Version classiqueVersion mobile

Serge Moscovici

 | 
Nikos Kalampalikis
, 
Denise Jodelet
, 
Michel Wieviorka
, 
et al.

– IV – Influence et minorités

Se représenter l’influence : vers un dualisme théorique ou la bilatéralité de la pensée sociale ?

Stamos Papastamou

Texte intégral

1 Le but de ce chapitre est de proposer une lecture différente des deux grands édifices théoriques que la psychologie sociale doit à Serge Moscovici, la théorie des représentations sociales (Moscovici, 1961a, 1976) et celle de l’influence minoritaire (Moscovici, 1976, 1979a). Ce travail ne veut pas répondre à des questions d’ordre purement épistémologique, ni redorer le blason des théories en question qui, nous devons l’admettre, ne font pas partie du Zeitgeist psychosociologique – et, reconnaissons-le, n’en ont jamais fait partie, en dépit de leur impact considérable sur la manière de « faire de la psychologie sociale ».

2Son but est beaucoup plus modeste et ambitieux à la fois, au sens où nous allons tenter ici une lecture pas trop conventionnelle de ces deux théories, en essayant de conjuguer ces deux interrogations épistémiques complexes et jusqu’à présent considérées comme totalement différentes l’une de l’autre. La raison ayant présidé à cette tentative réside dans notre sentiment, confus au début, de plus en plus affirmé et éclairci par la suite, que ces deux constructions théoriques – a priori bien distinctes, tant par leurs options méthodologiques que dans leur dimension anthropogéographique – seraient beaucoup moins différentes que l’on avait pris l’habitude de croire. Au point où nous pourrions ne plus considérer comme immanquablement dérisoire toute tentative de fusion de ces deux problématiques, ni illusoire tout essai d’élargissement de leur cadre théorique afin de rendre compte non seulement des particularités phénoménologiques et structurales de chacune d’elles, mais aussi de leurs affinités.

3Par souci d’économie tout d’abord, mais aussi par honnêteté intellectuelle, nous ne commencerons pas par le début, donc par la théorie des représentations sociales, mais par le milieu, par le modèle génétique d’influence, c’est-à-dire par la théorie de l’influence des minorités actives. Nous commencerons par là car, en fait, c’est cette théorie qui nous a servi de grille de relecture de la théorie des représentations sociales, elle aussi, par la même occasion, qui a guidé les quelques réflexions qui seront développées par la suite.

  • 1 D’ailleurs, nous avons soutenu récemment (Papastamou, Gardikiotis et Prodromitis, 2017a) que la thé (...)

4Or, il est bien connu que la théorie de Serge Moscovici sur l’influence des minorités actives, au milieu des années 1970, a révolutionné la manière dont les psychologues sociaux envisageaient jusqu’alors l’influence sociale et fut regardée elle-même, assez longtemps, comme étant déviante et marginale1. Il ne s’agit certes pas ici de présenter en détail les tenants et les aboutissants de la théorie en question. Pour la clarté de nos propos, il faudrait rappeler néanmoins les éléments novateurs introduits par la théorie de Moscovici dans l’approche psychosociologique des phénomènes d’influence sociale.

5Tout d’abord, il faut souligner que la réinterprétation proposée des effets expérimentaux d’Asch (1951) n’a pas le caractère instrumental que certains lui attribuèrent injustement : l’explication en termes minoritaires plutôt que majoritaires de l’effet Asch, c’est-à-dire la substitution de la définition numérique du statut de la source d’influence par une définition normative (Moscovici et Faucheux, 1972), n’est pas un simple détail technique, mais constitue au contraire la première considération novatrice majeure de la théorie de Serge Moscovici. Elle restaure en effet sur le plan théorique la possibilité de l’exercice – sur le plan sociopolitique – d’une influence minoritaire. Elle permet aussi, sur le plan méthodologique, voire épistémologique, de lever l’artificialité si souvent – et à juste titre – reprochée aux expériences de laboratoire en psychologie sociale : les participants, réhabilités dans leur statut de sujets sociaux, recouvrent les déterminismes sociétal, politique et idéologique de leurs conduites, y compris celles développées dans le cadre du laboratoire.

