Version classiqueVersion mobile

Serge Moscovici

 | 
Nikos Kalampalikis
, 
Denise Jodelet
, 
Michel Wieviorka
, 
et al.

– III – La psychologie sociale

Serge Moscovici et le Bulletin de psychologie. Une amitié cordiale et attentionnée de plus de soixante-cinq ans

Jean-Pierre Pétard

Texte intégral

1 Les premiers échanges que j’ai eus avec Moscovici datent de janvier 1997, au cimetière du Père-Lachaise, lors des obsèques de Dimitri Voutsinas, directeur de publication du Bulletin de psychologie depuis 1954. Serge Moscovici et moi nous connaissions de loin. Il me dit alors toute l’estime qu’il avait pour Dimitri Voutsinas, « un moine, un artisan » qui faisait le Bulletin « dans un placard à balais ». Ceux des lecteurs qui sont allés au 5e étage de l’escalier B, auquel on accédait par la cour d’honneur de la Sorbonne, reconnaîtront la justesse de la formule. « Je lui avais proposé de chercher un local plus grand. Il avait refusé. Il craignait. » Et il ajouta, avec un sourire : « Vous savez, c’est normal, il est comme moi, un métèque. »

2Ayant été élu pour prendre la suite de Voutsinas, j’ai proposé à Moscovici que nous nous rencontrions, à l’occasion d’un déjeuner. Il accepta d’emblée. Puis je l’invitai à participer à notre assemblée générale annuelle. Dimitri Voutsinas, que je fréquentais depuis 1960, était un homme peu loquace et réticent à répondre à des questions. Je l’ai entendu parler de Moscovici seulement cinq ou six fois. Bien sûr, au sujet de la proposition faite à Voutsinas de changer de local, ou pour me dire que Moscovici avait une signature sur un compte bancaire du Bulletin, ou encore à propos d’une remarque sur le papier qu’utilisait notre imprimeur.

  • 1 Cet entretien eut lieu en 2003. Une partie en fut publiée, à l’invitation du Journal des psychologu (...)

3 Ces rares indications m’incitèrent à éplucher les archives du Bulletin. En vain. Aucune trace de lettre de Moscovici ou à Moscovici. Le plus simple était donc de demander à Moscovici de me raconter un peu tout cela et, notamment, comment il avait rencontré le Bulletin. Ce à quoi il consentit bien volontiers1. Son attachement au Bulletin prend racine dès 1948-1949. Il faut ouvrir ici une parenthèse pour rappeler que la licence de psychologie est créée en 1947. Beaucoup de ceux qui s’y inscrivent doivent travailler pour vivre, c’est le cas de Moscovici, ou bien sont engagés professionnellement, nantis d’un diplôme de l’Institut de psychologie, mais souhaitent obtenir le grade universitaire de licence.

  • 2 À l’occasion de la publication du 500e numéro du Bulletin, le témoignage de plusieurs des « fondate (...)

4C’est, en partie, pour faire face à la situation de ces étudiants ne pouvant être assidus aux cours, que quelques-uns fondent, dès 1947, le Groupe d’études de psychologie de l’université de Paris (GEPUP)2. Citons notamment Gérard Milhaud, Gaston Mialaret, André Kirschen, Anne Ancelin, Maurice Reuchlin… Ils invitent des conférenciers, organisent des stages, constituent une bibliothèque de prêt avec une salle de travail, escalier B, 5e étage, et font imprimer le premier fascicule du Bulletin, daté du 28 janvier 1948. Lors des premières années, la plus grande partie des livraisons est consacrée aux comptes rendus de cours, de conférences. En outre, nombre d’informations pratiques tiennent les lecteurs informés des stages, des débats sur les professions, du statut des étudiants, etc. Les enseignants d’alors apprécient et soutiennent, par leur participation personnelle, les activités du GEPUP.

