sous une présidence de la République de gauche)  ; juridique (huit associations de défense du patrimoine se mobilisèrent pour faire intervenir la loi), citoyennes (tracts, pétitions, contre-pétitions en faveur de l’œuvre). Les palissades du chantier interrompu servirent de support d’expression au mécontentement populaire : sur les 226 graffitis suffisamment argumentés pour pouvoir être analysés, les plus nombreux faisaient référence au respect de la pureté patrimoniale (88), puis à l’absence de beauté (51), et au non-respect de l’intérêt général et des procédures démocratiques (47).
S’ensuivit une série de décisions contradictoires : la municipalité interdit la poursuite des travaux ; la préfecture en autorisa la reprise ; le tribunal administratif en ordonna l’arrêt (pour non-respect de la procédure administrative, absence de permis de construire, absence d’autorisation de la Commission supérieure des monuments historiques alors que cette opération constitue un « déclassement de ces monuments historiques, opéré sans décret en Conseil d’État », irrégularité des conditions de lancement et d’engagement des dépenses, préjudice irréparable, urgence, absence de consultation de la commission départementale ou de la Commission supérieure des sites). Finalement, Daniel Buren assigna en référé le nouveau ministre de la Culture, François Léotard, pour non-respect du droit moral à l’achèvement de son œuvre. Ce dernier argument l’emporta : l’autorisation de reprise des travaux fut enfin donnée. Les ultimes salves tirées par les défenseurs du patrimoine ne servirent à rien : l’œuvre d’art contemporain l’emporta contre le maintien à l’identique du lieu patrimonialisé, en dépit du déferlement de protestations (Heinich 1995).

13C’est sans doute dans cette catégorie des émotions défensives – celles qui visent au maintien à l’identique plutôt qu’à l’entrée dans la chaîne patrimoniale – que l’on trouve les cas les plus spectaculaires et, probablement, les plus populaires. En effet, pour qu’une mobilisation soit portée par un grand nombre d’acteurs et devienne une « affaire », il faut qu’elle touche ceux qui sont sensibilisés au patrimoine existant, déjà répertorié et largement perçu comme tel  : un patrimoine qui est donc moins celui des spécialistes que celui du grand public, sans doute relativement cultivé, mais d’une culture portée davantage sur les « classiques », les œuvres depuis longtemps reconnues, que sur les candidats à la patrimonialisation ou les « nouveaux entrants » dans la chaîne patrimoniale.

  • 11 Journal des arts, n° 275, 15-28 février 2008.

14Dans ce dernier cas les émotions, sans doute moins susceptibles de trouver une expression collective, seront davantage encadrées par des justifications d’experts, appuyées sur une connaissance spécialisée de l’histoire de l’architecture. C’est le cas par exemple avec la campagne pour faire admettre l’œuvre entière de Le Corbusier au Patrimoine mondial de l’UNESCO : le dossier de candidature, remis en janvier 2008, « réunit vingt-deux édifices construits ou conçus par Le Corbusier […]. Une sélection rigoureuse a été effectuée par un comité d’experts, d’après les différentes typologies de l’habitat […] représentatives de l’architecture du xxe siècle et de la pensée du théoricien du modernisme »11.

15C’est dire que l’émotion apparaît le plus souvent comme une ressource alternative à l’expertise : émotion et expertise sont deux outils bien différents dans la reconnaissance patrimoniale, même si elles peuvent cohabiter chez le même individu, comme nous l’avons vu avec le chercheur de l’Inventaire face à la ferme menacée, ou comme on le constate chez certains militants ayant acquis une connaissance approfondie des dossiers qu’ils défendent.

16On voit ainsi que le patrimoine concerne les profanes autant que les experts, les propriétaires autant que les représentants de l’administration, le privé autant que le public. Aussi donne-t-il lieu à bien des controverses ou, plus simplement, des malentendus ou des écarts de perception. Observons, pour clore cette présentation de la chaîne, quelques-unes de ces « épines patrimoniales ».

Notes

1 Pour une définition de l’émotion collective, cf. les réflexions du philosophe Pierre Livet sur le lien entre émotions et rationalité morale : « Pour qu’une émotion soit collective, au sens le plus fort, il faut donc qu’elle soit partagée par d’autres, dont certains anonymes les uns pour les autres, que nous l’éprouvions dans des activités coordonnées, que les préférences et orientations vers une cible ou vers des propriétés de la situation, orientations qui définissent le différentiel de l’émotion, soient supposées partagées avec les autres » (Livet 2002 : 124).

2 Pour une approche sociologique de la mobilisation, cf. notamment Cefaï & Trom (2001).

3 Sur cette opposition, centrale pour comprendre le substrat émotionnel des actions, cf. Elias (1993).

4 Cette propriété a déjà été notée par des historiens : cf. Rioux (1985), Poulot (2001b).

5 « On peut classer ces émotions collectives en trois groupes : celles qui permettent le partage d’émotions liées à la satisfaction ou l’insatisfaction de buts collectifs, et qui maintiennent la résistance des valeurs face à la réalité ; celles qui au contraire vont permettre d’accomplir des révisions qui auraient été impossibles sans elles ; et celles qui vont non pas éviter les révisions, mais bien les bloquer. Les premières sont des émotions qui entretiennent les valeurs du groupe, les secondes lui permettent de changer le monde en accord avec des valeurs ou de changer de valeurs, les troisièmes n’entretiennent que des valeurs de ressentiment » (Livet 2002 : 136). Sur le lien entre émotions et valeurs, cf. aussi Nussbaum (1995).

6 Notons qu’il existe une abondante littérature philosophique discutant le caractère plus ou moins « rationnel » ou « cognitif » des émotions : cf. entre autres Paperman & Ogien (1995).

7 L’expression est de Sabine Rozier, à propos du processus de patrimonialisation de la citadelle de Blaye (Rozier 1996).

8 Cf. « Vie de château, vie de chantier », Le Monde 2, 15 septembre 2007.

9 C’est ainsi que, dans le vocabulaire de la sociologie des justifications, les mobilisations patrimoniales relèvent à la fois de la grandeur « domestique », en tant qu’elles s’appuient sur une valorisation du passé et de l’appartenance à une même communauté, et de la grandeur « civique », en tant qu’elles dénoncent l’incurie des pouvoirs publics (Thévenot 1995).

10 Pour une problématisation de la notion d’« affaire », cf. notamment Boltanski (1990).

11 Journal des arts, n° 275, 15-28 février 2008.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search