6La seconde innovation majeure apportée par le modèle génétique d’influence consiste dans le déplacement de l’importance accordée à la périphérie, vers le processus même d’influence. Jusqu’alors, on s’intéressait en effet aux seules caractéristiques que la source et la cible d’influence possédaient avant et après l’interaction psychosociale d’influence ; Moscovici s’intéressa à l’interaction en tant que telle, à la dynamique instaurée, ainsi qu’aux comportements actualisés tout au long de son déroulement. Rappelons ici que les styles de comportement qui, selon Moscovici, interviendraient de manière décisive dans la production d’influence sociale, notamment minoritaire, sont l’investissement, l’autonomie, l’extrémisme, la consistance, la rigidité et l’équité. Cependant, seuls les comportements consistants et rigides ont été étudiés expérimentalement de manière exhaustive.

7La troisième innovation, conséquence directe de la précédente, n’est autre que le passage d’une conception unidimensionnelle et unidirectionnelle de la relation de dépendance entre la source et la cible d’influence, à une connotation énergétique du conflit généré durant le processus d’influence : la cible n’est plus définie comme moins puissante, moins nombreuse, moins compétente, moins prestigieuse que la source, et par conséquent elle n’est pas condamnée à se soumettre toujours aux pressions de celle-ci. Au contraire, la source et la cible sont toutes les deux appelées à négocier le conflit généré par le message symbolique ou réel diffusé pendant l’interaction qui sous-tend le processus d’influence. Enfin, l’issue de ce processus serait déterminée, pour l’essentiel, par les modalités de cette négociation.

8Le fait que les phénomènes d’influence ne se confondent plus avec ceux du conformisme constitue le quatrième élément novateur de la théorie de Serge Moscovici, accompagné d’une conception des processus d’influence selon laquelle leur visée ne serait pas nécessairement l’exercice de contrôle social et le maintien du statu quo par des acteurs sociaux majoritaires, mais également l’innovation et le changement social recherchés et produits par des minorités actives. À condition, toutefois, que celles-ci revendiquent leur identité minoritaire envers et contre tous, et soutiennent leurs idées novatrices et conflictuelles par leur comportement synchroniquement et diachroniquement consistant.

9 Une cinquième innovation – et pas des moindres – de la théorie des minorités actives est la distinction qualitative entre les différentes influences exercées par les acteurs sociaux et – bien entendu – les différents processus psychosociaux engagés à cet effet. Il y aurait notamment une influence directe, manifeste et immédiate, proche de ce que l’on pourrait qualifier de complaisance : elle serait issue de la prépondérance dans le champ sociocognitif de la cible, de la comparaison sociale qui définirait, surtout, les effets de l’influence majoritaire. Il y aurait aussi une influence indirecte, latente et différée ou à retardement que l’on pourrait considérer comme une sorte de conversion de la cible aux idées de la source : elle serait produite grâce à l’activation du mécanisme de la validation cognitive du message persuasif et définirait, quant à elle, surtout les effets causés par des processus d’influence minoritaire (voir Moscovici, 1980).

10Terminons cette description sommaire du modèle génétique d’influence en insistant sur un point qui revient sans cesse dans les écrits de Moscovici à propos de l’influence sociale, à savoir sa conviction profonde concernant l’aspect interactif de la relation établie entre la source et la cible d’influence, au sens où cette dernière ne « lirait » pas seulement le comportement de la source, mais surtout l’interpréterait ! Elle dégagerait, notamment, des informations relatives à la source, ses intentions et/ou ses caractéristiques, comme d’ailleurs les raisons pour lesquelles elle se comporte – au sens large du terme – de la sorte. En d’autres termes, c’est la première fois qu’est introduite ici l’importance du rôle que pourraient éventuellement jouer les représentations sociales dans l’étude des processus d’influence sociale.