5« En rentrant chez moi, dit Moscovici, après une journée de travail qui n’avait rien d’universitaire, je trouvais sur ma table le Bulletin et aussi des notes de cours qui m’étaient prêtées par des étudiants assidus, comme le temps me manquait pour y assister. Ce sont des généreux et des généreuses qui nous ont ainsi permis, à quelques-uns, de nous présenter aux examens et de terminer nos études. »

6Pour lui, le GEPUP était une niche et, avec le Bulletin, la marque de la présence de la psychologie à la Sorbonne. Participe-t-il aux activités du GEPUP ? « Non, dit-il, à la différence de Flament ou Faucheux qui étaient très activistes, moi je ne l’étais pas. »

Fig. 1. Bulletin de psychologie, couverture du numéro spécial du 5 mai 1953.

Fig. 2. Bulletin de psychologie, couverture du numéro spécial du 30 avril 1955.

7Néanmoins, travaillant à sa thèse, il s’assure l’aide de quelques étudiants, et est sensible à la curiosité qu’ils manifestent à l’égard de la recherche. Or, dans le Bulletin, il n’y a pas d’articles de recherche. Il lance alors le projet d’un numéro spécial sur la psychologie sociale.

8Ce qui caractérise ce numéro, publié en 1953 (fig. 1), ce sont les thèmes de structure, de communication, liés à des problématiques issues de la psychanalyse, de la pédagogie, de la psychologie sociale, de la clinique psychiatrique. C’est, selon lui, le signe que le Bulletin de psychologie peut être un lieu de convergence.

D’une certaine manière, dit-il, il s’agit là d’un numéro sur le structuralisme. Je vais vous raconter un peu cela. À cause de mes histoires d’échelle de Guttman, j’ai été invité à un séminaire de Lévi-Strauss sur les mathématiques et les sciences sociales. Il y avait un seul psychosociologue, Faucheux. Et moi j’ai été invité comme cela. Il y avait Lacan, Koyré, il y avait, je pense, peut-être même Piaget. Ce qui m’avait frappé, c’était la présence de personnes venant de plusieurs disciplines et je me disais, mais, après tout, pourquoi ne parlerait-on pas de structuralisme en psychologie ? Je n’étais pas structuraliste, mais je pensais que c’était un moyen de transformer le rapport entre l’enseignement et les chercheurs et qu’après tout, le structuralisme avait des rapports avec la Gestalt. Mon idée était d’en faire un peu plus même : introduire ces problèmes de mathématiques puisque le structuralisme avait suscité, finalement, une mathématisation des théories. On retrouvait donc là, un peu, une idée de tous les gestaltistes, de Lewin… Et si j’ai fait quelque apport dans la revue, c’est, justement, à partir du moment où on a commencé à établir un lien avec la recherche.

9Deux années plus tard, en 1955, paraît un autre numéro spécial consacré à la psychologie sociale (fig. 2). Il est introduit par une courte présentation, non signée, mais qui semble, au moins, très inspirée par Moscovici, présentation derrière laquelle il laisse entrevoir controverses et querelles, tant sur le plan des théories que sur celui des méthodes et des idéologies. Ce numéro « n’est ni un manifeste, ni un essai de synthèse, seulement un échantillon, échantillon “non significatif” si l’on veut, mais qui ne nous a paru dénué ni de valeur documentaire, ni de qualité ».

10Le numéro s’ouvre sur un article de l’anthropologue Marcel Maget, alors conservateur adjoint du musée national des Arts et traditions populaires. Figurent également des contributions de chercheurs praticiens comme Jean Dubost, Guy Palmade…

11En consultant le relevé des publications de Serge Moscovici (Kalampalikis et Buschini, 2001), on constate que, durant les années 1950, il publie dans nombre de revues scientifiques notoires. Alors, pourquoi le Bulletin ?

Je pense que, de toutes les revues françaises de psychologie, le Bulletin de psycho est, quand même, la revue qui a la meilleure diffusion parmi les psychologues, quelle que soit leur spécialité. D’un autre côté, disons que le Bulletin de psycho n’est pas un organe officiel. Quand on écrit dans un organe officiel, on choisit son sujet, on doit le négocier, enfin toutes ces choses-là. C’est une revue inter-psychologique, d’une certaine manière, alors que toutes les revues étaient liées à des institutions, à des spécialités.

