Version classiqueVersion mobile

La fabrique du patrimoine

 | 
Nathalie Heinich

I. La chaîne patrimoniale

2. L’entrée dans la chaîne : le travail de l’expertise

Texte intégral

1Le jour où la ferme menacée aura disparu, écroulée sous le lierre, envahie de ronciers et de lianes faute de propriétaires disposés à l’habiter ; ou bien quand elle aura été rachetée, réaménagée en résidence secondaire, agrémentée de Velux et de nouveaux percements, fenêtres agrandies, cuisine américaine en matériaux locaux, salles de bain à chaque étage, étable transformée en garage et grange en chambres d’amis – ce jour-là, il restera quand même une trace de ce qu’elle fut à l’état authentique. Une trace inhabitable, certes, et invisible sur le terrain – mais consultable, au moins, sur le site Internet de l’Inventaire. Car notre chercheur en aura fait un dossier, avec sa fiche signalétique (dite aussi « notice »).

La mise en fiche

  • 1 Les renseignements topographiques sont remplacés par un « x ».

2Voici comment se présente la « fiche Inventaire de la base Mérimée » de cette ferme, c’est-à-dire la fiche standard figurant sur la « base Mérimée », consacrée aux bâtiments sélectionnés par le service de l’Inventaire – la « base Palissy » étant consacrée, elle, aux objets. Sous un en-tête indiquant la région, le département, la localité, le lieu-dit, la désignation typologique (« ferme »), ainsi que le nom de l’auteur de la fiche, sa date de rédaction et la date de l’enquête, on peut lire, en regard de la photographie légendée « vue générale sud »1 :

Une fiche Inventaire de la base Mérimée
Désignation
Dénomination : ferme
Titre courant : Ferme
Partie(s) constituante(s) : cour
Région : x
Département : x
Commune : x
Numéro insee de la commune : x
Aire d’étude : x
Lieu-dit : x
Milieu d’implantation : en écart
Éléments de description
Matériau (x) du gros œuvre et mise en œuvre : schiste ; moellon sans chaîne en pierre de taille ; granite ; pisé
Matériau (x) de couverture : ardoise
Vaisseau et étage : 1 étage carré ; comble à surcroît
Type de la couverture : toit à longs pans ; pignon couvert
Emplacement, forme et structure de l’escalier : escalier dans œuvre : escalier en vis sans jour, en charpente
Commentaire descriptif :
Le logis se caractérise par un plan allongé composé de trois travées séparées par des murs de refend ; au centre est la travée principale réservée à l’habitation, avec un escalier en vis dans œuvre adossé au mur antérieur ; une armoire murale fait face à la cheminée ; à droite est une deuxième travée d’habitation avec un escalier dans l’angle postérieur ; à gauche se trouve une travée composée d’une étable surmontée d’un grenier dans un comble à haut surcroît ouvert d’une porte haute en plein cintre. Une petite dépendance est partiellement construite en pisé.
Typologie : Logis à fonctions multiples superposées, porte haute en plein cintre, armoire murale.
État de conservation : bon état
Éléments d’historique
Datation(s) principale(s) : 4e quart 16e siècle
Commentaire historique :
Ferme construite à la fin du 16e siècle, remarquablement conservée. Charpente et toiture sont modernisées.
Statut juridique
Statut de la propriété : propriété privée
Intérêt et protection
Intérêt de l’œuvre : à signaler
Nature de la protection mh : édifice non protégé mh
Observations : Ferme très bien construite et conservée tant à l’extérieur qu’à l’intérieur : la salle centrale est encore de nos jours habitée et meublée de manière traditionnelle.

3Suivent huit illustrations : un extrait cadastral, un extrait du cadastre de 1837, une vue générale sud, une vue façade sud avec détail des baies, une vue de la cheminée de la salle, une vue du placard mural, deux vues générales de la salle.