11On se rappelle que les années 1970 et 1980 furent marquées par de nombreux travaux qui essayèrent de tenir compte de cette immixtion des représentations sociales dans l’interaction sous-tendant les processus d’influence sociale (voir pour une revue Maggi, Mugny et Papastamou, 1998 ; Papastamou et Mugny, 1987). C’est ainsi que s’est dégagée l’importance du style de négociation flexible ou rigide (Mugny, 1975, 1982) du conflit sociocognitif généré par la minorité synchroniquement et diachroniquement consistante. Et le rôle catalyseur de la psychologisation (Mugny et Papastamou, 1980) a pu s’établir comme stratégie de résistance à l’influence minoritaire et stratégie de facilitation de l’influence majoritaire (Papastamou, 1986, 1988 ; Papastamou, Mugny et Pérez, 1991-1992). C’est ainsi également qu’ont été étudiés expérimentalement les effets pervers de la catégorisation sociale de la source minoritaire en tant qu’entité hors groupe (Mugny et Papastamou, 1982 ; Mugny et al., 1984 ; Pérez et Mugny, 1987 ; Volpato et al., 1990), ou encore les effets – également pervers – du déni du message minoritaire (Moscovici, Mugny et Pérez, 1984-1985 ; Mugny et Pérez, 1986 ; Pérez, Mugny et Moscovici, 1986).

12On se rappelle aussi de l’appauvrissement croissant de cette problématique dans les travaux sur l’influence les années suivantes, affaiblissement accentué au fur et à mesure que le courant épistémique de la cognition sociale dominait de plus en plus la recherche psychosociale (Petty et Krosnick, 1995 ; Trost, Maass et Kenrick, 1992). Or, cet appauvrissement de la problématique représentationnelle dans la littérature psychosociologique de l’influence va de pair avec l’appauvrissement de la dimension sociétale des recherches sur les processus d’influence (De Dreu et De Vries, 2001 ; Erb et al., 1998). Conséquence directe et à la fois exemple caractéristique de ces appauvrissements, l’absence quasi totale – ces deux dernières décennies – de la notion de groupe dans les opérationnalisations diverses du statut majoritaire et minoritaire d’influence et sa substitution par la notion de consensus (Martin et Hewstone, 2001 ; Moscovici et Personnaz, 1986, 1991 ; Personnaz, 1981), plus vague et dépourvue d’enracinement sociétal (Bohner et al., 2008 ; Erb et Bohner, 2001). La tentative actuellement dominante de fusion des questionnements épistémiques, théoriques et méthodologiques autour de l’influence d’un côté et de la persuasion de l’autre – qui jusqu’alors se développaient en parallèle – y est pour quelque chose (voir à ce propos, Martin et Hewstone, 2009 ; Papastamou, Gardikiotis et Prodromitis, 2017b).

13Nous arrivons maintenant là d’où, éventuellement, nous aurions dû commencer. À la théorie des représentations sociales. Or, que lit-on déjà, à la première page de l’ouvrage princeps de Serge Moscovici (1961) ? Que « la psychanalyse, science et vision de l’homme, a pris une place considérable dans notre vie, mais que […] son caractère scientifique, l’interprétation qu’elle donne des phénomènes psychologiques ont été contestés pour des raisons […] tant normatives qu’épistémologiques ». Nous lisons également que « le propos de ce travail est […] d’étudier les processus afférents à son enracinement dans la conscience des individus et des groupes […], à savoir l’étude de la psychanalyse en tant que représentation sociale ». Autrement dit, de la plume de Moscovici lui-même, nous apprenons que son travail colossal – et toujours original – de l’étude des représentations sociales de la psychanalyse serait, en définitive, l’étude de l’influence d’une discipline scientifique dont la validité a été déniée… Autant dire que l’étude des représentations sociales de la psychanalyse constituerait l’étude d’un processus d’influence minoritaire concret !