  • 3 Les travaux se référant à cette notion de « situation-colloque » analysent les processus de communi (...)

12Dans un numéro de 1961, le Bulletin publie l’exposé de soutenance de la thèse principale « La représentation sociale de la psychanalyse » et celui de la thèse secondaire « Les conséquences psychologiques de la reconversion industrielle » (voir reproduction en fin de livre). Au cours des années suivantes, sont publiés sept autres articles sur les situations-colloques3, la polarisation, la cohésion…

13En 1992, Moscovici réunit les contributions de plus de trente chercheurs, et les propose au Bulletin pour un numéro intitulé « Nouvelles voies en psychologie sociale ». Dans sa présentation, il développe un plaidoyer pour « rendre à la psychologie sociale sa place. Elle s’est éloignée du domaine de la culture et de l’histoire. Ainsi, aujourd’hui, si la psychologie sociale a acquis la respectabilité, c’est au prix d’une désocialisation du concept même d’homme dont elle avait pour devoir d’élaborer la psychologie. […] Mais la psychologie sociale, telle qu’elle a été conçue à l’origine, enjoignait à la psychologie d’unir ses forces à celles de l’anthropologie, de la sociologie et de la linguistique, en vue d’étudier une classe particulière de phénomènes qui leur étaient communs » (Moscovici, 1992a : 137). Soit huit pages vigoureuses, qui invitent à prendre le large pour retrouver la culture et l’histoire.

14En 1997, nous célébrons le cinquantenaire de la revue. Il coïncide avec la disparition de Dimitri Voutsinas. En cette circonstance, Moscovici nous remet un texte sensible et chaleureux, « À Dimitri » (Moscovici, 1997b). C’est donc à partir de cette année 1997 que nous allons nous rencontrer pour parler du Bulletin, de la psychologie sociale, des problèmes de l’édition, de la diffusion de la revue, de l’enseignement à l’université. Il commente, suggère des pistes, des thématiques, nous incite à rencontrer des responsables d’autres revues, en ethnologie, en sociologie. Selon sa disponibilité, il vient participer à notre assemblée générale annuelle. Et Moscovici lit attentivement le Bulletin.

Mon cher Pétard,
Je viens de terminer la lecture du dernier numéro du Bulletin. La présentation des thèses est fort intéressante. C’est une rubrique qui rend vraiment service aux psychologues. Je me suis rendu compte de la « place » de notre rubrique des comptes rendus. On pourrait l’enrichir en demandant à ces collègues d’être plus pétants et moins pédants. Quand cette rubrique n’est pas assez fournie, il manque quelque chose. À ce propos je te suggère un compte rendu sur l’important livre de Bernard Rimé Le partage des émotions. Mais, en vérité, la raison de cette lettre concerne la partie expérimentale. Je ne discute pas du thème ou du sérieux des auteurs : ils sont compétents, professionnels et responsables. Mon souci est le lecteur, donc l’écriture de ces articles qui semblent adressés plutôt au CNU [Conseil national des universités] qu’à nous. Bon, on peut se demander si tous les tableaux et statistiques sont indispensables ! Mais le style textuel ne contribue pas grandement à leur lisibilité et à la lisibilité de l’article en général. Curieusement, c’est un style qui me rajeunit parce qu’il date par ses créations terminologiques, son économie de métaphores intuitives. Je suis certain qu’une revue anglo-saxonne, comme on dit, aurait exigé une refonte stylistique. Il me semble que c’est notre devoir de rappeler à tous les psychologues l’existence du lecteur, de les inviter à prendre conscience du fait de communication indispensable entre les domaines de la psychologie et au-delà. Je ne sais pas comment on y arrive, mais le rôle du Bulletin est bien celui-là, c’est une condition de son existence.
Très amicalement.

