Version classiqueVersion mobile

La fabrique du patrimoine

 | 
Nathalie Heinich

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 « Décor et commerce dans les boutiques de Paris », rapport d’enquête, ministère de la Culture, dir (...)
  • 2 L’Inventaire et ses critères, rapport de recherche pour le ministère de la Culture, lahic, 2006 (n (...)

1Ce livre est principalement issu de deux enquêtes : l’une, menée en 1984 à la demande de la mission du Patrimoine ethnologique du ministère de la Culture, sur les boutiques à décor ancien de Paris, qui venaient d’être inscrites à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques1 ; l’autre, menée en 2004-2005 à la demande du service chargé de l’Inventaire du patrimoine (sous-direction de la Documentation, des Études et de l’Inventaire), sur les critères de choix utilisés par les chercheurs de l’Inventaire2. Dans le premier cas, il s’agissait d’analyser le rapport profane à la patrimonialisation, dans le contexte le moins favorable qui soit (petits commerçants, clients interrogés dans leur relation quotidienne à un lieu destiné avant tout à l’échange marchand). Le second relève du cas de figure diamétralement opposé : des experts mandatés par l’administration pour instituer bâtiments et objets dans un cadre défini d’emblée comme patrimonial.

2Ce grand écart ne pouvait qu’exacerber la conscience de la variabilité et, partant, de la relativité des évaluations voire, en amont, des perceptions, qui permettent de faire exister la qualification d’objet de patrimoine – qualification d’ailleurs assez récente sur le plan historique. La tentation aurait été grande de se satisfaire de ce constat paradoxal, en se contentant de « démontrer » le caractère « socialement construit » d’un objet perçu par le sens commun comme intrinsèquement doté d’une valeur intemporelle et universelle. Mais j’ai préféré me demander ce qui, au-delà des différences d’une époque à une autre, d’un milieu à un autre, d’un contexte à un autre, demeure commun dans les façons de regarder le patrimoine – et plus précisément le patrimoine in situ, à l’exclusion du patrimoine de collection (musées, archives…). J’ai été aidée en cela par quelques détours, qui m’ont ramenée au patrimoine, à travers l’étude de l’Inventaire, par d’autres chemins que ceux qui m’y avaient introduite à travers le cas des boutiques.

3Premièrement, le détour par la question de la perception esthétique, grâce à cet autre objet-frontière qu’est l’art contemporain, m’a incitée à interroger les opérations par lesquelles un objet se voit proposé, refusé et finalement accepté au titre d’œuvre d’art (Heinich 1998a, 1998b).

4Deuxièmement, le détour par la sociologie des valeurs, opéré à partir du travail de Luc Boltanski et Laurent Thévenot sur les opérations de justification, a orienté ma problématique vers le système des valeurs sous-jacentes aux évaluations (Boltanski & Thévenot 1991) : l’usage qui sera fait de leur modélisation en attestera l’importance pour cette recherche, qui a également bénéficié de l’approche originale proposée par Michèle Lamont (Lamont & Thévenot 2000).

  • 3 C’était déjà l’expression utilisée par Sabine Rozier dans son article « La fabrique du patrimoine  (...)

5Troisièmement, le détour par les méthodes de la sociologie pragmatique me permettra, mieux que je n’avais su le faire à propos des décors de boutiques, de mettre à profit l’approche ethnographique dans le terrain de l’Inventaire ; à cet égard, le travail de Bruno Latour sur le Conseil d’État (Latour 2002) a été une source d’inspiration permanente, dont témoigne ne serait-ce que le titre de ce livre, volontairement calqué sur le sien – ce que l’auteur voudra bien, je l’espère, considérer comme un hommage3.

  • 4 Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture.

6Un quatrième détour s’est présenté avec la problématique de l’« artification » – l’ensemble des processus par lesquels une activité en vient à être qualifiée d’artistique, un produit d’œuvre d’art, une personne d’artiste – qui fait l’objet, depuis plusieurs années, d’un séminaire codirigé avec Roberta Shapiro dans le cadre du lahic4 (Heinich & Shapiro 2009).

7Enfin, le cinquième détour a été l’épineuse question de la normativité : abordée à travers les différentes sciences sociales et humaines dans un séminaire codirigé de 2005 à 2007 avec Esteban Buch et Jean-Marie Schaeffer dans le cadre du cral (Centre de recherches sur les arts et le langage), à l’École des hautes études en sciences sociales, cette question m’a permis de porter mon attention sur le statut des jugements de valeur dans le contexte scientifique du travail de l’Inventaire, et sur les moments de basculement entre description et évaluation.

  • 5 Les lecteurs intéressés par de plus amples développements pourront consulter : sur l’histoire et l (...)

8Plusieurs articles ou communications à des colloques, tirés de ces deux enquêtes, ont servi de bancs d’essai pour différents aspects de ce livre, qui n’en retient souvent que l’essentiel5. Outre les responsables de ces revues et les organisateurs de ces colloques, je remercie les collègues qui, en m’invitant à exposer mes recherches dans leurs séminaires, m’ont permis d’affiner le travail au contact de leurs suggestions ou de leurs objections : Hervé Glevarec (séminaire du clerse à l’université de Lille) ; Béatrice Fraenkel (séminaire du groupe Anthropologie de l’écriture à l’ehess) qui, en orientant mon regard sur la question de l’inscription, et en re-situant la question du pragmatisme dans ses origines linguistiques, m’a aidée à construire une observation plus dynamique des procédures complexes utilisées par les chercheurs de l’Inventaire ; Daniel Fabre enfin qui, en constituant son laboratoire, le lahic, à partir d’un cas emblématique d’« émotion patrimoniale », et en organisant durant plusieurs années un séminaire sur ce thème, m’a incitée à renouer la chaîne entre expertise savante et rapport profane au patrimoine.