14En expliquant un peu plus loin le pourquoi et le comment des objectifs de son travail, Moscovici précise quels sont les deux problèmes qu’il est appelé à résoudre : le premier concerne les modalités de propagation et de pénétration des théories scientifiques dans une société donnée, alors que le second est de savoir comment une théorie scientifique est convertie en système d’opinions d’un groupe défini, questionnement justifié d’ailleurs par la conviction de Moscovici selon laquelle « les théories, devenues matière d’opinion, sous-tendent partiellement l’ordination des aspects subjectifs de la réalité sociale. Dès lors, la théorie qui s’est muée en représentation sociale devient un centre autour duquel se structurent des informations, des affects et des activités susceptibles de modeler le visage du réel » (1961b : 2). Les choses se précisent davantage lorsque Moscovici esquisse les orientations méthodologiques et techniques de son travail. Il explique en effet que dans la première partie de sa recherche qui consistait à l’interrogation de populations bien distinctes, il est parti de l’hypothèse que chaque groupe a un univers d’opinions particulier et a construit, donc, des questionnaires distincts, tout en gardant une partie commune. Retenons que les populations interrogées, outre la population représentative, étaient les « classes moyennes », la population libérale, la population ouvrière, la population étudiante, la population des élèves des écoles techniques. Le moins qu’on puisse dire ici est donc que cette diversification de la population interrogée reflète le souci du chercheur de diversifier la cible de l’influence, en fonction de critères socio-économiques. Cette diversification de la population renvoie pour ainsi dire à l’hypothèse de leur réceptivité différente du message d’influence, captée au travers de l’enracinement hypothétiquement diversifié de la psychanalyse dans la conscience des gens. Nous savons tous que les résultats de l’enquête justifièrent pleinement ce choix.

15Mais ce n’est pas tout. Dans la présentation des choix méthodologiques de la deuxième partie de son travail qui concerne l’analyse de contenu de la presse, Moscovici explicite davantage son orientation épistémologique. Il explique en premier lieu que « l’on ne saurait confondre l’opinion publique et l’opinion des organes de presse, mais [que] dans la mesure où entre ceux-ci et le public il y a des rapports d’interaction et d’expression, il était intéressant de les inclure parmi les objectifs de [son] travail » (ibid. : 20-21). Serait-ce abusif de conclure ici que Moscovici assigne à la presse le statut de la source d’influence, et à l’opinion publique (telle qu’elle est captée dans la première partie de son travail) le statut de la cible ? Nous ne le pensons pas. D’autant moins qu’il applique aux coupures étudiées de la presse un clivage idéologique en fonction de leur adhésion doctrinale (presse catholique, de droite, du parti communiste). Le dépècement de la cible d’influence est donc suivi ici par le dépècement de la source…

16L’inscription implicite par Serge Moscovici de son étude des représentations de la psychanalyse dans le cadre plus « enveloppant » de l’influence devient plus transparente, nous semble-t-il, quand il affirme que « l’analyse de contenu […] a permis d’examiner un deuxième aspect de la psychanalyse en tant qu’objet de représentation sociale : celui de modèle de communication et d’expression dans la presse » (ibid. : 22). Il s’agit bel et bien ici d’une étude du mode (voire des processus) d’influence sociale et, cela, une quinzaine d’années avant l’élaboration de la théorie « officielle » d’influence. Il est vrai que la seconde est fondée sur des données expérimentales récoltées, entre autres, au laboratoire, alors que la première repose sur des résultats issus de l’analyse de contenu de coupures de presse à propos d’un cas concret : la psychanalyse.

17Cependant, la mise en évidence des trois modes de communication, la diffusion, la propagation et la propagande, montre qu’en fin de compte cette méthode n’a rien à envier à l’expérimentation. Rappelons également à ce propos que Moscovici, dans son ouvrage, consacre à l’influence tout un chapitre qu’il intitule « Influence de la psychanalyse : usages et options ». Il y expose toute une série de résultats tirés des réponses données par les diverses populations interrogées à différentes questions de son questionnaire. Trois remarques s’imposent ici. La première a trait à l’observation suivant laquelle l’influence enregistrée aux questions demandant directement le jugement des répondants quant à l’influence exercée par la psychanalyse (sur la personnalité) est tributaire du niveau socio-éducatif des participants, mais aussi de l’image que ceux-ci se forgent du psychanalyste. Il s’est avéré, notamment, qu’au fur et à mesure que l’on passe des populations « non intellectuelles » à des populations « intellectuelles », les réponses négatives augmentent et, ensuite, que l’impact de l’influence de la psychanalyse sur la personnalité est jugé bénéfique par ceux qui ont une image positive du psychanalyste, maléfique par ceux dont l’image du psychanalyste est négative.