15Voici une autre lettre, qui illustre les relations avec le Bulletin :

  • 4 Lors d’un échange au sujet des années 1950-1960, alors que la psychologie sociale bénéficiait d’un (...)

J’ai un bon souvenir de la réunion à la Mutualité [nous l’avions invité à l’occasion de la publication du n° 500, en 2009]. […] Bien sûr je suis enchanté par votre idée d’hommage à Daniel Lagache. Mais quand ? En ce moment j’ai des « empêchements » de santé ennuyeux. Ils annoncent l’hiver de tout. Je suis heureux d’apprendre que vous rencontrez Faucheux4. J’aimerais savoir où il en est, comment il va. C’est un homme formidable !
À vous,
Serge Moscovici

16Lors des assemblées générales, il fait des suggestions, par exemple, pour ouvrir plus largement les colonnes de la revue aux sciences de l’éducation, conseille d’explorer de nouvelles pistes comme les activités professionnelles des psychologues qui travaillent dans de multiples secteurs, souvent mal connus. C’est lui, encore, qui parle du Bulletin avec Stéphane Laurens. Celui-ci vient, sur les conseils de Moscovici, se joindre à notre petite équipe. Ce sera pour nous une contribution importante, et c’est Stéphane Laurens qui est, depuis 2011, directeur de publication du Bulletin.

17À l’issue de cette traversée, je dirai que Serge Moscovici, sans avoir jamais souhaité s’afficher directement dans la vie du Bulletin, y a laissé une empreinte notable. Son souhait, traduit dans les actes, que le Bulletin publie des travaux de recherche, que le Bulletin demeure une revue ouverte à toutes les spécialités de la discipline, de façon telle que les tenants de l’une puissent s’informer de ce qui se fait dans les autres, est, bien sûr, toujours valorisé. L’histoire de la discipline est aussi un domaine auquel Serge Moscovici était très attaché. Sur ce point, il avait rencontré, en la personne de Voutsinas, un allié actif. Là encore, nous persévérons. La perspective d’une ouverture à l’anthropologie sociale, déjà un peu difficile dans les années 1960, tend à se réduire, du fait d’une course à la publication dans des revues de plus en plus spécialisées. Enfin, la fidélité de Serge Moscovici à une revue résolument indépendante des courants, des chapelles, de tout éditeur commercial, une revue somme toute « artisanale » a été, pour nous, un encouragement marquant. « Ce Bulletin, disait Moscovici, c’est un miracle et vous êtes éternels. » Nous nous efforcerons d’assurer la pérennité de son jugement.

Notes

1 Cet entretien eut lieu en 2003. Une partie en fut publiée, à l’invitation du Journal des psychologues (Pétard, 2003), à l’occasion d’un numéro hors-série consacré à « Serge Moscovici. Le père de la théorie des représentations sociales ».

2 À l’occasion de la publication du 500e numéro du Bulletin, le témoignage de plusieurs des « fondateurs » fut recueilli et publié, Bulletin de psychologie, tome 62, fasc. 2, 2009.

3 Les travaux se référant à cette notion de « situation-colloque » analysent les processus de communication en distinguant systèmes de communication et canaux de communication. Voir Serge Moscovici et Michel Plon (1966).

4 Lors d’un échange au sujet des années 1950-1960, alors que la psychologie sociale bénéficiait d’un accueil particulièrement favorable dans de nombreux secteurs de la société (industrie, commerce, formation, syndicats, etc.), tant en Europe qu’aux États-Unis, Moscovici m’avait suggéré de rencontrer des acteurs de cette époque, parmi lesquels Claude Faucheux. L’entretien avec Faucheux, réalisé en compagnie de Gilles Amado, fut publié en deux livraisons (Faucheux, 2016).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Bulletin de psychologie, couverture du numéro spécial du 5 mai 1953.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Fig. 2. Bulletin de psychologie, couverture du numéro spécial du 30 avril 1955.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/26445/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

Auteur

(Bulletin de psychologie, France)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search