4Localisation, matériaux, organisation intérieure, place dans les typologies existantes, datation, historique, statut juridique et administratif : une telle description exige connaissances, savoir-faire, coup d’œil, inculcation de normes sémantiques – bref, une indéniable expertise, dont nous observerons plus loin les modalités concrètes. Vocabulaire hautement spécialisé, phrases réduites au minimum, impersonnalité de l’expression, absence de signature : pas de place ici pour la subjectivité, pour les impressions personnelles, et encore moins pour l’émotion. La seule trace subsistant de l’indignation du chercheur face au risque de destruction figure dans la rubrique finale « Intérêt et protection » : c’est l’indication « à signaler », terme standard utilisé pour les éléments « sélectionnés » en raison de leur intérêt patrimonial. Toutefois ce signalement trouve difficilement, nous l’avons vu, une traduction administrative concrète faute, d’une part, de mesures de protection adaptées à ce type d’architecture vernaculaire et faute, d’autre part, d’un chaînage dûment organisé entre protection symbolique par l’Inventaire et protection matérielle par l’administration des Monuments historiques.

La pluralité des compétences

5Celle-ci opère collectivement, par des commissions d’experts régulièrement organisées. Ces commissions siègent à deux niveaux : au niveau régional, les crps votent des propositions d’« inscription » ou de « classement » ; celles-ci seront ensuite examinées à Paris par la Commission supérieure des monuments historiques, qui les validera éventuellement pour les proposer à la signature du ministre de la Culture.

6Ces procédures sont lourdement encadrées, et font intervenir une grande variété d’acteurs, allant des universitaires et spécialistes aux associations de défense du patrimoine et, bien sûr, aux représentants de plusieurs administrations (Culture, Équipement, Environnement). Les compétences requises pour statuer sur le patrimoine sont très diverses, puisqu’elles touchent à la fois à l’environnement, à l’équipement, à l’urbanisme, à la culture et, à l’intérieur de celle-ci, à l’architecture, à l’archéologie, à l’histoire de l’art, aux archives. Une crps comprend donc une trentaine de membres, dont sept de droit et vingt-trois nommés, pour une durée de quatre ans.

  • 2 Conseil de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement (niveau départemental).

Les membres de droit relèvent de l’appareil administratif : le préfet ou son représentant, le directeur régional des Affaires culturelles, le directeur régional de l’Environnement, le directeur régional de l’Équipement, le conservateur régional des Monuments historiques, le conservateur régional de l’Archéologie, le conservateur régional de l’Inventaire général. Quant aux membres nommés, ils le sont soit au titre de leurs fonctions, dues à leur expertise quant aux domaines concernés (le conservateur des Monuments historiques, l’architecte en chef des Monuments historiques, le chef du service départemental de l’Architecture et du Patrimoine, l’architecte des Bâtiments de France) ; soit au titre d’un mandat électif national ou local (maires ou adjoints, conseillers généraux, conseillers régionaux) ; soit au titre d’une expertise qualifiée (professeur d’histoire à l’université, conservateur des antiquités et objets d’art, directeur du caue2, conservateur de musée, professeur à l’école d’architecture, conservateur aux archives départementales, conservateur de l’Inventaire) ; soit enfin au titre de représentant d’associations. À cette trentaine de personnes s’ajoutent enfin les maires porteurs des demandes inscrites à l’ordre du jour, qui assisteront à la présentation du dossier les concernant et répondront éventuellement aux questions, mais se retireront pour la délibération.

  • 3 Journal des arts, n° 275, 15-28 février 2008.

7Si l’entrée dans la chaîne patrimoniale ne coûte que le salaire de ceux qui constituent les dossiers puis, le cas échéant, réunissent les commissions, rédigent des rapports, remplissent les bases de données, envoient des lettres, etc., elle implique en revanche, une fois opérée, de lourdes charges matérielles dès lors qu’il s’agira de maintenir le bâtiment dans un état conforme à son statut, c’est-à-dire aussi identique que possible à l’état d’origine. Ce maintien à l’identique implique pour l’État de coûteux travaux de réfection ou de restauration : un rapport de la commission des affaires culturelles du Sénat d’octobre 2006, intitulé « Monuments historiques : une urgence pour aujourd’hui, un atout pour demain », indiquait que « sur le total de ces édifices classés, 629 sont en situation de péril global, 2 215 de péril partiel ; 41  % des bâtiments classés sont jugés défectueux », et que « le seul entretien des toitures, dont la durée de vie est estimée à cent ans, est chiffré à 50 millions d’euros » ; au total, les besoins s’élèvent à 10,7 milliards d’euros, soit une augmentation de près de 19  % depuis 20023. On comprend dans ces conditions la rareté des décisions de classement au titre des Monuments historiques, due au souci de préserver les finances publiques.