18La seconde remarque, beaucoup plus importante que la précédente, on s’en doute bien, se réfère à la distinction opérée ici entre influence directe et influence indirecte. L’influence directe, on vient de le voir, est rattachée à l’expression des opinions des sujets à propos de l’efficacité de la psychanalyse. Quant à l’influence indirecte, elle est captée (sur le plan représentationnel) au niveau du comportement présumé des répondants, en tant qu’usagers potentiels de la thérapie psychanalytique. Ce qui à notre sens est intéressant ici est le déterminisme différencié de ces deux modalités d’influence : alors que l’influence directe serait fonction, comme on vient de le faire remarquer, de paramètres de nature sociologique, l’influence indirecte, quant à elle, dépendrait plutôt de facteurs de nature que Moscovici qualifie de psychologique (tels que l’âge, le genre, l’attitude envers la psychanalyse, etc.).

19La troisième remarque concerne un questionnement à notre avis nodal car il renvoie « aux liens entretenus entre l’image que l’individu se fait de l’orientation de son milieu par rapport à la psychanalyse, et sa propre orientation » (Moscovici, 1961b : 134). En effet, il semblerait que « le fait de connaître ou non des personnes psychanalysées ou l’absence de cette connaissance n’incite pas les personnes interrogées à être plus ou moins ouvertes à l’idée d’une psychanalyse » (ibid.).

20Cet effet, ou plutôt cette absence d’effet, nous projette de la fin des années 1950 (époque pendant laquelle Moscovici conduisait ses recherches sur la représentation sociale de la psychanalyse) à nos jours, où les spécialistes de la persuasion s’occupent de l’hypothèse de la troisième personne… Or, la conclusion à laquelle est arrivé Moscovici à ce propos est extrêmement intéressante : « Opter pour ou contre la thérapeutique psychanalytique est donc davantage fonction de la situation de chacun, de l’attitude envers la théorie ou de la représentation de son action, que de l’image de la réaction du milieu social » (ibid.). Elle suggère, en effet, que la représentation de la réaction du milieu social (ce qui aujourd’hui correspondrait à l’hypothèse de la troisième personne) ne semble pas rendre compte de la dynamique de l’influence indirecte telle que celle-ci est saisie sur le plan du comportement présumé de la cible d’influence. En clair, cela voudrait dire que plus d’un demi-siècle après son élaboration, la théorie des représentations sociales donne des réponses à des questions posées actuellement par les spécialistes de la persuasion et du changement d’attitudes, auxquelles eux-mêmes n’ont pas encore pu ou su répondre…

21La relecture de l’ouvrage de Moscovici produit cependant bien d’autres anachronismes inversés comme celui que nous venons de signaler. Prenons par exemple la très belle analyse qu’il fait des opinions – en tant que notion et concept – et puis la distinction euristique qu’il opère entre celles-ci et les attitudes. Moscovici définit en effet les opinions comme étant « d’une part, une formule, socialement valorisée, à laquelle un sujet donne son adhésion, et d’autre part, une prise de position sur un problème controversé dans la société » (ibid. : 262). Déplorant le peu d’intérêt témoigné jusqu’alors par les psychologues sociaux au caractère de moyen d’expression et de communication de l’opinion, il en propose ensuite une nouvelle classification pour les cas où il n’y aurait pas de norme institutionnalisée permettant de les distinguer en typiques (communes à un groupe social et qui s’accordent à la règle institutionnalisée) et atypiques (quand elles s’en écartent). De cette classification émerge clairement, à mon avis, la préoccupation constante de Moscovici de procéder à une étude psychosociologique systématique des modes de communication, voire des processus d’influence sociale. Il distingue en effet trois formes d’opinion, chacune renvoyant à des contextes d’influence sociale bien précis : l’opinion commune à un groupe si une des alternatives proposées requiert l’approbation d’une large majorité (ibid. : 263) ; l’opinion diffuse si toutes les réponses ont globalement les mêmes fréquences et qu’aucune structure ne se dessine d’une façon particulière (ibid. : 264), et l’opinion polarisée lorsque dans un groupe deux opinions constituent des points de convergence pour les membres, convergence spécifique qui peut entraîner une subdivision du groupe (ibid.). Ou, osons les mots, l’émergence d’un point de vue minoritaire…