9Mes remerciements vont également, bien sûr, à ceux qui m’ont permis de réaliser les deux enquêtes susmentionnées : tout d’abord, Isac Chiva à la mission du Patrimoine ethnologique, ainsi que Denis Chevallier, qui en a suivi la réalisation. Vingt ans plus tard, Michel Melot, alors sous-directeur de la Documentation, des Études et de l’Inventaire, n’a pas seulement eu l’idée de cette seconde enquête (menée, tout à fait par hasard, à la date anniversaire de la création du service, et juste avant que n’intervienne sa décentralisation), mais l’a aussi constamment fait profiter de son intelligence, au double sens d’acuité et de complicité intellectuelles. Sa réalisation a largement bénéficié du soutien d’Isabelle Balsamo et d’Hélène Verdier, qui m’ont aidée à définir la stratégie d’enquête et à m’orienter dans les arcanes du service, tandis que Judith Kagan, Pascal Liévaux et Bernard Toulier ont contribué à améliorer une version antérieure du présent ouvrage. Je tiens également à remercier tous ceux – conservateurs, inspecteurs, organisateurs de stages – qui m’ont reçue ou qui ont accepté ma présence lors de réunionsou sur le terrain. Par souci de ne pas personnaliser une étude qui avait pour objet non des individus mais des modes de fonctionnement, je ne peux que remercier collectivement la douzaine de chercheurs qui ont subi patiemment mes incessantes et lassantes questions : quoique anonyme, ce remerciement n’en est pas moins sincère, car cette recherche n’aurait pu exister sans eux (c’est ce même souci d’anonymat qui motive l’utilisation du masculin/neutre pour désigner tous les « chercheurs », « enquêteurs », « chargés d’études », « conservateurs », alors même que la majorité d’entre eux sont des femmes).

10Il me reste à remercier pour finir les collègues au contact de qui j’ai pu découvrir, enrichir ou discuter tel ou tel aspect de ce travail. Au sein du cral, je suis infiniment redevable, concernant la définition du jugement esthétique, aux travaux théoriques de Gérard Genette et de Jean-Marie Schaeffer, ainsi qu’aux nombreux échanges que j’ai eus avec ce dernier, notamment sur le statut de la normativité. Au sein du lahic, Daniel Fabre a été un constant exemple de curiosité intellectuelle et de sens de la synthèse entre de multiples objets et disciplines (en particulier à travers les journées d’études sur les « émotions patrimoniales » et sur les « transferts de sacralité ») ; j’y ai bénéficié également des discussions avec mes collègues du groupe « artification », notamment Roberta Shapiro et Michel Melot, ainsi que des apports de Dominique Poulot à l’histoire du patrimoine, de Jean-Louis Tornatore à la question du patrimoine industriel, et de Chiara Bortolotto à la notion de patrimoine immatériel. Au sein du gspm (Groupe de sociologie politique et morale), j’ai déjà mentionné l’importance du travail théorique effectué par Luc Boltanski et Laurent Thévenot, auquel se sont ajoutés les dispositifs d’observation du travail d’expertise expérimentés par Francis Chateauraynaud et par Nicolas Dodier, ainsi que les contributions pénétrantes de Danny Trom sur la cause du paysage. Enfin, mes collègues du csi (Centre de sociologie de l’innovation) de l’École des mines, et en particulier Antoine Hennion, ont été une source constante de réflexion grâce aux multiples désaccords qui nous permettent, malgré tout, de dialoguer parfois…

11Qu’il me soit permis pour finir de rappeler que la recherche empirique a un coût, et la liberté intellectuelle une condition : c’est dire que sans le ministère de la Culture, les deux enquêtes qui sont à la source de ce livre n’auraient pu être financées ; sans l’ehess, les équipes auxquelles j’appartiens ou ai appartenu ne m’auraient pas offert le soutien à la fois logistique et intellectuel dont tout chercheur a besoin ; et sans le cnrs, je n’aurais pu consacrer l’essentiel de mon temps à la recherche de terrain, à la documentation, à la réflexion et, finalement, aux publications, sans lesquelles ce livre n’existerait pas.

Notes

1 « Décor et commerce dans les boutiques de Paris », rapport d’enquête, ministère de la Culture, direction du Patrimoine, mission du Patrimoine ethnologique, association adresse, 1985 (non publié).

2 L’Inventaire et ses critères, rapport de recherche pour le ministère de la Culture, lahic, 2006 (non publié).

3 C’était déjà l’expression utilisée par Sabine Rozier dans son article « La fabrique du patrimoine : interprétations et usages de la citadelle de Blaye » (Rozier 1996).

4 Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture.

5 Les lecteurs intéressés par de plus amples développements pourront consulter : sur l’histoire et la définition des monuments historiques, Heinich (2008b [1986]); sur la notion de patrimoine culturel immatériel, Heinich (2008a) ; sur les différents types d’énoncés à propos du patrimoine et les principes de méthode d’enquête, Heinich (2008c) ; sur les commissions de protection du patrimoine, Heinich 2009b ; sur la patrimonialisation des décors de boutiques, Heinich (1984) ; sur les procédures de repérage et de sélection de l’Inventaire, Heinich (2009c) ; sur le statut du goût dans les jugements de valeur, Heinich (2007b) ; sur la définition de l’authenticité, Heinich à paraître (a) ; sur les opérations cognitives présidant aux principaux critères de l’Inventaire, Heinich à paraître (b) ; sur les problèmes posés par l’inventaire du mobilier religieux, Heinich (2009a) ; sur la double définition, esthète et scientifique, du critère de beauté, Heinich (2006b) ; sur la relation entre patrimoine et art, Heinich (2009e).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search