  • 4 Bilan annuel de la protection des monuments historiques, 2007, p. 27. L’auteur du rapport précise (...)

En 2007, 68 séances de crps avaient été organisées par les services régionaux, permettant d’examiner 342 dossiers de monuments historiques et 110 de zppaup (zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager), soit, par séance, une moyenne de 5 dossiers mh et 1 ou 2 zppaup4. Sur 619 nouvelles demandes, 476 ont été préalablement examinées en délégation permanente, permettant d’en rejeter 43  % et d’en proposer 52  % pour un examen en formation plénière (un petit nombre a dû faire l’objet d’un complément d’observation). Ces crps ont proposé l’inscription de l’immeuble dans 71  % des cas, l’inscription avec le classement dans 9,5  % des cas, et le classement dans 10  % des cas.

8Les commissions souffrent donc plus d’un excès de dossiers que d’une pénurie : de nombreuses demandes émanent localement de propriétaires ou de maires convaincus de la valeur exceptionnelle d’un bâtiment et qui espèrent obtenir, en le faisant protéger, soit des subventions pour sa restauration, soit, plus simplement, une distinction honorifique, la confirmation officielle de la valeur qu’ils accordent spontanément à ce bien. C’est peu dire, dans ces conditions, que les demandes de protection ne peuvent pas être toutes satisfaites à court terme : une sévère sélection s’impose. Voyons de près comment opère une commission régionale du patrimoine et des sites, maillon essentiel de la « montée en protection » dans la chaîne patrimoniale.

Une CRPS

  • 5 Sur la méthode d’observation des commissions employée ici, cf. Heinich (2009d).

9En ce jour d’avril 2005, les membres de cette commission régionale ont pris place dans la grande salle de la préfecture5. Sur chaque table figure un panonceau indiquant le nom et la qualité de la personne qui y siège. Au fond de la salle, un écran est déroulé pour pouvoir projeter les images commentées par le rapporteur – un recenseur des Monuments historiques –, à partir d’un vidéo-projecteur qu’un appariteur s’apprête à mettre en route. Voici comment se déroula l’examen du troisième des cinq dossiers examinés ce matin-là, dès que le maire eut été introduit dans la salle.

10Il s’agit d’un château de grande allure, du genre « Relais et Châteaux » (cf. photo page suivante). Le rapporteur commence son exposé, présentant un ensemble « xvie, xviie et xviiie », avec un escalier à vis du xvie ; il dresse un rapide historique des familles qui l’ont possédé, évoque l’aménagement paysager, souligne les modifications fin xixe et les adjonctions (notamment un bassin ovale) et une distribution modifiée au xixe. L’ensemble est d’un « style classique d’une très grande sobriété, très représentatif de son époque » (le xviiie). Mais c’est, conclut-il, un dossier « très limite », en raison de la modification du plan d’origine et de la transformation de la distribution. En conséquence de quoi il propose une « inscription » (à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques) limitée aux façades et toitures, à une partie du logis, et aux communs.

Un château problématique.

11Pour l’architecte en chef des Monuments historiques, l’ensemble est « plein de charme, mais sans rien d’exceptionnel » : son avis est donc défavorable. Défavorable également, l’architecte des Bâtiments de France propose quand même un « ppm » (périmètre de protection modifié). Le conservateur de l’Inventaire n’est « pas certain que le bâtiment xviie soit homogène », et déplore les modifications intérieures : il est donc, lui aussi, défavorable. De même, le conservateur régional des Monuments historiques note que l’ensemble « ne présente pas les critères d’authenticité architecturale méritant protection » : lui aussi est défavorable.

12C’est au tour du maire de la petite commune de prendre la parole ; avec son allure et sa diction un peu paysannes, il est manifestement intimidé face à cette assemblée d’experts. Il insiste sur le fait que depuis l’acquisition, de gros efforts ont été faits à l’intérieur. « Invité par les propriétaires », il a pu visiter, et constater le gros travail, remis au goût du xviiie : « Au nom de la population que je représente, mon avis est très favorable. » C’est, ajoute-t-il, « un atout de plus au niveau touristique : nous n’avons qu’un site mégalithique pas exploité, deux souterrains de l’âge de fer, et un château du xviie ». De plus, « au niveau de la commune, nous avons obtenu une troisième fleur au concours des villages fleuris : c’est dire que nous faisons de gros efforts pour la mise en valeur de notre commune ».