22On voit ici que Serge Moscovici garde déjà ses distances avec la vision prônée par ce qu’il baptisera, une dizaine d’années plus tard, modèle fonctionnaliste d’influence : il conteste en effet, d’une part, le caractère téléologique de l’existence d’une norme institutionnalisée conditionnant l’expression de réponses unanimes, et explore, d’autre part, les conditions permettant le dégagement de réponses alternatives ! Encore plus intéressante pour notre propos est la distinction opérée par Moscovici entre opinions et attitudes, et cela pour des raisons diverses : 1) d’abord parce qu’il stipule que les opinions sont des réponses simples et manifestes (ouvertes) tandis que les attitudes sont des réponses organisées (complexes) et latentes (couvertes) (ibid. : 265). Tout commentaire nous paraît ici superflu : la distinction entre influences directe et indirecte et la correspondance de ce clivage avec sa théorie de la conversion vingt ans plus tard (Moscovici, 1980) sautent, nous semble-t-il, aux yeux. 2) Mais cette distinction est hautement importante pour une autre raison, dans la mesure où Moscovici insiste sur l’aspect régulateur de la conduite qui caractériserait l’attitude dont le concept expliquerait les phénomènes suivants (ibid. : 265-266) : a) le caractère organisé des éléments qui contribuent à l’élaboration d’une conduite, c’est-à-dire leur cohérence et leur consistance ; b) l’invariance d’une partie de la conduite qui peut paraître dans son ensemble variable ; c) les changements de nature énergétique (affects, motivations, accumulations de stimulations, etc.) ; d) l’existence d’une orientation dans l’élaboration de la conduite (clôture d’une activité commencée, intention, ou attente). Or, pour Moscovici, la représentation sociale constitue un univers d’opinions (ibid. : 283). L’attitude est une des dimensions de cet univers, les deux autres étant l’information (qui renvoie à l’organisation des connaissances d’un groupe à propos de l’objet de la représentation, ici la psychanalyse) et le champ de représentation qui, lui, renvoie à l’idée d’image, de modèle social, au contenu concret et limité des estimations portant sur un objet précis de la représentation (ibid.).

23Passons maintenant au cœur même du questionnement théorique de Serge Moscovici, questionnement qui a trait à la dynamique qui caractérise les représentations sociales et qui n’est rien d’autre que la question apparemment très simple : comment une théorie se transforme-t-elle en représentation sociale ? Or, la grande trouvaille de l’étude des représentations sociales de la psychanalyse est bien connue : durant le passage de la théorie de la psychanalyse à sa représentation, la notion et le rôle de la libido ont été complètement occultés. Ainsi, « une telle mise entre parenthèses du principe essentiel enlève à la théorie son caractère de structure unitaire. Le heurt entre la psychanalyse et les valeurs ou règles de notre société », écrit Moscovici, « a eu justement pour objet et comme résultat l’exclusion ou la diminution du rôle de la libido ou de la sexualité dans la représentation de “l’appareil psychique” préconisé par la psychanalyse. De ce fait, au cours de la pénétration sociale des théories psychanalytiques, des interprétations et des notions très nombreuses ont été et sont encore admises, le principe essentiel lui-même étant voilé ou nié » (ibid. : 296). Cette perte du caractère explicatif et de la structure unitaire de la théorie, et la transformation de celle-ci en un ensemble de relations ayant une autonomie et une extension variables, est, pour Moscovici, la condition première de la constitution d’une représentation sociale. Moins connu, peut-être, ou, plutôt, rarement observé par les commentateurs de son œuvre – à notre connaissance du moins –, est le fait que ce processus formateur de la représentation sociale constitue une sorte de « dé-conflictualisation » du message minoritaire…

24Dorénavant, tout laisse supposer que nous assistons ici à la mise en place d’une véritable stratégie de résistance à l’influence minoritaire, au sens large du terme, bien entendu. Une stratégie, soit dit en passant, qui n’a pas encore été étudiée (expérimentalement ou non) par les spécialistes de l’influence sociale ni par ceux des changements d’attitude et de persuasion. Notons également que cette même stratégie ou, en tout cas, ce processus transformatif illustre parfaitement l’impasse à laquelle sont arrivés les travaux sur l’influence minoritaire et qui concerne l’ambivalence notoire de la particularité majeure des minorités actives. Nous nous référons à leur capacité d’obtenir surtout de l’influence cognitivement indirecte, socialement latente et à retardement, influence qui, dans le meilleur des cas, aboutit au phénomène de la conversion, dans le pire, au phénomène de la récupération. Le mouvement écologique au niveau planétaire en est un exemple caractéristique : extrêmement conflictuel, profondément novateur et massivement marginalisé à ses débuts dans les années soixante, le discours de l’écologie politique a assez vite su ou pu changer la manière de penser l’environnement ; au point où, actuellement, il n’y a pas de parti politique dans le monde entier, de l’extrême gauche à l’extrême droite, qui n’ait pas de programme en matière d’environnement. Entre-temps, le mouvement écologique mondial a perdu la paternité (ou la maternité) de ses idées et, par la même occasion, la plus grande partie de son percutant de naguère… Au quasi-terme de ce périple, il faut absolument dire deux mots des aspects cognitifs des représentations sociales et notamment des trois facteurs qui, d’après Moscovici, définissent la situation sociale où l’on est amené à penser, à se représenter la psychanalyse et qui, comme nous allons le voir, tissent déjà la trame d’un processus d’influence.

25Il s’agit, en premier lieu, du « décalage entre l’information effectivement présente et celle qui serait nécessaire pour cerner l’ensemble des éléments dont dépend la chaîne des raisonnements » (ibid. : 360), décalage qui d’après Moscovici serait constitutif de la représentation. Dans la mesure où dans certains cas (comme celui de la psychanalyse) l’incertitude quant aux jugements émis est généralisée, « les hommes sont armés de la même manière en vue de la communication, de l’émission d’une opinion ». D’où l’hypothèse – vérifiée par les données – que « le style de la réflexion serait le même, quels que soient le groupe social ou le degré de culture de l’interlocuteur » (ibid. : 361).

26Il s’agit, en second lieu, de « la pression à l’inférence » qui, soit comme recherche de consensus, soit comme préparation réactionnelle, infléchit la nature du jugement. En pratique, cela veut dire que dans la vie de tous les jours les individus, en tant que membres de groupes multiples, sont appelés à tout instant à communiquer, à porter des jugements, à agir. « Cette pression », d’après Moscovici, « accélère le processus de passage du constat à l’inférence » (ibid.). De ce fait, « la participation à la même collectivité oblige ses membres à rechercher une communauté d’opinions, à uniformiser celles-ci, à la fois pour pouvoir les échanger et leur assurer une certaine validité » (ibid.). « D’où la nécessité de compromis », remarque Moscovici, « d’adhésion et de recours à des formules généralement acceptées » (ibid. : 362).

27Le troisième facteur est la focalisation sélective des sujets autour d’intérêts qui leur sont propres. Précisément, cela veut dire que le but du sujet social – en tant que membre d’un groupe ou d’une collectivité – n’est pas de comprendre la théorie (ou tout autre corpus faisant l’objet de la représentation sociale) « mais de découper, de mettre en relief des perspectives qui sont conformes à ses préoccupations » (ibid. : 362). Il s’agit, autrement dit, d’un processus qui rappelle étrangement celui de l’adaptation décrit par Jean Piaget dans un tout autre contexte, notamment la dialectique cognitive établie entre l’assimilation et l’accommodation.

28Or, les conséquences de ces trois dimensions de la réalité sociale (c’est-à-dire le décalage des informations, la pression à l’inférence et la focalisation des groupes et des individus, par rapport à un centre d’intérêt) influent sur la manière de penser du sujet social, notamment sur le système cognitif mobilisé. Aussi, Moscovici a pu dégager quatre styles de raisonnement : le formalisme spontané, le raisonnement par indices, le raisonnement d’accentuation et le raisonnement par énumération. Est-il nécessaire de signaler que ces styles gagneraient à être étudiés expérimentalement, dans le cadre de l’étude des processus d’influence minoritaire en tant que processus cognitifs engagés par la cible du message persuasif ? Pas vraiment.