13Un représentant d’association lui demande si le château peut se visiter : « Durant les Journées du patrimoine, il se visitera, mais il est encore en rénovation », répond l’élu. Mieux au fait des contraintes administratives, le rapporteur précise : « Le château bénéficie d’un agrément fiscal, donc il est ouvert à la visite. » Quelqu’un fait remarquer qu’il y a beaucoup de chambres, et demande s’il est à vocation d’hôtel : « Pas pour le moment », répond le maire, qui se retire pour qu’on puisse délibérer.

14Un représentant d’association se dit « pas charmé par l’architecture, mais compte tenu de l’intérêt du maire, il serait maladroit d’émettre un avis défavorable ». Le conservateur de l’Inventaire reprend la parole pour récapituler les atouts – « une certaine qualité d’architecture Louis XVI, pour les pavillons, à condition qu’on parvienne à y accéder » – et les handicaps – « mais par rapport au dossier précédent, pas de cohérence de la distribution entre éléments xviiie, xixe, xxe » : son avis reste donc défavorable, « malgré la qualité de l’architecture », car « si l’on adopte le parti de prendre en compte un ensemble, le dossier est insuffisant ».

15On procède au vote : l’inscription est refusée par 15 voix contre, 4 pour et 1 abstention (celle du président). Le tout aura duré vingt-cinq minutes.

16Cohérence architecturale et cohérence procédurale, privilège accordé à l’authenticité intérieure (la distribution, perceptible aux seuls experts) plutôt qu’à la qualité esthétique de l’architecture extérieure (la façade, visible par tous) : l’affaire ne pose guère problème, comme en témoignent la rapidité de la délibération, l’unique abstention et la forte majorité des opposants – et ce malgré le soutien timide du représentant d’association, dont il n’est pas insignifiant de préciser ici qu’il s’agit d’une femme, sans doute sensible aux fleurs et aux règles de sociabilité, en vertu desquelles « il serait maladroit » d’aller contre « l’intérêt du maire ».

17Mais il est probable que celui-ci aura eu du mal à comprendre les justifications d’une décision faisant aussi peu de cas de l’ancienneté, de la beauté, du charme, de l’allure du bâtiment, ainsi que du goût de ses propriétaires, qui ont généreusement invité dans leurs appartements – transposons à peine – le pauvre paysan chargé de plaider la cause des nobles châtelains auprès du Souverain, dans ce monde à l’envers qu’est la démocratie où beauté, rareté, luxe et ancienneté ne sont même plus capables de créer des privilèges – fût-ce celui de l’exemption fiscale et de l’ennoblissement au titre des monuments historiques.

18Lors de cette réunion, cinq dossiers seront examinés en une matinée ; quatre bâtiments seront proposés à l’inscription, mais pas une seule demande de classement n’obtiendra un vote majoritaire. Ainsi, aucun de ces dossiers ne sera plaidé, à Paris, devant la Commission supérieure des monuments historiques afin qu’elle propose au ministre cette distinction patrimoniale suprême qu’est le classement au titre des monuments historiques.

19Pourtant chacun de ces châteaux, anciens et d’allure remarquable, correspondent parfaitement à la notion commune de « monument historique », et il y a fort à parier que leur destruction susciterait une intense émotion dans la population. C’est dire le décalage existant, en matière patrimoniale, entre les critères experts de « labellisation » administrative et la perception des profanes, beaucoup moins équipée en critères de description et d’évaluation, mais pas pour autant dénuée – loin de là – d’attachement émotionnel au patrimoine.

Notes

1 Les renseignements topographiques sont remplacés par un « x ».

2 Conseil de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement (niveau départemental).

3 Journal des arts, n° 275, 15-28 février 2008.

4 Bilan annuel de la protection des monuments historiques, 2007, p. 27. L’auteur du rapport précise que « l’accroissement du stock est globalement maîtrisé. Celui-ci comprend 3 120 demandes alors que l’an passé il était d’environ 4 200 demandes ».

5 Sur la méthode d’observation des commissions employée ici, cf. Heinich (2009d).

Table des illustrations

Légende Un château problématique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2650/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende L’invitation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2650/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 569k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search