29Il ne faudrait pas insister non plus sur la nécessité évidente de faire la même chose pour les différentes modalités des principes cognitifs, décrits par Moscovici, et qui sous-tendent la transformation de la théorie psychanalytique en représentation sociale. Cette fois, cependant, je crois qu’il faudrait les étudier expérimentalement, mais en tant que rhétoriques, voire en tant que stratégies d’influence, développées par les émetteurs du message persuasif et non plus par ses récepteurs…

30Nous nous référons au principe de l’analogie (de nature plus sémantique que formelle et qui se situe au centre de l’activité cognitive et linguistique), lequel procède d’abord à la généralisation d’une réponse ancienne à une réponse nouvelle par la modification de leur contenu (ibid. : 381) ; il procède ensuite à « l’économie d’information exigée d’une part par la pression de transmettre une opinion, et de l’autre par la variation de la capacité de la recevoir » (p. 383). Comme Serge Moscovici l’explique très bien (p. 384), « le raisonnement analogique atteint ainsi deux objectifs : […] intégrer dans un ensemble plus grand des éléments autonomes, l’autre est de maîtriser, en imposant un modèle, le développement de l’image d’un fait ou d’un concept inédit qui rentre dans l’horizon du groupe ou de l’individu ». Encore une fois nous avons ici un bel exemple d’exercice d’un contrôle sociocognitif qui « dé-conflictualise » l’innovation et en récupère le contenu.

31Nous pensons aussi à l’autre principe d’organisation des jugements, le principe de compensation qui, lui, « désigne les cheminements divers de leurs agencements » (pour emprunter les mots de Moscovici, p. 386) « et de leur cohérence interne ». Ici aussi, on ne peut pas ne pas le signaler, réapparaît la notion de la consistance dont nous connaissons tous le rôle important qui lui a été accordé bien des années plus tard par la théorie de l’influence des minorités actives. Mais ce qui est particulièrement intéressant ici est que la notion – voire le concept – de la consistance (sous sa forme de cohérence interne) est désignée comme le résultat du processus sociocognitif de compensation, basé sur le principe de la non-contradiction, normativement déterminé. Or, celui-ci est activé, nous dit Moscovici, par le truchement du caractère dramatique et immédiat des représentations sociales : « La suite des propositions destinées à exprimer le contenu d’une représentation sociale », nous explique-t-il, « tend toujours vers un état stable et achevé où la cohérence est atteinte » (p. 386). Cette stabilité cependant est précaire, alors que l’équilibre instable constitue la règle, ce qui fait que le respect de la non-contradiction aurait pour base fondamentale la nécessité d’une entente sociale. En d’autres termes, une quinzaine d’années avant sa théorie de l’influence minoritaire, Moscovici nous explique que le consensus collectif constituerait une condition de la pensée cohérente, ou, plutôt, une condition œuvrant dans le sens de l’unification des jugements sociaux… Ce qui – faut-il le souligner ? – renvoie implicitement au rôle déterminant joué par la consistance dans les phénomènes de l’influence sociale.

32Οn pourrait continuer longuement dans la même veine et nous référer, par exemple, aux réflexions de Moscovici sur la communication sociale où, entre autres, nous trouvons à l’état embryonnaire les principes organisateurs des niveaux d’analyse de Doise (1982). Nous nous contenterons de signaler que notre but était d’esquisser ici quelques directions de réflexion qui pourraient contribuer, éventuellement, à lever le cloisonnement hermétique que Serge Moscovici lui-même avait érigé entre ses deux grandes théories. Et de suggérer par la même occasion que le voisinage conceptuel de ces deux théories ne témoigne pas seulement de la consistance diachronique de la pensée de son auteur, mais aussi qu’il pourrait se révéler, tôt ou tard, le garant de la pérennité de sa contribution immense à la psychologie sociale. En ouvrant, notamment, de nouvelles pistes de recherche.

Notes

1 D’ailleurs, nous avons soutenu récemment (Papastamou, Gardikiotis et Prodromitis, 2017a) que la théorie de Moscovici sur l’influence minoritaire gagnerait à être considérée comme étant elle-même un cas prototypique d’influence minoritaire en milieu scientifique…

Auteur

(université Panteion, Grèce)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search